Évolution personnelle: Où trouver la motivation?

Il y a environs deux mois, un lecteur nommé Alexandre m’a écrit ceci:

Bonjour Steve,

Je laisse ce commentaire sur ton post le plus récent. Je suis récemment tombé sur tes écrits par hasard et je les trouve assez intéressants. Ta progression et ton évolution, comment tu es parti de rien, c’est assez impressionnant comme travail personnel je dois avouer.

Je me rappelle qu’adolescent, je te lisais dans Safarir.

Il y a cependant un truc qui me chicote – et c’est probablement matière à un post en entier, peut-être…

Comment trouvais-tu et maintenais-tu ta motivation pour continuer ton évolution? Par exemple, tu mentionnes t’être mis à la course à pied. En ligne droite le plus loin possible, à chaque jour.

Comment gardais-tu ta motivation pour t’assurer de continuer à faire les efforts nécessaires pour atteindre tes objectifs?

Tes écrits ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd. Bien qu’il y ait certain sujets sur lesquels j’ai une opinion différente (c’est un peu normal; nous n’avons pas le même background et expériences de vie), je trouve tes écrits en général très enrichissants et vais tenter d’intégrer certaines leçons à ma vie.

Merci pour tout.

Il y a bien des choses que je pourrais répondre à ça. Tout d’abord, la réponse air-bête: « J’en ai déjà parlé. C’est sur mon blog. Cherche! » Mais bon, après 9 ans et ¾ d’existence et 426 billets, je comprends que la tâche puisse être pénible. Aussi, je répondrai à ta question ici, avec lien lorsque je citerai un vieux billet.

Seconde réponse air-bête: « La motivation est là où elle est! » C’est quelque chose que je prêchais déjà il y a onze ans, lorsque j’ai posé ma candidature pour Défi Diète 2008 avec ce vidéo. Dans celui-ci, je dis carrément que si je cherche à perdre du poids, ce n’est pas pour « améliorer ma santé » ni pour « m’assurer que mes petits enfants aient la chance de connaître leur grand-père », et encore moins parce que « ma femme et/ou mes enfants s’inquiètent de moi. » Non! Moi, si je veux perdre du poids, c’est parce que je veux être beau. Eh bien ma vidéo, autant que son titre et ma déclaration ont fait de moi le premier candidat choisi, tellement je détonnais sur les autres.

Trois mois plus tard, à la fin de Défi Diète, j’avais perdu 22 lbs.

Extrait de mon billet Témoignage d’un ex-gros, 2 de 2.
[Le] 14 janvier 2009. Une grande photo couleur de moi trône au centre de la page 45 du Journal de Montréal. C’est Défi Diète qui invite le public à poser leur candidature pour l’édition 2009, en m’ayant choisi en tant qu’exemple de participant de l’année dernière à qui le programme a été profitable.

Le reportage s’intitule Que sont-ils devenus? et a été fait à partir d’entrevues téléphoniques dans lequel ils nous posaient quelques questions sur notre vie post-Défi Diète 2008. En particulier au sujet de où nous en étions rendus avec notre poids. Voici le bilan pour les dix candidats:

  • 1 a repris 0.8 lbs.
  • 1 a repris 3 lbs.
  • 1 a repris 4.5 lbs.
  • 1 a repris 10 lbs.
  • 1 a repris 15 lbs.
  • 1 n’a pas pu être rejoint pour en parler (J’ai appris plus tard qu’il avait repris plus que ce qu’il avait perdu.)
  • 1 est resté au même poids.
  • 1 a perdu 2 autres lbs.
  • 1 a perdu 10 autres lbs.
  • Et moi, avec mon 196 contre les 208 de la fin de Défi Diète 2008 j’ai perdu 12 autres lbs. [Fin de l’extrait]

La différence entre eux et moi? Je ne me suis pas préoccupé de bien paraître aux yeux des autres en ayant une motivation politically correct socialement acceptable. Ma motivation, devenir beau, venait de moi, et non d’une source extérieure. Les six premiers candidats sur les dix que nous étions étaient motivés par tout l’entourage que nous avions à Défi Diète: Les entraineurs, les motivateurs, la nutritionniste, les reportages… Dès qu’ils ont perdu tout ça, ils n’avaient plus de motivation. Mais dans mon cas personnel, puisque ma motivation était en moi, je n’ai jamais pu la perdre.

Mais voilà, je me suis déjà fait dire: « L’orgueil et la vanité, ce sont des défauts. Est-ce vraiment une bonne idée de se motiver avec quelque chose de négatif? » À ça, je réponds: Quand on dit motivation négative, il y a celui qui va accrocher au mot motivation, et il y a celui qui va accrocher au mot négatif. Le premier va avancer. Le second va rester sur place.

Extrait de mon billet Tout passe par le physique
Les défauts sont-ils obligés d’être des défauts?
C’est là que je me suis posé la question suivante: Et si, au lieu d’essayer de se débarrasser des défauts de notre personnalité comme le voudrait une société trop bien-pensante, on les accepterait plutôt comme étant partie intégrante de soi-même? Mieux encore: Et si on utilisait plutôt toute l’énergie physique et mentale contenue dans nos défauts pour l’investir dans quelque chose de positif?

Je suis orgueilleux et vaniteux? Ok alors, voilà ma source de motivation mentale pour changer mon apparence. Je suis jaloux et envieux du physique des gars qui plaisent? Voilà la source de ma motivation physique pour faire de l’exercice. Je suis frustré d’avoir été rejeté par des filles qui disaient préférer des bons gars comme moi, mais qui s’en allaient toujours vers des gros machos violents qui auraient pu m’envoyer à l’hôpital d’une pichenette? Voilà ma source de rage, ce qui me fournit en énergie, qui me pousse à aller toujours plus loin, à faire de plus en plus d’efforts.
[…]
Orgueilleux, vaniteux, jaloux, envieux et frustré. Cinq traits de caractère qui auraient pu me pousser à commettre des gestes négatif envers mon entourage et moi-même. Cinq défauts qui auraient pu me détruire. Je les ai plutôt utilisés pour me construire.
[Fin de l’extrait]

Mais voilà, c’est une chose d’avoir la motivation de commencer, c’en est une toute autre d’avoir la motivation de ne pas lâcher en cours de route. Ce qui décourage les gens, c’est que, peu importe le temps qu’ils consacrent à leur but, celui-ci a beau se rapprocher, il reste qu’il ne se rapproche qu’à à pas de tortue amputée de trois pattes. Quelle est la solution, alors? Simple: Mettre son focus sur le travail plutôt que sur le résultat du travail.

Extrait de mon billet S’entrainer avec sagesse.
L’AUTRE : Son objectif: Perdre 60 lbs / 27 kgs.  Par conséquent, son but était encore très loin.
MOI : Mon objectif: Aller au gym de 2 à 4 fois par semaines, faire 10 exercices, trois sets de 10 répétitions, jamais les mêmes exercices que le jour précédent.  Donc, à tous les jours où je revenais du gym, j’étais satisfait car j’avais atteint mon but.  Donc, tandis que…

L’AUTRE : Met son focus sur la perte de poids, donc sur le résultat de l’exercice…
MOI :  Je mets mon focus sur l’exercice.  Non seulement ça m’apporte la satisfaction quotidienne d’avoir atteint mon but, le résultat sous forme de perte de gras et de gains musculaires ne devient plus qu’un bonus, une prime qui se rajoute agréablement à la satisfaction du travail bien fait.
[Fin de l’extrait]

J’élabore davantage:

Extrait de mon billet Ajuster ses résolutions du nouvel an.
À chaque année, c’est la même chose:  On se donne des résolutions dans le style de…

  • Perdre du poids.
  • Se mettre en couple.
  • Avoir un bon travail.
  • Devenir riche.
  • Devenir célèbre. (Si on est artiste)

… et à chaque année, on est déçu de ne pas avoir réussi.  Mais ce n’est pas grave.  Voici la nouvelle année.  Cette fois, c’est dit: On se donne des résolutions dans le style de…

  • Perdre du poids.
  • Se mettre en couple.
  • Avoir un bon travail.
  • Devenir riche.
  • Devenir célèbre.  (Si on est artiste.)

Vous savez ce qui ne va pas dans ces résolutions?  Très simple : Ce ne sont pas des actions.  Ce sont des résultats d’actions. Voilà pourquoi ça ne marchera pas plus cette année que l’année d’avant.

Vous ne voyez pas la différence? D’accord, je précise : Si je vous dis : Perds du poids! Maintenant!  Là! Tout de suite!  Vas-y!  Go! Allez, maigris!  Êtes-vous capable faire ça sur commande? Non, hein!?

Par contre, si je dis :  Fais du jogging!  Vous pouvez vous lever et courir immédiatement.  Si je dis Mange moins et mange mieux.  Vous pouvez vous préparer sur le champ un truc bon pour la santé et n’en manger qu’une portion raisonnable.

Ça parait simple, anodin, voire ridicule comme ajustement.  Pourtant, c’est ce petit changement qui va faire toute la différence. Voyez plutôt: Si votre focus est de perdre 10 kgs / 20 lbs, alors ça prendra 2, 3, 4, 5 mois avant de pouvoir enfin ressentir la satisfaction. D’ici à ce que vous atteigniez votre but, vous risquez de trouver le temps long, ce qui augmente les possibilités d’abandonner en chemin.

Par contre, si votre but est de faire du jogging trois fois par semaine, alors ce sera trois fois par semaine que vous ressentirez la satisfaction de l’avoir atteint, ce but. Focussez sur bien manger, et vous ressentirez en plus cette même satisfaction trois fois par jour.  Non seulement la satisfaction d’avoir atteint son objectif sera quotidienne et multiple, la perte de poids ne deviendra qu’un effet secondaire, un  bonus qui se rajoute à tout le positif que l’on a déjà vécu. Avouez que c’est bien plus encourageant comme ça.
[Fin de l’extrait]

C’est sûr qu’ici, on parle d’exercice. Il reste que c’est une mentalité que j’applique également dans toutes les facettes de mon existence.

Et c’est reparti pour 2019
Comme je le répète souvent, depuis que je me suis brisé une vertèbre il y a dix mois, j’ai eu à cesser toute activité physique. J’aurais cependant dû ajuster ma diète, car je suis remonté à 218 lbs. Je reste encore loin des 232 lbs pré-Défi-Diète-2008, surtout que j’ai pris un peu de muscle ces onze dernières années, mais ça reste 20 de trop que ma normale. Et bien je m’y remet cette année, et je posterai le journal de mes progrès ici à toutes les deux semaines. Ça permettra de voir en direct comment je me motive dans un environnement nouveau.

Publicités

Le Complexe de Super-HOT-ité 2, les photos!

Il y a sept mois de ça, en novembre 2010, en regardant les images tournées pour 1 Gay 1 Hétéro, le film, je n’ai pas eu le choix de constater le retour de mon double menton.

Quelques statistiques :

  • Janvier 2008 : 232 lbs.
  • Avril 2008 : 208 lbs grâce à Défi Diète.
  • Aout 2008 : 187 lbs, mais je n’aime les creux et rides que ça donne à mon visage.  Je me permet d’en reprendre un peu.
  • Septembre 2008 à janvier 2009 : 195 lbs.
  • Février 2009 à novembre 2010 : J’en reprend assez lentement pour ne pas trop m’en rendre compte.
  • Décembre 2010 : Je fais de nouveau osciller la balance à 216.

Un mois plus tôt, novembre 2010, je m’étais mis au défi ici-même de prendre six mois pour me faire un corps d’athlète. J’avais hélas peu de motivation pour lever des poids. Et c’est là que, de nulle part, m’est venu l’idée de changer mon objectif. J’allais plutôt faire la chose en deux étapes. La première : Me déconstruire en perdant du gras. La seconde : me reconstruire en prenant du muscle.

Pour la première étape, j’ai cette fois choisi d’en perdre par l’exercice. J’en ai choisis un seul. Mais pas n’importe quel. J’ai pris celui dans lequel j’ai toujours été le plus poche : La course à pied. Et pour me motiver, je me donne un objectif : Me mettre assez en forme pour pouvoir participer au Marathon de Montréal de septembre 2011, une course de 42 Km.

Aujourd’hui, presque six mois et demi plus tard, mon poids est rendu à 182 lbs. Et voilà les résultats en photo :

En dix ans, c’est la 3e fois que je perds du poids.
La première fois, 2001-2002, je l’ai fait en improvisant, et surtout en me privant. Mais voilà, on ne peut pas passer sa vie à se priver. Ça n’a pas tenu.

La seconde fois, 2008, je l’ai fait grâce à une entraineuse privée au gym, une nutritionniste et un motivateur. Mais voilà, une fois Défi Diète terminé, je ne pouvais pas me les payer moi-même. Ça n’a pas tenu.

La troisième fois, maintenant, je l’ai fait en brûlant mes calories par la course à pieds, tout simplement. Pas de privation. Pas de faim. Pas de frustration. Pas de dépenses pour un gym. Pas besoin de personne, ni entraineur, ni nutritionniste. Si je reprends une coupl’ de lbs, je sais comment les reperdre aussitôt : Sortir et courir. That’s it! Voilà pourquoi je peux me permettre d’affirmer que cette 3e perte de gras est la bonne. Celle-là, elle va tenir.

Et la meilleure : Je me suis rendu compte que, contrairement au poids perdu par régime alimentaire, le visage ne vire pas full ridé et étiré. Maintenant, il ne me reste plus qu’à me mettre aux poids et haltères pour me faire un physique athlétique. Et ça va être d’autant plus encourageant puisque, sans couche de gras pour camoufler, les résultat de la prise musculaire vont se voir bien mieux et plus vite.

Pour ceux qui se demanderaient pourquoi je n’ai pas porté mon chandail de Superboy pour cette séance de photos, contrairement au premier article de cette série, c’est que j’ai changé de gueule, ce qui fait que je ressemblerais plutôt à Thor maintenant.

Dire qu’il y a encore des gens de mauvaise foi pour colporter l’idée mensongère à mon sujet comme quoi je n’atteins jamais mes objectifs parce que je recherche la facilité. C’est parce qu’il y a une chose qu’ils font semblant de ne pas comprendre: Quand je me donne un objectif dont le succès ou l’échec ne dépend de rien d’autre que moi, un objectif qui ne peut être saboté ni par une tierce personne ni par un hasard malchanceux, je réussis. C’est exactement ce que j’expliquais dans mon billet Les Trois Raisons Possibles de l’Échec. Et comme je viens de le prouver, ce n’était pas des paroles en l’air.


Undersize Me 7: Le post scriptum

Tel que promis, ce matin, une semaine plus tard, je me pèse, et…

… je suis de nouveau à 196 lbs, soit mon poids de départ.

Cette petite expérience avec ce fameux régime de 3 jours m’amène donc à tirer les deux conclusions suivantes:

  • Le suivre nous fait perdre moins que les 10 lbs annoncés.
  • Peu importe ce que l’on a perdu, on le reprend aussi vite.

Il y en a certainement parmi vous qui vont me dire « Franchement, j’aurais pu te l’dire que ça ne marchait pas, c’te régime là. C’était évident! » Eh bien non, justement, ce n’était pas évident.  Parce que, pour une raison que je ne comprendrai jamais, ceux qui prétendent détenir les réponses sur un sujet ne veulent jamais nous les donner.  Ou bien il faut les croire sur parole, ou bien il faut « trouver la réponse par soi-même ». Malheureusement, lorsque, comme moi, on est acculé à prendre la seconde option, alors on se fait niaiser pour ne pas avoir pris la première.

L’exemple le plus flagrant, c’est cet homme dont je parle au tout début de ma série d’articles, Jonathan Fontaine. Cet homme est un nutritionniste.  Cet homme a décidé, de son propre chef, d’écrire un article qui décommande ce régime. Mais voilà, au lieu d’agir comme le ferait tout nutritionniste qui parle au nom de sa profession, il nous donne zéro point valide. Aucun argument nutritif. Aucun argument de santé. Aucune preuve. Rien! Juste des opinions personnelles et des « Il me semble que… » Il nous met donc en situation d’ignorance imposée. Comment d’autre est-ce qu’on est supposé avoir la réponse dans ce temps-là, sinon en le faisant, ce régime qu’il nous décommande?

Vous me répondrez peut-être que, puisqu’il est nutritionniste, il ne va quand même pas donner des réponses gratuitement sur son blog. Ben justement: S’il ne veut pas donner des trucs de nutritions gratuits sur le net, alors pourquoi est-ce qu’il a un blog de nutritionniste? Regardez l’adresse de sa page: C’est carrément http://lenutritionniste.com/.

En tout cas, ici au moins, vous aurez juste à aller sur la liste de liens de cette série d’articles en bas de ce billet pour avoir tous les détails de ce régime, un repas à la fois. Vous n’aurez donc plus à vous fier aux professionnels qui aiment tant narguer les autres en disant détenir les réponses sans jamais vouloir les donner.

PETIT DÉTAIL: Ces 11 derniers jours, j’ai reçu beaucoup de commentaires de gens bien intentionnés qui me recommandaient d’autres régimes mieux balancés afin de perdre du poids. Je vous remercie, mais mon but en faisant ce régime n’était pas de perdre du poids. Le but premier a toujours été de tester pour voir si ce régime fonctionne à court ou à long terme, c’est tout. Et je ne l’ai fait que pour rendre service à tous ceux qui ont voulu l’essayer, mais qui n’ont jamais eu les faits prouvant si ça fonctionne ou non.

__________________________
Tous les billets de cette série:
Undersize Me 1: Un simple test !
Undersize Me 2 : la préparation
Undersize Me 3: Premier jour de diète
Undersize Me 4: Second jour de diète
Undersize Me 5: 3e (et dernier) jour de diète
Undersize Me 6: Finale
Undersize Me 7: Le post scriptum

Undersize Me 6: Finale

Lever: 8:00

Et me voici enfin au matin après la diète de trois jours. Mon poids final est donc de…. (roulement de tambour) …

Donc, en résumé:

Poids de départ: 196 lbs
Poids perdu le 1er jour: 4 lbs
Poids perdu le 2e jour: 2 lbs
Poids repris le 3e jour: 4 lbs
Poids final: 194 lbs
___________________________
Variante totale du poids: –2 lbs

On est loin du -10 promis.

Mes impressions finales:
Décevant mais prévisible. Non seulement on ne peut pas perdre 10 lbs en trois jours, il est impossible d’y arriver avec de minuscules portions au déjeuner et dîner, et une énorme au souper. C’est tôt dans la journée que l’on a besoin des calories pour pouvoir passer à travers, pas en soirée alors que l’on n’a plus rien à faire à part relaxer. Les anglais ont un dicton au sujet du contrôle du poids via la nourriture, qui se traduit comme suit: Déjeune comme un roi, dîne comme un prince, soupe comme un pauvre.

Le plus que je puis dire de positif de cette diète, c’est de la recommander en tant que diète d’un seul jour. Parce qu’il n’y a que la première journée que les portions étaient raisonnables, et que la perte de poids était la meilleure. Quatre livres en moins en 24 heures, c’est quelque chose, surtout quand on sait que ça prend généralement 10 jours d’une diète normale pour arriver aux mêmes résultats. Et ceux qui disent que j’ai probablement « juste perdu de l’eau » n’ont pas compté le nombre de verre que j’ai bu ce jour-là, ni le nombre de fois où ça m’a fait aller au petit coin.

Alors voilà. Je peux maintenant revenir à ma diète normale aux portions calculés et bien balancés, recommencer l’exercice, et surtout continuer l’entraînement pour le marathon.

Ah, et dans une semaine, je me prendrai mon poids de nouveau afin de voir si ces 2 lbs perdues étaient temporaires ou permanentes, dans un billet intitulé Undersize Me 7: Le post scriptum.

Ce que cette expérience m’aura appris:
Deux choses: Que j’aime les betteraves et que je me préfère barbu.

__________________________
Tous les billets de cette série:
Undersize Me 1: Un simple test !
Undersize Me 2 : la préparation
Undersize Me 3: Premier jour de diète
Undersize Me 4: Second jour de diète
Undersize Me 5: 3e (et dernier) jour de diète
Undersize Me 6: Finale
Undersize Me 7: Le post scriptum

Undersize Me 5: 3e (et dernier) jour de diète

Lever: 8:45

Comme je m’en doutais hier, avoir absorbé moins que 1000 calories a diminué l’efficacité de la perte, puisqu’en dessous de ce nombre le corps est porté à garder ses réserves. Mais tout de même:


Poids de départ: 196 lbs
Poids perdu le 2e jour: 2 lbs
Poids perdu en tout: 6 lbs.
Poids actuel: 190 lbs

J’ai calculé d’avance hier, et je sais que le nombre de calories que j’avalerai aujourd’hui sera de 1060. On verra bien dans 24 heures ce que ça va donner.


DÉJEUNER

Servi à: 9:15

Au menu: 5 biscuits soda, 1 tranche de fromage cheddar, 1 petite pomme.

… Ben, c’est ça!


DINER

Servi à: 13:15

Au menu: 1 oeuf à la coque, 1 toast.

Procédure: J’ai appris bien jeune que de mettre un oeuf froid dans de l’eau bouillante, ça brise l’oeuf, et on se retrouve avec un machin blanc et jaune difforme qui goûte l’eau et qui ressemble à une tumeur en phase terminale. J’ai donc mis l’oeuf froid dans de l’eau froide, ce qui fait que les deux ont réchauffé en même temps dans la marmite.

Hélas, comme je ne mange jamais d’oeuf à la coque, je n’ai jamais vraiment appris le temps de cuisson, ce qui fait que le jaune était cuit à moitié. Mais bon,  je ne crois pas que ça va changer grand chose à la « chimie de la combinaison des aliments » dont parle la diète.

Mes impressions: Pour une raison que je ne comprends pas, je suis plein d’énergie.  J’en ai profité pour faire du ménage et popoter d’avance les lunchs de ma blonde (Demain: Pain à la soupe à l’oignon, recouvert de boeuf haché aux épices de tacos, le tout gratiné.  Elle travaille de soir et je refuse qu’elle se contente de sandwiches.)

Je n’ai pas non plus ressenti de faim entre les deux repas. Voyons si ça va se passer aussi bien lors des six prochaines heures.


SOUPER

Au menu: 1 tasse de thon (dans l’eau), 1 tasse de betteraves, 1 tasse de choux-fleurs, ½ banane ou cantaloupe, ½ tasse de crème glacée.

Ok, TIME OUT! … Est-ce qu’ils s’imaginent vraiment qu’un estomac peut engouffrer quatre tasses de matières? Le mien, en tout cas, ne le peut pas. Hier soir, j’ai eu à en gober trois, il a fallu que je me force, et j’ai craint de dégobiller durant l’heure qui a suivi.

Procédure: Je vais préparer le repas, je vais manger de tout, mais seulement que la moitié. Je n’ai pas envie de revivre mon malaise d’hier. Je prendrai l’autre moitié deux heures plus tard. Je réalise bien que ça signifie cesser de suivre la diète à la lettre, chose que je voulais éviter. Mais je n’ai pas le choix. C’est ça ou me rendre malade.

Servi à:
19:15

Et voilà! une demi-portion maintenant, et je me taperai l’autre dans deux heures.

Seconde portion servie à: 21:45

Feeling général: Bleh! J’ai des crampes d’estomac. 😦


MON RAPPORT DE FIN DE JOURNÉE

Alimentairement parlant, cette journée a été la pire des trois. Minuscule déjeuner. Microscopique diner. Gargantuesque souper. J’ai passé le premier 2/3 de la journée à souffrir de la faim, pour ensuite passer le dernier 1/3 à  être écoeuré par la quantité de nourriture.

Vivement demain, non seulement pour la pesée officielle, mais aussi pour le fait que je vais pouvoir recommencer à manger bien balancé comme avant. Et aussi recommencer les exercices.


LES CALORIES DU JOUR

Ce calcul se base sur la valeur calorique des aliments tel qu’inscrits sur leurs contenants. Pour ce qui est des fruits et légumes, je suis allé voir sur http://www.thecaloriecounter.com/

De l’eau : 0
5 biscuits soda : 62
1 tranche de fromage cheddar : 113
1 petite pomme: 55
1 œuf : 70
1 toast : 100
1 tasse de thon: 240
1 tasse de betteraves: 200
1 tasse de chou-fleur : 30
½ banane: 50
½ tasse de crème glacée:140
Nombre total absorbé aujourd’hui: 1060 calories.

__________________________
Tous les billets de cette série:
Undersize Me 1: Un simple test !
Undersize Me 2 : la préparation
Undersize Me 3: Premier jour de diète
Undersize Me 4: Second jour de diète
Undersize Me 5: 3e (et dernier) jour de diète
Undersize Me 6: Finale
Undersize Me 7: Le post scriptum

Undersize Me 4: Second jour de diète

Lever: 9:15

WOAH! Mais c’est que ça marche vraiment!!! Ô_o

Poids de départ: 196 lbs
Poids perdu le 1er jour: 4 lbs
Poids perdu en tout: 4 lbs.
Poids actuel: 192 lbs

J’avoue que je ne l’aurais pas cru. Une livre, oui. Deux, ouais, passe encore. Mais QUATRE?

Bon, ben m’as aller déjeuner.


DÉJEUNER

Servi à: 10:00

Au menu: 1 oeuf, 1 toast, ½ banane.

Procédure: J’ai d’abord battu l’oeuf et j’y ai ensuite fait tremper le pain.

J’ai cuit le tout dans une poêle en teflon, et Ta-Daah! Un délicieux demi-sandwich à la banane sur pain doré. Et pis tiens: Verre d’eau à volonté. Y’a rien de trop beau.

Étant donné l’heure tardive du déjeuner, je vais attendre à 14:00 avant de songer à diner, histoire de laisser au moins quatre heures s’écouler avant le prochain repas.


DINER

Servi à: 14:00

Au menu: 1 tasse de fromage cottage, 5 biscuits soda.

Vérification: Une heure avant, j’ai eu comme un doute au sujet de la quantité de fromage cottage que j’ai acheté.  Je suis allé la vérifier, histoire d’avoir le temps d’aller en chercher d’autre s’il en manque.

Finalement, pas la peine: Un petit cassau, ça donne tout juste une tasse.

Le problème: J’ai également constaté que, une heure avant le dîner, oui, je peux dire que je commence à ressentir la faim.

La solution: Telle que recommandée dans la diète: Boire de l’eau. Ça marche!

Procédure: à 14:00, j’ai pris la chose comme une crème de tomate: J’ai émietté les biscuits dedans avant de manger le tout. Un délice! Faut dire que le fromage cottage faisait déjà partie de mes aliments habituels. Quoi que d’habitude je prends du 1%, mais là encore ça n’existait pas lors de la création de cette diète. Le 2% régulier était donc le meilleur choix pour rester le plus fidèle possible à la recette.

Et maintenant, laisser passer six heures avant le souper, ce qui le porte à 8pm.


SOUPER

Servi à: 20:00.

Au menu: 2 saucisses hot-dog, 1 tasse de brocoli, ½ tasse de carottes, ½ banane, ½ tasse de crème glacée.

Procédure: J’ai coupé les saucisses en petits morceaux et je les ai foutues avec le brocoli et les carottes dans une marguerite pour cuire le tout à la vapeur.  J’aurais bien voulu agrémenter le tout d’un p’tit peu d’huile, mais bon, ce n’est pas dans la recette. Je me suis contenté d’y mettre un peu de sel.

Premier problème: Cette fois-ci, c’est deux heures avant le repas que j’ai commencé à avoir faim.  Cette période-là a été agaçante. Étant donné que le déjeuner et le diner ne m’ont procurés que 552 calories, ça ne m’étonne pas que la faim m’a rongé. La solution de boire de l’eau a marché un peu, moins que la dernière fois. Ça a surtout fait augmenter mon nombre de voyages aux bécosses.

Second problème: Autant j’avais faim avant le souper, autant j’ai eu de la difficulté à le finir. J’avais encore de la place pour la crème glacée et la banane, mais j’aurais pu m’en passer parce que là je n’avais vraiment plus faim.


MON RAPPORT DE FIN DE JOURNÉE

Adekessé? : J’avoue que je ne comprends pas trop l’idée de sous-alimenter lors des deux premier repas et ensuite de sur-rassasier au 3e. Que ce soit Men’s Health, Muscles & Fitness ou bien Isabelle Huot, j’ai toujours entendu qu’il fallait faire l’inverse, soit un important déjeuner, un diner moyen et un petit souper.

Je ne comprends pas non plus pourquoi les repas d’aujourd’hui totalisent 500 calories de moins que ceux d’hier.

Bilan d’énergie: Je n’en ai pas manqué.

Bilan de fatigue: Je n’en ai pas souffert.

Bilan de concentration: Pas eu de problème avec ça non plus.

Bilan de faim: Ça oui, je l’ai ressentie, et ça a joué sur mon humeur. Je me suis senti un peu grognon pour une partie de la journée.

Bon ben, deux tiers de fait. Plus qu’une journée à tirer. Courage!


LES CALORIES DU JOUR

Ce calcul se base sur la valeur calorique des aliments tel qu’inscrits sur leurs contenants. Pour ce qui est des fruits et légumes, je suis allé voir sur http://www.thecaloriecounter.com/

De l’eau : 0
1 œuf : 70
1 toast : 100
1 banane : 100
1 tasse de fromage cottage : 220
5 biscuits soda : 62
2 saucisses hot-dog : 200
1 tasse de brocoli : 30
½ tasse de carottes : 25
½ tasse de crème glacée : 140
Nombre total absorbé aujourd’hui: 947 calories, soit environs 150 de moins qu’un trio Big Mac.

__________________________
Tous les billets de cette série:
Undersize Me 1: Un simple test !
Undersize Me 2 : la préparation
Undersize Me 3: Premier jour de diète
Undersize Me 4: Second jour de diète
Undersize Me 5: 3e (et dernier) jour de diète
Undersize Me 6: Finale
Undersize Me 7: Le post scriptum

Undersize Me 3: Premier jour de diète

Lever : 8 :45 am


DÉJEUNER

Servi à: 9 :00.

Au menu : ½ pamplemousse, 1 toast, 2 c. à table de beurre d’arachide.

Sur la copie de la diète que ma mère m’a remis, le texte semble avoir été tapé sur une vieille dactylo à ruban. Elle doit donc dater des années pré-ordi-à-la-maison, donc avant 1995. Et encore, les dactylos électroniques étant déjà monnaie courante dès 1985, celles à ruban se faisaient rares.

Bref, tout ça pour dire que la recette a été écrite il y a entre 15 et 30 ans, soit à une époque à laquelle crémeux ou croquant étaient les seules options disponible dans le beurre de pinotes. Aussi, plutôt que de prendre la version moderne liquide (parce que 100% naturel) de Kraft que je mange d’habitude, j’ai opté pour en piquer 2 cuillerées dans le Skippy classique de ma blonde. Parce que celui-là, lorsque la diète a été créée, il existait déjà.

Pour la même raison, pour les toasts, j’ai pris du simple pain blanc tranché au lieu des 8624 variétés qui existent aujourd’hui. Là encore, j’les pique à ma blonde parce que ça fait un an et demi que j’ai renoncé au pain. Ma diète normale en contient déjà sous forme de gruau, granoles, pâtes et autres équivalents, alors je ne voyais pas pourquoi en rajouter plus.

Au moment où j’écris ces lignes, il est 13:00. Je suis surpris. Je me serais attendu, quatre heures après le déjeuner, à me sentir affamé. Or, il n’en est rien.


DÎNER

Servi à: 13:15

Au menu: 1 toast, ½ tasse de thon, un thé.

Constatation: ½ tasse de thon, c’est le contenu exacte d’une petite can.

Procédure: J’ai suivi la recette à la lettre: Pas de mayonnaise ni échalotes ni poudre d’oignon ni jus de citron. Juste du thon.  Ça fait un peu sec comme tartinade sur une toast. Pour ce qui est du thé, d’habitude je laisse infuser 5 poches dans un litre et demi d’eau que je bois tout le long de la journée. Cette fois-ci, je me suis contenté de m’ébouillanter la poche dans une tasse.

Après avoir avalé le tout, là encore je constate que la chose est bourrative. Reste à savoir si ça va durer pour les 6 prochaines heures.

Update: 17:00.  Jusque là ça va. Je ne ressens pas la faim. Aucune baisse  d’énergie non plus ni de problème de concentration. La preuve: Je regarde des épisodes de Doctor Who pis j’les comprends.


SOUPER

Servi à: 18:30

Au menu: 2 tranches de viande (3 oz / 85 grammes), 1 tasse de fêves, 1 tasse de betterave, 1 petite pomme, ½ tasse de crème glacée.

Procédure: La viande était du boeuf haché. Il faisait 85 grammes avant cuisson. Je l’ai fait cuire dans une poêle en teflon, histoire d’éviter les huiles et autres gras.  Tel que permis dans la diète, j’ai salé un peu.

Pour ce qui est de la crème glacée, j’ai choisi vanille. Parce que sinon, les seules autres saveurs que j’aime sont butterscotch et érable, deux versions dont le taux de sucre serait fort contreproductif.


Constatation: Les betteraves goûtent moins pire que j’imaginais. C’est pas mauvais, en fait.

Jusqu’à maintenant, je peux sincèrement dire que je n’ai pas souffert de la faim. Cette diète ne me donne aucune sensation de privation. Il est vrai que ce n’est que le premier jour, que je viens de terminer le souper, et que je ne me couche que dans six heures. Je reviendrai à ce moment-là vous faire mon rapport de fin de journée.


MON RAPPORT DE FIN DE JOURNÉE

L’heure: 00:30

Les six dernières heures: J’ai passé la soirée avec une amie à regarder des épisodes de Doctor Who et Torchwood en chaine. Durant cette période, je me suis permis un Pepsi Diète, because que zéro calories. Je n’ai pas souffert de fatigue. Je n’ai pas souffert de problèmes de concentration.  Et non seulement je n’ai pas ressenti la faim, c’est sans fringale que je vais maintenant aller au lit.

Et s’il faut chercher loin: Dehors, j’ai eu un peu plus froid que d’habitude pour une température semblable. Le manque de calories, peut-être?

Opinion générale: Ce premier tiers de diète a été parfois original, mais somme toute positif. J’ai hâte à la suite.


LES CALORIES DU JOUR

Ce calcul se base sur la valeur calorique des aliments tel qu’ inscrits sur leurs contenants. Pour ce qui est des fruits et légumes, je suis allé voir sur http://www.thecaloriecounter.com/

½ pamplemousse: 50
2 toasts: 200
2c. beurre d’arachide: 200
½ tasse de thon: 120
85g. de boeuf haché: 200
1 tasse de fêves: 250
1 tasse de betteraves: 200
1 petite pomme: 55
½ tasse de crème glacée:140
1 thé vert: 0
1 Pepsi Diète: 0
De l’eau: 0
Nombre total absorbé aujourd’hui: 1415 calories.

__________________________
Tous les billets de cette série:
Undersize Me 1: Un simple test !
Undersize Me 2 : la préparation
Undersize Me 3: Premier jour de diète
Undersize Me 4: Second jour de diète
Undersize Me 5: 3e (et dernier) jour de diète
Undersize Me 6: Finale
Undersize Me 7: Le post scriptum