Mon année 2019, 1 de 3

Bien que l’année reparte à zero à chaque premier janvier, il n’en est pas de même pour notre vie, car plusieurs histoires et anecdotes qui se déroulent en janvier ont commencé à l’année précédente.  2019 ne fait pas exception. 

AUTOMNE 2018
Au boulot, on me demande d’entraîner une nouvelle.   Vicky fait preuve d’un grand humour décapant qui ressemble au mien.  Le premier jour, elle me demande mon adresse, et l’inscrit dans l’engin de recherche Google sous « Steve Requin’s House of Shame. »   On devient rapidement amis et complices.  Elle m’a même faite une liste de 14 activités qu’elle voulait que l’on fasse ensemble.

Elle tombe cependant dans l’œil de Sébastien, un collègue à un niveau au-dessus du nôtre.  Il lui tourne autour, au point où elle le surnomme le loser creep.  Un jour, alors que j’étais en pause, il vient lui demander si tout va bien dans son entraînement.  Elle lui dit que oui, et qu’on l’a jumelée à moi.  La réaction de Sébastien?  Crier devant toute mon équipe :

« Pas Johnson?  C’t’un estie d’cave!  Y connait rien! »

Atteinte à la réputation en milieu de travail, devant toute mon équipe.  Wow! 

C’est fou, quand même.  Un gars peut faire tout ce qu’il a à faire pour effectuer son boulot correctement, se tenir loin des gens à problèmes, éviter les conflits, ne jamais être mêlé à la moindre intrigue.  Mais il s’agit que notre patron me demande d’entraîner une nouvelle, et voilà, un gars haut-placé s’intéresse à elle et se montre déjà jaloux possessif en tentant de me discréditer.  Et pas juste à ses yeux à elle, mais aussi à ceux de mon équipe.  Et après ça, les gens diront que quand quelqu’un se retrouve avec des problèmes au boulot, c’est parce qu’il l’a cherché.  C’est n’importe quoi!

En tout cas, ceci ne fait rien pour améliorer l’opinion de Vicky envers Sébastien.  Les semaines qui suivent, elle ne cesse de me parler contre lui, comme quoi c’est un loser frustré de ses trois ans de célibat.  Elle me rapporte même que tous les autres collègues qui parlent de lui n’ont que du négatif à dire à son sujet.  Le mot qui revient le plus souvent pour le décrire est asshole.  Elle rajoute qu’il perd son temps avec elle car même s’il avait une personnalité moins chiante et moins creepy, jamais elle ne sera désespérée au point de se taper un gros chauve barbu comme lui.

En voyant que nous aimons tous les deux écrire de la poésie tordue, elle créé un groupe de ce nom sur Facebook et me nomme administrateur.  Elle y poste des trucs et invite de ses amis et de nos collègues à joindre.  Je compte bien participer mais pour le moment je manque d’inspiration.

À part ça, durant les trois derniers mois de l’année, je constate, un peu déçu, que Vicky ressemble de moins en moins à l’image qu’elle m’a donnée d’elle-même en septembre.  De joyeuse, pleine d’entrain et insouciante, elle se montre en fait nerveuse, déprimée, angoissée à en prendre des prescriptions de pilules. De plus, elle ne cesse de prendre de mauvaises décisions de vie.  Par exemple, en un mois, elle avait dépensé la moitié de son revenu mensuel en restos, commandes pour emporter et livraisons.   Puis, elle m’a un jour parlé de son désir de se procurer une auto en répondant à une annonce alléchante qui était en fait un piège à cons.  C’est pour l’en dissuader que j’ai écrit le billet L’art de se faire rouler, dans lequel je dénonce les magouilles de ce genre de contrat.   Quant à sa liste de 14 activités, à chaque fois que je venais pour en avoir une avec elle, elle annulait toujours.  En fait, nous n’en avons faites que trois, toutes courtes, ennuyantes et interrompues.

