L’art de se faire rouler

((Désolé pour mes lecteurs européens, cette fois-ci je parle d’une réalité surtout québécoise, d’où le vocabulaire local et les devises en dollar canadien), 

Après plusieurs longues années d’études et/ou de boulots peu payants, tu as enfin trouvé l’idéal : Une job qui te rapporte $30 000.00 par année.  Clair, ça signifie un chèque de $850.00 à toutes les deux semaines..  Puisque tu n’as pas vraiment d’idées de grandeur, tu as un appartement dans tes moyens.  En fait, le loyer, l’électricité, le net, le téléphone et l’épicerie ne te prends qu’un seul de tes chèques par mois.  Tu n’as pas de dettes, et pour la première fois de ta vie, tu peux te mettre de l’argent de côté. 

Et puis, comme ça, il te prend une petite fantaisie : Celle d’avoir une auto.  Avec ton second chèque du mois de $850.00, tu pourrais certainement te la permettre.  Surtout que, là encore, aucune idée de grandeur.  Un p’tit char d’occasion te suffira amplement.  Tu pourras l’utiliser pour aller au travail, ce sera parfait pour les jours de pluie et de neige.  Et pour l’épicerie, rien de mieux.  Et que dire des road-trips de fin de semaine.  Qu’est-ce qui représente mieux la liberté que de voyager au volant de son propre véhicule.  Tu as passé de pauvre à prospère, tu mérites bien ce symbole de ton nouveau statut.

Une rapide recherche sur Google te permet de trouver le deal du siècle.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est CreditAuto2_zpscgm6zisk.jpg

Malgré ce si bas prix, tu te doutes bien que cette auto va te coûter une coupl’ de milliers de dollars.  Le problème, c’est que tu n’as aucun dossier de crédit.  Ou alors si, tu en as un, mais il est mauvais.  Dans de telles conditions, tu sais bien que ta banque ne t’accordera jamais un prêt.  Eh bien, seconde bonne surprise, le concessionnaire est prêt à t’en accorder un, lui. 

Puisque plus rien ne se met entre ton rêve et toi, tu appelles le concessionnaire et tu lui fixes rendez-vous.  Tu te vois déjà au volant de ta p’tite bagnole économique, jouissant de ta liberté.

Mais ça, c’est le rêve.  La réalité, la voici:

Le vendeur te fait visiter la cour, il y a plein d’autos seconde-main ici, vieilles de un an à six ans.  Tu portes ton choix sur un petit bijou qui n’a qu’un an et demi d’âge. Pour apprendre aussitôt que celui-là est à 220$, et non à 75$. 

Mais alors, où sont les autos à 75$ telles qu’annoncées?  Ah, ben, vois-tu, à ce prix-là, faut comprendre qu’elles se sont rapidement envolées.  Regardons ce qu’il y a d’autre dans l’inventaire, et… OH!  Tu as une chance inouïe, il leur en reste un, finalement.  Celui-là est vieux de six ans. Mais bon, à ce prix-là, faut pas se montrer trop exigeant.  Tu le prends.

75$, c’est  par semaine. Les paiements sont mensuels. Tu crois que ça signifie 300$ par mois?  Erreur!  Il y a 52 semaines dans une année. Donc, 75 X 52 = $3 900.00, divisé par 12 = 325$ par mois.

Ensuite, il n’est à ce prix-là que si tu prends les paiements étalés sur sept ans.  Donc, $3 900.00 par année multiplié par sept ans, ça donne  $27 300.00.

Si une telle somme avait été empruntée à la banque, elle aurait eu un taux d’intérêt annuel aux environs de 7.9%  Mais la banque te refuserait.  Tu n’as d’autre choix que d’accepter l’offre de financement du concessionnaire à 19.9% d’intérêts.

19.9% d’intérêts sur $27 300.00, c’est $5 432.70, pour un total de $32 732.70.

… Ce qui dépasse d’une coupl’ de milles ton salaire annuel brut. Pas le salaire clair. Brut!

Maintenant, il ne faut pas oublier les taxes.
Au Québec, nous avons deux taxes : La fédérale (TPS) qui est de 5%, et la provinciale (TVQ) qui est de 9.975%.  J’ai trouvé en ligne ce calculateur automatique des deux taxes.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est taxez_zpsqa8suovq.jpg

Donc, après t’avoir ajouté $10 334.43 en intérêts et en taxes:
Total: $37 634.43. 
Ou, par année, $5376.35.
Ou, par mois, $448.03.

