20 raisons pourquoi je ne publierai jamais de livres

Lorsque les gens voient le lien vers Mes romans juste sous ma bannière ci-haut, ils s’interrogent.  Pourquoi est-ce que je laisse mes écrits en ligne, comme ça, gratuitement?  L’auteure et historienne Catherine Ferland elle-même m’a un jour écrit un commentaire sous ce billet pour me demander si j’ai déjà envisagé publier sous forme de livre.  La réponse est oui, j’y ai déjà songé. Mais voilà bien longtemps que j’y ai renoncé. L’aventure coute juste beaucoup trop de temps et d’argent, et ce pour trop peu de bénéfices au bout du compte. Surtout lorsque tu cherches à te faire publier pour la première fois.

Au début, on s’imagine que c’est facile: On écrit un livre, on l’envoie à une maison d’édition de notre choix, ils le reçoivent, le lisent, et une semaine ou deux plus tard ils t’appellent pour signer un contrat. Tu reviens riche et célèbre et tu passes ta vie entouré de chicks dans une piscine remplie de Baby Duck. Or, lorsque l’on est un auteur encore inconnu, les choses ne se passent pas de cette façon. J’en ai fait amèrement l’expérience pendant plus d’une décennie, soit de l’an 2000 jusqu’en 2010. C’est là que j’ai constaté plusieurs choses qui ont fini par m’enlever l’envie d’essayer de me faire publier.

RAISON 1: L’octroi des bourses est une loterie.
À moins d’être un passionné de l’écriture qui trouve toujours le temps d’écrire à chaque fois qu’il a une minute de libre malgré le fait qu’il travaille à temps plein et plus (C’est mon cas, ce blog le prouve), la majorité des gens auraient besoin d’un bon six mois de congé payé pour s’y mettre. Voilà pourquoi existent les bourses du Conseil des Arts et Lettres du Québec et celles du Conseil des Arts du Canada. Il y a les bourses classiques et les bourses de carrière. Les règles et les montants varient quelque peu d’une demie-année à l’autre, mais quand je cherchais à en avoir une, la bourse classique était entre $25 000.00 et $35 000.00, et était divisée entre les artistes dont les projets se sont montrés les plus intéressants. (Traduction: Avec le plus grand potentiel vendeur). Par exemple, l’année où j’ai été membre du jury au Conseil pour les projets de bandes dessinés, parmi les douze candidats qui demandaient des bourses, trois d’entre eux étaient des grosses pointures: Delaf et Dubuc de la série Les Nombrils, Michel Rabagliati de la série Paul, ainsi que Guy Delisle pour ses souvenirs de voyages sous forme de BD. Ces trois-là étaient des professionnels reconnus qui avaient déjà publiés des albums, ET qui avaient prouvés être de bons vendeurs. La bourse a donc été divisée entre eux. Les neuf autres n’ont rien eu.

Conclusion: Il est normal et même souhaitable qu’un auteur qui a fait ses preuves reçoive la subvention lui permettant de continuer dans la voie du succès. Mais ça signifie que si tu es un auteur de la relève (Traduction: Un inconnu qui n’a pas fait ses preuves), ta seule chance d’avoir une bourse est d’espérer qu’aucun professionnel reconnu n’en fasse une demande en même temps que toi.

RAISON 2: Le jury qui octroie les bourses est composé de tes pairs, ce qui n’est pas toujours une bonne chose.
Comme je le dis dans le point précédent, j’ai déjà été appelé à faire partie d’un jury pour des bourses demandées par des auteurs de BD. C’est normal, puisque j’ai fondé et publié le fanzine de BD MensuHell, et que j’ai travaillé pendant sept ans au magazine de BD Safarir. Or, au Québec, le milieu est petit et les mesquineries entre bédéistes ne manquent pas. Qu’est-ce qui se passe quand une personne qui a décidé de te prendre en grippe devient membre du jury juste au moment où toi tu demandes une bourse? J’ai vécu ça! C’est sûr que ça ne veut pas dire que j’aurais automatiquement reçu une bourse si cette personne n’avait pas fait partie du jury. Par contre, le fait qu’elle y était, ça garantissait qu’on ne me l’accorderait pas.

