Nouveau blog de remise en forme

Les lecteurs de Mes Prétentions de Sagesse n’étant pas tous fans d’activité physique, je serais malvenu de leur imposer ma nouvelle remise en forme. Aussi, les gens intéressés peuvent venir me suivre sur Diesel Ego

On dirait une étiquette de marque de jeans.

En plus de mes progrès, retranscrits sur une base hebdomadaire, je vais y reprendre la majorité des billets d’exercices et d’alimentations déjà publiés ici ces dix dernières années. Comme ça, ceux qui s’intéressent à ce genre de chose n’auront plus à devoir fouiller ici partout.

Vouloir vaut mieux que mériter

Tous le long de notre vie, on a vécu à plusieurs reprises un sentiment d’injustice lorsque l’on ne recevait pas ce que nous méritions.  Mais ça, ce n’est rien à côté du sentiment d’injustice ressenti lorsque l’on voit une personne recevoir quelque chose de positif qu’il n’a rien fait pour mériter.

Il y a quelques années, alors que je traversais une mauvaise passe dans ma vie, je regardais tous les efforts que j’avais fait, tout le chemin que j’avais parcouru, et comment le hasard et certaines gens sont venus s’en mêler et, par conséquent, comment mon bilan de vie n’était guère brillant.  (Tel que raconté dans la saga General Menteurs) Et là, comme tout le monde, je me suis dit la phrase classique : « Je mérite mieux que ça! »

Ce n’était pas la première fois que je me disais cette phrase.  Et ce n’était pas la première fois non plus que je nourrissais mon amertume envers mon triste sort en pensant ensuite à tous ceux qui, dans mon entourage, l’avaient plus facile que moi, et ce sans l’avoir mérité.

… Sauf que cette fois-là, au lieu de simplement nourrir ma frustration, cette pensée m’a apporté une révélation aussi soudaine qu’illuminatrice.  Je me suis levé de mon fauteuil et, encore à moitié secoué par ce que je venais de comprendre, je me suis dit à voix haute : « Non!  Je VEUX mieux que ça!  Au point d’aller le chercher moi-même.»

C’est que je venais de comprendre une grande vérité :  Mériter, c’est être passif.  C’est attendre que les autres fassent l’effort de te donner quelque chose, en retour de tes faits et gestes passés.   Tandis que vouloir, c’est être actif.  C’est aller s’emparer soi-même de son but, en y travaillant, et en le faisant maintenant.

Et ceci m’a fait réaliser que la vie en général et la société en particulier n’en avaient rien à foutre, du principe du mérite.  Personne ne te doit rien.  Et même lorsque l’on te doit quelque chose, personne ne se sent vraiment obligé de te le donner.   Et voilà pourquoi la dite récompense ne va pas au plus méritant, mais bien à celui qui va la prendre.

C’est là que j’ai réalisé que, dans le fond, le principe du mérite, de la récompense, c’est un concept artificiel créé par la société. Un principe que l’on nous endoctrine dès la petite école.  Je pense par exemple aux prix Méritas, remis aux enfants pour leur excellente performance, ou pour leur améliorations digne de mention.  Je comprends que le but de remettre ces prix, c’est d’encourager les jeunes à améliorer leurs notes.  Hélas, le concept ne peut fonctionner, et ce pour les six raisons suivantes :

  • Raison 1: Un étudiant studieux et sérieux, ça n’a pas besoin d’un prix Méritas pour être studieux et sérieux.  Ça l’est naturellement.  Dans cette optique, le Méritas ne sert à rien.
  • Raison 2: La récompense de leur efforts, ils l’ont déjà, sous forme de bonnes notes, qui vont leur assurer le nombre de crédits requis pour avoir leur diplômes. Dans cette optique, le Méritas ne sert à rien.
  • Raison 3: Un cancre ne va pas soudainement devenir un génie, juste parce ce que les génies sont récompensés.  Dans cette optique, le Méritas ne sert à rien.
  • Raison 4:  Parmi ceux qui ne reçoivent pas et ne recevront jamais de Méritas, il y aura les envieux qui ne manqueront pas de passer leur frustrations sur ceux qui s’en sont mérités un.  Et ceci risque plutôt de décourager les élèves méritants à poursuivre cet effort qui fait d’eux des cibles.  Dans cette optique, le Méritas est contre-productif.
  • Raison 5: Celui qui sera vraiment alléché par l’idée de recevoir cette récompense, au point de vraiment faire des efforts pour l’avoir, aura inévitablement au moins un bien-pensant dans son entourage, qui lui fera la morale comme quoi faire des efforts dans le but d’avoir une récompense, c’est mettre ses priorités à la mauvaise place, et que les efforts il faut les faire pour soi, pas pour recevoir un mérite.  Dans cette optique, le Méritas lui ayant apporté le mépris, il y renonce aussitôt.  Et par le fait même, renonce à faire des efforts.  Ce qui rend le Méritas contre-productif.
  • Raison 6: Afin d’éviter tout ça, il y a quelques années, certaines écoles ont commencé à récompenser tout le monde, histoire de ne laisser personne exclus.  Mais quand tu vois que ceux qui font zéro efforts sont récompensés de la même manière que ceux qui en font, deux choses peuvent se passer: Ceux qui font des efforts dont dégoûtés de le faire. Et ceux qui n’en font pas exigent maintenant d’obtenir les mêmes mérites que les gens vraiment méritants.

Et si le principe de la récompense ne marche même pas à l’école, là où on vous la doit pour travail bien fait, comment voulez-vous que ça fonctionne dans la vraie vie, là où personne ne vous doit rien?  Ce qui prouve bien que c’est un concept bidon.

Alors plutôt que d’être passif en espérant qu’on te donne quelque chose pour des faits du passé, soit actif pour t’emparer toi-même d’un but futur. 

Choisir entre SOINS PRIVÉS ou PRIVÉS DE SOINS.

Cette histoire s’est passée en 2006. J’espère que les choses se sont améliorées depuis.

Ça faisait un an que je voyais ces commerciaux à la TV disant Get tested for aids.  Je me suis finalement décidé à le faire.

La dernière fois que j’ai passé un test de dépistage, c’était en 1993.  (À l’époque on parlait de MTS plutôt que d’ITS.) Depuis ce temps là, il m’est arrivé de prendre des risques en 1995-96-97 avec des cégépiennes ayant peu ou pas d’expérience sexuelle. Mais depuis, je pratique le sexe sécuritaire. Et, après tout ce temps, j’imagine que si j’avais attrapé quelque chose, ça se serait manifesté. N’empêche, il parait que parfois, une personne peut être porteuse de certaines maladies sans jamais en démontrer le moindre symptôme.  J’ai donc toujours eu ce petit doute énervant derrière la tête.