Sinon, de mon côté personnel, depuis que ma rupture de vertèbre de février 2018 m’empêchait la moindre activité physique, mon poids a monté à 222.6 lbs / 100.96 kg.  Aussi, en octobre, novembre et décembre, j’ai essayé plusieurs fois de me remettre à la course à pied.  Mais il y avait toujours quelque chose pour m’empêcher d’y être assidu, et ça ne fonctionnait juste pas. 

Vicky, qui s’est abonnée au gym en début de novembre, crée un groupe de remise en forme sur Facebook dans lequel elle nous invite, quelques collègues et moi, dans le but de s’encourager et de parfois aller s’entrainer ensemble.   Je participe en parlant de mes réussites de pertes de poids passées et de mes tentatives présentes de revenir à la course.  Puis, un jour, sans prévenir, le groupe disparait.  Vicky l’a effacé.  La raison?  Hélène, sexy collègue de travail et membre de notre groupe, prenait l’initiative de contacter d’autre membres, pour organiser des rencontres au gym.  Voyant Hélène comme une rivale qui lui piquait ses partenaires de gym, Vicky a réagi en détruisant le groupe.

Le 30 décembre, réalisant après la disparition du groupe que je ne pourrais jamais compter que sur moi-même, je décide de joindre le cliché : Je m’inscris au gym pour la nouvelle année.  Mon objectif : Redevenir jeune et beau pour l’été 2019.  Juste à regarder ma photo de membre prise ce jour-là, on voit qu’il y aura du boulot.

JANVIER 2019
Je commence ma toute première semaine de l’année au lit, grippé, ne consommant rien d’autre que du Neo Citran
 et de la soupe, incapable d’aller travailler, et encore moins d’aller au gym.  Ce régime radical m’allège cependant de 4 lbs, me faisant passer de 222 à 218.  Voilà qui m’encourage à travailler fort au gym, non seulement pour éviter de reprendre le poids perdu, mais aussi pour continuer dans ma lancée.  J’en profite pour commencer quelque chose que j’aurais dû faire dès mon accident de vertèbre : Je change mon alimentation.  Et pour être sûr de ne jamais abandonner, je me créé un journal de remise en forme sous forme de blog, Diesel Ego.

Vicky, qui s’était abonnée au gym deux mois avant moi, n’y va presque pas.  Elle me suggère par trois fois que nous y allions ensemble.  Mais comme d’habitude, elle annule toujours au dernier moment.  Nouvelle mauvaise décision de vie : Alors que nous avons la chance d’avoir un travail facile, bien payé, avec une tonne de bonus et d’avantages sociaux, voilà qu’elle visite le site Emploi Quebec, sur ses heures de travail, sur son poste de travail, à la recherche d’un autre emploi, ne cessant de se plaindre de combien elle déteste travailler ici.

Succès : Je finis le mois avec 210 lbs, soit douze en moins que le mois précédent.  Pour rajeunir mon look, je prends la suggestion de Vicky en revenant à la courte barbe et en recommençant à me teindre.

FÉVRIER 2019
En me regardant dans le miroir, bien que je sois fier de ma nouvelle perte de poids, je reste cependant déçu.  J’ai commencé à m’entraîner chez moi il y a seize ans, et je fréquente les gyms depuis les quatorze dernières années.  De façon irrégulière, certes, n’empêche que depuis le temps que je travaille mes muscles, il me semble que je devrais être beaucoup plus athlétique que ça. 

À tout hasard, je vais sur Google et je cherche Best exercises for muscle gain .  En retranchant ce que disent les différents sites listés, je découvre sept exercices qui reviennent toujours.  Et parmi eux, il y en a six que je n’avais jamais fait de ma vie.  Il s’agit d’exercices composés, qui travaillent plusieurs groupes de muscles à la fois.  Toutes ces années, je ne faisais que des exercices d’isolation, un muscle à la fois.  Voilà pourquoi mes gains furent aussi lents que ridicules. 

