Ce que parler veut généralement dire dans 20 situations

AVANT DE COMMENCER: À l’origine, ce texte s’intitulait Ce que les filles disent -VS- ce que ça veut dire et datait de 2010.  Du moins, sur ce blog, puisque ça a d’abord été un texte illustré dans Requin Roll No.7 en 1998. Or, déjà que la majorité de ces situations peuvent être vécues en inversant les sexes, il n’y a plus de place à notre époque moderne pour un texte exclusivement hétéronormatif au sujet des relations. Suite à un sondage d’opinion à ce sujet effectué le 28 aout 2015 sur Twitter, sur mon Facebook personnel ainsi que sur la page Facebook de Mes Prétentions de Sagesse, j’ai décidé de modifier le genre de ce texte, le mettant neutre.  De toute façon, qu’une relation soit entre gens hétéros ou LGBT, ces situations peuvent tout autant arriver.

Donc:

Ah, la communication dans les relations interpersonnelles… l’un se plaint que l’autre ne le comprends pas.  L’autre parti se plaint que l’un n’est pas capable de s’exprimer clairement. En tout cas, s’il y a une chose sur laquelle ils s’entendent, c’est en se plaignant des conséquences de ce manque de clarté et de l’incompréhension qui en résulte.

Aujourd’hui, je vais exaucer le souhait de bon nombre de gens: Je vous présente 20 situations classique d’incompréhension.  Le tout sera décortiqué comme suit:

  • La situation.
  • Ce que l’autre te dit.
  • Ce que tu comprends.
  • Ce que l’autre veut vraiment dire.
  • La preuve.
  • Les conséquences.
  • Le mieux à faire dans ce temps-là.

C’est parti:

SITUATION 1: Tu déclares ton affection à une personne.
Ce qu’elle dit : Je ne me sens pas prêt(e) à vivre une relation pour l’instant.
Ce que tu comprends : Que le jour où elle sera prête, alors tu vas avoir des chances avec elle.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Tu ne me plais pas, sinon je me serais sentie prêt(e).
La preuve : Tu en connais beaucoup, des gens, qui, quelques temps après avoir dit ça à quelqu’un, sont retournées le voir en lui disant « Ok, je suis prêt(e) maintenant, sortons ensemble! »?
Les conséquences : C’est quoi, ça « pour l’instant« ? Elle va être prête quand, au juste? Dans une heure? Un jour? Une semaine? Un mois? Un an? Une décennie? Tant et aussi longtemps que tu vas penser que c’est juste une question de temps, tu vas être accro et tu vas te sentir de plus en plus frustré à mesure que le temps passe. De son côté, l’autre personne va se sentir harcelée par ton insistance et va finir par te fuir comme la peste.
Le mieux à faire dans ce temps là : Cesser de te faire des illusions à son sujet, et agir avec elle comme si cette déclaration n’avait jamais été dite et que ces sentiments n’ont jamais existé, et ne plus jamais ramener le sujet.

SITUATION 2: Tu es en couple, ou du moins en relation intime, avec une personne vraiment cool, populaire, attrayante et tout. Bref, le jackpot que tu ne pensais jamais pouvoir un jour remporter.
Ce qu’elle dit : T’sais, j’aimerais mieux que les gens ne sachent pas à propos de nous deux, parce que… (insérer raison quelconque!)
Ce que tu comprends : Qu’elle est victime de terrible pression sociale de la part de son entourage, mais qu’éventuellement ça devrait se tasser et vous pourrez vous aimer au grand jour.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Cette personne pourrait trouver mieux que toi et elle le sait. Bien qu’elle accepte d’avoir une relation avec toi, elle n’en est pas vraiment fière, alors elle ne tient pas à ce que ça se sache. Bref, elle est avec toi en attendant mieux.
La preuve : Quand on n’a pas honte de nos relations, on n’a aucune raison de les cacher à qui que ce soit.
Les conséquences : Le jour où cette personne va en trouver une autre qui lui plaît vraiment, tu vas te faire domper avant même que quiconque apprenne que vous aviez sorti ensemble. Et cette nouvelle relation-là sera vite mise publique.
Le mieux à faire dans ce temps là : Profiter de la relation à fond pendant qu’elle passe, et ne pas être surpris le jour où elle prendra fin.

SITUATION 3 : Une personne de ton entourage est en couple avec quelqu’un qui la néglige. Elle te parle souvent de ses problèmes sentimentaux parce que tu es la bonne oreille attentive toujours disponible.
Ce qu’elle dit: Dans l’fond, c’est quelqu’un comme toi qu’il me faudrait.
Ce que tu comprends : Qu’elle vient enfin de réaliser que tu es la personne parfaite pour elle, et que ça ne sera plus très long avant qu’elle mette fin à sa relation insatisfaisante pour sortir avec toi.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Que c’est dommage que son/sa partenaire actuel/le. ne possède pas certaines de tes qualités, parce que ce sont juste les gens de ce genre-là qui l’attirent.
La preuve : L’as-tu déjà vu sortir avec quelqu’un comme toi? Ben non, ton genre ne l’attire pas, sinon ça ferait longtemps que vous seriez ensemble.
Les conséquences : Tu vas ressentir de la frustration à la voir s’acharner à rester dans une relation qui la fait souffrir, alors que tu es là à brûler d’amour pour cette personne qui préfère continuer sa relation imparfaite.
Le mieux à faire dans ce temps là : Tout ce que cette personne veut de toi, c’est une oreille attentive pour exprimer ses malheurs, rien de plus. C’est à toi de choisir si tu veux continuer d’être ça ou non.

SITUATION 4 : Tu déclares ton affection à un/e collègue de travail.
Ce qu’elle dit : J’aime mieux pas avoir de relations amoureuses avec les collègues de travail car ça cause toujours plein de complications.
Ce que tu comprends : Que la seule raison de son refus est le fait que vous travaillez ensemble, sinon elle te violerait probablement sur place.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Que tu ne l’attires tout simplement pas.
La preuve : Si elle était attirée par toi, penses-tu vraiment qu’elle laisserait un détail aussi anodin que votre travail commun se mettre entre vous? Au pire, elle te demanderait de garder le secret pour éviter le commérage du bureau.
Les conséquences : Tu risques de passer plusieurs mois à essayer de lui faire changer d’idée et à te casser à tête pour trouver une solution pour un problème qui n’existe même pas. Tu va finir par t’exposer à des rumeurs de harcèlement au travail, chose qui n’est vraiment pas souhaitable, ou pire : Virer méga frustré contre elle le jour où elle sortira avec un/e collègue de bureau qui va vraiment lui plaire.
Le mieux à faire dans ce temps là : Cesser de se faire des illusions à son sujet, et agir avec elle comme si cette déclaration n’avait jamais été dite et que ces sentiments n’ont jamais existé, et ne plus jamais ramener le sujet.

SITUATION 5 : Après une séance de sexe, tu te sens mal parce que tu n’as pas réussi à faire jouir ta partenaire.
Ce qu’elle dit : Mais non! C’est pas d’ta faute, c’est moi qui étais un peu fatiguée. T’en fais pas, j’ai eu du fun quand même. C’était bien!
Ce que tu comprends : Que ça ira mieux la prochaine fois.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Qui c’est qui t’as appris à baiser? Ta mère? J’aurais probablement eu plus de fun si j’m’étais branlée avec la râpe à fromage.
La preuve : Tu trouverais ça « bien« , toi, de baiser sans que ta partenaire te fasse venir?
Les conséquences : À moins qu’il s’agisse de la personne avec qui tu es en couple, ne te fais pas d’illusions, il n’y aura probablement pas de prochaine fois.
Le mieux à faire dans ce temps là : Rien pour l’instant. S’il s’agit de ta tendre moitié/e, attend quelques jours et essaye d’avoir une discussion au sujet de votre sexualité.

SITUATION 6 : Tu lui propose ta présence et ton aide pour… peu importe!
Ce qu’elle dit : T’es pas obligé.
Ce que tu comprends : Elle craint que ce soit un trop grand effort pour toi et ne voudrait surtout pas te déranger.
Ce qu’elle veut vraiment dire : NON! Je ne veux pas de ta présence.
La preuve : Une personne qui n’a pas besoin de ta présence va te répondre : « Non, c’est correct, ça va aller, merci! » car n’ayant rien à cacher, elle ne craint pas de te blesser. Par contre, une personne qui ne veut pas de ta présence va essayer de te le faire comprendre tout en cherchant instinctivement à cacher ses sentiments négatifs à ton endroit. D’où le « T’es pas obligé! »
Les conséquences : Évidemment, tu t’empresses de la rassurer qu’au contraire ça te fait plaisir. Tu lui imposes donc une présence qui la dérange, ce qui peut juste envenimer votre relation.
Le mieux à faire dans ce temps là : Lui dire que tu reste dispo si elle change d’idée, et ne plus ramener le sujet.

SITUATION 7 : Voilà bien longtemps que tu es friendzoné par cette personne.  Que cette situation te convienne ou non, tu l’as tout de même acceptée, considérant qu’une relation d’amis proches, c’est mieux que rien.
Ce qu’elle dit : C’est rassurant de voir que l’amitié est possible sans qu’il soit question d’amour ou de sexe.
Ce que tu comprends : Que malgré le fait qu’il n’y aura probablement jamais d’amour ou de sexe entre vous deux, votre amitié est plus forte que tout. Vous deux, c’est à la vie à la mort.
Ce qu’elle veut vraiment dire : T’es juste dans ma vie parce que j’ai ni couple ni amis.
La preuve : Est-ce qu’elle est en couple ou a t-elle des amis? Non, sinon elle passerait son temps avec eux, comme les gens normaux.
Les conséquences : Le jour où cette personne trouvera quelqu’un avec qui elle voudra qu’il soit question d’amour et de sexe, elle n’aura plus grand temps à perdre avec toi.
Le mieux à faire dans ce temps là : Profiter de la relation à fond pendant qu’elle passe et ne pas être surpris le jour où elle se finira.

SITUATION 8 : En visite chez cette personne, tu trouves un nouveau numéro de téléphone ou une adresse e-mail sur un bout de papier, et tu lui demandes qui est-ce.
Ce qu’elle dit : Oh, ça c’est rien, tu peux le jeter.
Ce que tu comprends : Que c’est rien et que tu peux le jeter.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Oops, j’ai laissé stupidement traîner les coordonnées du beau gars que j’ai rencontré avant-hier.
La preuve : Si ces coordonnées étaient celles de n’importe qui d’autre, elle n’aurait pas eu peur de te répondre que c’était son patron, un futur employeur, sa belle-sœur, etc. Et puis soyons francs, dans des circonstances où on n’a rien à cacher, personne ne va suggérer à quiconque de jeter un truc qu’on a pris en note.
Les conséquences : Y a t’il du cocufiage dans l’air?  Pas sûr, n’empêche que c’est évident qu’on a quelque chose à te cacher.
Le mieux à faire dans ce temps là : L’empocher sans rien dire, et savourer sa panique. Lorsqu’elle te posera la question pourquoi tu gardes ce papier, il serait peut-être bon de lui demander si elle n’a pas quelque chose à t’avouer.

SITUATION 9 : Cette personne te demande de porter ses sacs ou ses paquets un instant, puis vient pour les reprendre.
Ce qu’elle dit : J’peux les reprendre si c’est trop lourd pour toi.
Ce que tu comprends : Qu’elle te prend pour une nouille trop cuite, de ne pas pouvoir porter ses sacs.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Sers-moi donc de porteur de sacs. J’aime avoir les mains libres.
La preuve : Franchement, comment pourrait-elle s’imaginer que tu ne sois pas capable de porter des sacs qu’elle portait elle-même avant de te les refiler? Elle fait juste jouer sur ton orgueil de mâle pour te manipuler à faire de toi son esclave de ton propre gré.
Les conséquences : Non seulement tu portes ses sacs volontairement,  tu le fais fièrement pour lui montrer que t’es pas une moumoune de Chez Tarlouze.
Le mieux à faire dans ce temps là : Lui rendre ses sacs, et du coup lui montrer que tu ne te laisses pas manipuler.  C’est peut-être mauvais pour la relation, mais pourquoi est-ce que tu voudrais en avoir une avec une personne manipulatrice?  Quand on manipule l’autre sur des trucs anodins, on manipule sur des choses plus importantes.  Méfiance!

SITUATION 10 : Dans une boutique de vêtements, elle tient deux morceaux de linge tout en se regardant dans le miroir.
Ce qu’elle dit : Je sais pas lequel des deux choisir.
Ce que tu comprends : Qu’elle a besoin de ton avis pour l’aider à choisir, car elle ne veut acheter qu’un seul des deux morceaux.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Achète-moi donc les deux, maudit cheap!
La preuve : Peu importe lequel tu vas lui conseiller de prendre, ou bien elle n’arrivera quand même pas à se décider, ou bien elle n’aura pas l’air satisfaite de son achat.
Les conséquences : Tu vas passer ou bien pour mesquin de ne pas lui acheter les deux, ou bien pour stupide de ne pas avoir réussi à saisir le message qu’elle essaye de te passer en douce. Or, personne n’aime sortir avec un mesquin stupide, alors attend-toi à un peu de froideur de sa part à ton égard.
Le mieux à faire dans ce temps là : Dès qu’elle dit qu’elle ne sait pas lequel choisir, lui répondre: C’est dommage que mon budget ne me permette pas de faire en sorte que tu puisses avoir les deux parce qu’ils te vont si bien, surtout celui-là. Non seulement tu n’auras pas l’air avare, tu auras l’air d’être attentif à ce qu’elle porte, ce qui est flatteur. Évidemment, si elle te fait quand même la gueule après ça, c’est que tu as affaire à une personne manipulatrice et exploiteuse dont il vaut mieux se tenir loin.

SITUATION 11 : Vous êtes ensemble et le moment est intime.
Ce qu’elle dit : Je t’aime.
Ce que tu comprends : Qu’elle t’aime.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Je t’aime.
La preuve : Généralement, une personne ne va pas dire Je t’aime à tort et à travers à n’importe qui. Si elle le dit, c’est qu’elle en est vraiment sûre.
Les conséquences : Si c’est réciproque, ça ne peut être que positif.
Le mieux à faire dans ce temps là : Faut-il vraiment que je l’explique?

