L’hétérocisexuel n’est pas nécessairement transphobe ni homophobe

Bien que que j’ai créé le terme hétérocisexuel en 2016, Google en donne trois résultats aujourd’hui. Le premier est le mien. Le second date de 2018 et se trouve dans les commentaires de ce billet de blog. Et le troisième est dans ce livre publié en 2021 écrit par une femme, au sujet de ses relations homosexuelles.

Ceci dit, qu’il soit écrit Hétérocisexuel avec un S ou Hétérocissexuel avec deux S, je ne suis pas le premier à avoir créé ce mot. Cet honneur semble revenir à l’autrice transgenre Julia Serano. Elle l’utilise dans son livre Whipping Girl: A Transsexual Woman on Sexism and the Scapegoating of Femininity publié en 2007. Mais l’important, c’est que même sans s’être consultés, nous lui donnons tous la même signification.

Hétérocisexuel est un mot-valise qui combine Hétérosexuel + cisgenre. Il s’agit d’une personne qui ne peut aimer et désirer que les personne non-transsexuelles de l’autre sexe.

Je cherchais à créer un mot pour décrire ces gens, car je n’aime pas particulièrement le terme « super-straight. » Mais surtout, parce que le terme « transphobe » est le mot que trop de personnes haineuses utilisent à tort pour qualifier cette orientation.

Source: Cet échange public sur Twitter.

Il me semble que qualifier de transphobe toute personne qui ne se voit pas en relation avec des trans, c’est comme prétendre que les homosexuels sont misogynes. Que les lesbiennes sont misandres. Que les gais en tous genres sont hétérophobes. Depuis quand est-ce que le fait que ressentir de l’attirance pour l’un signifie automatiquement ressentir du mépris pour l’autre?

Cette fausse transphobie prend son origine dans un faux débat, qui consiste généralement à demander à un homme hétéro s’il voudrait avoir une relation avec une femme trans. Si l’homme répond non, on lui réplique alors que, puisqu’une femme trans a toujours été femme malgré sa naissance dans un corps masculin, ça signifie que l’homme ne s’intéresse pas à la personne. Il ne s’intéresse qu’à ses génitaux. Donc, qu’il méprisera la femme trans au profit d’une femme cis. D’où conclusion que ne pas vouloir d’une femme trans, c’est être transphobe.

Il s’agit évidemment d’un sophisme, puisque la même théorie de la préférence des génitaux pourrait être utilisée contre les gais et lesbiennes. Mais dans leur cas, personne ne verrait de pertinence d’utiliser envers eux un tel argument pour expliquer leur orientation. Sauf, ironiquement, ceux qui sont homophobes.

Avoir le réflexe d’apposer des étiquettes négatives afin de rabaisser ceux qui ne ressentent pas d’attirance pour nous, c’est quelque chose qui a été mille fois dénoncé en tant que comportement typique chez les incels et des nice guys. Lorsqu’ils harcèlent les femmes qu’ils désirent, eux aussi vont leur servir l’argument du « Pourquoi est-ce que tu aimes / baises l’autre, mais pas moi? » Ici, on ne peut pas parler de phobie envers le genre ou l’orientation sexuelle et émotive de l’autre. Et pourtant, il s’agit du même comportement, qui consiste à demander à une personne de justifier son attirance envers l’un et son indifférence envers l’autre. Or, on ne peut pas expliquer une orientation sexuelle, et encore moins la justifier. Voilà pourquoi c’est un faux débat.

Quant aux gens qui y apposent la détestable mentalité du « Si tu n’es pas avec nous, tu es contre nous », ils ne servent pas leur cause. Tout ce qu’ils démontrent, c’est qu’ils ont eux-mêmes les préjugés, l’intolérance et l’étroitesse d’esprit qu’ils accusent les autres d’avoir. Le respect et la tolérance n’est pas, et ne devrait jamais être, une route à sens unique.

Il y a déjà bien assez de transphobes comme ça dans la société. Pourquoi chercher à augmenter leur nombre en accusant mensongèrement de l’être ceux qui n’en sont pas, histoire de se les mettre à dos eux aussi? À moins, bien sûr, que le but de cet exercice d’hypocrisie soit de se mettre en situation de prophétie autoréalisatrice, afin de mieux faire dans la victimisation transphobique.

Source: Les prophéties autoréalisatrices.

Ne pas être attiré par les trans, ce n’est pas être transphobe. Ce n’est pas être homophobe. Ce n’est pas être lesbiennophobe. Ce n’est pas être phallusophobe. Ce n’est pas être vaginophobe. Et ce n’est pas non plus avoir une mentalité deux-poids-deux-mesures.

C’est être hétérocisexuel, tout simplement.