Frustré d’avoir perdu mon temps pendant une décennie et demie, je ne consacre février qu’à la musculation, laissant tomber le cardio.  Par conséquent, tout le mois, j’ai le poids qui va en dents de scie. Et je termine février avec seulement 1.8 lbs en moins.  Par contre, mon corps subit une radicale transformation.  Sans exagérer, je crois avoir fait autant de progrès en un mois avec ces nouveaux exercices qu’en un an avec mes anciens.

Nouveau mauvais choix de vie de la part de Vicky : Elle sort maintenant avec Sébastien.  Eh oui! Celui qu’elle traitait de loser et de creep.  Celui que tous nos collègues qualifient de asshole.  Celui qui a porté atteinte à ma réputation devant mon équipe.  Jusque-là, Vicky était présente dans tous les aspects de vie sociale. Mais puisqu’elle sort avec Sébastien et que ce dernier ne m’aime pas, alors voilà, je suis désormais exclus de toute activité en groupe, que ce soit avec les collègues ou les amis.  Je n’ai plus de vie sociale, c’est fini.

Étant donné que c’est quelque chose que j’ai déjà vécu à trois reprise dans les années 90 et début 2000, lorsque j’étais à Montréal, j’en fais l’un des trois sujets de mon billet On ne veut pas connaitre la vérité, on veut juste avoir raison

MARS 2019 
Vicky, déjà lectrice de mon blog, lit mon billet.  Elle en parle à Sébastien.  Et bien que je précise dans ce billet qu’il s’agit d’anciennes collèges de Montréal d’il y a 15 à 25 ans dans le passé, il la pousse à porter plainte contre moi à notre chef de département, comme quoi je l’insulte dans mon billet.  Par conséquent, le chef m’expulse de mon équipe et me change de table de travail.  

Ça, de la part de Vicky, c’était une mauvaise décision de trop.

Comme je l’ai déjà mentionné, j’ai toujours eu deux comptes sur Facebook.  Mon principal, avec mon nom d’artiste, où je me laisse aller sans retenue.  Et un autre avec mon vrai nom, clean et irréprochable, pour la famille et les collègues de travail.  C’est là que j’y ai mes contacts avec des collègues de La Firme.  Cette fin de semaine-là, j’ai perdu cinq contacts.  Le lundi suivant, au travail, plus personne ne me parle.  Et lorsque je croise un collègue jusque-là amical, il regarde ailleurs, feint de m’ignorer.

Je suis peut-être naïf mais je ne suis pas idiot, quand même.  Ça ne signifie qu’une chose, et c’est que Vicky et Sébastien racontent je-ne-sais-trop quelle merde à mon sujet.  Et puisque c’est une femme qui se plaint contre un homme, ben voilà, personne ne la remet en question, tout le monde la croit, personne n’est intéressé à connaître mon côté de l’histoire.

Le lendemain, j’apprends qu’un second chef de département est allé raconter cette merde mensongère à mon sujet à notre grand patron. 

Alors là, fini de rester impassible en attendant que ça se tasse.  Quand un chef se plaint contre toi au grand patron, ta carrière est en jeu.  J’ai trop travaillé durant ces sept dernières années, passant de concierge travaillant dans la merde à support technique pour une grande firme, pour laisser Miss Mauvaise-Décisions & Mister Asshole  ruiner ma carrière et ma vie.

Entre mes appels, je passe l’après-midi à composer une plainte officielle au grand patron, non seulement pour atteinte à la réputation, mais aussi pour harcèlement.  Parce que, entre maintenant et le moment où il m’a traité de cave devant mon équipe, il s’est écoulé trois ou quatre mois.  Je pense bien qu’après trois ou quatre mois, on puisse parler de harcèlement.  Je signale dans ma plainte qu’il est illégal de me faire subir des conséquences au travail (mon déménagement de bureau) pour quelque chose qui a zéro rapport avec le travail ou les employés (mon billet de blog).  Je raconte ce qu’ont fait les deux chefs de départements, le mien et le second, et comment ça contribue à ternir ma réputation, puisque les gens se disent que si j’ai été changé de place, ce n’est sûrement pas pour rien.

