La saga du casino, 2 de 3: Pour le pire…

Début de mars 1994. Le lendemain de sa soirée au Casino où ils lui ont remis les clés de la Lincoln Continental, la belle-mère n’a de cesse d’admirer son véhicule. Puis, en soirée, après avoir soupé, elle se change et repart au casino en disant:

« Bon ben à c’t’heure que j’ai gagné le char, m’as aller gagner l’argent pour les plaques, les assurances pis l’enregistrement. »

Et devinez quoi?  C’EST ARRIVÉ!   Le hasard a voulu qu’elle en revienne ce soir-là avec plusieurs milliers de dollars, soit de quoi couvrir toutes les dépenses relatives à l’auto. Après ce coup-là, la belle-mère deviendra totalement accro au casino, voyant la chose comme le juste retour de karma d’une longue vie de misère, de travail acharné et de sacrifices.

Petit historique de la famille Sinclair (D’après ce que Kim m’en a dit.)
Les Sinclair viennent de Charlevoix.  Vers la fin des années 1970, sans consulter son mari, la (future) belle-mère a pris la décision de vendre la maison et d’installer la petite famille à Montréal. Elle se foutait bien du fait que son mari et leurs filles Kim et Muriel se retrouvaient brusquement déracinés. Elle voyait la grande ville comme étant une terre d’opportunité, l’équivalent du American Dream, capable de faire sa fortune. Après divers emplois, elle a pu s’en mettre assez de côté pour se payer un camion réfrigérant et est devenue livreuse de produits laitiers pour Québon.

A force de temps, de travail et de sacrifices, elle a réussi à devenir propriétaire d’une maison à revenus, soit le triplex dans lequel ils vivent en ce moment. Or, elle fit son achat avant de le faire inspecter par la ville.  Par conséquent, elle s’était bien faite avoir. La maison lui avait été vendue en tant que quadruplex.   Lorsqu’un inspecteur passa, il lui signala que l’appartement du sous-sol était illégal, puisqu’il n’y a qu’une seule sortie, ce qui enfreint toutes les règles de sécurité.

Ensuite, un des logements du haut était loué à un BS.  Un an après l’achat de la maison, il est parti en devant plusieurs mois de loyer. La belle-mère a dépensé beaucoup en frais légaux pour le retracer et le traîner en cour. Elle y a appris, à son grand désarroi, que quand tu poursuis une personne qui est sans le sou, le plus que la Cour peut faire, c’est lui donner l’ordre de rembourser à coup de quelques dizaines de dollars par mois, montant dérisoire quand le loyer en retard et les dépenses légales montent à plusieurs milliers de dollars. Le locataire n’a payé ce montant dérisoire qu’une seule fois, avant de disparaître de nouveau. La belle-mère ayant perdu assez d’argent dans cette aventure comme ça, elle n’a eu d’autre choix que de laisser tomber.

Enfin, la vieille dame qui habitait au logement restant est partie vivre en foyer pour personnes âgées.  Et c’est ainsi que cette maison qui devait générer un revenu de trois loyers, qui aurait pu payer l’hypothèque et bien plus, s’est transformée en gouffre financier.

Suite à son expérience avec le locataire BS, la belle-mère considère qu’on ne peut pas se fier aux jeunes.  Aussi, elle ne veut louer qu’à des personnes âgées.  Mais voilà, quand ces gens cherchent un appartement, ils essayent d’éviter les escaliers autant que possible. Les deux logements du 2e étage ne trouvent donc pas preneurs et sont vacants depuis des années.

Malgré tout, à force de travail, d’épargne et à mener une vie bien rangée, elle accumulait peu à peu: Des véhicules, des placements, une collection de monnaie rare, etc…  Son seul excès, c’était le tabagisme, fumant un ou deux paquets par jour.

Le travail de livreuse de la belle-mère lui prend 14 heures par jour, 6 jours par semaine. Son horaire de la journée s’établit ainsi: Lever à 5:30, départ à 6:00 vers l’entrepôt de Québon. Le temps d’y arriver et de remplir le camion de sa commande de lait de la journée, elle repart à 7:30 pour commencer ses livraisons à 8:00, et les terminer à 17:00. Puis, après le souper, elle fait sa comptabilité de la journée jusqu’à 22:00. Puis, elle va se coucher et dort jusqu’au lendemain matin, 5:30.

À partir du moment où la belle-mère devient accro au casino en cette fin d’hiver 1994, son horaire de la journée reste inchangé de 5:30 à 17:00. Cependant, une fois revenue à la maison, elle mange maintenant à toute vitesse, fait sa comptabilité, puis se change et part au volant de sa Lincoln Continental en direction du casino. De nos jours, le casino opère 24/7.  Mais à ses débuts, il était fermé de 3:00 à 6:00 am.  Elle y reste donc jusqu’à la fermeture, à trois heures du matin. Elle revient à la maison et dort de 3:30 à 5:30, puis elle se lève et repart travailler. Elle maintiendra ce rythme infernal à deux heures de sommeil par jour de façon quasi quotidienne pendant au moins deux mois.

Mais entre-temps …

Dernier jour de mars 1994. Voilà un mois et demi que Kim et moi sommes allés au casino pour la première et dernière fois.  Et nous subissons encore les conséquences de son excès de dépenses.   Attablés à notre appartement de Verdun, nous faisons nos comptes. En comptant l’argent que Kim a en banque dans notre compte conjoint et en l’ajoutant à celui du chèque de chômage qu’elle va recevoir demain chez sa mère, et en soustrayant nos factures mensuelles, on constate qu’il va nous manquer cinquante dollars pour pouvoir payer les quatre cent du loyer à remettre demain.