Ce jour-là, je me rend donc à l’Hôpital de Verdun.  Après une heure et demie dans la salle d’attente, je passe au triage:

INTERNE: Bonjour. Comment puis-je vous aider?
MOI: J’aimerais passer un test de dépistage de MTS.
INTERNE: Avez-vous eu des relations sexuelles non-protégées durant ces cinq dernières années?
MOI: Non!
INTERNE: Alors ce n’est pas une urgence. Vous devriez aller à la Clinique de Médecine Familiale, l’édifice d’à côté.

Je sors de l’hôpital et je me rend au bloc à côté. Malheureusement, la Clinique de Médecine Familiale ne prend que 24 personnes par jour, et leur quota est rempli pour la journée.

Le lendemain, je me rend à la Clinique de Médecine Familiale, et donne mon nom au comptoir. Après deux heures, on m’appelle.

INTERNE: Bonjour. Comment puis-je vous aider?
MOI: J’aimerais passer un test de dépistage de MTS.
INTERNE: Qui est votre médecin de famille?
MOI: Euh… Aucune idée!
INTERNE: Vous n’avez pas de médecin de famille?
MOI: Pas que je sache.
INTERNE: Malheureusement, les tests de dépistages doivent nous être demandés par un médecin de famille. Bonne journée.

J’appelle ma mère. S’il y a quelqu’un qui peut me dire si on a un médecin de famille, c’est bien elle. En effet, nous en avions un, mais il ne pourra pas m’aider, rapport qu’il a pris sa retraite il y a 12 ans, et est décédé trois ans plus tard.

Mon amie Carol me dit que je devrais aller à son CLSC. Justement, elle y a rendez-vous pour la semaine prochaine.  Je n’aurai qu’à l’accompagner. Bonne idée!

La semaine suivante, me v’là à son CLSC:

INTERNE: Bonjour. Comment puis-je vous aider?
MOI: J’aimerais passer un test de dépistage de MTS.
INTERNE: Très bien! Quelle est votre adresse?
MOI: 624 Régina, Verdun, H4G…
INTERNE: Verdun, vous dites?
MOI: Oui!
INTERNE: Oh, dans ce cas je suis désolé, mais vous devrez aller au CLSC de Verdun. Ici, nous ne prenons que des patients de notre quartier.

Devant ma déception, Carol propose d’aller m’y reconduire en auto, dès qu’elle aura terminé avec son médecin. J’accepte!  Deux heures plus tard, on se rend au CLSC de Verdun. … CLSC qui a fermé, le temps que l’on s’y rende.

Le lendemain, je vais au CLSC de Verdun. … CLSC qui est fermé.  Nous sommes samedi.  C’est fermé les fins de semaines.

Lundi, je vais au CLSC de Verdun.

INTERNE: Bonjour. Comment puis-je vous aider?
MOI: J’aimerais passer un test de dépistage de MTS.
INTERNE: Très bien! Quelle est votre adresse?
MOI: 624 Régina, Verdun, H4G…
INTERNE: Très bien, remplissez ces formulaires dans la salle d’attente, nous vous appellerons.

Je vais dans la salle d’attente et je remplis quatre pages de documents. C’est que c’est la première fois que je vais là, alors ils ont besoin de me faire un dossier.

On m’appelle.

INTERNE: Bonjour. Comment puis-je vous aider?
MOI: J’aimerais passer un test de dépistage de MTS.
INTERNE: Très bien! Voyons ces documents.
MOI: Voilà!
INTERNE: Verdun… Rue Régina… Vous habitez près du parc ou du PFK?
MOI: Le parc!
INTERNE: Oups, petit problème ici… Vous avez vraiment 37 ans?
MOI: Euh… Bah oui!
INTERNE: C’est parce que quand il s’agit de tests de dépistage de MTS, les CLSC le font afin de diminuer l’engorgement des hôpitaux, sauf que l’âge limite de nos patients pour ces tests en particulier est de 25 ans. À votre âge, si vous voulez passer un test, vous avez deux options: Vous pouvez aller à l’Hôpital de Verdun, ou bien voir votre médecin de famille.

Ça commence à devenir ridicule. Comment est-ce qu’on peut faire pour avoir un médecin de famille si on n’en a pas déjà un? Come on!

C’est là que je me souviens d’un truc. Le docteur de la clinique de mon ancien quartier, Dr Lanski, qui a mis au monde certains de mes enfants. Il est leur médecin de famille.  Logiquement, puisque ce sont mes enfants, si le mot famille est utilisé au sens propre, alors ça devrait être le mien aussi. D’ailleurs, si je me souviens bien, c’est même lui qui m’a testé pour des MTS en 1993. J’aurais dû y penser avant.

Je me rend à sa clinique.  Je donne mon nom au comptoir et attend une heure et demie dans la salle d’attente.  Il m’appelle.

Dr LANSKI: Bonjour. Comment puis-je vous aider?
MOI: J’aimerais passer un test de dépistage de MTS.
Dr LANSKI: Qui est votre médecin de famille?
MOI: Euh…!? C’est pas vous?
Dr LANSKI: Non!
MOI: Mais voyons donc! Vous vous occupez de mes enfants depuis qu’ils sont nés.
Dr LANSKI: Oui, je suis le médecin de famille de vos enfants, mais je ne suis pas le votre.

Pourquoi est-ce qu’on les appelle médecins de famille s’ils ne soignent pas tous les membres d’une même famille? Tu parles d’une idiotie.

Dr LANSKI:Vous n’avez jamais pris de rendez-vous avec moi, vous êtes toujours venu à l’urgence.  Voilà pourquoi des fois c’est ma femme (médecin également) qui vous traitait.
MOI: Bon, d’accord, vous n’êtes pas mon médecin de famille.  Mais vous m’avez pourtant fait passer un test de dépistage en 1993.  Pourquoi est-ce que vous ne pouvez pas maintenant?
Dr LANSKI: Quel âge aviez-vous en 1993?
MOI:
Euh… 24 ans, 25 après le 21 juillet. 
Dr LANSKI: Et bien voilà! Quand il s’agit de tests de dépistage de MTS, les cliniques le font afin de diminuer l’engorgement des hôpitaux. Sauf que l’âge limite est 25 ans. À votre âge, si vous voulez passer un test, vous avez deux options: Vous pouvez aller à l’Hôpital de Verdun, ou bien voir votre médecin de famille.

Incroyable!

La maison des fous, ce n’est rien à côté de tout ça.

MOI: Bon, d’accord, mais dites-moi au moins ceci: Comment est-ce que je pourrais obtenir un médecin de famille. Genre, vous, par exemple?
Dr LANSKI: Il me faudrait un mot de recommandation de votre médecin de famille actuel.
MOI: Il est mort!
Dr LANSKI: Alors c’est bien regrettable, je ne peux rien faire.

Bon!

Je ne suis pas homme à lâcher prise facilement, surtout si c’est dans le but d’obtenir quelque chose que, apparemment, tout le monde arrive à avoir sans problème. De retour chez moi, je vais sur Google et je cherche des cliniques à Montréal qui font des tests de dépistages de MTS. J’en trouve une près de chez moi, sur l’avenue Verdun. J’y vais. Après deux heures d’attente, on m’appelle.

DOCTEUR: Bonjour. Comment puis-je vous aider?
MOI: J’aimerais passer un test de dépistage de MTS.
DOCTEUR: Très bien, donnez-moi un moment pour remplir ce document. Une fois rempli, allez juste le porter au centre de prélèvements de l’Hôpital de Verdun. Vous leur donnez, ils vous font des prélèvements, et ils feront les tests.
MOI: Wow! Merci beaucoup!

Eh ben! Avec tout ce que j’ai traversé, je suis étonné de la facilité de la chose.  Je me rend au centre de prélèvements de l’Hôpital de Verdun.  Celui-ci est fermé depuis quelques minutes.

Le lendemain, j’y retourne aux heures de bureau. La salle d’attente est presque vide. Je me présente au comptoir, donne le document, répond à quelques questions, et vais m’asseoir. On m’appelle en dix minutes.  Une interne me remet deux petites fioles.

INTERNE:  Allez à la salle de bain et remplissez d’urine ces deux contenants, puis revenez les porter ici.
MOI: Euh… C’est tout? C’est bien pour un test de dépistage de MTS, oui?
INTERNE: Oui.

Eh ben! Je suppose que de nos jours, la médecine est tellement avancée qu’un simple échantillon d’urine est suffisant pour trouver toute trace de ce qu’on pourrait avoir.  Et moi qui m’imaginais devoir y laisser 3 litres de sang et me faire ramoner l’urètre avec une brosse à bécosses.  Oh well, je ne me plaindrai pas.

Je ramène les contenants remplis à l’interne. Elle me dit que j’aurai les résultats dans une semaine. C’est tout heureux que je reviens chez moi.  Ça a pris du temps. Mais là, au moins, je vais enfin savoir. Plus qu’une semaine avant la tranquillité d’esprit.

Une semaine passe. Pas de nouvelles.

Deux semaines. Toujours pas de nouvelles.

Je retourne au centre de prélèvements et demande au sujet de mes résultats.

INTERNE: Oh, nous ne pouvons pas donner ces informations confidentielles aux patients. Ça a été envoyé directement au docteur qui les a demandé.

Ok!  C’est MOI qui a demandé ces tests.  C’est MOI qui s’est fait tester.  Ce sont des tests sur MON état de santé.  Mais ils n’ont pas le droit de m’en donner les résultats?  Mais c’est quoi cette logique de marde?

Très bien alors, je retourne à la dernière clinique. J’attends. On m’appelle, mais je ne revois pas le même docteur que la dernière fois

DOCTEUR: Bonjour. Comment puis-je vous aider?
MOI: Je suis venu pour passer un test de dépistage de MTS il y a deux semaines. J’ai été envoyé à l’hôpital de Verdun pour les prélèvements et ils m’ont dit que les résultats avaient été envoyés ici.
DOCTEUR: Le docteur qui vous a envoyé à Verdun, c’est votre médecin de famille?
MOI: Non!
DOCTEUR: Alors je suis désolé, mais la loi ne lui permet pas de vous donner les résultats de ces tests. Seul un médecin de famille à le droit de le faire. Et à votre place, je le contacterais sans tarder pour qu’il communique avec nous. Parce que si au bout de trois semaines, les renseignements sont non-réclamés, ils sont aussitôt détruits.
MOI: Et si je n’ai pas de médecin de famille?
DOCTEUR: Alors vous pouvez toujours vous présenter à l’urgence de l’hôpital de Verdun.

…Urgence de l’hôpital de Verdun qui, au tout début de cette histoire, a refusé de me traiter parce que je n’ai pas baisé sans condoms durant ces 5 dernières années.

Il semblerait donc que la meilleure façon pour moi de savoir si j’ai une MTS serait de coucher sans protection avec une vierge de moins de 25 ans, et que ce soit elle  qui aille passer un test de dépistage au CLSC.

Devant le manque de volontaires, je me suis donc dirigé au privé quelques années plus tard.  Pour 620$, j’ai été testé sur toutes les ITS imaginables.  J’ai reçu certains résultats immédiatement, d’autres plus tard par courriel.  Ils furent tous négatifs. 

Et depuis, pas une fois depuis n’ais-je fait awing-ahan sans porter le condom.  La tranquillité d’esprit vaut bien cette petite discipline.

L’évolution du point de vue (3 de 3)

Lorsque je regarde celui que j’étais dans la jeune vingtaine, je constate que je ne suis plus du tout la même personne.  En particulier de la façon dont je vois les choses.

 Par exemple :

Détermination romantique hier, harcèlement malvenu aujourd’hui.
De mes 14 à 27 ans, j’avais beaucoup de difficulté à me mettre en couple.  Du moins, avec des filles qui en valaient la peine.  

Ma mentalité à l’époque :  En matière de couple, les filles ne sont que des menteuses, des hypocrites et des connes.  Non mais c’est vrai, quoi!  Regardez-les agir : 

  • Elles disent que c’est l’intérieur qui compte, mais elles ne s’intéressent qu’aux beaux gars. 
  • Elles disent vouloir des Nice Guys mais choisissent des Bad Boys. 
  • Elles disent qu’elles cherchent un gars avec qui elles ont beaucoup en commun, mais quand on a une amie avec qui on est full semblables, elle refuse en nous servant des excuses bidons du genre de « Je ne veux pas gâcher notre amitié. » , ou bien « Ça ne pourrait pas marcher entre nous car nous sommes trop semblables. »

NON MAIS C’EST QUOI, CETTE LOGIQUE DE MERDE?  De un, en me refusant, et en pensant que je suis con au point de gober des excuses aussi tartes, c’est toi qui la gâches, notre amitié.  De deux, tu préfères quoi?  Un gars avec qui tu n’as rien en commun?  Ça explique bien des choses, alors.  Pas surprenant que tu me casses toujours les oreilles à te plaindre de tes différentes relations de couple. 

En tout cas, c’est de deux choses l’une : Ou bien les filles sont juste trop connes pour être capable de faire le bon choix en matière de couple, ce qui signifie que c’est une décision qu’il faut prendre à leur place.  Ou bien elles nous mentent, ce qui fait que nous avons le droit de leur mentir en retour pour les manipuler à sortir avec nous, ou du moins à coucher.  

De toute façon, c’est comme ça que ça marche, hein!?  L’homme ment à la femme pour s’en rapprocher, la femme ment à l’homme pour s’en éloigner.  Je l’ai assez souvent observé pour voir que c’est vrai.