Le patron a demandé à me voir.  Je lui ai tout expliqué.  Il s’est montré très humain et compréhensif.  Mais voilà, il faut faire les choses dans les règles.  S’il doit déposer un rapport défavorable aux ressources humaines contre tous ces gens, il avait besoin de preuves, de témoignage. 

Et ça, il se trouve que je n’en manque pas.

Voyez-vous, ça fait peut-être cinq jours que Vicky parle contre moi à tout le monde.  Mais avant ça, elle a passé cinq mois à parler contre tout le monde… À moi!   Et je ne parle pas de bouche à oreille.  Je parle de  conversations sur Facebook, Messenger, ineffaçables, disponible pour faire du copier-coller ou des captures d’écran.  

J’ai d’abord envoyé au patron des captures d’écran de la conversation dans laquelle Vicky disait que Sébastien m’a traité de cave, en citant deux de nos collègues comme témoins.  Ainsi, celle qui m’a trahi pour Sébastien devient celle qui me fournit les preuves nécessaires pour déposer plainte officielle contre lui.  Un ironique retour de karma qui n’est certainement pas pour me déplaire. 

J’en profite pour signaler que si les Ressources Humaines consultent l’historique de son poste de travail, ils verront que ça fait trois mois qu’elle consulte Emploi Québec.  Et elle ne le cache pas.  Elle ne cesse de répéter à qui veut l’entendre qu’elle déteste travailler ici.  Ce qui signifie que je me fais rabaisser et humilier aux yeux des membres de mon équipe par un membre qui n’attend que la première opportunité de la quitter, l’équipe.

Quant au second chef de département qui a tenté de me salir aux yeux du grand patron sans vérifier les dires de Vicky, j’ai décidé de m’occuper de son cas personnellement.  Vous vous rappelez tout à l’heure, quand je vous ai glissé un mot au sujet d’Hélène, sexy collègue de travail?  Eh bien un mois plus tôt, Vicky m’avait envoyé des captures d’écran concernant Hélène et le second chef de département.  Je les ai donc envoyées au second chef de département avec l’explication suivante :

« Hélène envoie à Vicky des captures d’écran de vos conversations intimes. Vicky trouve ça drôle et partage ça à plein de gens, incluant au travail, en la traitant de salope.  Et puisque je n’approuve pas qu’elle humilie une collègue et un chef de département auprès des employés de La Firme, j’ai cessé de me fréquenter, d’où le fait qu’elle frustre, d’où le fait qu’elle cherche à me faire perdre mon emploi.  Je ne voulais pas avoir à en parler, ni à toi ni au grand patron.  Mais en même temps, quand un chef de département comme toi dépose plainte contre moi auprès de lui, ma carrière est en jeu.  Ce n’est pas comme si tu me laissais le choix.»

Voyez-vous, à La Firme où je travaille, il est formellement interdit pour un chef de département d’avoir une relation avec un(e) subordonné(e).  C’est pour éviter plusieurs problèmes sociaux et légaux : Harcèlement sexuel par chantage, favoritisme, partage de renseignements confidentiels, etc.  Voilà pourquoi leur relation devait rester secrète.  Enfin, ça, et aussi parce qu’Hélène était déjà en couple officiel avec un autre.              

J’aurais aimé voir le visage du second chef au moment où il a lu ça, et qu’il a réalisé toutes les erreurs de jugement qu’il avait commises :

  • Avoir au travail une relation qui y est explicitement interdite. 
  • Faire confiance à Hélène, qui l’a trahi en parlant de leur relation secrète, et ce depuis les tout débuts. 
  • Et qui en a parlé à Vicky, une collègue de travail. 
  • Faire confiance à Vicky, qui leur faisait une belle façon de face, mais qui s’amusait à utiliser ces renseignements pour les humilier tous les deux dans leurs dos. 
  • Croire aveuglément en la parole de Vicky contre moi. 
  • Aller colporter ces mensonges au plus haut échelon. 