Il me vient alors une idée. Un plan logique, à risque minime.  Je l’expose à Kim:

« On pourrait prendre un risque calculé. »
« C’est à dire? »
« On pourrait aller au casino, mais en limitant nos dépenses à cinquante piasses. Si on gagne, notre problème est réglé. Si on perd, on va être dans le trou de cent piasses au lieu de cinquante, mais ça ne va pas nous mettre dans l’trouble tant que ça. Dans un cas comme dans l’autre, ça va pouvoir se régler à ton prochain chèque de chômage dans deux semaines. »
« Ouais! Ça a ben d’l’allure. Ok, let’s go! »

Nous passons à un guichet automatique. Kim retire cinquante dollars (On pouvait retirer des multiples de 10 à l’époque), et on se rend au casino. Une fois arrivés, on se le sépare en vingt-cinq pièces de un dollar chacun, et on part chacun de notre côté.

Probablement influencé par le gain de la belle-mère, je m’assois aux machines qui entourent une Lincoln Continental.  Pour gagner l’auto, il faudrait que je joue la mise maximale de trois dollars et que les trois chiffres 7 apparaissent sur mon écran. Je joue en alternant au hasard la mise, mettant parfois un dollar, parfois deux, parfois trois.

Et là, tout juste après avoir mis trois dollars, J’AI LE TRIPLE SEPT!

Pendant deux secondes, je crois avoir gagné l’auto, mais la machine commence à me verser une chute de pièces de un dollar. Je déchante un peu en réalisant que pour que je puisse gagner l’auto, il aurait fallu que sortent dans l’ordre le 7 bleu, le 7 blanc et le 7 rouge. Dans mon cas, les couleurs étaient dans le désordre. Cependant, je ne m’en plains pas car cette combinaison me rapporte deux cent quarante dollars. Satisfait et heureux que mon plan ait fonctionné, je remercie le ciel d’être venu me donner ce très apprécié coup de pouce. Je ramasse mes gains, me lève et viens pour partir.  Mais Kim, qui avait déjà perdu sa part, arrive et ne l’entend pas de la même façon.

« Tu vas quand même pas sacrer l’camp juste comme tu commences à être chanceux? »
« Pourquoi rester? On a gagné l’argent qui nous manque pour le loyer, on a récupéré notre mise de départ, pis on se retrouve en plus avec cent quarante piasses en bonus. Ça va nous permettre de faire une bonne épicerie.  Ou même, tiens, de te permettre de rembourser ce qui reste de ta dette à la Caisse Populaire.   J’trouve qu’on est déjà assez chanceux comme ça. »
« Come on!  Tu serais vraiment un estie d’cave d’abandonner une machine qui commence à cracher. »
« Ça c’est le genre de mentalité qui perd son homme.  C’est exactement en pensant comme ça que tu t’es endettée ici le mois dernier. »
« C’est pas pareil.  Là, c’est pas de l’argent qui provient de mon compte de banque.  C’est d’l’argent du Casino. »
« Faut savoir quand s’arrêter si on veut pas toute perdre. J’aime ben mieux être reconnaissant de ce que j’ai eu plutôt que d’être frustré de ce que j’ai pas. »

Je viens pour partir vers le guichet dans le but d’échanger mes pièces contre de l’argent en papier, mais elle m’empoigne par la chemise pour me retenir et continue de m’insulter de plus belle  pour mon manque d’ambition.  Craignant qu’elle me fasse une scène en plein casino, je lui refile une vingtaine de dollars pour qu’elle puisse continuer à jouer. Elle les perd en trois minutes et m’en réclame davantage.

Comme je la connais, je sais trop bien que je n’aurai pas fini d’en entendre parler si j’insiste pour que l’on parte tout de suite. Je lui suggère donc un compromis: Moi je rentre à la maison avec les cent dollars qui manquent à notre budget, et je lui laisse le reste qu’elle pourra continuer de jouer. Elle accepte.

Je rentre à la maison, satisfait d’avoir sauvé la situation et fier d’avoir su jouer de façon intelligente. C’est dommage pour l’épicerie, quand même. Bah! Si c’est ce que ça prend pour qu’elle ait sa leçon et que ça lui fasse perdre ses envies de jouer, ça aura valu le coût.  En comparant ma manière de jouer avec la sienne, elle verra bien qu’il n’y a pas plus vrai que le proverbe qui dit « Qui ne risque rien n’a rien, qui risque tout perd tout. »

Le lendemain matin, j’appelle Kim afin de lui demander si elle a reçu et déposé son chèque de chômage, afin que je puisse aller payer mon loyer. (En cette époque pré-tout-l’monde-a-un-cell, ça signifie que j’appelle la ligne de maison, chez ses parents)  Ça ne répond pas.

Je sens que ça augure mal.

Je la rappelle en vain à toutes les heures, de dix heures du matin jusqu’à dix-sept heures trente, soit au moment où ses parents reviennent de travailler. Son père me répond qu’elle n’est pas là, mais qu’il lui fera le message de me rappeler.

Le soir venu, c’est passé vingt-trois heures que Kim me rappelle enfin. Elle est en pleurs, dans un état de grande déprime. Elle m’explique qu’hier elle a perdu tout ce que je lui ai refilé au casino.  Alors ce matin, dès qu’elle a reçu son chèque de chômage par la poste, elle n’a pas accepté de rester sur cet échec. Elle est tout de suite allé l’échanger pour ensuite filer au casino pour le jouer.

