2018, jour 365.

Aujourd’hui, 31 décembre 2018. 

D’habitude, je suis porté à publier une rétrospective de mon année.  Mais là, j’ai déjà passé à travers le sujet de long en large quasiment non-stop tout le long de 2018, aussi bien sur mon blog que sur Facebook, alors dans le fond je ne ferais que me répéter.

Ceci dit, est-ce que ça m’a déjà arrêté avant?  Donc, en 2018 :

  • Je commence l’année comme concierge dans une manufacture de portes et fenêtres à Montréal.
  • Je me pète le dos dans un escalier verglacé.
  • Arrêt de travail de 5 mois.
  • Je termine mon album BD de La Clique Vidéo, pour lequel j’ai reçu la bourse Jacques-Hurtubise.
  • J’ai une table au Festival Québec BD, où je fais mon lancement.
  • Ma convalescence est trop longue à mon goût, je me cherche un travail de bureau.
  • Je me trouve un travail de bureau.
  • Je déménage de Montréal à Sherbrooke pour le travail de bureau.
  • Je finis l’année comme support technique dans une firme à Sherbrooke.

Tous les aspects de ma vie, autant social que financier que dans mon quotidien en général, ont pris un tournant positif. 

Mon seul revers de l’année : Sans pouvoir m’exercer à cause de ma blessure, j’ai repris du poids et perdu de la forme.  Mais après dix mois de repos, je viens de me réinscrire au gym et je me re-planifie de meilleures habitudes alimentaires.  Si je me fie à mes remises en formes des années passées, je devrais être de nouveau jeune et beau d’ici mai 2019.

Ah, et les graines de chanvre, ça me donne mal au crâne.  C’est fou ce qu’on peut découvrir sur soi en changeant son alimentation.

Il y a un truc dont je n’ai pas parlé encore cette année, et le voici : Je suis bien dans mon célibat, et tout le processus de dating et de découverte de l’autre en début de relation m’ennuie.  Et j’en suis le premier surpris. 

Je me suis peu à peu rendu compte de ce fait au printemps et en été, pendant que je testais les sites de rencontres en ligne, pour ma série de billets sur ce même sujet.  J’en ai rencontré quelques-unes, avec qui le courant passait bien.  Mais côté attirance et désir?  Rien du tout!  Que dalle!  Peau de couilles d’huitre!  Même la perspective d’avoir de nouveau une vie sexuelle active n’était pas suffisante pour me donner envie de faire l’effort pour que ça arrive.

En fait, tout est dit, juste là : Faire un effort!  Quand ça prend un effort pour avoir envie de quelqu’un, c’est parce qu’on n’a pas envie de cette personne.  Apparemment, je suis rendu à un point dans mon évolution personnelle où le célibat ne me pèse plus du tout.  Je ne reste pas fermé à 100% au couple, où même à une relation d’amants réguliers.  Mais Il faudrait vraiment que le hasard mette sur ma route une femme exceptionnelle, avec qui je pourrais avoir une connexion profonde dans nos personnalités, pour m’en donner envie.  Et encore, faudrait-il que l’attirance soit mutuelle, ce qui n’est pas garanti.  Et si je ne l’intéresse pas, alors comme d’habitude, mon propre intérêt physique pour elle va disparaître, et nous resterons bons amis.

Et là encore, voyez ce que je dis : Que le hasard la mette sur ma route.  Je n’ai même pas envie de chercher, tellement ça ne me dérange plus.  Si ça arrive, tant mieux.  Si ça n’arrive pas, tant mieux aussi.

Y’a pas à dire, j’ai fait pas mal de chemin depuis ma vingtaine, époque où « nous sommes de sexe opposé, hétéros et célibataires » était suffisant pour me donner envie de culbuter comme une machine à coudre quiconque entrait dans ces critères.  Hey, j’ai même traversé une période dans laquelle le célibat avait cessé d’être un critère, c’est tout dire.  Il est vrai qu’il y a dix ans, le sexe était encore pour moi un besoin vital qui demandait satisfaction le plus souvent et le plus longtemps possible.  Maintenant?  Pfff!  Ça reste un plaisir agréable, mais absolument pas nécessaire. 

Je suppose que je devrais me sentir diminué car après tout, on a beau être (presque) en 2019, il reste que l’homme continue d’être défini dans sa masculinité par son envie de baiser.  Mais quand je repense à tout ce que mon désir sexuel m’a fait faire, accepter et subir, de mes 17 à 44 ans, je me demande pourquoi je me ne suis pas improvisé plus tôt un kit de castration maison avec une brique et un marteau.