Désolé mec, mais ce qui va t’arriver, tu l’auras cherché.

Je peux sonner cruel.  Et en effet, je reconnais que je le suis.  Mais ce n’est pas de la cruauté gratuite.  Je suis un gars patient et compréhensif.  Et un test psychologique que j’avais eu à passer lorsque je travaillais pour La Boite il y a 20 ans me décrivait comme ayant un sens du pardon qui monte bien au-dessus la moyenne des gens.  Mais le jour où tu deviens un danger pour moi en menaçant mon couple, ma famille ou ma carrière, alors là c’est bien simple, il n’y a plus de pardon.  Je te mets hors d’état de me nuire.  Légalement, selon les règles, mais je le fais, sans la moindre pitié. Tout le long de ma vie, beaucoup de personnes délibérément abusives ont appris à leurs dépens qu’il ne faut pas prendre ma compréhension pour de la lâcheté, ni ma patience pour de la soumission.  Et là, il y en avait cinq de plus qui allaient bientôt apprendre cette leçon à la dure.

Le patron m’a remercié de ma collaboration, et m’a dit de désormais laisser ça entre ses mains.  Il m’a rassuré que mon emploi n’était pas en jeu.  Je dois juste ne plus rien faire à partir de ce point, ne plus rien dire, et laisser les Ressources Humaines faire leur travail.  Ce que je fis. 

Le lendemain, le second chef de département, ayant eu à rendre des comptes au sujet de sa relations illicite et ses agissements allant à l’encontre des règles de La Firme, remettait sa démission.

Cinq jours plus tard, Vicky perdait son emploi.  Elle s’est fait dire de terminer son quart de travail et de ne plus prendre la peine de rentrer.  Elle n’a pas attendu la fin de sa journée.  Elle a juste ramassé ses affaires et elle est partie.  C’est arrivé pendant ma pause-café de l’après-midi, alors j’ai raté ça.  Par contre, du mur vitré de la cafétéria, en me rendant compte qu’elle partait bien avant le temps, j’ai compris ce qui venait de se passer.  J’ai pu la filmer tandis qu’elle s’éloigna lentement sur le long trottoir désert, avant de tourner le coin et de disparaître de ma vie et du décor pour toujours. 

Ce qui avait commencé six mois plus tôt avec mon House of Shame venait de se terminer avec son Walk of Shame.

Le lendemain, mon propre chef de département s’est fait renvoyer.  Celle-là m’a totalement prise par surprise.  Apparemment, il avait déjà eu quelques plaintes à son sujet, pour comportement inadéquat envers plusieurs femmes du bureau.  Il se trouve qu’en me déplaçant de mon poste de travail, lui aussi sans vérifier les dires de Vicky, il a commis une faute grave.  Car même si j’avais été coupable, les chefs de départements n’ont pas le droit d’appliquer des conséquences aux employés.  C’est le travail des Ressources Humaines, chose qu’ils ne font qu’après enquête.  Le fait qu’il m’avait fait subir ça sans même en parler au grand patron, ça a été le coup de grâce pour son dossier déjà chargé.  Avec lui parti, on m’a réintégré dans mon équipe, et réinstallé à mon poste de travail d’origine. 

Quant à Sébastien, avec le départ de deux chefs de départements, il aurait pu poser sa candidature pour prendre la place de l’un d’eux.  Mais voilà, les règles de La Firme sont très sévères.  Si tu as un cas de RH sur ton dossier, tu ne peux pas solliciter un poste plus haut placé.  Par ses agissements, il a mis sa propre carrière dans un cul-de-sac.  Il a donc remis sa démission.  Le 2 avril, un mois et un jour après avoir conseillé à Vicky de me causer des problèmes au boulot, Sébastien devenait la 4e à ne plus faire partie de La Firme.