Devant ce montant, tu hésites.  Le vendeur se fait compréhensif en te disant que, que veux-tu, c’est comme ça, hm?  Tout l’monde doit payer les taxes.  Et lui aussi il en paye.  Et pas juste sur son véhicule : Il a des taxes sur sa maison, sur son commerce, sur ses ventes, sur le terrain où il a son commerce…  T’es chanceux, toi, tu en payes juste sur ton véhicule.  Et puis, c’est pas comme si ce paiement allait gober ton 850$ au complet.  Une fois ton paiement fait, il te reste 412$ par mois.  C’est un beau gros $4 944.00, presque cinq mille piastres par année pour t’amuser, ça.  Et puis tiens, pour t’encourager, en cadeau, il te fait les plaques d’immatriculation et l’enregistrement gratuitement.  (Il se garde bien de te préciser que ce généreux cadeau vaut à peu près 15$.)

Rassuré, tu signes. 

Ça y est, tous les papiers sont en ordre.  Tu es maintenant le légitime propriétaire d’un véhicule de six ans d’âge, ou du moins tu le seras lorsque tu auras terminé tes paiements dans sept ans.

Et c’est là que, avec le sourire, le vendeur te montre les clés de ton auto…  Mais il ne te les remet pas.  C’est que, explique-t-il, légalement, il n’a pas le droit de te laisser partir avec un véhicule qui n’est pas couvert par une police d’assurances.  Pourquoi il n’en a pas glissé mot avant?  Mais parce que ce n’est pas sa job.  Il n’est pas agent d’assurance, lui.  Et puis de toute façon, c’était à toi d’y penser.  Conduire sans assurances, c’est illégal.  Tout le monde sait ça, voyons!

Heureusement, il connait un bon assureur.  Il l’appelle sur le champs et te passe le téléphone.

Premières assurances pour premier véhicule, ça va dans les $1 125.00 par année.
Bien sûr, il faut rajouter les taxes, pour un total de $1 293.47
Divisé par douze mois = $107.79 par mois.

Donc, auto + assurances = paiements de $555.82 par mois.

Ça y est, c’est terminé, tu peux quitter cet endroit au volant de ton nouveau véhicule. Ça a coûté un peu plus cher que prévu, mais bon, tu te consoles avec la sensation de liberté que te procure le fait d’être mobile.

Le lendemain, tu le prends pour aller travailler.  Tu apprends ainsi les réalités de l’heure de pointe et des embouteillages, qui te font arriver en retard.  Tu viens pour te stationner dans le parking de la compagnie.  Mais voilà, ça prend la vignette de stationnement de la compagnie, qui est $110.00 par mois, soit 30$ de plus qu’une passe autobus-métro.  Ou bien, c’est 10$ pour la journée.  Refusant de payer ça, tu te dis que tu en seras quitte pour te stationner dans la rue.  Tu parcours ainsi en rond toutes les rues du quartier.  Or, les seules places de libres sont dans des rues résidentielles qui demandent des vignettes de résidents.  Tu finis par trouver une place libre et gratuite à huit coins de rues du travail. 

Quand tu reviens le soir, surprise, tu as une jolie contravention.  Car en effet, comme on peut le voir sur les pancartes, sur ce côté de la rue, il est interdit de stationner de midi trente à treize heures.  Tu as beau t’interroger sur la chose, tu ne vois aucune explication logique sur pourquoi un côté de rue doit être dégagé de 12 :30 à 13 :00.  Il n’y a juste aucune raison valable.  Mais bon, la loi, c’est la loi.  Bilan du jour : Une heure et demie de salaire en moins pour cause de retard + la contravention.  Ce sera la dernière fois que tu utiliseras l’auto pour aller travailler. 

Maintenant que tu as un véhicule, ton entourage te bombarde de toutes parts avec les deux questions suivantes :
« Combien que l’char te coûte? »
« Combien qu’tu payes d’assurances? »

Et dans 100% des cas, après y avoir répondu, arrive le commentaire suivant :
« Haaan?  Tu payes donc ben cher!  Moé ça m’coute la moitié / le tiers / le quart de ça. »

Car en effet, à les entendre, tout le monde paye moins cher que toi.  Et, dans plusieurs des cas, pour des véhicules neufs.  Voilà qui gâche le peu de plaisir qu’il te restait à posséder un véhicule.

Ceci dit, un char, ça ne roule pas à l’oxygène. Même si tu ne l’utilises pas beaucoup, tu ne t’en tires pas à moins de 40$ d’essence par semaine. Donc, 160$ par mois.  Par conséquent, ton char te coûte maintenant $715.82 par mois.  Pas surprenant que tu ne tiennes pas à y ajouter le coût du stationnement.

Autres réalités de l’automobile.
Une auto neuve, en général, ça commence à avoir des problèmes techniques et mécaniques après cinq ans, et il faut le changer après dix ans. Le tiens a déjà six ans. Et tu viens de te mettre sur le dos un contrat de sept ans. Ce qui signifie que, quand tu auras fini de le payer, ce sera une épave de treize ans.