Qui sait, peut-être que j’ai la testostérone qui baisse avec l’âge.  M’enfin, peu importe le comment et le pourquoi, il reste que ça fera partie de mes nouvelles expériences de vie à explorer en 2019.

Les beautés étrangères: Pourquoi tombe-t-on dans le panneau?

Comme probablement tout le monde, il m’arrive parfois de recevoir des demandes de contacts sur Facebook de la part d’une beauté étrangère qui semble s’intéresser à moi. J’ai beau être célibataire, j’ai de la difficulté à me faire à l’idée d’avoir une relation avec une femme qui habiterait à plus de 5 km de chez moi. Alors d’un autre continent, imaginez! Par conséquent, lorsque ça arrive, j’expédie ça aussi sec:

Comme vous voyez, quand je reçois une réponse négative à « On se connait », j’arrête la conversation là. Mais ces derniers temps, j’ai vu tellement de mes compatriotes féminines québécoises s’amuser à se foutre de la gueule de leurs prétendants étrangers, tout en faisant exprès de leur parler en québécois, que j’ai décidé de prendre exemple sur elles pour m’amuser un peu.

Le résultat: Cet amusant échange avec cette superbe jeune fille de 20 ans du Maroc. Il y aura un lexique entre chaque partie de la conversation, pour faciliter la compréhension à mes lecteurs-z’et-lectrices non-québécois.

Saint-Ciboire-du-bout-de-Christ: La majorité des villes et villages du Québec sont des noms de saints. Or, nos jurons sont aussi composés de mots d’église. Ce (faux) nom de patelin est donc un long juron.
Moose Jaw: Littéralement Mâchoire d’Élan / Mâchoire d’Orignal. Véritable ville canadienne, mais en Saskatchewan et non au Québec.
Où que tu sois, qui que tu sois, que la force soit avec toi: Référence à La Guerre des Étoiles, certes, mais c’est surtout la phrase d’introduction du quiz télévisé pour enfants, Les Satellipopettes, très populaire au Québec au début des années 80.

Mes bas: Mes chaussettes
Une brassée: Un paquet de linge qui vient d’être lavé
La sécheuse: Le sèche-linge.
Manger ses bas: Expression québécoise, l’équivalent de péter un câble.
Isabelle Huot: Populaire nutritionniste québécoise.
Beau Dommage: Populaire groupe musical québécois des années 70, toujours actif de nos jours.
La Complainte du Phoque en Alaska: Chanson de Beau Dommage, leur plus grand succès.

Chus pas regardant: « Je ne me soucie pas de ces détails. »
Icite: Ici.

Je me suis inspiré d’une amie qui avait eu un désopilant échange semblable, quoique plus long, avec un homme Tunisie. Conversation qui est vite devenue virale.

Hier, j’ai posté ma conversation avec ma marocaine sur mon Facebook. Et parmi les commentaires, j’ai reçu celui-ci, qui est la raison de l’existence de ce billet de blog: « Je ne comprends pas comment ces gens peuvent se croire crédibles. « 

Eh bien la réponse à ça est: Parce que, malheureusement, ça fonctionne trop souvent.

Il y a quelques années, j’étais membre d’un forum (apparemment sérieux) de rencontres. Après deux mois discussion, à ne recevoir que des demandes de contacts de femmes de mon groupe d’âge, pour la plupart assez abîmées par la vie, voilà que m’arrive cette jeune beauté ukrainienne qui me sert du « Je amour toi et please envoyer numéro Visa (la carte de crédit) pour mon visa (le passeport) que moi rejoigne tu, so we love & couchette », et ça venait avec une adresse courriel. (Bon, c’était un peu plus articulé que ça, mais c’était en 2012 et je n’en ai pas gardé copie.)

Premier réflexe: Googler l’adresse de courriel de mademoiselle. Je suis tombé sur plein de témoignages d’hommes de partout dans le monde qui se sont fait avoir de plusieurs centaines de milliers de dollars par ce barbu obèse russe.

Quand tu n’arrives même pas à plaire à une femme moyenne de ton propre pays, qu’est-ce qui te fais croire que tu as pu séduire, SANS EFFORTS, une déesse d’un autre continent? C’est pourtant évident, qu’il s’agit d’une arnaque. Alors pourquoi est-ce que ça fonctionne?