Et avant de nous juger, constatez vous-mêmes : ON N’A PAS LE CHOIX!  C’est ou bien ça, ou bien passer notre vie célibataire.  Au moins, pendant qu’elles sont avec nous, elles ne sont pas avec ceux qu’elles choisissent elles-mêmes, c’est à dire les salauds qui les maltraitent et dont elles se plaignent tant.

Et si ça ne marche toujours pas, alors qu’elle aille se faire foutre, avec ses « On peut toujours rester amis. »  Des amis, j’en ai déjà.  Ce n’est pas une amie que je cherche, c’est une amoureuse ou une amante.

Ma mentalité maintenant :  Si la fille ne s’intéresse pas à moi, peu importe la raison, peu importe si cette raison me semble logique ou non, ça ne change rien au fait qu’elle ne s’intéresse pas à moi.  C’est suffisant pour lâcher prise, oublier et passer à autre chose.  Et il n’y a aucune raison d’être peiné, frustré, ou de ne plus en vouloir en tant qu’amie.

Qu’est-ce qui a changé en moi?  Jusqu’à mes 27 ans, comme bien des incels (célibataires involontaires), je croyais, à force de l’avoir souvent observé, que « Pour séduire les filles, il faut les maltraiter! » 

… Sauf que je ne pouvais pas y croire vraiment.  Parce que, soyons francs, il n’y a aucune logique dans cette affirmation.  Pourtant, je ne pouvais pas nier que c’était exactement ce dont ça avait l’air.  Du moins, à la surface.  Donc, logiquement, si les filles « préfèrent sortir avec ces salauds plutôt qu’avec un bon gars comme moi » il devait bien y avoir une raison.  Il ne me restait plus qu’à trouver laquelle

J’ai donc commencé à observer les gars qui avaient la cote auprès des filles, et je me suis comparé à eux.  Ça m’a permis de constater plusieurs choses sur trois sujets importants:

  1.  La beauté :  Je n’étais pas beau, mais le problème véritable était plus profond que ça. C’est que la beauté physique peut être séparée en deux catégories:  La naturelle, et la travaillée.  J’ai connu des gars qui étaient laids du visage, mais que les femmes considéraient néanmoins comme étant beaux.  La raison?  Ces hommes prenaient soin d’eux, étaient sportifs, développaient leur physique.  Bref, juste en les regardant, on voyait qu’ils démontraient de la discipline, de la détermination, du courage face à l’effort, de la confiance en soi.  Et ce genre de comportement, eh bien, c’est sexy.  Moi?  Je n’étais pas beau du visage, et mon physique maigre et négligé ne démontrait aucune vaillance. 
  2. L’argent. Je n’en avais pas, mais le problème véritable était plus profond que ça. D’abord, je n’avais pas ce qu’il faut pour décrocher plus qu’un boulot minable au salaire minimum.  Ensuite, tel que je l’expliquais dans le billet précédent, non seulement je m’arrangeais toujours pour vivre à la limite de mes moyens, je dépensais stupidement, débalançant du coup mon budget, parfois pour des mois.  Je n’étais donc pas le genre de personne avec qui une fille pouvait se sentir en sécurité financière.  Je donnais plutôt l’impression que j’allais être une charge pour elle. 
  3. La carrière / l’avenir / l’ambition.  Mes attentes face à l’avenir étaient quelque peu fantaisistes, puisque je voulais devenir riche et célèbre, à la radio, à la télé, au cinéma, en humour, en théâtre, en publicité…  Mais le problème véritable était plus profond que ça.  Mon focus était sur la récompense de l’effort, plutôt que sur l’effort lui-même.  Je n’avais ni les études ni les connexions pour faire partie de ces univers, je n’avais pas la moindre idée de comment y parvenir, et je savais encore moins comment, où et à qui m’adresser pour l’apprendre.  Un gars de ce genre-là, qui a des attentes irréalistes face à son avenir, ça n’a pas l’air d’avoir les pieds sur terre, ce qui ne sécurise pas une femme.

Constater tout ceci m’a permis de comprendre une chose très importante : Oui, une femme peut avoir une relation avec un gars qui a certains défauts.  Sauf qu’elle ne va jamais choisir un homme à cause de ses défauts.  Elle va le choisir malgré ceux-ci.  Et ça, ça veut dire que ce gars-là possède des qualités qui pèsent beaucoup plus sur la balance que ses défauts.

Et voilà pourquoi aucune fille (sensée) ne voulait de moi.  Je n’avais peut-être aucun des défauts de ces gars-là, mais je n’avais aucune de leurs qualités pour me rattraper non plus.  Ça m’enlevait tout espoir de plaire, ce qui faisait de moi un gars désespéré.  Dans de telles conditions, un gars se croit justifié d’utiliser mensonges et manipulations pour avoir la fille.  Parce que dans sa vision étroite, telles sont les relations entre hommes et femmes : La femme n’est qu’une proie qui s’amuse à fuir l’homme, et c’est à l’homme de la capturer.

Pour la défense du gars que j’étais à l’époque, et de ceux qui pensent comme ça aujourd’hui, il ne faut pas s’étonner de cette mentalité.  C’est à cause que l’on passe notre vie à être bombardés de messages de ce genre.  Par exemple :

  • Dans les contes pour enfants tels La Belle au Bois Dormant ou bien Blanche-Neige, le gars arrive vers la fin, dit à la fille qu’il l’aime, et voilà, elle lui dit oui.  Déjà là, on nous montre que la fille n’a aucune raison, voire aucun droit, de dire non à un gars qui se déclare.  Elle est juste disponible en attendant d’être choisie, voilà tout. 
  • Et dans les deux cas, ces gars ont commencé à être physiques avec elles sans leur demander leur avis, en les embrassant (et peut-être plus, selon versions) alors qu’elles étaient inconscientes. Aussi bien dire qu’elles n’ont aucun droit sur leurs propres corps.
  • Dans les chansons, combien de centaines de milliers d’entre elles ont comme thème « Un jour tu seras mienne »?  Et que dire de ce grand classique des années 80, Every Breath you Take, qui n’est rien de moins qu’un hymne au harcèlement.
  • Dans les films, prenez par exemple ce grand classique de mon adolescence, The Breakfast Club.  Tout le long du film, le voyou insulte la p’tite snob riche, la déprécie, la harcèle sexuellement.  À la fin, tandis qu’il est en isolation, elle va le rejoindre et s’offre à lui de son plein gré.  Dans le même film, le sportif n’adresse pas un mot à la fuckée.  Mais dès que celle-ci change de look et devient belle (Selon le scénario, car peu de spectateurs sont d’accord là-dessus, mais passons) alors là, le sportif la drague.  Et elle aime ça et se laisse faire, malgré le fait qu’ils n’ont rien en commun.
  • Dans les séries télé, si le personnage masculin moche insiste assez longtemps, il finira avec la belle.  Peu importe le nombre de saisons que ça lui prendra, elle sera sienne.  On s’en fout qu’il n’aient rien en commun, ELLE EST BELLE!  C’est tout ce qui compte.  C’était vrai il y a 25 ans dans Family Matters, et c’est encore vrai à notre époque avec The Big Bang Theory.  

C’est ça que la société nous apprend : Pour avoir une fille, il faut insister, voire même se servir sans lui demander son avis.  L’important, c’est se montrer assez déterminé jusqu’à ce que l’on arrive à la faire craquer.

À 27 ans, j’ai réalisé que ce comportement, c’était du harcèlement.  Et que trop souvent, quand une fille dit oui, ce n’est pas parce qu’elle est séduite.  C’est parce qu’elle a peur des conséquences de dire non.  Et avoir une relation sous la contrainte, c’est une agression.  

Puisque je ne voulais pas devenir un harceleur ni un agresseur sexuel, il fallait que j’arrête de leur courir après.  Mais voilà, je ne voulais pas passer le reste de ma vie seul.  Il fallait donc qu’elles arrêtent de me fuir.  Et pour ça, je devais devenir attirant, autant de l’extérieur que de l’intérieur.

Je me suis mis à la musculation pour améliorer mon physique.  Je me suis mis au cardio pour améliorer mon endurance, ma résistance et ma production d’énergie.  Je suis retourné aux études.  J’ai obtenu les connaissances dans divers domaines pour obtenir des emplois.  J’ai eu des emplois successifs, chacun meilleur que le précédent.  J’ai amélioré mon revenu.  J’ai appris à faire un budget et à dépenser intelligemment.  Et voilà comment j’ai commencé à être intéressant aux yeux des femmes.  Ce qui m’a montré que durant tout le temps où elles me fuyaient, le problème n’était pas elles.  C’était moi!

Mieux encore: Avec mes études, mes connaissances, mon expérience grandissante,  j’étais capable de faire quelque chose (voire plusieurs choses) de ma vie.  Par conséquent être en couple a cessé d’avoir une importance démesurée dans ma vie.  Je pouvais trouver ma valeur ailleurs que dans ma capacité de séduire.

J’ai cessé de voir chaque fille qui m’entoure comme étant une conjointe potentielle.  J‘ai cessé de ne les voir que comme des accessoires amoureux/sexuel à la disposition des hommes, à jeter comme un objet brisé lorsqu’elles refusaient de remplir cette fonction avec moi.  Ce qui fait que j’ai commencé à les voir vraiment comme des êtres humains, des égales.  Par conséquent, je n’ai plus jamais ressenti de problème à les avoir dans ma vie comme amies platoniques, puisque j’ai cessé de voir leur amitié comme étant le symbole de mon échec amoureux/sexuel.  

Mieux encore:  Maintenant que j’étais apprécié des femmes, je pouvais arrêter de m’essayer avec n’importe qui, et ne me rapprocher que de celles avec qui j’avais beaucoup en commun.  Celles-là se divisaient en deux catégories: Celles avec qui il n’y avait aucune attirance romantique/sexuelle réciproque, qui devinrent d’excellentes relations d’amitié.  Et celles avec qui il y avait attirance romantique/sexuelle réciproque, qui devinrent d’excellentes relations de couple… Pour (re)devenir d’excellentes relations d’amitié si le couple prenait fin.

Et ce à quoi je ne m’attendais pas: Aux yeux de celles qui furent déçues de ne pas être choisies, c’était maintenant moi  le salaud qui leur faisait de la peine. 

Comme quoi ce que l’on qualifie de bad boy, ça peut être très relatif, finalement.

_____
Y’A LIENS LÀ:
Sur le même thème et/ou mentionné plus haut: 
Le jour où j’ai réalisé qu’Elle a dit OUI par peur des conséquences de dire NON
Une fille qui se plaint que son mec ne pense qu’au sexe, c’est ça qui arrive Quand la libido est notre seul point en commun.
Pour exploiter votre ignorance des femmes, voici  12 illusions fallacieuses qu’essayent de vous vendre les guides de séduction.
J’ai vécu ça, la drague malvenue de la part d’un homme, alors qu’Il se croyait irrésistible.
Bonne chose que j’étais un homme, ce qui fait que je n’ai pas eu à démissionner, contrairement à Ingrid: Cinq jours parmi les loups.
Enfin, si vous avez deux heures à tuer, et que vous êtes curieux de savoir ce qui se passe dans la têtes de certains incels qui mettent une importance démesurée à réussir à être en couple afin de compenser pour une vie de loser sous tous ses aspects, alors voici un petit roman autobio en ligne, dans lequel je raconte l’été de mes 21 ans: Surveiller Nathalie; voyage dans la tête d’un harceleur.

______
Et cet article qui conclut cette trilogie est le 400ième de ce blog en 9 ans et trois mois d’existence. 

Mes NON de famille

Ma première copine, Richer-Joly, était bien nommée.
La seconde, Comte-Aubut, arrivait toujours à gagner.
J’ai eu Monet-Royal, et son revenu colossal.
Avant que Lamie-Gall aille me capturer dans sa toile.
Mam’zelle Lepire-Marchand servait assez mal ses clients.
Et Dulac-St-Jean se reconnaissait par son accent.
Mademoiselle Hétu-Dion allait à l’université,
Et se trouvait en classe de Maths avec Racine-Carré.
La pauvre Viau-Paradis n’a pas vécue longtemps.
Et miss Lagarde-Dery voulait de moi beaucoup d’enfants.
Larivière-Richelieu alla se jeter dans le fleuve.
Quand je l’ai quittée pour aller chez Labelle-Maisonneuve.
Aucune amante n’était aussi chaude que Laflamme-Dufour.
Mais mon cœur appartenait à Montpetit-Brindamour.
Lafleur-Delage était jeune et au sommet de sa forme.
Alarie-Dugas aimait surtout se moquer des hommes.
La grande Tremblay-Vandal était en techniques policières.
D’être née au Québec, Patry-Hotte était vraiment fière.
Madame Dubois-Brûlé vit maintenant dans un foyer.
J’ai eu Malo-Talon, celle-là elle m’a bien fait marcher.
Toujours à sa fenêtre on retrouvait Déry-Daudelin.
Avec Beauregard-Daigle, elle espionnait tous les voisins.
Miss Avard-Fortuné était une femme plutôt radine.
Mademoiselle Turmel-Auclair vendait des filtres à piscines.
Levert-Derome avait un sérieux problème de boisson.
Et Dussault-Montrose dégageait un arôme de poisson.
Il y a eu Plouffe-Aubin, une maniaque de propreté.
Delage-Gingras manquait beaucoup trop de maturité.
Paiement-Tardif réglait trop souvent ses comptes en retard.
Gagnon-Lapalme, comme d’habitude, remportait la victoire.
Miss Méthot-Matte faisait de très bonnes sauces à spaghetti.
Mercier-Bienvenu était une demoiselle polie.
Carrière-Rathé ne gardait jamais d’emploi très longtemps.
Hétu-Généreux ne me voulait que pour mon argent.
Puisque Leroux-Pion passait ses journées à dormir.
J’ai eu ma thérapeute sexuelle, Sauvé-Monplaisir.
Lafond-Dery, une forgeronne, travaillait le métal.
Légaré-Delisle se perdait toujours dans Montréal.
Il y a eu Tessier-Dutronc, amputée de moitié.
Et puis Perdue-Montcalm, toujours en train de paniquer.
N’importe qui pouvait coucher chez Lido-Desautels.
Alors que Garant-Thivierge se garda pure pour l’autel.
Allaire-Thérrien ne voulait surtout pas faire de remous.
Mongrain-Decelles, par contre, avait son opinion sur tout.
C’était une peintre très occupée, miss Arpin-Lamontagne.
Je regrette tant d’avoir un jour pris une Brosseau-Champagne.
Lara-Courcy n’avait en guise de jambes que des moignons.
Nulle ne cuisinait mieux que cette chère Leboeuf-Bourgignon.
Il y a eu Lépine-Hotte, j’en suis devenu allergique.
Pageau-Lee était, hélas, complexée par son physique.
À tous les jours, Beaujoie-Levert ne faisait que frustrer.
Comme Desmarteau-Pilon, elle ne voulait que tout casser.
Despins-Gouin prétendait avoir une origine inuit.
Quand à miss Meunier-Tudor, son moulin allait trop vite.
Avec Beaugrand-Perron, il nous fallait Talon-Chaussé.
Avec Épars-Pion, il nous fallait Lara-Massé.
Cette fois je suis à bout, découragé, Mondoux-Seigneur
J’ai bien cherché partout, je vois qu’il y a Riendeau-Tailleur.
Céder à Laprès-Sillon, ça je l’ai toujours refusé.
Célibat choisissons, mon nom est Gemme-Laliberté.

12 (autres) catégories d’hommes de sites de rencontres

Ce billet est le onzième de la série (Més)aventures sur sites de rencontres.  E

Quelques gentilles demoiselles ont partagé avec moi leurs observations des profils masculins sur sites de rencontres.  Ils peuvent être divisée en douze types, que voici:

1- Les non-monogames, pour diverses raisons: D’un côté, les polyamoureux, les couples ouverts.  Et de l’autre, les infidèles en tous genres, incluant d’ex-membres de Ashley Madison.

2 – Les wannabe Mister Grey. Ils veulent vous faire découvrir les joies de l’humiliation et de la douleur, sans trop savoir ce qu’ils font. Ne connaissent rien au BDSM.  Comme l’auteur des 50 shades of, finalement.  Ils sont tous sapiosexuels (disent-ils) mais en fait ne pensent qu’au cul. Ils sont généralement mariés à une pauvre naïve qui ne soupçonne rien.

Le groupes 1 et 2 partagent le même sentiment de supériorité sur la masse moutonneuse des monogames, se considérant, d’une manière évolutive, au-delà du honteux sentiment de possessivité.

3- Les pervers losers de base. Selfies de douchebags, même quand ils n’en ont ni le physique ni le style, dick pics, messages qui se résument à « Me wanna fuck », généralement dans un orthographe déplorable.

4- Les jeunes qui veulent des vieilles. Jeunes hommes de 18-25 ans avec la libido volcanique car leur cerveau marine dans sa testostérone toute fraîche. Influencés par la rumeur disant que les cougars sont des insatiables nymphos qui font tout et qui aiment tout.

5- Les vieux qui veulent des jeunes. Ils ont besoin d’un eye-candy tout frais à leur bras pour remonter leur ego, histoire de se faire accroire qu’ils ne sont pas si vieux que ça. Ça ne les dérange pas si elles sont moins allumées au lit puisqu’ils ont eux-mêmes la libido pas mal plus calme qu’il y a vingt ans.

6- Les colériques instantanés.   Leur frustration et leur agressivité est camouflée sous un vernis très mince qui craque dès la seconde où il n’est pas d’accord sur un point X avec vous, ou si vous le contrariez.  En général, se décrit comme étant « un bon gars qui en a assez de se faire niaiser. » 

Dans un ordre d’idées similaire:

7- Le gars qui en a assez de tomber sur des relations toxiques.  Il te parle de long en large de ses 27 ex, toutes des salopes profiteuses menteuses hypocrites qui lui ont fait perdre son temps.  Mais tu te rends vite compte que finalement, tout ce que ces filles avaient en commun, c’est lui.   Et à jaser avec lui, tu réalises assez vite pourquoi elles s’en sont éloignées.

8- Le loser pas de vie pas de job, qui cherche femme de carrière avec vie sociale.  Dans le meilleur des cas, sera fée du logis et amant passionné contre hébergement, coûtant à peine plus que sa nourriture.  Dans le pire, sera un parasite qui est là pour se faire entretenir, sera un gouffre financier, et continuera de se chercher des amantes sur des sites de rencontres tandis qu’elle est au boulot.  

9- Les malheureux délaissés solitaires. Se décrit comme ayant des belles valeurs : Accorde sa confiance, fidèle, croit en Dieu, est prêt à fonder une famille. Il a souvent une photo à côté de son sapin de Noël, avec son chat.

10- Les gars qui disent franchement, sans détour, ne vouloir que du sexe. Éventuellement, ils se rendent compte que leur franchise leur rapporte zéro cul. Alors ils changent leur profils, disant qu’ils veulent une relation à long terme.

11- Les fétichistes en tous genres.  Ceux-là ratissent large dans l’espoir de trouver une femme à l’esprit ouvert.  De « J’aime les jupes en jeans et les coats de cuir »  à « Je veux juste te chatouiller les pieds le plus longtemps possible » en passant par « Fais-moi pipi dessus pendant que je conduis ma moto. »

12- Les gars tout à fait normaux, voulant une relation normale avec femme normale. Deux problèmes avec celui-là: De un, il faut le trouver. Et de deux, encore faut-il qu’il y ait une chimie entre vous.

_______
Merci à Cindy RJ, Nathalie G et Marianne D pour leur désopilantes contributions, et Sarah D pour certains ajustements nécessaires.

Comprendre ses mots -VS- écouter ce qu’elle dit.

Ce billet est le second dans la série (Més)aventures sur sites de rencontres.

Après un an de célibat, je me sentais prêt à y mettre fin.  Après tout ce temps, je savais que j’en avais vraiment envie, je savais ce dont j’avais envie, et surtout je savais que ce n’était pas simplement par rebound, par habitude d’être en couple. 

Je me suis inscrit sur l’un des rares site où on peut encore échanger gratuitement.  J’ai rempli ma fiche.  J’ai mis des photos récentes.  J’ai décrit ce que je suis et ce que je cherche.  C’est que je considère très important que ma future associée de vie ait des points en commun avec moi dans ses goûts, ses activités et ses buts.  Parce que bon, entre les séances de baise, il faut bien avoir des choses intéressantes à jaser et à faire.

Je ne crois ni en la drague ni au jeu de la séduction.  La raison est simple: Lorsque l’on a beaucoup de points en commun, des passions communes, des buts similaires, alors on va adorer passer du temps ensemble.  Et s’il y a en plus attirance mutuelle, ben voilà, ça va se faire tout seul.  Dans cette optique, je considère que draguer, c’est essayer, à répétition, de faire naître chez l’autre un sentiment qui n’y est pas.  À la limite, c’est une forme de harcèlement.  

Quant au jeu de la séduction, le terme le dit: C’est un jeu!  Tu joues à te faire passer pour le genre de personne qui l’intéresse.  Autrement dit, excusez mon langage, mais tu n’en as rien à chier de ce qu’elle veut vraiment.  Tu cherches juste à l’avoir, point!  Sauf que, quand on y pense, quand on est prêt à se faire passer pour ce que l’on n’est pas, quand on est prêt à se mettre en couple avec une personne qui n’est pas attirée par ce que l’on est vraiment, il y a un mot pour ça: Désespéré!

Sans oublier que, le jour où le hasard placera sur ta route ton match parfait, tu auras l’air malin, tiens, d’être déjà en couple stable établi avec Miss Mieux-que-rien.

Donc, je parcours les profils, je les lis, je contacte celles chez qui je retrouve les points communs qui me sont importants.  Mais attention, pas de « allo bb », « hey sexy » ou de « ta dlair cochonnelooooooooolllllll »…  Non! Chaque message commence par un Bonjour suivi de son nom.  J’enchaîne en lui disant que je trouve que l’on a plusieurs choses en commun, je lui en fais la liste en expliquant ce qu’il y a de semblable chez moi, et je conclus en l’invitant à visiter mon profil, et à me contacter si ce qu’elle y voir lui convient. 

Ah, et je bookmarke son profil aussi, pour ne pas lui réécrire par erreur dans le futur.  je ne veux pas qu’elle prenne ça pour de l’insistance.   

Certaines ne me répondent pas, d’autres oui.  On jase.  On échange.  Avec le temps, je constate que quand ce n’est pas dû pour fonctionner entre nous, peu importe la raison, alors la conversation ne dépasse pas trois jours.

Puis, cette femme me contacte.  Elle me complimente sur la qualité et la quantité de mon texte de profil.  Et voilà que l’on commence à jaser.  On se trouve encore plus en commun que ce qu’il y a sur nos profils. 

Arrivé à notre 4e jour de correspondance, je la demande en contact Facebook, puisque je n’ai plus de raisons de rester sur ce site.  J’enlève mes photos de profil, j’efface mon texte de présentation et le remplace par le mot « Indisponible. »  Je sais bien que nous ne sommes encore qu’au stade d’un début d’amitié, mais je ne vois juste pas comment je pourrais établir un contact significatif avec une personne si je ne me consacre pas sérieusement à notre relation naissante.

Le 6e jour, je lui propose une rencontre dans un salon de thé.   Le plan de match que je suggère est: On se rencontre, on jase une heure ou deux, puis on se quitte.  Ensuite, chacun chez soi, on se dit franchement si on a envie de se revoir ou non.  Comme ça, lors de cette première rencontre, il n’y aura aucune pression, aucun malaise.  Elle accepte.

On se rend au lieu du rendez-vous, on se reconnaît tout de suite.  C’est elle qui amorce le mouvement de bisous-sur-les-joues, alors je vois que c’est OK pour moi de le faire.  On se rend au salon, on prend place, on commande, et on jase.  La conversation se passe très bien.  Il n’y a pas de temps mort.  La conversation est intéressante, les sujets sont positifs, beaucoup de sourires et de rires. 

Toute bonne chose à une fin, incluant le contenu de la théière.  En sortant, elle me propose un truc.  Elle n’habite pas loin.  Puisque nous avons une fringale tous les deux, on pourrait passer prendre une baguette, du pâté et du fromage, et s’en faire un petit snack chez elle.  Ravi, j’accepte!

Il y a quelques années, j’ai découvert la convention sociale du « Si tu viens, tu couches! » .  Vous savez, cette règle non-écrite (et trop souvent source d’abus) qui dit:  Inviter seul(e), chez soi, une personne du sexe opposé, c’est une invitation au sexe. Et accepter cette invitation, c’est dire oui au sexe.  J’avoue que ça me surprendrait car je n’ai pas ressenti de sa part un quelconque désir charnel envers moi.  Mais bon, si ça arrive, maintenant que je m’y attend, je ne serai pas pris au dépourvu.

Nous faisons les achats, nous entrons chez elle, elle me fait visiter, on passe à table, et on passe une autre heure à jaser tout en mangeant.  Ma première impression semble avoir été la bonne, car rien dans son langage parlé ou corporel ne me lance le moindre signal sexuel.  Je reste neutre, ni déçu ni soulagé, je ne fais que prendre les choses telles qu’elles sont entre nous.

Puis, constatant comme une fatigue dans nos sujets de conversations, je propose que l’on passe à la vaisselle, puis je rentrerai chez moi.  Elle acquiesce, mais décline mon offre pour la vaisselle.  Je n’insiste pas.  Elle s’offre de me raccompagner jusqu’au métro.  En se quittant, nouveaux bisous-joues, elle me dit qu’elle a déjà hâte à la prochaine fois.  Je rentre chez moi, tout heureux.  Puis, je lui écris ceci:

STEVE
De retour chez moi.

Alors, mes impressions sur cette rencontre:
Je te trouve gentille, charmante, intéressante. Et aussi très jolie. Bon, ce n’est pas ce que je regarde en premier chez l’autre (D’où le fait que c’est le premier compliment physique que je te fais en une semaine de correspondance), mais c’est un agréable bonus 🙂

Nos intérêts communs me donnent un genre de sentiment de confort en ta présence.
J’ai envie de te connaitre plus, et j’ai déjà hâte de te revoir.

Et je vais attendre tes impressions avant d’en dire plus

Ses impressions me sont arrivées une heure plus tard:

CLÉO
Bonsoir Steve.
C’est bizarre, j’avais l’impression que toute la semaine on échangeait tous les deux.  Et que là, il n’y avait pas beaucoup de partage.  Peut-être était-ce ma faute?  Y avait-il de la nervosité?  Je n’étais pas super à l’aise, et j’espérais que cela change jusqu’à la dernière seconde car je trouvais qu’on était fait pour s’entendre.

… Et ce n’était pas du tout ce a quoi je m’attendais.

STEVE
Ah bon!?

Je ne sais pas trop quoi dire.

Mais bon, une chose est sûre, je ne veux pas te mettre mal à l’aise. Je vais te laisser le temps et la liberté de faire comme tu le sens. Tu communiques avec moi quand (si?) tu en as envie. Et on ne se reverra que si ça te tente. Je ne veux pas te mettre dans une situation inconfortable.

CLÉO
Je sais, tu es une bonne personne. J’aurais aimé que tu me parles plus de toi… Mais vraiment de toi. Tes goûts, tes rêves, tes espoirs, ce genre de truc. J’avais une vision peut-être un peu trop romantique de notre rencontre. Je m’excuse.

Okay!  C’est vraiment n’importe quoi, ça.  Regardons les faits:

FAIT 1: Non, désolé, il n’y avait aucun malaise, aucune gène entre nous.  Sinon, elle ne m’aurait pas invité chez elle après le thé.  Elle aurait été juste soulagée que le rendez-vous prenne fin.
FAIT 2: Chez elle, tout comme au salon de thé, je me suis comporté en parfait gentleman, en ami platonique totalement irréprochable.  Il est donc impossible qu’elle ait été à l’aise avec moi au salon, et ensuite mal à l’aise chez elle.
FAIT 3: Quand on veut qu’un gars nous parle de ce  qu’il est, on amorce la conversation en ce sens.  Elle n’a eue aucun malaise à me parler de toutes sortes de choses, à amener toutes sortes de sujets, alors pourquoi pas celui-là?
FAIT 4: En une semaine de correspondance, j’ai parlé de moi de cette manière.  Et j’ai les conversations pour le prouver.
FAIT 5: Cette raison qu’elle me donne…  Est-ce que c’est suffisant pour qu’une fille soit déçue d’un gars au point de ne plus vouloir le revoir?

La réponse est non. Ça ne l’est pas! 

Je ne vois qu’une seule façon d’en avoir le coeur net: Lui proposer deux options, et ce de manière non-confrontante:

STEVE
Hum… Tu sais, ce n’est jamais facile de deviner ce que l’autre attend de nous.. Je ne te le reproche pas, ceci dit.   Je sais m’ouvrir aux gens. Je n’ai juste pas l’habitude qu’ils veulent ça de moi aussi vite. Parce que, tu sais, d’habitude, les filles de sites de rencontres veulent surtout que le gars s’intéresse à elles.

Donc, d’accord, je parlais de moi, mais juste pas des sujets que tu espérais.  Je comprend, et ça peut aisément s’arranger.

Un quart d’heure passe.  Aucune réponse.  Alors je rajoute:

STEVE
… ou peut-être que le courant ne passe juste pas entre nous aussi bien que je le croyais et l’espérais.  Ça arrive.

CLÉO
Peut-être?..
.😢

Bon ben voilà!  À ma proposition de lui donner ce qu’elle demande, aucune réponse.  À ma suggestion que nous ne sommes pas fait l’un pour l’autre, ÇA, par contre, elle y répond immédiatement, et en ce sens.  Ça ne peut pas être plus clair.

Je lui donne donc ce qu’elle espère de moi: Une rupture propre, rapide, sans histoire.  

 STEVE
D’accord. Je ne cacherai pas que je suis un peu déçu. Mais je ne t’en veux pas. Ça ne se contrôle pas, ces choses-là.

Désolé et bonne chance.

Et ce furent là les derniers mots échangés entre nous.

Pourquoi est-ce que j’ai lâché prise aussi facilement?   C’est vrai, j’aurais pu en débattre.  J’aurais pu lui expliquer à quel point son comportement avec moi en me quittant au métro était à l’extrême opposé de celui qu’elle avait maintenant.  J’aurais pu essayer de lui faire prendre conscience d’à quel point son excuse sonnait bidon.  J’aurais pu lui montrer combien la solution était facile: Maintenant qu’elle m’a dit ce qu’elle attendait de moi, alors là je pouvais lui donner.  Je pourrais même lui faire une leçon de morale comme quoi c’est le comportement d’un enfant gâté, ce qu’elle nous fait là.  Hey, je pourrais même la confronter avec un « Ben là si j’te mettais mal à l’aise, pourquoi tu m’as invité chez toi après le salon de thé, d’abord? » , tout en en lui servant la classique « J’essaye juste de comprendre! »

Mais voilà, en faisant ceci, oui, je comprendrais ses mots…  Mais je n’écouterais pas ce qu’elle me dit.

Et ce qu’elle me dit, c’est qu’elle ne veut plus me revoir. 

Oh, elle ne me le dit pas dans ces mots.  N’empêche que, juste à voir son comportement, c’est ça qu’elle me dit vraiment.

J’ai assez d’expérience de la vie et des relations interpersonnelles, vécues ou observées, pour comprendre ce qui vient de se passer.  Pour une raison qu’elle n’ose pas m’avouer, elle veut mettre fin abruptement à notre relation.  Puisqu’il s’agit d’une fille de site de rencontres, et que son attitude a fait un 180° aussi brusque qu’illogique, voici la théorie la plus plausible qui me vient en tête: Après m’avoir laissé au métro, elle a probablement été contactée par un gars qui lui plaisait plus que moi.  Et vu la vitesse à laquelle elle a changé d’idée à mon sujet, il s’agissait sûrement d’un ancien contact pour qui elle avait déjà des désirs et/ou des sentiments.  Avec lui de retour, je suis soudainement de trop, elle doit donc se débarrasser de moi.  

Trop lâche pour me le dire et/ou trop irresponsable pour assumer sa décision, elle essaye de me faire gober que notre séparation, c’est de ma faute.  Or, petit problème, puisque j’ai eu un comportement irréprochable, elle n’a aucune bonne raison à me donner pour se justifier de me repousser.  Elle est donc obligée d’inventer une excuse.  Et une excuse inventée, ça sonne bidon.  Normal, c’est une excuse bidon.

À une certaine époque, j’aurais réagi comme bien des gars.  Je lui aurais demandé des explications.  Mais à quoi est-ce que ça aurait servi?  Ne pas vouloir de moi, ce n’est pas un crime, que je sache.  Alors pourquoi devrait-elle se justifier pour quelque chose qui n’est pas une injustice?   

Peu importe la raison pourquoi elle ne veut pas de moi, le fait est qu’elle ne veut pas de moi.  À partir de là, je n’ai plus la moindre raison de vouloir poursuivre cette relation.