Comment j’ai appris à fermer ma gueule. Épisode 2 : Un jugement de cave.

Quatre ans se sont écoulés depuis le premier billet de la série Comment j’ai appris à fermer ma gueule.  Voici donc la suite que personne n’a jamais demandée.

Au début de l’année 2002, la montée de la popularité de l’internet combinée avec celle du manga en tant que style de dessin, fit exploser le phénomène du webcomic avec des séries populaires maintenant disparues comme Mac HallChugworth AcademySexy Losers (de qui on doit le mot FAP comme onomatopée de masturbation), et quelques autres qui existent encore aujourd’hui comme Something PositivePenny Arcade, et Sinfest

Considérant que telle serait la voie de l’avenir dans la BD, j’ai (possiblement) créé le premier webcomic québécois avec Collège Artiztech, sur la plateforme gratuite Geocities.  Sans pour autant prétendre que la série se qualifie en tant que manga, le style graphique de plusieurs personnages emprunte à différents degrés à l’école japonaise de la BD. 

Pour le personnage du directeur du collège, je tenais surtout à m’éloigner le plus possible du cliché que l’on voit trop souvent dans les mangas lorsqu’il s’agit d’une personne dans un poste d’autorité, c’est à dire un monsieur petit, vieux, chauve et obsédé sexuel.  J’ai juste gardé le côté obsédé et j’ai changé le reste.  Voici sa fiche de personnage:

FICHE DE PERSONNAGE: Ayant fait fortune au milieu des années 80 en tant que chanteur populaire, Richard Dicaire eut envie d’aider les jeunes artistes amateurs à faire connaître leurs talents.  Voilà pourquoi il a fondé le Collège Artiztech, une école qui se spécialise dans tous les domaines des arts.  Directeur du collège, il est surnommé Le Dic par les étudiant.  Comme on peut le voir au premier coup d’oeil, Richard n’a pas l’air de s’être rendu compte que la mode a évoluée depuis qu’il était adolescent.  Voilà pourquoi il porte encore le même style de vêtements et de coiffure que dans les années 80, en croyant toujours que ça lui donne l’air jeune et branché.
Richard a également une forte libido qui le pousse encore et toujours à tester ses charmes chez tout ce qui bouge, est jeune et féminin, en particulier les étudiantes.  Il est l’archétype du playboy qui vieillit mal.

Alors que je travaillais sur la série, je l’ai annoncée d’avance sur un forum de BD québécoise.  Dans ce sujet, on parlait de nos projets de BD personnels. Après avoir donné un bref résumé de la série, je décris le personnage du directeur du collège comme étant « Un cave qui ne s’est pas rendu compte que la mode avait changé en 20 ans, voilà pourquoi il se coiffe et s’habille encore comme lorsqu’il était ado dans les années 80: Parce qu’il croit stupidement que ça lui donne encore l’air jeune. »   Personnellement, je ne connaissais personne qui était comme ça. N’empêche que c’était un phénomène que j’avais déjà observé quelquefois chez les gens de mon âge.

Environs une semaine plus tard, je poste fièrement sur le forum le premier strip de Collège Artiztech.

À l’époque, je travaillais pour Safarir.  Et il se trouve que le rédacteur en chef était membre du forum.  En voyant ça, il commente: « Pas mal! Mais pourquoi est-ce que le directeur est un adolescent? »

Avant que j’aille eu le temps de voir son message, un autre membre du forum a répondu en me citant.  Comme ça, tout le monde a pu voir que je considérais que mon rédac-chef était « Un cave qui ne s’est pas rendu compte que la mode avait changé en 20 ans », car, comme le démontre son commentaire, « il croit stupidement que [ce look dépassé] lui donne encore l’air jeune. »  

Et voilà qui a jeté un froid dans notre relation.  Puisque j’avais écrit ça quelques jours avant son commentaire, c’est évident que je ne le visais pas LUI particulièrement.  Je n’avais aucune idée que lui aussi, comme trop de gens, ne se rendait pas compte que la mode des jeunes avait évoluée en vingt ans.  Mais d’un autre côté, en traitant ces gens-là de cave, ça voulait aussi dire que je le trouvais cave lui aussi.  S‘en est suivi un malaise qui fit que notre relation garda un froid pour le reste du temps où il occupa ce poste à Safarir.  Même que pendant ses deux ou trois derniers mois à ce poste, il a tout simplement cessé de me passer des commandes.  

Ce n’est que l’un des nombreux faux pas que j’ai commis dans le milieu de la BD québécoise, jusqu’à ce que je le quitte pendant sept ans à la fin de l’été 2008.  Celui-là n’a pas été le dernier et surtout pas le pire.  Mais j’en ai tiré une bonne leçon: Ce n’est jamais une bonne idée de se moquer des travers des gens, et encore moins de passer de sévères jugements à leur sujet, sans savoir si notre entourage inclut des gens qui peuvent s’en sentir visés.

Surtout si l’une de ces personnes est celui qui signe ton chèque de paie.

 

___________
Si vous voules voir les 50 gags suivants de Collège Artiztech, c’est ici.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans BD blog, Dose de Réalité, Fait vécu, Forum et communautés virtuelles, Psychologie et comportement social. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s