Mais entretemps, tu vas devoir te taper entretien, révisions, pannes, réparations… Tu contemples à peu près $1 500.00 de frais annuels de garagiste, une moyenne de $125.00 par mois. Et ça c’est juste la première année, car à l’âge où est rendu ton char, ça va aller en empirant à mesure que les années vont passer.

Ce qui fait que, en moyenne, ton auto te coûte maintenant $840.82 par mois.

Oh, détail important : Au Québec, il est illégal de rouler sans pneus d’hiver du 15 décembre au 15 mars. En moyenne, avec les taxes et tout, quatre pneus d’hiver = 400$. Rajoute 100$ pour les faire installer, pour un total de $500.00.  Ou en moyenne $41.67 par mois

Ce qui porte le coût mensuel du char à $882.49. … Soit 32$ de plus que ton chèque de paie. 

Autrement dit, ça y est, c’est fini, tu n’as plus d’argent.  La moitié de ton salaire est consacrée à te faire vivre, et l’autre moitié est pour ton auto.  Il ne te reste plus qu’à espérer que pour les sept prochaines années, tu n’ailles pas besoin de souliers, bottes, vêtements, lunettes, soins dentaires ou médicaments, parce que tu ne pourras jamais te les payer.  Les sorties, la vie sociale?  Oublie ça!  Et si tu es célibataire, visionne encore sept années d’abstinence, car y’a pas une fille assez désespérée pour vouloir d’un gars qui gère si mal son budget.  Surtout pour un luxe aussi inutile qu’un char.

Et c’est là que tu réalises à quel point tu t’es mis dans la merde.  Vois-tu, contrairement à ce que l’on en dit, les banques ne sont pas là pour mettre les gens dans la rue.  Bien au contraire, elles sont là pour protéger les intérêts de leurs clients.  Et un conseiller financier aurait pu voir, d’un simple calcul, que tu ne pouvais pas te permettre l’achat d’un véhicule dans les conditions imposées par ce vendeur.  Parce que 50% de tes paies claires, c’est vraiment trop, surtout sur sept ans, surtout pour un véhicule usagé. 

Et c’est pour ça que les vendeurs d’autos d’occasion offrent des prêts aux étudiants, gens endettés, sans crédit, sans travail, en faillite.  Parce qu’ils savent bien que si tu es étudiant, endetté, sans crédit, sans travail ou en faillite, c’est parce que tu ne sais pas gérer ton argent.   Ça fait de toi le genre de poire qu’on peut aisément manipuler à signer un contrat de paiements abusifs.  Tu en es une preuve de plus.

Ta richesse assure ta pauvreté.
Le seul endroit où tu peux diminuer les coûts pour pouvoir payer tes obligations, c’est en coupant dans le budget d’épicerie.  Pour ne pas crever de faim, tu voudrais bien t’inscrire à une banque alimentaire pour gens dans le besoin.  Mais voilà, quand on gagne $30 000.00 par année, on n’est pas qualifié comme étant « dans le besoin ».  Et si tu essayes de leur expliquer que tu es pauvre parce que tu t’es embarqué des paiements de char sur le dos, on va te rire au nez en te disant que quand on peut se payer un char, on peut se payer une épicerie.

Tu voudrais poursuivre le concessionnaire pour fraude et/ou abus de confiance?  Ça prend un avocat.  Et quand on gagne $30 000.00 par année, on n’a pas droit à l’aide juridique gratuite.  Il faut donc se payer un avocat à 200$ de l’heure. Et s’il est un métier qui pratique l’art de plumer le client encore mieux que concessionnaire, c’est bien avocat.  Ce dernier va faire durer la cause aussi longtemps qu’il le pourra.  Du moins, il le ferait, si tu pouvais te le payer.

Tu songes à déclarer faillite?  Premièrement, ce n’est pas avec $30 000.00 de revenus que tu pourras faire ça.  Ensuite, depuis le début des années 90, la déclaration de faillite qui efface toutes tes dettes, ce n’est plus qu’un mythe.  Le syndic de faillite va juste consolider tes dettes et s’arranger avec eux pour que tu puisses leur rembourser à tant par mois.  Et ça, c’est quelque chose que tu fais déjà.

En regardant les centaines d’autos qui passent dans la rue, tu te surprends à penser de plus en plus souvent des trucs du style de : « Vous m’ferez pas accroire que tout c’te monde-là sont obligés de payer 882$ par mois pendant sept ans pour avoir leu’ chars!?  Comment ça s’fait que chus obligé de payer autant, MOI?  Et pour un char usagé, en plus. »  C’est avec irritation et mépris que désormais tu regardes ce véhicule qui, plutôt que d’être le symbole de l’amélioration de tes conditions de vies, est maintenant la raison de ton loserisme.