La triste réponse à cette question est: Parce que pour ces pauvres hommes seuls, cette fille, ce personnage devrais-je dire, leur vend du rêve. Elle leur donne un espoir comme quoi, malgré leurs 40-70 ans, ils peuvent encore plaire à une jeune beauté, donc qu’ils n’ont rien perdu de leurs attraits.

Quant à ceux qui n’ont jamais eu d’attraits pour commencer, le fait de se commander une beauté étrangère, ça rassure. Son subconscient comprend qu’il est la seule personne qu’elle connait ici, donc qu’il sera sa seule vie sociale si elle vient au pays. Pour les hommes qui ont une faible estime de soi, savoir que cette fille dépendra de lui pour survivre, et surtout que par conséquent il n’aura aucun rival, ça lui procure un sentiment de sécurité.

En conclusion: Le problème, ce n’est pas que ces « femmes » sont crédibles. C’est plutôt que beaucoup d’hommes ressentent le besoin qu’elles le soient. Parce que la réalité est trop difficile à accepter pour eux.

Est-ce que vous vous souvenez du Best Seller de la décennie dernière, Le Secret? La raison pourquoi ce livre a rendu multimillionnaire son auteur, c’est parce qu’il fonctionne sur ce même principe. Par exemple, lisez juste ce passage:

Eh oui! Ce livre (ou du moins cette Lisa Nichols) affirme que si vous recevez des factures d’électricité, de téléphone, de câble, d’internet, de loyer et de carte de crédit, ce n’est pas parce que vous avez l’électricité, le téléphone, le câble, l’internet, un loyer et une carte de crédit, mais bien parce que votre imagination fait surgir ces factures de nulle part. 

Pourquoi tant de gens ont cru à de telles inepties? Parce que beaucoup trop d’entre eux sont pris dans une vie décevante et sont impuissants à y changer quoi que ce soit. Pour ces gens-là, la pensée magique est leur seul refuge. Car d’un côté, ils ont une triste réalité qui est sans issue. Et de l’autre, il y a ce livre qui leur offre un espoir comme quoi les choses peuvent s’arranger. C’était juste ça, le secret derrière Le Secret.

Et c’est sur ce même principe, en donnant l’espoir qui fait rêver, que le piège grossier de la beauté étrangère arrive à attirer autant de gens qui vont aller s’y jeter délibérément.

Quant à moi, ça ne risque pas de m’arriver. Je suis parfaitement au courant que j’ai 50 ans et que je ne suis plus de première fraîcheur. Le jour où je vais me faire draguer par une matante ridée de Ste-Antoinette-du-Ouaouaron, je vais déjà trouver ça plus crédible qu’un top modèle marocain de 20 ans.

L’art de se faire rouler

((Désolé pour mes lecteurs européens, cette fois-ci je parle d’une réalité surtout québécoise, d’où le vocabulaire local et les devises en dollar canadien), 

Après plusieurs longues années d’études et/ou de boulots peu payants, tu as enfin trouvé l’idéal : Une job qui te rapporte $30 000.00 par année.  Clair, ça signifie un chèque de $850.00 à toutes les deux semaines..  Puisque tu n’as pas vraiment d’idées de grandeur, tu as un appartement dans tes moyens.  En fait, le loyer, l’électricité, le net, le téléphone et l’épicerie ne te prends qu’un seul de tes chèques par mois.  Tu n’as pas de dettes, et pour la première fois de ta vie, tu peux te mettre de l’argent de côté. 

Et puis, comme ça, il te prend une petite fantaisie : Celle d’avoir une auto.  Avec ton second chèque du mois de $850.00, tu pourrais certainement te la permettre.  Surtout que, là encore, aucune idée de grandeur.  Un p’tit char d’occasion te suffira amplement.  Tu pourras l’utiliser pour aller au travail, ce sera parfait pour les jours de pluie et de neige.  Et pour l’épicerie, rien de mieux.  Et que dire des road-trips de fin de semaine.  Qu’est-ce qui représente mieux la liberté que de voyager au volant de son propre véhicule.  Tu as passé de pauvre à prospère, tu mérites bien ce symbole de ton nouveau statut.

