Claude Jutra, les détournements, le silence.

En fait, la raison pourquoi j’ai fait ce jeu de mot, c’est qu’il me semblait inévitable que tôt ou tard, quelqu’un le fasse. Or, je travaille sur un projet depuis presque un an, auquel j’ai justement donné ce titre. Comme ça, au moins, si un journaliste ou un bloggueur le fait dans le cas de Jutra, puisque ça convient parfaitement à l’affaire, je pourrai toujours prouver que j’ai eu l’idée en premier.

Image

Éduquer ou mépriser?

Vous savez, je comprends, sans toutefois approuver, pourquoi il y en a tant qui ont peur de l’étranger. Mettez-vous un peu à leur place:
 
La personne voit l’étranger venir commetre des attentats dans son pays. Elle voit ensuite plein de gens dire qu’il ne faut pas répliquer. La personne est en aberration. C’est normal, puisqu’elle a l’impression qu’on lui dit « Hey les amis, montrons-leur qu’ils peuvent venir commettre d’autres attentats et nous tuer impunément autant qu’ils veulent, puisque nous ne répliquerons pas. »
 
La personne voit des membres d’une religion commettre des attentats. On lui dit que cette religion en est une de paix et qu’il ne faut pas mettre tous ces gens dans le même panier.
Quelques temps plus tard, la personne voit encore des membres de cette religion commettre de nouveaux attentats. On lui dit encore de ne pas généraliser puisque cette religion en est une de paix.
Quelques temps plus tard, la personne voit encore des membres de cette religion commettre de nouveaux attentats. On le traite de raciste ignorant de ne toujours pas comprendre que cette religion en est une de paix.
Répéter non-stop.
La personne finit donc par croire que le reste de la population est ou bien stupide ou bien aveugle, de continuer de nier des faits qui se répètent sans cesse.
 
La personne voit ensuite son propre pays (s’il est canadien) accueillir plusieurs milliers de ces mêmes étrangers, majoritairement de cette même religion. Avec ce qu’il a vu jusqu’à maintenant, comment voulez-vous que cette personne ne panique pas?
La personne dit alors que la solution est pourtant simple: Si on ne veut pas que des étrangers viennent commettre des attentats chez nous, alors il n’y a qu’à ne pas laisser entrer ces étranger.  Car au Québec, la Crise d’Octobre de 1970 est pas mal la seule fois dans notre histoire où nous avons eu terrorisme et bombes.  Ce genre de choses ne fait juste pas partie de nos moeurs.  Pas plus que les crimes d’honneur contre les femmes comme ceux de l’affaire Shafia.  D’ailleurs, depuis cette affaire, le nombre de crimes d’honneur a triplé au Québec. Ce n’est pas une opinion, c’est un fait.  Alors pourquoi donner la citoyenneté à ceux qui ont prouvé faire partie d’une religion qui en commettent? À ça, on lui répond encore plus d’insultes malgré le fait que, aussi simpliste soit-il, il reste que techniquement, son argument tient la route.
 
La personne n’est pas nécéssairement mauvaise. Elle est juste ignorante. On pourrait l’éduquer. On pourrait lui expliquer les erreurs dans son jugement. Mais non, on ne fait pas ça. On préfère la traiter de peureuse. On préfère la traiter de raciste. On préfère la traiter d’imbécile. Non seulement est-ce plus rapide, ça a en plus le mérite de nous permettre de se vanter qu’on est tellement plus intelligents et ouvert d’esprit que cet imbécile raciste peureux.
 
Alors la personne, elle, tout ce qu’elle voit, c’est que sa sécurité est menacée par des gens à qui la population se borne à faire aveuglément confiance malgré l’évidence du danger.  Et lorsqu’elle essaye de prévenir les gens de ce danger, personne ne lui répond autrement que pour la rabaisser et l’insulter.
Cette personne voit sa société commettre un suicide. Il voit ses cons-citoyens se diriger volontairement vers l’abattoir en riant.  Comment voulez-vous qu’il voit autre chose, puisqu’on le maintient dans l’ignorance des faits réels?  Alors cette personne n’a plus qu’une seule option pour sauver son pays:  Prendre les choses en main, comme Le Joker Québécois Jesse Pelletier. Et c’est comme ça que se forment des groupes racistes. C’est comme ça que se commettent des crimes de haine.
 
Tout le monde est d’accord pour dire que c’est l’ignorance qui engendre la haine. Mais si on éduquait les ignorants au lieu de les mépriser, hm? Ce serait peut-être plus constructif que de contribuer au problème en choisissant délibérément de les laisser dans une ignorance qui va les provoquer à empirer les choses.

5 réalités derrière les gros titres

Ces jours-ci, il y a une nouvelle qui fait son petit scandale au Québec: Non seulement une caissière du Provigo a-t-elle été congédiée pour avoir dit à un client qu’un fromage coûtait trois dollars de moins au Walmart, la Cour a donné raison à l’employeur.


(Pour nouvelle complète, cliquez ici)

Congédier une employée qui a dix-huit ans d’ancienneté pour 3$, il y a en effet de quoi scandaliser la population.  Surtout de la manière dont ça s’est passé.  La caissière a voulu rendre service au client et lui faire sauver de l’argent, et ce client l’a remercié en faisant l’effort d’aller trouver la copropriétaire de la place pour la dénoncer. Et voici l’être humain dans toute la splendeur de son âme, mesdames et messieurs.  Aussi bien dire que cette femme est une Sainte, d’avoir ainsi été punie pour sa bonne action, non seulement par son patron, mais aussi par la personne-même qu’elle a voulu aider.

Oui, mais il ne faut pas oublier cinq faits qui sont:

FAIT 1: À salaire révisé une ou deux fois l’an selon la loi, multiplié par 18 ans d’ancienneté, ça en fait probablement l’employée la plus cher payée de cette succursale.

Il y a 18 ans, en 1997, le salaire minimum était $6.80. Même si elle n’avait eu que 50¢ d’augmentation par année (C’est probablement plus, mais c’est juste pour l’exemple), ça lui fait un minimum de $15.80 aujourd’hui.

