Témoignage d’un ex-gros, 2 de 2

(AVIS : le texte qui suit contient des marques déposées, des noms de commerces et autres institutions. Ce n’est ni dans le but de leur faire de la publicité ni celui de leur nuire, mais bien par respect de l’authenticité des faits.)
Ce texte est la suite de Témoignage d’un ex-gros, 1 de 2.

14 janvier 2009. Une grande photo couleur de moi trône au centre de la page 45 du Journal de Montréal. C’est Défi Diète qui invite le public à poser leur candidature pour l’édition 2009, en m’ayant choisi en tant qu’exemple de participant de l’année dernière à qui le programme a été profitable.

Le reportage s’intitule Que sont-ils devenus? et a été fait à partir d’entrevues téléphoniques dans lequel ils nous posaient quelques questions sur notre vie post-DD08. En particulier au sujet de où nous en étions rendus avec notre poids. Voici le bilan pour les dix candidats:

  • 1 a repris 0.8 lbs.
  • 1 a repris 3 lbs.
  • 1 a repris 4.5 lbs.
  • 1 a repris 10 lbs.
  • 1 a repris 15 lbs.
  • 1 n’a pas pu être rejoint pour en parler
  • 1 est resté au même poids.
  • 1 a perdu 2 autres lbs.
  • 1 a perdu 10 autres lbs.
  • Et moi, avec mon 196 contre les 208 de la fin de Défi Diète 2008 j’ai perdu 12 autres lbs.

Le fait d’être celui qui en a perdu le plus après ma participation est probablement la raison pourquoi ils m’ont mis en vedette.

Ma décision de perdre du poids.
Tel que raconté dans la première partie de ce billet, cette décision, je l’ai prise en 2001. À l’été de 2005, après avoir repris presque tout le poids perdu, je me suis abonné au gym Énergie Cardio de mon quartier. J’y suis allé régulièrement, et je me suis même payé une fois programme de 12 semaines avec entraineur privé. Malheureusement, il a quitté son emploi à la semaine 9, et on m’a donné un remplaçant pour les 3 dernières semaines. Et quel remplaçant: Il ne savait tellement pas le programme que c’est moi qui lui disait ce que je devais faire. Décevant! Voilà pourquoi je n’ai pas renouvelé l’expérience.

À part pour l’année Défi Diète, les quatre ans à fréquenter régulièrement mon gym n’ont eu qu’une minime influence sur mon poids car je me concentrais surtout sur la musculation. L’alimentation restait problématique et je ne pouvais pas me payer une diététicienne, ni Weight Watcher ou Minçavi.

L’inutilité de mettre de la pression
Beaucoup de gens qui souffrent d’embonpoint me posent les questions suivantes :

  • Qu’est-ce qui t’a poussé à mettre de l’effort dans ta perte de poids?
  • Qui est-ce qui t’a influencé?

Dans les deux cas, il n’y a qu’une seule réponse : Moi ! Et il y a une très bonne raison pour ça : Personne ne peut entreprendre un changement dans ses habitudes de vie s’il le fait par obligation. Il faut que la décision vienne de soi-même, et ce au moment où on est prêt.

Je suis orgueilleux. Quand j’étais gros et qu’on me disait que j’étais gros, ça me faisait chier. Vous allez me dire Ben, c’est la vérité, t’étais gros, tu pouvais pas le cacher. So there! C’est vrai. Mais vous savez où ça me blessait? Pas dans mon miroir. Je veux dire, je le savais que j’étais gros, j’étais conscient que je n’aimais pas mon image physique et que je devais faire des efforts pour changer.

La dernière phrase contient l’élément qui me blessait le plus : Le mot devais. Parce que c’était un devoir. Un devoir que je ne faisais pas.

À chaque fois qu’on me faisais une remarque sur mon poids, ce n’est pas mon physique que l’on insultait. C’était ma volonté. Ma vaillance. Niaise-moi sur le fait que je j’ai une oreille plus décollée que l’autre ou un oeil plus petit que l’autre, ou que j’ai le dos recouvert de 8624 affreux grains de beauté, je vais te répondre : Ben ouain, chus faitte de même. Fuck off! Par contre, recevoir une remarque sur quelque chose que je pourrais changer, c’est l’équivalent de me remettre dans ma face mon manque de volonté et de vaillance. Et ça, c’est dur à encaisser.

Quand quelqu’un me disait de maigrir, il m’insultait et me rabaissait. Pensez-vous que j’avais envie de faire ce que me disais quelqu’un qui venait de m’insulter et me rabaisser? Non! Impossible pour moi d’être influencé par ça.

Quand à ceux qui me parlaient des problèmes de coeur, d’artères, etc, ils perdaient leur temps. Comme tout le monde, je connaissais déjà parfaitement tous les dangers de l’obésité. Pensez-vous que vous m’appreniez quelque chose de nouveau? Donc, si je le savais déjà mais ne faisais rien, je ne pouvais pas là non plus être influencé par ça.

Dose de réalité: Ça ne sert à rien d’essayer de convaincre un gros de maigrir. Le seul moment où il va se prendre en main, c’est quand il est prêt à le faire. Et ça, personne ne peut lui imposer ce moment. Dans mon cas à moi…:

Ça n’a pas été quand on m’a dit de maigrir.
Ça n’a pas été quand on m’a dit que j’étais laid.
Ça n’a pas été quand on m’a dit que j’allais avoir des problèmes de santé.
Non!
Ça a été en me regardant dans le miroir, la poitrine rasée, la bedaine ressortie, le visage enflé.
Ça a été quand JE me suis dit de maigrir.
Ça a été quand JE me suis dit que j’étais laid.
Ça a été quand JE me suis dit que j’allais avoir des problèmes de santé.

Mes seules influences
Si je peux dire que je n’ai été influencé par personne avant de décider de perdre du poids, c’est pour une raison bien simple: Il est facile de tasser du revers de la main les commentaires des autres. T’as juste à te dire que ce sont des assholes qui mentent ou qui exagèrent. Mais les photos et les miroirs ne peuvent pas mentir ni exagérer. Elle étaient là, mes influences.

En plus, la première fois que j’ai perdu du poids, mon environnement ne m’a donné aucune motivation pour le faire. Comme je disais plus tôt, j’ai eu zéro support. Tout le monde me décourageait. Ce n’est donc pas là non plus que j’ai eu de l’influence. Et je ne suis pas du genre à dire  Ah ouain? Ben m’as vous prouver le contraire. Quand j’ai quelque chose à prouver, c’est à moi-même.

La seconde fois, par contre, après avoir repris le poids perdu, alors là j’en avais, des encouragements. C’est probablement parce que je leurs avais bien montré à tous que OUI, j’étais capable d’en perdre parce que OUI j’en avais la volonté. Une fois ça de prouvé, tout l’monde s’est branché sur l’idée que j’avais juste besoin de me faire guider adéquatement pour le faire de la bonne façon.

Quand ma blonde m’a dit, en janvier 2008, que Le Journal de Montréal, Canoë.com et Énergie Cardio cherchaient des candidats pour Défi Diète 2008, elle ne m’a pas influencé. Elle m’a renseigné.

C’est que quand tu te laisses influencer par les autres, tu es automatiquement dépendant des autres pour te motiver. Dès que les autres cessent de te motiver, tu t’arrêtes. Prenons par exemple un gros qui décide de tirer sa motivation du fait que les autres rient de son embonpoint.

D’abord, c’est :
Tu es gros -> On te niaise -> Tu en fais ta motivation -> Tu suis un régime -> Tu n’es plus gros.
Ce qui se passe ensuite, c’est :
Tu n’es plus gros -> On ne te niaise plus -> Tu perds ta motivation -> Tu lâches le régime -> Tu redeviens gros.

Ou, dans le cas de la première moitié des participants de Défi Diète 2008 D’abord, c’est :
T’as un entraineur privé, une nutritionniste et un motivateur -> tu perds du poids.
Ce qui se passe ensuite, c’est :
Au bout de 3 mois, tu perds ton entraineur privé, ta nutritionniste et ton motivateur -> tu reprends du poids.

Avant de m’inscrire à Défi Diète 2008, j’ai regardé les vidéos de plusieurs candidats. Ils disaient tous la même chose :

  • Ils le faisaient pour leur santé.
  • Ils le faisaient pour leur conjoints.
  • Ils le faisaient pour leurs enfants afin de ne pas les rendre orphelin trop jeunes.
  • Ils le faisaient pour leurs petits-enfants, afin que ceux-ci puissent avoir des grands-parents .

Aucun d’entre eux ne disaient qu’ils le faisaient pour eux-mêmes. C’était ou bien par obligation ou bien par pression sociale ou familiale. De tous les candidats, j’ai été le seul à avoir dit que je le faisais pour moi. Ou du moins, qui a osé dire. Parce que nous vivons dans une société dans laquelle l’amour-propre est tabou et étiqueté d’égoïsme, de narcissisme et de vanité. N’empêche que c’est mon égoïsme, mon narcissisme et ma vanité qui ont fait que jamais ma réussite n’a dépendu des autres. Alors à moins d’être assez riche pour te payer des gens qui vont te motiver pour le reste de tes jour, te laisser influencer ne sert à rien à long terme. Si tu veux que ça dure, il faut que ça vienne de toi.

Onze mois plus tard, le 11 décembre 2009. Mon poids se situe aux alentours de 200 lbs. Je n’en fait pas trop de cas car je réalise un vieux rêve qui date de 1976 et que jamais je n’aurais cru avoir l’occasion de vivre : J’ai couru sur 300 mètres à St-Lin Laurentides en portant la flamme olympique des jeux d’hiver de Vancouver.

Bon, le costume officiel mis par dessus le gros coat d’hiver était peu flatteur. N’empêche que le fait d’avoir passé deux fois de obèse à souffle court à gars en forme qui a tout pour le rester après avoir réussi changer ses habitudes de vie et d’alimentation, il n’y a pas de meilleure récompense.

La conclusion de la saga de la perte de poids, avec une 3e et dernière perte, juste ici.

La maturité: Des décisions et des gestes

IMMATURE: Qualificatif utilisé par les vieux afin de décrire tout jeune qui agit normalement pour son âge.
J’ai lu cette définition dans un vieux Mad des années 70. Le problème, c’est que démontrer de la maturité dès un jeune âge est une erreur. Le jeune devient alors trop mature pour socialiser avec ceux de son âge, et il est trop jeune pour que les adultes veuillent socialiser avec lui.  Devenu adulte, sans expérience de société, il reste un mésadapté social pour le reste de sa vie.

Pour ce qui est de l’adulte, dans ma vision personnelle, une personne démontre sa maturité en prenant les bonnes décisions car elle a un assez bon jugement pour savoir faire la différence entre ce qui est important, ce qui est non-important ou ce qui est néfaste.

Exemple de Est-ce important ou non-important?
Acheter un char. Est-ce que tu en as les moyen? Est-ce que tu as d’autres solutions alternatives de transport? Est-ce que ça va te permettre de régler des problèmes qui seraient impossibles à arranger autrement? (Genre: avoir 4 enfants à aller reconduire ici et là, faire l’épicerie pour tout c’monde-là, etc)

Exemple de Est-ce non-important ou néfaste?
Tout ce qui est loisir, passe temps, goûts personnels, décisions coup-de-tête, parce qu’on ne peut quand même pas passer sa vie à ne faire que des choses importantes, on virerait fou. Exemple simplet: Prendre du Red Bull: Pas important, mais pourquoi pas!? Prendre du Red Bull en souffrant de haute pression, d’arythmie cardiaque: Néfaste.

Exemple de Est-ce néfaste ou important?
Tout ce qui entre dans la catégorie des décisions difficiles. Le genre pour lequel fut créé l’adage De deux maux, il faut choisir le moindre. Genre, t’es marié avec une personne qui te détruit psychologiquement. Rester avec cette personne est néfaste pour toi, mais divorcer sera néfaste pour ta vie de famille, tes finances et ta vie sociale. Lequel est le plus important?

Les goûts personnels et la maturité
J’aime regarder Télétoon. Mon ex me disait: « Crisse, t’as quel âge!? Agis-donc en gars mature! » L’affaire, c’est que là où se situe la vraie maturité, ce n’est pas dans ce que l’on fait. C’est pourquoi on le fait. Dans cet exemple ci: Entre un gars qui regarde une émission parce que celle-ci lui plaît (suivre ses goûts), et une fille qui va s’en abstenir pour « ne pas avoir l’air immature » (se soucier des apparences), lequel des deux est le plus mature?

Trop de gens confondent la maturité avec l’absence totale de plaisir et de détente. Peu importe dans quel domaine, c’est l’extrémisme qui est une erreur.

Un truc que j’ai écrit il y a quelques années:

ENFANT: « On fait comme j’dis sinon j’joue pu! », c’est un comportement normal.
ADOLESCENT: « On fait comme j’dis sinon j’joue pu! », c’est un comportement enfantin, immature et inacceptable.
ADULTE: « On fait comme j’dis sinon j’joue pu! », c’est un comportement sain pour s’affirmer en tant qu’individu.

Comme quoi des fois, la maturité, c’est relatif.

Les Neuf Clichés les plus Détestables de la Télé

CLICHÉ #1 : Tout gros changement positif dans la vie d’un personnage ne durera même pas jusqu’à la fin de l’épisode.
Un gars sans charme devient soudain un grand séducteur? Il va vite redevenir sans charme. Un cave devient plus brillant que Steven Hawkins et Einstein réunis? Il redeviendra vite le gros épais que l’on connait. Un pauvre va gagner un million à la loterie? Alors, au choix :

  • Il va se faire voler l’argent.
  • Il va perdre le billet.
  • Il va faire un mauvais placement qui lui fera tout perdre.
  • Les numéros de son billet vont correspondre mais ce sera dans le tirage du journal de la semaine passée.
  • Il se verra obligé de donner cet argent pour une raison quelconque.

Bref, une belle façon de dire aux gens que ça ne sert à rien d’espérer s’améliorer. Il faut se résigner à être un loser toute notre vie.

CLICHÉ #2 : Le personnage qui gaspille sa chance unique de devenir mannequin/ chanteur / acteur.
Dans la série, une adolescente qui n’a jamais suivi de cours spéciaux ni passé d’audition se fait découvrir par hasard par un producteur d’émission de TV qui veut en faire une vedette. Au début c’est ben l’fun, mais finalement elle va décider de renoncer à ça de son plein gré parce que, au choix:

  • Parents et amis lui font remarquer que depuis qu’elle est vedette de la TV, elle n’est plus la même.
  • Les exigences du métier (texte à apprendre, horaires difficiles, etc) sont trop durs.
  • Elle réalise que cet univers n’est pas aussi beau et magique qu’elle l’avait toujours imaginé.

Elle redevient donc la pauvre petite inconnue qu’elle a toujours été. Ce cliché est particulièrement détestable pour deux raisons: D’abord parce que 90% de ceux qui regardent l’émission donneraient tout pour avoir eu une telle chance. Mais surtout: Si c’est vraiment aussi pourri que ça, la vie d’actrice pour la télé, pourquoi est-ce que cette comédienne joue dans cette série pour commencer?

CLICHÉ #3: Le couple infernal éternel.
D’abord, ils sont ensemble, tout va bien. Puis, ils se chicanent, ils se séparent, ils reviennent ensemble, ça va mal, ils se re-séparent, ils reviennent ensemble… Lorsque ensemble, ils ne peuvent pas se supporter, mais lorsque séparés, ils ne peuvent s’empêcher de ressentir de quoi l’un pour l’autre! AAARGH !

Tout le long que durera cette série, d’autres couples vont se former et se séparer plus tard sans problèmes. Alors pourquoi pas eux? Simple : parce qu’ils étaient déjà en couple dès le premier épisode. Juste pour ça, ils ne pourront jamais se séparer, et si oui ce ne sera jamais pour de bon. Ça se termine généralement par un mariage et/ou un bébé dans l’épisode final de la saison finale, genre la 4e ou 5e. Cependant, si la série continue, les problèmes reprendront bien vite.

CLICHÉ #4 : L’homogénéisation des personnages.
Si, dans la saison 1, les quatre personnages principaux sont un riche classy, un nerd, une goth et un voyou aux cheveux longs, on peut être certain que rendu à la saison 5, tout ce beau monde là se sera assagi et portera du Giorgio Armani. Et bien que l’ex voyou a encore les cheveux longs, ils sont maintenant coiffés à la perfection.

CLICHÉ #5 : L’éternel cégépien.
Quand un personnage est cégépien au début de la série, et que le personnage en question devient populaire auprès des téléspectateurs, il ne sortira jamais du cégep. Si après cinq saisons et autant d’années les scripteurs trouvent qu’il étire ses études un peu trop longtemps, ils lui feront se trouver une job… dans ce même cégep. Il deviendra invariablement conseiller étudiant, parce que concierge ne serait pas assez glamour, et devenir prof (sauf peut-être suppléant à l’occasion) manquerait trop de crédibilité.

CLICHÉ #6 : Le noir pis la grosse.
Quand on introduit ces deux personnages dans la série, généralement dans la 2e ou 3e saison, on peut être certain qu’ils auront chacun à dealer avec le fait d’être une grosse victime de railleries et d’être un noir victime de racisme. Une fois qu’ils auront passé le message social comme quoi la discrimination envers les noirs et les grosses est inacceptable, la raison d’être de ces personnages sera passée. Ils se feront donc renvoyer de la série qui n’a rien a faire d’un noir et une grosse. Ça jure trop avec le reste du casting de beaux blancs.

CLICHÉ #7 : La série qui tourne autour d’un but que le personnage principal n’atteindra jamais.
Si le personnage est un animateur de radio communautaire de Sainte-Yvonne-du-Porcelet qui rêve de travailler pour une grosse radio commerciale montréalaise, il n’y arrivera pas. Pourquoi? Parce que tant que le public va aimer le voir se démener avec ses collègues de la radio communautaire, la série va pogner, alors les producteurs vont le laisser là où il est. Et le jour où la série va commencer à décliner, elle sera cancellée sans même leur laisser le temps de produire un épisode où il réalise enfin son rêve.

CLICHÉ #8: L’infernale petite sœur du détestable méchant qui s’est assagi.
Au début de la série, il y avait un bum rebelle. Or, ce personnage étant devenu de plus en plus populaire, il a fallu peu à peu l’assagir afin qu’il ne puisse pas donner le mauvais exemple. Que faire alors? Simple; on introduit dans la série sa petite soeur de 14-17 ans, prostituée, danseuse nue, pusher avec 16 tatouages et 74 piercings, bref 100 fois pire que son frère l’a jamais été. Et c’est lui qui lui fera la morale pour essayer de la remettre sur le droit chemin.

CLICHÉ #9: L’épisode patchwork.
Sans joke là, qu’est-ce qui peut bien faire penser aux producteurs que les gens vont apprécier un épisode où les personnages se réunissent pour une occasion spéciale où il ne peut pas y avoir d’action (Funérailles, salle d’attente d’hôpital, ascenseur en panne, etc), et qui se remémorent tour à tour des extraits d’épisodes passés? Si on a vu les épisodes en question, on est frustré car on se fait refiler du réchauffé. Si on n’a pas vu les épisodes, on est frustré car on en voit juste un court extraits.

D’mandez-vous pas pourquoi j’regarde presque pu la TV.

SOUVENIRS D’ADO: 18 choses qui gâchaient mes vacances d’été.

Lorsque l’on est adolescent, on voit arriver les vacances avec ravissement. Hélas, dans mon cas personnel, les vacances étaient toujours synonyme de déception, et ce du début à la fin. J’imagine que j’étais trop chialeux, ou bien que je mettais mes attentes trop hautes. Voici les dix-huit choses qui venaient me gâcher mon été :

1- Les jours raccourcissent dès que l’été commence.
L’école se finissait toujours autour du 21 juin, soit le premier jour de l’été. Or, cette date représente aussi le solstice d’été, ce qui signifie que c’est le jour le plus long de l’année, celui qui est ensoleillé le plus longtemps. Dès le lendemain, on perd une minute de soleil par jour. Le simple fait de savoir que les jours raccourcissent dès notre tout premier jour de vacances, ça les faisait commencer sur une note négative.

2- Me faire mettre de la pression pour me trouver du travail.
Vacances signifie temps libre pour décompresser… Sauf quand tu as un père qui considère que le fait de profiter de tes vacances pour faire autre chose que travailler, c’est la preuve comme quoi tu n’es qu’un paresseux qui va passer sa vie aux crochets des autres. J’ai eu à subir ça quotidiennement, du matin au soir. Normal : Avec un père sur le BS, il avait beaucoup de temps de libre pour me harceler avec ça.

3- Ne pas réussir à me trouver du travail.
S’il est vrai que l’idée de travailler ne me plaisait guère lors de mes vacances de secondaires 1-2-3, au contraire je recherchais activement du travail en 4 et 5. Hélas, quand on vit dans un village où tout le monde connaît tout le monde, et que ton BS de père passe des années à raconter à l’entourage combien tu es paresseux, personne ne veut te donner du travail. Je ne saurais compter le nombre de fois où, après avoir lu mon nom de famille sur une feuille d’application, on m’a demandé si j’étais bien le fils de mon père, le réputé BS du village au caractère insupportable. Apparemment, tout le monde croyait à l’adage Tel père, tel fils, parce que personne ne me donnait ma chance de me prouver. Pendant ce temps-là, tous mes amis, sans la moindre exception, pouvaient compter sur les connections de leurs familles pour avoir des jobs. Et des bonnes!

Répercutions inattendues dans ma vie d’adulte: Nos premières jobs d’adultes sont à la hauteur de nos expériences de travail d’ados. Alors que tous mes amis avaient de quoi de bien sur leur CV grâce à leurs parents, ils ont pu aisément se trouver de quoi de bien tout seul par la suite. Moi, non!

4- La piscine qui est plus d’entretien que de plaisir.
Mon père a acheté une piscine 3e main pour 100$. Une fois celle-ci montée et remplie, on a constaté que la toile avait un trou à une couture à la base. Gros dégât d’eau, vidage, démontage, changement de toile, remontage, re-remplissage. La piscine était trop large pour la cour arrière, alors il l’a installée en avant, devant la rue, là où on avait zéro intimité. Elle était sous les arbres, donc toujours à l’ombre, donc toujours plus froide que celle des voisins. Elle recevait, par la même occasion, beaucoup plus de feuilles, de branches et de chiures de moineaux, nécessitant plus d’entretien que celle des autres. Et puisque c’était une vieille scrap, son aspirateur ne tirait presque pas. Je m’y suis baigné peut-être 10 fois la première année, et pas plus que 3 la seconde. Ensuite, il l’a vendue.

5- Les amis qui partent en vacances.
L’un part pour tout l’été chez les scouts, l’autre part tout un mois avec ses parents en Floride, un autre va 3 semaines avec ses parents à Cuba, un autre part vivre en campagne chez sa mémé, un autre a une job de rêve comme G.O, un autre encore profite de sa nouvelle bagnole pour partir en nomade sur les routes du Québec avec des amis assez fortunés pour pouvoir se payer de quoi vivre pendant le voyage. En étant pauvre, sans travail malgré mes efforts et fils de BS, j’pouvais pas aller ben loin.

6- Les émissions d’été sont ennuyantes.
Pas d’amis et pas de job. Ça me laissait plus de temps libre pour regarder mes émissions favorites à la télé, pas vrai? Eh non! La programmation d’été signifiait également que mes émissions favorites débarquaient de l’antenne. Je ne retrouvais donc avec plein d’émissions inconnues dans un horaire qui bouleversait complètement mes habitudes. Rajoutons à ça que l’on était trop pauvre pour se permettre le câble et vous comprendrez que dans notre cas, quand on disait « Y’a rien de bon à’ TV », c’était vrai.

7- Les magazines qui font leur numéro juillet-aout.
Pas d’amis, pas de job, pas de loisirs parce que pas d’argent et pas de télé.  Il me reste quoi pour me distraire? La lecture. De nature, je suis un grand lecteur. Alors quand les magazines que tu lis font un numéro double en juillet afin de ne pas avoir à en sortir un en août, tu trouves la 2e moitié de ton été ben plate.

8- Je me trouve un travail… De soir!
La première job que j’ai réussi à me trouver, rendu à 17 ans, c’était laver de la vaisselle dans un restaurant du club nautique du coin. Or, comme la plupart des restos chics, celui-ci était surtout achalandé le soir jusqu’à 10-11pm. Le temps de ramasser la vaisselle et la laver, incluant les chaudrons des cuisiniers, je sortais rarement de là avant minuit. Ça avait pour effet de ruiner ma vie sociale. Comment sortir avec tes amis qui, eux, travaillent de jour, quand toi tu travailles de soir? Pour ce qui est des partys de sous-sol chez les parents de mes amis, j’ai vécu cet été là la frustration de tous les avoir ratés puisque j’arrivais au moment où c’était fini.

9- Les boutiques fermées pour l’été.
Comme je dis plus haut, j’étais un grand lecteur. Aussi, il arrivait parfois que je me bute à une porte barrée lorsque j’allais dans une librairie, tout en voyant en vitrine une note disant « fermé pour 2-3-4 semaines ». C’est même arrivé quelquefois avec les bibliothèques municipales.

10- Tous les problèmes imaginables relatifs au vélos.
Me le faire emprunter par mon père sans qu’il me le dise, me faire dire par mon père « J’ai envoyé ton bécique en réparation », ce qui voulait dire qu’il l’avait emprunté sans me le dire et l’avait accidenté, les crevaisons sans que j’ai d’argent pour les faire réparer, le vandalisme, la chaine qui casse à 10 km de chez moi, la roue qui crochit et frotte sur les barres, me laissant là avec un vélo dont la roue était bloquée à 15 km de chez moi, me le faire voler, la vieille scrap acheté 10$ dont le dérailleur est coincé soit en 1ère soit en 10e vitesse… Et je ne décris ici que l’été de mes 16 ans.

11- Ma fête.
Mon anniversaire est le 21 juillet. Là-dessus, rien à redire. J’ai toujours préféré avoir ma fête en été que pendant les jours d’école. Le problème, c’est que de mes 12 à 15 ans, mes amis n’étaient pas disponibles, rapport aux raisons sus-mentionnées. Pour mes 16 et 17 ans, des amis planifiaient de m’amener aux glissades d’eau de La Ronde, toutes dépenses payées. Mes parents m’ont obligé à refuser. Ma tante avait planifié de quoi, et il ne fallait surtout pas l’insulter en lui refusant. Normal : Elle me fêtait mon anniversaire depuis ma naissance et aurait mal pris que je la remercie en refusant ces années-là.  À 18 ans, j’ai enfin pu accepter l’invitation de mes amis.  On était en route lorsque l’on a été frappé par une tornade, provoquant un déluge et un refoulement d’égout à Montréal. Inutile de dire qu’après avoir pu reprendre la route, une fois rendus à La Ronde, on s’est frappé à une porte fermée.

Répercutions inattendues d’avoir un anniversaire en été: On entre en secondaire I à 12 ans. Pendant les dix mois que durent l’année scolaire, la majorité des élèves ont leur anniversaire pendant. Par conséquent, ils finissent leur secondaire à 13 ans. Moi, j’avais 12 ans du début à la fin. Or, pendant l’enfance et l’adolescence une année de vie fait une énorme différence au niveau de la croissance physique. Ce qui fait que, du début de la maternelle jusqu’à la fin du secondaire V, j’ai toujours été le plus jeune, donc le plus petit, le plus frêle et le moins développé de mon année scolaire. Ça a toujours fait de moi le dernier en gym, le dernier à plaire aux filles, mais le premier à être la cible facile de harcèlement et d’intimidation.

12- La maison envahie par les délinquants.
La raison principale pourquoi j’ai vite coupé les ponts avec la famille du côté de ma mère, c’est qu’ils sont surtout constitués de délinquants et que j’ai compris à un jeune âge que je valais mieux que le genre de vie que je risquais d’avoir si je me tenais avec eux. Il se trouve que le plus délinquant de tous, mon cousin Éric, a un jour demandé l’hospitalité à mes parents pour deux semaines, qu’ils ont accepté, et qu’il est resté de février à novembre.

Il utilisait la maison pour y cacher du stock volé, se couchait rarement avant 5 heure du matin ce qui fait qu’il se levait rarement avant midi, et puisqu’il dormait dans le salon il ne fallait pas faire de bruit, il fumait comme une cheminée, mangeait comme quatre, payait zéro pension, invitait ses chums pour faire le party sans demander la permission. Il commettait tous les abus moraux et légaux qu’il voulait sans que mes parents ne lui dise rien. Mieux encore: J’ai une fois entendu mon père dire à ma mère qu’il songeait à offrir à Éric des cours de conduite parce que, pauvre petit, il n’a jamais eu de chance dans la vie. Ce même père qui a refusé de le faire pour moi sous accusations fantaisistes que j’allais me souler et me tuer au volant, moi qui suis le plus sobre de ma famille des deux bords, et qui a zéro histoire de délinquance contrairement à mon cousin.

Moi qui ne commettait même pas le 1/100 des abus d’Éric, je me faisais soumettre à une discipline abusive.  Mais lui, par contre, avec un dossier judiciaire long comme le bras, sans aucun respect pour personne incluant mes parents, il ne recevait qu’aide et respect de la part de ces derniers. Disons que cet été-là m’a donné ma première vision aussi réaliste qu’amère sur comment les choses se passent vraiment dans la société.

13- Le snobisme de ceux que je fréquentais
Trois exemples flagrants :

On est une dizaine de personnes chez un ami, on décide de louer un film. Qu’est-ce qu’on prend? Une comédie? Ben non, c’est trop kétaine. Un film d’ados? Ben non, c’est trop kétaine. Un film de vacances? Ben non, c’est trop kétaine. Le dernier film à succès? Ben non, c’est trop kétaine. On a donc passé la soirée à se faire chier à regarder Caligula. Le titre de ce film ne vous dit rien? JUSTEMENT!!!

Êtes-vous déjà allé à un party où c’que la majorité s’emmerdent parce que ceux qui s’occupent de la musique « ont du goût, eux autres »? Ben voilà! Je me souviens d’un party d’ado où, lors d’un slow, la piste de danse était vide. Et pour cause : Au lieu de faire jouer les slows les plus populaires de l’époque (donc kétaines à leurs yeux) comme Careless Whispers de Wham ou Stairway to Heaven de Led Zeppelin, on a eu droit à C’est La Vie de Emerson, Lake & Palmer.

Vous connaissez l’Expo Agricole de St-Hyacinthe? Il y a presque autant de manèges qu’à La Ronde (du moins en 1988) pour beaucoup moins cher à l’entrée, et des files d’attentes beaucoup moins longues aux manèges. J’y suis allé pour mes 18 ans (Le déluge qui avait fermé La Ronde n’avait pas atteint St-Hyacinthe), et j’y ai fêté mon anniversaire tout seul, puisque la place était trop kétaine pour mes amis.

14- J’bronze pas!
Dans les années 80, le teint bronzé était synonyme de beauté, santé, richesse. Moi, mon teint pâle ne bronze pas, il brûle. À un âge où les apparences sont importantes, et à une époque ou être goth, emo ou vampire n’était pas encore à la mode, j’me faisais niaiser souvent à cause de ma blancheur.

15- L’omniprésence parentale.
Comment avoir la moindre intimité avec les rares filles que je réussissais à me ramener chez moi quand on a un père sans emploi donc omniprésent? Oh, c’est sûr que des fois il partait aider des amis ou de la famille à quelques travaux de rénovations, mais dans ce temps-là il restait quand même ma mère. Et quand elle partait, il était inévitable qu’elle revienne nous interrompre en revenant chercher un truc qu’elle avait oublié: Son argent, son portefeuille, ou pire encore: Ses clés, ce qui l’obligeait à cogner à ma fenêtre pour que je lui ouvre. Et pour ce qui est de fermer ma porte de chambre, on peut oublier ça. Quand elle revenait à la maison, la première chose qu’elle faisait était de descendre et cogner à ma porte (sans verrou), disant « T’es-tu là? J’peux-tu rentrer? » J’étais obligé de manifester ma présence en lui répondant d’attendre, sinon elle se croirait seule et allait rentrer et nous surprendre.

La moitié des rares partys où j’ai pu aller, ils venaient me chercher en auto entre 10:30pm et 11pm. Ils ne tenaient pas à ce que je rentre seul la nuit, tout d’un coup qu’un char ne me voit pas et me fonce dessus. Ils refusaient également que j’utilise comme lift un des gars présent, afin de ne pas « mettre ma vie dans les mains d’un p’tit jeune malade adepte de l’alcool au volant. » Leur solution, si je voulais rester plus longtemps? Se stationner devant la maison ou le driveway et m’attendre. Ça te gâche une ambiance de party pas à peu près, surtout quand tous les autres gens présent sont au courant et considèrent ça comme un excellent sujet de moquerie.

J’ai cru pouvoir régler le problème en leur disant de venir me chercher à telle heure précise lorsque je faisais quelques rares activités en gang ou avec l’une des rares blondes que j’ai eu, genre du shopping au centre d’achats. Peine perdue. Ils arrivaient toujours une heure ou deux en avance, entraient et finissaient toujours par me retrouver. Oh, mais ils étaient très respectueux: Ils ne obligeaient pas à partir tout de suite. On partait à l’heure prévue, c’est juste qu’en attendant, ils déambulaient en nous suivant.

16- Les Grandes Ventes de La Rentrée… dès le 7 juillet.
Sérieux, là… On a 8 semaines de vacances, et là-dessus il n’y a que dans les 2 premières où on peut vraiment oublier l’école, avant qu’on te fasse chier à te rappeler pendant les 6 semaines suivantes, dans les journaux comme à la radio comme à la télé comme dans la majorité des commerces, que ton temps est compté parce que la rentrée s’en vient.

17- Rien que du linge d’automne dans les magasins dès la mi-juillet.
Parce que oui, qui dit rentrée dit automne. Essaye de te trouver un maillot de bain dans les magasins dès le 14 juillet, juste pour voir. À part, bien sûr, si tu vas dans les boutiques spécialisées où tu payes 3 fois le prix.

18- La rentrée est la dernière semaine d’août.
La rentrée, c’est toujours associé avec le mois de septembre, non? Alors pourquoi est-ce qu’il faut revenir à l’école dès le premier lundi de la dernière semaine de mois d’août? J’ai toujours trouvé ça très très chiant.

Il y a un point positif à tout ceci : Alors que j’entends beaucoup de gens de mon âge dire être nostalgique de leurs étés de jeunesse, je peux sincèrement dire que ce n’est pas mon cas. J’aime beaucoup mieux les étés depuis que je suis adulte. Voilà au moins un point de mon existence où je n’aurai jamais l’impression que mes meilleures années sont derrière moi.

Goût pour l’exotisme OU besoin de justifier une situation difficile?

C’est à 17 ans que j’ai eu ma 3e relation de couple.  Celle-ci a durée un an. C’est avec cette fille que j’ai eu mes premières relations sexuelles. Elle était d’origine Haïtienne. Je l’ai rencontré grâce à une petite annonce dans un magazine pour ados, dans laquelle je disais être à la recherche d’une petite amie et que j’avais un faible pour les asiatiques et les noires.

Voyez-vous, de 15 à 30 ans, j’ai eu un gros trip Black & Asian. À part l’ex sus-mentionnée, je n’en ai jamais eu aucune autre. Ça ne m’empêchait pas de les désirer à fond. Je ne me suis jamais demandé pourquoi j’étais attiré vers l’exotisme. Je croyais juste que ça faisait partie de mes goûts, voilà tout.

Prise de conscience
J’ai quand même fini par me la poser, cette question. C’était lors d’une sortie au cinéma, en janvier 1997. Ce soir-là, j’étais accompagné de Fatima, une amie iranienne qui était également mon amante. Elle n’était au Québec que depuis deux ans, après avoir passé la première moitié de sa vie en Iran et la seconde en France.  cette double nationalité lui donnait un accent assez unique dans la voix.  Nous étions allés voir Boogie Nights, dont l’action se passe à l’époque Disco, fin années 70, début années 80. Plusieurs fois dans le film, j’ai été amusé de voir des références à des choses auquel j’ai assisté ou entendu parler de, puisque ce sont les années de mon enfance et de mon adolescence. Quand je lui en faisais la remarque, elle me répondait toujours la même chose: Que ça ne lui disait rien.

Je me souviens clairement qu’à ce moment là, je l’ai regardé du coin de l’oeil et je ne suis posé cette question: Qu’est-ce que je fous avec elle? Non mais c’est vrai, on n’avait tellement rien en commun. Pourquoi est-ce que j’avais cette fille-là comme amante alors qu’il y avait autant d’obstacles pour nous séparer?

Obstacle 1: Elle a 19 ans. J’en ai 29. Nous n’avons pas vécu aux mêmes époques.
Obstacle 2: Elle a vécu sa jeunesse en Iran sous le régime dictatorial guerrier de Khomeini. J’ai vécu au Québec dans l’ère post Révolution Tranquille sous le régime libéral du parti du même nom, suivi de celui de René Lévesque.
Obstacle 3: Elle a une culture, voire deux dans son cas, complètement différentes de la mienne. Impossible pour nous de parler de télé, musique, cinéma, mode, etc.
Obstacle 4: Pour sa famille, je suis un étranger que l’on traite avec méfiance. Pour ma famille, elle est une étrangère que l’on traite avec condescendance.
Obstacle 5: Sexuellement, elle trippait domination/soumission, me voyant maître, se voulant esclave. Ma personnalité et mon éducation m’interdit toute violence envers la femme. Le fait de savoir qu’elle le désire ne change rien au malaise que je ressens à la soumettre et la dominer.

En ressortant du cinéma ce soir là, je n’étais plus le même homme qui y était entré deux heures plus tôt. C’est que je venais de me rendre compte que dans le fond, ce n’était pas l’exotisme qui me faisait aller vers ces filles-là. C’était la difficulté. Les obstacles. Ça m’a pris un grand travail d’introspection, mais j’ai fini par comprendre que la raison pourquoi j’allais vers elles, c’est à cause que j’avais un complexe d’infériorité.

Avant de sauter au plafond et me traiter de raciste, lisez ce qui suit:
Comme je l’ai souvent raconté, le moi adolescent et jeune adulte était pauvre, maigre, laid. La majorité des filles, même les plus laides, préféraient une vie de célibat plutôt que de m’avoir pour chum. C’est une réalité qui est très difficile à encaisser car elle blesse fortement l’estime de soi. Dans ce temps-là, pour survivre aux situations trop pénibles, le cerveau réagit en nous poussant à rechercher des situations plus acceptables. Puisqu’on ne s’en rend pas compte, ça se passe au niveau de l’inconscient. Du subconscient, si vous préférez le terme anglo plus populaire.

C’est ainsi que, de façon inconsciente, j’ai commencé à jeter mon dévolu sur des filles de races différentes, de cultures différentes, d’un grande différence d’âge. Ainsi, si ça ne marchait pas entre nous, je pouvais toujours me dire que c’était à cause de la différence d’âge, de race ou de culture. Puisque la raison principale de mon rejet pouvait désormais s’expliquer par autre chose que ma maigreur, ma laideur ou ma pauvreté, alors mon estime de soi n’était plus atteint. Ok, un rejet reste un rejet. Ça reste une expérience plate à vivre. Mais au moins, maintenant que je pouvais l’expliquer sans me remettre en cause, alors c’était supportable.

Et voilà pourquoi je dis que mon attirance pour l’exotisme venait de mon complexe d’infériorité: Parce que je ne trippais pas sur ces filles pour les bonnes raisons. Ce qui m’attirait en elles, ce n’était pas nos compatibilité ni leurs personnalités. C’était le fait que, si la relation ne marcherait pas, nos différences pouvaient expliquer pourquoi, de façon plus acceptable pour mon estime de soi.

Et pourquoi est-ce que je partais à la base avec l’idée que ma relation avec une fille ne pourrait pas marcher? EXACTEMENT! S’attendre d’avance à ce que notre relation avec la fille ne marche pas, et ce avant même d’avoir une fille en vue, ÇA, c’est un signe flagrant qu’on a un complexe d’infériorité.

Éventuellement, à force de travail constant sur ce qui me faisait défaut, j’ai fini par perdre ces derniers. Les filles de ma race, de ma culture et de mon âge ont commencé à me trouver intéressant, et même à faire les premiers pas. J’ai pris de la confiance en moi. J’ai cessé de rechercher les difficultés.

Aujourd’hui, j’ai quelques amies noires et asian. Elles sont aussi québécoises que moi dans la naissance, la culture et l’accent parlé. La femme de ma vie des onze dernières années est blanche, mais elle aurait tout aussi bien pu être noire ou asian, puisque ce n’est plus la race qui importe pour moi, mais bien la compatibilité des personnalités et nos points communs.

Quand tu vis une relation difficile, c’est probablement de la faute de l’autre. Quand tu vis plusieurs relations difficiles de suite, il y a de grandes chances que ce soit toi qui recherche les obstacles. Réfléchis et essaye de trouver pourquoi. C’est seulement lorsque tu auras trouvé la source du problème que tu pourras y travailler, cesser de vivre des relations cul-de-sac, et enfin connaître le bonheur auquel tu as droit. Parce que LÀ, tu sortiras avec l’autre pour les vraies bonnes raisons.

%d blogueurs aiment cette page :