Une rapide recherche sur Google te permet de trouver le deal du siècle.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est CreditAuto2_zpscgm6zisk.jpg

Malgré ce si bas prix, tu te doutes bien que cette auto va te coûter une coupl’ de milliers de dollars.  Le problème, c’est que tu n’as aucun dossier de crédit.  Ou alors si, tu en as un, mais il est mauvais.  Dans de telles conditions, tu sais bien que ta banque ne t’accordera jamais un prêt.  Eh bien, seconde bonne surprise, le concessionnaire est prêt à t’en accorder un, lui. 

Puisque plus rien ne se met entre ton rêve et toi, tu appelles le concessionnaire et tu lui fixes rendez-vous.  Tu te vois déjà au volant de ta p’tite bagnole économique, jouissant de ta liberté.

Mais ça, c’est le rêve.  La réalité, la voici:

Le vendeur te fait visiter la cour, il y a plein d’autos seconde-main ici, vieilles de un an à six ans.  Tu portes ton choix sur un petit bijou qui n’a qu’un an et demi d’âge. Pour apprendre aussitôt que celui-là est à 220$, et non à 75$. 

Mais alors, où sont les autos à 75$ telles qu’annoncées?  Ah, ben, vois-tu, à ce prix-là, faut comprendre qu’elles se sont rapidement envolées.  Regardons ce qu’il y a d’autre dans l’inventaire, et… OH!  Tu as une chance inouïe, il leur en reste un, finalement.  Celui-là est vieux de six ans. Mais bon, à ce prix-là, faut pas se montrer trop exigeant.  Tu le prends.

75$, c’est  par semaine. Les paiements sont mensuels. Tu crois que ça signifie 300$ par mois?  Erreur!  Il y a 52 semaines dans une année. Donc, 75 X 52 = $3 900.00, divisé par 12 = 325$ par mois.

Ensuite, il n’est à ce prix-là que si tu prends les paiements étalés sur sept ans.  Donc, $3 900.00 par année multiplié par sept ans, ça donne  $27 300.00.

Si une telle somme avait été empruntée à la banque, elle aurait eu un taux d’intérêt annuel aux environs de 7.9%  Mais la banque te refuserait.  Tu n’as d’autre choix que d’accepter l’offre de financement du concessionnaire à 19.9% d’intérêts.

19.9% d’intérêts sur $27 300.00, c’est $5 432.70, pour un total de $32 732.70.

… Ce qui dépasse d’une coupl’ de milles ton salaire annuel brut. Pas le salaire clair. Brut!

Maintenant, il ne faut pas oublier les taxes.
Au Québec, nous avons deux taxes : La fédérale (TPS) qui est de 5%, et la provinciale (TVQ) qui est de 9.975%.  J’ai trouvé en ligne ce calculateur automatique des deux taxes.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est taxez_zpsqa8suovq.jpg

Donc, après t’avoir ajouté $10 334.43 en intérêts et en taxes:
Total: $37 634.43. 
Ou, par année, $5376.35.
Ou, par mois, $448.03.

Devant ce montant, tu hésites.  Le vendeur se fait compréhensif en te disant que, que veux-tu, c’est comme ça, hm?  Tout l’monde doit payer les taxes.  Et lui aussi il en paye.  Et pas juste sur son véhicule : Il a des taxes sur sa maison, sur son commerce, sur ses ventes, sur le terrain où il a son commerce…  T’es chanceux, toi, tu en payes juste sur ton véhicule.  Et puis, c’est pas comme si ce paiement allait gober ton 850$ au complet.  Une fois ton paiement fait, il te reste 412$ par mois.  C’est un beau gros $4 944.00, presque cinq mille piastres par année pour t’amuser, ça.  Et puis tiens, pour t’encourager, en cadeau, il te fait les plaques d’immatriculation et l’enregistrement gratuitement.  (Il se garde bien de te préciser que ce généreux cadeau vaut à peu près 15$.)

Rassuré, tu signes. 

Ça y est, tous les papiers sont en ordre.  Tu es maintenant le légitime propriétaire d’un véhicule de six ans d’âge, ou du moins tu le seras lorsque tu auras terminé tes paiements dans sept ans.

Et c’est là que, avec le sourire, le vendeur te montre les clés de ton auto…  Mais il ne te les remet pas.  C’est que, explique-t-il, légalement, il n’a pas le droit de te laisser partir avec un véhicule qui n’est pas couvert par une police d’assurances.  Pourquoi il n’en a pas glissé mot avant?  Mais parce que ce n’est pas sa job.  Il n’est pas agent d’assurance, lui.  Et puis de toute façon, c’était à toi d’y penser.  Conduire sans assurances, c’est illégal.  Tout le monde sait ça, voyons!