RAISON 3: Avant de recevoir une bourse de carrière pour écrire un livre, tu dois d’abord avoir publié cinq livres.
Jusqu’en 2008, tout ce que tu avais besoin pour recevoir une bourse de carrière, c’était d’avoir été publié régulièrement sur une période de vingt ans. À ce moment là, puisque mes débuts étaient dans le magazine Wow en 1988, je l’avais. Enfin, presque! La demande de bourse devait être déposée en avril 2008, et mes débuts à Wow étaient en juin 1988. Il me manquait donc deux mois pour les avoir, mes vingt ans. Et puisque la bourse de carrière ne peut être demandée qu’une fois par année, j’en fus quitte pour attendre un an de plus.

Rendu en 2009, les règles avaient changé. Il ne suffisait plus d’avoir été publié pendant vingt ans. Il fallait également, pour y avoir droit, avoir publié au moins cinq livres. Autrement dit, maintenant, si je veux avoir une bourse pour écrire un livre, il faut d’abord que je prouve que je suis capable d’écrire et me faire publier cinq livres. …Sans bourse.

RAISON 4: attendre après une bourse pour écrire un livre, c’est une perte de temps.
On ne peut faire une demande de bourse normale que deux fois par année. Si tu rates la date de tombée, alors sucks to be you. Tu en as encore pour six mois d’attente. Ensuite, c’est six autres mois avant qu’ils rendent la décision. Puis, six autres mois avant que tu reçoives le chèque. Et de là, tu as six mois pour écrire ton livre. Bref, de un an et demi à deux ans entre le jour où tu te dis que tu voudrais écrire un livre, et le produit fini. C’est une sacrée perte de temps, quand je pense qu’à la fin de l’été dernier, ça ne m’a pris que trois semaines, sans bourse et en travaillant à temps plein, pour écrire mon roman Sept Semaines en Appartement.

Mais dans le fond, bourse ou pas, ça ne change pas grand chose au bout du compte, parce que…

RAISON 5: Obtenir une bourse ne garantit en rien la publication.
Si vous croyez que je parle contre le système boursier par frustration de ne jamais en avoir reçu une, détrompez-vous : En janvier 2007, j’en ai eu une de $9 300.00. Six mois plus tard, Riverstock était prêt. Il a passé le premier triage et la première lecture aux éditions Québec-Amérique, mais ça n’a pas été plus loin.

Vous allez dire Oui, mais le fait qu’il avait été accepté à la première lecture, ça démontrait qu’il avait le potentiel d’être accepté et publié dans une autre maison d’édition, non? Possible, mais c’est une théorie que l’état de mes finances ne m’a pas permis de vérifier car…

RAISON 6: Envoyer des manuscrits, ça coûte cher.
Le prix pour faire des copies d’un manuscrit de 250 pages varie d’un centre de photocopies à l’autre et dépend du nombre que tu en prends. Mais disons pour l’exemple que chaque copie te revient à 4$. Au poids du papier, ça coûte environs 8$ pour l’envoyer par la poste. Et si tu veux que les maisons d’éditions te renvoient ton manuscrit en cas de refus, il faut leur fournir une enveloppe de retour pré-affranchie, donc un autre 8$. Au total, chaque manuscrit envoyé par la poste te coûtera 20$. À partir d’ici, tu as le choix entre…:

  • Sauver du temps: Tu veux l’envoyer à 10 maisons d’éditions en même temps? Ça va te coûter 200$. As-tu 1000$ à perdre pour l’envoyer à 50 maisons d’éditions?
  • Sauver de l’argent: Si tu peux juste te permettre 60$ dans ton budget, il ne te reste plus qu’à envoyer ton manuscrit à 3 maisons d’éditions, attendre de 2 à 10 mois leur réponse (probablement négative), recevoir ton manuscrit par la poste, et réinvestir 16$ pour le renvoyer ailleurs. À ce rythme, tu devrais bien finir par trouver une maison d’édition qui acceptera de te publier dans, disons, six ou sept ans, à condition que le sujet de ton récit ne soit pas rendu dépassé à ce moment-là.