SITUATION 12 : Vous êtes ensemble et le moment est aux confidences.
Ce qu’elle dit : Je t’aime beaucoup.
Ce que tu comprends : Qu’elle t’aime.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Je t’aime juste au niveau amical, alors il est inutile pour toi d’espérer qu’on va sortir ensemble un jour.
La preuve : Le seul moment où la signification du mot beaucoup devient son propre contraire, c’est lorsqu’il est précédé par les mots Je t’aime. Il serait d’ailleurs temps que ce fait universel soit inclut dans les règles de grammaire.
Les conséquences : Tu risques de mal interpréter son message, et t’attendre à des choses entre vous qui n’arriveront jamais.
Le mieux à faire dans ce temps là : Cesser de se faire des illusions à son sujet, et agir avec elle comme si cette déclaration n’avait jamais été dite et que des sentiments autres qu’amicaux n’ont jamais existé entre vous, et ne plus jamais ramener le sujet.

SITUATION 13 : Tu appelles cette personne pour l’inviter à une sortie.
Ce qu’elle dit : J’vais y penser et j’te rappelle.
Ce que tu comprends : Qu’elle va essayer de se libérer de tout ce qui pourrait l’empêcher de sortir avec toi ce soir.
Ce qu’elle veut vraiment dire : J’vais penser à une bonne raison pour me désister, et j’te rappelle pour te dire que c’est non. Ça, c’est SI je te rappelle.
La preuve : Si l’idée de sortir avec toi ce soir lui avait plu, elle aurait dit oui immédiatement et ensuite se serait arrangée pour se libérer des autres choses. Là, c’est l’inverse: C’est après ton invitation qu’elle cherche autre choses à faire.
Les conséquences : La déception de devoir attendre pour avoir sa réponse sera doublée par la déception de son refus.
Le mieux à faire dans ce temps là : D’autres plans qui ne l’incluent pas.

SITUATION 14 :  En couple stable.  Tu es sur le net ou la télé.  Ta chère moitié est à la cuisine.
Ce qu’elle dit : Il faudrait sortir les poubelles.
Ce que tu comprends : Qu’elle vient de se rendre compte que le sac de poubelle aurait besoin d’être changé, et qu’elle ne fait que commenter la chose à haute voix, tout simplement, avant de le faire elle-même.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Lève-toi donc de ton gros cul pour sortir les poubelles, pauvre inutile.
La preuve : En général, quand on ne veut pas passer pour la personne tyrannique du couple, on n’aime pas tellement donner d’ordres. Quoi de mieux alors qu’un bon sous-entendu pour essayer de passer le message en douce.
Les conséquences : Si tu ne réagis pas, deux choses peuvent arriver: Ou bien elle va penser que tu manques d’intelligence, ou bien pire encore, elle va croire que tu as compris le message, mais feint de l’ignorer.
Le mieux à faire dans ce temps là : Quoi d’autre? Lève-toi de ton gros cul pour sortir les poubelles, pauvre inutile.

SITUATION 15 : Après une soirée où tu lui as payé le resto, le cinéma et le bar, et que tu l’ais raccompagné chez elle, cette personne refuse de te laisser entrer.
Ce qu’elle dit : J’aime mieux pas… Étant donné que tu m’as payé le resto, le cinéma et le bar, j’aurais l’impression d’être obligé de te devoir quelque chose.
Ce que tu comprends : Elle a peur de passer pour quelqu’un qui échange ses faveurs sexuelles contre une soirée toute payée.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Cette excuse est géniale pour pouvoir profiter de toi sans rien te donner en retour.
La preuve : D’abord, c’est l’autre et non toi qui amène le fait que sa sexualité puisse être une récompense pour ce que tu lui as payé. Ce genre de concept ne viendrait pas à l’idée d’une personne non-exploiteuse. Ensuite, si elle n’est pas profiteuse, pourquoi s’est-elle laissé offrir tout ça sans rien dire au moment où tu le faisais?
Les conséquences : Si désormais tu refuses de lui payer ses sorties, elle va te traiter de frustré à cause de son refus de la dernière fois. Si tu payes de nouveau pour elle, elle te servira encore la même rengaine.
Le mieux à faire dans ce temps là : Arrêter les frais et cesser de la fréquenter parce que plus tu insistes et plus tu vas te retrouver dépouillé et frustré. Tires leçon de l’expérience, et tires-toi de là.

SITUATION 16 : Tu lui demande si vous allez coucher ensemble un jour.
Ce qu’elle dit : Cette personne peut donner trois réponses : Oui, ou Non, ou Peut-être.
Ce que tu comprends : Oui si elle dit oui, non si elle dit non, ou peut-être si elle dit peut-être.
Ce qu’elle veut vraiment dire : En fait, si elle dit oui, ça veut dire peut-être. Également, si elle dit non, ça peut encore dire peut-être.  Mais si elle dit peut-être, alors là elle veut dire NON, JAMAIS!
La preuve : Tout le monde peut changer d’idée, en particulier au sujet de la sexualité. Ainsi, ce oui que cette personne affirme ce jour-là pourrait devenir un non lorsque tout bien réfléchi plus tard. Et c’est la même chose pour ce non, en situation inverse évidemment. Par contre, la seule raison pourquoi quelqu’un va répondre peut-être (Ou je sais pas, possible, on verra, et toute autre réponse vague) à une telle question, c’est parce qu’il ne veut pas dire oui puisque ce n’est pas le cas, et qu’il n’ose pas dire non, par crainte de frustrer l’autre.
Les conséquences : Attendre après quelque chose qui n’arrive jamais, c’est frustrant. Et abandonner l’idée de pouvoir coucher avec alors que tu aurais des chances sans le savoir, c’est encore pire.
Le mieux à faire dans ce temps là : Si elle dit oui, essaye-toi, mais arrête immédiatement à partir du moment où elle hésite ou change d’idée.  Parce qu’à partir de là, ça deviendrait du harcèlement.  En fait, le mieux à faire, c’est de ne même pas lui poser la question pour commencer.  Parfois, juste le fait d’essayer de tâter le terrain de cette façon, c’est suffisant pour tout gâcher.

