Mes NON de famille

Ma première copine, Richer-Joly, était bien nommée.
La seconde, Comte-Aubut, arrivait toujours à gagner.
J’ai eu Monet-Royal, et son revenu colossal.
Avant que Lamie-Gall aille me capturer dans sa toile.
Mam’zelle Lepire-Marchand servait assez mal ses clients.
Et Dulac-St-Jean se reconnaissait par son accent.
Mademoiselle Hétu-Dion allait à l’université,
Et se trouvait en classe de Maths avec Racine-Carré.
La pauvre Viau-Paradis n’a pas vécue longtemps.
Et miss Lagarde-Dery voulait de moi beaucoup d’enfants.
Larivière-Richelieu alla se jeter dans le fleuve.
Quand je l’ai quittée pour aller chez Labelle-Maisonneuve.
Aucune amante n’était aussi chaude que Laflamme-Dufour.
Mais mon cœur appartenait à Montpetit-Brindamour.
Lafleur-Delage était jeune et au sommet de sa forme.
Alarie-Dugas aimait surtout se moquer des hommes.
La grande Tremblay-Vandal était en techniques policières.
D’être née au Québec, Patry-Hotte était vraiment fière.
Madame Dubois-Brûlé vit maintenant dans un foyer.
J’ai eu Malo-Talon, celle-là elle m’a bien fait marcher.
Toujours à sa fenêtre on retrouvait Déry-Daudelin.
Avec Beauregard-Daigle, elle espionnait tous les voisins.
Miss Avard-Fortuné était une femme plutôt radine.
Mademoiselle Turmel-Auclair vendait des filtres à piscines.
Levert-Derome avait un sérieux problème de boisson.
Et Dussault-Montrose dégageait un arôme de poisson.
Il y a eu Plouffe-Aubin, une maniaque de propreté.
Delage-Gingras manquait beaucoup trop de maturité.
Paiement-Tardif réglait trop souvent ses comptes en retard.
Gagnon-Lapalme, comme d’habitude, remportait la victoire.
Miss Méthot-Matte faisait de très bonnes sauces à spaghetti.
Mercier-Bienvenu était une demoiselle polie.
Carrière-Rathé ne gardait jamais d’emploi très longtemps.
Hétu-Généreux ne me voulait que pour mon argent.
Puisque Leroux-Pion passait ses journées à dormir.
J’ai eu ma thérapeute sexuelle, Sauvé-Monplaisir.
Lafond-Dery, une forgeronne, travaillait le métal.
Légaré-Delisle se perdait toujours dans Montréal.
Il y a eu Tessier-Dutronc, amputée de moitié.
Et puis Perdue-Montcalm, toujours en train de paniquer.
N’importe qui pouvait coucher chez Lido-Desautels.
Alors que Garant-Thivierge se garda pure pour l’autel.
Allaire-Thérrien ne voulait surtout pas faire de remous.
Mongrain-Decelles, par contre, avait son opinion sur tout.
C’était une peintre très occupée, miss Arpin-Lamontagne.
Je regrette tant d’avoir un jour pris une Brosseau-Champagne.
Lara-Courcy n’avait en guise de jambes que des moignons.
Nulle ne cuisinait mieux que cette chère Leboeuf-Bourgignon.
Il y a eu Lépine-Hotte, j’en suis devenu allergique.
Pageau-Lee était, hélas, complexée par son physique.
À tous les jours, Beaujoie-Levert ne faisait que frustrer.
Comme Desmarteau-Pilon, elle ne voulait que tout casser.
Despins-Gouin prétendait avoir une origine inuit.
Quand à miss Meunier-Tudor, son moulin allait trop vite.
Avec Beaugrand-Perron, il nous fallait Talon-Chaussé.
Avec Épars-Pion, il nous fallait Lara-Massé.
Cette fois je suis à bout, découragé, Mondoux-Seigneur
J’ai bien cherché partout, je vois qu’il y a Riendeau-Tailleur.
Céder à Laprès-Sillon, ça je l’ai toujours refusé.
Célibat choisissons, mon nom est Gemme-Laliberté.

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les prophètes auto-réalisateurs et votre reputation (Le retour)

AVERTISSEMENT : Ce billet comporte des scènes sexuelles explicites enrichies de TMI.  Vous v’là prévenus.

Par le passé, je vous ai déjà parlé des prophètes auto-réalisateurs.  Il s’agit de gens qui vous accusent de quelque chose de faux, de manière à ce que la dite chose s’accomplisse. L’un des exemples les plus classique est la personne qui ne cesse de vous reprocher à tort d’être susceptible, jusqu’au moment où cette accusation non-fondée finisse par vous énerver, ce qui lui donne automatiquement raison.  C’est ce qui en fait une prophétie auto-réalisatrice.

Du reste, les prophètes auto-réalisateurs sont assez facile à repérer :  Si le défaut qu’ils vous accusent d’avoir est quelque chose que vous avez déjà entendu quelques fois à votre sujet, alors grande sont les chances que ce soit vrai.  Par contre, si c’est un défaut qu’ils sont les seuls à  voir en vous, il y a de grandes chances que ce soit totalement injustifié, donc faux.

Il me revient en tête un exemple particulièrement frustrant que j’ai vécu personnellement, dans lequel une fille a réussi à me faire passer pour quelque chose que je ne suis pas.  Et elle a tellement bien réussi qu’il m’était impossible de m’en disculper.  Ça va comme suit :     

Il y a quelques années, je vous ai parlé d’une certaine Christine, avec qui je travaillais au Dunkin Donuts de Ville-Émard coin Monk et Jolicoeur en 1991.   En résumé : Je travaille avec cette jolie jeune femme d’allure semi-punk et de physique naturellement costaud.  Un jour, elle m’a proposé que nous devenions amants, ce que j’ai bien évidemment accepté.

Au bout de trois semaines, alors qu’il n’y a toujours rien eu entre nous, voilà qu’elle commence à me demander si je suis frustré, de ne pas avoir encore obtenu le sexe qu’elle me promet depuis 21 jours.  Voyant qu’au contraire je ne m’attendais à rien de sa part, elle m’invite au motel, allant jusqu’à payer la chambre elle-même.  Et là, non-stop, elle me met de la pression pour que je la baise, tout en multipliant les obstacles pour m’empêcher de le faire.  Et bien que je reste calme, compréhensif et patient, elle ne cesse de m’accuser d’être frustré.  À ce moment-là, avec calme et logique, j’ai réussi à la coincer dans une confrontation verbale dans laquelle elle n’a eu d’autre choix que de reconnaitre que de nous deux, c’était elle, depuis le début, qui avait le comportement de merde et la personnalité qui vient avec.

J’avais commencé à vous réciter notre histoire, pour finalement arrêter au bout de sept billets.  (Liens plus bas, à la fin de ce billet-ci.) J’avais conclus la série avant d’en arriver à l’époque où elle avait vraiment fini par devenir mon amante.  

Voilà un mois que j’habite seul dans un demi-sous-sol.  La place vient avec un petit comptoir-table fixe avec deux grands tabourets de bar.  Christine ayant payé une partie du premier mois de loyer, je lui ai laissé un double des clés, ce qui fait qu’elle vient souvent m’y tenir compagnie.  

Ce jour-là, chez moi, par ce bel après-midi de juin alors que nous avons congé, elle me parle du film qu’elle a vu la veille, Le Déclin de l’Empire Américain.  Elle me décrit une scène dans laquelle un homme d’âge mûr visite un salon de massage érotique.  Tandis que la jeune masseuse masturbe l’homme, elle lui raconte qu’elle fait ça pour payer l’université, et elle lui décrit de long en large le contenu de ses études de sociologie.  Bref, une atmosphère qui est tout sauf érotique.  Puis, timidement, l’homme l’interrompt en disant « Excusez-moi, mademoiselle.  Je vais jouir. »   Christine était particulièrement amusée par cette scène.  

« As-tu déjà vu ce film-là? »
« Non! »
« Ah, ok, fa que tu peux pas vraiment comprendre la scène. »
« Pas grave, tu en fais une bonne description. »

Elle jette un coup d’œil du côté du divan-lit et y voit mon oreiller.

« Je pourrais te la refaire.  Est-ce que ça te tenterait? »
« Euh…!?  Ok! »

Après l’humiliant séjour au motel qu’elle m’a fait subir il y a un mois et demi, le sujet du sexe n’est jamais revenu entre nous.  Aussi, si j’accepte, ce n’est pas par espoir sexuel, mais bien par curiosité.  Car, en sachant maintenant à quel point elle ressent du malaise face à l’intimité sexuelle, je me demande bien ce qu’elle va m’inventer pour me « montrer » une scène de branlette.  

Elle se lève, va au divan-lit, ramène mon oreiller et le pose sur le comptoir-table, au coin où celui-ci est fixé au mur.

« Couche-toi! »
« Euh… Là, sur la table? »
« Bah ouais! Si t’as envie que je te le fasse.  Est-ce que t’as de l’huile pour bébé dans la salle de bain? »
« Dans la pharmacie! »

Elle s’en va aussitôt dans la salle de bain, pour en ressortir avec la bouteille d’huile Baby’s Own de Johnson & Johnson.  Contre toute attente, sa proposition semble vraiment sérieuse.  Bien que j’en sois surpris, je ne me fais pas prier.  Je me couche.  Le comptoir-table est petit et mon fessier arrive tout juste sur le rebord de l’extrémité opposée.  Mais c’est exactement ce que Christine espérait.   En s’emparant d’un tabouret, elle me suggère d’enlever pantalon et caleçon.  Réalisant que ça va vraiment arriver, je m’exécute, l’engin déjà au garde-à-vous.  Elle s’installe entre mes jambes, sur le tabouret.  Elle se verse de l’huile dans la paume, se frotte les deux mains, puis, doucement, elle me l’empoigne et amorce un mouvement de haut en bas.  