RAISON 7: Car oui, les éditeurs prennent une éternité à répondre.
En 2001, un de mes manuscrit m’a été retourné avec une lettre disant ceci:

Monsieur
Nous avons le regret de vous informer que depuis le début de l’année, la direction de notre collection jeunesse n’accepte que les manuscrits sollicités.
En vous remerciant de l’intérêt que vous portez à notre maison d’édition, veuillez bla bla bla etc.

Je comprends et accepte leur refus. Mais ce qui me dérange, c’est qu’il se se soit écoulé quatorze semaines entre le moment où je leur ai posté mon manuscrit, et le moment où j’ai reçu cette lettre. Je veux bien croire que les maisons d’édition sont submergées car tout le monde se prend pour un écrivain depuis qu’internet existe. Mais come on, ça ne devrait quand même pas prendre trois mois et demi avant de se rendre compte qu’un manuscrit qu’ils ont reçu n’a pas été sollicité.

N’empêche, Ça vaut encore mieux que de se faire servir…

RAISON 8: Les excuses bidon pour ne pas te publier.
Si vous me dites que je suis ennuyeux, que le sujet de mon récit n’a pas le potentiel de bien se vendre, que les gens n’en ont rien à diarrher des anecdotes autobiographiques d’un inconnu, d’accord, je peux comprendre et accepter le refus. Je vais même en tirer une leçon. Mais quelle leçon voulez-vous que je tire à part cet éditeur est le pape de la bullshit quand les raisons que l’on me donne ne tiennent pas la route? Par exemple, en 2010, j’ai reçu un refus pour mon roman Miki contre les Forces Occultes. Voici un extrait de la lettre:

La raison de [notre refus] concerne principalement vos références sociales qui sont quelques peu dépassées si on considère l’âge de vos lecteurs. Citons entre autres The Matrix, Star Trek et le magazine Mad.

The Matrix est un classique que tout le monde connait, il y a eu deux films de Star Trek récent, l’un en 2009 et l’autre en 2012, et le magazine Mad existe toujours aujourd’hui, cinq ans après qu’ils m’aient écrit cette lettre. En quoi est-ce que ces références sont dépassées? Et je suis supposé croire que c’est ça, la raison pourquoi ils rejettent le roman? Je dois trouver crédible qu’ils préfèrent me rejeter plutôt que de me demander d’enlever trois petits détails anodins qui ne changent rien à l’histoire?

En 2003, histoire de sauver temps et argent, j’ai eu l’idée d’écrire un courriel à une maison d’éditions dans lequel je donne une courte description de mon roman, en leur demandant si la maison publie ce genre de truc. Si oui, je leur envoie et ils jugeront s’ils en veulent ou non. Sinon, je m’abstiendrai et m’essaierai ailleurs, voilà tout. Leur réponse:

Monsieur.
Nous avons bien lu et relu votre manuscrit. Malgré ses indéniables qualités et son bon potentiel, il a été décidé au final de ne pas le publier.

Comment est-ce qu’ils ont donc bien pu lire et relire un manuscrit que je ne leur ai jamais envoyé?

RAISON 9: En échange de publication, l’éditeur peut dénaturer ton travail.
En 2010, je me suis trouvé un éditeur qui a adoré Miki contre les Forces Occultes. Nous avons signé un contrat, et là ce fut l’étape de la correction par son comité de lecture, constitué en fait de six de leurs auteurs-fondateurs. L’un d’eux a réécrit 60% de mon texte dans son style à lui, a enlevé plusieurs gags, a introduit quelques erreurs de continuité, et a changé les dialogues des adolescents en quelque chose que l’on s’attendrait à entendre de la bouche de professeurs d’université. Lorsque j’ai protesté en disant que les adolescents ne parlent pas comme ça, l’éditeur m’a répondu: « Non, mais les critiques oui. C’est à eux qu’il faut plaire. » Ben oui, tsé, parce que tout le monde sait bien que les adolescents ne lisent que les livres qui sont approuvés par Nathalie Petrowski.