FAIT 2: À cause du fait précédent, les patrons encouragent le roulement de personnel chez leurs employés en bas de l’échelle. Pourquoi voudraient-ils payer $15.80 une caissière avec 18 ans d’ancienneté quand ils peuvent la remplacer par une nouvelle à $10.55 qui fera aussi bien que l’ancienne après deux semaines d’entrainement? Ils cherchent donc une excuse pour s’en débarrasser.  J’ai vécu quelque chose de semblable il y a 25 ans, lorsque je travaillais au Dunkin Dunuts où j’ai perdu mon emploi suite à une manoeuvre magouilleuse qui allait comme suit:

  • Je travaille à temps plein depuis trois ans.
  • Un jour, mon patron m’appelle pour me dire que je ne travaille plus que les weekends.
  • Une semaine plus tard, il m’appelle pour me dire que je ne travaille plus que le dimanche.
  • Une semaine plus tard, il m’appelle pour me dire que je ne travaille plus que sur appel.
  • Trois semaines plus tard, il ne m’a toujours pas rappelé.
  • Je me rend au bureau du chômage qui me disent que l’attitude de l’employeur équivaut à un renvoi.  Mais pour avoir droit au chômage, je dois aller demander au patron mon document de cessation d’emploi.
  • Puisque j’ai demandé moi-même mon document de cessation d’emploi, le patron a pu écrire DÉPART VOLONTAIRE.
  • Les employés qui quittent volontairement leur emploi n’ont pas droit au chômage.
  • Au salaire où j’étais rendu lorsque j’ai quitté mon emploi, les autres Dunkins ont décliné ma candidature.  Pourquoi payer un employé avec expérience $7.35 de l’heure quand il peut embaucher un nouveau qui fera aussi bien que moi après deux semaines d’entrainement pour $5.85?

À quelque chose malheur fut bon: En voyant que telle sera probablement ma vie professionnelle jusqu’à ma retraite, je suis retourné aux études finir mon 5e secondaire avant de poursuivre au cegep.

FAIT 3: Oui, c’est gentil à elle de vouloir aider les gens à économiser. Hélas, quand on veut garder son travail, ce n’est jamais une bonne idée de mordre la main qui nous nourrit, surtout si elle vous nourrit si bien. Mettez-vous à la place du patron qui voit que non seulement cette caissière lui coûte plus cher que ses autres employés, elle tente de lui faire perdre encore plus d’argent en incitant les clients à aller faire leurs achats ailleurs.

Vous allez dire que ce n’est pas un p’tit Brie à 15$ qui, acheté pour 12$ au Walmart, va faire une grosse différence. En effet! Sauf que moi, des gens qui font de 100$ à 200$ d’épicerie au Provigo et qui vont faire ensuite un détour au Walmart pour sauver 3$ sur un fromage, je n’ai jamais vu ça. Tant qu’à être au Walmart, ils vont faire toute leur épicerie au Walmart. Donc, pas au Provigo, qui perdra ainsi de 100$ à 200$ par clients que cette caissière incite à changer d’épicerie.

Au moment où j’écris ces lignes, le Provigo du quartier Hochelaga-Maisonneuve fermera définitivement ses portes dans moins d’une semaine. Je ne sais pas si ça va mal pour Provigo en général ou si c’est juste celui-là en particulier. C’est juste que je me dis que si c’est général, alors l’attitude de cette caissière, en incitant les clients à aller ailleurs, fait partie du problème. Plus elle incite les clients à aller au Walmart, plus grand est le risque que son Provigo ferme. Et s’il ferme, alors ce sera non pas seulement elle mais bien tout le personnel qui se retrouvera sans emploi.

FAIT 4:  Donc, en résumé: Le Provigo lui verse une fois et demi le salaire minimum (probablement plus), faisant d’elle l’employée en bas de l’échelle la mieux payée de la place. Et elle, en retour, elle incite les clients à aller acheter ailleurs. Sous cet angle, on comprend beaucoup mieux l’argument du Provigo comme quoi elle est déloyale envers son employeur, qui l’a gardé tout ce temps-là en la payant si cher.

FAIT 5:  TVA nouvelles, que je ne pointe pas du doigt puisque c’est pareil pour tous les autres médias, ont besoin de nouvelles choquantes pour attirer les clic-clic-clic qui payent-payent-payent. Alors quoi de plus choquant que de dire: « Une caissière avec 18 ans d’ancienneté a perdu sa job pour 3$ » ?

Techniquement, ça a beau ne pas être faux, il n’en demeure pas moins que ce genre d’histoire n’est jamais aussi minimaliste que les médias veulent nous le faire croire.

20 raisons pourquoi je ne publierai jamais de livres

Lorsque les gens voient le lien vers Mes romans juste sous ma bannière ci-haut, ils s’interrogent.  Pourquoi est-ce que je laisse mes écrits en ligne, comme ça, gratuitement?  L’auteure et historienne Catherine Ferland elle-même m’a un jour écrit un commentaire sous ce billet pour me demander si j’ai déjà envisagé publier sous forme de livre.  La réponse est oui, j’y ai déjà songé. Mais voilà bien longtemps que j’y ai renoncé. L’aventure coute juste beaucoup trop de temps et d’argent, et ce pour trop peu de bénéfices au bout du compte. Surtout lorsque tu cherches à te faire publier pour la première fois.

Au début, on s’imagine que c’est facile: On écrit un livre, on l’envoie à une maison d’édition de notre choix, ils le reçoivent, le lisent, et une semaine ou deux plus tard ils t’appellent pour signer un contrat. Tu reviens riche et célèbre et tu passes ta vie entouré de chicks dans une piscine remplie de Baby Duck. Or, lorsque l’on est un auteur encore inconnu, les choses ne se passent pas de cette façon. J’en ai fait amèrement l’expérience pendant plus d’une décennie, soit de l’an 2000 jusqu’en 2010. C’est là que j’ai constaté plusieurs choses qui ont fini par m’enlever l’envie d’essayer de me faire publier.

RAISON 1: L’octroi des bourses est une loterie.
À moins d’être un passionné de l’écriture qui trouve toujours le temps d’écrire à chaque fois qu’il a une minute de libre malgré le fait qu’il travaille à temps plein et plus (C’est mon cas, ce blog le prouve), la majorité des gens auraient besoin d’un bon six mois de congé payé pour s’y mettre. Voilà pourquoi existent les bourses du Conseil des Arts et Lettres du Québec et celles du Conseil des Arts du Canada. Il y a les bourses classiques et les bourses de carrière. Les règles et les montants varient quelque peu d’une demie-année à l’autre, mais quand je cherchais à en avoir une, la bourse classique était entre $25 000.00 et $35 000.00, et était divisée entre les artistes dont les projets se sont montrés les plus intéressants. (Traduction: Avec le plus grand potentiel vendeur). Par exemple, l’année où j’ai été membre du jury au Conseil pour les projets de bandes dessinés, parmi les douze candidats qui demandaient des bourses, trois d’entre eux étaient des grosses pointures: Delaf et Dubuc de la série Les Nombrils, Michel Rabagliati de la série Paul, ainsi que Guy Delisle pour ses souvenirs de voyages sous forme de BD. Ces trois-là étaient des professionnels reconnus qui avaient déjà publiés des albums, ET qui avaient prouvés être de bons vendeurs. La bourse a donc été divisée entre eux. Les neuf autres n’ont rien eu.

