Manipuler l’image pour manipuler la réputation

Depuis quelques années, il y a un court gif animé qui se promène sur le net. Celui-ci montre un bébé d’environs deux ans qui frappe un chat. Le chat ne s’en laisse pas imposer et le frappe en retour.

Et à chaque fois que ce gif est posté quelque part, on peut diviser les commentaires dans ces catégories:

  • 5% de rires et/ou commentaires divers.
  • 10% de commentaires comme quoi les chats sont des animaux dangereux et sournois qu’il ne faut pas avoir chez soi, surtout lorsqu’on a un enfant.
  • 85% de commentaires comme quoi cet enfant n’est qu’une petite merde qui n’a eu que ce qu’il mérite.

Est-ce que vous aussi ressentez la même chose que ce 85% en voyant cette scène? Je vous comprends.  Moi aussi, dès que je l’ai vue, c’est le premier sentiment qui m’est venu en tête. Et pourtant, quelque chose me dérangeait.  Je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus exactement, mais j’avais une vague  impression que qu’il y avait un truc de pas net dans cette scène.

Hier, en revoyant ce gif pour la première fois en deux ans, cette fois-ci sur le mur d’un ami de Facebook, j’ai immédiatement repéré la source de mon malaise. Regardez le visage de l’enfant au début.  Il est terrifié.  Il pleure.  Il regarde en direction de la personne qui tient la caméra.  Son expression est un appel à l’aide.  Une aide qui ne vient pas.  Quant au chat, replié sur lui-même, on voit très bien qu’il est à l’affut, prêt à se défendre.  Il n’a pas le comportement d’un chat agressif qui défend son territoire, mais bien celui d’un animal acculé au pied du mur, et ce malgré tout l’espace vide derrière lui.  Il pourrait fuir, mais il reste là!  Pourquoi?

J’ai vu des enfants agressifs.  Ceux-là foncent sur les chats.  Ici, l’enfant se tient à distance.  J’ai vu des enfants qui étaient amusés par la violence.  Ici, on ne peut pas dire qu’il s’amuse.  Son geste est donc un de désespoir, pour tenir le chat éloigné.  Le chat en a visiblement assez.  Il fonce sur le petit.  J’en ai eu, des chats agressifs, et croyez-moi, lorsqu’ils attaquent, ils ont la persistance du pitbull.  Lui, il a juste poussé le petit, avant de s’enfuir.  Vous savez ce que ça veut dire?  Ça signifie que le chat ET le bébé ne désiraient qu’une chose, et c’est de mettre fin à la situation.

Mais quelle est cette situation, au juste?  Une simple recherche dans la section vidéo de Google en entrant cat vs baby a répondu à ma question.  Regardez un peu ce que j’ai trouvé.  Et il y a du son :

Il manque hélas le début, nous ne pouvons donc pas voir ce qui a amené ce chat à agresser ce bébé.  Une chose est sûre, il ne l’a pas fait de son propre chef.  La preuve:

0:02 Le chat perd intérêt pour le bébé et s’en va.
0:07 le chat quitte le lit.
0:08, soit une seconde plus tard, le chat est de nouveau près de lui, ce qui ne fait aucun sens.

Un chat qui attaque est étiré, les pattes bien allongées devant lui.  Ici, il est replié sur lui-même, en boule.  Il démontre donc qu’il n’est pas dans cette situation volontairement. Bref, on vient de le lancer vers l’enfant.  Et puisque la caméra est restée stable, ça ne peut pas être la personne qui filme qui l’a relancé là.  Il y a donc un second adulte présent.

Le chat est un prédateur, alors pour lui, un cri de douleur, c’est une proie que l’on tue.  Ceci excite ses instincts de chasseur.  Et comme tous les félins, il n’a pas de patience lorsqu’on l’énerve.  Alors naturellement, il griffe, il mord.  Les morsures et les griffes sont douloureuses, le petit garçon panique devant cette agression.  Il recherche l’aide et le réconfort des adultes.  Il pleure en les regardant, attendant un secours qui ne vient jamais, ni de la femme qui se contente de tenir la caméra et de rire, ni de l’homme qui excite le félin contre le bébé.  Comprenant d’instinct qu’il ne peut pas compter sur eux pour que cesse l’agression du chat, il le frappe.  Non pas par agressivité, mais bien par défense.   Ce chat a déjà essayé de fuir le conflit, mais il s’y est fait relancer. Il comprend donc qu’il est acculé.  Ne pouvant pas reculer, il fonce.  Une fois le bébé tombé en bas du lit, le chat semble croire que c’est ce qu’on attendait de lui pour lui permettre de partir, car il fuit de nouveau.

Le bébé n’est pas l’agresseur, ici.  Il est la victime.  Le chat aussi est victime.  Ils ne le sont pas l’un de l’autre.  Ils le sont des adultes irresponsables qui provoquent ce conflit et qui filment la scène en riant.  Et pour finir en beauté, quelqu’un a décidé d’en faire un court gif animé, en prenant bien soin de le couper de façon à donner l’impression que l’enfant est une petite merde mal élevée qui mériterait un bon coup de pied au cul, de frapper ainsi sans provocation un pauvre animal.

Et voilà comment des gens sont capables de provoquer des conflits, pour ensuite prendre des gestes hors de leur contexte, dans le but de manipuler l’opinion publique contre la victime, en lui faisant mensongèrement porter le rôle de l’agresseur.  La victime reçoit hostilité, coups, blessures, avant de voir sa réputation se faire injustement salir.  Et les provocateurs s’en tirent blanc comme neige, car ils réussissent tellement bien à monter notre opinion contre le bébé, on devient automatiquement aveugle à ceux qui, bien cachés derrière la caméra, sont les véritables responsables, qui tirent les ficelles et manipulent les événements.

Il suffit pourtant de peu de choses pour connaitre la vérité.  Il n’y a qu’à s’ouvrir les yeux, comme je l’ai fait, pour voir que quelque chose ne colle pas.  Il n’y a qu’à constater ce qui se passe vraiment.  Et au besoin, faire une simple petite recherche.

Hélas, lorsque les manipulateurs arrivent à provoquer des sentiments négatif du public contre une personne, ça enlève automatiquement à ce public l’envie d’apprendre quoi que ce soit qui puisse l’innocenter.  C’est le cas avec ce gif, et c’est le cas à toutes les fois où quelqu’un utilise une situation isolée hors-contexte dans le but d’entacher la réputation d’autrui.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Psychologie et comportement social. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Manipuler l’image pour manipuler la réputation

  1. Merci pour cette analyse et cet effort de clarification.

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s