Autres éditeurs, autre livre: Il y en a deux qui se sont montrés intéressés à publier Le Terrorisme Féminin au Québec, histoire dans laquelle je raconte ma relation avec mon ex, la mère de mes enfants, qui se permet de commettre tous les abus contre moi, avec la complicité de la loi. Non seulement ils m’ont tous deux demandé de retirer chaque scène dans laquelle je décris mes propres torts, l’un d’eux a voulu m’imposer, comme couverture, une main de femme faisant un doigt d’honneur, main couverte de bijoux et entourée d’argent et de papiers légaux. Bref, pour être publié, je devais accepter que l’on transforme mon histoire autobiographique en manifeste haineux antiféministe et misogyne.

Vous n’avez jamais entendu parler de ces deux livres? Normal, j’ai préféré rester non-publié et inconnu plutôt que d’accepter que de me faire connaitre en tant qu’auteur des merdes que ces éditeurs voulaient en faire.

RAISON 10: Les contraintes en matière d’écriture et illustrations.
Vous le savez, je suis dessinateur et scénariste. En 2008, j’avais un projet de livre pour enfant. S’il n’a jamais vu le jour, c’est parce que l’auteur n’a pas le droit d’illustrer son propre texte. Eh non, à cause de certaines lois, il doit être dessiné par un illustrateur à l’emploi de l’éditeur. Or, pour être illustrateur, il faut être membre de
Illustrations Québec, ce qui coûte de $183.96 à $344.93. Et payer ces frais qui dépassent largement tout profit que je ferais dans les ventes ne garantit en rien que je serai embauché par l’éditeur, et encore moins que je sois assigné à illustrer mon propre livre.

RAISON 11: La population du Québec n’est pas suffisante pour publier tous les sujets.
Comparons:

  • Population des États-Unis: 316 millions. Tu vends ton livre à 0,1% de la population, ça fait 316 000 copies de vendues, ce qui te rapporte $790 000.00.
  • Population de la France: 66 millions. Tu vends ton livre à 0,1% de la population, ça fait 66 000 copies de vendues, ce qui te rapporte $165 000.00.
  • Population du Québec: 8 millions. Tu vends ton livre à 0,1% de la population, ça fait 8 000 vendus, ça te rapporte $20 000 dollars. Soit $2 720 en dessous du seuil de la pauvreté.

Avec notre faible population, si on veut se faire publier, on ne peut pas écrire sur n’importe quel sujet. Au moment où j’écris ce billet, le palmarès des meilleurs vendeurs au Québec démontre que les sujets qui intéressent le plus les québécois sont: Histoire, politique, santé, nutrition, biographies et études sur la sexualité. Vous écrivez autre chose? Bonne chance pour trouver un éditeur!

RAISON 12: L’immigration peut être une solution, mais…
Tandis que l’on n’arrive pas à se faire publier si on fait de la science fiction, du fantastique ou de la bande dessinés, nous sommes envahis de science-fiction, de fantastique et de bandes dessinées en provenance d’Europe et des États-Unis. La solution peut paraître simple: Déménage en Europe ou aux États-Unis et fais-toi publier là-bas. Oh, mais trouve-toi d’abord une machine à remonter dans le temps qui te ramènera dans les années 70-80. Non seulement il est de plus en plus difficile de changer de pays, certains comme les États-Unis ne t’accepteront que si tu arrives à prouver que tu sais faire un travail qu’un natif américain ne peut pas faire. Et des gens qui ne sont pas capables de se faire publier dans leur pays d’origine, il en ont déjà par millions aux USA.

Ceci dit, puisque deux référendums plus tard, le Québec fait encore partie du Canada, tu peux déménager en Ontario sans que personne ne trouve à redire. Selon Christ Oliver qui a publié quelques livres pour enfants avec mon ex Karine depuis 2004, alors qu’ici on se bat pour avoir des bourses et trouver une maison qui daignera nous publier, là-bas le Gouvernement encourage à coup de subventions la création de maisons d’éditions francophones, et ceux-ci cherchent sans cesse des auteurs francophones ontariens à publier. Évidemment, pour devenir ontarien et y avoir droit, il faut juste que tu quittes le Québec, abandonne ton travail, ta famille et tes amis. Tu as une conjointe qui travaille? Des enfants d’âge scolaire? Tu as trois choix.