SITUATION 17 : Assis sur un lit, tu lui fais des minoucheries. L’autre a l’air de vraiment apprécier ça, au point d’en être quasiment en extase.
Ce qu’elle dit : Mmmm… Fais pas ça! Si tu continues, tu vas m’allumer et je risque de perdre le contrôle. J’aimerais mieux pas…
Ce que tu comprends : Qu’il/elle ne se sent peut-être pas encore prêt/e pour ça, et qu’il vaudrait mieux arrêter.
Ce qu’elle veut vraiment dire : Continue, prends l’initiative, contrôle-moi, je ne demande que ça.
La preuve : Pourquoi penses-tu que cette personne prend la peine de te dire que tu es en train de l’allumer? Alors si en plus elle se laisse faire et que tout dans son langage corporel montre qu’elle semble apprécier, tu as le feu vert pour continuer.
Les conséquences : Les conséquences d’une telle situation, lorsqu’elle est aussi nébuleuses, sont dangereuses. Aussi… :
Le mieux à faire dans ce temps là : Il fut une époque où j’aurais répondu: « Continuer tant qu’elle n’oppose pas de résistance physique. »  Cependant, ces trente dernières années, beaucoup de gens ont milité afin que tous comprennent que NON veut dire NON. La société n’a donc pas besoin de gens au comportement contreproductif qui continuent à passer l’idée comme quoi un NON puisse pouvoir dire OUI pour peu que l’on insiste.  Aussi… :

SITUATION 18 : Semblable à la précédente, mais tu décides d’arrêter, en lui disant que tu ne veux pas la forcer car tu la respecte.
Ce qu’elle dit : Ah? Ben merci, c’est gentil.
Ce que tu comprends : Qu’elle apprécie que tu ne la brusque pas, ce qui ne peut que te faire marquer des points envers elle.
Ce qu’elle veut vraiment dire : T’es idiot ou quoi? Tu ne te rends pas compte que je ne te résiste pas? T’as jamais vu ça, quelqu’un qui aime se faire désirer, pauvre imbécile?
La preuve : Il y a des gens qui ressentent de forts désirs sexuels mais qui ont de la difficulté à les assumer pour différentes raisons. Dans ce temps là, bien qu’ils vont dire non pour la forme, histoire d’apaiser leur conscience, ils ne demandent pas mieux que l’autre prenne l’initiative d’aller jusqu’au bout.
Les conséquences : La frustration peut pousser l’autre à te donner une réputation de personne trop niaiseuse pour comprendre les messages subtils qui sont « pourtant évidents » à ses propres yeux.
Le mieux à faire dans ce temps là : À moins qu’il soit établi clairement qu’un côté sera passif tandis que l’autre sera actif, le mieux à faire est d’oublier ça. Il vaut mieux passer pourstupide (ce qui est une opinion sans valeur légale) que pour agresseur sexuel (ce qui est grave et dangereux sur le plan légal).  C’est à chacun d’apprendre à être capable de s’exprimer clairement, et non au reste de la société à prendre de dangereux risques à essayer de deviner ce que veut chacun.

SITUATION 19: Tu as passé une excellente soirée avec la personne que tu désires et c’est bien parti pour une folle nuit de plaisir. Mais voila au moment de passer à l’acte, elle change d’idée.
Ce qu’elle dit: Je suis désolée mais je ne peux pas.
Ce que tu comprends: Qu’elle te veux, mais qu’elle hésite à cause d’un facteur extérieur quelconque.
Ce qu’elle veut vraiment dire:  Je suis désolée mais finalement, à bien y penser, je réalise que dans le fond je ne VEUX pas.
La preuve: Quand on veut, on peut. Le simple fait que vous vous êtes rendus jusque-là démontre que oui, elle était tentée, donc que votre nuit de plaisir était possible. …du moins, tant qu’elle était d’accord pour que ça arrive. Mais voilà, ce n’est plus le cas, pour une raison qu’elle n’osera probablement pas avouer: Déjà en couple, honte de devoir s’abaisser à n’avoir que toi à se taper, effet de l’alcool qui s’estompe, etc.
Les conséquences: De ton côté, tu vas probablement ressentir de la frustration sexuelle. Et de son côté, tout va dépendre de ta réaction. Aussi… :
Le mieux à faire dans ce temps-là: Te montrer compréhensif (pour rassurer), lui dire de ne pas s’en faire avec ça et que tu ne lui en veux pas (pour déculpabiliser), et que même si tu trouves ça dommage que ça n’aille pas plus loin (pour flatter son orgueil), tu respectes sa décision (pour lui ôter toute peur), tu as quand même passé une superbe soirée (pour rassurer), et bonne nuit (pour soulager) et à la prochaine (pour lui montrer que sans rancunes). Parce qu’exprimer de la frustration te donnerait la réputation d’un frustré, ce qui n’est jamais bon.  Et insister davantage serait, au yeux de la loi, du harcèlement. Et il n’y a pas une baise ratée au monde qui vaut ça.