Dans ton précaire équilibre financier actuel, tu es à la merci du moindre imprévu.  Et s’il y a un truc de prévisible dans les finances, c’est bien le fait qu’il arrive toujours des imprévus.  Par conséquent …

Tu manques un paiement? Tu vas payer des intérêts pour ton retard.
Tu manques deux paiement? Ton dossier de crédit est entaché.
Tu manques trois paiements?  Le concessionnaire saisis l’auto.

Et si, justement, tu ne gardes pas le véhicule?
Il y a deux façons de t’en débarrasser, soit en le perdant comme dans l’exemple précédent, soit en le rendant de ton propre chef parce que tu ne peux vraiment plus continuer comme ça.  Tu fais donc résilier le contrat après six mois.  Dans les deux cas, le vendeur t’offre une intéressante porte de sortie:  Puisque tu ne peux pas payer, on va faire payer quelqu’un d’autre.  D’abord, récapitulons :

L’auto elle-même, sans les assurances et autres trucs, coûte $37 634.43. 
Tu as fait six paiements mensuels de $448.03. pour un total de $2 688.18.
Donc, tu leur dois encore $34 946.25.

Il va donc reprendre l’auto et le revendre à un encan. Si le nouvel acheteur couvre les frais restants, ok, tu ne leur devras plus rien. Mais s’il l’achète pour moins cher, alors tu devras payer la balance. Tu acceptes, trop heureux de t’en tirer à si bon compte.

Mais voilà, qui donc serait assez cave pour acheter un char de six ans… Pardon, de maintenant SEPT ans, à $34 946.25?  Personne!

Il trouve preneur pour $8000.00.

Tu te retrouves donc avec une dette de $26 946.25 à payer, pour un char que tu ne possèdes plus.  Et, puisque tu as rompu ton contrat d’achat d’auto, te voilà avec un dossier de mauvais crédit pour les sept prochaines années.

Oh, un instant… Ai-je dit $26 946.25?  Non, en fait, ça, c’était le montant à payer AVANT, c’est à dire quand vous vous étiez entendus à payer une fois par mois pendant sept ans pour acheter le char. Cette entente de paiement-là est annulée. Il vous en faut une nouvelle.

Est-ce que tu peux payer la balance d’un coup?  Non?  Bon ben alors pas de problème, on va se refaire une entente de paiements, encore sur sept ans, toujours à 19.9% d’intérêts.

$26 946.25 de dette + $5 362.30 30 d’intérêts = $32 326.55.
+ $1 616.33 de TPS et $3 224.57 de TVQ, ce qui te fait une dette totale de $ 37 167.45
…Soit juste 466.98 de moins que le prix initial de l’auto, que tu avais à payer au début. 

Rajoute à ça les $2 688.18, que tu as déjà versé, et dans sept ans tu auras payé $ 39 855.63 pour un char que tu n’auras pu utiliser que six mois.  Et encore, pas aussi souvent que tu l’aurais voulu.

Tu essayes de te consoler en te disant que, au moins, tu n’as plus à payer d’assurances, d’essence, de réparations, de pneus.  N’empêche que tu vas quand même passer les sept prochaines années de ta vie à payer $442.47 par mois pour un char que tu ne possèdes plus, qui ne t’a jamais appartenu et qui ne t’appartiendra jamais. 

Tout en sachant que son nouveau propriétaire n’a eu qu’à payer 8000$ pour qu’il lui appartienne, lui. 

Et qu’il roule avec, tandis que toi tu le lui payes.

Et que tu continueras à le payer encore quelques années après qu’il aura cessé de rouler.

Et comme si ce n’était pas assez humiliant, voilà que tout ton entourage te demande où est ton char.  Tu as le choix : Tu peux inventer une explication qui, à tous les coups, sonnera bidon.  Ou bien tu dis la vérité et tu passes pour un hostie de cave de t’être laissé fourrer à ce point-là. 

Surtout quand on t’apprendra que, dans ton second contrat, le vendeur n’avait pas à te charger de nouveau les intérêts, ni la TPS ni la TVQ.  Même légèrement diminuée par tes paiements initiaux, il s’agissait de la même dette.  Donc, tu t’es fait entuber de $12 909.38 supplémentaire  –L’équivalent de deux ans et quatre mois de paiements—  sans raison valable. 

Mais bon, trop tard.  Quand tu signes un contrat, tu déclares aux yeux de la loi que tu es d’accord avec les conditions proposées.  Et tu ne peux pas te payer l’avocat qui pourrait t’en tirer.

Il te reste quoi?  Les dénoncer sur le net?  Pas de problèmes, si tu es prêt à t’exposer à une poursuite judiciaire pour atteinte à la réputation, par un concessionnaire assez riche pour se payer les meilleurs avocats.

Félicitations, cher client, pour avoir profité de l’offre de « Cette voiture peut être à vous pour aussi peu que 75$ »

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s