Une trouvaille historique?

Recherchiste à temps perdu et historien amateur, je me consacre depuis quelques mois à deux hommes qui ont laissé leur marque dans l’Histoire du Québec. Le premier, Louis Pasquier, est un nom qui ne vous dira probablement rien, puisque le gouvernement de Duplesis à tout fait dès 1951 pour qu’on l’oublie au plus vite. Mais le second, Jordi Bonet, vous en avez peut-être entendu parler. Surtout si vous habitez autour du Mont-Saint-Hilaire, puisque c’est le nom du pont qui enjambe la rivière Richelieu, pont de l’autoroute 116, aussi connu sous le nom de Boulevard Sir Wilfrid Laurier.

Avant d’avoir donné son nom à un pont, Jordi Bonet était un peintre, céramiste, sculpteur et muraliste québécois. Si vous êtes Montréalais et empruntez le métro Pie-IX, alors vous êtes familier avec l’une de ses oeuvres. Tous les murs de béton sculptés qui se trouvent dans cette station sont de lui.

D’origine catalane, Jordi Bonet est venu s’installer au Québec en 1954 où il commença aussitôt à se faire un nom par son grand talent et son art d’un style encore unique pour l’époque. Quant à l’artiste lui-même, bel homme, accent espagnol qui fait craquer, et amputé du bras droit suite à un accident survenu dans son enfance.

Eh oui, un sculpteur manchot. Voilà qui ne passe pas inaperçu. De 1958 à 1978, il créera plus d’une centaine de murales et de sculptures pour des lieux public partout à travers le monde.

Claude Péloquin est un poète, auteur et parolier. On lui doit entre autres le grand classique Lindberg, interprété par Robert Charlebois et Louise Forestier. De 1963 à 2017, il publiera une trentaine de livres, surtout de la poésie.

Vers 1968, les deux hommes deviennent amis. Péloquin lui fit un petit cadeau: Une copie de Jéricho, son premier livre paru cinq ans plus tôt. Il le lui dédicace dans ces termes: “Premier jet pour Jordi. Un ami, Péloquin / 68.”

Les deux hommes passent des soirées à s’échanger des réflexions philosophiques sur le monde et l’existence. Un soir, alors que Bonet lui raconte la guerre qu’il a vécu en Espagne dans son enfance, Péloquin fait le rapprochement avec la guerre du Vietnam qui faisait rage à ce moment-là. Dénonçant la stupidité de s’entretuer depuis l’aube de l’humanité, Péloquin se serait écrié: “Vous êtes pas écoeurés de mourir, bande de caves!? C’est assez!” Cette phrase marqua Jordi Bonet.

Trois ans plus tard, alors qu’il fut embauché pour faire une immense murale sculptée dans le béton au Grand Théâtre de Québec, il y inscrivit la phrase de Péloquin.

Ça fit un scandale énorme qui alimenta les médias pendant près de deux ans.

De 1969 à 1979, Jordi passa les derniers dix ans de sa vie à St-Hilaire. Il y acheta le Manoir Campbell, s’y installa avec sa famille, et y travailla son art. Lorsqu’il mourut prématurément à l’âge de 47 ans pour cause de leucémie, il était le sculpteur québécois le plus connu et le plus populaire de sa génération, et ce à l’échelle de la planète.

Ma passion pour l’histoire, les arts ainsi que le Mont-Saint-Hilaire de mon enfance m’ont amené à faire des recherches sur Jordi Bonet. Et c’est ainsi que, depuis juin dernier, je parcours les bouquineries antiques et les librairies usagées du Québec, à la recherche de livres relatifs à Jordi Bonet. Ou bien des livres à son sujet, ou bien des livres auquel il a collaboré.

Par exemple, il y a quelques semaines, j’ai trouvé le premier livre à lui être consacré : Jordi Bonet, le signe et la terre.  par J. Folch-Ribas, dans la collection Artistes Canadiens, dirigée par Guy Robert. Éditions du Centre de Psychologie et de Pédagogie, Ottawa, février 1964

Puis, j’ai réussi à mettre la main sur une publication rarissime: Chansons Très Naïves de Gérald Godin. Premier recueil de poésie de ce journaliste devenu poète devenu auteur devenu politicien, qui fut également le conjoint de Pauline Julien pendant trente ans, jusqu’à son décès en 1994. Le livre est paru en 1960. Le dessin de couverture est de Jordi Bonet. 500 copies. Non réédité.

Sur ces 500, seules les 50 premières copies sont numérotées et initialées par l’auteur.  Et il se trouve que c’est le no.29.

Avec ce livre, je croyais avoir trouvé le clou de ma collection.  Eh bien je ne me doutais pas que la chance allait mettre sur mon chemin quelque chose d’encore mieux.  Et cette petite merveille, la voici:

Ceci est une copie de Jéricho, le premier recueil de poésie de Claude Péloquin.  Et mieux encore, il s’agit de l’édition originale de 1963.  Sur les 1000 exemplaires de ce premier tirage, c’est la copie no.573.

Jusque là, rien de vraiment extraordinaire.  Même 56 ans après sa publication, il est toujours possible de tomber par hasard sur un livre qui fut tiré à mille exemplaires.  Eh bien je n’étais pas au bout de mes surprises.  Car sur la page de garde, il y a ceci:

Oui! Cette copie est celle que Claude Péloquin avait offert à Jordi Bonet.  Par quel tour du destin s’est-elle retrouvée parmi les bouquins empilés pèle-mêle de cette bouquinerie poussiéreuse?  Mystère!

Et comme si ça ne suffisait pas, entre les pages, j’y ai trouvé une feuille pliée en quatre.

Il s’agit de papier à lettre à en-tête de Jordi Bonet.  Sur celle-ci, un texte au stylo rouge, puis vert, de la main de Claude Péloquin.  Un premier jet un peu maladroit de réflexions philosophiques sur l’inconscient, l’intemporel et la réincarnation, qui sont des thèmes récurrents dans l’oeuvre de Péloquin.  Ne vous cassez pas les yeux, en bas de ces images je reproduis le texte fidèlement sans rien y corriger.

Mes réflexions sur ce que je lis concernant les phénomènes parapsychologiques m’indiquent le chemin à suivre pour percer certains mystères de l’eau de là. Ce que nous mangeons comme la viande les pâtes alourdit notre circulation et empêche notre d’être disponible physiquement et écouter notre inconscient. Ensuite les études sur la réincarnation me confirme dans ma théorie “ qu’après notre mort nous sommes des germes condensé qui attend l’instant favorable pour se greffer à nous nouveau sur l’humain qu’il a besoin d’un corps physique pour pour s’instruire sur le sens de l’existence qu’une et même plusieurs vies ne suffise pas selon le cas à faire le tour des choses à savoir. Je suis donc d’accord avec Jung sur cela. Je pense aussi que pour certains âmes aussi appelons-les ainsi.” Il restent longtemps dans l’intemporel avant de se réincarner. Dans ce sens, Jung a raison en (verso) disant que les mots posent des questions. Le mariage, quand il réunit des inconscient sensible, l’évolution est beaucoup plus profonde, alors plusieurs questions trouvent leur réponses. Le phénomène mariage pour donner une image valable est comme les (cromosome?) 2 vies se greffe insensiblement et se féconde jusqu’à l’accouchement, mais il aussi souvent pour les âmes des fausses couches et des avortements

Le fait que ce texte soit écrit sur du papier au nom de Jordi Bonet me porte à croire que ce jour-là, Claude Péloquin était chez Jordi et lui a emprunté du papier pour y écrire ses réflexions.  Il est probablement reparti chez lui en oubliant là son texte.  Je suppose donc que Jordi l’a lui-même pliée en quatre (la feuille est pliée inégale, donc possiblement d’une seule main) et l’a rangée dans le livre de Péloquin, où elle a été tout simplement oubliée.  C’est la théorie qui me semble la plus crédible pour expliquer à la fois pourquoi Péloquin a écrit sur du papier à lettre de Jordi, et pourquoi cette feuille s’est retrouvée dans le livre qu’il lui avait donné.  Bon, ça n’explique toujours pas pourquoi le livre a cessé d’être en sa possession pour se retrouver dans une bouquinerie 51 ans plus tard, mais ça permet de reconstituer une parcelle d’Histoire.

Et maintenant, considérez ceci:

  • C’est la première édition du premier livre d’un auteur important.
  • Le fait que ce premier jet ait été rangé et oublié dans ce livre peu après avoir été écrit, ça signifierait que ce texte est toujours inédit.
  • 2019 est le 40e anniversaire du décès de Jordi Bonet.
  • Le Grand Théâtre de Québec fêtera en 2021 le 50e anniversaire de la fameuse murale de Jordi Bonet. Celle-là même où il a gravé le “Vous êtes pas écoeurés de mourir, bande de caves!? C’est assez!” de Péloquin.
  • Ce livre marque le début de leur amitié et de leur collaboration. Il est donc le point de départ qui a amené Péloquin à faire cette réflexion, et à Bonet à la couler dans le béton.

Pour toutes ces raisons, je crois que cet exemplaire de Jéricho est un artefact qui a sa petite importance dans l’Histoire de l’Art et de la Culture du Québec.

_____
Y’a liens là:

Faire Hurler les Murs.  Reportage de 22 minutes sur la murale de Jordi Bonet au Grand Théâtre de Québec, filmé pendant qu’il est en train de la sculpter.
1971 – Vous êtes pas écoeurés de mourir bande de caves.  Reportage de deux minutes au sujet de la murale.
Claude Péloquin sur Wikipedia.
Jordi Bonet sur Wikipedia.
Gérald Godin sur Wikipedia.

La prétention par réflexe de survie

On a tous déjà rencontré ce genre de personnes hyper-vantardes. Et elles ont toutes ceci en commun : Pour le moment elles traversent une période creuse. Mais à les entendre, ce n’est que temporaire car elles sont appelés à de grandes destinées dans laquelle gloire et richesse les attendent. C’est ce que j’appelle, comme le dit le titre, la prétention par réflexe de survie.

Qu’est-ce qui distingue les prétentieux par survie des autres vantards? Simple : Un vantard classique va parler de faits et d’accomplissements présents et passés. Il manque de modestie, n’empêche qu’il a des raisons de se vanter. Le survivant par prétention, par contre, n’a encore rien accompli. Ses vantardises sont au sujet d’un futur hypothétique qu’il se planifie.

Et si je dis que c’est un réflexe de survie, c’est parce que :

Ce sont des gens complexés.
Par leur origine, par leur poids, par leur faciès, par leur pauvreté, par leur virilité comparable à celle d’un escargot, par leur piètre performance scolaire et/ou athlétique, par leur historique sentimental inexistant, peu importe la raison, ces gens ont un sentiment d’infériorité qui est profondément ancré en eux. Et lorsque l’on sent à ce point inférieur, l’idée que l’on puisse être capable de s’améliorer ne nous vient même pas en tête. Alors que ce soit dans leurs têtes ou bien inconsciemment, ils sentent qu’ils ne valent rien et n’ont aucun avenir.

Quand on a la conviction profonde que notre vie est un cul-de-sac, deux choses peuvent arriver : La dépression, ou bien le déni total de la réalité. Si c’est le second cas, alors compenser pour nos lacunes ne suffit pas. Il nous faut surcompenser. On commence alors à se croire meilleurs que tout le monde, ce qui est un peu culotté quand on n’est même pas capable de s’élever à leur égalité. Mais bon, pour les gens qui souffrent d’un tel complexe, penser ainsi est une question de survie morale. Et c’est ce qui les pousse à adopter la mentalité et les comportements qui suivent.

Leur but dans la vie est de passer directement de moins-que-rien à plus-que-tout.
Directement, dans le sens qu’ils ne vont pas avoir envie travailler pour. Ils vont vouloir que ça soit quelque chose d’instantané.  Pour ça, ils comptent sur la chance. Par exemple, ils rêvent d’un héritage surprise d’un parent fortuné inconnu. Ou de gagner quelques millions à la loterie. Ou d’avoir la chance de se trouver au bon endroit au bon moment dans mille situations avantageuses hors de l’ordinaire. Ou de rencontrer une personne fortunée qui, pour aucune raison logique, va consacrer sa vie à améliorer la leur. C’est que quand on ne pense pas pouvoir compter sur ses propres capacités, on ne compte que sur la chance.

Ce sont très souvent des artistes.
Leur manque de confiance en soi est tel que tu ne les verras jamais étudier pour décrocher un boulot traditionnel qui les rendra prospères mais anonymes. Non! Ils cherchent à devenir riches, célèbres, adulés. La seule manière qu’ils se voient y parvenir, c’est par la voie artistique : Dessin, peinture, écriture, musique, arts de la scène, télé, cinéma, etc.

Ils croient au American Dream (ou son équivalent régional)
Le genre de personne qui déménage de Ste-Antoinette-du-Ouaouaron vers Montréal en affirmant que son manque de succès jusqu’à maintenant est dû au manque d’opportunité dans son coin d’origine. Et elle raconte à qui veut l’entendre (ou non) que d’ici trois ans elle animera sa propre émission de télé.

Cinq ans plus tard, elle fêtera plutôt ses quatre ans et neuf mois d’embauche au Dollarama de Hochelaga. Et ça, c’est à cause que…

Ils ont des buts qui sont totalement hors de leur portée.
Le problème, c’est qu’ils ne connaissent jamais rien aux industries dans lesquelles ils veulent percer. Par exemple, c’est le genre de personne capable de mettre le temps et l’effort pour écrire toute une saison d’une série télé, mais qui ne saura pas où, à qui et comment la proposer. En fait, cette personne ignore tellement tout du milieu qu’elle ne saura même pas où se renseigner pour l’apprendre.

Leur motivation première : Faire chier les autres.
L’un des moyens qu’ils ont de survivre moralement à leur manque de confiance en soi, c’est de prétendre que ce sont tous les autres autour de lui qui ne croient pas en lui. Donc que tout le monde cherche à le saboter. Par conséquent, ils ont des comptes à régler avec l’humanité entière. Alors quand on leur demande quel est leur ultime désir, ils répondront sans hésiter un truc du genre de « Réussir à percer dans le milieu au plus vite, afin de faire chier tous ceux qui m’en ont toujours cru incapables. »

Ils sont mauvais perdants.
À chaque fois qu’ils essuient un revers, ces gens-là ne vont jamais se questionner sur eux-mêmes, leur capacités, leur manière d’agir ou de faire. Par contre, ils ne manqueront pas d’excuses et d’accusations pour expliquer leurs échecs : C’est toujours à cause que les autres les sabotent, ou à cause de hasards extrêmement malchanceux, d’une injustice quelconque ou bien d’un préjugé dont ils sont toujours la victime.

Une, deux, trois fois, passent toujours, car il se peut très bien que ça arrive. Mais plus les mois et les années passent, et plus ces personnes accumulent les « échecs explicables par toutes les raisons imaginables sauf moi-même. »

Et ils sont encore plus mauvais gagnants.
Chez les gens normaux, une victoire ou une réussite apporte un sentiment de joie et d’accomplissement. Chez les survivants par prétentions, ça apporte plutôt une incontrôlable arrogance haineuse. Ainsi, au lieu de se réjouir pour eux-mêmes, leur premier réflexe sera d’utiliser cette opportunité pour régler leurs comptes, rabaisser, insulter. En général, avec des commentaires sur le thème de « Ha! Ha! Vous pensiez que j’étais pas capables, hein!? Vous vous pensiez meilleurs que moi, hein!? DANS VOS FACES, LES LOSERS! ».

En réagissant de cette manière, cette personne démontre deux choses : Premièrement, le fait qu’elle ne s’attendait pas elle-même à remporter cette victoire. Car en effet, quelqu’un qui a confiance en soi et en ses capacités ne va jamais agir comme si ses réussites étaient des événements aussi extraordinaires. Et ensuite, ça démontre un total manque de confiance en soi, sentiment qu’elle projette sur tous ceux qui considéraient (avec raison) que ses chances de l’emporter étaient minces.

Quand on considère que chaque réussite personnelle est en fait une victoire contre le reste de la population, ça donne une idée du nombre de gens envers qui on se sent en compétition, et inférieur. Ceci dit, ce n’est pas comme si ce genre de personne allait savourer longtemps sa victoire. Car plus souvent qu’autrement…

Leur besoin irrésistible de se vanter les sabote.
Lorsque c’est le genre de travail qui demande signature de contrats, le secret est souvent de mise. Mais chez ces gens-là, leur besoin de se vanter est tel que même si on leur fait signer une entente de confidentialité, ils vont la violer avant même que l’encre soit sèche, en s’en vantant à tous, aussi bien en personne que sur le net.

Ils vendent la peau de l’ours.
Le problème lorsque l’on vit de rêves au lieu d’être réalistes, c’est que l’on prend ses rêves pour des réalités. Par exemple :

Les faits : Une personne qui travaille pour la télé l’a complimenté sur un de ses dessins.
Son interprétation des faits : « YES! Télétoon va faire une série avec mes personnages! »

Les faits : Un chef d’équipe d’un boulot quelconque lui suggère d’envoyer sa candidature.
Son interprétation des faits : « YES! On m’offre un poste à la vice-présidence avec un salaire de $80 000.00 par année pis j’commence la semaine prochaine! »

Les faits : Elle a eu une conversation avec une personnalité publique quelconque.
Son interprétation des faits : « YES! Il est full amoureux de moi, tous les signes sont là, juste de la façon dont il m’a regardé en éternuant dans son café! »

Ses fabulations ont toutes ceci en commun : Aucune ne se réalisera.

Ils n’ont que deux opinions aux sujet des autres : Ou bien extrêmement positive, ou bien extrêmement négative.
Quand elle a l’œil sur un homme, alors elle en parle comme étant la plus parfaite représentation de l’humanité dans son entier. Mais dès qu’il repoussera ses avances, alors là il sera imbécile, macho, misogyne, pédosadozoophile. Le même principe va s’appliquer à tout ce qui ne lui donnera pas ce qu’elle demande : Les gens, les boulots, les associations et organismes, etc.

Ils n’ont que deux opinions à leur propre sujet : Ou bien extrêmement positive, ou bien extrêmement négative.
Quand ils ont l’opportunité unique d’avoir du succès, par exemple sous la promesse de décrocher un emploi de rêve, haut placé, bien payé, c’est « OMG je suis le plussse meilleur winner de tous les temps de toute l’Histoire de l’humanité dans toute son entier » … Mais si au final ils ne l’obtiennent pas, c’est « OMG je suis la pire des merdes de ce trou de seize tonne de purin qu’est mon existence depuis toujours. »

Ils ont toujours besoin de se faire réconforter par les autres.
Incapables de se trouver du (vrai) mérite, ils ont besoin que ce soit les autres qui leur en trouve. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils vont se plaindre publiquement en s’accusant d’être des moins que rien. En le faisait de manière exagérée, ils savent (ou du moins ils espèrent) que leurs amis vont venir leur remonter le moral en leur vantant leurs mérites.

… ce qui ne donne pas toujours les résultats escomptés.

Ceci dit, l’image précédente n’est qu’un gag irréaliste. Dans la réalité, ces gens-là ne recevraient jamais ce genre de réponses. Et la raison est simple :

Ils ne s’entourent que de lèche-culs.
Tout le long de leurs vies, leur entourage va se diviser en quatre groupes :

  1. Ceux qui en ont vite marre de son attitude merdique. Ces gens-là vont juste s’en éloigner.
  2. Ceux qui ne sont pas dupes de sa bullshit et qui n’hésitent pas à la confronter. Dans ce cas-ci, c’est elle qui va les bannir.
  3. Les membres de la famille, obligés d’être là parce que membres de la famille.
  4. Et ceux qui, pour diverses raisons, acceptent son attitude, s’en foutent, ou (étrangement) l’y encouragent. C’est ceux-là qui vont constituer son entourage.

Ils ne vont jamais reconnaitre leurs erreurs…
… et ils refusent de faire tout effort pour s’améliorer. Parce que changer leur façon de faire, c’est l’équivalent d’avouer avoir fait erreur. Et ça, ils sont trop orgueilleux pour l’admettre, même envers eux-mêmes. En fait, la seule fois où ils vont l’admettre, c’est en disant un truc du genre de: « Ma seule erreur fut de faire confiance aux mauvaises personnes. », Ce qui est une façon détournée de mettre encore la faute sur les autres.

Leur haine est éternelle et ils ne décrochent jamais.
J’ai un jour rencontré un gars de 38 ans qui parlait encore en mal de sa prof de maths du secondaire III. Jusque-là, passe encore, même si c’est rare qu’on voit des gens qui restent aussi longtemps accro à ce genre de truc. Mais lui, sur ma console de jeu vidéo, il a créé un joueur au nom et à l’effigie de cette prof. Puis, il s’amusait à jouer ce personnage en s’arrangeant pour obtenir les scores les plus minables qui soient. Pour ensuite me montrer ça en riant d’elle.

Je répète : Le gars avait trente-huit ans.
Et c’était vingt-cinq ans après avoir eu cette prof.
Oui!
Vraiment!

Ils passent plus de temps à planifier comment détruire moralement / physiquement / financièrement / socialement ceux qui les ont rejetés, que de trouver le moyen d’être acceptés.
Par exemple:

  • Un employeur refuse de l’embaucher? Il part en campagne de salissage publique contre cet employeur. Et il rêve du jours où ils sera assez riche pour racheter la compagnie, et la fermer.
  • Un homme / une femme refuse ses avances? Ils part en campagne de salissage publique contre cet homme / cette femme. Et ils rêve du jour où ils sera méconnaissablement beau pour les séduire, et leur briser le cœur en les repoussant.
  • Au fil des années, il a vu un de ses amis commencer à jouer du violon, passant d’amateur à véritable musicien, à professionnel, à l’orchestre Symphonique de Montréal? Alors il rêve de pouvoir un jour posséder un Stradivarius, juste pour le plaisir de le briser à coup de massue devant ses yeux horrifiés, en brûler les morceaux, manger les cendres et les chier dans une assiette avant de lui écraser au visage.

Et quel fut le crime de son ami pour mériter ça?  Avoir réussi dans la vie!

Du reste, ce genre de personne a très hâte d’être couverte de gloire, d’argent et de pouvoir, pour ensuite retourner dans son village d’origine pour en faire baver à tous ceux qui ont commis le crime de ne pas l’avoir mis sur un piédestal pendant les vingt-et-quelques premières années de sa vie.

Avec les années, ils accumulent un nombre de plus en plus aberrant d’ennemis.
Tel que démontré plus haut, non seulement ils finissent par détester chaque personne, chaque entreprise, chaque organisme, chaque TOUT qui passe dans leur vie, leur rancune est perpétuelle et éternelle. Ce qui fait que, dès la mi-trentaine et jusqu’à leur mort, ils n’ont plus que deux sujets en bouche : Parler en bien de leurs projets, et parler en mal contre tous ceux qui (à leurs yeux) les ont sabotés, causés du tort, snobés. Et plus les années passent, moins il parle de projets, plus il gueule contre les autres.

Ceci dit, la liste de ses ennemis peut se diviser en trois :

  • 2% de vrais ennemis, avec qui le sentiment négatif est réciproque.
  • 18% qui ignorent que telle est leur relation.
  • 80% qui ne savent même pas que cette personne existe.

Si le moindre revers lui cause tant de haine, c’est qu’il perçoit chaque échec comme preuve de plus qu’il n’est pas à la hauteur. Et quand on a besoin de se prétendre mieux que tout le monde par réflexe de survie, on ne peut pas laisser passer ça. Chaque personne qui nous ramène à cette réalité insupportable devient donc la personne à abattre, celle qui en sait trop.

Heureusement pour leur ennemis, ses planifications ne dépasseront jamais le stade de la fantaisie. Normal : Si cette personne était capable d’accomplir tout ceci, elle serait déjà une personne à succès.

Mais tant et aussi longtemps que cette personne perdra son temps et ses énergies dans la prétention et les apparences, plutôt que d’apprendre de ses erreurs et de s’investir dans les moyens de se réaliser, son succès ne risque pas d’arriver de sitôt.