  • Ou bien tu les amène et les déracine de force, chamboulant leurs vies de façon radicale, afin que tu puisse réaliser ton rêve.
  • Ou bien tu les abandonne eux aussi, contre l’opportunité de voir ton nom imprimé sur un paquet de papier relié.
  • Ou bien tu abandonnes ton rêve, faisant d’eux les symboles de ce qui t’a empêché de réussir dans la vie.

Mais que ce soit au Québec ou en Ontario, même si tu trouves à te faire publier…

RAISON 13: Il faut être un BS, un chômeur, un retraité, un riche, ou bien déjà auteur à succès pour promouvoir le livre.
Les meilleures ventes d’un livre se font lorsqu’il y a une séance de rencontre et signatures avec l’auteur. Ça signifie devoir faire la tournée des libraires à travers la province, sans oublier les salons du livre. Et même si tu as la chance d’avoir un éditeur assez fortuné et généreux pour payer ton transport, ta nourriture et ta chambre d’hôtel, ça ne change rien au fait que pendant que tu es en tournée, tu ne travailles pas, donc ne gagnes pas d’argent. Comment peux-tu payer ton loyer, l’électricité, le téléphone? Sans compter que pendant que tu te ballades on ze road, tu ne vois plus ni ami ni conjoint ni famille. À moins, bien sûr, de ne te limiter qu’à faire la tournée des librairies de ta ville.

RAISON 14: Tout le monde s’enrichit sur le dos de l’auteur… Sauf l’auteur.
Admettons que tu as écrit un livre, que tu as trouvé un éditeur, qu’il a reçu du cash pour le publier (comme en témoigne la page de garde sur laquelle il remercie le Conseil des Arts et Lettres du Québec et/ou du Canada pour la bourse obtenue dans ce but) et que celui-ci se vend $20.00. Crois-tu que cet argent-là ira dans ta poche? Ha! En réalité, sur chaque copie vendue…

  • $10.00 va au distributeur.  Parce qu’il faut bien faire vivre leurs employés salariés.
  • $5.00 va au libraire.  Parce qu’il faut bien faire vivre leurs employés salariés.
  • $2.50 s’en vont à l’éditeur.  Parce qu’il faut bien faire vivre leurs employés salariés.
  • Et le $2.50 restant, c’est toi, l’auteur non-salarié (sauf si tu as eu la chance d’avoir une bourse) qui le reçoit.
  • … à condition que ce soit un travail solo. Parce que dans le cas d’un livre pour enfants, tu dois partager ton gain avec l’illustrateur que l’on t’a imposé, ce qui te laisse $1.25.

Mieux encore: Si on tient compte de la taxe de 14%, ce qui rajoute $2.80 sur le prix de vente, ça signifie que celui qui achète ton livre donne plus d’argent au gouvernement qu’il ne t’en donne à toi.

Sans auteur, il n’y aurait pas de livres, donc pas d’imprimeries, pas de maison d’éditions, pas de distributeurs et pas de librairies. Pourtant, de tous ces gens, celui qui reçoit le moins d’argent, c’est l’auteur.  Pourquoi? Parce que c’est ça qui est ça. Parce que c’est comme ça et pas autrement. Because fuck you, that’s why! 

RAISON 15:  Certains éditeurs facturent les auteurs au lieu de les payer, ou bien les payent en copies de leurs livres plutôt qu’en argent.
Et on ne parle pas ici de petites maison d’éditions louches et inconnues.  On parle, entre autres, des Éditions de Trois Pistoles de l’auteur à succès Victor-Lévy Beaulieu.  Et s’ils font ça aux auteurs professionnels établis depuis longtemps, quelle chance avons-nous, auteurs inconnus?

Il y en a qui vont dire: « Bon ben tant qu’à payer pour publier, alors qu’est-ce qui t’empêche de publier toi-même tes romans à compte d’auteur? » Simple: Je ne suis pas un éditeur, je suis un auteur. Je n’ai pas l’argent requis pour imprimer ces copies, je n’ai aucune formation pour vendre et distribuer, et encore moins ce qu’il faut pour la comptabilité.  Et de toutes façons…:

RAISON 16: Personne ne respecte l’auto-publication.
J’ai fondé MensuHell et publié ses 33 premiers numéros. L’une des fois où j’ai demandé une bourse pour un projet d’album de BD, il fallait nommer les magazines et journaux dans lesquels nous avons été publiés. Or, l’auto-publication ne compte pas. Ironiquement, ça signifie qu’un auteur de BD peut dire qu’il a été publié dans MensuHell, et ça compte pour lui. Mais puisque c’est moi qui faisais MensuHell, alors dans mon cas, c’était de l’auto-publication. Donc, même si j’y travaillais plus que tous ceux que j’y ai publié, ça ne compte pas.

De plus, lorsque quelqu’un choisit de s’éditer lui-même, la première chose qui vient en tête des gens, c’est que s’il est obligé de s’auto-publier, c’est qu’il n’a pas réussi à trouver un éditeur voulant de lui, ce qui est signe qu’il est un sans-talent. Je dois donc me rendre à l’évidence: Même si j’ai été publié dans des journaux et magazines de 1988 à 2008…:

RAISON 17: Je manque de talent.
Soyons réalistes! Depuis le temps que j’écris, si j’étais vraiment talentueux, ça ferait longtemps que j’aurais trouvé un éditeur pour publier mes livres, peu importe les obstacles. Parce que malgré tout ce que je trouve à dire contre le domaine de l’édition, de nouveaux auteurs apparaissent sur les tablettes à chaque année sans que ça ruine leur vie personnelle ou financière. Ça ne peut donc pas être toujours de la faute des éditeurs ou de ma situation géographique.

Ou alors, c’est peut -être tout simplement parce que…

RAISON 18: Je m’obstine à n’écrire que sur des sujets tabous et/ou mal vus et/ou trop négatifs.
Les éditeurs refusent tout ce qui puisse être vu comme étant la justification d’un acte criminel, ou toute littérature qui puisse engendrer de la haine contre un groupe.  Or, puisque la plupart de mes récits s’inspirent de faits réels, il y a beaucoup de ça. Par exemple:

Seize Ans d’Abus, aussi connu sous le titre alternatif de Le Terrorisme Féminin au Québec, ne faisait que raconter, et ce de manière totalement objective, la manière  dont une de mes ex se servait de la Loi afin de me faire subir les pires abus, à répétition, et ce impunément.  La moitié des commentaires que j’ai reçu disaient « Fuck, t’es patient, à ta place j’te l’aurais massacrée, c’te bitch-là! » ou bien « Moi j’aurais payé une coupl’ de gars pour lui faire casser les deux jambes. »  Et la majorité de ces commentaires me venaient de lectrices. Oui, des femmes!  Bref, même si je ne racontais que la vérité, sans jamais y poser moi-même des jugements de valeur contre cette ex, il reste que sa lecture incitait les gens à en arriver à la conclusion que non seulement la violence contre une femme est parfois justifiée, dans certains cas isolés ça reste la seule solution.  Et ça, en effet, ce n’est pas un sentiment qu’il faut transmettre à la population.

Dans Surveiller Nathalie, voyage dans la tête d’un harceleur, je raconte exactement ce que dit le titre.  J’y raconte les deux seuls mois de ma vie, en été 1989, où j’ai harcelé une ex.  Je me disais que ça pourrait intéresser les gens si, pour une fois, le harcèlement était raconté à partir du point de vue du harceleur, et non de sa victime.  Malheureusement, en expliquant les raisons qui m’ont poussées à poser ces gestes, c’est comme si je les justifiais.  Or, tout comme dans l’exemple précédent, il ne faut pas donner à la population l’idée qu’un geste négatif contre autrui, surtout s’il est immoral et illégal, surtout contre une femme, puisse être justifiable.  Donc, dommage pour le côté éducatif de la chose, mais non, impubliable.

Dans 52 jours à Montréal, aussi connu sous le titre original de Sept Semaines en Appartement, je raconte comment, à 19 ans, je tente de tromper ma blonde, je vole de l’argent et de la nourriture à ma colocataire, je fais un trou dans le mur afin de la voir dans sa chambre en train de baiser, je mens, je suis méprisant, haineux, homophobe, et même si je ne le fais jamais, j’avoue néanmoins être tenté de céder aux avances sexuelles de ma cousine (par alliance) de 14 ans. Et non seulement je me donne l’air noble en décidant d’avouer mes vols à ma coloc, je rabaisse le fait qu’elle entre dans une colère pourtant justifiée. Je vis des déboires, mais aucun n’est en conséquence des gestes immoraux et illégaux que je pose.  En fait, c’est le contraire: Mes pires déboires sont les conséquences de quand je fais ce que j’ai à faire, quand je suis honnête et quand je dis la vérité. 

Le roman Un Été à Saint-Ignace-de-Montrouge a beau être une oeuvre de fiction, le personnage principal est porté disparu car il a fui une conjointe qui n’est qu’une pâle copie de mon ex, celle de Seize Ans d’Abus. Là encore, ça dépeint la femme sous un mauvais jour.  Et là encore, d’ici à ce que la population en vienne à la conclusion comme quoi le message de mon livre est que les femmes sont toutes pareilles, il n’y a qu’un pas.

Et dans mes deux autres romans fictifs, Riverstock et Miki Contre les Forces Occultes, les gens se divisent en trois catégories: Les abuseurs, les losers, et les adultes qui exploitent enfants et ados.  Et puisque dans les deux cas, les personnages sont mineurs, les éditeurs envoient ça directement dans leurs collection jeunesse.  Mais voilà, les publications destinées aux jeunes ne veulent pas d’histoires dans lesquelles tous les adultes sont dépeints comme étant des pourris qui ne sont qu’hostiles envers les jeunes.

RAISON 19:  Les histoires autobiographiques d’auteurs inconnus, ça n’intéresse que ceux qui les écrivent.
C’est du moins l’opinion de trois grands éditeurs au Québec.  Une opinion qui rend doublement impubliable la majorité de mes récits.    

Alors pourquoi est-ce que je continue d’écrire malgré le fait que je suis impubliable? Parce que mon but premier n’a jamais été d’être publié. Mon but premier, c’est d’écrire. C’est ça ma passion. Le papier, ce n’est rien d’autre qu’un véhicule qui sert transporter l’oeuvre d’un auteur vers son public. En ce sens, Internet est beaucoup plus efficace. C’est la raison pourquoi j’ai cessé de faire du fanzinat en 2003 pour mettre tous mes textes et dessins sur le net. Sur mon blog, mes écrits sont envoyés instantanément à mes lecteurs, je n’ai aucune restrictions de temps ou de censure, j’ai régulièrement de 350 à 500 visites par jour. Et bien que je n’en retire pas un sou, ce n’est pas non plus comme si je ferais grand argent à être publié, de la façon que ça marche dans le monde de l’édition au Québec.

Et puis, côté talent, il ne faut pas oublier qu’il y a 20 ans cette année j’ai écrit une liste de noms de famille composés qui est devenu le premier texte viral québécois, et celui-ci continue encore aujourd’hui d’être envoyé et reproduit partout sur le net, dans les journaux, les magazines, cité à la télé et à la radio, et ce dans tous les pays francophones de la planète. Quant à mon premier billet sur les comportements sur Facebook, il a reçu 108 733 visites en une seule journée. Alors après 35 ans d’écriture non-stop, il y a peut-être de l’espoir pour moi.

Ou du moins, il y en avait jusqu’à aujourd’hui. Car, voyez-vous…

RAISON 20: Le budget du Conseil des Arts et Lettres du Québec vient de se faire couper 2,5 millions.
Ils ont beau dire que les créateurs ne devraient pas subir les effets de cette réduction de budget, ça n’améliorera certainement pas les choses. Ce qui est désolant de constater, c’est que si les réalités de l’édition au Québec étaient universelles, bon nombre de grands classiques contemporains n’auraient jamais pu voir le jour, et la culture s’en serait retrouvée fort appauvrie.

_____
Y’A LIENS LÀ:

Joignez la page Facebook de Mes Prétentions de Sagesse.
Radio Canada: Le côté sombre du livre québécois.

 

 

Advertisements

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. Rétrolien: Les 52 listes de ce blog. | Mes Prétentions de Sagesse

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :