Quand la persévérance devient de l’acharnement et du harcèlement.

Persévérer –VS– s’acharner.
Dans ma jeunesse, on m’a bourré le crâne de belles phrases préfabriquées qui devaient être les clés du succès :

Quand on veut, on peut.
Il ne faut pas se décourager.
Un gagnant ne lâche jamais, un lâche ne gagne jamais.
Il ne faut jamais abandonner.

Si tout le monde me le disait, ça devait être vrai.  J’y ai donc cru.  À quinze ans, âge où on est généralement portés à rêver d’un travail qui ne sera qu’un passe-temps qui nous rendra riche, j’ai choisi quel sera mon métier : Humoriste.  Si je le voulais, je le pouvais.  J’avais juste à ne jamais me décourager ni abandonner car si un gagnant ne lâche jamais, un lâche ne gagne jamais, n’est-ce pas!?

De mes quinze à trente-trois ans, j’ai essayé à d’innombrables reprises de devenir humoriste.  Tout y est passé : L’École nationale de l’humour, les Lundis des Ha-Ha, Laval qui Rit, les Mard’hilarants, des émissions de variétés à la télé, des spectacles amateurs, des concours…  J’ai écrit je ne sais plus combien de monologues sur divers sujets.  Après chaque audition, j’étais refusé. 

En fait, ce n’est pas tout à fait exact.  Pendant ces dix-huit ans d’essai, j’ai été choisi deux fois pour faire partie de spectacles.   La première, c’était dans un spectacle de Noël dans lequel les organisateurs n’avaient pas fait passer d’auditions.  Ils auraient dû!  J’étais tellement mauvais qu’on m’a coupé le micro sur scène au 2/3 de mon monologue. 

La seconde fois où j’ai été pris, c’était à Cégeps en Spectacle, lors de mon retour aux études.  Cette fois-là j’avais été habile.  J’ai changé totalement mon style d’humour et de numéro.  Habillé en Rockabilly et guitare à la main, au lieu de parler aux gens, je chantais un pot-pourri de parodies de chanson des années 50.  J’ai eu un grand succès, autant à l’audition que lors du spectacle. 

À partir de là, j’aurais pu continuer à persévérer car selon toute apparence, j’avais enfin trouvé la formule gagnante.  Mais voilà, ça n’était en effet que ça : Une apparence.  J’avais payé des musiciens et un studio pour avoir une musique préenregistrée, car je ne suis pas du tout musicien.  Comme chanteur, je suis très moyen, avec une voix baryton-basse monotone.  Enfin, pour un numéro dans un spectacle de variété, mon truc pouvait passer.  Mais jamais je n’aurais pu faire tout un spectacle juste de ça, et encore moins une carrière.  Me rendre compte de ceci m’a enfin permis de remettre les pieds sur terre et de quitter cette voie qui était pour moi sans issue.

Une chose qui a influencé ma décision, c’est qu’au début des années 2000, j’ai vu sur le net l’une des plus pertinentes pensées qu’il m’ait été donnée de lire.  C’était en anglais mais je vous la traduis : Un lâcheur ne gagne jamais.  Un gagnant ne lâche jamais.  Mais quand tu ne gagnes jamais et ne lâches jamais, tu es juste stupide. 

Et en effet, dans mon cas, voilà longtemps que c’était rendu de la stupidité.  Je n’ai réussi à pondre qu’un seul bon numéro en dix-huit ans de travail.  Et pour y parvenir, il a fallu que je prétende être deux choses que je ne suis pas : Musicien et chanteur.  Ce qui signifie que non seulement je n’avais pas ce qu’il faut pour réussir, même lorsque j’ai réussi je n’avais toujours pas ce qu’il faut.   

Je venais de comprendre qu’il y avait une différence entre persévérer et s’acharner.  Persévérer, ça permet de réussir dans un domaine qui est à notre portée.  Tandis que s’acharner, c’est perdre son temps sur une cause perdue.  Il y a des humoristes qui ont eu le temps de démarrer leur carrière, de l’exercer et de prendre leur retraite, dans le temps que ça m’a pris pour ne pas réussir à commencer la mienne. 

Le problème, c’est qu’on ne m’avait jamais appris que pour réussir, il ne suffit pas que de vouloir quelque chose.  Il faut d’abord avoir ce qu’il faut pour l’obtenir.  Même le travail non-artistique qui ne demande aucun talent spécial est soumis à cette règle.  Par exemple, il y a sept ans, si j’avais essayé d’obtenir mon boulot actuel, je n’y serais jamais parvenu.  J’ai donc commencé au bas de l’échelle : J’ai passé d’artiste à gars de ménage dans un garage de bus.  Cette expérience m’a permis de devenir concierge résident.  Cette expérience m’a permis de devenir surintendant.  Cette expérience m’a permis de devenir employé de bureau.

La différence entre cette réussite qui m’a pris sept ans, et mes dix-huit ans d’échecs dans l’humour?  C’est que cette fois, j’ai mis ma persévérance au bon endroit, c’est-à-dire dans l’apprentissage.  Et j’ai appris des choses qui étaient à ma portée.  Je ne pouvais pas apprendre à être drôle, par contre je pouvais apprendre la plomberie, l’électricité, la menuiserie, et le travail de bureau.  

Être persévérant –VS– être harceleur.
S’il y a un sujet dans lequel la persévérance n’a pas sa place, c’est dans le cliché fort répandu où un homme poursuit une femme qui ne s’intéresse pas à lui.  Voilà bien longtemps que je ne suis plus un téléspectateur, mais je me souviens que cette aberration était utilisée beaucoup trop souvent dans les séries, en particulier dans les comédies.

Que ce soit dans Family Matters dans les années 80, Friends dans les années 90 ou The Big Bang Theory dans les années 2000, on nous y montrait sans cesse que pour obtenir la fille, l’homme doit juste faire preuve de persévérance.  Ils ont beau ne rien avoir en commun, elle a beau ne pas être attirée par lui, ça n’a aucune importance.  Tout ce qui compte, c’est qu’elle soit belle et gentille.  Ça fait d’elle le but à obtenir, le prix à gagner, le trophée de la vie de ce gars-là.  Peu importe le nombre de saisons qu’il y mettra, il finira par l’avoir à l’usure.  Et, chose extrêmement rare dans la vraie vie mais constante à la télé, elle en tombera profondément amoureuse après des années de fréquentation en tant que simples amis platoniques.

Mais voilà, dans la vraie vie, ça ne marche pas comme ça.  Une personne, ce n’est pas une chose.  Par conséquent, elle ne doit jamais être un but.  Et pour être franc, le concept même de la séduction, c’est quelque chose qui n’est pas naturel.  Faire l’effort de séduire quelqu’un, c’est utiliser des ruses calculées dans le but de lui donner l’illusion que vous êtes la personne qui lui convient.  Tandis que si vous avez de vraies affinités, alors là vous serez attirés l’un par l’autre tout naturellement.  Et cette attirance-là ne sera jamais à sens unique. 

Évidemment, ça n’empêche en rien de faire les premiers pas quand le rapprochement n’est ni instantané ni mutuel.  Par exemple, en 2013, j’ai rencontré Flavie.  Mignonne, artiste, ex-mannequin, de 20 ans ma cadette.  Nous avions beaucoup en commun alors nous sommes vite devenus amis et on se voyait plusieurs fois par semaine.  Plus je la connaissais, plus je la trouvais intéressante.  Alors à la fin de la 3e semaine de fréquentation, j’ai tenté ma chance.  Devant mes avances, elle a reculé.  J’ai alors arrêté et j’ai fait machine arrière.  Je lui ai fait mes excuses, lui disant que j’avais cru voir dans ses gestes et paroles quelque chose qui n’y était pas.  Mais que c’était mon erreur et non la sienne.  Elle a compris et la relation a continué dans la même atmosphère de grande amitié qu’elle avait eue jusque-là.

(Deux semaines plus tard, Flavie changeait d’idée à mon sujet et m’a fait sa déclaration d’amour.  Et ça, c’est quelque chose qui ne serait pas arrivé si j’avais persévéré à la harceler.)

Il ne suffit pas de savoir faire la différence entre la persévérance et l’acharnement et/ou le harcèlement.  Il faut aussi être capable de faire la différence entre le découragement et le bon sens.  Abandonner face à une cause perdue, ce n’est pas un signe de lâcheté.  C’est faire preuve d’intelligence et de logique.

La différence entre la fierté et l’orgueil

Je m’amuse souvent à me qualifier moi-même d’orgueilleux.  Il faut dire que j’ai toujours eu du mal à gérer les compliments.  Ça vient du fait que dans les vingt-sept premières années de ma vie, j’ai appris à survivre dans la discorde plutôt que de vivre dans l’harmonie.  Alors lorsque je me fais complimenter, je ne sais pas trop comment réagir.  Par exemple, ces temps-ci, lorsque l’on me rencontre, je me fais généralement complimenter sur le fait que j’ai l’air beaucoup plus jeune que mes 51 ans.  J’ai donc développé une routine qui m’empêche de perdre mes moyens : Lorsqu’on me dit ça, je me passe la main dans la barbe et les cheveux en répondant :

« Ah ça, c’est grâce à Miss Clairol.  Mais bon, que voulez-vous, chuis orgueilleux comme ça! »

Ça fait sourire, on jase un peu sur le sujet, et on passe à autre chose.  Bon, si j’étais vraiment orgueilleux, jamais je n’irais avouer me teindre, et encore moins avec des produits pour femmes.  Mais en même temps, si vous lisez ce blog depuis longtemps, vous m’avez vu de nombreuses fois montrer de mes photos avant-après à chaque fois que je mets l’effort de travailler sur ma santé, ma forme physique et mon look.  J’ai même créé un autre blog, Diesel Ego, pour chroniquer en temps réel ma remise en forme du printemps 2019.  Alors puisque je m’attends toujours à me faire traiter d’orgueilleux, je prends les devants.  Après tout, on ne peut pas me faire honte sur un point de ma personnalité si c’en est un que je reconnais déjà volontiers.

Ceci dit, je me suis rendu compte avec les années que la différence entre la fierté et l’orgueil est toute simple :

  • La fierté, c’est un sentiment que l’on ressens envers soi-même, pour soi-même.  On ne ressens pas le besoin de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit.
  • Tandis que l’orgueil, c’est quelque chose qui demande un public.  C’est ressentir le besoin irrésistible de voir nos mérites reconnus par les autres.  

Dans cette optique, l’orgueilleux peut facilement se faire contrôler par toute personne manipulatrice.

Exemple vécu il y a une vingtaine d’années : J’étais à une sortie en petit groupe d’amis.  Ayant besoin d’avoir momentanément les mains libres pour remettre de l’ordre dans sa tenue, une amie me refile son grand sac à bandoulières.  Puis on poursuit notre chemin tandis qu’elle me laisse son sac.  Quatre ou cinq minutes plus tard, comme si elle se rappelait soudain me l’avoir refilé, elle se retourne presque en sursaut, et me dit :

« Oh! J’m’excuuuuse!  Si c’est trop lourd, je vais le reprendre, si tu veux. » 

Je suppose que j’étais un brin orgueilleux, ou alors qu’elle était une excellente manipulatrice, ou bien les deux.  Mais son attitude et sa phrase ont créé en moi deux sentiments simultanés :  Celui de me sentir injustement diminué à ses yeux, et celui de vouloir lui remettre les pendules à l’heure en lui démontrant qu’elle se trompait à mon sujet.  Mon réflexe spontané fut donc de vouloir continuer à lui porter son sac en la rassurant comme quoi j’en étais capable.

Avant même que les mots sortent de ma bouche, j’ai senti que quelque chose ne tournait pas rond dans cette situation.  De un, avant qu’elle me dise ceci, j’avais juste hâte qu’elle le reprenne, son sac.  Le fait que j’aille soudainement envie de le lui porter, c’était un illogisme flagrant dans lequel je ne me reconnaissais pas.  Et de deux, sans pour autant être un athlète, j’avais quand même un physique costaud, tandis qu’elle passait souvent pour une anorexique.  Il était donc impossible qu’elle puisse vraiment croire son sac plus lourd pour moi que pour elle. 

J’ai donc compris qu’elle cherchait à me manipuler à lui servir volontairement d’esclave.  Sur le coup, j’étais furieux qu’elle me croit aussi crédule.  Mais ça n’était rien à côté du sentiment de déception que je ressentais.  De la trahison, de voir qu’une personne que je croyais mon amie puisse me considérer comme un imbécile manipulable juste bon à exploiter. 

Consciemment ou non, en me faisant ça devant nos amis, elle avait bien calculé son coup.  Si je garde son sac, je subis l’humiliation personnelle d’être son larbin.  Si je lui rends son sac, je subis l’humiliation publique  de confirmer son affirmation qu’il est trop lourd pour moi.  Et si je la confronte sur cette tentative de manipulation, je subis l’humiliation publique et privée d’être le parano qui met une mauvaise ambiance dans notre sortie entre amis, ce qui fait qu’ils risquent d’y repenser à deux fois avant de m’inclure de nouveau dans nos activités de groupe.  Elle croyait donc probablement m’avoir peinturé dans un coin.

C’était mal me connaitre. 

En courbant l’échine, j’ai retiré son sac de mes épaules en tremblotant comme s’il pesait des tonnes.  Je lui ai dit avec une voix faible et essoufflée :

« Oh!  Oui!  Ton sac est tellement louuuuurd.  Par pitié, vient en aide à la pauvre petite lavette que je suis. »

Devant les regards amusés de nos amis, elle n’a eu d’autre choix que de reprendre le sac que je lui tendais.  Ce qui m’a permis de rajouter un truc avec une voix admirative, ce qui a bien fait rigoler tout le monde.

« Woah! Toi t’es un homme!  Un vrai! »

Si j’avais été orgueilleux, j’aurais eu peur de passer pour une mauviette, et je le lui aurais volontairement porté, son sac.  Mais voilà, je n’étais pas orgueilleux.  J’étais fier.  Trop fier pour accepter de me laisser manipuler.  Et puis sérieusement, juste à nous regarder, personne ne pouvait vraiment s’imaginer que j’étais plus faible qu’elle.  Je n’avais donc rien à prouver à qui que ce soit, et encore moins à moi-même.

D’autres membres de ma famille ne sont hélas pas aussi auto-observateurs.  Par conséquent ils se font exploiter sans limite.  Par exemple, mon oncle Armand et sa femme Diane.  Armand est menuisier et Diane a un frère qui a toujours une rénovation ou une autre à faire dans les nombreuses propriétés qu’il possède.  Alors il embauche Armand pour rénover un appartement, repeindre une maison, construire un patio, etc.  Il s’entendent sur un tarif en-dessous du salaire minimum parce que bon, en famille, faut bien s’entraider hein!?  Mais quand le travail est terminé et que vient le temps de payer, le beau-frère le fait, mais en chialant comme quoi il les a logés, nourris, qu’ils ont pris des douches quotidiennes et fait du lavage, donc utilisé de l’électricité, et que rien de tout ça n’est gratuit.  Diane, insultée, lui remet alors son argent en lui disant que s’il est avare à ce point-là, qu’il le garde donc, son argent.  Ils repartent, furieux, mais fiers de lui avoir démontré que moralement, ils valent mieux que lui.

Les manipulateurs sont très intelligents.  Ce qui aide le beau-frère à manipuler Diane à rendre l’argent, c’est justement le fait qu’ils commencent à s’entendre sur un salaire de misère.  Si le beau-frère payait Armand le véritable tarif, alors là ce serait plusieurs milliers de dollars qui seraient en cause.  Diane serait beaucoup plus réticente à y renoncer.  Son frère s’en doute bien.   Mais là?  Quand il ne s’agit que trois ou quatre cent dollars?  Sur lesquels il rechigne ensuite sur le coût des repas et de l’électricité?  C’est beaucoup plus facile pour elle de se scandaliser de son avarice et de tout lui remettre sur un coup de tête.  Le beau-frère a donc eu tous les services de menuiserie et de rénovation dont il avait besoin, et ça ne lui a coûté que quelques repas maison.

Le problème, c’est qu’Armand et Diane ne sont pas fiers.  Ils sont orgueilleux.  S’ils avaient de la fierté, ils refuseraient de se faire exploiter, et ils prendraient leur juste dû.  Mais puisqu’ils sont orgueilleux, leur premier (et unique) réflexe est de faire la leçon de morale au beau-frère.  Leçon qui n’a autant d’effet qu’un coup d’épée dans l’eau, puisque quand on est exploiteur on se fout bien de la morale.  

De quelques mois à quelques années plus tard, le beau-frère récidive en réembauchant Armand et Diane pour d’autres travaux.  Et eux, éternelles bonnes poires, s’imaginent qu’il a honte de son comportement passé et qu’il ne récidivera pas.  Et ça se termine encore et toujours de la même façon.  Et ça fait cinquante ans que ça dure!

La fierté naît de la confiance en soi et en ses propres capacités.  On sait ce que l’on vaut, ni plus, ni moins, et on ne laisse pas les autres décider de notre valeur à notre place.  Inversement, l’orgueil est le symptôme d’un manque total de confiance en soi.  En étant incapable de se rassurer soi-même sur sa propre valeur, l’orgueilleux a toujours besoin de se comparer favorablement à d’autres, et à recevoir l’approbation des autres. 

Et c’est ce besoin vital de trouver grâce aux yeux des autres qui fait de l’orgueilleux une personne aussi facile à manipuler et à exploiter.

Le manque de confiance en soi n’est qu’une mauvaise habitude

Je ne sais pas si je l’ai déjà écrit ici, et j’ai la flemme de fouiller dans une décennie de billets de blogs.  Mais lorsque j’étais enfant et jeune ado, j’étais le plus maigre et faible des garçons de la classe.  Je me souviens d’un jour de printemps, alors que j’avais 10 ans, en 5e année du primaire.  Le prof d’éducation physique a fait sortir les quatre classes de 5e.  Tous ensemble, nous avons eu à faire un sprint d’un bout à l’autre de la cour d’école.  Je suis arrivé l’avant-dernier, devant Manon la fillette rachitique.

Une autre fois, peut-être la même année, peut-être la suivante, je ne sais plus…  Même scénario, dans le sens que toutes les classes du même cycle furent réunies dans le gymnase, dans le but de créer plusieurs équipes pour un tournoi olympique.  Avez-vous déjà vécu la situation humiliante d’être choisi en dernier pour une équipe sportive?  Même humiliation ici, mais multipliée à l’infini, du fait que c’est devant tous les élèves de ton cycle, rendant du même coup ta honte universelle parmi tes pairs. 

Ce genre d’expérience m’a donné une sainte horreur des événements sportifs.  De toute façon, ce n’est pas comme si je pouvais en pratiquer un seul.  Mes parents étaient trop pauvres pour m’acheter des patins, un bat de baseball, un ballon de basket, un skate…  Pour vous donner une idée, ce n’est qu’à l’âge de onze ans, lorsque mon père travaillait à la Baie James à l’époque de la construction des grands barrages, que j’ai eu mon premier vélo. 

Ce vélo fut l’un des points les plus positifs de ma vie à ce moment-là.  À une époque où la télé n’avait que trois chaines francophones, et où les optométristes croyaient que regarder la télé plus d’une heure par jour causait la myopie chez l’enfant, je n’avais pas grand distraction.  Internet n’existait pas encore, et même si c’eut été le cas, nous n’avions pas le budget pour une connexion et encore moins un ordinateur.  Aussi, pour me distraire, je suis devenu explorateur urbain.  Je parcourais le quartier, puis la ville, la montagne, les villes environnantes.  Et puisque c’était ma seule distraction, je passais la majorité de mes temps libres sur ce vélo, de la fonte des neiges au printemps jusqu’à la première neige de l’hiver suivant.

Petit saut, trois ans plus tard.   J’ai 14 ans et je suis à la Polyvalente en secondaire III.  Pendant le cours d’éducation physique, notre prof nous amène dehors sur le terrain de sport.  Sur celui-ci, il y a une piste à deux voies pour faire des sprints sur une distance d’environ vingt-cinq mètres.  On me jumelle avec Dominic, le petit sportif toujours premier en tout.  On s’installe sur les blocs de départs.  Le prof nous donne le signal.  Je pars comme une flèche.  Je cours et…  Je m’arrête soudain, frappé par le doute.  Dominic me dépasse et termine le sprint, transformant mon doute en incompréhension.  Le prof me demande :

« Eh bien?  Pourquoi t’as arrêté? »
«  Ben… Je pensais avoir fait un faux départ. »

Je suis revenu sur mes pas, m’interrogeant encore sur ce qui venait de se passer.  Le prof m’a jumelé avec un autre.  J’ai refait le sprint, cette fois-ci en courant au maximum de mes capacités.  Et je l’ai terminé d’un bon trois mètres avant l’autre gars.

Je n’en revenais pas.  J’étais devenu rapide.  Bon, je n’avais toujours pas la résistance cardio pour être capable de faire un marathon ou un cross-country.  Mais sur de courtes distances, j’étais maintenant un remarquable sprinteur.  Et c’est avec un sentiment de surprise autant que d’incrédulité que j’ai vu mon nom en tête de la liste des coureurs, en tant que celui qui a réalisé le meilleurs temps.   Ça n’a eu que peu d’importance au bout du compte, car la moyenne de la note était établie sur une dizaine d’activités dans lesquelles j’étais toujours aussi médiocre.  Mais je m’en foutais.  Car pour la première fois de ma vie, j’étais le premier de classe dans une discipline sportive.  Après toute une vie à avoir été le gars le moins athlétique de toute l’école, le sentiment était euphorisant.

N’empêche que je me suis demandé en quel honneur est-ce que j’avais fait un bond si spectaculaire dans cette discipline sportive en particulier, et pas du tout dans les autres.  Il ne m’a pas fallu réfléchir longtemps pour comprendre que ça avait rapport à mes trois dernières années d’utilisation de mon vélo.  C’est que Saint-Hilaire, ma ville d’origine, est à flanc de montagne.  Alors évidemment, à part quelques plateaux, le terrain est tout en pentes.  Ça prend beaucoup plus d’efforts pour parcourir la place que sur terrain plat.  Ainsi, sans m’en rendre compte, j’ai musclé mes jambes et j’en ai augmenté la force.

La meilleure, c’est que si j’avais commencé à faire du vélo dans le but de renforcer mes jambes, je me serais probablement découragé au bout de quelques jours, voire quelques semaines.  Mais le fait que mon but unique était l’exploration, je ne me rendais pas compte de l’effort que je donnais.  Et ainsi, cette amélioration n’a été qu’un heureux bonus surprise.  Et surprise est le bon mot, car à ce moment-là, dans ma tête, il était tout à fait normal que je me fasse dépasser et distancer dès le départ.  Ça avait toujours été le cas.  Alors quand je n’ai pas vu Dominic devant moi, jamais je n’ai pensé que j’étais en train de le battre.  J’ai automatiquement cru que j’avais fait un faux départ.  Ce qui signifie qu’au sujet de la course, je n’avais aucune confiance en moi.  Et c’est normal.  Je ne faisais pas que me croire inférieur.  Je me savais inférieur.  J’avais de eu nombreuses expériences humiliantes dans mon passé pour me le prouver.

J’ai appris ce jour-là que quelque chose qui est la vérité absolue à une période de notre vie peut se transformer en impression erronée quelques temps plus tard.

Que l’on s’en rende compte ou non, nous sommes constamment sujet à l’évolution.  Souvent dans le négatif, il est vrai.  Mais parfois aussi dans le positif.  C’est exactement ce qui s’est passé ici :  Si le prof ne m’avait pas obligé à courir, jamais n’aurais-je essayé de le faire, et jamais n’aurais-je appris que j’étais devenu bon sprinteur.  J’aurais passé le reste de ma vie à penser que j’étais nul en course.

26 ans plus tard, je portais la flamme olympique

 Ce qui démontre qu’il ne faut jamais avoir d’idée préconçues à son propre sujet.  Surtout si cette idée est négative.  La mauvaise confiance en soi, c’est juste une mauvaise habitude qui ne fait que dresser devant nous des obstacles inutiles, et trop souvent sans pertinence.  Voilà pourquoi c’est une habitude qu’il faut s’efforcer à perdre.

L’approche positive face à l’adversité, 2 de 2 : L’utilité sociale du fumier

Tel que j’en ai parlé dans le billet précédent, il fut une époque où je pétais un câble solide face à tout manque de respect envers ma personne. Sur internet du moins, car étrangement les gens sont beaucoup plus polis en personne.  Après sept ans, en réalisant que ça m’apportait plus de problèmes que de solutions, j’ai décidé de changer d’approche. Finie la réplique. Finie la vengeance. Désormais, j’allais affronter les médisances avec calme, intelligence, stratégie et patience. Mon but : En tirer avantage. Désormais, quand on allait me lancer de la merde, j’allais en faire du fumier. Parce que le fumier, ça nourrit, ça renforcit, ça fait grandir. Bon, à condition d’être végétal, mais vous comprenez le symbolisme.

Arrive donc ce gars qui a décidé, il y a quinze ans, de porter atteinte à ma réputation, et qui n’a jamais arrêté depuis. Croyant probablement que j’allais leur offrir un bon show de sautage de coche, plusieurs personnes m’ont rapporté de leur propre chef ce qu’il disait à mon sujet, tout le long de ses quinze années de salissage : Paroles, copier-coller de conversations privées, extraits de textes, captures d’écran de son Facebook… Que de la haine et du mépris. Malgré tout, je n’ai aucune malice à son égard. Voilà pourquoi je vais protéger son identité en l’appelant Moron Fumier.

Pour être franc, je n’ai jamais compris ce qui a poussé Moron Fumier à démarrer une campagne de salissage à mon sujet. Tout au plus, j’ai développé une théorie avec le temps. Et même si celle-ci peut sembler être à base de méchanceté gratuite, il reste que ce sont des faits : Moron est laid, maigre, pauvre, a habité plus de vingt ans une chambre sans salle de bain en guise d’appartement. Sans emploi régulier, il se contente de gagner tout juste de quoi survivre. Du côté des amours, on ne lui a connu qu’une seule relation, qui date du siècle dernier. Littéralement!  Il est vrai que rares sont les femmes qui envisageraient l’idée de construire un futur avec une personne qui fait zéro effort pour améliorer son sort, ses finances, sa santé, son apparence, ni faire quelque chose de sa vie. Pour toutes ces raisons et plusieurs autres dont l’énumération serait fastidieuse, Moron Fumier a une très basse estime de lui-même. Et quand on ne croit pas être capable de s’élever au-dessus des autres, on rabaisse les autres plus bas que soi. C’est ce que l’on appelle le réflexe compensatoire de survie morale.

Il se trouve qu’il y a quinze ans, je traversais moi-même une période sans issue dans laquelle j’étais très bas. Comme lui, je n’avais pas d’emploi régulier. Je gagnais tout juste de quoi survivre. Toutes mes tentatives de me trouver un emploi régulier se soldaient par un échec. Et pire que lui : À cause de la mère de mes enfants, si mes revenus dépassaient le seuil de la pauvreté, alors elle me tomberait dessus avec une pension, et je recevrais des factures mensuelles du Centre Jeunesse de Québec plus onéreuses que mon propre loyer. Impossible de survivre à ça, à moins de gagner deux fois et demi le salaire minimum. J’étais donc condamné à la médiocrité. Alors pour Moron, j’étais quelque chose dont il avait besoin pour se sentir mieux avec lui-même : Une personne encore plus loser que lui.

Lorsqu’il a commencé à dire de la merde à mon sujet dans notre milieu, j’ai su que l’opportunité était venue de voir si j’étais capable de transformer cette merde en fumier. Heureusement, de mes sept ans de fréquentations catastrophiques de forums (voir billet précédent), j’avais tiré quelques leçons. Et ce sont celles-ci qui m’ont permis de tirer stratégiquement avantage de la situation.

LEÇON 1 :   Sur internet, quand on t’attaque, tu es la victime et il est l’agresseur. Mais si tu répliques, alors vous êtes deux caves qui s’obstinent sur des niaiseries.
Telle est l’opinion publique. C’est triste mais c’est ça. Ma stratégie fut donc de ne jamais répliquer, ni à Moron Fumier, ni à qui que ce soit, ni sur le net ni en personne. Et si on m’en parlait, j’évitais le sujet. Ça a porté fruit. Au bout de deux ans, les gens se demandaient pourquoi il faisait une telle fixation sur moi. Après quatre ans, ils qualifiaient la chose de harcèlement. Après six, ils en sont venus à se demander s’il n’était pas un gai en déni car son comportement avait tout de l’amoureux éconduit. Aujourd’hui, après quinze ans, j’ose à peine imaginer ce qu’ils croient.
Avantage que j’en ai tiré : Aux yeux de tous, je reste blanc comme neige. Seul lui démontre souffrir d’obsession malsaine.

LEÇON 2 : Le Facebook de la personne haineuse est un excellent filtre pour assainir et améliorer ta vie sociale.
Tout le long de notre vie, on va rencontrer des gens qui vont devenir nos amis. Certains d’entre eux seront des médisants, toujours prêts à penser le pire de toi. Hélas, ça peut prendre des mois, voire des années, avant que tu constates ce trait de caractère dans cette personne. Et lorsque ça arrive, il est trop tard : Elle sait plein de chose sur toi, et peut te poignarder dans le dos et détruire ta vie. Mais lorsque Moron Fumier dit quelque chose contre moi, je peux voir tout de suite, sur les captures d’écran que l’on m’envoie, qui sont ceux qui le croient sur parole et embarquent dans ses délires. Je vois donc tout de suite qui sont les médisants du milieu.  Certains me sont inconnus, d’autres je connais de vue. Et il y en a même une coupl’ qui se comportent en ami avec moi lors des événements BD, bien que l’on ne se fréquente pas en dehors du milieu des arts.
Avantage que j’en ai tiré : Je sais de qui me méfier et à qui je peux faire confiance. Par conséquent, j’ai une vie sociale sans traitrise ni drame depuis au moins douze ans.

LEÇON 3 : Aussi étrange que ça puisse paraître, la médisance extrême contre toi va t’attirer des gens bien.
En bien, en mal, en autant qu’on en parle, que dit le cliché. J’ai pu constater moi-même qu’en effet, il n’y a pas de mauvaises formes de publicité. En juin 2015, ça faisait sept ans que je ne travaillais plus dans le milieu de la BD. Pour une raison quelconque, Moron Fumier a décidé de repartir en campagne de salissage intensive à mon sujet. Tellement que ça a amené les gens à chercher des traces de mes écrits sur le net pour voir si je suis vraiment tel que décrit.  Certains d’entre eux m’ont ensuite écrit pour me dire avoir été, et je cite, « agréablement surpris par ce qu’ils ont vu » sur mes blogs. Il y en a même un, organisateur d’événements BD, qui m’a proposé un deal : Si je pouvais mettre le contenu d’un de mes blogs BD sous forme de publication, il m’offrirait gratuitement une table à un festival.  Ainsi naquit l’Héritage Comique. J’ai imprimé 100 copies qui furent aussitôt écoulées. Dans cet événement BD, j’ai rencontré l’éditeur du recueil érotique Crémage, qui m’a proposé de revenir à la BD pour sa publication. Ça m’a rapporté de très bonnes critiques et des encouragements pour revenir à la BD et faire un album.
Avantages que j’en ai tiré : En voulant s’assurer de me faire une mauvaise réputation auprès des intervenants de la BD, Moron m’a fait une bonne réputation auprès d’eux. En voulant s’assurer que ma carrière ne redémarre jamais, Moron a redémarré ma carrière. En voulant m’empêcher toute vie sociale, Moron m’a apporté une vie sociale avec des gens bien, où règnent le respect et l’harmonie.

LEÇON 4 : Le public voit le haineux sans adversaire comme un clown, et il adore le provoquer.
Il n’y a rien qui amuse plus les gens qu’un vieux moron qui aboie dans le vide.

Ça porte les gens à le provoquer. Et en effet, d’après ce qu’on m’a rapporté, plusieurs personnes s’amusent à le piquer en lui parlant de moi. On me cite, on écrit des commentaires à mon sujet sur ses statuts de Facebook, on va même lui envoyer mon compte en tant que suggestion de nouveau contact Facebook. Tout ça pour se moquer davantage de ses réactions.
Avantage que j’en ai tiré : Je n’ai même pas besoin de l’attaquer ni de m’en moquer pour son obsession envers moi. D’autres le font. Non pas pour moi. Non pas à cause de moi. Mais bien de leur propre chef, parce que son obsession irraisonnée est risible.

LEÇON 5 : C’est un cliché, mais bon : Le succès est la meilleure revanche.
Et c’est d’autant plus vrai quand la personne a besoin de s’accrocher à l’idée que tu puisses être plus loser que lui. Par exemple, pendant des années, il a tenté de me faire passer pour un misogyne condamné au célibat. Imaginez sa réaction lorsque je me suis mis en couple avec une militante féministe, de 20 ans ma cadette, ex-mannequin, et fortement convoitée par les hommes du milieu. Et elle n’a jamais hésité à me dépeindre à ces gens comme étant à l’extrême opposé de l’image que Moron colporte de moi. Il a ensuite avancé l’idée que j’étais un pathétique loser qui tentait de revivre la gloire née de ses BD passées. Il a très mal digéré d’apprendre qu’en fait, j’avais une nouvelle série, La Clique Vidéo, qui m’a fait remporter la bourse Jacques Hurtubise de la nouvelle création d’album lors du Festival de BD de Québec de 2017.
Avantage que j’en ai tiré : Il a perdu toute crédibilité dans ses délires à mon sujet. Avant, les gens le laissaient parler sans répliquer. Mais sa tentative de campagne de protestation contre mon prix a fait qu’ils ont commencé à lui demander de se justifier. Parce que si j’ai remporté ce prix, il fallait bien que je sois qualifié. Tout ce qu’il a trouvé à répondre, c’est que je n’aurais jamais reçu un tel prix si nous avions été en 1999-2000. Ainsi, il a démontré publiquement que s’il voulait trouver des arguments contre moi, c’était tout comme sa vie sexuelle: Il lui faut remonter au siècle dernier. Comme me l’a dit en riant celle qui m’a rapporté cette anecdote : « Pour un gars qui prétend cracher sur la nostalgie, il est pas mal accro au passé. »

Jusque-là, ces avantages et gains n’étaient que passifs. Car en effet, si je les ai eus, c’est parce que je ne faisais rien. Mais voilà, je suis un homme d’action. Et si j’ai pu avoir tout ça en ne faisant rien, qu’est-ce que ça va être le jour où je vais agir?

Je me suis donc questionné sur la manière de répondre à ses attaques de manière active plutôt que passive. De vraiment faire l’effort de transformer en fumier la merde qu’il lance dans ma direction. Le défi ici, c’est de réussir à faire ça tout en restant inactif contre lui, puisque je ne dois surtout pas m’abaisser à son niveau. La question est-donc : Comment pourrais-je faire ça?

La réponse à cette question, c’est Moron Fumier lui-même qui me l’a fournie.

Une amie que l’on a en commun sur Facebook a un jour posté une publicité à base de jeu de mots qu’elle trouvait douteux. Étant moi-même un roi du calembour, je n’ai pu m’empêcher de lui en écrire un en commentaire. Aussitôt, Moron a répondu. Non pas au post lui-même, mais directement à mon commentaire. Il a écrit : « Le jeu de mot est la plus basse forme d’humour! »

Après toutes ces années, il ne se contentait plus de parler contre moi aux autres. Cette fois, il s’adressait à moi directement. C’était une provocation publique. Et je connais trop bien la mentalité de masse sur le net pour voir que pour celle-là, pas moyen de m’en tirer.  Ou bien je réponds, et je sors de la zone victime de harcèlement et je passe à celle du cave qui s’engueule pour des niaiseries. Ou bien je ne réponds pas, et je suis un lâche qui s’invite par le fait même à d’autres attaques directes publiques. J’ai donc appliqué la seule solution pour éviter ce cirque : Effacer mon commentaire, faisant disparaître du même coup sa réplique. Le tout n’est pas resté sur le net plus que dix secondes, trop peu pour que quiconque l’ait vu. Alors s’il en parle, il n’aura aucune preuve, et ça va encore passer pour l’un de ses délires.

Ceci étant réglé, je me suis penché sur la phrase qu’il m’avait écrite.  Voyez-vous, je suis un solutionnaire.  Le genre de personne qui ne se contente pas de dissimuler un problème.  Quand il y en a un, je l’aborde et je le règle.  Aussi, lorsque l’on me fait une remarque négative, au lieu de la qualifier de connerie sans pertinence, je réfléchis sur la crédibilité de celle-ci.  Si la remarque est pertinente, je règle le problème.  Si elle ne l’est pas, je passe à autre chose.

Étant grand lecteur de bande dessinée, je sais que les jeux de mots sont en grande partie responsables du succès de la série Achille Talon.  J’ai ensuite pensé à la carrière de François Pérusse qui date de 1990, et qui se base sur les jeux de mots. Ça fait presque trente ans que sa carrière ne dérougit pas : Série d’albums, émissions de télé, dessins animés, contrats publicitaires, carrière en Europe… Et bien avant lui il y avait Sol, personnage du regretté Marc Favreau, dont les monologues n’étaient que ça, des jeux de mots. Et ça en a fait le plus noble de nos humoristes.  Alors quand Moron affirme que le jeu de mot est la plus basse forme d’humour, c’est n’importe quoi, comme d’habitude.

Constater ceci m’a fait prendre conscience d’une évidence qui aurait dû me sauter aux yeux depuis le début : Moron Fumier est le roi des mauvaises décisions de vie. Car pendant toute sa vie adulte, ses opinions, ses gestes, ses décisions, sont toujours allés à l’encontre de la logique, du bon sens et des faits. Juste sa campagne de salissage contre moi le prouve. Passer quinze ans à s’acharner à me dépeindre d’une manière qui est totalement l’inverse de tout ce que tout le monde peut voir de leurs propres yeux, et continuer quand même de penser que ça puisse être crédible. Vraiment, la logique de ce gars-là est une boussole qui pointe vers le sud.

Et ça, ça voudrait dire que pour avoir du succès et réussir sa vie, il faut faire le contraire de ce que pense Moron Fumier.

J’ai alors commencé à réfléchir sur les manières de tirer avantage des jeux de mots. Mais à part dans les bandes dessinées, je ne voyais pas. J’ai alors laissé faire les jeux de mots, et j’ai passé à une autre de ses paroles haineuses que l’on m’avait déjà rapporté : « Je crache sur la nostalgie. »

S’il crache sur la nostalgie, ça veut dire que le reste du monde adore ça.

Le reste du monde étant un gros morceau, j’ai commencé modestement par le coin de pays d’où je suis originaire; La Montérégie. Il se trouve que dans mes tiroirs et vieilles boites, j’ai des photos, des articles, des cartes postales, et plein d’autres vieilles choses en provenance de cet endroit. Puisque ma famille y a vécu pendant quatre génération, c’est un sujet que je connais très bien et ce n’est pas le matériel à montrer qui me manque. J’ai donc créé, sur Facebook une page nostalgique de la Montérégie d’autrefois. Ça a décollé de manière fulgurante et ça n’arrête pas. Au moment d’écrire ces lignes, nous sommes rendus à 2 550 abonnés.

Parmi eux, je me suis fait contacter par plein de gens ravis des souvenirs que je leur rappelais. Ça va du simple citoyen jusqu’à la Mairie.  De l’organisme à but non lucratif à la compagnie multimillionnaire.  De la famille de fondateurs d’industries à la famille de grands artistes de réputation internationale. Et vous voulez savoir ce que ça m’a rapporté, cette page, depuis quelques mois?

  • Un contrat d’article dans un magazine régional.
  • Un contrat pour faire un calendrier régional
  • Un poste au sein d’une fondation au nom d’un grand artiste disparu.
  • Un projet de livre biographique à son sujet.
  • Un autre livre, celui-là en chantier, au sujet d’une grande industrie régionale.
  • Un contrat pour animer une conférence au sujet de la région d’autrefois.
  • Que des contacts, tous positif, dans les hautes sphères de la société de l’endroit.

Vous constaterez que je reste vague, ne nommant pas les sujets, et encore moins les municipalités impliquées. C’est en rapport aux clauses de confidentialité. Mais vous ne perdez rien pour attendre, je ne vais certainement pas manquer de m’en vanter ici lorsque ces projets seront accomplis. Et ce ne sont que les premiers. C’est bien parti pour se succéder à vitesse folle.

Et à cette liste, je peux même rajouter l’amour. Je vous avais glissé un mot à ce sujet il y a quelques billet de cela. Eh bien oui, j’ai trouvé l’amour, le vrai, avec celle qui partagera le reste de ma vie. C’est une femme de mon ancienne région, de ma génération, ancienne camarade de classe qui me regardait à l’époque sans trop oser m’approcher, aujourd’hui musicienne de renom, fille d’un grand peintre internationalement reconnu. Nous avons tellement en commun, dans notre passé, dans nos goûts, notre mentalité, nos personnalités, que nous sommes indéniablement faits l’un pour l’autre. Et en combinant son salaire, le mien, et tout l’argent supplémentaire que me procurent ces contrats, nous avons l’œil sur une petite maison ancestrale avec stationnement, garage et terrain, où nous irons vivre ensemble l’an prochain. Après trente ans d’exil, je reviens enfin chez moi. Je suis parti de là en tant que fils du BS du village, méprisé de tous. J’y reviens en tant que l’historien du citoyen, apprécié de tout le monde.

À 51 ans, cette vie que je n’avais que jusque-là rêvée est enfin devenue réalité. Et tout ça parce que j’ai choisi de faire face à l’adversité de manière constructive plutôt que destructive.

Lorsque l’on te lance de la merde, tu as deux choix. Tu peux répliquer de la même façon, et vous finissez aux yeux de tous comme deux porcs qui se chient dessus non-stop. Ou bien, comme je le répète souvent, tu peux prendre cette merde et en faire du fumier. C’est ce que j’ai fait. Et grâce à cet engrais, jamais ma vie n’a été aussi florissante.

À tous ceux qui attendent depuis quinze ans que je prenne ma revanche sur Moron Fumier; Vous perdez votre temps.  Vrai, toute ma vie jusqu’en 2003, j’étais partisan de la vengeance. Mais ça ne m’a jamais rapporté autre chose qu’une petite satisfaction à court terme, et des ennuis à long terme. Voilà une décennie et demie que je ne me venge plus, mais ça ne fait pas de moi une victime volontaire et passive pour autant. Avec du calme, de l’intelligence, de la stratégie et de la patience, il y a toujours moyen de tirer avantage du négatif que la vie et les gens nous apportent. C’est ce que j’ai fait en partant du commentaire haineux que m’a adressé directement Moron au sujet des jeux de mots, afin de trouver la formule gagnante qui vient de m’assurer succès et prospérité pour le reste de ma vie.

Et voilà pourquoi jamais je ne ferai quoi que ce soit contre Moron. C’est peut-être un fumier. Mais c’est MON fumier!

L’approche positive face à l’adversité, 1 de 2 : Comment j’ai appris la tolérance

Il y a un harceleur qui a passé quelques temps à porter atteinte à ma réputation sur le net. Tout le long, sans que je ne le demande, les gens m’ont rapporté ce qu’il disait à mon sujet : Paroles, copier-coller de conversations privées, extraits de textes, captures d’écran de son Facebook…

Je suppose que les gens s’attendaient à une réaction de ma part. Je peux comprendre. Jusqu’au début des années 2000, j’avais la réputation –justifiée– de péter un câble à la moindre contrariété. En fait, j’avais un très bas niveau de tolérance pour trois choses en particulier : Le mépris, la bullshit, et ceux qui chialent d’un problème au lieu d’y appliquer la solution.

Face à l’adversité, mon truc à moi, c’était les long textes dénonciateurs sur le net, accompagnés de captures d’écran pour prouver mon point. Un peu comme ce blog, mais en textes beaucoup plus longs, beaucoup plus hargneux, et sans leçon de vie positive à en tirer. J’étais en guerre, ni plus ni moins.

Mais si mes interminables dithyrambes exposaient clairement les faits, ainsi que mes adversaires en tant que les méprisants hypocrites qu’ils étaient, ça m’exposait en même temps comme étant le pire traineur-dans-la-boue qui soit.

Pour ma défense, et surtout pour montrer aux gens qu’au contraire je vaux bien mieux que mes adversaires, j’ai eu à expliquer de nombreuses fois la différence entre eux et moi. Ça tenait en quatre points :

  1. Je traite toujours tout le monde avec respect. Ce sont eux qui rabaissent et insultent les autres. Je n’invente rien, vous pouvez le voir vous-mêmes.
  2. Je n’attaque jamais le premier. Je ne fais que me défendre des attaques gratuites et impertinentes dont je suis la victime. Là encore, je n’invente rien, vous pouvez le voir vous-mêmes.
  3. Je ne m’en prends jamais aux innocents, seulement aux coupables.  Eux attaquent les autres.  Moi, je ne m’attaque qu’à ceux qui attaquent les autres.  Mes seules victimes sont ceux qui font des victimes.  Une fois de plus, je n’invente rien, tout le monde peut le voir.
  4. Pour avoir quelque chose à dire contre moi, ces gens ont besoin de recourir aux mensonges, déformations, exagérations et interprétation fantaisistes des faits. Tandis que moi, j’utilise toujours la vérité, chose indéniable car j’ai toujours preuves à l’appui. Vous pouvez donc voir, par ces images, que là non plus, je n’invente rien.

Malheureusement, si ce dernier point prouvait indiscutablement que j’avais raison, ça causait plus de problèmes que ça n’en réglait.

Entre gens, disons, « normaux », les accrochages se déroulent de cette façon : Sous le coup de la frustration, chacun dit n’importe quoi contre l’autre. Et puisqu’il s’agit de n’importe quoi, chaque personne atteinte peut balayer la chose comme de simples mensonges ridicules. Éventuellement, ils finissent par se calmer, s’excuser, disent qu’ils ne pensaient pas vraiment ce qu’ils ont dit, que c’était juste sous le coup de la colère, et ils se réconcilient.

Mais avec mon implacable méthode défensive, ça ne peut pas se passer ainsi. En dénonçant les vrais défauts de l’autre, il ne peut pas prétendre qu’il s’agit de fantaisies. Et puisque j’en ai exposé des preuves tangibles, je ne peux pas me réfugier derrière l’excuse hypocrite, mais socialement acceptée, du « Je ne le pensais pas vraiment! » Par conséquent, toute réconciliation est impossible.  Mon adversaire devient donc un ennemi acharné, capable de m’en vouloir encore deux décennies plus tard.

La raison pour laquelle je réagissais ainsi, et toujours de manière publique, c’est à cause de quelque chose que je répète depuis toujours : Le plus grand complice de ton agresseur, c’est ton propre silence. Être victime, ça t’es imposé. Rester victime, c’est ton choix! Je ne me contentais pas de le penser, de le dire ou de l’écrire : Je le mettais en pratique.

Pourquoi une telle intolérance envers le manque de respect? En personne, quand on est maigre et faible, on ne peut rien faire face à un intimidateur puisque celui-ci sera forcément costaud. Je le sais, j’en ai été victime les 24 premières années de ma vie. Sur le net, par contre, la force physique, ça n’a aucun pouvoir. Ce qui compte, c’est la capacité de débattre, le don de trouver les arguments parfaits, et l’intelligence stratégique. Et ça, après toute une vie de frustrations née de mon impuissance face aux intimidateurs physiques, j’en avais. Alors quand j’avais la chance d’en trouver un, et qu’il me donnait une excuse en venant me chercher, alors là, pas de pitié. Tu veux jouer à ça? Ok, allons-y! Sauf que moi, je ne joue pas! Avec moi, c’est le canon pour tuer la mouche. La solution finale! Je lui faisais vivre l’enfer qu’il faisait vivre à ses victimes, au centuple, histoire de lui enlever pour de bon l’envie de recommencer.

Soyons francs : Quoi de plus jouissif que de voir un agresseur mordre la poussière. Logiquement, je m’attendais à ce que les gens me donnent raison, m’admirent, m’applaudissent. Or, bien que je n’étais qu’une victime qui se défendait contre son agresseur, je l’humiliais publiquement de manière impitoyable, avec une cruauté sans bornes. Par conséquent, j’inversais les rôles agresseur-victime / méprisant-méprisé. Je ne pouvais donc susciter aucune sympathie. En fait, les gens en venaient à prendre pitié de lui. Et, chose aberrante, prendre le parti du criminel contre le justicier.

Oui, je me prenais vraiment au sérieux à ce point-là à l’époque.

De mes débuts sur le net en 1997 jusqu’en 2003, j’ai été membre de plusieurs forums. Les 2-3-4-5 premiers mois, j’étais un intervenant apprécié pour mon humour et pour l’intelligence de mes textes. Puis, une personne me faisait un commentaire déplaisant, tout recommençait, et je finissais par devenir la personne la plus détestée du forum. C’est que, en plus de contre-attaquer les trolls, je contre-attaquais également leurs supporters, ainsi que les modérateurs qui les laissaient faire, en leur demandant pourquoi ils se rendent complices des agresseurs en appuyant, encourageant ou acceptant leur comportement, chose qui va à l’encontre du principe de la modération. Ainsi, je me mettais tout le monde à dos : Les agresseurs, leurs victimes, les membres non-impliqués mais pour qui je pourrissais l’atmosphère du forum, et les modérateurs. Trois forums m’ont banni, deux ont cessé d’exister à cause de ma présence, et j’ai quitté les autres, dégoûté de cette société de victimes volontaires qui préfèrent chialer contre un problème plutôt que de le régler.

Après sept ans, douze forums, et à chaque fois le même scénario, j’ai dû me rendre à l’évidence : Personne n’apprécie l’intransigeance. Je dois donc changer ma manière d’affronter le problème. Je ne savais pas comment. Mais une chose était sure, et c’est que je devais faire preuve de tolérance. C’est quand même avec amertume que je me suis dit à ce moment-là :

« Alors c’est comme ça que ça fonctionne? Pour être apprécié, je suis supposé tolérer la merde qu’on me lance dessus? Pfff… Si au moins j’étais fermier, je pourrais en faire du fumier. Mais là… »

Ce n’était qu’une remarque absurde née de mon esprit entrainé à faire des calembours. Sauf que, ça a allumé une lumière en moi. Je me suis alors dit :

« Et pourquoi est-ce que je n’en ferais pas, du fumier? Après tout, le fumier, ça nourrit, ça donne des forces, ça fait grandir. Bon, à condition d’être végétal, mais ce n’est pas non plus comme si on parlait de merde au sens propre. Je peux certainement trouver moyen d’en tirer avantage. »

J’ai donc décidé que désormais, face à aux insultes et au salissage, j’allais avoir l’attitude inverse de celle que j’avais eue jusque-là. J’allais me montrer raisonnable, tolérant, patient. Mais surtout réfléchi. Car tirer avantage de la médisance à mon sujet, je sentais que ça allait être tout un défi. Malgré tout, je sentais que j’allais prendre grand plaisir à le relever.

Et ça tombera bien car bientôt arrivera le harceleur dont il est question au début de ce billet.

À SUIVRE

L’âge n’est pas la fin de tout!

Comme il m’arrive trop souvent de faire, mon billet précédent partait dans plusieurs directions, pour finir avec une conclusion qui, bien qu’ayant rapport, touchait quand même un autre sujet.

Le sujet qui a le plus touché les gens, en particulier les hommes de ma génération, c’est celui qui aborde le fait que la cinquantaine est perçue comme étant la date limite pour amour, carrière et santé.

C’est ce que l’on appelle le seuil psychologique.  C’est un concept qui est surtout utilisé dans le commerce, afin d’éviter de charger un prix qui puisse faire peur au consommateur.  C’est la raison pour laquelle on ne verra jamais affichés des prix tels $10.00, $100.00 ou $1 000.00, mais bien  $9.99, $99.99 ou $999.99.  Comme si un sou allait faire une différence, surtout après les taxes.  N’empêche que ça marche car $999.99, c’est perçu inconsciemment comme étant dans les 900 et non dans les 1000.  Ça donne la perception erronée de sauver 100$.  De la même manière, en passant de la quarantaine à la cinquantaine, on n’a pas l’impression de gagner un an mais bien une décennie.  Voilà pourquoi on peut encore être ok avec l’idée d’avoir 49 ans, mais horrifiés avec celle d’en avoir 50.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que seuil psychologique, ce n’est rien d’autre que ça : Une perception.  Ce n’est pas un seul sou qui va faire une différence notable sur le prix d’achat.  Tout comme une seule seconde ne pourra radicalement changer votre vie lorsque vous passerez de 49 ans, 11 mois, 3 semaines, 6 jours, 23 heures, 59 minutes et 59 secondes, à 50 ans.

Sérieux, regardez-moi.  Désolé de vous radoter encore là-dessus, mais à 49 ans j’ai passé de concierge à support technique dans une firme.  À 50 ans, j’ai pris des cours et j’ai maintenant ma carte de secouriste.  Également, à 50 ans, je me suis remis en forme, perdant 23 lbs et prenant du muscle comme jamais dans ma vie.  Et je ne vous l’avais pas dit encore mais j’ai trouvé l’amour au printemps.  Une femme de ma génération, de ma région d’origine, une artiste.  Jamais je n’ai eu autant en commun avec la moindre de mes ex.  On s’entend sur tout, on se bouleverse mutuellement de sentiments amoureux qui nous surprennent nous-mêmes, et le sexe est fantastique.  Compatibilité totale.

Et vous savez pourquoi je sais que c’est elle, la bonne, celle avec qui je vais finir mes jours?  Parce qu’elle est arrivée dans ma vie au moment où je ne ressentais plus le moindre intérêt à avoir de romance ou du sexe, chose dont je me suis rendu compte il y a un an.  Par conséquent, la seule personne qui pouvait rallumer mon cœur et ma libido, c’était celle qui était vraiment faite pour moi.  Ce ne sont pas des paroles en l’air.  Relisez mes billets depuis août 2018, je ne cesse de donner des exemples de fois où j’ai décliné des avances de femmes de tous âges, sur le net comme en face, au lieu de sauter sur l’occasion.

Dans de telles conditions, trouver le vrai amour, ça ne pouvait m’arriver qu’à partir de 50 ans, au moment où ma testostérone à la baisse a cessé de me faire choisir n’importe qui.  Et  un autre avantage à sortir avec une femme de mon âge :  Nous sommes rendus au même point dans la vie.  On sait ce qu’on veut, et on sait ce qu’on ne veut pas.  On peut voir tout de suite si nous sommes faits l’un pour l’autre, et on n’a plus le temps et encore moins l’envie de se faire chier avec des compromis si ce n’est pas le cas.  Comme quoi prendre de l’âge n’apporte pas seulement que du négatif.

La cinquantaine ne marque pas la fin des choses, mais bien la fin de la manière dont on a connu ces choses jusqu’à maintenant. C’est comme pour l’évolution physique.  Oui, dans la vingtaine et la trentaine notre physique et notre santé restent stables, tandis que dans la quarantaine et la cinquantaine elles commencent à décliner.  Mais à 50 ans comme à 20, quand on mange bien, quand on s’exerce au cardio, quand on s’exerce la musculature, les résultats sont les mêmes : On perds de la graisse, on perds du poids, on gagne de l’endurance, on gagne de la force, on gagne du muscle, on devient esthétiquement agréables pour l’œil.  La seule différence, c’est que ça prend un peu plus d’efforts au début, et qu’il faut être plus vigilants par la suite parce que si on se néglige, on va le reperdre plus vite que si on se négligeait dans la vingtaine.  Mais à part ça, il n’y a aucune raison pour voir la cinquantaine comme étant le début de la fin de tout.

En milieu de vie, il y a des choses comme la découverte du vrai amour qui deviennent plus faciles. Il y a des choses comme la remise en forme et en santé qui deviennent plus difficiles.  Il y a des choses comme l’évolution de la carrière qui demandent certaines opportunités du hasard et la vivacité d’esprit de les saisir au vol.  Et il y a des choses comme l’éducation qui demande toujours le même effort, peu importe l’âge.  Mais dans aucun des quatre cas, les choses ne deviennent impossibles.  Elle deviennent différentes, mais elle restent à notre portée.

En prenant de l’âge, si certaines portes se ferment, d’autres portes s’ouvrent. Et si certaines portes ne s’ouvriront que si on en crochète la serrure ou si on les défonce, c’est ça qui fera la différence entre ceux qui se laissent décliner, et ceux qui sauront mettre l’effort requis pour vieillir avec grâce.

Il n’y a pas de vérité universelle

La semaine dernière, j’ai eu 51 ans.  Et à trois reprises, on m’a posé une variante de la question suivante : Comment est-ce que tu sens face à ça?

Eh bien, maintenant que vous me posez cette question, je me sens comme si j’étais supposé me sentir mal de prendre de l’âge. 

Ce n’est pas le cas.  Bien au contraire.  Cependant, je ne devrais pas être surpris que les gens s’y attendent.   D’après ce que je peux voir sur les comptes Facebook des hommes de ma génération, devenir quinquagénaire vient en effet avec une terrible dose de remise en question chez la majorité d’entre eux.  On m’a même rapporté un cas à qui ça a donné des idées suicidaires, et l’a amené en thérapie.  (Ironiquement, il s’agit d’un gars qui a passé plusieurs années à essayer de me faire une réputation de déséquilibré mental.)

En général, à ce point-ci de notre vie, cette remise en question se produit sur trois niveaux : 

  • Au niveau amour, couple et famille.  Certains sont satisfaits car ils ont femme et enfants.  D’autres déplorent de ne jamais avoir eu l’un et/ou l’autre.  Et il y a ceux qui les ont eus, mais perdus dans le divorce.
  • Au niveau carrières et finances.  Certains sont satisfaits car leur carrière et les revenus qui viennent avec sont au sommet.  D’autres déplorent de ne jamais avoir eu l’un et/ou l’autre.  Et il y a ceux qui les ont eus, mais perdus dans le divorce.
  • Au niveau physique. De ce côté-là, par contre, je n’en ai pas vu un seul qui se dit satisfait.  Ou bien ils évitent le sujet, ou bien ils déplorent ce que les années ont fait de leurs corps. 

Pourquoi ne sont-ils pas portés à faire des efforts pour améliorer les niveaux dans lesquels ils ont des lacunes, plutôt que de de perdre leurs temps à en déprimer?  La raison, c’est que consciemment ou non, nous voyons la cinquantaine comme étant le point de non-retour.  Car en effet…

  • Au niveau amour, couple et famille: Si tu n’as pas encore trouvé l’amour ni fondé une famille, bonne chance pour te trouver autre chose qu’une mère monoparentale ou un père séparé qui verse le trois quart de ses revenus à son ex et ses enfants.  Quant à avoir toi-même des enfants, te vois-tu changer des couches dans ta cinquantaine, t’occuper d’un ado dans ta soixantaine, le voir enfin quitter la maison au début de ta soixante-dizaine? 
  • Au niveau carrière et tes finances:  Te vois-tu retourner aux études jusqu’à tes 55-60 ans?  Pour ne travailler que cinq à dix ans, soit tout juste le temps requis pour rembourser ton prêt étudiant, avant d’arriver à l’âge de la retraite?  Encore faudrait-il réussir à trouver un employeur qui sera prêt à embaucher un fraîchement diplômé sans expérience de cet âge-là. 
  • Au niveau physique: Comment espérer te remettre en forme quand le moindre effort t’épuise?  À quoi bon perdre du poids si c’est pour prendre un énorme coup de vieux lorsque la peau étirée qui a perdu son élasticité d’antan te transformera en masse de rides flasques?  Et n’oublions pas les cheveux, maintenant gris et/ou partiellement disparus. 

Et c’est en considérant tout cela que ces hommes regrettent leur jeunesse.  Non seulement parce qu’ils y étaient à leur meilleur, mais surtout parce qu’ils réalisent qu’ils auraient dû en profiter pour prendre les bonnes décisions pendant qu’il était encore temps.  Comme l’a si bien dit Henri II Estienne (1528-1598) : Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait.  

Là-dessus, j’ai eu de la chance.  J’ai eu de très mauvais départs dans la vie.  Et les choses ne se sont pas améliorées par la suite, autant à cause de mon entourage qui me sabotait, que par mes propres mauvaises décisions.  

En quoi est-ce que je considère que ce fut une chance?  Simple: Regardez ceux qui l’ont eu facile dans la vie: Beaux car génétiquement parfaits, aisés car provenant de bonnes familles, respectés socialement à cause des deux raisons précédentes…  Ces gens-là n’ont jamais eu à apprendre à faire des efforts, puisqu’ils n’ont jamais eu à se tirer des bas-fonds.  Alors forcément, ce n’est pas à cinquante ans qu’ils vont être portés à commencer à les faire, ces efforts.  Mais dans mon cas personnel, ayant passé la première moitié de ma vie à être inférieur social, physique et monétaire, j’ai passé la seconde moitié de ma vie à faire ce que j’avais à faire pour m’améliorer.  Et voilà pourquoi, à 51 ans, je suis à mon top à tous ces niveaux.  Si vous me lisez régulièrement, je ne vous apprends rien puisque je n’arrête pas de m’en vanter depuis les quatorze derniers mois.  

Une chose que je constate cependant, et c’est un sujet que je n’ai pas encore abordé, c’est que ma mentalité aussi a changé de manière radicale au cours de ces vingt-cinq dernières années. Et là où ma mentalité a le plus évolué, c’est au niveau de ma perception de l’amour et du couple.  Comparons:

Aujourd’hui, au sujet de l’amour et du couple, ma mentalité est : Il est vrai de dire qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné.  Et être mal accompagné, ça ne se limite pas qu’à être dans une relation toxique.  Je me suis rendu compte avec les années que l’on peut avoir une relation harmonieuse et respectueuse, et être tout de même avec une personne qui ne nous convient pas.  Si l’on n’a rien en commun, tout ce que l’on fait, dans le fond, c’est être dans un arrangement.  On se tient compagnie, on baise ensemble, on habite ensemble, on va même fonder une famille ensemble.  Mais à part ça, chacun vit de son côté.  Chacun a ses goûts, ses passe-temps, ses activités, son univers propre, dans lequel l’autre est exclus.  Et dans la partie commune de leur vie à deux, chacun se sacrifie un peu, faisant des efforts pour accepter et endurer l’autre dans ses différences.  C’est ce que l’on appelle faire des compromis.  Et c’est vu socialement comme faire preuve de maturité.

Le problème avec ce genre de relation, c’est qu’éventuellement, l’un ou l’autre finit par rencontrer la personne qui lui convient vraiment.  Et avec cette personne, non seulement on retrouve la même harmonie et le même respect que dans le couple, on a en plus des goûts en commun, des passions communes, et, par conséquent, énormément de plaisir à passer du temps ensemble.  Chose que l’on n’a pas dans notre couple.  Et si en plus il y a attirance mutuelle, alors voilà, on a trouvé notre âme sœur, la vraie.  Celle que l’on ne croyait jamais pouvoir trouver un jour, puisque l’on ne croyait pas vraiment que ça puisse exister.

Et c’est là que l’on se retrouve avec un choix difficile : Détruire la belle vie sans histoires que l’on a mis toutes ces années à co-construire, en laissant tomber notre conjoint(e) qui n’a rien fait pour mériter ça.  Sans oublier à quel point ça va perturber la stabilité des enfants, s’il y en a.  Ou alors, l’autre choix, c’est de renoncer pour toujours à l’amour véritable, et se résigner à une vie de couple et de famille sans passion.  Chose que l’on appelle, « prendre ses responsabilités. »

Il y a aussi un 3e choix, qui est de ne renoncer à rien en disant oui aux deux, en ayant une relation illicite.  Hélas, non seulement n’y trouve-t-on jamais satisfaction, ça finira par se savoir, et ça fera de nous, aux yeux de tous, la pauvre merde au comportement irresponsable et inacceptable qui aura tout détruit.

Et voilà pourquoi il vaut mieux attendre de trouver l’amour véritable, le vrai.  Parce que sinon, dans le pire des cas, on se retrouve dans une relation toxique.  Ou dans le meilleurs des cas, dans une relation « mieux que rien en attendant. »   

Mais il y a 25 ans, ma mentalité au sujet de l’amour et du couple était :  Facile à dire, ça, « mieux vaut être seul que mal accompagné. »  Quand ton choix se résume entre avoir des relations toxiques ou bien à ne pas avoir de relations du tout, tu fais quoi?  Tu dois accepter de passer ta vie seul?  Il faut se rentrer dans la tête que dans les faits, la relation parfaite, ça n’existe pas.  C’est une utopie.  Nous sommes tous différents, on ne pourra jamais nous entendre à 100% avec quelqu’un.  Ou bien tu fais des sacrifices, ou bien tu passes ta vie à attendre après un amour parfait qui n’existe nulle part sauf à la télé ou au cinéma.  De toute façon, d’après ce que j’ai pu voir à date, la majorité du temps, le couple, c’est un arrangement : La fille te laisse le passage entre ses cuisses, et en retour tu lui laisses le droit d’abuser de toi moralement et/ou financièrement.  Dans le pire des cas, tu as le choix entre être l’abusé ou l’abuseur.  Dans le meilleur des cas, tu en trouves une avec qui former un couple dans lequel personne n’abuse de l’autre.  Il n’y a plus qu’à espérer que côté sexe, au moins, vous allez vous entendre.  Sinon, il y a toujours la porno su’l’net.  Plus vite tu te feras à l’idée, mieux tu vas te porter.

Il faut préciser qu’à 25 ans, j’étais maigre, faible, laid, pauvre, et je n’avais pas mon diplôme d’études secondaires.  Je n’arrivais qu’à décrocher du travail physique sans issue avec salaire minable, c’est à dire laveur de vaisselle ou pâtissier au Dunkin Donuts.  Par conséquent, je ne pouvais habiter que des quartiers défavorisés, près de mon emploi.  Et forcément, je ne pouvais que côtoyer les gens que l’on y retrouvait.  Des gens sans avenir, peu portés à faire les efforts requis pour se tirer de la misère.  Des gens qui ont les problèmes de personnalité et de comportement qui sont la cause directe de leur manque d’éducation et/ou d’emploi, ce qui cause leur pauvreté. 

Lorsque l’on est dans ce milieu, il est difficile de côtoyer des gens bien, logiques, sérieux, prospères ou avec un avenir qui le sera.  Et quand on a la chance d’en rencontrer, il est encore plus difficile de leur plaire, car avec notre situation, on nous voit comme étant des parasites sans avenir.  Dans de telles conditions, à moins d’avoir  la chance d’être exceptionnellement beaux, impossible de la rencontrer, notre âme sœur. Et même si on la rencontre, elle peut trouver bien mieux que nous, et elle le sait. 

Quand tous les aspects de notre vie personnelle et professionnelle sont minables, le célibat est la dernière brique qui cimente notre statut de loser.  Et puisqu’on ne veut surtout pas être loser à tous les niveaux, on n’a pas le choix :  On se met en couple entre minables.  Deux frustrés de la vie, qui prennent mal le fait d’être incapable de se trouver mieux, mais qui doivent s’y résigner car c’est ça ou rien.  Rien d’étonnant alors que l’on ne croit pas au vrai amour, et que l’on ne voit le couple que comme un échange de services dans lequel on essaye tant bien que mal d’éviter les abus.

Tel que déjà cité dans de nombreux billets passés, j’ai su mettre les efforts et la persévérance pour m’améliorer à tous les points de vue.  Je suis retourné aux études, j’ai eu mes diplômes, je me suis éduqué au niveau moral, psychologique et social.  J’ai appris la base de plusieurs métiers, autant physiques que de bureau.  Quant à mon art, à toujours améliorer mes textes et mes dessins, j’ai remporté de nombreux prix.  Et bien que je n’arrive jamais à tout à fait stabiliser mon poids, il reste que la bonne alimentation combinée aux exercices musculaires et cardios ont fait que je me suis amélioré physiquement avec l’âge, au lieu de décrépir. 

En étant maintenant capable de réussir ma vie personnelle et professionnelle à tous les niveaux, ça a changé ma personnalité de deux façons.  La première, c’est que mon humeur générale s’est fortement améliorée.  Je suis beaucoup moins frustré de la vie, donc  beaucoup plus zen, patient et compréhensif qu’avant.  Et puisque je peux trouver ma valeur dans bien d’autres choses que dans ma capacité de séduire, le couple a cessé d’être pour moi un but compensatoire, et a donc perdu à mes yeux l’importance démesurée qu’il n’aurait jamais dû avoir. 

Et où est-ce que je veux en venir, avec cette nouvelle manifestation de ma vantardise?  Au fait que j’ai constaté une chose qui, à première vue, peut sembler paradoxale:  Ma mentalité de 25 ans a beau être totalement opposée à celle de 50 ans, il reste que dans les deux cas, elles sont totalement logiques et valides.  Et ça, c’est parce que chaque mentalité correspond aux différents styles de vie que j’ai eu.  Ma mentalité de l’époque ne convient pas à ma vie actuelle, tout comme ma mentalité actuelle n’aurait pas convenu à ma vie de l’époque.

Et c’est un fait que nous avons tendance à oublier, nous, les gens portés à donner des conseils: Il n’y a pas de conseils ou de vérité qui soit universelle, car tout dépend de la situation de la personne à qui on s’adresse.