J’ai, à ce moment-là, 22 ans.  Je suis au sommet de ma forme sexuelle.  Voilà deux mois qu’elle me promet du sexe, et voilà que ça arrive enfin.  Et c’est formidablement bon.  Comme je l’ai souvent écrit depuis que je tiens ce blog, 75% de mon excitation provient du fait de savoir que ma partenaire en a envie.  Et là, c’est elle qui a amorcé la chose.  Et c’est elle qui est active.  Et c’est elle qui veut me faire jouir.  Par consequent, je suis super excité.

La poigne de sa main chaude qui glisse en montant et descendant me procure une sensation de plaisir extrême tel que je n’en avais jusque-là jamais connu.  Car bien que j’avais déjà eu quelques partenaires sexuelles avant elle, aucune ne m’avait jamais fait ça.  Avec les autres, je ne faisais que prendre mon plaisir moi-même, après m’être occupé d’elles.  Christine est la première à faire l’effort de s’occuper de moi en premier.  En fait, elle est la première à s’occuper de moi sexuellement tout court.   Voyant que je regarde avec fascination ce qu’elle est en train de faire, elle en rajoute.  Malgré l’huile, tout en me regardant droit dans les yeux, elle se penche, sort la langue et me la passe doucement sur le bout.  Je sens déjà les premiers signes de l’orgasme qui commen-

« Vous voulez un beigne fourré à la crème et un café?  Ok!  Un chausson avec ça? »

Euh…  Pourquoi est-ce qu’elle me parle comme si j’étais un client du Dunkin Donuts?

« Une douzaine de munchkins et un muffin aux bleuets? Bien sûr monsieur! »

Non seulement ses paroles déraillent l’atmosphère, elles me mettent dans un état de totale incompréhension.  Qu’est-ce qui lui prend, de dire ces conneries pareilles, alors qu’elle me masturbe?   Ça dépasse mon entendement.  Et bien que le mouvement de ses mains me garde raide, ses paroles sans rapport gâchent le moment, détruisant tout érotisme.  

Aujourd’hui, je réalise qu’elle essayait probablement d’adapter à son propre vécu le rôle de la masseuse du Déclin de l’Empire Américain.  Également, avec du recul, je peux comprendre que la situation pouvait la mettre un peu mal à l’aise, surtout si elle avait encore de la difficulté à concilier ses désirs sexuels avec son éducation religieuse stricte.  Normal que dans ce temps-là, on se réfugie dans l’humour et la dérision pour détendre l’atmosphère.  Mais à l’époque, je n’avais pas compris ça.  Tout ce que je voyais, c’était qu’encore une fois, tout comme elle l’avait fait au motel  six semaines plus tôt, elle m’entrainait dans une activité sexuelle pour ensuite y dresser des obstacles afin de m’empêcher d’en jouir.  J’ai donc vu sa proposition masturbatoire comme un piège élaboré qu’elle avait mis au point dans le but de me frustrer sexuellement.  

De voir qu’après tout ce temps elle cherchait encore à m’humilier en rapport à l’aspect sexuel de notre relation, ça m’a mis dans un état de rage.  Rage que j’ai néanmoins réussi à contrôler.  J’ai juste remis ma tête sur l’oreiller, j’ai fermé les yeux, je me suis concentré à imaginer des scènes full cochonnes, tout en ignorant du mieux que je pouvais la voix de Christine qui, maintenant, récitait a capella des chansons de pubs télé du Dunkin.

Tu parles d’un truc à chanter à un gars pendant que tu lui manipules le zgeg!

Après de longues minutes, elle me dit d’un ton de voix moqueur:

« Eh ben!? T’en mets, du temps pour venir! »

Si j’avais encore le moindre doute comme quoi elle ne cherchait qu’à se moquer de moi, ces paroles les dissipent automatiquement.  Exaspéré, je me redresse :

 » MAIS TA YEULE! »

Elle me regarde, bouche bée, sous le choc.  Elle ne devait pas s’attendre à ça.  Je poursuis, tout aussi enragé.

 » D’abord, tu fais exprès pour dire des niaiseries pour me distraire, pour que j’puisse pas venir.  Et après ça, tu me reproche de pas venir.  Non mais tu te vois-tu agir?  Tu vois pas que le problème que tu me reproches, c’en est un que tu causes toi-même?  ENCORE UNE FOIS! « 

Christine me regarde, toujours silencieuse, toujours désemparée.  Je me recouche.  Avec une voix un peu plus calme, je dis:

 » R’garde, si t’as pas envie de me branler, arrête!  Ok?  J’ai jamais forcé personne à faire quoi que ce soit.  Fa que, fais-le, fais-le pas, mais branche-toé, pis arrête de me faire niaiser. »

Elle recommence à me masturber.  Silencieusement cette fois,  J’avoue que je ne m’y attendais pas.  N’empêche qu’encore une fois, à cause de ses conneries, la belle atmosphère intime, érotique, et surtout positive, qu’il y avait enfin entre nous, est irrémédiablement gâchée.  Puisque la vue de sa moue de culpabilité et de tristesse n’a rien d’excitant, je ferme les yeux et me concentre sur autre chose.

Au bout de quelques minutes, je sens de nouveau les premiers signes d’un orgasme qui commencent à monter en moi.  Pendant un instant, je songe à y mettre du mien et remettre du positif entre nous en lui disant « Excusez-moi, mademoiselle.  Je vais jouir. »   Je suis sûr que ça l’amuserait et que ça désamorcerait la situation.  Mais au final, je décide que non.  Elle m’a tellement fait chier en gâchant ce qui est techniquement notre première fois, que je considère qu’elle ne mérite pas que je lui fasse cette faveur.   Et puis d’abord, pourquoi est-ce que ce serait à moi de régler un problem qu’elle a causé?  Ma dernière pensée avant d’atteindre la conclusion orgasmique tant attendue est:

 » Ces deux derniers mois, elle a travaillé très fort pour faire de moi un frustré sexuel.  Elle a bien mérité de récolter le fruit de ses efforts. »

Et c’est avec cette dynamique de merde que notre relation a commencé à être sexuelle.

Peu à peu, à chaque fois, nous nous voyions, nous allions de plus en plus loin.  Ça a pris du temps puisqu’à chaque fois je respectais ses limites sans discuter.  Mais éventuellement, nous avons fini par avoir des rapports complets.  

Mais voilà, ça ne rendait pas notre vie sexuelle plus normale pour autant, comme je l’ai amèrement constaté dans les jours qui ont suivis.  

Un soir, alors que je sens que je suis en train de l’amener à l’orgasme, elle me demande d’arrêter.  J’arrête!  Elle dit:

« Ouf!  T’as vraiment failli réussir cette fois. »
« Failli réussir quoi? »
« À me faire venir. »
« HEIN!? Mais pourquoi tu m’as fait arrêter? »
« Je ne veux rien te devoir. »

La première fois, j’ai trouvé la chose aberrante.  Je veux dire, au nombre de filles qui se plaignent que leurs chums sont égoistes au lit, moi je fais l’effort de me préoccuper de son plaisir, et elle refuse.  Je suppose qu’en quelque part, en m’empêchant de la faire jouir, elle égratignait mon orgueil de mâle qui aime se dire qu’il est un bon baiseur.  Mais là encore, j’ai décidé de prendre la chose avec cynisme.  Elle ne veut pas jouir?  Très bien!  Elle veut que je sois le seul qui en profite quand on baise?  D’accord!  C’est son choix.  Pour ma part, je ne vois pas pourquoi je m’empêcherais d’avoir du plaisir, alors je ne vais certainement pas m’en priver.

Une autre chose qu’elle me rappelait souvent, c’est qu’elle n’avait pas envie de pratiquer la sodomie.  C’est elle qui a amené le sujet.  De la façon dont je voyais ça, elle faisait juste me prévenir d’avance des pratiques qu’elle était à l’aise de faire ou non, voilà tout.  Cette interdiction ne me dérangeait pas le moins du monde.  Premièrement, jamais je ne le lui aurais suggéré.  Et ensuite, même si j’en avais eu envie, à partir du moment où elle m’avait dit non, jamais je n’en aurais reparlé.  Quand une fille me met ses limites, je me les tiens pour dit.

Malgré mon manque évident d’intérêt pour ses fesses, à chaque fois que l’on baisait, elle ne manquait jamais de me préciser que cet orifice m’était interdit.  À chaque fois, je répondais d’une voix calme et rassurante des trucs du style de « Bah non! », « Rien à craindre! », « Je sais! », « Pas de problème! », « Oui, je l’ai bien compris les vingt-sept dernières fois où tu me l’as dit! » …  Je trouvais ça un peu ennuyant et répétitif, mais bon, si ça l’amuse de se répéter pour rien, c’est son choix.

Un soir, alors que nous travaillions ensemble au Dunkin, je viens pour lui demander un truc en rapport à notre travail.

« Christine!  Est-ce que tu… »
« Non, Steve!  J’te l’ai déjà dit, que j’ai pas envie que tu m’encules. »

Insister pour me refuser non-stop une sodomie que je ne lui ai jamais demandé, passe encore si nous sommes dans un contexte sexuel.  À ce moment-là, je peux comprendre qu’elle puisse craindre que je m’essaye.  Mais LÀ?  Au travail?  En m’accusant mensongèrement de le lui avoir demandé?  C’est pire que de la provocation.  C’est pire que du trollisme.  C’est une tentative gratuite d’essayer de me faire passer pour quelque chose que je ne suis pas, que je n’ai jamais été et que je ne serai jamais.  Autrement dit, c’est une insistante tentative de salir ma réputation.  Et ça a beau n’être qu’entre nous deux, je ne l’accepte tabarnaquement pas.

« HEY! ÇA SUFFIT! »  

Comme d’habitude, elle sursaute devant mon ton de voix enragé.  Je poursuis.

« Est-ce que j’ai déjà essayé de t’enculer?  Hein?  Ben envoye, répond!  Est-ce que j’ai déjà envoyé ma queue se promener du côté de ton cul? »
« N-non! »
« Est-ce que je te l’ai déjà demandé? »
« Non! »
« Est-ce que je te l’ai déjà suggéré? »
« Non! »
« Est-ce que j’ai déjà amené le sujet de quelque façon que ce soit? »
« Non! »
« BON BEN FARME DONC TA CRISSE DE YEULE, TABARNAK! »

Eh ouais, lorsque je suis vraiment exaspéré, je reprends l’accent québécois que mon éducation arrive d’habitude à masquer.  Je suppose que cette fois, j’y suis allé un peu fort, autant dans le propos que dans le volume, car les deux caissières viennent nous rejoindre dans la cuisine.

« Ben voyons?  C’est quoi qu’y s’passe? »

Christine se tourne vers elles et, d’une voix nerveuse, leur dit:

« Je viens de dire à Steve que j’voulais pas qu’il m’encule, pis ça l’a frustré. »

Les caissières me regardent avec un air d’aberration au visage.  Sentiment que je partage, en constatant le piège dans lequel Christine vient de me faire tomber.  Elle rajoute:

« Pis c’est pas la première fois que je le lui dit, en plus. »

Le visage des caissières passe de choqué à méprisant, dégoûté.  Je reste silencieux.  Paralysé par le choc de ce qui vient de se passer.  Totalement bouché.  Qu’est-ce que je suis supposé faire, maintenant?  Peu importe ce que je pourrais dire pour essayer de me disculper, je n’aurais aucune crédibilité.  

C’est que techniquement, elle ne ment pas.  Oui, je viens de l’engueuler.  Oui, c’est parce qu’elle vient de me dire qu’elle ne voulait pas être sodomisée.  Et oui, c’est quelque chose qu’elle m’a dit à répétition.  Si j’essaye d’expliquer que ça fait un mois qu’elle me dit ça sans raisons puisque je ne le lui ai jamais demandé, personne ne va me croire.

En moins de 24 heures, ma réputation était totalement salie dans cette succursale de Dunkin Donuts, autant parmi les employés que chez certains clients réguliers, à qui les caissières n’ont pas manqué de répéter ça.  Il a fallu que je démissionne quelques jours plus tard tellement l’atmosphère était devenu invivable.  Ce qui, à l’avis de quelques cyniques, constituait, de ma part, un aveu de culpabilité.

Consciemment ou non, Christine avait bien planifié son coup.  Depuis le début de notre relation en tant qu’amants, elle ressentait le besoin implacable de me faire passer pour un frustré sexuel.  Et lorsqu’elle me refaisait à sa manière la scène de branlette du Déclin de l’Empire Américain, elle a pu voir que la meilleure façon de me faire enrager, c’était de me faire subir une accusation mensongère.  À partir de là, elle n’avait qu’à agir de manière à m’accuser, en sous-entendus, d’être quelque chose que je ne suis pas, dans ce cas-ci, un harcelant sodomite, et le refaire non-stop pour me faire monter la pression.  Et en voyant que, malgré mon exasperation, je restais comprehensif puisque c’était dans un contexte sexuel, elle a trouvé comment me faire péter les plombs:  Me faire ce reproche mensonger dans un contexte non-sexuel, donc de manière totalement injustifiée.  Et quel meilleur endroit pour ça que sur notre lieu de travail, en presence de témoins.  Il ne lui resterait plus qu’à interpréter les faits à sa manière devant eux pour atteindre enfin ce but qu’elle s’était donné trois mois plus tôt.

Et elle a réussi.  Aux yeux de tous, j’étais un frustré sexuel.

Pourquoi agissait-elle ainsi?  Je ne l’ai jamais su, et je ne le saurai jamais.  Si ça se trouve, Christine elle-même ne le savait probablement meme pas non plus.  Mais bon, peu importe la raison pourquoi elle ressentait le besoin de me coller l’étiquette de frustré sexuel –en fait, peu importe si elle avait une raison pour commencer—  ça ne change rien au fait qu’elle en ressentait le besoin.   Et que ce besoin était plus fort qu’elle.  Plus fort que toute logique.  Plus fort que tout ce que je pouvais dire ou non, ou faire ou non, pour lui montrer qu’elle se trompait à mon sujet.  La seule vérité qui intéresse les gens, c’est celle qui va dans le sens de leurs intérêts.  Dans cette optique, ce que j’étais vraiment, elle n’en avait rien à chier.  Pour elle, seule comptait l’image qu’elle avait choisi d’avoir de moi, et de (se) le prouver.  

Lorsque vous voyez qu’une personne de votre entourage essaye de vous faire passer pour quelque chose que vous n’êtes pas, éloignez-vous-en.   Limitez les contacts, et coupez les ponts si c’est possible.  Parce qu’une personne qui est vraiment déterminée à vous donner mauvaise réputation va toujours réussir à le faire.
_________________
QUELQUES LIENS:

Christine, la première partie, si vous voulez l’histoire au complet, ça débute ici.
Christine; Motel California, si vous voulez juste l’anecdote du motel.
Les prophètes auto-réalisateurs et votre reputation 1.  Le premier billet de cette série.
Les prophètes auto-réalisateurs et votre reputation 2.  Et sa suite.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le jour où tout a basculé (4 de 4)

Mardi 15 mai 2018.  Trois mois, jour pour jour, après la chute dans l’escalier qui m’a rompu une vertèbre et qui m’a mis en arrêt de travail, m’empêchant de reprendre mon boulot de concierge.   

Le téléphone sonne.  Je réponds.  C’est La Firme. L’enquête judiciaire et de crédit est revenue. Tout est Ok.

Je suis embauché. 

Je commence lundi le 28.  À leur nouvelle succursale à Hull.  J’ai donc moins de deux semaines pour me trouver un appartement et déménager. En attendant, on m’explique tout ce que ça implique, d’être à leur emploi:

  • Trois semaines de formation, payée.
  • Un salaire concurrentiel.  Et en effet, jamais n’ai-je gagné autant.
  • Régime d’assurances collectives.
  • Remboursement de 50 à 80% sur certains frais médicaux, tels (dans mon cas personnel) soins dentaires, prothèses dentaires et orthèses.
  • Régime d’achats d’actions à 3% prélevé de mon salaire, auquel La Firme nous donne un autre 3% en bonus.
  • Prime salariale de déplacement, de 4%.
  • Si j’accepte de travailler de soir ou de nuit, la prime de quart est de 10% de mon salaire.
  • Frais de déménagements remboursés.
  • 50% de rabais sur tout abonnement à un gym de la chaîne Nautilus.
  • Club social et autres activités propres à renforcer les liens entre collègues et patrons.
  • Et ce qui n’est pas négligeable, tel que décrit dans les dépliants, le coût de la vie à Hull est bien moins élevé qu’à Montréal.

On m’a ensuite envoyé mon contrat de travail par courriel.  Je l’ai lu, approuvé, signé et renvoyé.  J’ai reçu un accusé de réception.

Voilà!  Je suis maintenant officiellement un employé de La Firme.  Mon titre est conseiller, mon poste est technicien au centre d’assistance. Et puisque là-bas, tout est à faire, tout est à apprendre, toutes les portes me seront ouvertes pour peu que je montre mon envie de travailler, ma volonté d’apprendre, et mon désir de grimper les échelons. 

Et ceci marque la fin d’une longue (et triste) époque.
Dans deux mois, j’aurai 50 ans.  Là-dessus, de mes 24 à 48 ans, soit la moitié de ma vie à ce moment-là, j’ai vu la majorité de mes revenus se faire détourner en rapport à mes enfants et à leur mère.  Depuis que la cadette a atteint ses 18 ans il y a deux ans, je ne dois plus rien à personne. Aujourd’hui, à la veille de mes 50 ans, je peux enfin envisager une vie professionnelle fructueuse et prospère.  Je peux enfin commencer ma vie d’adulte avec les revenus d’un adulte.

Pendant de trop longues années, je déplorais le fait que mes responsabilités parentales, et une ex trop hargneuse qui a toujours préféré me détruire que de nous construire, sabotait tous les efforts que je mettais pour me tirer de la merde.  À ce moment-là, on m’a accusé de jouer les pauvres victimes, de préférer blâmer les autres pour mes échecs, de tenter de trouver des excuses à ma lâcheté et ma stupidité, de faire dans la victimisation.  Ah, et n’oublions pas le qualificatif de misogyne, bien sûr, puisque je parlais négativement au sujet d’une femme.

Il y a sept ans, j’étais un dessinateur qui vivait misérablement, car je ne savais rien faire d’autre.  Sans expérience, j’ai commencé tout en bas de l’échelle en faisant du ménage dans un garage de bus.  