Conformément à ce que m’avait demandé le patron, j’ai gardé le silence complet sur cette affaire.  Malheureusement pour Hélène notre sexy collègue, cette histoire était trop grosse et trop pleine de rebondissements pour que tout le monde soit capable d’en faire autant.  En un rien de temps, tout le monde savait qu’elle avait couché avec notre ex-second-chef, alors qu’elle était déjà en couple, que ça avait obligé le second chef à démissionner, et qu’elle avait activement pris part à une mensongère campagne de salissage contre moi, campagne qui s’est avérée fausse de A à Z, captures d’écran comme preuves à l’appui.  Cette situation d’humiliation quotidienne la porta à donner sa démission elle-même dix jours plus tard, sans même attendre de s’être trouvé un autre boulot.   

Deux renvois et trois démissions, tout ça parce qu’en convoitant Vicky, Sébastien n’a rien trouvé de mieux comme stratégie que de me rabaisser en me traitant de cave devant mon équipe.  Bravo, champion!  Remarquez, en un sens, ça lui a réussi, puisqu’il a tout de même fini avec elle.  N’empêche que chacun d’eux fut responsable de la perte de l’emploi de l’autre, lui en conseillant à Vicky de porter plainte pour des raisons non-pertinentes, et elle en me fournissant des preuves des insultes de Sébastien.  Je me demande si leur relation a duré longtemps après ça.  Personnellement, j’espère que oui.  Il se méritent l’un-l’autre.  Et pendant qu’ils sont ensembles, ils foutent la paix aux gens biens.

Bien que j’aille été blanchi, il resta quand même deux personnes qui préféraient faire preuve de mauvaise foi en continuant d’agir avec moi comme si j’avais été coupable.  Ce qui, ironiquement, prouve le point que je soulève dans mon billet  On ne veut pas connaitre la vérité, on veut juste avoir raison.  Mais bon, ça m’a pas duré longtemps.  En mai, le premier s’est fait brusquement renvoyer et escorter hors de l’édifice par la sécurité.  La seconde a juste cessé de rentrer travailler en juillet.  Et un collègue qui, sans y être mêlé, s’amusait beaucoup de cette situation, vit lui-même en ce moment ses propres problèmes disciplinaires au boulot pour faits, gestes et paroles posés devant nombreux témoins.  Enfin, le grand patron a lui-même pris sa retraite le mois dernier.  Il ne reste donc plus personne dans La Firme qui est relié de près ou de loin à cette histoire.

Être blanchi des calomnies.  Obtenir justice.  Voir ceux qui voulaient ma perte plutôt causer leurs propres pertes.  Vraiment, en cette fin d’hiver 2018-2019, si j’avais été une personne passive-agressive, j’en aurais vécu l’ultime wet dream

Ah, un dernier truc:  Vous vous rappelez, au début, de ce billet, quand Vicky a créé sur Facebook le groupe Poésie Tordue?  Non seulement ai-je constaté que j’y étais toujours modérateur, le fait qu’elle m’a bloqué sur Facebook faisait qu’il lui était impossible de voir ce que je pouvais y publier.  Ça m’a donné une idée à laquelle je ne voulais juste pas résister.  J’y ai publié ma première (et dernière) poésie tordue :


C’est resté là 40 minutes avant que quelqu’un le lui signale.  Elle a donc été obligé de me débloquer afin d’effacer mon post et m’expulser du groupe.  Mais ce n’est pas grave.  Mon message a eu amplement le temps de passer à tous ses amis et à tous nos collègues.

_____

BIENTÔT : Le printemps et l’été.

 

 

 

 

Une réflexion au sujet de « Mon année 2019, 1 de 3 »

  1. Ping : Une autre faille dans le concept d’aller refaire sa vie ailleurs | Mes Prétentions de Sagesse

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s