A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et obsédé textuel.

Ne souffre point de l’adversité celui qui sait la manipuler

ANECDOTE 1. Ça faisait environ sept ans qu’internet avait fait son apparition dans les foyers. C’était l’époque pré-Google, pré-Facebook, Pré-Twitter, pré-Instagram, pré-Youtube. Dans ces années-là, le moyen par excellence pour avoir accès à un public, c’était via les forums d’échanges et de discussions. Tel que je l’ai décrit en 2012 dans le billet Les 9 étapes de la naissance, la vie et la mort d’un forum, les choses se passaient presque toujours comme suit: Le forum est créé. Au début, tout le monde est émerveille de cet outil de communication. Dans un laps de temps variant entre 5 à 10 mois, c’est l’harmonie totale. Puis, tel que j’en ai parlé en 2009 dans le billet Devenez membre de la CIA (Cyber Irresponsible Asshole) en 5 leçons faciles, voilà qu’arrive un enfoiré qui commence à faire chier les autres car il se sent à l’abri de représailles, du fait qu’il est derrière son écran et que « internet, c’est pas la vraie vie. »

Bientôt, d’autres suivent son exemple, les emmerdements commencent, et les membres du forum se divisent en sept camps:

  1. Les agresseurs.
  2. Leurs victimes, qui ripostent.
  3. Ceux qui se plaignent de ces guerres.
  4. Ceux qui encouragent les guerres car « ça met de la vie dans le forum ».
  5. Les modérateurs qui, trop souvent, profitent de leur position pour faire partie du problème.
  6. Les administrateurs qui, en général, ne foutent rien pour régler le problème.
  7. Les spectateurs qui se contentent d’en rire.

Bref, tout ça pour dire que la majorité des membres des forums se retrouvaient rapidement avec des ennemis. C’était mon cas.

Au tournant du siècle, beaucoup d’internautes se créaient un journal intime. Du moins, aussi intime que puisse l’être quelque chose que l’on met sur le net. Et ça, à une époque où on n’avait pas encore l’option de mettre nos écrits en privé, ça a causé plus d’un drame dans la vraie vie, lorsque l’entourage d’une personne découvrait son blog et y voyait ce qu’elle pensait d’eux. Également, beaucoup se créaient des pages web pour diffuser leur art, leur travail, leur humour.

Et c’est ainsi que quelqu’un m’a piqué mon nom d’artiste. Il a enregistré steverequin.com et il a créé une page web dans laquelle il diffusait de court sketchs en vidéo de son cru. Il était évident qu’il tentait de recréer à sa manière le concept des Têtes à Claques, sans en avoir les moyens techniques ni le talent.

Pour autant que je sache, ce vol n’était pas personnel. Je ne connaissais pas ce gars-là. Peut-être avait-il lu mon nom quelque part et il l’avait trouvé original. Ou peut-être avait-il créé lui-même Steve Requin par hasard quelques années après moi. N’empêche que ça me posait un problème. Étant donné que je cherchais moi-même à me créer ma propre page web à mon nom, le fait qu’il l’avait déjà enregistré me contrariait. Je me demandais comment est-ce que je pourrais le récupérer. Chose d’autant plus difficile, du fait qu’aucune loi ne régissait encore internet.

Je suis donc allé sur ce forum que je fréquentais, pour voir si je pourrais y trouver conseil. Dans le sujet « Parlez-nous de vos projets », j’ai écrit quelque chose dans le style de: « Je veux juste vous dire que je n’ai rien à voir avec la page steverequin.com », en ajoutant un lien direct. Quelques membres ont commenté, tel que je dis plus haut, sur le fait que le gars semblait vouloir recréer le style des Têtes à Claques.

Et c’est là que sont intervenus mes ennemis, en raillant comme quoi il fallait s’attendre de ma part à une nouvelle tentative de poursuite judiciaire. (Ils faisaient référence à une poursuite que j’avais intenté contre un ex-employeur pour harcèlement moral au travail.)

Cette intervention de mes ennemis m’a fait réfléchir. Je les connaissais bien et je savais ce qu’ils étaient capables de faire. J’ai compris que si je demandais dans le forum des conseils pour faire en sorte que cette personne cesse d’utiliser mon nom, ils allaient aussitôt se rallier du côté de l’imposteur. L’un de mes ennemis étant très fort pour évoquer les clauses légales, je me doutais bien qu’il serait capable de le contacter afin de lui dire exactement quoi faire pour s’assurer d’avoir la propriété légale de steverequin jusqu’à la fin des temps.

J’ai alors compris ce que je devais faire. Retournant à mon clavier, j’ai répondu:

« Le poursuivre? Allons donc, il n’y a pas de profit à tirer d’une personne pauvre et inconnue. Je planifie au contraire de le laisser continuer sans intervenir. S’il n’arrive pas à percer en humour, je n’en serai pas plus mal. Mais s’il améliore ses sketchs et son style et qu’il devient riche et célèbre, alors LÀ, je le poursuivrai. J’ai plusieurs preuves recevables légalement comme quoi j’utilise le nom Steve Requin depuis au moins huit ans avant lui. À ce moment-là, non seulement devra-t-il me verser la quasi-totalité de ses gains, je profiterai de ce tremplin médiatique pour lancer ma propre carrière d’auteur à la télé. »

Une semaine plus tard, ce que j’avais prévu arriva. La page steverequin.com disparut du net.

Lorsque tu as des ennemis qui ne cherchent qu’à te nuire, ceux-ci ne peuvent supporter l’idée que tu puisses tirer profit d’une situation. Dans ce temps-là, ils font tout en leur possible pour saboter cette opportunité. Dès que j’ai compris ceci, je n’avais plus qu’à leur faire croire que mon but était le contraire de ce que je voulais vraiment. Alors en cherchant à me nuire, ils ne se doutaient pas qu’au contraire, ils mettaient leurs efforts à travailler au meilleur de mes intérêts. Dans ce cas-ci, en allant persuader l’autre Steve Requin d’abandonner son site et mon identité, afin que je ne puisse rien en tirer.

Un an plus tard, dès que le nom redevint libre, je m’en suis aussitôt emparé, le renouvelant annuellement, avant de le greffer à ce blog que vous lisez en ce moment.

ANECDOTE 2. Époque pré-Google. Je ne me souviens plus exactement de tous les détails. Mais j’avais un texte à écrire, et je n’en connaissais pas le sujet à 100%. Il m’était arrivé, par le passé, d’essayer de me renseigner sur un sujet sur ce forum. Tout ce que j’ai eu comme réponse fut des « Débrouille-toé! »

Cette fois-ci, j’ai opté pour l’option inverse: J’ai affirmé des choses, en sachant d’avance que j’étais dans l’erreur. Je me doutais bien que les négatifs du forums allaient se faire un plaisir de tenter de m’humilier en étalant les bonnes informations afin de prouver que j’avais tort. Et en effet, ça n’a pas tardé. Grâce à leurs informations et aux liens qu’ils fournissaient afin de prouver leurs dires, j’ai pu écrire mon texte en (désormais) toute connaissance de cause.

ANECDOTE 3. J’avais, dans mon entourage, une illustratrice extrêmement talentueuse. Elle faisait des portraits-caricatures très ressemblants, d’un style que l’on aurait pu croire tirés de dessins animés. Elle chargeait cher, mais elle le valait. Elle avait aussi un orgueil démesuré et souffrait d’un viscéral complexe d’infériorité. Le genre de personne qui voit de la compétition partout. Et surtout, qui ne peux pas supporter que l’on complimente toute personne ayant moins de talent qu’elle.

Nous avions une amie commune qui aurait bien voulu se voir en version dessin, mais elle n’avait pas envie de payer si cher. Et en même temps, elle n’aurais jamais osé lui demander un rabais. Alors je lui ai proposé un truc: Avec mon pousse-mine, je lui ai fait sa caricature, mais juste en quelques traits. On parle ici d’un petit dessin premier-jet primitif de la taille d’un 5¢ qui ne m’a pas pris plus que 30 secondes. Et au lieu de le scanner, je l’ai pris en photo, ce qui a laissé l’image grisâtre. Je lui ai suggéré d’en faire son avatar de Facebook, en commentant comme quoi elle trouve mon dessin mignon.

Ça n’a pas raté. L’illustratrice a laissé sous l’image un commentaire passif-agressif amer qui exprimait son incompréhension face à l’émerveillement de notre amie pour ce dessin. Puis, trois semaines plus tard, elle lui a fait cadeau d’un superbe dessin couleur. Tel que prévu, incapable de supporter que l’on admire un dessin moins bien que les siens, elle ressentait un profond besoin de démontrer sa supériorité. Ainsi, notre amie a eu ce qu’elle voulait: Un superbe portrait-caricature-cartoon, totalement gratuit puisque non-sollicité.

EN CONCLUSION : À partir du moment où l’on sait ce qui motive les gens haineux, on peut aisément les manipuler à faire n’importe quoi. Il y a un proverbe qui dit : Sois près de tes amis, et encore plus près de tes ennemis. Pour ceux qui se demandent où se situe la logique de ce dicton, vous venez d’en lire trois bon exemple.

À partir du moment où tu sais ce qui motive tes ennemis, tu n’as plus d’ennemis. Tu n’as que des gens que tu peux aisément manipuler à travailler pour toi. Et lorsqu’ils sont motivés par la haine, ils savent se montrer beaucoup plus efficaces dans leur travail que le seraient la majorité de tes amis.

Trois chansons de dragueurs qui racontent la même anecdote (et qui ont la même conclusion homophobe)

Il y a un nouveau scandale ces jours-ci au sujet de l’orientation sexuelle d’un personnage de fiction. Jon Kent, fils de Clark Kent et de Lois Lane, a hérité des pouvoirs de son père, et est aujourd’hui un jeune Superman. Et celui-ci est ouvertement bisexuel.

On pourrait penser que les nombreuses protestations actuelles sur le sujet démontrent que la société est encore intolérante à ce genre de chose. Or, le simple fait qu’existe ce personnage et que l’on lui donne cette orientation, ça aurait été encore impensable au siècle dernier où la bisexualité, surtout masculine, était taboue. Mais surtout, elle était vue comme étant un signe de loserisme flagrant et extrême chez l’homme hétéro.

À l’époque, on disait que c’était de deux choses l’une: ou bien l’homme était hétéro, ou bien il était homo. Il n’y avait pas d’entre-deux. Pour qu’un homme soit bi, il fallait qu’il entre dans l’une de ces trois catégories:

  • Jeune et confus, donc « ça ne durera pas. »
  • Incontrôlable obsédé sexuel pathologique qui devrait se faire soigner car il baise tout ce qui bouge, alors cachez vos enfants et vos animaux domestiques.
  • Hétéro qui n’a rien pour séduire les femmes. Il ne lui reste donc que l’option loser qui est de se payer des putes. Ou bien pire encore, l’option gratuite, qui démontre qu’il est loser désespéré trop radin et/ou trop pauvre pour se payer une femme: être obligé de s’abaisser à satisfaire ses désirs sexuels avec des hommes gais.

C’est de ce dernier point dont il est question ici.

Au Québec, sur une période de dix ans, soit de 1986 à 1995 inclusivement, nous avons pu entendre à la radio trois chansons qui racontaient essentiellement la même anecdote.  C’est-à-dire :

  • Un homme sort en boite dans le but de draguer.
  • Il décrit l’endroit, l’ambiance, les conquêtes potentielles.
  • Il tente sa chance.
  • Il accumule les revers.
  • Il n’a plus aucune autre option, à part accepter de coucher avec un autre homme.
  • Il rentre chez lui aux petites heures du matin. 
  • Et seul, parce qu’il n’est pas désespéré à ce point-là, tout de même.

La première chanson vient du Québec et les deux autres de France.  Par ordre chronologique, il s’agit de :

ARRÊTE DE BOIRE – Rock et Belles Oreilles, 1986
Rock et Belles Oreilles, ou RBO, est composé essentiellement de quatre, cinq ou six membres, tout dépendant de l’époque. Ils ont eu plusieurs émissions à la radio, à la télé, et ont composé et interprété de nombreuses chansons humoristiques qui ont eu beaucoup de succès. Leur premier fut Ça Rend Rap, jeu de mots avec Saran Wrap. Et le second, encore plus populaire que le premier, fut Arrête de Boire.

Il n’y a pas eu de vidéoclip filmé pour cette chanson.

Donc, ça commence alors que l’homme va à la disco dans le but de draguer. 

Minuit passé, quand les gens font dodo
Moi je m’en vais cruiser à la disco.

Tous les soirs je sors dans les bars.

Il commence par décrire l’endroit et les conquêtes potentielles.

Là-bas au bar, je spotte une fille
Elle me regarde, me déshabille
.

Sur le plancher de danse, je vais tenter ma chance
Avec une fille qui a l’air du sosie de Martine St-Clair

Il essaie de se rapprocher de ces femmes, et il accumule les revers.

« Salut! Tu viens souvent ici? »
« Oui mais j’pense que je r’viendrai pu. »

« Heille! Va jouer ailleurs! », qu’elle me dit
Un coup d’genou dans les parties.

Incapable de plaire aux femmes, il ne lui reste plus que l’option de se taper un gai, s’il veut satisfaire ses désirs sexuels.

J’ai tant dansé, j’ai tant cruisé, sans jamais avoir pogné
Que j’pense que j’vas virer aux gais, aux gais, aux gais.

Mais puisqu’il n’est pas désespéré à ce point-là, il rentre chez lui, seul.

Je rentre chez nous, saoul comme un trou
Je rentre à la maison, seul comme un toton.
Je rentre à la maison, me faire un Dîner Swanson.

Deux ans plus tard, deux Français nous arrivent avec une chanson qui raconte exactement la même chose. Est-ce un hasard ou bien se sont-ils inspirés de RBO? Mystère!

PANIQUE AU DANCING – Zap Shaker, 1988
Zap Shaker est un trio formé de Dominique Sylvère Jacquin et des frères Daniel et Joe Nathan Dahan. En 1989, ils changent de nom pour Sylvère et les Zap, le temps de sortir Mama Gouyé, avant de redevenir Zap Shaker, puis de se séparer en 1992. Les frères Dahan se sont fait ensuite connaître sous le nom de Trampoline. À ma connaissance, leur seul succès à avoir traversé l’Atlantique est Panique au Dancing.

L’homme va au bar dans le but de draguer.  Il commence par décrire l’endroit et les conquêtes potentielles.

Ça clope à gogo,
ça bouge sur le tempo,
ça mouille les maillots
Ça gémit, ça s’effleure

et ça s’secoue comme un shaker
Blacks, blancs, beurs.
Les jeans moulés, les minijupes,

et les Marylin et les balais
Les petits lolos, les chambre d’écho,

les dures, les très mollos
Et go go go.

Il tente sa chance et accumule les revers.

Je fonce dans le troupeau,
j’en prends une au lasso
C’est good pour le slow
J’ai la touffe d’un héros
Elle dit:  « Zappe, zappe, je suis sur une autre affaire. »
Ah! C’est la guerre!?

Je sors les dollars,
je m’pose au bar
j’ai l’œil en rut sur les pétards.
Encore un canon,

faut j’sois béton
« Hello! Je suis le champion de la super-position. »
(Panique au dancing, panique au dancing)
Elle me fait: « No comprendo! Ciao, ciao!
Et encore un bide!

Et lorsqu’il croit enfin en avoir trouvé une qui veut de lui, pas de chance, c’est un homme.

Par Belles-et-putes, v’la une comète.
Faut pas qu’je foire, faut j’me la mette.
L’air Sainte-Nitouche.  Mes seins, pas touche…
Ça y est, j’ai une touche! 

« Alors baby, would you light my fire? »
« Bien sssûr, beau garçççon! »
Aaah merde! Un travelo!  La queue d’la comète.

Et au matin, il rentre chez lui bredouille.

J’me casse, eh!  Cinq heures du mat, Paris s’éveille.  Pas de « Crac! Boum! Hue! »

Cette chanson est truffée d’amusantes tournures de phrases et de jeux de mots, tels Belzébuth / belles et putes, l’étoffe d’un héros / la touffe d’un héros, superposition / super position, ou bien les capotes sont cuites.  Il y a aussi des références qui échappent au Québécois moyen.  Par exemple :

« Black, blanc, beur » ne fait pas que décrire le fait que les clients du dancing sont noirs, blancs et maghrébiens. C’était un slogan qui parlait de la jeunesse désoeuvrée dans la France des années 80, et remonterait à 1984. Il faisait référence au drapeau Français, remplaçant bleu-blanc-rouge par black-blanc-beur.  Puis, ce slogan a été récupéré dans les années 90 lors de la victoire d’une équipe de foot de France (donc de soccer) dont les membres étaient majoritairement de ces trois origines.

« Crac! Boum! Hue! »  D’après Les Playboys, chanson de Jacques Dutronc, qui utilise cette onomatopée en rapport avec l’acte sexuel.

« Nous avons les moyens de vous faire danser, »  dit avec l’accent allemand, est en rapport à cette phrase entendue dans je ne sais plus trop quel film de guerre, dans lequel un membre de la Résistance se fait interroger par un officier nazi qui lui dit « Nous avons les moyens de vous faire parler. »

« You know what? I’m happy! » est un mème pré-internet.  Il s’agit d’une phrase prononcée per Droopy, célèbre chien d’allure dépressive de dessin animé, créé en 1943.

Vers le milieu des années 90, en entrevue, les membres de Zap Shaker étaient surpris que l’on se rappelle encore d’eux en rapport à Panique au Dancing.  Aujourd’hui, vu le côté kitsch, misogyne et homophobe de cette chanson, ils préféreraient probablement qu’on les oublie.

Ce qui nous amène à :

COOL BABY COOL – Roman Photo, Sorti en France en 1994, puis au Québec en 1995.
Roman Photo est un projet musical français qui a eu trois hits au milieu des années 90 avec des chansons se basant sur du sampling de succès de l’époque Disco.  Deux d’entre eux se sont rendus jusqu’au Québec. Il s’agit de Souds of Summer, puis de la chanson dont il est question ici, Cool Baby Cool.

Là encore, pas de vidéoclip tourné, seulement une version sono.

Et ici encore, même formule: l’homme va en disco dans le but de draguer.  Il commence par décrire l’endroit et les conquêtes potentielles. 

Il est tard, les cafés ont fermé.
La discothèque est pleine à craquer.
Ok, ok, j’avance, j’essuie
Le disk jockey joue du funky.

« J’essuie » comme dans essuyer des revers, je suppose. Détail original : contrairement aux deux premières chansons, celle-ci commence non pas au début de la soirée, mais plutôt alors que ça fait cinq heures qu’il est dans ce bar

Ça fait cinq heures que j’tourne en rond
Je trouve le temps vraiment trop long
Je bois des bulles de mousse et de bons tons
J’entends des « Oooh! »
Blasé de tout, soudain complètement fou.

Elle!  J’la vois, je l’appelle.
Mon Dieu c’qu’elle est belle.
Canon, une bombe, d’la vraie dynamite
Les pages centrales de « Lui » dans mon orbite
Elle me dit « Moi, c’est Claire! »
Comme l’éclair

À chacune il sert le discours / refrain qui suit :

Viens!
Prends ma main.
J’vais t’raconter l’histoire d’un amour sans retard
Sans gare, sans fard, sans part, ni désespoir
Genre de bêtises qu’on dit par pur hasard
La nuit est belle,
Tu m’ensorcelles, baby.
Surtout l’accroche de ton porte-jarretelles.
Dans mes yeux, luit, observe, c’est la lueur de mon envie
Regarde bien, au fond tu verras mon lit.

Plus le temps avance, plus il accumule les insuccès. La première à qui il sert ce refrain lui répond :

« Ah, mais tu planes, toi, ou quoi?  Salut! »

La seconde, alors qu’il dit que « ça fait six heures que j’tourne en rond », lui réplique :

« T’en fais trop, mec.  J’en ai marre. Salut! »

Et à la troisième, alors que « ça fait sept heures que j’tourne plus rond », c’est la fille qui l’approche en disant :

« Salut, moi c’est lise.  Tu viens? »

Le « Tu viens ? » sous-entend qu’il s’agit d’une prostituée.  Et ceci marque le début de son désespoir, alors qu’il commente « Ok, ok, je m’enlise. »

Apparemment, il la vire, car voici la suite et fin de l’histoire :

La fille s’est envolée
sur l’air de pas trop y toucher
Le genre de tarte à oublier.
Le plan s’évère sévère.
Mon calme a des ratés,
Je deviens cinglé
Ce soir je récidive
Je persévère sévère

« Salut mon bichon. Tu danses? »

la voix de cette dernière phrase semble venir d’un homme gai.  Ainsi, s’escalade le loserisme du dragueur : Après avoir passé plus de sept heures à draguer en vain les femmes célibataires libres, on passe à plus bas; la pute qui offre ses services.  Enfin, déchéance totale, il ne lui reste plus que des gais et/ou travelos comme option.

Ici, pas de mention qu’il rentre chez lui seul.  Mais on se doute bien que c’est le cas.  S’il a passé sept heures à draguer en vain les femmes, et qu’il a refusé de payer pour du sexe, ce n’est certainement pas pour se contenter d’un homme.

Le côté homophobe que l’on reconnaît aujourd’hui à ce genre d’histoire vient du fait qu’à l’époque, l’homosexualité était une source acceptable de moqueries.  Cette orientation était considérée inférieure, du fait qu’aux yeux de la majorité de la population, un homme, un vrai, ça baise une femme.  Et que, dans l’ignorance populaire, si un homme aime les hommes, c’est parce qu’il se prend pour une femme.  D’où ces quatre raisonnements tordus :

  • Un homme, un vrai, ça attire les femmes.  Si tu n’en attires pas, tu n’es pas un homme.
  • Un homme, un vrai, ça se voit dans son allure, qu’il est hétéro.  Si tu attires un gai, c’est parce que tu as l’air gai.  Voilà qui explique automatiquement aux yeux du public la raison de tes bides auprès des femmes.
  • Un homme, un vrai, ça baise des vraies femmes.  Si tu baises une fausse femme, donc un gai, tu es un loser désespéré.
  • Mais surtout, et c’est ce qui ressort de ces trois chansons, et c’est que peu importe à quel point il est désespéré, un homme, un vrai, ça ne s’abaisse pas à baiser avec un autre homme. Voilà pourquoi ils repartent chez eux, seuls.

Certes, il nous reste encore bien du chemin à faire pour que toutes les différentes orientations sexuelles soient normalisées, et surtout respectées. Mais quand on voit celui que l’on a parcouru depuis le début du 21e siècle, il y a de l’espoir comme quoi les choses changent peu à peu pour le mieux.

L’hétérocisexuel n’est pas nécessairement transphobe ni homophobe

Bien que que j’ai créé le terme hétérocisexuel en 2016, Google en donne trois résultats aujourd’hui. Le premier est le mien. Le second date de 2018 et se trouve dans les commentaires de ce billet de blog. Et le troisième est dans ce livre publié en 2021 écrit par une femme, au sujet de ses relations homosexuelles.

Ceci dit, qu’il soit écrit Hétérocisexuel avec un S ou Hétérocissexuel avec deux S, je ne suis pas le premier à avoir créé ce mot. Cet honneur semble revenir à l’autrice transgenre Julia Serano. Elle l’utilise dans son livre Whipping Girl: A Transsexual Woman on Sexism and the Scapegoating of Femininity publié en 2007. Mais l’important, c’est que même sans s’être consultés, nous lui donnons tous la même signification.

Hétérocisexuel est un mot-valise qui combine Hétérosexuel + cisgenre. Il s’agit d’une personne qui ne peut aimer et désirer que les personne non-transsexuelles de l’autre sexe.

Je cherchais à créer un mot pour décrire ces gens, car je n’aime pas particulièrement le terme « super-straight. » Mais surtout, parce que le terme « transphobe » est le mot que trop de personnes haineuses utilisent à tort pour qualifier cette orientation.

Source: Cet échange public sur Twitter.

Il me semble que qualifier de transphobe toute personne qui ne se voit pas en relation avec des trans, c’est comme prétendre que les homosexuels sont misogynes. Que les lesbiennes sont misandres. Que les gais en tous genres sont hétérophobes. Depuis quand est-ce que le fait que ressentir de l’attirance pour l’un signifie automatiquement ressentir du mépris pour l’autre?

Cette fausse transphobie prend son origine dans un faux débat, qui consiste généralement à demander à un homme hétéro s’il voudrait avoir une relation avec une femme trans. Si l’homme répond non, on lui réplique alors que, puisqu’une femme trans a toujours été femme malgré sa naissance dans un corps masculin, ça signifie que l’homme ne s’intéresse pas à la personne. Il ne s’intéresse qu’à ses génitaux. Donc, qu’il méprisera la femme trans au profit d’une femme cis. D’où conclusion que ne pas vouloir d’une femme trans, c’est être transphobe.

Il s’agit évidemment d’un sophisme, puisque la même théorie de la préférence des génitaux pourrait être utilisée contre les gais et lesbiennes. Mais dans leur cas, personne ne verrait de pertinence d’utiliser envers eux un tel argument pour expliquer leur orientation. Sauf, ironiquement, ceux qui sont homophobes.

Avoir le réflexe d’apposer des étiquettes négatives afin de rabaisser ceux qui ne ressentent pas d’attirance pour nous, c’est quelque chose qui a été mille fois dénoncé en tant que comportement typique chez les incels et des nice guys. Lorsqu’ils harcèlent les femmes qu’ils désirent, eux aussi vont leur servir l’argument du « Pourquoi est-ce que tu aimes / baises l’autre, mais pas moi? » Ici, on ne peut pas parler de phobie envers le genre ou l’orientation sexuelle et émotive de l’autre. Et pourtant, il s’agit du même comportement, qui consiste à demander à une personne de justifier son attirance envers l’un et son indifférence envers l’autre. Or, on ne peut pas expliquer une orientation sexuelle, et encore moins la justifier. Voilà pourquoi c’est un faux débat.

Quant aux gens qui y apposent la détestable mentalité du « Si tu n’es pas avec nous, tu es contre nous », ils ne servent pas leur cause. Tout ce qu’ils démontrent, c’est qu’ils ont eux-mêmes les préjugés, l’intolérance et l’étroitesse d’esprit qu’ils accusent les autres d’avoir. Le respect et la tolérance n’est pas, et ne devrait jamais être, une route à sens unique.

Il y a déjà bien assez de transphobes comme ça dans la société. Pourquoi chercher à augmenter leur nombre en accusant mensongèrement de l’être ceux qui n’en sont pas, histoire de se les mettre à dos eux aussi? À moins, bien sûr, que le but de cet exercice d’hypocrisie soit de se mettre en situation de prophétie autoréalisatrice, afin de mieux faire dans la victimisation transphobique.

Source: Les prophéties autoréalisatrices.

Ne pas être attiré par les trans, ce n’est pas être transphobe. Ce n’est pas être homophobe. Ce n’est pas être lesbiennophobe. Ce n’est pas être phallusophobe. Ce n’est pas être vaginophobe. Et ce n’est pas non plus avoir une mentalité deux-poids-deux-mesures.

C’est être hétérocisexuel, tout simplement.

La mauvaise influence positive.

J’ai été élevé dans un entourage dans lequel la moindre de mes failles était pointée.  Un entourage dans lequel la moindre de mes faiblesse était exploitée.  Un entourage dans lequel mes malheurs résultant des deux défauts précédents étaient sujets de moquerie et/ou de mépris.  Un entourage dans lequel tout ce qui peut t’arriver de fâcheux est automatiquement de ta faute.  M’en plaindre était perçu comme un signe de faiblesse de plus, et me valait encore plus de moqueries et de mépris. 

Je devais tout de même reconnaître qu’il y avait du vrai dans ce qu’ils disaient.  Mes défauts, c’est moi qui les ai, personne ne me les a donnés.  Mes faiblesses, personne d’autre que moi ne peut les surmonter.  Les mauvaises décisions, c’est moi qui les prends.  Puisque je suis responsable ce de que je suis et de ce que je vis, alors en effet, si je ne fais rien pour améliorer la situation, c’est de ma faute si elle reste négative.

Alors je me suis retroussé les manches et j’ai travaillé.  Travaillé sur moi.  Travaillé sur mes défauts.  Travaillé à m’améliorer.  Travaillé à prendre les décisions non pas par impulsion, mais bien par réflexion.  Avec le temps, à force de discipline, de courage, de ténacité, de logique, de sagesse, j’ai cessé d’être faible et défectueux.  Et j’ai développé une force de caractère qui m’a permis de passer à travers des expériences qui auraient poussé bien des hommes à la dépression, l’alcoolisme, la drogue, la violence, le crime, le meurtre, le suicide.  Et ce n’est pas moi qui le dis.  Ce sont des commentaires que j’ai reçu durant les vingt dernières années.  Mais bon, je n’en tire aucune vanité.  Si je l’ai fait, c’est que je n’avais pas le choix.  Voilà pourquoi j’ai toujours été étonné que l’on vante mes mérites à ce sujet.  Dans ma tête, le principe du marche ou crève, c’était la normale pour tout le monde.

Cette vie ne m’a cependant pas appris à donner autre chose que ce que j’avais reçu.  Élevé sans pitié de la part des autres, j’ai donc été élevé à ne pas avoir de pitié envers les autres.  Si moi j’ai réussi à surmonter mes faiblesses, je ne vois aucune raison pourquoi les autres n’y arriveraient pas.  Si moi je n’ai reçu que du mépris pour mes défauts, il n’y a aucune raison pourquoi je devrais ressentir autre chose que du mépris pour les défauts des autres.

Alors je réagissais aux problèmes des autres de la même façon que l’on a toujours réagi aux miens : en responsabilisant la personne qui les a. 

  • Tu as un problème de consommation?  Tu n’avais qu’à ne pas commencer à te droguer. 
  • Tu es alcolo?  Personne ne t’a jamais obligé à boire.
  • Tu es obèse?  Lâche-donc cette excuse bidon comme quoi « C’est un problème de glandes », ou alors prouve-le avec un certificat médical. Sinon, assume le fait que tu es tout simplement trop lâche pour être capable de contrôler la qualité et la quantité de ce que tu manges.
  • Accro au jeu?  Est-ce que quelqu’un te pointe un gun sur la tête pour te forcer à aller t’assoir devant une machine à poker électronique?  Surtout que le hasard électronique, ça n’existe pas.  Il y a forcément de la programmation.  Et si ça doit être programmé, ça peut tricher.  Pense avec ta tête, loser! 
  • Tu n’arrives pas à arrêter de fumer?  Soyons objectifs et regardons les deux côtés du paquet : Du côté négatif, fumer, ça pue, c’est sale, donc ça empeste et salit le moindre millimètre carré de la maison. Ça cause des problèmes de santé qui amènent souvent à de précoces fins de vies aussi misérables que douloureuses. Ça cause des incendies qui ont tué un nombre incalculables d’hommes, femmes et enfants. Et c’est de l’argent, une fortune, qui part en fumée, littéralement. Et du côté positif, ça rapporte quoi, de fumer?  Rien!  Tu savais parfaitement tout ça avant de commencer, et tu as quand même choisi de commencer

Car en effet, tout ça, ce sont des choix.  Personne ne peut le nier, à moins d’avoir mauvaise foi.  Alors ne viens pas te plaindre pour ça. Tu savais parfaitement dans quoi tu t’embarquais.  Si tu as commis l’imbécilité de choisir de commencer, alors c’est à toi d’avoir l’intelligence de choisir de t’arrêter.  Et surtout, si tu n’y arrives pas, c’est à toi d’avoir la volonté de surmonter ta lâcheté.

Et vous savez ce qui m’a le plus surpris ces dernières années?  Et par dernières années, je dirais aux environs de 2005-2015?  C’est de constater que la population en général se montre compréhensive et tolérante envers les gens faibles, pris dans leurs dépendances.  Au point où je me suis fait maintes fois huer pour mon intolérance, parce que, m’a-t-on souvent répété, « Ces gens-là n’ont pas demandés d’être comme ils le sont. »

En fait, plus que me surprendre, ça me frustrait.  Si personne n’a eu de compréhension pour moi ni de tolérance pour mes défauts et mes faiblesses, pourquoi est-ce qu’ils comprennent et tolèrent ceux des autres?  Si je suis responsable de mes problèmes, pourquoi est-ce que les autres se font déresponsabiliser des leurs?  Pourquoi les encourager à chialer sans rien faire, alors qu’il est beaucoup plus productif de les pousser à se retrousser les manches et à se prendre en main?  À l’école, j’étais le plus petit, le plus faible, le plus indiscipliné, le plus lâche. Moi non plus, je n’ai pas demandé d’être comme ça. Mais je me suis pris en main.  Et à 53 ans, je suis un athlète avec une volonté de fer, qui continue d’accumuler des diplômes et des certificats de formations, alors que je n’avais même pas mon 5e secondaire avant mes 26 ans.  Je suis la preuve vivante que de se faire donner le choix entre avancer ou crever, ça marche! 

Constater que tout le monde avait droit à une tolérance que l’on m’a toujours refusé, je prenais ça comme une injustice.  J’étais amer.  Sur les forums de discussions, j’ai probablement écrit des centaines de variantes de la phrase suivante :

« Ah, on sait bien! Lorsque n’importe qui dit / fait / vit ça, il ne reçoit que compréhension, commentaires positifs, aide, encouragements…  Par contre, quand c’est MOI qui dit / fait / vit la même chose, alors là, OH-LA-LAAAA, GROS SCANDAAAAALE!  Est-ce qu’il y a une raison pour ça? »

Impossible à mes interlocuteurs de répondre à ça sans s’entacher. Ou bien ils reconnaissent les faits et se démontrent coupable d’hypocrisie. Ou bien ils ne nient et ils s’affichent comme étant malhonnête. Voilà l’un de mes plus grands talents. Inutile de préciser que ça ne m’apportait rien de positif comme réaction.  Ce qui me permettait d’utiliser leurs réponses pour renforcer mon point, et aussi comme preuve de leur mauvaise foi, en répliquant cet autre truc que j’ai également écrit des centaines de fois :

« Vous pouvez tous voir de vos propres yeux ce qu’il vient d’écrire.  Ce n’est quand même pas moi qui l’invente. »

Et puis, il y a six ans, un déclic logique s’est fait dans ma tête. On fait souvent l’erreur de croire que l’environnement dans lequel on a été élevé, c’est la norme. J’ai peut-être été élevé sous une mauvaise influence, n’empêche qu’elle s’est avérée positive. Raison de plus de penser sincèrement que ces valeurs que l’on m’inculquait étaient universelles.

Voilà pourquoi j’avais un sentiment d’injustice, de me faire huer lorsque je démontrais que je faisais ce que j’avais à faire, et que j’en demandais autant chez les autres. À mes yeux, ça voulait dire que nous vivons dans une société hypocrite qui ne cherche qu’à rabaisser autrui. Elle n’hésite pas à se contredire et faire usage de mauvaise foi et à m’imposer des paradoxes et des situations deux-poids-deux mesures: On me rabaisse parce que je suis faible, pour ensuite me rabaisser parce que je suis fort.

Et c’est là que j’ai enfin fini par constater que mon environnement d’origine, et la société en général, c’est deux. Si je me fais huer pour ma mentalité « Marche avec courage ou crève comme un lâche! », ça veut dire que cette mentalité est socialement inacceptable. Et si cette mentalité est inacceptable, alors ça veut dire que le milieu dans lequel je suis né et où j’ai été élevé était composé d’enfoirés intolérants.  Et qu’en ne tolérant pas chez les autres ce que l’on n’avait pas toléré chez moi, j’en étais devenu un moi-même.

C’est à peu près à la même époque que j’ai découvert que j’étais demisexuel.  Ce qui signifiait que la retenue et le respect que j’ai toujours ressenti envers la femme et ses limites sexuelles, ça n’était pas une question de volonté, contrairement à ce que j’avais toujours cru jusque-là.  C’était tout simplement la manière dont la nature avait programmé mes neurones.  Ce qui signifie que les alcolos, fumeurs, drogués, paresseux, dépressifs, suicidaires, obsédés sexuels, etc, ne le sont pas par choix. Ils le sont parce que la nature les a créés ainsi. 

Et c’est comme ça que dans la seconde moitié de la quarantaine, je me suis rendu compte que oui, bien des choses sont des choix personnels. Et beaucoup de comportements sont influencés par le milieu et l’éducation. Et pour certaines gens dont je suis, on peut travailler sur soi-même pour perdre nos mauvaises habitudes, nos mauvaises manies, améliorer sa force, sa forme cardio, son alimentation, son physique, son éducation, sa culture, son intellect… Mais pour beaucoup d’autres, la nature leur a donné un corps et un cerveau qui ne peut tout simplement pas décider du jour au lendemain de changer pour le mieux. En fait, si, ils peuvent le décider. Mais contrairement à ce qu’affirme le proverbe, quand on veut, on ne peut pas nécessairement.

Si j’ai la force de caractère requise pour survivre dans le chaos, si j’ai la souplesse d’esprit pour transformer en fumier la merde que l’on m’a lancé afin de mieux grandir, comme je dis souvent, c’est parce que la nature m’a ainsi fait. Une autre personne, dans le même environnement, aurait été détruit, ou bien serait devenu destructeur, ou alors se serait autodétruit. Et elle ne serait pas plus responsable pour ça, que je puisse être admirable d’y avoir survécu en m’y adaptant.

La nature d’une personne, ce n’est pas un accomplissement personnel. L’accomplissement personnel, c’est de réussir à se dépasser soi-même. Mais pour réussir à se dépasser, il faut d’abord que la nature nous donne ce qu’il faut pour être capable de le faire. Tu ne peux pas avoir la volonté de commencer à avoir de la volonté si la nature ne t’a pas donné de volonté. C’est aussi simple que ça. Si on est comme on on est, c’est parce que l’on est comme on nait. Et ce n’est de la faute de personne.

C’est à 47 ans que j’ai enfin compris cette réalité, que je l’ai accepté, et que j’ai appris à être compréhensif et tolérant envers mon prochain.  Et depuis, la seule chose que je ne tolère pas, c’est l’intolérance.

Mais ça, je crois qu’on peut me le pardonner.

La culpabilisation sociale abusive envers le chanceux occasionnel

Avis à mes lecteurs européens: Ce texte parle d’argent en dollars canadiens, mais ça ne vous empêchera nullement de comprendre l’idée générale.

Je suis membre d’un groupe sur Facebook dans lequel on nous a récemment posé une question très classique. Et les réponses qu’elle a engendrée ne le sont pas moins. J’en ai triées quelques unes. Vous verrez vite une constante parmi celles-ci.

Il y avait plusieurs autres genres de réponses. Ça parlait de se payer des maisons, des véhicules, et surtout des voyages autour du monde. Quelques uns disaient en blague des variantes de « D’la poudre et des putes. » Et comme il faut s’y attendre, il y a toujours un irréfléchi dans le lot pour nous ressortir cet argument cliché qui possède toute l’intelligence du lombric:

Mais sinon, ouais, environs une réponse sur quatre était sur le thème de « Je vais gâter tout mon entourage. »

Je vais sonner cynique, et je le suis probablement. Mais je ne comprendrai jamais cette mentalité qui impose que l’on devrait absolument disséminer nos avoirs autour de nous, lors des très rares fois où la chance nous sourit. Aider nos parents, payer les études de nos enfants, d’accord. Mais pourquoi en faire profiter en plus tout notre entourage?

On a tendance à oublier que dans notre entourage, il y a beaucoup de gens qui ont toujours été bien plus fortunés que nous. Est-ce qu’ils nous gâtent, eux? Non, hein!? Et personne ne s’attend non plus à ce qu’ils le fassent. C’est normal. S’ils faisaient ça, ils ne connaîtraient pas la sécurité financière très longtemps. Si tu veux être gâté, tout le monde va te le dire: Gâtes-toi toi-même. C’est ta responsabilité, pas celle des autres.

Certains d’entre vous me diront: « D’accord, mais il y en dans notre entourage qui sont dans la misère. » À ça, je réponds une variante de ma question précédente : Est-ce que les gens fortunés de ton entourage aident gens miséreux dont tu parles? Non, hein!? Alors pourquoi serait-ce à toi de le faire? Surtout lors de la seule et unique fois dans ta vie où c’est toi qui a la chance d’être fortuné? Ce n’est pas pour rien que l’on dit que la charité bien ordonnée commence par soi-même.

Pourquoi est-ce que la (sur)vie des autres serait ta responsabilité? Surtout si elle ne l’était pas avant que tu gagnes à la loterie. Ils ont bien réussi à survivre jusque-là. Pourquoi n’en seraient-ils plus capables, et ce à partir du moment exact où tu as enfin de l’argent?

Le problème, c’est que l’être humain est hypocrite de par sa nature. On cherche toujours à améliorer nos conditions de vie. Mais on digère mal de voir que les conditions de vies de ceux qui nous entourent s’améliorent tandis que la nôtre reste stable. Surtout si cette amélioration est un fait du hasard, et non le résultat de leurs efforts. Voilà pourquoi ton entourage est envahi d’un grand sentiment de déception lorsque tu gagnes à la loterie. Ils ne peuvent s’empêcher de penser que tu n’as pas mérité de recevoir tout cet argent. Qu’il n’y a aucune raison pourquoi toi tu y as eu droit, mais pas eux. Que cette situation est tout simplement injuste. Et ceci fait naitre en eux l’envie, la convoitise, la jalousie et le mépris.

Si tu as des gens qui t’entourent, c’est parce qu’ils sont confortable avec ce que tu es. Ainsi, si tu es pauvre et qu’ils te fréquentent, c’est parce qu’ils sont à l’aise avec ta pauvreté. Sinon, ils ne fréquenteraient que des riches. Mais à partir du moment où tu passes de pauvre à riche, tu cesses d’être tel qu’ils t’acceptent.

Et c’est là que tu te fais bombarder de commentaires comme quoi tu serais un égoïste de ne pas partager ta fortune, toi qui a tout reçu sans efforts, alors qu’eux n’ont rien malgré les leurs. Alors pour soulager ta conscience d’une culpabilité qu’ils te créent eux-mêmes, tu leur distribues généreusement tes gains jusqu’à ce qu’il ne te reste plus rien. Autrement dit, tu te fais manipuler à te remettre toi-même dans la pauvreté dont tu as passé ta vie à souhaiter de te tirer. Et ce, pour racheter des amitiés qui était jusque-là gratuites.

Hélas, dans cette situation, l’amitié devient comme un appartement: Tu ne l’achètes pas, tu le loues. Dès que tu ne peux plus te le payer, tu le perds et tu te retrouves seul dans la rue. Et c’est là que tu te rends compte que ton choix au départ se résumait à deux options:

  • Garder l’argent et perdre tes amis.
  • Ou bien perdre l’argent, et quand même perdre tes amis.

Et dans ce dernier cas, tu passes le reste de ta vie entre les ingrats qui te méprisent pour ne pas leur en avoir donné plus, et les jugementaux qui te méprisent pour t’être ruiné en tentant d’acheter l’amitié de ton entourage.

Depuis l’âge de 25 ans, je sais exactement ce que je ferais avec un million de dollars. En partant du fait que l’âge de la retraite est à 65 ans, et que 65 – 25 = 40, un million divisé par 40 ans = $25 000.00 par année, soit seulement deux ou trois mille dollars au-dessus du seuil de pauvreté actuel. On peut en vivre modestement maintenant. Mais à mesure qu’augmentera l’inflation lors des quarante prochaines années, ce montant deviendra peu à peu trop ridicule pour en vivre. Et arrivé à l’âge de la retraite, pas de pension à espérer si tu n’as pas travaillé, et donc pas cotisé au régime d’épargne-retraite.

Ce million ne me rendrait pas riche. Il ne me servirait qu’à assurer ma survie de base pour le restant de mes jours, en payant mon loyer, un 4½ maximum, et ma nourriture. Et pour pouvoir m’offrir le reste, j’aurai un boulot, comme tout le monde.

Mais ça, c’est seulement pour un million. Si un jour je gagne cinq, dix, trente, cinquante millions, ça sera autre chose. Afin d’être prêt pour cette éventualité, j’ai créé un plan en dix points.

POINT 1: Je ne le dis à personne. Quand les gens ne savent pas ce que tu as, ils ne peuvent pas te l’enlever. Alors la solution est simple: Ta gueule!

Vous me direz que je ne peux pas m’en tirer puisque Loto Québec annonce toujours publiquement le nom de ses gagnants? Oui, et alors? Est-ce que les gens de votre entourage se renseignent à ce sujet à chaque tirage? Pas les miens, en tout cas.

Puisque c’est un tabou social de divulguer son salaire, pourquoi serait-il plus acceptable de parler de nos gains de loterie? Alors quand je dis que je vais n’en parler à personne, je veux vraiment dire PERSONNE! Ni amis, ni parents, ni enfants, ni même la femme que je fréquente, si j’en ai une. Dans ce genre de situation, une personne de confiance, ça n’existe pas. Cette nouvelle, c’est juste trop gros. Toute personne à qui tu te confies sera incapable de garder ça pour elle. Elle va se confier à son tour à sa propre personne de confiance. Et c’est cette personne-là qui ira tout raconter à tout le monde. Et c’est là que les emmerdes commencent.

Je suppose que j’ai fait froncer plus d’un sourcil en disant au paragraphe précédent que je ne le dirais même pas à celle que je fréquente. Mais rappelez-vous ce que je dis plus haut. Quand tu es pauvre, les gens te fréquentent car ils sont à l’aise avec ta pauvreté. Dès que tu deviens riche, à leurs yeux, tu n’es plus du tout cette personne qu’ils apprécient.

Et sans vouloir généraliser, il est très rare qu’une personne riche se mette en couple avec une personne pauvre sans que leur inégalité financière, et surtout leurs manières opposées de gérer un budget, soit problématique. Attend-toi donc à vivre l’enfer quotidien de la part de cette personne qui va passer la moitié de son temps à te mettre de la pression pour dépenser, et l’autre moitié à rager que tu ne l’écoutes pas. Et ça, c’est sans parler de tous ceux dans son entourage qui vont tenter de l’influencer négativement à ton sujet, comme quoi tu n’es qu’un salopard d’égoïste de ne pas la couvrir de fourrures, de bijoux et autres choses frivoles et inutiles.

Pourquoi rester en couple avec quelqu’un qui fait de ta vie un enfer et qui va s’assurer de te faire tout perdre en moins de trois ans? Car c’est en effet dans ce laps de temps qu’en moyenne un millionnaire de loterie se retrouve encore plus pauvre qu’avant d’avoir gagné.

POINT 2: J’évite de donner des signes extérieurs trop évidents de ma nouvelle richesse. Je ne vais pas m’acheter une Lamborghini, surtout si c’est pour la laisser dans la rue parce que je n’ai pas d’espace de stationnement dans le taudis où je loue mon 3½.  Non seulement ça va attirer sur moi l’attention des criminels, ça va attirer sur moi l’attention de la police… qui va me soupçonner d’être un criminel, d’être capable de me payer ça alors que j’habite ce quartier.

POINT 3: Je déménage.  Pour un endroit où personne ne me connait, et dans un quartier et logis plus sûr, plus sécuritaire.

POINT 4: …Mais je ne passe pas tout de suite d’un 3½ dans un taudis, à un château de 8 millions.  Même si c’est une amélioration, ce changement est trop radical.  Une personne qui n’est pas habituée à vivre dans ce luxe perd tous ses points de repères.  Surtout que maintenant, tu es trop riche pour garder tes amis pauvres, et tu n’as ni la personnalité ni les manières pour avoir des amis riches. Et c’est là que tu réalises que tu t’es mis dans une prison de ta propre création. Trop de millionnaires de loterie sont virés dépressifs à changer de vie de manière aussi abrupte.  Je commence donc par habiter un simple 4½ dans une propriété impeccable. Puis, je prends le temps de réfléchir et d’évoluer. Je verrai dans un an ou deux si je suis prêt pour un condo, une maison avec terrain, ou autre chose.

Et par réfléchir et évoluer, je veux dire:

POINT 5: Je travaille sur moi, j’investis en moi, je prends soin de moi. Qu’on le veuille ou non, un tel changement, c’est difficile pour l’équilibre mental. Surtout si on se retrouve du jour au lendemain à ne plus savoir quoi faire de ses journées car on n’a plus besoin de travailler. Alors non seulement j’occupe ce temps libre à autre chose qu’à me morfondre, je le fais de manière à améliorer tous les aspects de ma vie.

  • Je me paie un psy que je consulte afin de m’assurer de garder mon équilibre tandis que je me fais peu à peu à ma nouvelle vie.
  • Je vais au gym et je me paie un entraineur.
  • Je me paie nutritionniste.
  • Je vais dans les bibliothèques publiques et je prend un peu de culture. Théâtre, biographies, Histoire, grands romans classiques.
  • Et surtout, maintenant que j’en ai le temps et les moyens, je suis des cours et des formations dans des domaines qui m’intéressent et qui étaient jusque-là hors de ma portée.

Toutes ces activités ont pour but de m’aider à faire peu à peu la transition de vie pauvre à vie de millionnaire, ainsi qu’à me donner des points en commun avec les autres riches qui ont certainement une meilleure éducation que moi. Et tant qu’à n’avoir aucune obligation de travailler, aussi bien acquérir des compétences dans un domaine qui me plaît. Car avoir un travail et/ou fonder ma propre entreprise, c’est avoir une source de revenus. Peu importe que ces revenus soient réels ou imaginaires, l’important c’est que ton entourage croit que tu en as. Et ceci est la meilleure façon de cacher que l’on est un millionnaire de loterie, et ainsi on s’évite l’envie, les convoitises, la jalousie et le mépris.

POINT 6: J’offre une aide financière modeste à mes parents et/ou à mes enfants, s’ils sont dans le besoin. Évidemment! Je ne suis pas égoïste, tout de même. Et s’ils me demandent comment je puis me le permettre, je dis que j’ai décroché un meilleur boulot, d’où mon déménagement pour m’en rapprocher, et que pour l’instant je n’ai pas besoin de ce surplus salarial. Et oui, je prends bien soin de leur préciser « pour l’instant », pour ne pas qu’ils abusent en s’imaginant que c’est une rente à vie.

POINT 7: Je me répète mais JE NE LE DIS À PERSONNE, pas plus à mes nouvelles fréquentations qu’à mes anciennes. Est-ce que je veux avoir une vie sociale et une vie de couple avec des gens qui s’intéressent à moi, ou bien qui s’intéressent à mon argent?

POINT 8: Je prépare mes feintes et ripostes face aux arnaqueurs. Bien que ce n’est pas tout le monde qui lit les journaux, il y en a qui cherchent spécifiquement les noms des nouveaux riches instantanés car ils savent que ces gens ne sauront pas comment gérer adéquatement autant d’argent. Aussi, je me suis préparé pour les appels téléphoniques que je ne manquerai pas de recevoir de la part de mille-et-un experts en placements financiers ou autres inconnus qui veulent profiter de mon gain. À eux, je réponds: « Ha! Ha!  Ok, je comprends. Vous cherchez à rejoindre L’AUTRE Stéphane Johnson, celui qui a gagné 50 millions? Oui, je reçois beaucoup d’appels depuis qu’il a gagné. Mais ce n’est pas moi, malheureusement, je n’ai pas son argent, j’ai juste le même nom que lui. » Comment voulez-vous qu’ils vérifient si je dis vrai ou non?

POINT 9: Les meilleurs conseillers financiers travaillent pour ta banque. Penses-y sérieusement: C’est une banque. Leur travail, c’est l’argent. Leur expertise, c’est le faire fructifier. Ils ont besoin de ton argent pour faire des profits, et ils connaissent les meilleurs investissements à long termes et à risques minimes. Alors évidemment, qu’ils vont te donner les meilleurs conseils. Il y va de leurs intérêts, littéralement. Et contrairement à une firme privée, de soi-disant experts en conseils financiers, les banques travaillent en collaboration avec le Gouvernement et sont étroitement surveillées par celui-ci. Elles ne peuvent donc jamais faire faillite, ni fermer pour disparaître avec ton argent.

Dis-toi bien une chose: Si un conseiller financier est obligé d’ouvrir son propre bureau, c’est parce qu’il n’est pas assez compétent pour travailler pour une banque.

Enfin, POINT 10, mais qui pourrait aussi bien s’appeler le point zéro puisqu’il s’agit du point de départ: Beaucoup de gens vont te mépriser parce que tu achètes des billets de loterie. Ils vont dire qu’il s’agit là d’une taxe volontaire. Ou bien ils vont te sortir des statistiques démontrant que tu as plus de chance de te faire frapper par la foudre que de devenir millionnaire de la loterie. Sauf que… Peu importe le pays où tu habites, est-ce qu’il y a de 5 à 60 personnes par semaine qui se font frapper par la foudre? Parce que tout dépendant de ton pays, tel est le nombre de nouveaux millionnaire que la loterie fait sur une base hebdomadaire. Alors pour ce que ça vaut, les statistiques…

Et ce sont ces mêmes gens-là, ceux qui te méprisent d’acheter des billets de loterie, qui vont ensuite vouloir profiter des gains que tu t’es fait en achetant ces mêmes billets qu’ils te décommandaient d’acheter. Alors la meilleure réplique à servir à ceux qui voudraient profiter de tes gains, c’est: « Fais comme j’ai fait; achète des billets! »

Que tu sois pauvre, de classe moyenne ou bien riche, il y a une vérité universelle, et c’est que la meilleure façon de perdre ton argent, c’est d’en faire ce que te conseillent ceux qui n’en ont jamais réussi à en avoir.

_____
Y’A LIENS LÀ.


La Saga du Casino, une histoire en trois parties qui raconte comment la mère d’une de mes ex s’est littéralement retrouvée dans la rue cinq mois après avoir gagné une auto au casino de Montréal. Et comment, suivant son exemple, sa fille nous a ruiné.

6 raisons pourquoi certains couples cassent et reprennent à l’infini

On a tous connu au moins un couple qui cassait et reprenait d’innombrables fois, ce qui nous faisait rouler des yeux au point où on pouvait voir nos racines de poils de nuque.  Avec le temps, à force d’observation, j’ai constaté qu’il y a six raisons pourquoi ce genre de chose arrive. (Dans chaque exemple, les sexes sont interchangeables.)

1- Par tentative de contrôle et de manipulation.
À tort ou à raison, la fille croit que son copain est tellement fou d’elle qu’il ne pourrait pas vivre sans elle. Alors pour obtenir de lui tout ce qu’elle veut, elle utilise la menace de rupture. Elle va même parfois  casser pour vrai, afin de lui montrer qu’elle ne bluffe pas.

À partir de là, c’est de deux choses l’une: Ou bien elle a raison au sujet du gars, et il revient en rampant. Ou bien elle réalise à sa grande surprise qu’elle a surestimé son propre charme parce qu’il ne revient pas. C’est alors elle qui revient, souvent en rampant, en s’excusant, en braillant.

Sauf qu’une fois le couple repris, la fille ne change pas de personnalité pour autant. Si elle renonce à le contrôler en cassant, elle va le faire en le boudant, en le rabaissant. Mais puisqu’elle n’a aucun sens du dosage, elle l’exaspère jusqu’à ce que ce soit lui qui casse. Réalisant son erreur, elle revient en rampant, en s’excusant, en braillant…

2- Par désir inassouvi de se trouver mieux.
Quand le gars regarde sa copine, il considère qu’elle n’est pas à la hauteur de l’idée qu’il se fait de la partenaire idéale. Il pense qu’il serait certainement capable de trouver mieux.

Justement, il en a rencontré une qui répond beaucoup mieux à ses attentes. Il croit qu’il aurait une chance avec elle.  Or, afin de le vérifier, il a besoin d’être célibataire, alors il casse. Mais voilà, le gars frappe un mur quand il apprend que la nouvelle fille n’est pas intéressée. Il est donc célibataire et rejeté, ce qui le met dans un état de désespoir.  Il se rend donc à l’évidence: Son ex n’était pas parfaite mais au moins elle voulait de lui. Il revient à elle en s’excusant, en la suppliant de le reprendre. Si elle accepte, il sera heureux.

… Mais heureux temporairement!  Une fois de retour dans la routine, la frustration de ne pas avoir réussi à plaire à mieux qu’elle revient, se transforme en humiliation à chaque fois qu’il la regarde, ce qui ne fait que le pousser à chercher mieux ailleurs, et l’histoire recommence.

3- Par angoisse et mauvaise estime de soi.
La fille a tellement basse estime de soi que, consciemment ou non, elle a l’impression qu’elle n’a rien pour être capable de garder un homme.  Donc, que ce n’est qu’une question de temps avant que son mec n’en veuille plus et casse.  Elle sait que ça va arriver un jour, elle ne sais juste pas quand. Cette angoisse est trop pour elle, alors elle préfère y met fin en cassant elle-même. 

Plus tard, en pleurant sur son célibat, elle réalise qu’au fond elle se faisait des idées car jamais le gars n’avait montré le moindre signe de vouloir casser, donc que c’était probablement elle qui avait tout imaginé. Jamais, avant lui, elle n’a eu d’amoureux aussi beau, aussi gentil, aussi parfait à tous les points de vue.  Se trouvant vraiment conne de l’avoir quitté, elle revient à lui en braillant et en le suppliant de la reprendre.  Il y consent. 

Problème réglé? Pas vraiment, non!  Car maintenant elle a une vraie raison de croire qu’il l’aime moins qu’avant: Elle l’a déjà laissé tomber. Et s’il lui en tenait rancune? Et s’il avait rencontré une fille mieux qu’elle pendant son célibat? Une qui l’apprécie à sa juste valeur, donc ne le repoussera pas comme elle l’a fait? C’est évident qu’il va finir par casser pour aller avec cette fille. La question angoissante, c’est: Quand va t’il le faire? Il vaudrait peut-être mieux casser avant qu’il le fasse, et ainsi mettre fin à l’angoisse. Et le cycle reprend.

4- Par insistance d’une part et par manque de fermeté de l’autre.
Le gars n’aime plus la fille. Ce n’est pas nécessairement dans le but d’aller voir ailleurs, il ne l’aime juste plus, voilà tout. Alors il casse.

La fille le supplie de revenir. Il cède et revient.

N’empêche qu’il ne l’aime pas plus qu’avant. Il casse de nouveau.

La fille le manipule à revenir. Il revient.

Il cherche une meilleure façon de se sortir de cette relation. Il le fait.

La fille le supplie. Il revient.

C’est généralement à ce moment-là que la fille s’arrange pour tomber enceinte de lui sans son consentement, dans le but de le piéger dans la relation. Mais puisqu’on n’a jamais vu une grossesse solidifier ce genre de couple, le cycle continue, c’est juste qu’il y a maintenant des enfants qui s’y trouvent mêlés et qui vont en souffrir..

5- Parce que casser, c’est vu comme ayant abandonné espoir trop tôt.
La fille sort avec un gars qui a beaucoup de défauts.  Tout serai parfait entre eux si seulement il pouvait changer ce qui ne va pas chez lui. Elle lui en parle, elle essaye d’en discuter, elle lui remet en face à chaque fois que le problème se manifeste… Parfois il ne veut rien entendre, parfois il a l’air d’avoir compris. Mais peu de temps après, il recommence.  la fille n’en peut plus et elle casse. 

Maintenant seule, elle ne peut s’empêcher de repenser aux bons moments. Ça allait si bien, quand ils n’étaient pas aux prises avec ses défauts. En y réfléchissant, elle se dit qu’elle a abandonné trop vite. Sûrement que si elle était restée plus longtemps dans la relation, elle aurait réussi à lui faire comprendre, à lui faire entendre raison.  Elle croit qu’elle aurait réussi à le changer. Alors elle revient, et tout se déroule de la même façon qu’avant, sans le moindre changement. 

C’est que parfois, ce qui nous accroche à une relation ratée, ce n’est pas ce qu’elle était, mais bien ce que l’on n’a jamais voulu perdre espoir d’en faire.

6- Parce qu’en cassant, on perd beaucoup plus qu’un(e) partenaire.
L’amour, c’est une chose. Le sexe, c’en est une autre. La vie à deux, c’en est une autre. Les sorties et activités communes, c’en est un autre. Vos amis communs, c’en est une autre.

Le problème, c’est que même si ce sont cinq choses différentes, c’est souvent un package deal: Quand on perd le premier truc, on perd tout le reste. Et des fois, c’est la perte du reste qui nous fait le plus de mal. On fait alors l’erreur de penser que de s’ennuyer du reste, c’est s’ennuyer de son ex. Ça donne des tentatives de réconciliations qui ne donnent que des ruptures à répétition.

Il peut y avoir d’autres raisons, mais ce sont généralement ces six-là qui sont les principales.

Dans un couple à long terme, il n’est pas rare de casser une fois dans les premiers temps de la relation avant de reprendre pour de bon. La majorité des couples stables que j’ai connu ont vécu ça.  Même moi, lors de mes premiers mois avec Karine, on a cassé pour cause de divergences que l’on croyait irréconciliables.  On en a discuté, on a repris, on a ensuite duré 12 harmonieuses années, et même notre séparation se fit sans heurts ni regrets. Qu’on le veuille ou non, passer du célibat au couple change notre vie et on a parfois besoin de faire un ajustement, une adaptation. Casser et reprendre deux fois, ça peut encore passer. Mais quand c’est plus que ça, alors il faut se rendre à l’évidence que l’on n’est probablement pas fait pour être ensemble.

_____
Y’A LIENS LÀ.
Quelques billets sur le même thème.

15 signes démontrant qu’une relation mieux-que-rien est en fait une relation pire-que-tout.
12 mensongères phrases de rupture.
Les 12 risques d’avoir une relation en milieu de travail.
Quand l’autre devient soudainement déraisonnable, illogique et nébuleux.
Quand la libido est notre seul point en commun.
Choisir celles qui n’ont pas le choix.

Ça y est, je suis devenu un vieux con!

Ou du moins: Ça y est, je m’en rend compte.

Je fais une p’tite BD, comme ça, pour le plaisir de la chose, dans laquelle un personnage secondaire est alité suite à un accident. Et tandis que je le dessine recouvert de bandages et de plâtres, je constate un truc: Ça remonte à quand, la dernière fois que j’ai vu quelqu’un avec un membre dans le plâtre?

En me posant la question, je réalise que ça doit bien remonter au siècle dernier.

Qu’est-ce qui a donc bien pu changer? Est-ce que les gens sont plus prudents qu’avant? Est-ce que les jeunes sortent moins, jouent moins dehors? En y réfléchissant, j’en arrive plutôt à la conclusion que si je ne vois plus de bras ni de jambes plâtrées depuis aussi longtemps, c’est parce que ça a été remplacé par les attelles qui sont plus efficaces et plus discrètes.

Plus discret, plus pratique et plus moderne.

C’est anodin! N’empêche que ça m’a donné un choc. Non pas de constater que le fait de plâtrer un membre soit une chose du passé. Mais bien de constater que ça m’a pris vingt ans pour m’en rendre compte.

Et ceci me fait prendre conscience qu’en vieillissant, je suis de moins en moins porté à observer le monde autour de moi. J’ai beau être toujours aussi curieux pour découvrir des choses nouvelles, je ne me pose plus de questions au sujet de choses que j’ai déjà apprises. Et, par conséquent, je ne vois pas ces choses évoluer. Comme dans ce cas-ci au sujet du plâtre et des attelles.

Lorsque j’étais ado-jeune-adulte, dans la seconde moitié des années 80, je me moquais beaucoup du vocabulaire de mes ainés. Il y a un gag de mon cru que je disais souvent, comme quoi j’allais devenir professeur de langues, pour apprendre aux gens à parler le Vieux. Par exemple: Lorsque vous parlez à un vieux, ne dites pas « Je me suis levé du fauteuil et je suis allé en auto voir un film au cinéma. » Dites plutôt « Me su levé du Cherterfield pis chus allé faire un tour en machine pour voir une vue au théâtre. » Bon, cet exemple est québécois. Mais peu importe d’où vous venez, vous avez tous constaté que la génération qui vous a précédé utilise encore aujourd’hui des termes obsolètes dans leurs vocabulaires.

Je me suis juré que je serai toujours aussi alerte aux changements et que jamais je ne deviendrai un de ces vieux cons qui ne se rend pas compte que le monde autour de lui évolue. Et bien voilà, j’ai failli à ma tâche. Je suis devenu un de ces vieux cons qui ne se rend pas compte que le monde autour de lui évolue.

Ma philosophie (7)

Garde le secret sur tes projets en chantier.  Si personne ne connait l’itinéraire que tu t’es planifié, personne n’aura l’opportunité de te barrer la route.

Observe ceux qui critiquent tes réussites et méfie-toi toujours de ces gens.  Rabaisser tes victoires, c’est le premier réflexe de la personne qui préfère te voir échouer.

Quand l’argent fait la loi, la justice fait pitié.

Il y a des amours qui sont plus néfastes et plus toxiques que la pire des haines. 

Là où d’autres ont réussi, tu peux réussir.  Là où d’autres ont échoué, tu peux réussir.

Il ne faut jamais cesser d’avoir des buts, sinon on finit par se faire imposer les buts des autres.

Une personne qui n’admet jamais ses torts et te fait porter le blâme pour tout est une personne à fuir sans délais.

Si tu ne peux résister au besoin de relever un défi que l’on t’a lancé avec mépris, alors tu l’as déjà perdu.

Si tu es facile à offenser, tu es facile à manipuler.

Si un ami fait une erreur, dis-lui.  Si ça te fais perdre cet ami, alors ça n’a jamais été un ami.

Accepte les excuses de ceux qui t’ont trahi, mais ne leur accorde plus ta confiance.

Accepte de te faire corriger pour tes erreurs, mais n’accepte pas de te faire humilier pour celles-ci.

La plus grande des erreurs est de ne pas reconnaitre ses erreurs.

Si tu déclines une offre d’aide, explique pourquoi.  La personne qui agit par altruisme va comprendre et accepter.  La personne qui agit par égoïsme va insister et frustrer.

Laisse les médisants se tromper à ton sujet.  Plus grande sera leur erreur, plus éclatante sera ta réussite.

Les gens cherchent à te faire perdre ton temps par peur que tu l’utilise pour atteindre le genre de but qui sera toujours hors de leur portée.

Dénonce! Le plus grand complice de ton agresseur, c’est ton propre silence.

Lorsque tu vis des situations difficiles, éloigne-toi de ceux qui te les créent, apprécie ceux qui te te viennent en aide, et fuis particulièrement ceux qui vont te les créer dans le but d’être ceux qui vont te venir en aide.

Prend les décisions qui te sont importantes, sans te soucier de comment ça va affecter les autres.  Tu as la responsabilité de ton propre bonheur, pas de celui des autres. 

Ne t’attends pas à ce que je m’arrête si tu te mets en travers de ma route.

Les amateurs donnent des leçons.  Les experts donnent l’exemple.

Reconnaitre qu’un but est hors de ma portée, ce n’est pas un échec.  Cesser de perdre mon temps et mes énergies, c’est au contraire une réussite. Et c’en est une que beaucoup de gens ne seront jamais capables d’atteindre.

La sagesse, c’est ce qui différencie la ténacité de l’obstination.

Savoir choisir ses batailles, c’est la différence entre investir dans une réussite, et perdre son temps à tenter de faire croire que tu as raison à des gens qui n’en valent pas la peine.

Je ne changerai pas si je te déplais. Par contre, je vais changer si je me déplais.

Je dois certaines de mes réussites au fait que j’ignorais que j’étais supposé échouer.

Ton insistance à me changer afin de faire de moi ton idéal pour te plaire, ça démontre seulement ton incapacité de plaire à ceux qui sont ton idéal.

Ceux qui le font pour les autres abandonnent.  Ceux qui le font pour soi continuent.

Peu de gens auront une vision de toi qui est conforme à la réalité.  Elle sera plutôt conforme à l’idée qu’ils ont besoin d’avoir à ton sujet.

Il faut planifier pour avancer, mais il ne faut pas s’arrêter sous prétexte qu’on ne peut pas tout prévoir.

Un échec, c’est seulement une opportunité pour vouloir mieux, faire mieux, trouver mieux, réussir mieux et récolter mieux.

Devient le genre de personne que l’on attendait, plutôt que d’être la personne avec qui on est en attendant.

Ne perd pas ton temps à te justifier.  Les gens n’entendent que ce qu’ils veulent entendre, et ne voient que ce qu’ils veulent voir.

Le premier pas vers l’échec, c’est de décider à la place des autres ce qu’ils devraient penser de toi.

Je préfère un ennemi qui va tenter de m’arrêter par sa peur de mon succès, qu’un proche qui va tenter de m’arrêter par sa peur de mon échec.  Parce que même si le premier est haineux, il croit en moi et en mes capacités.  Tandis que le second, malgré tout l’amour qu’il a pour moi, n’y croit pas.  Et bien qu’il soit beaucoup plus pénible moralement de s’éloigner d’un proche que d’un ennemi, il reste que l’un comme l’autre ne pourront jamais s’empêcher de se mettre entre mes buts et moi. M’éloigner de ces gens n’est pas qu’une option. C’est une nécessité.

Si j’ai réussi à détruire les murs qui m’emprisonnaient, ce n’est pas pour me laisser arrêter par les murs qui emprisonnent les autres.

Une personne déterminée à réussir va voir la sagesse dans ces paroles et agira en conséquence.  Une personne déterminée à échouer invalidera chacune d’entre elles pour justifier son inaction.

_____
Y’A LIENS LÀ

Voici les six billets précédents de ma série Ma Philosophie.

Ma Philosophie.
Ma Philosophie (2).
Ma Philosophie (3).
Ma Philosophie (4) Réflexions courantes.
Ma Philosophie (5) Parfois….
Ma Philosophie (6).

Et dans le même ordre d’idées.

Regarder derrière soi pour mieux aller de l’avant.
C’est à toi de choisir.
Je me méfie de ceux qui me disent...
100 leçons de vie que j’aurais aimé apprendre plus tôt.

Préposés aux Maléficiaires, suite et fin

Ce texte est la suite, et la fin, de ces deux billets:
Préposés aux Maléficiaires, 1 de 5: L’embauche et la désillusion.
Préposés aux Maléficiaires, 2 de 5: L’aprentissage et les premiers abus.

Non, il n’y aura pas cinq parties finalement. La raison est simple: J’en ai ras-le-bol de ressasser de vieilles histoires négatives en détaillant à l’excès chaque situation merdique que j’ai pu voir et/ou vivre. Cette histoire est finie, je veux passer à autre chose.

Mais bon, non seulement vous ai-je promis cette histoire, je devais vous révéler comment j’ai pu m’en tirer, afin que tous ceux qui ont vécu la même situation que moi puissent suivre mon exemple pour continuer de travailler dans ce domaine. Alors voilà le compromis: Je vous résume le tout dans les grandes lignes, et on n’en reparle plus. C’est parti :

Résumé de la situation:
Comme bien des gens au Québec, au printemps de 2020, j’ai entendu l’appel du ministre Legault.  Avec la pandémie qui surcharge notre système de santé, ils avaient besoin de former et d’embaucher 10 000 préposés aux bénéficiaires.  Je me suis porté candidat.  J’ai été choisi.  En juin, j’ai commencé la formation de trois mois, que j’ai réussi diplômé.  Le 21 juillet, j’ai commencé mon stage dans un CHSLD.  Le 11 septembre, j’ai été embauché officiellement.  Et après une probation de 45 jours (45 jours de travail, et non 45 jours de suite), je devais devenir employé syndiqué, avec les mêmes droits et protection que tous les autres travailleurs de la santé. Oui, « devais »… Car on m’a congédié au jour 38 de ma probation.
 

Au CHSLD, même si j’ai tout fait pour être le bon petit employé qui collabore, on m’a fait subir des choses inacceptables. Pas besoin que je vous les décrive, il ne se passe pas une semaine sans que des journaux ne rapportent des témoignages de gens qui sont dans la même situation que moi. Et comme eux, dès que j’ai commencé à porter plainte, on m’a foutu dehors. Sur les 16 embauchés de ma classe, j’étais le 8e de parti en 3 mois. Et d’autres se sont fait mettre à la porte après moi.

Jeudi le 29 octobre. Lors de l’entrevue de débauche (Car oui, le mot débaucher est l’antonyme d’embaucher) la directrice du CHSLD m’a expliqué que, après mure réflexion, il est pour elle évident que je n’ai pas ce qu’il faut pour travailler dans ce milieu. Et elle n’a eu aucun scrupule à me dire que si j’essaye de me faire embaucher dans un autre CHSLD, elle irait me descendre aux yeux des futurs employeurs potentiels qui l’appelleraient. Car, me dit-elle, elle « n’aura d’autre choix que de leur dire ce qu’il y a dans mon dossier. » Et en effet, c’est ce qu’elle a fait lorsque je me suis essayé dans un autre centre du système public. J’ai ainsi perdu treize jours à tenter de me recaser, en vain.

Pour me tirer de cette situation, j’ai renoncé au système public pour m’en aller au privé. J’ai googlé et j’ai trouvé un répertoire de tous les centres d’accueils au Québec, classés par régions. Et à tous, on peut faire application via internet. Voici l’adresse, le lien ouvre un nouvel onglet.

emploienresidence.com/region

Avant de commencer à soumettre ma candidature aux employeurs potentiels, j’ai fait deux ajustement afin d’éviter que mon ex-directrice ne sabote ma carrière: De un, j’ai modifié mon CV et ma lettre de présentation. J’ai parlé de ma formation, mais pas de mon emploi au CHSLD. Et de deux, je sais que les employeurs potentiels vont se demander pourquoi je ne suis pas dans un CHSLD, puisque l’emploi était garanti à la fin de la formation. À eux, je dirai: « Quand j’ai voulu m’inscrire au programme de Legault, il était trop tard. Mais puisqu’il restait une place disponible, j’ai quand même décidé de suivre la formation. Et je l’ai terminé diplômé, du moins avec mon attestation d’études professionnelles. » Si la dernière phrase est vraie, la première est fausse. Mais nier l’existence de mon court passage au CHSLD, c’était la seule solution pour pouvoir travailler dans ce domaine dans lequel j’ai les attestations scolaires qui prouvent que je suis qualifié.

Désolé pour tous les bien-pensants qui considèrent que « le mensonge n’est acceptable en aucune circonstances. » Il se trouve que dans un monde de tricheurs, il n’y a que ceux qui suivent les règles qui ne gagnent jamais. Et puis, ce mensonge-là n’est ni dans le but de porter préjudice à autrui, ni dans le but de m’octroyer quelque chose que je ne mérite pas. C’est au contraire pour éviter que ma carrière subisse un préjudice non-mérité.

Mercredi le 11 novembre, j’ai fait 20 applications en ligne, toutes dans des centres privés où logent beaucoup moins de résidents qu’en CHSLD.

Jeudi le 12 novembre, je reçois cinq rappels. J’ai un rendez-vous en personne pour le lendemain. J’ai deux autres entrevues par téléphone. Et j’ai deux autres entrevues virtuelles via Skype. Ces quatre entrevues se terminent toutes avec eux qui me demandent: « Quand seriez-vous prêt à commencer? », ce qui démontre que je correspond parfaitement au profil de l’employé recherché. À tous, je répond « Le 1er décembre. » C’est que j’ai une préférence pour un centre en particulier, celui où je passerai une entrevue en personne le lendemain. Je tiens à voir s’ils vont m’embaucher, avant de dire oui ailleurs.

Vendredi le 13 novembre, je passe une entrevue en personne au centre où je souhaite travailler.

Samedi le 14 novembre, je suis embauché au centre où je souhaitais travailler. J’ai donc réussi en 3 jours au privé ce que j’ai tenté de faire en vain pendant 13 jours au public. J’ai rappelé les quatre autres pour leur dire que finalement, j’avais accepté un travail ailleurs.

Vendredi le 20 novembre, j’étais rendu à 19 rappels sur les 20 centres où j’avais appliqué. C’est dire à quel point les centres, autant privés que conventionnés que publics, sont en manque de personnel.

Pour un gars qui n’a pas ce qu’il faut pour travailler dans ce milieu, je suis bizarrement très en demande par ce même milieu.

Voici les raisons pourquoi je tenais à travailler à ce centre en particulier:

  • C’est autour du Mont-Saint-Hilaire, donc je reste dans mon coin d’origine.
  • Il n’y a que 18 résidents, contre 120 en CHSLD.
  • Aucun cas lourd, ils sont tous semi-autonomes.
  • Il n’y a que 6 employés, incluant la directrice / proprio.
  • Par conséquent, aucune guerre de gangs possible entre les anciens et les nouveaux, contrairement aux CHSLD.
  • Presque le même salaire qu’au CHSLD.
  • Et la directrice m’a offert ce qui est pour moi l’horaire de rêve : Temps double + temps double + temps simple. Traduction: Je fais mes 37.5 heures par semaine en trois jours. Ça me laisse 4 jours de congés par semaine pour me consacrer à mon art, mes loisirs, mes rendez-vous pour médecins, optométristes, orthésistes, dentistes, etc, sans devoir perdre un jour de travail et de salaire.

Depuis, je travaille dans une ambiance qui est 1000 fois meilleure que le fut mon meilleur jour au CHSLD, et je ne pourrais pas être plus heureux.

Par un heureux hasard, au moment où j’écris ces lignes, voilà deux mois et demi que je suis à l’emploi de cette résidence, soit le même temps que j’ai été employé au CHSLD. Quand j’étais au CHSLD, j’étais, selon la direction, un incompétent, un lunatique, un perdu, un impoli, un frustré, un ignorant, un danger pour les résidents. Bref, le verdict final était que je ne suis pas fait pour cette carrière. Mais depuis que je travaille dans un foyer privé, je suis, selon la direction et les résidents, courtois, poli, professionnel, qui inspire confiance et sécurité, avec une excellente mémoire, qui apprend vite. Bref, leur verdict est que je suis fait pour cette carrière.

Même travail. Deux employeurs. Deux opinions à l’extrême opposé l’une de l’autre.

Alors à tous ceux qui ont suivi le programme de Legault mais qui n’ont pas pu garder leur travail en CHSLD pour une raison X, faites comme moi. Le simple fait que j’ai reçu 19 retours d’appel sur 20, et ce en 9 jours, ça prouve que ce n’est pas l’embauche qui manque.

Lorsque votre environnement porte sur vous un jugement de valeur, et que celui-ci est implacablement négatif, changez d’environnement. Ça vous permettra de découvrir qu’au final, le problème, ce n’était peut-être pas vous.

Mon année 2020

Presque à chaque année, je commence une rétrospective de mon année en 2-3-4 parties, et je la laisse inachevée après en avoir publiée la première. Cette année, formule simple: on résume le tout au max dans un seul billet.

JANVIER. J’habite Sherbrooke et travaille en support informatique à La Firme. Ça fait 14 mois que je fréquente une femme du Vieux-Saint-Hilaire, village où j’ai passé mes 21 premières années de vie. Il est donc temps que je passe à l’étape suivante. Je me trouve quelques contrats à St-Hilaire et ses villes voisines, Beloeil et St-Jean-Baptiste en rapport à ma page
Autour du Mont-Saint-Hilaire d’autrefois.

FÉVRIER. Je déménage de Sherbrooke à St-Hilaire, chez ma copine et son fils, un jeune ado. Je loue un locker d’entrepôt à Beloeil pour y mettre la majorité de mes possessions.

MARS. La pandémie annule mes contrats. Mon beau-fils qui a des besoins spéciaux ne va plus à l’école, et la loi interdit aux grands-parents de faire du babysitting. À partir de ce point, nous n’aurons plus jamais de moments seuls en couple.

AVRIL-MAI. Peut-être à cause de tous ces facteurs, ça ne va plus tellement bien dans mon couple. Je répond à l’appel du ministre Legault et suis l’un des heureux élus pour une formation de préposé aux bénéficiaires.


JUIN-JUILLET. Je commence ma formation. Grosse crise de couple. Le premier jour de l’été, elle me jette dehors avec trois heures de préavis. Ainsi commencent quarante jours d’itinérance pour laquelle je ne suis nullement préparé. Je pourrais retourner chez mes parents à St-Hyacinthe, mais… Me faire vivre par papa-maman? Parce que sans logis et sans emploi? Et sans perspective d’avenir parce que je devrais abandonner ma formation de préposés aux bénéficiaires? À 51 ANS? Plutôt la rue, tiens!

Finalement, ça a été une superbe aventure: J’ai squatté l’une des cabines du motel Mont St.Hilaire, abandonné depuis 2017 mais en parfaite condition et toujours meublée. Ça m’a donné le temps de réfléchir sur mes options à court et à long terme.

Je j’y suis resté que trois jours, puisqu’il n’y avait ni eau courante ni électricité. J’ai loué un second locker d’entrepôt où je me suis installé de façon assez confortable, bien que pas tellement légale.

Pour ne pas me faire prendre, j’y ai passé le moins de temps possible. J’ai donc passé tous les jours de l’été dehors, à vélo.

Ça m’a permis de vraiment explorer la région, ça m’a remis en forme, et j’ai perdu 24 lbs.

Je me suis bricolé un trépied pour mon cellulaire, et me suis acheté un laptop. Car sans trop savoir dans quel but, j’ai photographié, filmé et documenté mon expérience du début à la fin.

Si j’avais les moyens techniques, j’en ferais un documentaire ou une courte websérie.

AOÛT-SEPTEMBRE-OCTOBRE. J’ai commencé à travailler au CHSLD à Beloeil, et je me suis loué une chambre dans une maison privée pas trop loin de là. Hélas, les conditions de travail au CHSLD étaient très abusives. Des 16 personnes embauchées que nous étions, 2 ont quitté et 7 se sont fait renvoyer, dont moi, fin octobre.

NOVEMBRE. Après deux semaines sans emploi, je me retrouve une place, cette fois dans une résidence pour personnes âgées, résidence privée, avec 18 résidents. Salaire semblable à celui du CHSLD, mais travail beaucoup moins stressant. Tout le monde est positif et chaleureux, autant les résidents que les collègues que la direction. Horaire de rêve: Je fais mes 38h/semaine en 3 jours. C’est à St-Jean-Baptiste, ce qui fait que je loge toujours autour du Mont-Saint-Hilaire. J’y déménage, logeant à 6 minutes à pied de mon travail.

DÉCEMBRE. Avec mon temps de libre, et profitant du zonage à la fois habitation et commerciale de ma rue, j’enregistre officiellement Autour du Mont-Saint-Hilaire d’autrefois comme entreprise. En 2021, je serai légalement prêt à démarrer les affaires.

Il est difficile de planifier une année en avance. Car lorsque je songe à pareille date l’an passé, jamais je n’aurais imaginé vivre ces cinq différentes vies qui se sont succédées, en tant que sherbrookois, hilairemontais, itinérant, beloeillois et jeanbaptistois. Mais si j’ai appris quelque chose cette année-là, c’est que non seulement je peux survivre à tout, c’est dans les challenges que j’évolue le mieux.

Je vous souhaite à tous bonne année. Je sais que la mienne la sera.