SITUATION 20: Vous formez un couple depuis quelques temps.  Ces derniers jours, cette personne semble un peu distante.  Puis, elle t’annonce qu’elle veut casser « temporairement ».
Ce qu’elle dit: Je pense qu’une séparation momentanée ne peut que nous faire du bien.
Ce que tu comprends: Qu’elle veut mettre votre couple sur pause le temps de réfléchir, pour voir ce qui ne va pas entre vous et comment améliorer les choses.
Ce qu’elle veut vraiment dire:  J’ai l’oeil sur une personne bien mieux que toi, mais si on casse et que ça ne marche pas avec lui, je vais me retrouver seul(e). Et ça, je tiens à l’éviter, parce que sortir avec toi c’est quand même mieux que rien. Voilà pourquoi je cherche à te mettre au congélateur en attendant de savoir.
La preuve: Quand on veut sauver son couple, on en discute ensemble pour y réfléchir ensemble et arriver à des solutions ensemble.  Il n’y a qu’une seule raison pourquoi, en plus de vouloir y réfléchir seul, on tient à le faire dans le célibat, et c’est pour se mettre en situation de disponibilité.
Les conséquences: Ou bien ça marche pour elle et ta situation de célibat passe de temporaire à permanente, ou bien ça foire pour elle et tu acceptes d’être son second choix.
Le mieux à faire dans ce temps-là: Qui sait!?  Tu pourrais la reprendre, et elle pourrait recommencer au prochain prospect qu’elle croise.  Tout comme cet échec pourrait l’avoir résignée comme quoi elle n’a pas ce qu’il faut pour plaire à mieux que toi.  Dans le fond, ça dépend de toi, de ton orgueil, ou bien d’à quel point tu es désespéré.

Manipuler l’image pour manipuler la réputation

Depuis quelques années, il y a un court gif animé qui se promène sur le net. Celui-ci montre un bébé d’environs deux ans qui frappe un chat. Le chat ne s’en laisse pas imposer et le frappe en retour.

Et à chaque fois que ce gif est posté quelque part, on peut diviser les commentaires dans ces catégories:

  • 5% de rires et/ou commentaires divers.
  • 10% de commentaires comme quoi les chats sont des animaux dangereux et sournois qu’il ne faut pas avoir chez soi, surtout lorsqu’on a un enfant.
  • 85% de commentaires comme quoi cet enfant n’est qu’une petite merde qui n’a eu que ce qu’il mérite.

Est-ce que vous aussi ressentez la même chose que ce 85% en voyant cette scène? Je vous comprends.  Moi aussi, dès que je l’ai vue, c’est le premier sentiment qui m’est venu en tête. Et pourtant, quelque chose me dérangeait.  Je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus exactement, mais j’avais une vague  impression que qu’il y avait un truc de pas net dans cette scène.

Hier, en revoyant ce gif pour la première fois en deux ans, cette fois-ci sur le mur d’un ami de Facebook, j’ai immédiatement repéré la source de mon malaise. Regardez le visage de l’enfant au début.  Il est terrifié.  Il pleure.  Il regarde en direction de la personne qui tient la caméra.  Son expression est un appel à l’aide.  Une aide qui ne vient pas.  Quant au chat, replié sur lui-même, on voit très bien qu’il est à l’affut, prêt à se défendre.  Il n’a pas le comportement d’un chat agressif qui défend son territoire, mais bien celui d’un animal acculé au pied du mur, et ce malgré tout l’espace vide derrière lui.  Il pourrait fuir, mais il reste là!  Pourquoi?

J’ai vu des enfants agressifs.  Ceux-là foncent sur les chats.  Ici, l’enfant se tient à distance.  J’ai vu des enfants qui étaient amusés par la violence.  Ici, on ne peut pas dire qu’il s’amuse.  Son geste est donc un de désespoir, pour tenir le chat éloigné.  Le chat en a visiblement assez.  Il fonce sur le petit.  J’en ai eu, des chats agressifs, et croyez-moi, lorsqu’ils attaquent, ils ont la persistance du pitbull.  Lui, il a juste poussé le petit, avant de s’enfuir.  Vous savez ce que ça veut dire?  Ça signifie que le chat ET le bébé ne désiraient qu’une chose, et c’est de mettre fin à la situation.

Mais quelle est cette situation, au juste?  Une simple recherche dans la section vidéo de Google en entrant cat vs baby a répondu à ma question.  Regardez un peu ce que j’ai trouvé.  Et il y a du son :

Il manque hélas le début, nous ne pouvons donc pas voir ce qui a amené ce chat à agresser ce bébé.  Une chose est sûre, il ne l’a pas fait de son propre chef.  La preuve:

0:02 Le chat perd intérêt pour le bébé et s’en va.
0:07 le chat quitte le lit.
0:08, soit une seconde plus tard, le chat est de nouveau près de lui, ce qui ne fait aucun sens.

Un chat qui attaque est étiré, les pattes bien allongées devant lui.  Ici, il est replié sur lui-même, en boule.  Il démontre donc qu’il n’est pas dans cette situation volontairement. Bref, on vient de le lancer vers l’enfant.  Et puisque la caméra est restée stable, ça ne peut pas être la personne qui filme qui l’a relancé là.  Il y a donc un second adulte présent.

Le chat est un prédateur, alors pour lui, un cri de douleur, c’est une proie que l’on tue.  Ceci excite ses instincts de chasseur.  Et comme tous les félins, il n’a pas de patience lorsqu’on l’énerve.  Alors naturellement, il griffe, il mord.  Les morsures et les griffes sont douloureuses, le petit garçon panique devant cette agression.  Il recherche l’aide et le réconfort des adultes.  Il pleure en les regardant, attendant un secours qui ne vient jamais, ni de la femme qui se contente de tenir la caméra et de rire, ni de l’homme qui excite le félin contre le bébé.  Comprenant d’instinct qu’il ne peut pas compter sur eux pour que cesse l’agression du chat, il le frappe.  Non pas par agressivité, mais bien par défense.   Ce chat a déjà essayé de fuir le conflit, mais il s’y est fait relancer. Il comprend donc qu’il est acculé.  Ne pouvant pas reculer, il fonce.  Une fois le bébé tombé en bas du lit, le chat semble croire que c’est ce qu’on attendait de lui pour lui permettre de partir, car il fuit de nouveau.

Le bébé n’est pas l’agresseur, ici.  Il est la victime.  Le chat aussi est victime.  Ils ne le sont pas l’un de l’autre.  Ils le sont des adultes irresponsables qui provoquent ce conflit et qui filment la scène en riant.  Et pour finir en beauté, quelqu’un a décidé d’en faire un court gif animé, en prenant bien soin de le couper de façon à donner l’impression que l’enfant est une petite merde mal élevée qui mériterait un bon coup de pied au cul, de frapper ainsi sans provocation un pauvre animal.

Et voilà comment des gens sont capables de provoquer des conflits, pour ensuite prendre des gestes hors de leur contexte, dans le but de manipuler l’opinion publique contre la victime, en lui faisant mensongèrement porter le rôle de l’agresseur.  La victime reçoit hostilité, coups, blessures, avant de voir sa réputation se faire injustement salir.  Et les provocateurs s’en tirent blanc comme neige, car ils réussissent tellement bien à monter notre opinion contre le bébé, on devient automatiquement aveugle à ceux qui, bien cachés derrière la caméra, sont les véritables responsables, qui tirent les ficelles et manipulent les événements.

Il suffit pourtant de peu de choses pour connaitre la vérité.  Il n’y a qu’à s’ouvrir les yeux, comme je l’ai fait, pour voir que quelque chose ne colle pas.  Il n’y a qu’à constater ce qui se passe vraiment.  Et au besoin, faire une simple petite recherche.

Hélas, lorsque les manipulateurs arrivent à provoquer des sentiments négatif du public contre une personne, ça enlève automatiquement à ce public l’envie d’apprendre quoi que ce soit qui puisse l’innocenter.  C’est le cas avec ce gif, et c’est le cas à toutes les fois où quelqu’un utilise une situation isolée hors-contexte dans le but d’entacher la réputation d’autrui.

5 réalités derrière les gros titres

Ces jours-ci, il y a une nouvelle qui fait son petit scandale au Québec: Non seulement une caissière du Provigo a-t-elle été congédiée pour avoir dit à un client qu’un fromage coûtait trois dollars de moins au Walmart, la Cour a donné raison à l’employeur.


(Pour nouvelle complète, cliquez ici)

Congédier une employée qui a dix-huit ans d’ancienneté pour 3$, il y a en effet de quoi scandaliser la population.  Surtout de la manière dont ça s’est passé.  La caissière a voulu rendre service au client et lui faire sauver de l’argent, et ce client l’a remercié en faisant l’effort d’aller trouver la copropriétaire de la place pour la dénoncer. Et voici l’être humain dans toute la splendeur de son âme, mesdames et messieurs.  Aussi bien dire que cette femme est une Sainte, d’avoir ainsi été punie pour sa bonne action, non seulement par son patron, mais aussi par la personne-même qu’elle a voulu aider.

Oui, mais il ne faut pas oublier cinq faits qui sont:

FAIT 1: À salaire révisé une ou deux fois l’an selon la loi, multiplié par 18 ans d’ancienneté, ça en fait probablement l’employée la plus cher payée de cette succursale.

Il y a 18 ans, en 1997, le salaire minimum était $6.80. Même si elle n’avait eu que 50¢ d’augmentation par année (C’est probablement plus, mais c’est juste pour l’exemple), ça lui fait un minimum de $15.80 aujourd’hui.

FAIT 2: À cause du fait précédent, les patrons encouragent le roulement de personnel chez leurs employés en bas de l’échelle. Pourquoi voudraient-ils payer $15.80 une caissière avec 18 ans d’ancienneté quand ils peuvent la remplacer par une nouvelle à $10.55 qui fera aussi bien que l’ancienne après deux semaines d’entrainement? Ils cherchent donc une excuse pour s’en débarrasser.  J’ai vécu quelque chose de semblable il y a 25 ans, lorsque je travaillais au Dunkin Dunuts où j’ai perdu mon emploi suite à une manoeuvre magouilleuse qui allait comme suit:

  • Je travaille à temps plein depuis trois ans.
  • Un jour, mon patron m’appelle pour me dire que je ne travaille plus que les weekends.
  • Une semaine plus tard, il m’appelle pour me dire que je ne travaille plus que le dimanche.
  • Une semaine plus tard, il m’appelle pour me dire que je ne travaille plus que sur appel.
  • Trois semaines plus tard, il ne m’a toujours pas rappelé.
  • Je me rend au bureau du chômage qui me disent que l’attitude de l’employeur équivaut à un renvoi.  Mais pour avoir droit au chômage, je dois aller demander au patron mon document de cessation d’emploi.
  • Puisque j’ai demandé moi-même mon document de cessation d’emploi, le patron a pu écrire DÉPART VOLONTAIRE.
  • Les employés qui quittent volontairement leur emploi n’ont pas droit au chômage.
  • Au salaire où j’étais rendu lorsque j’ai quitté mon emploi, les autres Dunkins ont décliné ma candidature.  Pourquoi payer un employé avec expérience $7.35 de l’heure quand il peut embaucher un nouveau qui fera aussi bien que moi après deux semaines d’entrainement pour $5.85?

À quelque chose malheur fut bon: En voyant que telle sera probablement ma vie professionnelle jusqu’à ma retraite, je suis retourné aux études finir mon 5e secondaire avant de poursuivre au cegep.

FAIT 3: Oui, c’est gentil à elle de vouloir aider les gens à économiser. Hélas, quand on veut garder son travail, ce n’est jamais une bonne idée de mordre la main qui nous nourrit, surtout si elle vous nourrit si bien. Mettez-vous à la place du patron qui voit que non seulement cette caissière lui coûte plus cher que ses autres employés, elle tente de lui faire perdre encore plus d’argent en incitant les clients à aller faire leurs achats ailleurs.

Vous allez dire que ce n’est pas un p’tit Brie à 15$ qui, acheté pour 12$ au Walmart, va faire une grosse différence. En effet! Sauf que moi, des gens qui font de 100$ à 200$ d’épicerie au Provigo et qui vont faire ensuite un détour au Walmart pour sauver 3$ sur un fromage, je n’ai jamais vu ça. Tant qu’à être au Walmart, ils vont faire toute leur épicerie au Walmart. Donc, pas au Provigo, qui perdra ainsi de 100$ à 200$ par clients que cette caissière incite à changer d’épicerie.

Au moment où j’écris ces lignes, le Provigo du quartier Hochelaga-Maisonneuve fermera définitivement ses portes dans moins d’une semaine. Je ne sais pas si ça va mal pour Provigo en général ou si c’est juste celui-là en particulier. C’est juste que je me dis que si c’est général, alors l’attitude de cette caissière, en incitant les clients à aller ailleurs, fait partie du problème. Plus elle incite les clients à aller au Walmart, plus grand est le risque que son Provigo ferme. Et s’il ferme, alors ce sera non pas seulement elle mais bien tout le personnel qui se retrouvera sans emploi.

FAIT 4:  Donc, en résumé: Le Provigo lui verse une fois et demi le salaire minimum (probablement plus), faisant d’elle l’employée en bas de l’échelle la mieux payée de la place. Et elle, en retour, elle incite les clients à aller acheter ailleurs. Sous cet angle, on comprend beaucoup mieux l’argument du Provigo comme quoi elle est déloyale envers son employeur, qui l’a gardé tout ce temps-là en la payant si cher.

FAIT 5:  TVA nouvelles, que je ne pointe pas du doigt puisque c’est pareil pour tous les autres médias, ont besoin de nouvelles choquantes pour attirer les clic-clic-clic qui payent-payent-payent. Alors quoi de plus choquant que de dire: « Une caissière avec 18 ans d’ancienneté a perdu sa job pour 3$ » ?

Techniquement, ça a beau ne pas être faux, il n’en demeure pas moins que ce genre d’histoire n’est jamais aussi minimaliste que les médias veulent nous le faire croire.

%d blogueurs aiment cette page :