Il y a six ans, grâce à cette expérience, je devenais concierge résident dans un édifice à appartements.  

Il y a quatre ans, grâce à cette expérience, je devenais concierge résident dans une tour à condos de luxe.  

Il y a deux ans, grâce à cette expérience, je devenais surintendant dans une manufacture de portes et fenêtres.  

Aujourd’hui, grâce à cette expérience, me voilà employé de bureau pour une grande firme.

C’est terminé pour moi, la vie misérable.  C’est terminé pour moi, le travail manuel. 

En sept ans, j’ai démontré que j’avais raison d’affirmer que, lorsque personne ne se met en travers de ma route, je suis capable de partir de rien pour grimper peu à peu l’échelle sociale.  En sept ans, j’ai réussi à passer de loser misérable à succès prospère.

Le jour où tout a basculé.
Durant ces sept dernières années, le travail manuel m’a sorti de la misère, m’a permis de bien gagner ma vie.  Depuis trois mois, ma vertèbre brisée m’interdit tout travail manuel.  
J’aurais pu voir cet accident comme étant un signe indéniable comme quoi le destin ne cherche qu’à saboter ma vie.  J’aurais pu voir ça comme une raison de baisser les bras.  De me résigner à mon triste sort.

J’ai refusé!

J’ai choisi de voir ça comme un signe comme quoi il était temps que je passe à autre chose.  Non pas juste à autre chose, mais à quelque chose de niveau supérieur. 

Et aujourd’hui, trois mois plus tard, ce que j’ai choisi de voir, j’ai réussi à en faire une réalité.

Sans cet accident dans cet escalier verglacé, je me serais contenté de travailler dur et de continuer de vivre humblement.  Ce jour-là, il n’y a pas que moi qui a basculé.  Ça a été le reste de ma vie, et ce de façon positive.  C’est que lorsque l’on arrive à saisir les opportunités, quand on y met de l’effort et de la détermination, on peut faire en sorte que la vie bascule du bon côté.

On peut déplorer mon manque de modestie.  Peu m’importe!  Ça a été un long et dur parcours.  Je n’ai jamais baissé les bras.  Je me suis rendu là où je suis par mes propres moyens.  J’ai légitimement gagné le droit d’en être fier.

Et je compte bien continuer d’y mettre des efforts, de continuer à apprendre, et de toujours monter plus haut.

Publié dans Fait vécu, Recherche d'emploi, Succès et Échec | Laisser un commentaire

Le jour où tout a basculé. (3 de 4)

Je me présente à l’Hotel Delta le mercredi prévu, à midi trente.  Je monte au 3e étage et je me retrouve dans une grande salle d’attente.  Il y a peut-être trente personnes qui sont là, assis sur les chaises, les fauteuils, aux tables.  Et malgré leur nombre, la place n’est occupée qu’au tiers de sa capacité. 

Au bout de la pièce, il y a de grandes portes ouvertes qui amènent dans une autre salle.  Devant ces portes se tient un monsieur en complet-cravate.  Il tient un rouleau de ticket.  Je vais le voir.  Il me donne le billet numéro 128479 en m’expliquant la procédure:

« Assoyez-vous, on va vous appeler par les deux derniers chiffres. »

À peine suis-je assis que je l’entends appeler le 51. Techniquement, ça signifie qu’il y a vingt-huit personnes avant moi.  Cependant, il y a une raison pourquoi je me suis présenté ici à midi trente et non à 13:00 tel que je l’avais originalement planifié.  C’est que comme je m’en doutais, beaucoup de candidats à cet emploi ont déjà un travail, et ils profitent de leur heure de dîner pour venir ici.  Et comme je l’ai prévu, ceux-là finissent par se rendre compte qu’ils n’auront jamais le temps de passer en entrevue avant de devoir retourner au boulot.  Aussi, dans les minutes qui suivent, j’en vois une douzaine qui abandonnent et qui repartent.  C’est autant de gens qui me laissent leur place dans la queue. 

Pour une autre raison, bien m’en pris de m’être présenté plus tôt.  Dans la demie-heure qui a suivie, plus de cinquante personnes sont arrivées après moi, dont un groupe de vingt-six par bus. C’est devant tout ça que j’aurais eu à patienter, si je n’avais pas stratégiquement choisi mon heure d’arrivée.

À 13:00 pile, le portier interpelle le 79, mon ticket.

« Alors vous allez entrer dans cette pièce et vous asseoir à cette table, passer au triage. »

ÉTAPE 1: Le triage.
Il s’agit d’une longue table où sont assises six employées de La Firme, face à cinq candidats.  Je prends place sur la chaise libre.

« Bonjour monsieur!  Première chose: Êtes-vous au courant qu’aujourd’hui, le seul poste que nous offrons, c’est pour notre centre d’appel? »
« Oui, c’est pour ça que je suis ici. »
« Très bien!  Avez-vous apporté votre CV? »
« Oui! Voici mon CV, ma lettre de présentation, et une lettre de recommandation d’un ancien employeur. »
« Ah! Vous êtes venus préparé, vous.  Parfait! »

Elle regarde mon CV.  Je lui vois un air interrogateur au visage.  J’en devine la cause.  Aussi, je lui dis:

« Eh bien oui, je suis un concierge qui veut réorienter sa carrière comme employé de bureau pour une grande firme. »
« Ok! Wow! C’est original.  Qu’est-ce que vous avez comme qualifications? »
« Eh bien, en tant que concierge résident, dès que le bureau de l’administration ferme, les appels sont transférés sur mon cellulaire.  Dès que j’ai un appel, je dois ouvrir un billet sur l’ordinateur pour l’inscrire.  Si je peux régler le problème, je le fais, sinon j’escalade un niveau plus haut, en contactant un professionnel mieux qualifié.  Ensuite, une fois le problème réglé, je dois remplir mon rapport.  Je rappelle le client pour vérifier si tout est Ok, avant de fermer le billet et le classer dans les dossiers réglés.  Je pense que c’est exactement la job d’un centre d’appel? »
« En effet! »
« Eh bien voilà! À ma job, je suis le helpdesk à moi tout seul. »

La madame prend un document.  Elle y écrit mon nom, le joint à mon CV et mes autres paperasses, puis elle se lève.

« Très bien monsieur.  Suivez-moi, je vous amène à l’étape suivante. »

YESSE! J’ai passé.

ÉTAPE 2: Le test de connaissances. 
Elle me conduit dans la grande salle.  Celle-ci est divisée en trois sections: Les chaises pour l’attente, les tables avec ordis pour les tests, et enfin les bureaux individuels des recruteurs.  Elle donne mes documents à une collègue et me fais asseoir en me disant d’attendre que l’on m’appelle.

Dix minutes plus tard, j’entends mon nom.  Je me lève et me dirige vers celle qui m’a appelé.  Elle m’amène à une table de test.  Elle entre mon nom et un numéro de code sur l’écran, avant de me refiler le clavier.

« Oui, alors vous avez ici dix questions.  Répondez à celles que vous pouvez au meilleur de vos connaissances.  Vous avez vingt minutes. »

Alors je commence.  

Un client vous appelle parce que sa souris ne fonctionne pas.  Écrivez trois questions que vous lui poseriez.

Pas besoin d’avoir de l’expérience en helpdesk pour y répondre, à celle-là:

Est-ce une souris avec ou sans fil?
Si elle est sans fil, avez-vous essayé de changer la pile?
Si elle est avec fil, pouvez-vous vérifier si elle est bien branchée?
Si elle l’est, pouvez-vous essayer de la brancher dans une autre prise? 

Et oups, ça fait quatre questions/réponses.  Pas grave, passons aux suivantes.  Certaines questions sont de connaissances générales de base en informatique.  D’autres demandent une certaine logique.  Je crois que je me débrouille pas si mal pour y répondre.

Rendu à la question 9, eh bien, une chance que l’on a un choix entre quatre réponses, parce que les termes utilisés sont un peu trop techniques pour moi:

Lorsque l’on a un problème avec la fonction PING, de quoi s’agit-il?

La première des quatre réponses proposées est:

L’ordinateur ne reçoit aucun écho en provenance du URL recherché.

Le mot écho en éveille un dans ma mémoire.  Voyez-vous, j’ai toujours été un lecteur de comic books.  Et l’un des personnages, Daredevil, expliquait dans sa toute première aventure qu’il a découvert qu’il avait un sens radar.  Et voyez comment la chose est illustrée:

 
Et après ça, on dira que la BD abrutit le cerveau.

Je choisis donc cette réponse.  Arrive la dixième et dernière question:

Pourquoi avez-vos choisi cette réponse à la question précédente?

M’ouais! Je ne peux tout de même pas leur dire que j’ai lu ça dans un comic de Daredevil.  Aussi, j’écris:

Mon grand-père était Capitaine dans l’armée.  Je sais que PING est le terme utilisé pour décrire un écho sur les radars et les sonars.

Je ne mens pas.   Oui, pépé était Capitaine dans l’armée à Terre-Neuve en 1939-46.  Et oui, grâce à Daredevil, je sais que PING est le terme utilisé pour décrire un écho sur les radars et (probablement) les sonars.  Je n’ai jamais prétendu qu’il y avait un lien entre les deux phrases de ma réponse. 😉

Mon test terminé, je retourne m’asseoir dans la section d’attente.  Une quinzaine de minutes plus tard, une autre dame m’appelle.