Après l’avoir tout perdu, refusant toujours l’échec, elle a continué sur sa lancée. Elle a retiré de notre compte commun l’argent de l’électricité, l’argent du téléphone, l’argent des produits pour bébé William, le reste de l’argent du loyer, et elle a terminé sa lancée en jouant toute la monnaie dans ses poches, jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus que quinze sous, soit trop peu pour la moindre machine.  Elle n’a même pas mangé de la journée, pour ne pas « perdre » au restaurant du Casino de l’argent qui aurait pu la faire gagner.

Je regarde sur la table de cuisine, contemplant les cent dollars que j’ai ramené du casino hier, et je me sens m’effondrer moralement. Hier, il me manquait cinquante dollars pour payer mon loyer. Aujourd’hui, à cause de la stupidité et de l’hypocrisie de Kim, il m’en manque trois cent. Et je ne parle que du loyer, car je n’ai maintenant plus rien non plus pour payer les factures de téléphone et d’électricité.

Plus je fais des efforts pour me sortir de la merde, et plus les agissements de Kim m’y renfoncent encore plus profondément. Au moins, mon cent dollars permettra d’acheter des produits de première nécessité pour bébé William. Mais à part ça, nous sommes totalement ruinés.  

À quoi ça sert d’agir de façon intelligente et réfléchie quand notre sort dépend de gens qui se comportent de façon imbécile?

 

À CONCLURE

Publicités

La Saga du Casino, 1 de 3: Pour le meilleur…

Cette histoire se passe lorsque j’avais 25 ans, à l’époque où j’étais jeune père de mon premier fils, vivant avec Kim, ma conjointe.

Février 1994. La tante de Kim, une des sœur de ma belle-mère, vient leur rendre visite lors d’un matin enneigé. Elle est descendue exprès de Charlevoix dans son beau char sport de luxe pour aller faire un tour au Casino de Montréal nouvellement construit. Elle nous invite à l’y accompagner.

Au début, Kim ne tient pas à ce que je vienne avec elles car, me dit-elle, il s’agit d’une sortie entre membres de sa famille. Je n’ai absolument rien contre ça, et je me porte volontaire pour rester à la maison et garder William. Je n’ai jamais mis les pieds dans un casino, mais je considère que je suis trop pauvre pour aller risquer le peu d’argent que j’ai dans des jeux de hasard. Sans compter que je n’ai jamais eu la fièvre du jeu et je tiens à ce que ça reste ainsi.

Kim change alors d’avis et insiste pour que je les accompagne. Je refuse en lui expliquant mon point de vue, mais ça ne la rend que plus insistante. Le père de Kim n’aime pas non plus l’idée d’y aller. Problème réglé: C’est lui qui gardera William. Je me vois donc obligé de les accompagner. J’ai appris ce jour-là que les sièges arrières d’une auto sport de luxe, c’est très étroit et inconfortable. Payer si cher pour un véhicule si peu pratique. Décidément, je ne comprendrai jamais les riches.

Et nous voilà au Casino, ancien pavillon de la France de l’Expo 67.

Kim me fournit quarante dollars. J’en échange la moitié en pièces de un dollar et l’autre moitié en pièces de vingt-cinq sous. On se sépare.

Je joue environs une heure et demi avec mes vingt-cinq sous, mais je finis par tout perdre, à trois pièces près. Je décide donc d’arrêter les frais et d’aller me faire ré-échanger mes vingt pièces de un dollar contre un billet de vingt. Je me rends au comptoir d’échange et leur donne les pièces. La fille au comptoir les met sur un compteur automatique qui affiche $20.00. La fille dépose sur le comptoir devant moi un billet de dix, un billet de cinq, deux billets de deux, et quatre pièces vingt-cinq sous.

« Que c’est ça? »
« Votre argent monsieur. »
« C’est parce que si j’ai pris la peine de vous donner vingt pièces de une piasse, c’est pour avoir un billet de vingt. Est-ce que je pourrais en avoir un s’il vous plaît? »
« J’m’excuse. C’est le règlement. Chu obligé de donner un peu de monnaie aux clients sur leur départ. »

Je mets ma main dans ma poche, j’en ressors trois pièces de vingt-cinq sous et je les lui montre.

« J’en ai déjà, des vingt-cinq cennes. Si j’avais voulu de la monnaie, je vous aurais demandé de la monnaie. »

Le client a toujours raison, surtout s’il refuse de se laisser marcher sur les pieds. La fille reprend l’argent et me remet un billet de vingt. Je la remercie et pars en me demandant bien c’est quoi la logique de ce règlement stupide.

Je déambule en cherchant machinalement la sortie. Et c’est là que je constate un truc qui ne m’avait pas frappé à mon arrivée. L’intérieur du casino est fait en cercle. L’entrée est à une extrémité, le comptoir de change est à l’autre bout complètement, et il n’a a pas de chemin qui mène directement de l’un à l’autre. Le client qui vient d’échanger ses pièces contre des billets doit passer à travers un compliqué dédale de machines avant de trouver la sortie, et puisque nous sommes dans un cercle, même un gars comme moi qui a un très bon sens de l’orientation peut facilement se perdre. Dans ce temps-là, tant qu’à avoir encore un peu de monnaie en main, on a le réflexe de céder à la tentation de les jouer dans une machine, ne serait-ce que pour s’en débarrasser. C’est ce que je fais avec mes soixante-quinze sous. La machine m’entretient ainsi un bon quart d’heure avant de finir par tout me gober.

Pendant une seconde, je ressens l’envie d’aller ré-échanger mon billet de vingt contre de la monnaie pour continuer à jouer. Je me ressaisis aussitôt parce que c’est là que je réalise l’arnaque.

Ainsi, le règlement obligeant les caissières à toujours rendre un peu de monnaie avec les billets, le fait que le comptoir de change se situe à l’extrême opposé de la sortie, le fait qu’il faut repasser dans un labyrinthe désorientant pour aller de l’un à l’autre, la structure en cercle sans points de repères, tout ça a été créé de manière à inciter les gens à dépenser encore plus. Cet endroit n’est rien d’autre qu’un immense piège à cons. Je trouve ça révoltant. Je viens de passer moins de deux heures au Casino de Montréal, et ça m’a suffi pour m’en dégoûter à tout jamais.

Je retrouve Kim et lui fait part de mes constatations en lui exprimant mon désir de partir d’ici. Les affaires ont l’air de rouler mieux pour elles car ni Kim ni sa mère ni sa tante n’ont envie de partir pour le moment. Bah, au rythme où l’endroit dépouille les gens, je me dis que ce n’est qu’une question de temps.

N’ayant rien d’autre à faire, je me promène dans la place et observe, ce qui me permet de constater certaines choses qui ne font que renforcer mes principes contre ce genre d’endroit. D’abord, l’heure n’est affichée nulle part ici. Même les employés ne portent pas de montre. Je m’en rends compte parce que je commence à avoir faim, ce qui me porte à croire qu’il doit être près de midi, mais je ne peux pas le vérifier car j’ai oublié ma montre chez Kim. La seule raison logique que je vois pour que le casino ne donne pas l’heure à ses clients, c’est pour qu’ils ne voient pas le temps passer, et ainsi jouent plus longtemps. Cette théorie se confirme lorsque je vois que plusieurs dizaines de serveurs vont et viennent sans cesse dans la place en distribuant gratuitement des boissons non-alcoolisées. Alors que j’en demande une, je me fais répondre :

« Désolé monsieur, les boissons ne sont offertes qu’aux gens qui sont assis à une machine. »

Je comprends aussitôt le principe : Avec l’estomac toujours plein, les joueurs ne ressentent pas la faim, ce qui fait qu’ils perdent encore plus toute notion du temps.

Et je n’ai pas encore parlé de toutes ces lumières à couleurs vives qui clignotent sans cesse, gardant les gens dans un état de frénésie. Moi-même, une personne calme de nature, je n’arrive que difficilement à me mettre en état de tranquillité devant ces flashs incessants. Et il n’y a pas que les lumières: Depuis que je suis entré ici, tout ce que j’entends, ce sont les centaines de ♫ DING-DING-DING-DING ♫ et des ♫ TOUNG-TOUNG-TOUNG-TOUNG ♫ incessant des machines, souvent entrecoupés des ♫DRIIIIIING♫ de celles qui sont gagnantes. Non seulement ça remplit l’air d’un sentiment éternel de possibilité de gagner, mais à la longue ça nous abrutit. Lorsque j’ai joué tout à l’heure, j’ai pu constater par moi-même que quand on est assis en face d’une machine et que l’on fixe l’écran, le son et les lumières nous empêchent d’avoir des pensées cohérentes pendant qu’on y joue, ce qui nous met dans un état de quasi hypnose. Mettre de l’argent dans la machine devient alors un réflexe, et on joue en ne pensant plus à rien. Je constaterai plus tard que quand on passe la journée à entendre ces cloches, on continue de les entendre lorsque l’on revient chez soi, en particulier quand on se couche le soir. Ça fait que le casino nous reste en tête plusieurs heures après que l’on en soit partis, ce qui ne peut que nous inciter à y retourner.

Je n’en reviens pas de comment tout dans l’organisation de cet endroit semble avoir été pensé de façon à pouvoir influencer les gens, au point où ça en devient quasiment du contrôle mental de masse. Les organisateurs du casino savent comment le cerveau humain réagit selon tel ou tel stimulus, et ils s’arrangent pour provoquer ceux qui vont dans le meilleur de leurs intérêts. Pour être franc, je ne sais pas si je dois en être révolté ou bien si je dois admirer une telle ingéniosité. Ça prend une grande compréhension de la psychologie humaine pour pouvoir mettre sur pied un tel concept.

Je perdrai cependant toute admiration que j’ai pour leur ingéniosité en constatant que le guichet automatique de la Caisse Populaire situé au casino est réglé de façon à avoir deux fonctions qui, si elles sont encore légales en 1994, n’en sont pas moins immorales. Primo, ce guichet ne te dis jamais la balance de l’argent qu’il reste dans ton compte, ni à l’écran ni sur reçu imprimé. Il t’est donc impossible de savoir jusqu’à quel point tu peux dépenser. Secundo, et celle-là me répugne particulièrement, c’est que la machine te permet de retirer plus d’argent que ce que tu as dans ton compte.  C’est ainsi que Kim verra son compte de la Caisse Pop se retrouver dans le rouge de plusieurs centaines de dollars qu’elle a eu à rembourser à la caisse, et ce avec intérêts. Encore heureux que j’ai décidé de garder mon vingt dollars.

Suite à cette mauvaise expérience, ni Kim ni moi ne retournons au casino. Sa mère, par contre, y retourne souvent, et elle a assez de chance pour presque toujours en revenir avec quelques petits gains.

Un soir cependant, c’est plus qu’un simple petit gain qu’elle ramène. Elle a remporté une voiture. Et pas n’importe laquelle: Une Ford Lincoln Continental de l’année. Le genre de véhicule tellement luxueux que tu as quasiment besoin d’un brevet de pilote pour conduire, tellement le tableau de bord est complexe. C’est Kim qui m’annonce la chose au téléphone avec une voix très déprimée.

« Moé j’y va une seule fois pis j’m’endette par-dessus à’ tête avec la Caisse Pop. Pis elle, à y va pis à gagne un char. Fuck, là, à’ pas besoins d’un autre char, à’ l’a déjà une Audi. Pourquoi c’est tout l’temps ceux qui le méritent moins qui ont toujours toute? Hostie qu’c’est pas juste. »

Bien que je ressente moi-même un peu de frustration du fait que ce prix ait été remporté par une personne aussi mesquine, je peux honnêtement dire que mon problème principal avec ça n’a rien à voir avec la jalousie. C’est juste que je sens que ça augure mal.  Avec la personnalité des femmes de la famille Sinclair, c’est le genre d’événement qui risque d’avoir des répercussions qui peuvent nous mettre dans de gros ennuis.

Le lendemain soir, c’est en grandes pompes que la belle-mère ira prendre possession de son véhicule. D’abord, une grosse limousine blanche passera la prendre et l’amènera au casino. Ensuite… Et bien ensuite je ne sais pas, parce que je désapprouve ce qui est en train de se passer, alors je refuse d’y aller. Kim, sa sœur et son père accompagneront la belle-mère, mais moi je prétexterai avoir à m’occuper de William pour rester à la maison. De toute façon, dans la journée, elle me passe le message de manière non-subtile comme quoi il n’y aurait pas assez de place pour tout le monde dans la limousine. Ce qui est totalement faux, démontrant une fois de plus la personnalité mesquine de la belle-mère.

En tenant bébé William dans mes bras pendant que je lui donne le biberon, je regarde la belle-famille entrer dans le long véhicule de luxe qui détonne particulièrement dans cette rue de Saint-Henri, réputé quartier pauvre. Je suppose que ça explique la présence de quelques curieux sur les trottoirs. Le chauffeur en uniforme leur tient la porte ouverte et la referme derrière eux. Puis il retourne au volant et ils partent. Je regarde l’impressionnante voiture disparaître au coin.

« Mon p’tit Will, t’es mieux d’ben attacher ta tuque. Parce que de la façon que je connais ta mère pis ta grand-mère, j’ai bien peur qu’on est en train d’assister au début de la fin. »

Cette impression se révélera prophétique.

À SUIVRE

Comment j’ai appris à fermer ma gueule. Épisode 2 : Un jugement de cave.

Quatre ans se sont écoulés depuis le premier billet de la série Comment j’ai appris à fermer ma gueule.  Voici donc la suite que personne n’a jamais demandée.

Au début de l’année 2002, la montée de la popularité de l’internet combinée avec celle du manga en tant que style de dessin, fit exploser le phénomène du webcomic avec des séries populaires maintenant disparues comme Mac HallChugworth AcademySexy Losers (de qui on doit le mot FAP comme onomatopée de masturbation), et quelques autres qui existent encore aujourd’hui comme Something PositivePenny Arcade, et Sinfest

Considérant que telle serait la voie de l’avenir dans la BD, j’ai (possiblement) créé le premier webcomic québécois avec Collège Artiztech, sur la plateforme gratuite Geocities.  Sans pour autant prétendre que la série se qualifie en tant que manga, le style graphique de plusieurs personnages emprunte à différents degrés à l’école japonaise de la BD. 

Pour le personnage du directeur du collège, je tenais surtout à m’éloigner le plus possible du cliché que l’on voit trop souvent dans les mangas lorsqu’il s’agit d’une personne dans un poste d’autorité, c’est à dire un monsieur petit, vieux, chauve et obsédé sexuel.  J’ai juste gardé le côté obsédé et j’ai changé le reste.  Voici sa fiche de personnage:

FICHE DE PERSONNAGE: Ayant fait fortune au milieu des années 80 en tant que chanteur populaire, Richard Dicaire eut envie d’aider les jeunes artistes amateurs à faire connaître leurs talents.  Voilà pourquoi il a fondé le Collège Artiztech, une école qui se spécialise dans tous les domaines des arts.  Directeur du collège, il est surnommé Le Dic par les étudiant.  Comme on peut le voir au premier coup d’oeil, Richard n’a pas l’air de s’être rendu compte que la mode a évoluée depuis qu’il était adolescent.  Voilà pourquoi il porte encore le même style de vêtements et de coiffure que dans les années 80, en croyant toujours que ça lui donne l’air jeune et branché.
Richard a également une forte libido qui le pousse encore et toujours à tester ses charmes chez tout ce qui bouge, est jeune et féminin, en particulier les étudiantes.  Il est l’archétype du playboy qui vieillit mal.

Alors que je travaillais sur la série, je l’ai annoncée d’avance sur un forum de BD québécoise.  Dans ce sujet, on parlait de nos projets de BD personnels. Après avoir donné un bref résumé de la série, je décris le personnage du directeur du collège comme étant « Un cave qui ne s’est pas rendu compte que la mode avait changé en 20 ans, voilà pourquoi il se coiffe et s’habille encore comme lorsqu’il était ado dans les années 80: Parce qu’il croit stupidement que ça lui donne encore l’air jeune. »   Personnellement, je ne connaissais personne qui était comme ça. N’empêche que c’était un phénomène que j’avais déjà observé quelquefois chez les gens de mon âge.

Environs une semaine plus tard, je poste fièrement sur le forum le premier strip de Collège Artiztech.

À l’époque, je travaillais pour Safarir.  Et il se trouve que le rédacteur en chef était membre du forum.  En voyant ça, il commente: « Pas mal! Mais pourquoi est-ce que le directeur est un adolescent? »

Avant que j’aille eu le temps de voir son message, un autre membre du forum a répondu en me citant.  Comme ça, tout le monde a pu voir que je considérais que mon rédac-chef était « Un cave qui ne s’est pas rendu compte que la mode avait changé en 20 ans », car, comme le démontre son commentaire, « il croit stupidement que [ce look dépassé] lui donne encore l’air jeune. »  

Et voilà qui a jeté un froid dans notre relation.  Puisque j’avais écrit ça quelques jours avant son commentaire, c’est évident que je ne le visais pas LUI particulièrement.  Je n’avais aucune idée que lui aussi, comme trop de gens, ne se rendait pas compte que la mode des jeunes avait évoluée en vingt ans.  Mais d’un autre côté, en traitant ces gens-là de cave, ça voulait aussi dire que je le trouvais cave lui aussi.  S‘en est suivi un malaise qui fit que notre relation garda un froid pour le reste du temps où il occupa ce poste à Safarir.  Même que pendant ses deux ou trois derniers mois à ce poste, il a tout simplement cessé de me passer des commandes.  

Ce n’est que l’un des nombreux faux pas que j’ai commis dans le milieu de la BD québécoise, jusqu’à ce que je le quitte pendant sept ans à la fin de l’été 2008.  Celui-là n’a pas été le dernier et surtout pas le pire.  Mais j’en ai tiré une bonne leçon: Ce n’est jamais une bonne idée de se moquer des travers des gens, et encore moins de passer de sévères jugements à leur sujet, sans savoir si notre entourage inclut des gens qui peuvent s’en sentir visés.

Surtout si l’une de ces personnes est celui qui signe ton chèque de paie.

 

___________
Si vous voules voir les 50 gags suivants de Collège Artiztech, c’est ici.

Être bidon par réflexe de survie.

Face à une même situation, plusieurs personnes réagiront de manières différentes, selon leur personnalité. Imaginons, par exemple, différents hommes qui manifestent de l’intérêt envers une femme, mais que ce n’est pas réciproque.

  • Un gars réagira en étant frustré et entrera dans une terrible colère.
  • Un autre ressentira de la tristesse.
  • Un autre se sentira humilié.
  • Un autre se fera une raison, haussera les épaule et passera à autre chose.
  • Un autre tirera des leçons de cette expérience et en ressortira grandi et/ou plus sage.
  • Un autre décidera de mettre des efforts afin de devenir un jour le genre d’homme qui aura ce qu’il faut pour plaire au genre de femme qu’elle est.
  • Et un autre aura comme réflexe de manifester un méprisant déni de la situation.

Et c’est là le sujet de ce billet.  

Cette personne (se) dira alors des trucs du genre de : « Pfff… Je n’en voulais pas, de toute façon! Je faisais juste la tester parce qu’elle avait l’air de s’intéresser à moi. Je voulais juste lui remettre les pendules à l’heure afin de lui éviter de languir pour rien, puisque je n’en ai rien eu à foutre. Mais bon, je vois bien qu’elle ne m’aime pas. Ou du moins, qu’elle PRÉTEND ne pas m’aimer. Comme si elle avait ce qu’il faut pour me plaire. Pauvre conne! »

Par le passé, j’ai plusieurs fois parlé de ce que j’appelle le réflexe de survie. En gros, c’est une méthode qu’utilise l’ego afin de diminuer chez certaines personnes l’impact de se trouver face à une situation qui est, pour elle, trop décevante. C’est le réflexe d’essayer de se convaincre soi-même que non seulement la situation que l’on vit n’est pas quelque chose de négatif, c’est une situation volontaire, une que l’on contrôle.

Tant que la personne se limite à essayer de s’en convaincre soi-même, ça reste un choix personnel qui ne regarde qu’elle. Mais voilà, on a beau essayer de se convaincre, on ne peut se cacher à soi-même la vérité. Dans ce temps-là, deux choses peuvent arriver :

  • Ou bien la personne décide de faire face à la vérité. Ensuite, elle agit selon ses capacités morales et/ou physiques et/ou financières. 
  • Ou alors, cette personne n’a pas la capacité morale de faire face à la vérité, et elle pousse le bouchon plus loin: Pour mieux se convaincre elle-même, elle va d’abord commencer par en convaincre son entourage.

Vous connaissez la classique « Qui est-ce que vous essayez de convaincre ici? Les autres, ou bien vous-mêmes »  Eh bien voilà, c’est ce genre de cas :  Ceux qui se créent une personnalité bidon par réflexe compensatoire.

 En général, il est assez facile de repérer ces gens.  Il y a quatre signes qui ne trompent pas :

Premier signe comme quoi c’est une personnalité bidon : Il insiste toujours pour se présenter en tant que personne respectueuse, honnête, droite et irréprochable.  En général, il se vante de suivre un code de conduite et d’avoir de belles valeurs de morale, de vertu, et surtout, DE RESPECT!  Il en tire fierté et orgueil, et il ne s’en cache pas.

Second signe comme quoi c’est une personnalité bidon : On constate que ce code de conduite, il l’exige sans cesse chez les autres.  Mais on n’a que rarement, sinon jamais, l’opportunité de le voir l’appliquer lui-même.

Troisième signe comme quoi c’est une personnalité bidon :  Il utilise très souvent ce code afin de rabaisser les autres.  Or, rabaisser les autres, c’est à l’extrême opposé de la plus grande vertu qu’il prétend posséder : le respect.

Quatrième signe comme quoi c’est une personnalité bidon :  À la première opportunité qu’il a de montrer qu’il pratique ce qu’il prêche, il échoue de façon aussi lamentable que spectaculaire.

Le 4e signe met parfois des années à se manifester.  Mais tôt ou tard, cette personne sera confrontée au genre de situation qui lui demandera d’appliquer sur elle-même son code de conduite.  Et si je dis qu’elle échouera, c’est pour une raison bien simple:  Quand quelqu’un a besoin de suivre un code de conduite pour être respectueux, honnête, droit et irréprochable, tout ce que ça veut dire, c’est que ce n’est pas dans sa nature d’être respectueux, honnête, droit et irréprochable.  Et si je dis que c’est spectaculaire, c’est que quand on ne cesse d’attirer l’attention du public sur nos prétendues vertus, alors on a toute l’attention du public, donc on se donne en spectacle, lorsque l’on démontre que tout ça c’était bidon.

Dans ma vie, j’ai connu au moins cinq personnes qui agissaient ainsi.  Toutes les raconter prendrait une éternité.  Aussi, j’ai décidé de prendre un exemple au hasard.  Ça va comme suit:

La situation négative : La nature n’a pas été généreuse avec Armand. N’ayons pas peur des mots : Il est laid. Et il le sait. De ses 14 à 26 ans, il a vu tous les membres de son entourage expérimenter le couple et le sexe.  Tandis que lui, aucune fille ne l’a jamais regardé.

Le réflexe de survie : Faire comme si son célibat et sa chasteté étaient quelque chose de volontaire.  Il a commencé à s’afficher comme étant l’apôtre des belles vieilles valeurs en matière de couple et de sexualité. 

Pour convaincre les autres :  Il porta ainsi son jugement sur les relations des autres, étalant l’erreur qu’ils font de croire qu’ils sont compatibles, pointant leurs trop grandes différences sur les points qui comptent vraiment, démontrant qu’ils ne sont pas en couple pour les bonnes raisons.  Il les jugea comme dépendants affectifs ou sexuels, sinon comme des désespérés au point de prendre n’importe qui.  Quant aux gens infidèles, (quant aux gars infidèles, devrai-je dire, car là-dessus il ne juge que les hommes) il roulait des yeux, déplorant que 99.999999% des hommes sont tellement contrôlés par leurs hormones que pour eux, les filles ne sont rien que des vide-couilles, et sont totalement interchangeables. 

Lui, par contre, est capable de se contrôler.  Lui, il respecte la femme.  Lui, il a de belles valeurs sociales.  Lui, ne sortira pas avec n’importe qui.  Lui, saura trouver LA bonne, celle qui lui convient vraiment.  Et quand on a trouvé celle qui nous convient, la fidélité ne demande aucun effort, puisque l’on n’a nul besoin d’aller voir ailleurs.   

Un jour, il a choisi une fille belle et populaire de son entourage, et a décidé que ce serait celle-là, la sienne.  Il est devenu son bon ami proche, son confident.  Pendant les huit années qui suivirent, il était toujours là pour elle.  Il l’encourageait dans son désir d’avoir une relation de couple avec tel ou tel gars, alors qu’il savait bien qu’ils ne lui conviendraient pas.  Et lorsque ça se terminait inévitablement en catastrophe, il était toujours là pour la comprendre, la soutenir, la consoler.  Il était doux, câlin, affectueux.  Il la prenait dans ses bras, toujours en contact physique avec elle.  Mais attention, toujours de manière platonique.  

Au bout de ces huit ans, lasse, découragée et moralement démolie par tous ses échecs amoureux répétitifs, elle lui a enfin dit la phrase classique qu’il attendait depuis si longtemps : 

« Au fond, c’est un gars comme toi qu’il me faudrait! » 

Il n’a pas attendu qu’elle reprenne ses esprits, il l’a prise au mot.  Il l’a embrassé.  Confuse, en moment de faiblesse, déjà habituée au contact physique avec lui, et ayant quand même provoqué cette réaction par ses paroles, elle s’est laissée faire.

Le soir-même, après avoir couché avec elle pour la première fois, il l’a demandé en mariage.  Elle était surprise de la rapidité de cette proposition.  Mais il a su la convaincre avec les arguments logiques qu’il avait soigneusement préparé pour ce jour depuis plusieurs années : Elle l’a dit elle-même, c’est un gars comme lui qu’il lui faut.  Quant à lui, il l’a toujours aimé.  Et ça fait presque une décennie qu’ils sont bons amis proches, alors ce n’est pas comme s’ils avaient encore besoin d’apprendre à se connaître.  Alors si elle décline sa proposition de mariage, ça peux juste vouloir dire qu’elle ne voulait pas vraiment vivre dans un couple solide et harmonieux.  Sinon, pourquoi hésiter à rendre la chose officielle avec lui?  Ce n’est pas comme si elle n’avait pas perdu les huit dernières années de sa vie à essayer de trouver mieux que lui.  En vain! 

Confuse devant un tel étalage d’arguments logiques, elle s’est laissée manipuler à croire que lui seul pouvait lui offrir le couple harmonieux qu’elle n’a jamais réussi à obtenir lorsqu’elle choisissait elle-même ses partenaires.  Et puis, maintenant que leur relation de profonde amitié vient de passer à l’étape sexuelle, qu’elle le veuille ou non, voilà, c’est fait, ils sont intimes maintenant.  Ça ne sera plus jamais pareil entre eux.  Veut-elle risquer de perdre une amitié si chère en s’obstinant à chercher ailleurs, alors qu’elle a huit ans d’échecs amoureux derrière elle pour lui prouver que ce sera lui ou personne?  Elle s’y est donc résignée.

Quelques mois plus tard, ils s’épousaient.  Et ceci n’a fait que lui confirmer qu’il avait toujours eu raison de penser et d’agir comme il l’a fait. 

Mais voilà, il a beau s’en faire accroire, il reste que si sa femme était vraiment celle qui lui était destinée, elle aurait voulu de lui dès le départ, et non par découragement après avoir été manipulée stratégiquement pendant huit ans.  Il n’en est que trop conscient.  Et ça, c’est une autre chose que son ego a de la difficulté à assumer.  Aussi, par réflexe compensatoire, il cherche à prouver, aux autres autant qu’à lui-même, que son couple repose sur des bases supérieures à celles des autres. 