Conclusion: Il est normal et même souhaitable qu’un auteur qui a fait ses preuves reçoive la subvention lui permettant de continuer dans la voie du succès. Mais ça signifie que si tu es un auteur de la relève (Traduction: Un inconnu qui n’a pas fait ses preuves), ta seule chance d’avoir une bourse est d’espérer qu’aucun professionnel reconnu n’en fasse une demande en même temps que toi.

RAISON 2: Le jury qui octroie les bourses est composé de tes pairs, ce qui n’est pas toujours une bonne chose.
Comme je le dis dans le point précédent, j’ai déjà été appelé à faire partie d’un jury pour des bourses demandées par des auteurs de BD. C’est normal, puisque j’ai fondé et publié le fanzine de BD MensuHell, et que j’ai travaillé pendant sept ans au magazine de BD Safarir. Or, au Québec, le milieu est petit et les mesquineries entre bédéistes ne manquent pas. Qu’est-ce qui se passe quand une personne qui a décidé de te prendre en grippe devient membre du jury juste au moment où toi tu demandes une bourse? J’ai vécu ça! C’est sûr que ça ne veut pas dire que j’aurais automatiquement reçu une bourse si cette personne n’avait pas fait partie du jury. Par contre, le fait qu’elle y était, ça garantissait qu’on ne me l’accorderait pas.

RAISON 3: Avant de recevoir une bourse de carrière pour écrire un livre, tu dois d’abord avoir publié cinq livres.
Jusqu’en 2008, tout ce que tu avais besoin pour recevoir une bourse de carrière, c’était d’avoir été publié régulièrement sur une période de vingt ans. À ce moment là, puisque mes débuts étaient dans le magazine Wow en 1988, je l’avais. Enfin, presque! La demande de bourse devait être déposée en avril 2008, et mes débuts à Wow étaient en juin 1988. Il me manquait donc deux mois pour les avoir, mes vingt ans. Et puisque la bourse de carrière ne peut être demandée qu’une fois par année, j’en fus quitte pour attendre un an de plus.

Rendu en 2009, les règles avaient changé. Il ne suffisait plus d’avoir été publié pendant vingt ans. Il fallait également, pour y avoir droit, avoir publié au moins cinq livres. Autrement dit, maintenant, si je veux avoir une bourse pour écrire un livre, il faut d’abord que je prouve que je suis capable d’écrire et me faire publier cinq livres. …Sans bourse.

RAISON 4: attendre après une bourse pour écrire un livre, c’est une perte de temps.
On ne peut faire une demande de bourse normale que deux fois par année. Si tu rates la date de tombée, alors sucks to be you. Tu en as encore pour six mois d’attente. Ensuite, c’est six autres mois avant qu’ils rendent la décision. Puis, six autres mois avant que tu reçoives le chèque. Et de là, tu as six mois pour écrire ton livre. Bref, de un an et demi à deux ans entre le jour où tu te dis que tu voudrais écrire un livre, et le produit fini. C’est une sacrée perte de temps, quand je pense qu’à la fin de l’été dernier, ça ne m’a pris que trois semaines, sans bourse et en travaillant à temps plein, pour écrire mon roman Sept Semaines en Appartement.

Mais dans le fond, bourse ou pas, ça ne change pas grand chose au bout du compte, parce que…

RAISON 5: Obtenir une bourse ne garantit en rien la publication.
Si vous croyez que je parle contre le système boursier par frustration de ne jamais en avoir reçu une, détrompez-vous : En janvier 2007, j’en ai eu une de $9 300.00. Six mois plus tard, Riverstock était prêt. Il a passé le premier triage et la première lecture aux éditions Québec-Amérique, mais ça n’a pas été plus loin.

Vous allez dire Oui, mais le fait qu’il avait été accepté à la première lecture, ça démontrait qu’il avait le potentiel d’être accepté et publié dans une autre maison d’édition, non? Possible, mais c’est une théorie que l’état de mes finances ne m’a pas permis de vérifier car…

RAISON 6: Envoyer des manuscrits, ça coûte cher.
Le prix pour faire des copies d’un manuscrit de 250 pages varie d’un centre de photocopies à l’autre et dépend du nombre que tu en prends. Mais disons pour l’exemple que chaque copie te revient à 4$. Au poids du papier, ça coûte environs 8$ pour l’envoyer par la poste. Et si tu veux que les maisons d’éditions te renvoient ton manuscrit en cas de refus, il faut leur fournir une enveloppe de retour pré-affranchie, donc un autre 8$. Au total, chaque manuscrit envoyé par la poste te coûtera 20$. À partir d’ici, tu as le choix entre…:

  • Sauver du temps: Tu veux l’envoyer à 10 maisons d’éditions en même temps? Ça va te coûter 200$. As-tu 1000$ à perdre pour l’envoyer à 50 maisons d’éditions?
  • Sauver de l’argent: Si tu peux juste te permettre 60$ dans ton budget, il ne te reste plus qu’à envoyer ton manuscrit à 3 maisons d’éditions, attendre de 2 à 10 mois leur réponse (probablement négative), recevoir ton manuscrit par la poste, et réinvestir 16$ pour le renvoyer ailleurs. À ce rythme, tu devrais bien finir par trouver une maison d’édition qui acceptera de te publier dans, disons, six ou sept ans, à condition que le sujet de ton récit ne soit pas rendu dépassé à ce moment-là.

RAISON 7: Car oui, les éditeurs prennent une éternité à répondre.
En 2001, un de mes manuscrit m’a été retourné avec une lettre disant ceci:

Monsieur
Nous avons le regret de vous informer que depuis le début de l’année, la direction de notre collection jeunesse n’accepte que les manuscrits sollicités.
En vous remerciant de l’intérêt que vous portez à notre maison d’édition, veuillez bla bla bla etc.

Je comprends et accepte leur refus. Mais ce qui me dérange, c’est qu’il se se soit écoulé quatorze semaines entre le moment où je leur ai posté mon manuscrit, et le moment où j’ai reçu cette lettre. Je veux bien croire que les maisons d’édition sont submergées car tout le monde se prend pour un écrivain depuis qu’internet existe. Mais come on, ça ne devrait quand même pas prendre trois mois et demi avant de se rendre compte qu’un manuscrit qu’ils ont reçu n’a pas été sollicité.

N’empêche, Ça vaut encore mieux que de se faire servir…

RAISON 8: Les excuses bidon pour ne pas te publier.
Si vous me dites que je suis ennuyeux, que le sujet de mon récit n’a pas le potentiel de bien se vendre, que les gens n’en ont rien à diarrher des anecdotes autobiographiques d’un inconnu, d’accord, je peux comprendre et accepter le refus. Je vais même en tirer une leçon. Mais quelle leçon voulez-vous que je tire à part cet éditeur est le pape de la bullshit quand les raisons que l’on me donne ne tiennent pas la route? Par exemple, en 2010, j’ai reçu un refus pour mon roman Miki contre les Forces Occultes. Voici un extrait de la lettre:

La raison de [notre refus] concerne principalement vos références sociales qui sont quelques peu dépassées si on considère l’âge de vos lecteurs. Citons entre autres The Matrix, Star Trek et le magazine Mad.

The Matrix est un classique que tout le monde connait, il y a eu deux films de Star Trek récent, l’un en 2009 et l’autre en 2012, et le magazine Mad existe toujours aujourd’hui, cinq ans après qu’ils m’aient écrit cette lettre. En quoi est-ce que ces références sont dépassées? Et je suis supposé croire que c’est ça, la raison pourquoi ils rejettent le roman? Je dois trouver crédible qu’ils préfèrent me rejeter plutôt que de me demander d’enlever trois petits détails anodins qui ne changent rien à l’histoire?

En 2003, histoire de sauver temps et argent, j’ai eu l’idée d’écrire un courriel à une maison d’éditions dans lequel je donne une courte description de mon roman, en leur demandant si la maison publie ce genre de truc. Si oui, je leur envoie et ils jugeront s’ils en veulent ou non. Sinon, je m’abstiendrai et m’essaierai ailleurs, voilà tout. Leur réponse:

Monsieur.
Nous avons bien lu et relu votre manuscrit. Malgré ses indéniables qualités et son bon potentiel, il a été décidé au final de ne pas le publier.

Comment est-ce qu’ils ont donc bien pu lire et relire un manuscrit que je ne leur ai jamais envoyé?

RAISON 9: En échange de publication, l’éditeur peut dénaturer ton travail.
En 2010, je me suis trouvé un éditeur qui a adoré Miki contre les Forces Occultes. Nous avons signé un contrat, et là ce fut l’étape de la correction par son comité de lecture, constitué en fait de six de leurs auteurs-fondateurs. L’un d’eux a réécrit 60% de mon texte dans son style à lui, a enlevé plusieurs gags, a introduit quelques erreurs de continuité, et a changé les dialogues des adolescents en quelque chose que l’on s’attendrait à entendre de la bouche de professeurs d’université. Lorsque j’ai protesté en disant que les adolescents ne parlent pas comme ça, l’éditeur m’a répondu: « Non, mais les critiques oui. C’est à eux qu’il faut plaire. » Ben oui, tsé, parce que tout le monde sait bien que les adolescents ne lisent que les livres qui sont approuvés par Nathalie Petrowski.

Autres éditeurs, autre livre: Il y en a deux qui se sont montrés intéressés à publier Le Terrorisme Féminin au Québec, histoire dans laquelle je raconte ma relation avec mon ex, la mère de mes enfants, qui se permet de commettre tous les abus contre moi, avec la complicité de la loi. Non seulement ils m’ont tous deux demandé de retirer chaque scène dans laquelle je décris mes propres torts, l’un d’eux a voulu m’imposer, comme couverture, une main de femme faisant un doigt d’honneur, main couverte de bijoux et entourée d’argent et de papiers légaux. Bref, pour être publié, je devais accepter que l’on transforme mon histoire autobiographique en manifeste haineux antiféministe et misogyne.

Vous n’avez jamais entendu parler de ces deux livres? Normal, j’ai préféré rester non-publié et inconnu plutôt que d’accepter que de me faire connaitre en tant qu’auteur des merdes que ces éditeurs voulaient en faire.

RAISON 10: Les contraintes en matière d’écriture et illustrations.
Vous le savez, je suis dessinateur et scénariste. En 2008, j’avais un projet de livre pour enfant. S’il n’a jamais vu le jour, c’est parce que l’auteur n’a pas le droit d’illustrer son propre texte. Eh non, à cause de certaines lois, il doit être dessiné par un illustrateur à l’emploi de l’éditeur. Or, pour être illustrateur, il faut être membre de
Illustrations Québec, ce qui coûte de $183.96 à $344.93. Et payer ces frais qui dépassent largement tout profit que je ferais dans les ventes ne garantit en rien que je serai embauché par l’éditeur, et encore moins que je sois assigné à illustrer mon propre livre.

RAISON 11: La population du Québec n’est pas suffisante pour publier tous les sujets.
Comparons:

  • Population des États-Unis: 316 millions. Tu vends ton livre à 0,1% de la population, ça fait 316 000 copies de vendues, ce qui te rapporte $790 000.00.
  • Population de la France: 66 millions. Tu vends ton livre à 0,1% de la population, ça fait 66 000 copies de vendues, ce qui te rapporte $165 000.00.
  • Population du Québec: 8 millions. Tu vends ton livre à 0,1% de la population, ça fait 8 000 vendus, ça te rapporte $20 000 dollars. Soit $2 720 en dessous du seuil de la pauvreté.

Avec notre faible population, si on veut se faire publier, on ne peut pas écrire sur n’importe quel sujet. Au moment où j’écris ce billet, le palmarès des meilleurs vendeurs au Québec démontre que les sujets qui intéressent le plus les québécois sont: Histoire, politique, santé, nutrition, biographies et études sur la sexualité. Vous écrivez autre chose? Bonne chance pour trouver un éditeur!

RAISON 12: L’immigration peut être une solution, mais…
Tandis que l’on n’arrive pas à se faire publier si on fait de la science fiction, du fantastique ou de la bande dessinés, nous sommes envahis de science-fiction, de fantastique et de bandes dessinées en provenance d’Europe et des États-Unis. La solution peut paraître simple: Déménage en Europe ou aux États-Unis et fais-toi publier là-bas. Oh, mais trouve-toi d’abord une machine à remonter dans le temps qui te ramènera dans les années 70-80. Non seulement il est de plus en plus difficile de changer de pays, certains comme les États-Unis ne t’accepteront que si tu arrives à prouver que tu sais faire un travail qu’un natif américain ne peut pas faire. Et des gens qui ne sont pas capables de se faire publier dans leur pays d’origine, il en ont déjà par millions aux USA.

Ceci dit, puisque deux référendums plus tard, le Québec fait encore partie du Canada, tu peux déménager en Ontario sans que personne ne trouve à redire. Selon Christ Oliver qui a publié quelques livres pour enfants avec mon ex Karine depuis 2004, alors qu’ici on se bat pour avoir des bourses et trouver une maison qui daignera nous publier, là-bas le Gouvernement encourage à coup de subventions la création de maisons d’éditions francophones, et ceux-ci cherchent sans cesse des auteurs francophones ontariens à publier. Évidemment, pour devenir ontarien et y avoir droit, il faut juste que tu quittes le Québec, abandonne ton travail, ta famille et tes amis. Tu as une conjointe qui travaille? Des enfants d’âge scolaire? Tu as trois choix.

  • Ou bien tu les amène et les déracine de force, chamboulant leurs vies de façon radicale, afin que tu puisse réaliser ton rêve.
  • Ou bien tu les abandonne eux aussi, contre l’opportunité de voir ton nom imprimé sur un paquet de papier relié.
  • Ou bien tu abandonnes ton rêve, faisant d’eux les symboles de ce qui t’a empêché de réussir dans la vie.

Mais que ce soit au Québec ou en Ontario, même si tu trouves à te faire publier…

RAISON 13: Il faut être un BS, un chômeur, un retraité, un riche, ou bien déjà auteur à succès pour promouvoir le livre.
Les meilleures ventes d’un livre se font lorsqu’il y a une séance de rencontre et signatures avec l’auteur. Ça signifie devoir faire la tournée des libraires à travers la province, sans oublier les salons du livre. Et même si tu as la chance d’avoir un éditeur assez fortuné et généreux pour payer ton transport, ta nourriture et ta chambre d’hôtel, ça ne change rien au fait que pendant que tu es en tournée, tu ne travailles pas, donc ne gagnes pas d’argent. Comment peux-tu payer ton loyer, l’électricité, le téléphone? Sans compter que pendant que tu te ballades on ze road, tu ne vois plus ni ami ni conjoint ni famille. À moins, bien sûr, de ne te limiter qu’à faire la tournée des librairies de ta ville.

RAISON 14: Tout le monde s’enrichit sur le dos de l’auteur… Sauf l’auteur.
Admettons que tu as écrit un livre, que tu as trouvé un éditeur, qu’il a reçu du cash pour le publier (comme en témoigne la page de garde sur laquelle il remercie le Conseil des Arts et Lettres du Québec et/ou du Canada pour la bourse obtenue dans ce but) et que celui-ci se vend $20.00. Crois-tu que cet argent-là ira dans ta poche? Ha! En réalité, sur chaque copie vendue…

  • $10.00 va au distributeur.  Parce qu’il faut bien faire vivre leurs employés salariés.
  • $5.00 va au libraire.  Parce qu’il faut bien faire vivre leurs employés salariés.
  • $2.50 s’en vont à l’éditeur.  Parce qu’il faut bien faire vivre leurs employés salariés.
  • Et le $2.50 restant, c’est toi, l’auteur non-salarié (sauf si tu as eu la chance d’avoir une bourse) qui le reçoit.
  • … à condition que ce soit un travail solo. Parce que dans le cas d’un livre pour enfants, tu dois partager ton gain avec l’illustrateur que l’on t’a imposé, ce qui te laisse $1.25.

Mieux encore: Si on tient compte de la taxe de 14%, ce qui rajoute $2.80 sur le prix de vente, ça signifie que celui qui achète ton livre donne plus d’argent au gouvernement qu’il ne t’en donne à toi.

Sans auteur, il n’y aurait pas de livres, donc pas d’imprimeries, pas de maison d’éditions, pas de distributeurs et pas de librairies. Pourtant, de tous ces gens, celui qui reçoit le moins d’argent, c’est l’auteur.  Pourquoi? Parce que c’est ça qui est ça. Parce que c’est comme ça et pas autrement. Because fuck you, that’s why! 

RAISON 15:  Certains éditeurs facturent les auteurs au lieu de les payer, ou bien les payent en copies de leurs livres plutôt qu’en argent.
Et on ne parle pas ici de petites maison d’éditions louches et inconnues.  On parle, entre autres, des Éditions de Trois Pistoles de l’auteur à succès Victor-Lévy Beaulieu.  Et s’ils font ça aux auteurs professionnels établis depuis longtemps, quelle chance avons-nous, auteurs inconnus?

Il y en a qui vont dire: « Bon ben tant qu’à payer pour publier, alors qu’est-ce qui t’empêche de publier toi-même tes romans à compte d’auteur? » Simple: Je ne suis pas un éditeur, je suis un auteur. Je n’ai pas l’argent requis pour imprimer ces copies, je n’ai aucune formation pour vendre et distribuer, et encore moins ce qu’il faut pour la comptabilité.  Et de toutes façons…:

RAISON 16: Personne ne respecte l’auto-publication.
J’ai fondé MensuHell et publié ses 33 premiers numéros. L’une des fois où j’ai demandé une bourse pour un projet d’album de BD, il fallait nommer les magazines et journaux dans lesquels nous avons été publiés. Or, l’auto-publication ne compte pas. Ironiquement, ça signifie qu’un auteur de BD peut dire qu’il a été publié dans MensuHell, et ça compte pour lui. Mais puisque c’est moi qui faisais MensuHell, alors dans mon cas, c’était de l’auto-publication. Donc, même si j’y travaillais plus que tous ceux que j’y ai publié, ça ne compte pas.

De plus, lorsque quelqu’un choisit de s’éditer lui-même, la première chose qui vient en tête des gens, c’est que s’il est obligé de s’auto-publier, c’est qu’il n’a pas réussi à trouver un éditeur voulant de lui, ce qui est signe qu’il est un sans-talent. Je dois donc me rendre à l’évidence: Même si j’ai été publié dans des journaux et magazines de 1988 à 2008…:

RAISON 17: Je manque de talent.
Soyons réalistes! Depuis le temps que j’écris, si j’étais vraiment talentueux, ça ferait longtemps que j’aurais trouvé un éditeur pour publier mes livres, peu importe les obstacles. Parce que malgré tout ce que je trouve à dire contre le domaine de l’édition, de nouveaux auteurs apparaissent sur les tablettes à chaque année sans que ça ruine leur vie personnelle ou financière. Ça ne peut donc pas être toujours de la faute des éditeurs ou de ma situation géographique.

Ou alors, c’est peut -être tout simplement parce que…

RAISON 18: Je m’obstine à n’écrire que sur des sujets tabous et/ou mal vus et/ou trop négatifs.
Les éditeurs refusent tout ce qui puisse être vu comme étant la justification d’un acte criminel, ou toute littérature qui puisse engendrer de la haine contre un groupe.  Or, puisque la plupart de mes récits s’inspirent de faits réels, il y a beaucoup de ça. Par exemple:

Seize Ans d’Abus, aussi connu sous le titre alternatif de Le Terrorisme Féminin au Québec, ne faisait que raconter, et ce de manière totalement objective, la manière  dont une de mes ex se servait de la Loi afin de me faire subir les pires abus, à répétition, et ce impunément.  La moitié des commentaires que j’ai reçu disaient « Fuck, t’es patient, à ta place j’te l’aurais massacrée, c’te bitch-là! » ou bien « Moi j’aurais payé une coupl’ de gars pour lui faire casser les deux jambes. »  Et la majorité de ces commentaires me venaient de lectrices. Oui, des femmes!  Bref, même si je ne racontais que la vérité, sans jamais y poser moi-même des jugements de valeur contre cette ex, il reste que sa lecture incitait les gens à en arriver à la conclusion que non seulement la violence contre une femme est parfois justifiée, dans certains cas isolés ça reste la seule solution.  Et ça, en effet, ce n’est pas un sentiment qu’il faut transmettre à la population.

Dans Surveiller Nathalie, voyage dans la tête d’un harceleur, je raconte exactement ce que dit le titre.  J’y raconte les deux seuls mois de ma vie, en été 1989, où j’ai harcelé une ex.  Je me disais que ça pourrait intéresser les gens si, pour une fois, le harcèlement était raconté à partir du point de vue du harceleur, et non de sa victime.  Malheureusement, en expliquant les raisons qui m’ont poussées à poser ces gestes, c’est comme si je les justifiais.  Or, tout comme dans l’exemple précédent, il ne faut pas donner à la population l’idée qu’un geste négatif contre autrui, surtout s’il est immoral et illégal, surtout contre une femme, puisse être justifiable.  Donc, dommage pour le côté éducatif de la chose, mais non, impubliable.

Dans 52 jours à Montréal, aussi connu sous le titre original de Sept Semaines en Appartement, je raconte comment, à 19 ans, je tente de tromper ma blonde, je vole de l’argent et de la nourriture à ma colocataire, je fais un trou dans le mur afin de la voir dans sa chambre en train de baiser, je mens, je suis méprisant, haineux, homophobe, et même si je ne le fais jamais, j’avoue néanmoins être tenté de céder aux avances sexuelles de ma cousine (par alliance) de 14 ans. Et non seulement je me donne l’air noble en décidant d’avouer mes vols à ma coloc, je rabaisse le fait qu’elle entre dans une colère pourtant justifiée. Je vis des déboires, mais aucun n’est en conséquence des gestes immoraux et illégaux que je pose.  En fait, c’est le contraire: Mes pires déboires sont les conséquences de quand je fais ce que j’ai à faire, quand je suis honnête et quand je dis la vérité. 

Le roman Un Été à Saint-Ignace-de-Montrouge a beau être une oeuvre de fiction, le personnage principal est porté disparu car il a fui une conjointe qui n’est qu’une pâle copie de mon ex, celle de Seize Ans d’Abus. Là encore, ça dépeint la femme sous un mauvais jour.  Et là encore, d’ici à ce que la population en vienne à la conclusion comme quoi le message de mon livre est que les femmes sont toutes pareilles, il n’y a qu’un pas.

Et dans mes deux autres romans fictifs, Riverstock et Miki Contre les Forces Occultes, les gens se divisent en trois catégories: Les abuseurs, les losers, et les adultes qui exploitent enfants et ados.  Et puisque dans les deux cas, les personnages sont mineurs, les éditeurs envoient ça directement dans leurs collection jeunesse.  Mais voilà, les publications destinées aux jeunes ne veulent pas d’histoires dans lesquelles tous les adultes sont dépeints comme étant des pourris qui ne sont qu’hostiles envers les jeunes.

RAISON 19:  Les histoires autobiographiques d’auteurs inconnus, ça n’intéresse que ceux qui les écrivent.
C’est du moins l’opinion de trois grands éditeurs au Québec.  Une opinion qui rend doublement impubliable la majorité de mes récits.    

Alors pourquoi est-ce que je continue d’écrire malgré le fait que je suis impubliable? Parce que mon but premier n’a jamais été d’être publié. Mon but premier, c’est d’écrire. C’est ça ma passion. Le papier, ce n’est rien d’autre qu’un véhicule qui sert transporter l’oeuvre d’un auteur vers son public. En ce sens, Internet est beaucoup plus efficace. C’est la raison pourquoi j’ai cessé de faire du fanzinat en 2003 pour mettre tous mes textes et dessins sur le net. Sur mon blog, mes écrits sont envoyés instantanément à mes lecteurs, je n’ai aucune restrictions de temps ou de censure, j’ai régulièrement de 350 à 500 visites par jour. Et bien que je n’en retire pas un sou, ce n’est pas non plus comme si je ferais grand argent à être publié, de la façon que ça marche dans le monde de l’édition au Québec.

Et puis, côté talent, il ne faut pas oublier qu’il y a 20 ans cette année j’ai écrit une liste de noms de famille composés qui est devenu le premier texte viral québécois, et celui-ci continue encore aujourd’hui d’être envoyé et reproduit partout sur le net, dans les journaux, les magazines, cité à la télé et à la radio, et ce dans tous les pays francophones de la planète. Quant à mon premier billet sur les comportements sur Facebook, il a reçu 108 733 visites en une seule journée. Alors après 35 ans d’écriture non-stop, il y a peut-être de l’espoir pour moi.

Ou du moins, il y en avait jusqu’à aujourd’hui. Car, voyez-vous…

RAISON 20: Le budget du Conseil des Arts et Lettres du Québec vient de se faire couper 2,5 millions.
Ils ont beau dire que les créateurs ne devraient pas subir les effets de cette réduction de budget, ça n’améliorera certainement pas les choses. Ce qui est désolant de constater, c’est que si les réalités de l’édition au Québec étaient universelles, bon nombre de grands classiques contemporains n’auraient jamais pu voir le jour, et la culture s’en serait retrouvée fort appauvrie.

_____
Y’A LIENS LÀ:

Joignez la page Facebook de Mes Prétentions de Sagesse.
Radio Canada: Le côté sombre du livre québécois.

 

 

Je Suis Char…rié par les médias.

Je ne suis pas directement concerné par le conflit entre Charlie Hebdo et les tueurs de l’état islamique. Dans le sens que ma vie n’est pas en danger.  Sûr, comme des milliers de personnes, j’ai arboré un Je suis Charlie sur mon Facebook pendant quelques jours, parce que je trouvais aberrant que l’on tue douze personnes, dont deux de mes idoles de jeunesse, à cause de quelques dessins. Mais à part ça, je n’ai aucun parti pris. Je ne suis pas un militant de la liberté d’expression.  Oui, je suis pour, mais je considère que ça ne devrait pas être une excuse pour dire n’importe quoi.  Et bien que je sois croyant, je n’adhère à aucune religion. Je n’ai donc rien d’un théologicien. La preuve, c’est qu’en soulignant ce mot en rouge lorsque je l’ai écrit, Word m’a démontré qu’il n’existe même pas.
Non, comme la majorité, je suis juste un gars du public. Et nous, du public, plus le temps passe, et moins on s’y retrouve dans toute cette histoire.