« Bon! Vous avez passé le test avec succès.  Suivez-moi. je vous amène au bureau de Monsieur Painchaud, l’un de nos recruteurs. »

OUAIS! Une autre étape réussie.  Et maintenant:

ÉTAPE 3: L’entrevue.
La dame m’amène dans la section de la salle où il y a huit bureaux de recruteurs dispersés.  Elle me fait asseoir devant un bureau désert. 

« Nous sommes désolés pour l’attente.  Monsieur Painchaud a eu à aller répondre à un appel d’urgence.  Il sera à vous dans quelques minutes. »

Bien!  Ça me laisse le temps de me préparer mentalement à ce qui s’en vient. 

Je jette un oeil sur la pile de dépliants sur le bureau.  J’en prends un.  J’y vois que La Firme se prépare à ouvrir une nouvelle branche dans la ville de Hull, et ils recherchent activement des candidats pour y combler des postes.  Je m’explique mieux cette soudaine foire d’emploi.  Le dépliant prend bien la peine de donner des chiffres démontrant que la vie hullesque est beaucoup plus économique que la vie montréalaise, comparant le prix moyen des loyers, des maisons et des condos.  Tout pour nous encourager à immigrer, quoi. 

En reposant le dépliant, je porte mon attention sur les bureaux des recruteurs voisins.  J’écoute les questions qu’ils posent aux candidats.

« Si vous étiez chef de votre département, quelles sont les qualités que vous rechercheriez chez vos employés? »
« Vous faites partie d’une l’équipe qui doit gérer des dossiers confidentiels.  Vous constatez que votre chef de bureau utilise l’accès aux comptes pour y soutirer des renseignements qui ne le concerne pas.  Comment réagissez-vous? »
« Une employée vous accuse de harcèlement au travail.  Quels seraient, selon vous, les raisons qui pourraient la pousser à affirme ceci? »

Oh là!  C’est heavy, ces questions-là.   Je dois vraiment m’attendre à tout.  Tandis que je me prépare mentalement à répondre adéquatement à celles-là, voilà Monsieur Painchaud qui arrive, tout en jetant un oeil sur mes paperasses.  Il s’assoit et me serre la main, joyeux, tout sourires.

« Alors Monsieur Johnson.  Bonjour!  Alors c’est vous, ça, le concierge qui veut travailler dans un bureau? » 

Eh bien!  Je vois que mon petit numéro d’entrée a eu l’effet escompté: Me faire remarquer, et attiser leur curiosité.  J’enchaîne avec ma présentation soigneusement préparée:

« Ben oui!  Je suis tombé dans un escalier verglacé le 15 février dernier, et je me suis fracturé une vertèbre, juste entre les omoplates. »
« Ouch! »
« Ça oui!  Ironiquement, puisque la position assise est la plus confortable pour moi, si j’avais eu un travail de bureau, j’aurais pu retourner travailler le lendemain.  Malheureusement, la conciergerie, c’est très physique.  Alors je suis en arrêt de travail depuis ce temps-là.  J’ai droit au chômage de congé de maladie jusqu’à la mi-juin.  Mais là, après deux mois et demi sans travailler, je commence à devenir un peu dingo. »
« Ha! Ha! Je vous comprends! »
« Alors c’est ça!  Quand j’ai su que vous recrutiez des candidats pour votre centre d’appel, je me suis dit qu’il serait temps de réorienter ma carrière. »

Et je lui répète la comparaison entre mon travail et celui d’un centre d’appel, telle que je l’ai déjà récitée au triage.  Il a l’air satisfait.  Il prend son questionnaire et me dit:

« Premièrement, êtes-vous bilingue? »
« Well, my last name is
« Johnson », so yeah, I think I might be. »
« Ok! Fa que
« Stéphane », c’est pour votre côté québécois, pis « Johnson » c’est pour votre côté anglais? Ha! Ha! »

Quand le recruteur rit de bon coeur, c’est bon signe.  Il poursuit: 

« Alors j’ai ici une liste de dix mises en situations. À chaque question, vous allez me répondre en anglais… »

Mais je vais continuer en français ici pour vous faciliter la lecture.

« Dans la majorité des cas, il n’y a pas vraiment de bonnes ou de mauvaises réponses.  C’est surtout une évaluation de la personnalité. »
« D’accord! »
« Alors première mise en situation:  Un client appelle, vous avez réussi à régler son problème, mais voilà qu’il commence à vous raconter sa fin de semaine.  Que faites vous? »
« Je l’interromps pour lui dire: « Ah, euh, excusez-moi!  Avant que je ferme votre billet, est-ce qu’il y a autre chose à régler, ou bien je peux le fermer? Tout est beau? Alors merci d’avoir fait appel à La Firme.  Bonne journée. »
« Très bien.  Vous avez un client en ligne, et tous vos collègues au niveau supérieur sont occupés.  Que faites-vous? »

La première chose qui me vient en tête est, évidemment, de dire au client de patienter, et de le mettre en attente.  Mais voilà, j’ai l’impression que c’est une question piège.  À voir le genre de questions que j’ai lu et entendu jusqu’à maintenant, pourquoi est-ce qu’il m’en poserait une dont la réponse est aussi simple, aussi évidente?  Ça, ça voudrait dire que c’est plus qu’une question; c’est un test!  

Je ne dois jamais oublier que les grandes compagnies ne veulent pas d’un simple employé qui se contente de faire son travail sans plus.  Ce qui les intéresse, c’est des gens qui ont de l’initiative, qui en font plus que demandé. Aussi:

« C’est sûr que je tiens à ce que les clients de La Firme aient l’impression que nous sommes là pour eux.  Alors je ne vais pas le mettre en attente.  Je vais lui poser des questions, lui demander de me donner le plus de détails possibles au sujet de son problème, et moi je prends des notes.  Comme ça, dès qu’un collègue se libère, je le contacte et lui refile mes notes, avant de lui demander si c’est Ok que je lui transfère le client. »

Le recruteur pose sa feuille de questions sur la table.

« Bon!  Je serais supposé vous faire passer à travers les dix questions.  Mais je pense que j’en ai assez vu.  Depuis le début, j’ai un très bon feeling.  Pas besoin d’aller plus loin. »

Me voilà très agréablement surpris par cette déclaration.

« Ok! Wow! Euh! Merci! Je dois vous avouer que je suis surpris.  Étant concierge, je n’étais pas sûr de trouver ma place ici. »
« Vous savez, ce n’est pas ça que l’on regarde en premier.  Je vous vois aller.  Vous êtes dynamique, vous vous exprimez bien, clairement, dans les deux langues.  Vous avez une excellente attitude.  Et surtout, dès la première minute, on le voit bien, que vous voulez travailler.  C’est ça que La Firme recherche.  Aujourd’hui j’ai vu défiler du monde avec dix ans d’expérience, et même des cadres. Je n’ai pas été impressionné. »

Je pense que je suis en train de me faire embaucher.  Aussi, je lui demande:

« Cool! Alors c’est quoi, la suite? »
« Côté salaire, à quoi est-ce que vous vous attendez? »

J’ai bien fait mes devoirs. 

« Ce matin, avant de partir de chez moi, je suis allé jeter un oeil à la section emploi de votre page web.  J’y ai vu que le salaire d’entrée pour un technicien en centre d’appel est d’une fois et demie le salaire minimum.  Donc je m’attends à ça. »

Sans hésiter, il l’inscrit sur les documents.  Il a une dernière question pour moi.

« Est-ce que vous seriez prêt à déménager? »
« Vous voulez dire, aller à Hull? »
« Oui! »

Je n’ai pas besoin de plus d’une seconde et demie de réflexion avant d’y répondre.  Il est vrai qu’avec Flavie qui part en Europe pour deux ans…  Et puis, une nouvelle branche qui ouvre?  Des places à prendre?  Les possibilités de prendre de l’avancement et de cimenter ma position sont beaucoup plus accessible là-bas, plutôt qu’ici où ils ont déjà tout leur personnel aux échelons supérieurs.  

« Vous savez quoi?  Si c’est là-bas que vous avez besoin de moi, pourquoi pas?  Je suis célibataire, mes enfants sont tous adultes et partis de la maison, tous à Québec, La Malbaie en Ontario et bientôt en Belgique, ce qui fait que je ne les vois déjà pas anyway.  Quant à ma job en conciergerie, je ne peux plus la faire.  Il n’y a plus rien qui me retient ici.  Alors Ok! »

Il me serre la main. 

« Alors toutes mes félicitations.  Vous êtes l’un des rares aujourd’hui que je ne renvoie pas chez lui en lui disant qu’on le rappellera si on à un poste pour lui.  Vous allez passer tout de suite aux ressources humaines.  Allez vous asseoir à côté de la porte, là-bas.  Une représentante va vous faire signer un document qui nous autorise à faire une enquête de crédit et judiciaire à votre sujet. »

OMG! Je me suis rendu à … 

L’ÉTAPE 4: L’inscription aux ressources humaines.
La dame des ressources humaines m’invite à la suivre elle me serre la main, joyeuse et tout sourires.

« Alors Monsieur Johnson.  Bonjour!  Alors c’est vous, ça, le concierge qui veut travailler dans un bureau? » 

Je vois que j’ai vraiment bien fait de me présenter comme tel.  Alors elle me félicite de m’être rendu jusque-là, rajoutant que jusqu’à maintenant il y a en moyenne un candidat d’embauché sur soixante.  Ça explique pourquoi, dans cette grande pièce, il n’y a qu’un seul bureau, et nous y sommes seuls. 

 

Bon, techniquement, je ne suis pas encore embauché car ils doivent d’abord faire une enquête de sécurité.  Mais de ce côté-là, je n’ai rien à craindre.  Autant côté crédit que judiciaire, je sais que mon dossier est impeccable.  Aussi bien dire que je suis pratiquement dans la place.

À CONCLURE

Publié dans Fait vécu, Recherche d'emploi, Succès et Échec | Laisser un commentaire

Le jour où tout a basculé. (2 de 4)

Avant de continuer, laissez-moi vous raconter un peu mon parcours professionnel.  

Au printemps de 2011, j’ai décidé que j’en avais un peu assez de la vie d’illustrateur dans laquelle il faut toujours s’offrir de manière non-sollicitée, courir après les contrats, ensuite courir pour se faire payer. 

Sans avoir de qualifications, j’ai choisi de commencer en bas de l’échelle: Faire du ménage.  Je suis allé travailler dans un garage de bus. Bon salaire.  Horaire en constants changements.  Beaucoup de remplacements à faire pour cause d’absentéisme. Peu de jours de congés.

Un an et demi plus tard, mon expérience m’a permis de demander, et d’obtenir, un travail de concierge résident dans un édifice de 24 étages.  Là, j’ai eu une formation de base en menuiserie, plomberie et électricité.  Une fin de semaine de congé sur deux, l’autre je suis de garde en cas de pépins.  Une semaine sur deux, je dois rester chez moi après mes heures de travail, de garde 24 h pour les mêmes raisons.  Bon salaire, mais je travaille bien plus pour l’avoir.

Deux autres années plus tard, l’expérience acquise ici m’a m’a permise de demander, et d’obtenir, un travail de surintendant résident dans une tour à condos de luxe de 32 étages à l’Île-des-Soeurs. Cependant, les conditions de travail étaient abusives.  Je devais faire le travail de trois personnes, 24/7, n’avais de congé que le mardi et mercredi de 8:00 à 17:00 seulement, et mon seul vrai jour de congé fut Noël.  Tout ça pour un assez bon salaire, mais si on le divisait par mes heures de travail, je gagnais bien en dessous du salaire minimum.  Aussi, je n’ai pas demandé à ce que mon premier contrat de six mois se renouvelle. 

Je suis donc allé demander, et obtenir, un travail de surintendant dans une manufacture de portes et fenêtres.  Le salaire est un peu moins bon que celui de mon emploi précédent.  Cependant, j’ai un horaire fixe de 40 heures/semaine,  de 7am à 3:30 pm, du lundi au vendredi.  Aucun temps supplémentaire à faire, aucun remplacement.  Enfin, un horaire normal cinq jours semaine, et bien payé.  L’idéal.

Comme je crois l’avoir déjà souligné dans un ancien billet, lorsque tu traverses une mauvaise passe dans ta carrière et tes finances, il y a toujours des gens qui vont te mépriser, en t’accusant de créer toi-même tes propres problèmes et de faire dans la victimisation de soi, car tu es juste trop lâche pour faire les efforts requis pour améliorer ton sort.  Et le problème avec ces gens, c’est que quand tu prouves le contraire, quand tu montres que tu fais des efforts et que ces efforts portent fruit, alors ça les dérange.  Ça les dérange parce que ça montre à tous qu’ils se trompaient à ton sujet.  À ce moment-là, ils prennent ça comme un affront personnel de ta part, et ils essayent de te saboter, pour te garder dans ta merde, et pour pouvoir continuer de faire semblant d’avoir raison à ton sujet.

C’est exactement ce que j’ai vécu, en passant de sans-emploi habitant un taudis-esque demi sous-sol à Ville-Émard, à surintendant chef d’équipe travaillant et habitant un condo de luxe de l’Île-des-Soeurs, en l’espace de trois ans et demi.  M’en étant vanté sur ce blog et sur mon Facebook, mes patrons et l’administration ont reçu une lettre anonyme racontant les pires choses à mon sujet.  Mais voilà, de un, cette lettre n’avait aucune preuve de ce qu’elle avançait.  Et de deux, mon CV, mon expérience, mes références, toutes étaient positives.  Aussi, l’administration a juste ri en me remettant cette lettre, en me disant que mon succès ne semblait pas plaire à tout le monde.

Aussi, c’est pour cette raison que, lorsque je parle de mon employeur actuel, je n’ai jamais donné son nom, autre que « une manufacture de portes et fenêtres ».   Pour la même raison, lorsque je parlerai d’un certain employeur dans les billets de blog de cette série, je n’en dévoilerai pas le nom.  Je vais seulement dire « La Firme ».  Aussi, tous les noms des endroits concernés, rues, édifices, ville, etc, seront modifiés.

Et maintenant, la suite de Le jour où tout a basculé.

Les premières semaines de convalescence furent pénible.  Douleur constante.  Médicaments et anti-douleurs qui me causaient des problèmes gastriques.  Visites au CLSC aux deux semaines pour prolonger mon congé auprès de mon employeur et du chômage.  Tests à l’hôpital, pour me faire injecter un liquide légèrement radioactif pour un long scan et rayon-X complet.  Bonne chose que, grâce à l’auto de ma fille en voyage, j’étais mobile.  Mais toute bonne chose a une fin.  Au bout de cinq semaines, elle revient de Belgique et reprend son véhicule.  Je deviens donc totalement dépendant de mes parents pour mes déplacements.   

Sans vraiment pouvoir sortir, je trouve à m’occuper.  Je continue et termine mon album de BD.  Flavie partage son Netflix, ce qui me permet de découvrir Friends vingt ans plus tard. Les semaines passent et je prends peu à peu du mieux.  Lentement.  Trop lentement.  Ce qui me semblait d’abord comme étant un congé payé devient de plus en plus pénible pour mon moral.  Plus le temps passe et plus je me sens inutile.  

Au bout de six semaines, la douleur cesse d’être constante.  À huit semaines, je me risque à faire une épicerie.  Transporter les sacs ramène la douleur, que je subis ensuite pendant trois jours. 

À la onzième semaine, je dois me faire une raison.  Il ne me reste plus qu’un mois de chômage.  Je doute que j’aille le temps de redevenir apte au travail d’ici à ce temps-là.  Si je reprends le boulot et que je fais une rechute d’avoir trop forcé trop tôt, that’s it, c’est fini!  Plus de travail, plus de chômage, plus de revenus, plus rien.  Et avec Flavie qui part en Europe pour deux ans à la fin de l’été, et mes parents qui vivent dans un HLM pour retraités, je n’aurai plus nulle-part où aller.  Il ne me restera plus qu’à devenir itinérant.

… Ou, avant d’en arriver là, à trouver un travail de bureau.

Je mets mon CV à jour.  Sur Google, je passe mes journées à chercher des noms de grandes compagnies et de firmes établies à Montréal.  Je vais sur leurs pages web et je consulte leurs offres d’emplois.  Plusieurs ont une mailing list.  Je m’y abonne.  Je ne vois que très peu de postes pour lesquels je suis qualifié.  Je m’y essaye tout de même.  Beaucoup ont un centre d’appel, un service d’aide à la clientèle.  C’est le genre de poste qui demande peu ou pas d’expérience.  Mais d’un autre côté, en général, un centre d’appel, c’est qualifié comme étant entry level, c’est à dire que c’est bon pour avoir un pied dans la place en attendant qu’un poste plus haut placé se libère.  Et ça, ça signifie qu’il faut avoir de l’expérience dans le domaine d’expertise de la dite compagnie.  J’y envoie mon CV à tout hasard.  Mais je me doute bien qu’aux ressources humaines, ils vont juste le regarder, voir que j’ai cinq ans d’expérience en conciergerie, et juste le foutre à la corbeille.

Puis, un jour, je reçois un courriel de la part d’une firme de qui je me suis abonné.  Ils annoncent, pour la semaine suivante, une foire de recrutement.  Ça va se passer un mercredi dans une grande salle de l’Hôtel Delta, de 11:00 à 19:00.  Voilà qui me donnera l’opportunité de rencontrer quelqu’un et de me faire valoir, plutôt que de juste me faire rejeter sur mon CV de concierge. 

Je dois me préparer adéquatement.  Premièrement, il me faut des habits propres.  Inutile de payer entre 150$ et 400$ pour un travail que je n’aurai peut-être pas.  Je vais au Village des Valeurs, et je ressors de là avec une chemise grise et un pantalon noir, le tout pour 28$.  Je ressors du placard mes petits souliers de cuir que je n’ai pas porté depuis trois ans.  Je ne pousse pas la chose à y rajouter une cravate.  Si elle est obligatoire à l’emploi, je la porterai si je suis embauché.  Sinon, pour une entrevue, je risque de donner l’impression que j’essaye trop fort.

Avec mon CV, je joins une lettre de présentation.  Parce que, au nombre de gens qu’ils vont voir, je dois faire en sorte qu’ils se souviennent de moi. 

Je n’ai plus d’imprimante, mais la bibliothèque municipale offre le service d’impression.  Pour 1.50$, j’y imprime ces six feuilles.  Je joins une photocopie de la lettre de recommandation que m’a faite un ancien employeur très satisfait de mes services.

Je réfléchis sur la meilleure heure pour m’y rendre.  Je décide d’éviter l’heure d’ouverture, alors que les recruteurs n’ont pas encore pris le pouls de la foule.  Par conséquent, ils auraient du mal à remarquer ceux qui vont s’en démarquer.  J’évite également l’heure du dîner, où tous les candidats qui ont déjà un emploi vont essayer d’en profiter, en pensant bêtement qu’une heure va leur suffire pour se rendre jusqu’à un représentant des ressources humaines.  Je dois éviter d’y aller après 15:00, alors que les recruteurs vont commencer à être blasés de voir défiler un candidat après l’autre.  Et surtout pas après 16:00, lorsque les gens déjà employés ailleurs vont arriver en masse.  Aussi, je choisis 13:00.  À cette heure-là, les recruteurs viennent de dîner, ont eu une pause, sont rafraîchis, et ont une bonne idée des candidats dans leur ensemble. 

Pour terminer, je prépare mentalement mon speech de présentation.  Quelque chose d’amusant, mais pas ridicule.  Quelque chose de juste assez original pour que l’on se souvienne de moi, mais pas en tant que personne sans crédibilité.

À SUIVRE

Publié dans Fait vécu, Recherche d'emploi | Laisser un commentaire

Le jour où tout a basculé. (1 de 4)

Jeudi 15 février 2018, 06 :30 am. 
Hier, ma fille ainée est partie en Belgique pour un voyage de cinq semaines.  Elle m’a laissé son auto.

Je m’apprête à sortir de chez moi pour aller travailler.  Je mets mon manteau d’hiver.  D’habitude, je mets mon sac à dos, qui contient mon lunch, mes gants, du linge de rechange et plusieurs cahiers de notes.  Mais  ce matin, je m’en vais prendre place sur un siège de conducteur, alors je garde mon sac à la main.

Je sors dans le corridor commun.  Je verrouille la porte.  Je descends les marches.  Puis, je sors dehors.  Je pose un pied sur la première marche. 

Au moment où je lève l’autre pied, je glisse sur la fine couche de verglas invisible qui recouvre l’escalier. Mon corps bascule.  Mon dos percute le coin de la marche du haut avec tellement de violence que je me fracture la 5e vertèbre, juste entre les omoplates.

Tandis que mon corps couché glisse les huit marches, je suis envahi d’une douleur telle que je n’ai jamais vécu avant.  Je constate avec horreur que je ne respire plus.  Ma poitrine, ma cage thoracique, mes poumons, refusent de bouger. 

Je sais très bien que sans respirer, j’en ai pour quelques secondes avant que le manque d’oxygène me fasse perdre conscience.  Aussi, arrivé en bas des marches, d’un suprême effort qui ne fait qu’amplifier ma douleur, je me redresse sur les genoux.  Mon hurlement de douleur n’est qu’interne, car aucun son ne sort de ma gorge. Je me laisse tomber sur le côté, sur le  banc de neige molle.  Envahi par la nausée, je tourne mon visage vers le bas, la bouche ouverte, histoire de ne pas mourir étouffé si jamais je vomis pendant que je suis inconscient. 

Couché là, paralysé par la douleur, l’inconscience que j’appréhendais n’arrive pas.  Je recommence à respirer par petits coups.  La nausée s’estompe.  La douleur reste.  J’entends des pas pressés qui se rapprochent.  C’est un passant qui m’a vu tomber.  Il s’adresse à moi :

« Êtes-vous correct?  Attendez, j’vais vous aider à vous relever. »

Je panique!  La dernière chose que je veux, c’est que ma blessure s’aggrave parce qu’une personne bien intentionnée me déplace alors que je dois rester immobile.  Toujours incapable de parler, je lui fais violemment signe que non de mon bras libre.  Il n’insiste pas.  

J’essaye de parler.  D’une voix faible, cependant audible, j’arrive à lui dire que non, je préfère rester ici, attendre que la douleur passe, avant de tenter de me relever.  Je vais même lui dire que je ne crois pas m’être brisé quoi que ce soit, j’ai juste besoin de quelques minutes pour que le mal passe.  Il insiste un peu, mais je le rassure qu’il peut me laisser là.  S’il y a de quoi, j’ai mon cellulaire de travail sur moi, je peux appeler ma colocataire, l’ambulance, peu importe, ça va aller.  Il me quitte, non sans me souhaiter bonne chance.

Je reste là, immobile, cinq à dix minutes, tandis que la douleur diminue peu à peu. Je repense à ce qui vient de se passer.  À comment ça s’est passé.  À pourquoi ça s’est passé. Point par point.

  • En cette saison, il fait encore nuit à cette heure-ci. 
  • Il n’y a aucun lampadaire en face de chez moi. 
  • Cette nuit, il a légèrement verglacé. 
  • Un verglas que je ne pouvais pas voir, étant donné les deux premiers points.
  • D’habitude, je tiens la rampe d’escalier.  Mais cette fois ma main tenait mon sac. 
  • D’habitude, je porte mon sac bien rembourré à mon dos.  Mais cette fois je l’avais à la main.
  • Ces deux derniers points, parce que j’avais l’auto de ma fille.

C’est la combinaison de ces sept circonstances, dont quatre inhabituelles, qui se sont enlignées à la perfection de manière à rendre cet accident aussi imprévisible qu’inévitable.  

J’essaye de me redresser, mais la douleur devient trop intense.  J’ai besoin d’aide.  Je prends le cellulaire et j’appelle Flavie qui, chez nous, dans sa chambre dort.  Au bout de quatre sonneries, je tombe sur sa boite vocale.  Je rappelle plusieurs fois.  Même scénario.  Elle ne se réveille pas. 

Sans autre choix, je me redresse péniblement sous une douleur terrible.  Je prends mon sac à dos et je grimpe précautionneusement les marches verglacées, à quatre pattes, tout en tenant fermement la rampe.  J’entre chez moi.  Je vais au salon et je m’étends péniblement sur le fauteuil.  J’y reste durant une vingtaine de minutes.  Réalisant que malgré le temps qui passe, la douleur ne diminue pas, j’appelle au travail, pour leur signaler mon absence.  La première en un an et demi de travail là.  Je passe la journée couché.

Ce n’est que le lendemain, alors que je suis de nouveau assez fort pour me déplacer, que je me rends à l’hôpital.  Vu ma blessure, je passe en priorité et tout se fait très vite.  Et c’est là que les rayons X montrent la gravité de mon état.  Vertèbre T5 fracturée.  Un coup à paralyser un homme, à le rendre paraplégique pour le restant de ses jours.  Moi qui bénéficie d’une si forte densité osseuse que mon poids dépasse de 20 à 25 lbs quiconque ayant un physique similaire au mien, moi qui croyais mon squelette incassable puisque je ne me suis jamais brisé un seul os de ma vie, ça m’a donné un choc.

Et en même temps, c’est probablement grâce à cette densité osseuse exceptionnelle que je m’en tirerai, après quelques mois de convalescence, sans la moindre séquelle.

Si j’avais eu un travail de bureau, j’aurais pu recommencer à travailler le lundi suivant.  Mais je suis concierge.  Un travail très physique.  Je dois donc cesser le boulot, jusqu’à ce que je m’en remette.  Or, m’en remettre, ça peut prendre de trois à six mois.  Peut-être même huit. 

Voilà qui risque de me poser un problème financier.  Ce n’est pas un accident de travail, donc pas de CSST.  De plus, je n’ai pas d’assurance collective au boulot.  On m’explique alors que, pour peu que j’amène un papier du médecin, je peux demander du chômage de congé de maladie. 

Au bureau du chômage, on me dit que l’on va me verser l’équivalent de 51% de mon salaire actuel.  Et avec mes contributions passées au régime d’assurance chômage, j’ai droit à quinze semaines, soit trois mois et trois semaines. 

Bon! Voyons les choses du bon côté.

  • Je suis économe, alors 51% de mon salaire, + l’apport de Flavie pour la moitié des dépenses, ça va garder mes finances stables.
  • Je me demandais justement si j’arriverais à terminer mon album de BD à temps pour le Festival de BD de Québec qui se tient la première semaine d’avril.   Sans travailler, voilà qui règle la question.
  • Surtout que, constates-je, la position assise est ce qui est de plus confortable pour moi. Alors pour ce qui est de dessiner, tout est Ok.
  • Avoir été bien portant, je n’aurais pu être au Festival de BD que la fin de semaine. Maintenant, je peux y être les cinq jours.
  • On ne se le cachera pas, plus de trois mois et demi de congé payé, ça se prend bien, quand même.
  • Dont les cinq premières semaines en possession d’un véhicule, celui de ma fille.

Si ce n’était de la douleur terrible et omniprésente que même les antidouleurs n’arrivent pas à tout à fait maitriser, ce serait parfait.

Enfin, « parfait », c’est un bien grand mot.  Quand, à 49 ans, on a besoin de nos parents pour faire l’épicerie car on ne peut même plus soulever un sac d’emplettes.  Ou quand on est obligé de laisser toutes les tâches du ménage à notre coloc car on ne peut même plus manœuvrer un balai ou faire la vaisselle…  Disons que c’est difficile pour l’orgueil.

Et ce n’est pas tout.  Terminé, le jogging.  Fini, le gym.  Et ce pour au moins un an.  Moi qui travaille fort depuis un an et demi de manière à être dans ma meilleure forme physique pour mes 50 ans qui arriveront en juillet, c’est un peu dur sur le moral.

Mais bon, tout ce qui ne me tue pas ne fait que me rendre plus déterminé à rattraper le coup par la suite.  Il faut juste que je prenne mon mal en patience. 

D’abord, m’en remettre.  Ensuite, m’y remettre.

À SUIVRE

Publié dans Fait vécu, Recherche d'emploi, Succès et Échec | Laisser un commentaire

Quand une bonne affaire n’est bonne que pour l’autre partie.

Avec Flavie qui repart en Europe en août pour deux ans, je songe parfois à la possibilité de déménager dans un appartement plus petit. Sûr, mon budget me permet de vivre dans ce 4½ à 635$. En fait, à notre époque où le prix moyen des appartement tourne autour du 200$ la pièce, je dois me considérer chanceux d’en avoir un si grand pour si peu, surtout que c’est loin d’être un taudis. N’empêche que je reste à l’affût des bonnes affaires, sait-on jamais.

Ce matin, on me signale une superbe aubaine: Un 3½ à Verdun, 435$.

Sans Flavie, un 3½ me conviendrait parfaitement.  Et puis, ça me permettrait de retourner à Verdun, cet arrondissement que j’aimais tant, et où j’ai habité de 2004 à 2012.  Tout ça pour 200$ de moins par mois qu’ici.  Je communique avec le proprio.

En fait de proprio, il s’agit d’une coopérative d’habitation, dans laquelle les locataires participent aux travaux contre réduction de loyer. Car en réalité, le loyer est de 698$.

Et qu’est-ce que devenir membre implique? Oh, juste participer à quelques petits travaux communautaires. Vous savez, comme balayer et laver l’escalier intérieur une fois par semaine. Tondre la pelouse au besoin. Pelleter la neige au besoin. Ce genre de truc.

Ok, pas de problème, ce sont déjà des trucs que je faisais de mon propre chef dans mon loyer précédent puisque personne ne foutais rien.

Ah, mais voilà, ils ont déjà les autres locataires pour faire ça. Alors si je veux le privilège d’avoir ce dernier logement vide, je dois avoir de plus grandes habiletés. Telles plomberie, électricité, menuiserie. Vous savez, pour des petits travaux de réparations ici et là.

Pas de problème, il se trouve qu’en tant que concierge de profession, je sais faire tout ça.

Mes habiletés me mettent déjà en position au-dessus des autres locataires.  Par conséquent, je deviendrai automatiquement membre du comité qui gère ces habitations.  Il faut juste que je m’associe à eux. Pour ça, je dois acheter des parts sociales dans l’entreprise. Elles sont 10$.

Bon, un genre de frais d’adhésion, je suppose. 10$, y’a rien là!

Évidemment, en tant que membre du comité de la coopérative, je devrai obligatoirement être présent aux réunions hebdomadaires en soirée, en semaine.

Ceci dit, on me parle déjà d’avancement: D’ici un an, on va me mettre à la tête du comité des locataires du bloc appartement. En fait, ce que ça signifie, c’est qu’en plus d’aller aux réunions hebdomadaires avec le comité, je devrai également présider des réunions de locataires, elles-aussi sur une base hebdomadaire.  Mais pas en même temps.  Non, ce serait une seconde réunion par semaine.

Ah, et tant qu’à voir les locataires à chaque semaine, aussi bien m’assigner la tâche de  récolter les loyers.

Bon! C’est un peu plus prenant que je l’imaginais. Mais hey, si ça me permet de sauver 200$ sur le loyer.

À première vue, il leur semble que je ferais un bon candidat. Ils m’envoient donc le questionnaire de pré-sélection par courriel.  Je l’ouvre. ça commence par une liste des obligations. Et certaines de celles-ci me font quelque peu tiquer.

Votre participation est obligatoire. Vous devrez assister aux assemblées générales et aux réunions de votre comité et occuper une fonction au sein de la coopérative et/ou accomplir toutes les tâches qui vous seront assignées.

J’ai déjà fait ça, signer un contrat de concierge résident dans lequel, en bas d’une liste de tâche banales, ça se terminait par « ainsi que toutes autres tâches qui vous seront assignées. » Et ça a signifiées que les demandes des locataires n’avaient aucune limite, ni de temps ni d’envergure, et que je devais répondre à toutes, 24/7.

À titre de membre, vous devrez acquérir vingt-cinq (25) parts sociales de dix dollars (10$). Les parts sociales sont payables qu’une seule fois et doivent être acquittées au cours de la première année d’adhésion du membre.

Ah bon?  Ce n’est plus 10$ que je dois payer, finalement, mais bien 250$?  Bon, d’accord, je suppose que mon loyer à rabais ne sera rentable qu’à partir du 3e mois.

N’empêche, un boulot dans lequel tu dois payer pour travailler au lieu d’être payé, je n’avais encore jamais vu ça.

Vous devrez souscrire à une assurance habitation.

Euh… c’est pas quelque chose comme de 500$ à 750$ par année, ça?

En plus de votre contrat de membre, vous devrez absolument respecter votre bail.

Parlant de bail, le contrat ne fait nulle mention du moindre coût.  Par contre, dans l’annonce sur Kijiji, ça dit: le loyer au bail est de 698$ par mois mais le rabais de membre permet un coût d’à peine 435$ par mois!

Hum… Donc, en parole, (et sur cette annonce qui va bientôt disparaître) ce sera 435$. Mais sur papier, sur le bail à signer, dans la paperasse légale, dans les preuves, ce sera 698?  Et c’est ce bail-là que je devrai absolument respecter?  Voilà qui n’est pas rassurant du tout.  

Et maintenant que j’y pense, habiter si loin de mon travail, je devrai me procurer une passe mensuelle bus-métro. C’est maintenant 83$.

Et qu’en sera-t-il de mon temps libre? Entre le transport en commun pour l’aller-retour au boulot qui va me prendre trois heures en tout par jour, + les deux réunions hebdomadaire de comité, + les travaux qui me seront demandés, est-ce qu’il va me rester du temps pour vivre?  Vous savez, des trucs comme faire mes emplettes, voir ma famille, avoir une vie amoureuse?  

Et maintenant, le coup de grâce:

Le non-respect des obligations peut entraîner la suspension ou l’exclusion d’un membre.

La suspension est une mesure envisageable pour remédier au défaut d’un membre. Cette mesure est assortie de modalités telles que la durée de la suspension et la perte de ses privilèges de membre. Ces modalités sont déterminées par le conseil d’administration (C.A.) et approuvées lors d’une assemblée générale.

L’exclusion entraîne la perte du statut de membre à compter de la date d’exclusion décidée par le C.A. ce qui signifie que le membre demeure locataire de son logement, qu’il paye le loyer au bail et qu’il perd ses privilèges de membre. L’exclusion d’un membre n’affecte pas son bail en cours.

Autrement dit, s’il neige tandis que je suis au boulot, donc que je n’ai pas pu pelleter de la journée au logement avant mon retour en soirée, le comité peut décider que je ne respecte pas mes obligations. Il pourra alors me suspendre ou m’exclure. Et je serai obligé alors de respecter mon bail. Autrement dit, payer le plein loyer de 698$.  Soit 43$ de plus que mon appartement actuel, pour une pièce de moins.

Faisons un petit calcul pour estimer:
435$ de loyer par mois, dans le meilleur des cas.
83$ de passe bus-métro par mois.
600$ en moyenne pour l’assurance habitation = 50$ par mois.
250$ d’achat des part = 20.83$ par mois.

Total: 588$ par mois.  Donc, ce n’est plus 200$ mais bien 47$ de rabais sur mon loyer actuel.

Les réunions du comités, je dois compter quoi, deux heures?  Fois deux réunions, quatre heures par semaine, seize par mois.  L’équivalent de deux jours de travail par mois, sans être payé.

Le transport en commun…  Trois heures par jour, quinze par semaine, soixante par mois.  L’équivalent de sept jours et demi par mois, sans être payé.

9,5 jours au salaire minimum actuel 12$ = 114$ par mois.  Fini le rabais, c’est comme payer 67$ de plus qu’ici pour vivre.  Et encore, je suis généreux, car à mon boulot actuel je gagne plus que le salaire minimum.

Et la-dessus, je n’ai même pas encore compté le temps que me prendront tous les travaux qu’ils me demanderont de faire: Plomberie, électricité, menuiserie, ménage intérieur et extérieur, tondre, pelleter, etc.  Et tout ça pour pas un sou.  Bref, mes conditions de vie seront:

  • Aucun temps libre.
  • Plus petit que mon appartement actuel.
  • Plus cher que mon loyer actuel.

Dire qu’au départ, c’est un 3½ pour 698$, soit 233$ la pièce, alors que la moyenne est autour de 200$. Pendant ce temps-là, à quelques rues de là, sur la 1ère Avenue à Verdun, ma BFF Stéphanie loge un grand 4½ au rez-de-chaussée, petite cour avant, grand balcon arrière, petite remise, cour privée clôturée, pour 700$.    Et sans avoir à travailler pour le proprio et ses locataires.

Et ça se dit « coopérative d’habitations à prix modique. »

Oh, et en passant, si vous avez un bail, regardez les règlements imprimés au verso.  Ça dit clairement que, lorsqu’il s’agit d’un HLM ou d’une coopérative d’habitation, le locataire ne peut contester une hausse de loyer, contrairement aux logements normaux.  Autrement dit, s’ils décident de m’augmenter à 1000$ par mois — Hey, s’ils décident juste de ne pas tenir parole au sujet de leur réduction de 698$ à 435$ —  je n’aurai aucun recours légal.  Je devrai déménager.

… Mais PAS avant le fin de mon bail.  Car je dois respecter mon bail. 

Bref, quand on vous propose une bonne affaire, il ne faut jamais oublier qu’en général, l’affaire sera surtout bonne pour la partie qui la propose.

Publié dans Dose de Réalité | 1 commentaire