Aussi, il fallait toujours qu’il fasse la leçon à son entourage, sermonnant ceux dont la vie amoureuse n’était pas aussi droite et harmonieuse que la sienne semblait l’être.  J’ai personnellement eu droit de sa part un commentaire plein de mépris.  En m’entendant décrire à un ami commun un problème que j’avais avec la mère de mes enfants, il vient se mêler à la conversation pour me dire: « Ben là, pourquoi tu fais des enfants à une femme de qui tu n’as rien à chier? »

C’est ça, le réflêxe compensatoire: Quand on n’arrive pas à s’élever au-dessus des autres, on compense en rabaissant les autres plus bas que soi.

Mais voilà, tôt ou tard, la personne vit une situation qui teste les convictions qu’elle prétend avoir. Et c’est là qu’elle se montre sous son vrai jour, qui se trouve à l’extrême opposé de tout ce qu’elle prétend être.

La situation qui l’a testé: Il était marié depuis environs trois ans.  Une jeune femme, vague connaissance à lui, vient un jour frapper à sa porte.  Je ne sais pas sous quel prétexte elle s’était rendu là.  Mais une chose est certaine: Elle s’est offerte à lui. Sexuellement!

Sa réaction : Il l’a baisée!

Eh oui! Lui! L’apôtre de la fidélité. Celui qui a toujours répété qu’il était contre le sexe sans amour. Celui qui a toujours prétendu être l’homme d’une seule femme. Lui, l’homme marié.  Celui qui a toujours prétendu que l’homme qui est en couple avec la bonne n’a pas besoin d’aller voir ailleurs.  Celui qui se dit en parfait contrôle de ses impulsions sexuelles. Celui qui s’est toujours permis de rabaisser quiconque étant dans une relation qui n’entrait pas dans ses étroits standards moraux. 

À la première opportunité qu’il a eu de démontrer qu’il pratique ce qu’il prêche, il a plutôt démontré à quel point il n’a jamais été rien d’autre que totalement bidon.

Mais bon, quand on ne croit pas avoir ce qu’il faut pour plaire à une femme, on s’attend encore moins à pouvoir plaire à deux femmes en même temps.  C’est facile de se prétendre fidèle, dans ce temps-là.

Constater qu’il ne valait pas mieux que tous ceux qu’il rabaissait, ce fut difficile à avaler pour son ego.  Aussi, histoire de rattraper le coup, il décida d’utiliser la situation afin de pouvoir encore se montrer meilleur que tout le monde:  Les autres hommes caupables d’adultères essayent toujours de s’en tirer?  Ils essayent de passer la chose sous silence?  Ils essayent de se justifier?  Ils sont irresponsables et cherchent à ne subir aucune conséquences de leur transgressions?  Eh bien il ne sera pas comme ça, lui.  Il fera la chose noble, lui.  Aussi, il a décidé qu’il ne méritait pas son épouse.  Il a décidé de faire son mea culpa.  Il a décidé d’avouer publiquement son adultère.  Il a décidé de quitter le logement commun et de divorcer.  Et il a décidé d’annoncer tout ça sur Facebook.

Mais voilà…

Est-ce qu’il a consulté sa femme avant de la tromper?  Non!
Est-ce qu’il a consulté sa femme avant de décider à sa place qu’elle ne voudrait plus de lui?  Non!
Est-ce qu’il a consulté sa femme avant de décider de quitter leur appartement commun?  Non!
Est-ce qu’il a consulté sa femme avant de décider de divorcer?  Non!
Est-ce qu’il a consulté sa femme avant de l’afficher comme étant cocue à tous leurs parents et amis sur Facebook?  Non! 

Ce qui prouve que dans le fond, tout le respect qu’il a toujours prétendu accorder à la femme en général, et à la sienne en particulier, ça n’a jamais existé. Toutes ses belles paroles, toutes ses belles valeurs morales, ça n’a jamais été que du vent.  Rien d’autre qu’un Viagra pour son ego.

En tout cas, tout le long où j’étais avec la mère de mes enfants, je ne l’ai jamais trompée.  Ce qui démontre clairement c’est lequel de nous deux qui n’en avait vraiment rien à chier de sa conjointe, finalement. 

Si votre réflexe de survie vous oblige à vous faire croire que vous êtes autre chose que la réalité, c’est votre affaire. Mais si vous imposez votre moralité bidon autour de vous, sachez que tôt ou tard, les circonstances vous amèneront à vivre publiquement le genre de situation contre lequel vous sermonnez les autres. C’est inévitable. Et là, tout le monde verra ce que vous êtes vraiment. Par conséquent…

  • Ceux qui vous appuient vont se sentir stupides, de voir que tout ce temps-là ils n’appuyaient que du vent.
  • Ceux qui comptent sur vous vont se sentir choqués, déçus, abandonnés, que vous les laissiez si brusquement tomber.
  • Ceux qui vous ont subi se sentiront humiliés et frustrés de voir que vous leurs avez imposé un code moral que vous n’êtes même pas fichu de suivre vous-même.

En fait, les seules personnes qui vont voir du positif dans tout ceci, ce sont vos détracteurs. Détracteurs qui, m’en doutez pas, existent en grande partie à cause de votre attitude sermonneuse chiante dont ils ont étés la cible. Ceux-là n’ont pas fini de se réjouir de vos déboires, d’en rire et de les raconter à la moindre occasion.

Et voilà pourquoi personne n’a de pitié ni de respect pour ceux qui se font passer pour ce qu’il ne sont pas, n’ont jamais été et ne seront probablement jamais.