Heureusement, il connait un bon assureur.  Il l’appelle sur le champs et te passe le téléphone.

Premières assurances pour premier véhicule, ça va dans les $1 125.00 par année.
Bien sûr, il faut rajouter les taxes, pour un total de $1 293.47
Divisé par douze mois = $107.79 par mois.

Donc, auto + assurances = paiements de $555.82 par mois.

Ça y est, c’est terminé, tu peux quitter cet endroit au volant de ton nouveau véhicule. Ça a coûté un peu plus cher que prévu, mais bon, tu te consoles avec la sensation de liberté que te procure le fait d’être mobile.

Le lendemain, tu le prends pour aller travailler.  Tu apprends ainsi les réalités de l’heure de pointe et des embouteillages, qui te font arriver en retard.  Tu viens pour te stationner dans le parking de la compagnie.  Mais voilà, ça prend la vignette de stationnement de la compagnie, qui est $110.00 par mois, soit 30$ de plus qu’une passe autobus-métro.  Ou bien, c’est 10$ pour la journée.  Refusant de payer ça, tu te dis que tu en seras quitte pour te stationner dans la rue.  Tu parcours ainsi en rond toutes les rues du quartier.  Or, les seules places de libres sont dans des rues résidentielles qui demandent des vignettes de résidents.  Tu finis par trouver une place libre et gratuite à huit coins de rues du travail. 

Quand tu reviens le soir, surprise, tu as une jolie contravention.  Car en effet, comme on peut le voir sur les pancartes, sur ce côté de la rue, il est interdit de stationner de midi trente à treize heures.  Tu as beau t’interroger sur la chose, tu ne vois aucune explication logique sur pourquoi un côté de rue doit être dégagé de 12 :30 à 13 :00.  Il n’y a juste aucune raison valable.  Mais bon, la loi, c’est la loi.  Bilan du jour : Une heure et demie de salaire en moins pour cause de retard + la contravention.  Ce sera la dernière fois que tu utiliseras l’auto pour aller travailler. 

Maintenant que tu as un véhicule, ton entourage te bombarde de toutes parts avec les deux questions suivantes :
« Combien que l’char te coûte? »
« Combien qu’tu payes d’assurances? »

Et dans 100% des cas, après y avoir répondu, arrive le commentaire suivant :
« Haaan?  Tu payes donc ben cher!  Moé ça m’coute la moitié / le tiers / le quart de ça. »

Car en effet, à les entendre, tout le monde paye moins cher que toi.  Et, dans plusieurs des cas, pour des véhicules neufs.  Voilà qui gâche le peu de plaisir qu’il te restait à posséder un véhicule.

Ceci dit, un char, ça ne roule pas à l’oxygène. Même si tu ne l’utilises pas beaucoup, tu ne t’en tires pas à moins de 40$ d’essence par semaine. Donc, 160$ par mois.  Par conséquent, ton char te coûte maintenant $715.82 par mois.  Pas surprenant que tu ne tiennes pas à y ajouter le coût du stationnement.

Autres réalités de l’automobile.
Une auto neuve, en général, ça commence à avoir des problèmes techniques et mécaniques après cinq ans, et il faut le changer après dix ans. Le tiens a déjà six ans. Et tu viens de te mettre sur le dos un contrat de sept ans. Ce qui signifie que, quand tu auras fini de le payer, ce sera une épave de treize ans.

Mais entretemps, tu vas devoir te taper entretien, révisions, pannes, réparations… Tu contemples à peu près $1 500.00 de frais annuels de garagiste, une moyenne de $125.00 par mois. Et ça c’est juste la première année, car à l’âge où est rendu ton char, ça va aller en empirant à mesure que les années vont passer.

Ce qui fait que, en moyenne, ton auto te coûte maintenant $840.82 par mois.

Oh, détail important : Au Québec, il est illégal de rouler sans pneus d’hiver du 15 décembre au 15 mars. En moyenne, avec les taxes et tout, quatre pneus d’hiver = 400$. Rajoute 100$ pour les faire installer, pour un total de $500.00.  Ou en moyenne $41.67 par mois

Ce qui porte le coût mensuel du char à $882.49. … Soit 32$ de plus que ton chèque de paie. 

Autrement dit, ça y est, c’est fini, tu n’as plus d’argent.  La moitié de ton salaire est consacrée à te faire vivre, et l’autre moitié est pour ton auto.  Il ne te reste plus qu’à espérer que pour les sept prochaines années, tu n’ailles pas besoin de souliers, bottes, vêtements, lunettes, soins dentaires ou médicaments, parce que tu ne pourras jamais te les payer.  Les sorties, la vie sociale?  Oublie ça!  Et si tu es célibataire, visionne encore sept années d’abstinence, car y’a pas une fille assez désespérée pour vouloir d’un gars qui gère si mal son budget.  Surtout pour un luxe aussi inutile qu’un char.

Et c’est là que tu réalises à quel point tu t’es mis dans la merde.  Vois-tu, contrairement à ce que l’on en dit, les banques ne sont pas là pour mettre les gens dans la rue.  Bien au contraire, elles sont là pour protéger les intérêts de leurs clients.  Et un conseiller financier aurait pu voir, d’un simple calcul, que tu ne pouvais pas te permettre l’achat d’un véhicule dans les conditions imposées par ce vendeur.  Parce que 50% de tes paies claires, c’est vraiment trop, surtout sur sept ans, surtout pour un véhicule usagé. 

Et c’est pour ça que les vendeurs d’autos d’occasion offrent des prêts aux étudiants, gens endettés, sans crédit, sans travail, en faillite.  Parce qu’ils savent bien que si tu es étudiant, endetté, sans crédit, sans travail ou en faillite, c’est parce que tu ne sais pas gérer ton argent.   Ça fait de toi le genre de poire qu’on peut aisément manipuler à signer un contrat de paiements abusifs.  Tu en es une preuve de plus.

Ta richesse assure ta pauvreté.
Le seul endroit où tu peux diminuer les coûts pour pouvoir payer tes obligations, c’est en coupant dans le budget d’épicerie.  Pour ne pas crever de faim, tu voudrais bien t’inscrire à une banque alimentaire pour gens dans le besoin.  Mais voilà, quand on gagne $30 000.00 par année, on n’est pas qualifié comme étant « dans le besoin ».  Et si tu essayes de leur expliquer que tu es pauvre parce que tu t’es embarqué des paiements de char sur le dos, on va te rire au nez en te disant que quand on peut se payer un char, on peut se payer une épicerie.

Tu voudrais poursuivre le concessionnaire pour fraude et/ou abus de confiance?  Ça prend un avocat.  Et quand on gagne $30 000.00 par année, on n’a pas droit à l’aide juridique gratuite.  Il faut donc se payer un avocat à 200$ de l’heure. Et s’il est un métier qui pratique l’art de plumer le client encore mieux que concessionnaire, c’est bien avocat.  Ce dernier va faire durer la cause aussi longtemps qu’il le pourra.  Du moins, il le ferait, si tu pouvais te le payer.

Tu songes à déclarer faillite?  Premièrement, ce n’est pas avec $30 000.00 de revenus que tu pourras faire ça.  Ensuite, depuis le début des années 90, la déclaration de faillite qui efface toutes tes dettes, ce n’est plus qu’un mythe.  Le syndic de faillite va juste consolider tes dettes et s’arranger avec eux pour que tu puisses leur rembourser à tant par mois.  Et ça, c’est quelque chose que tu fais déjà.

En regardant les centaines d’autos qui passent dans la rue, tu te surprends à penser de plus en plus souvent des trucs du style de : « Vous m’ferez pas accroire que tout c’te monde-là sont obligés de payer 882$ par mois pendant sept ans pour avoir leu’ chars!?  Comment ça s’fait que chus obligé de payer autant, MOI?  Et pour un char usagé, en plus. »  C’est avec irritation et mépris que désormais tu regardes ce véhicule qui, plutôt que d’être le symbole de l’amélioration de tes conditions de vies, est maintenant la raison de ton loserisme.

Dans ton précaire équilibre financier actuel, tu es à la merci du moindre imprévu.  Et s’il y a un truc de prévisible dans les finances, c’est bien le fait qu’il arrive toujours des imprévus.  Par conséquent …

Tu manques un paiement? Tu vas payer des intérêts pour ton retard.
Tu manques deux paiement? Ton dossier de crédit est entaché.
Tu manques trois paiements?  Le concessionnaire saisis l’auto.

Et si, justement, tu ne gardes pas le véhicule?
Il y a deux façons de t’en débarrasser, soit en le perdant comme dans l’exemple précédent, soit en le rendant de ton propre chef parce que tu ne peux vraiment plus continuer comme ça.  Tu fais donc résilier le contrat après six mois.  Dans les deux cas, le vendeur t’offre une intéressante porte de sortie:  Puisque tu ne peux pas payer, on va faire payer quelqu’un d’autre.  D’abord, récapitulons :

L’auto elle-même, sans les assurances et autres trucs, coûte $37 634.43. 
Tu as fait six paiements mensuels de $448.03. pour un total de $2 688.18.
Donc, tu leur dois encore $34 946.25.

Il va donc reprendre l’auto et le revendre à un encan. Si le nouvel acheteur couvre les frais restants, ok, tu ne leur devras plus rien. Mais s’il l’achète pour moins cher, alors tu devras payer la balance. Tu acceptes, trop heureux de t’en tirer à si bon compte.

Mais voilà, qui donc serait assez cave pour acheter un char de six ans… Pardon, de maintenant SEPT ans, à $34 946.25?  Personne!

Il trouve preneur pour $8000.00.

Tu te retrouves donc avec une dette de $26 946.25 à payer, pour un char que tu ne possèdes plus.  Et, puisque tu as rompu ton contrat d’achat d’auto, te voilà avec un dossier de mauvais crédit pour les sept prochaines années.

Oh, un instant… Ai-je dit $26 946.25?  Non, en fait, ça, c’était le montant à payer AVANT, c’est à dire quand vous vous étiez entendus à payer une fois par mois pendant sept ans pour acheter le char. Cette entente de paiement-là est annulée. Il vous en faut une nouvelle.

Est-ce que tu peux payer la balance d’un coup?  Non?  Bon ben alors pas de problème, on va se refaire une entente de paiements, encore sur sept ans, toujours à 19.9% d’intérêts.

$26 946.25 de dette + $5 362.30 30 d’intérêts = $32 326.55.
+ $1 616.33 de TPS et $3 224.57 de TVQ, ce qui te fait une dette totale de $ 37 167.45
…Soit juste 466.98 de moins que le prix initial de l’auto, que tu avais à payer au début. 

Rajoute à ça les $2 688.18, que tu as déjà versé, et dans sept ans tu auras payé $ 39 855.63 pour un char que tu n’auras pu utiliser que six mois.  Et encore, pas aussi souvent que tu l’aurais voulu.

Tu essayes de te consoler en te disant que, au moins, tu n’as plus à payer d’assurances, d’essence, de réparations, de pneus.  N’empêche que tu vas quand même passer les sept prochaines années de ta vie à payer $442.47 par mois pour un char que tu ne possèdes plus, qui ne t’a jamais appartenu et qui ne t’appartiendra jamais. 

Tout en sachant que son nouveau propriétaire n’a eu qu’à payer 8000$ pour qu’il lui appartienne, lui. 

Et qu’il roule avec, tandis que toi tu le lui payes.

Et que tu continueras à le payer encore quelques années après qu’il aura cessé de rouler.

Et comme si ce n’était pas assez humiliant, voilà que tout ton entourage te demande où est ton char.  Tu as le choix : Tu peux inventer une explication qui, à tous les coups, sonnera bidon.  Ou bien tu dis la vérité et tu passes pour un hostie de cave de t’être laissé fourrer à ce point-là. 

Surtout quand on t’apprendra que, dans ton second contrat, le vendeur n’avait pas à te charger de nouveau les intérêts, ni la TPS ni la TVQ.  Même légèrement diminuée par tes paiements initiaux, il s’agissait de la même dette.  Donc, tu t’es fait entuber de $12 909.38 supplémentaire  –L’équivalent de deux ans et quatre mois de paiements—  sans raison valable. 

Mais bon, trop tard.  Quand tu signes un contrat, tu déclares aux yeux de la loi que tu es d’accord avec les conditions proposées.  Et tu ne peux pas te payer l’avocat qui pourrait t’en tirer.

Il te reste quoi?  Les dénoncer sur le net?  Pas de problèmes, si tu es prêt à t’exposer à une poursuite judiciaire pour atteinte à la réputation, par un concessionnaire assez riche pour se payer les meilleurs avocats.

Félicitations, cher client, pour avoir profité de l’offre de « Cette voiture peut être à vous pour aussi peu que 75$ »