Un jour, on apprend que deux-trois musulmans ont tué des gens dont le crime fut de caricaturer leur prophète. Le lendemain, plein de chefs religieux musulmans condamnent l’attentat, assurant la population que ces tristes individus ne représentent en rien l’Islam, et que cette religion en est une de paix. Quelques jours plus tard, d’autres tueries en relation avec Charlie Hebdo sont perpétrées au nom de l’Islam. Un jour, on nous dit que nulle part dans le Coran on ne fait mention de l’interdiction de caricaturer le prophète. Le lendemain, reportage à la télé comme quoi il y a eu huit nouveaux morts, en réaction à de nouvelles caricatures du prophète qui insultent le Coran.

D’un côté on est pour le respect de la liberté d’expression. De l’autre, on déplore que l’on profite de la liberté d’expression pour manquer de respect aux autres. D’un côté, on insulte la religion des autres, ce qui provoque des assassinats, ce qui est inacceptable. De l’autre, si on arrête par peur de se faire tuer, surtout pour de simples dessins d’humour, alors ça signifie que l’on cède au terrorisme, ce qui est inacceptable. D’un côté, on se dit que les véritables fous, ce sont ceux qui sont capables de tuer pour un dessin. Et d’un autre côté, on se dit que les fous, ce sont ceux qui font des dessins dans le but de provoquer ceux que l’on sait capables de tuer pour un dessin.

Et pendant ce temps-là, à tous les jours, le public voit le conflit escalader, et il angoisse comme jamais car il lui est impossible de prendre position. Parce que tout ce qu’on lui dit, on le lui contredit aussitôt. Parce que de la façon dont les deux parties réagissent, il est impossible de distinguer les bons des méchants. Parce que d’un côté, tout le monde a tort de rester sur ses positions. Et de l’autre côté, tout le monde a raison de rester sur ses positions. D’un côté, ce que je viens de dire est illogique et impossible. Et de l’autre côté, on n’a qu’à voir les nouvelles dans les journaux et à la télé pour constater que ça n’en demeure pas moins les faits et la réalité.

Il y a cinq ans, j’ai écrit un billet au sujet d’un principe que j’ai nommé La Lâcheté Davidienne, une technique qui consiste à attaquer sans cesse une cible beaucoup plus forte que nous, de façon à ce que, quoi qu’il fasse, il perde aux yeux de l’opinion publique. Par exemple, une faible femme de 5 pieds 2 pesant 110 lbs qui se mettrait soudain à frapper son conjoint de 6 pieds et 250 lbs:

  • Il ne lui rend pas ses coups? Hey, tout le monde, regardez ce lâche qui se laisse tabasser par une faible femme.
  • Il la frappe ou se contente de l’immobiliser? Hey, tout le monde, regardez ce lâche qui s’en prend physiquement à une faible femme.
  • Il se contente de partir? Hey, tout le monde, regardez ce lâche qui fuit devant une faible femme.

Remplacez la femme par Charlie Hebdo, les coups par leurs caricatures de Mahomet, et le mari par l’Islam. C’est la même situation : Un faible qui s’attaque à plus grand que lui en criant « Même pas peur! » Ou bien il gagne et devient un héros dont le courage mobilise la foule contre sa cible. Ou bien il perd et devient un martyr dont le courage mobilise la foule contre sa cible. D’une certaine façon, on peut se dire que c’est admirable car c’est ce qu’a fait Martin Luther King en se battant pour les droits des noirs aux États Unis. À ceci près qu’il y a une sacrée différence entre réclamer le droit à l’égalité sociale, et réclamer le droit d’insulter la religion des autres.

Vous savez quoi? Je pense que Charlie Hebdo est un conflictuodépendant. 

 Il dépend du conflit pour vivre, alors il l’alimente.

Le mouvement « Je suis Charlie » et les cyniques.

Avez-vous remarqué qu’à chaque fois que les gens apportent leur soutient à une cause, il y a toujours des imbéciles pour essayer de les freiner à coup de sophismes?



En fait, non, ce ne sont pas des imbéciles. Ce sont juste des gens qui ont peur de se faire juger pour ne pas avoir joint la cause en question.  Ils tentent alors de se justifier en contre-attaquant ceux qui l’ont joint. Or, quand on contre-attaque avant même d’être attaqué, c’est parce que consciemment ou non, on considère que les autres ont de bonnes raisons de nous faire des reproches.  Et quand on se sent comme ça, c’est signe que l’on n’a pas la conscience tranquille. On agit alors en imbécile, en attaquant ceux dont le seul crime a été de vouloir apporter un soutien moral à autrui.

On peut ne pas croire en une cause.  On peut y être indifférent.  On peut même être contre.  C’est normal et acceptable. Mais quand on attaque ceux qui sont pour, même s’ils ne nous ont jamais demandé de faire comme eux, alors on a un sérieux problème de personnalité.

Se faire connaître pour les mauvaises raisons.

Dans le billet précédent, je raconte comment j’ai décidé de rester anonyme plutôt que de saisir l’opportunité de me faire connaître à travers le monde, parce que cette opportunité me demandait de commettre un geste négatif, soit noyer la torche olympique des jeux de 2010 en la lançant en bas d’un pont, et que ce n’est pas pour ce genre de chose que je veux être connu.

À l’inverse, il y en a d’autres qui cherchent tellement à se faire connaître, ils considèrent que tous les moyens sont bons pour y parvenir. L’exemple le plus flagrant de ce genre de personne est sans nul doute celui que nos cousins Européens ont surnommé Le Dépeceur Canadien:  Luka Rocco Magnotta.

En survolant sa biographie, on voit que dès le début de sa vie adulte, il croit qu’il peut devenir riche et célèbre avec un minimum d’efforts, en n’utilisant rien d’autre pour avancer que son look, son charme et sa personnalité. Magnotta se considère supérieur à la masse populaire. Ce n’est pas le genre de personne qui se voit travailler physiquement et/ou occuper un boulot simple, banal et anonyme. En fait, son comportement porte à penser que, consciemment ou non, il a la conviction que l’attention et l’amour de tous sont dus. Les gestes qu’il posera plus tard ne serviront qu’à attirer l’attention sur lui. C’est une façon d’interpeler les autres, une façon de dire « Hey! Je suis ici! Bon, maintenant que vous m’avez trouvé, oubliez la raison qui vous a fait découvrir que j’existe, et commencez à admirer ma personne, tel que vous êtes supposés le faire. »

Selon sa page Wikipedia, ses gestes provoquant l’attention se sont déroulés de la façon typique des gens en manque de reconnaissance, c’est-à-dire en passant par ces sept étapes :

ÉTAPE 1, l’attente légitime : Il s’attend à être légitimement admiré. Alors il agit de façon passive, en se faisant voir, tout simplement, en attendant d’être découvert et qu’on lui offre le monde. Il cherche à se faire trouver beau, se faire trouver intéressant. Dans son cas :
– A subi quelques chirurgies esthétiques afin d’augmenter sa ressemblance avec James Dean.
– Maquillage, photos, poses de mannequin.
– Changer son nom, de Eric Newman à Luka Rocco Magnotta.
… Mais ça n’a que peu marché.  Donc:

ÉTAPE 2, la séduction d’un petit groupe : Voyant que la façon passive ne fonctionne pas, il commence à se faire voir le plus qu’il peut, et ce dans des situations où il apparait comme étant séduisant. Dans son cas :
– Est devenu danseur nu pour club gai.
– A posé pour Fab, un magazine gai de Toronto.
– Est devenu escorte mâle.
– Est devenu acteur de film porno gai. (D’où, probablement, le Rocco de son nom, en référence à Rocco Siffredi)
… Mais ça n’a que peu marché.  Donc:

ÉTAPE 3, tenter la séduction d’un large public : L’étape précédente lui ayant rapporté quelques échantillons de l’admiration qu’il réclame, il en veut encore plus. Il tente alors de se faire voir par un plus large public. Dans son cas :
– A auditionné pour le show réalité COVERguy.
– A auditionné pour le show Plastic Makes Perfect.
… Mais ça n’a pas marché.  Donc:

ÉTAPE 4, se créer une fausse popularité : Voyant que l’étape précédente a été un échec, il tente de créer lui-même de façon artificielle cette popularité qui, dans sa tête, lui est due et lui est injustement refusée. Dans son cas :
– A créé 70 comptes Facebook sous de faux noms, comptes où il se faisait passer pour des admirateurs de Magnotta, parlant en bien de lui-même, se faisant de la pub partout où il le pouvait.
– A créé 20 pages web, sous différentes identités, dans le même but.
… Mais ça n’a pas marché.  Donc:

ÉTAPE 5, passer de vouloir être admiré à vouloir faire pitié : Rendu à cette étape, l’espoir a fait place au désespoir. Obligé de constater son incapacité à obtenir l’admiration, il change de stratégie : Puisqu’on ne lui permet pas d’avoir exposition, gloire et fortune par admiration, il va tenter d’avoir exposition, gloire et fortune par pitié, en se faisant passer pour une pauvre petite victime injustement harcelée qui réussirait dans la vie si seulement les gens cessaient de lui mettre des bâtons dans les roues. Dans son cas :
– En utilisant ses pages web et faux comptes Facebook, il a répandu une fausse rumeur comme quoi il aurait fréquenté Karla Homolka peu après sa sortie de prison.
– Ensuite, utilisant cette rumeur fabriquée lui-même, il sollicita une entrevue au Toronto Sun et à la radio afin de la démentir.
– S’est plaint mensongèrement d’avoir perdu des contrats de modélismes et d’avoir reçu des menaces de mort à cause de ces fausses rumeurs.
– Bref, il utilise les médias pour attirer l’attention sur le fait qu’il est un mannequin à la recherche d’une place sous les spots.
… Mais ça n’a pas marché.  Donc:

ÉTAPE 6, se faire connaître coûte que coûte : Rendu à cette étape, le désespoir a fait place à la frustration. Il n’arrive pas à se faire connaître en se faisant aimer? Il n’arrive pas à se faire connaître en se faisant pitié? Alors il se fera connaître en se faisant haïr. Il se justifie en se disant que ce n’est pas de sa faute. Il a tout fait pour se faire aimer, c’était aux autres de lui donner ce qu’il demandait. Il se lave donc les mains des gestes aberrants qu’il se croit obligé de poser. Dans son cas :
– Il se filme en train de suffoquer des chatons à l’aide d’un aspirateur.
– Il se filme en train de donner un chaton vivant à manger à un boa.
– Il met les vidéos sur son propre compte YouTube, et poste les liens sur divers forums, toujours sous de fausses identités, histoire de ne pas avoir l’air de se faire de la pub lui-même.
… Mais ça n’a que peu marché.  Donc:

ÉTAPE 7, exprimer son FUCK THE WORLD final : Rendu à cette étape, la frustration a fait place à la haine. Puisqu’il est plus facile de déplaire aux gens que de leur plaire, ses vidéos de chats tués lui ont apporté plus d’attention que toutes ses tentatives d’expositions précédentes. Hélas, ça ne reste qu’un échantillon, comparé à la notoriété qu’il désire tant avoir. Victime de son Ego démesuré, il se dit que puisqu’on l’empêche de devenir la personne la plus aimée au monde, alors il deviendra la personne la plus détestée. Si c’est ça que ça prend pour avoir enfin l’attention médiatique mondiale qui, dans sa tête, lui revient de droit, alors ainsi soit-il. Dans son cas :
– A torturé, tué, démembré et violé, dans cet ordre, un étudiant chinois nommé Lín Jùn, avant de se livrer à des actes de cannibalisme sur son cadavre.
– S’est filmé pendant son meurtre.
– A posté le vidéo sur le net.
– A envoyé par le poste différentes partie du corps de sa victime : À une école, au Parti Conservateur du Canada et au Parti Libéral.
… Et ÇA, ça a marché.

Après s’être arrangé pour devenir la personne la plus recherchée au pays, il a trouvé une façon à la mesure de son Ego pour s’assurer de ne jamais se faire prendre: Déménager à l’autre bout de la planète. Mais voilà, l’orgueil mal placé perd toujours son homme: Il s’est fait prendre dans un café internet à Berlin alors qu’il googlait à son propre sujet.

Faire le parallèle avec les gens qui nous entourent.
Dans la vie de tous les jours, on retrouve chez beaucoup de gens le même genre de côté narcissique que possède Magnotta. Et bien que ça prend une personnalité psychopathe pour en arriver à de tels extrêmes, n’empêche qu’en les regardant agir, on constate qu’il leur arrive parfois de passer à travers les sept étapes décrites ici. À degré moindre, j’ai vu ça chez certaines personnes ressentant un amour non-sollicité par l’autre parti. J’ai également vu (et subi) ça de la part de wannabe-artistes qui n’avaient ni le talent ni la patience de travailler pour se développer le talent en question. Ces gens sont d’abord et avant tout en amour avec eux-mêmes, et ils prennent très mal que les autres ne partagent pas cette admiration qu’ils croient légitime. Alors dès qu’on a la chance de les repérer, il faut couper les ponts avec eux sans hésiter.

Parce que pour les gens égocentriques et narcissiques, les autres ne sont pas des gens. Ils ne sont que des objets à utiliser, à exploiter, mais surtout à parasiter afin d’en vivre.

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :