Le jour où tout a basculé (4 de 4)

Mardi 15 mai 2018.  Trois mois, jour pour jour, après la chute dans l’escalier qui m’a rompu une vertèbre et qui m’a mis en arrêt de travail, m’empêchant de reprendre mon boulot de concierge.   

Le téléphone sonne.  Je réponds.  C’est La Firme. L’enquête judiciaire et de crédit est revenue. Tout est Ok.

Je suis embauché. 

Je commence lundi le 28.  À leur nouvelle succursale à Sherbrooke.  J’ai donc moins de deux semaines pour me trouver un appartement et déménager. En attendant, on m’explique tout ce que ça implique, d’être à leur emploi:

  • Trois semaines de formation, payée.
  • Un salaire concurrentiel.  Et en effet, jamais n’ai-je gagné autant.
  • Régime d’assurances collectives.
  • Remboursement de 50 à 80% sur certains frais médicaux, tels (dans mon cas personnel) soins dentaires, prothèses dentaires et orthèses.
  • Régime d’achats d’actions à 3% prélevé de mon salaire, auquel La Firme nous donne un autre 3% en bonus.
  • Prime salariale de déplacement, de 4%.
  • Si j’accepte de travailler de soir ou de nuit, la prime de quart est de 10% de mon salaire.
  • Frais de déménagements remboursés.
  • 50% de rabais sur tout abonnement à un gym de la chaîne Nautilus.
  • Club social et autres activités propres à renforcer les liens entre collègues et patrons.
  • Et ce qui n’est pas négligeable, tel que décrit dans les dépliants, le coût de la vie à Sherbrooke est bien moins élevé qu’à Montréal.

On m’a ensuite envoyé mon contrat de travail par courriel.  Je l’ai lu, approuvé, signé et renvoyé.  J’ai reçu un accusé de réception.

Voilà!  Je suis maintenant officiellement un employé de La Firme.  Mon titre est conseiller, mon poste est technicien au centre d’assistance. Et puisque là-bas, tout est à faire, tout est à apprendre, toutes les portes me seront ouvertes pour peu que je montre mon envie de travailler, ma volonté d’apprendre, et mon désir de grimper les échelons. 

Et ceci marque la fin d’une longue (et triste) époque.
Dans deux mois, j’aurai 50 ans.  Là-dessus, de mes 24 à 48 ans, soit la moitié de ma vie à ce moment-là, j’ai vu la majorité de mes revenus se faire détourner en rapport à mes enfants et à leur mère.  Depuis que la cadette a atteint ses 18 ans il y a deux ans, je ne dois plus rien à personne. Aujourd’hui, à la veille de mes 50 ans, je peux enfin envisager une vie professionnelle fructueuse et prospère.  Je peux enfin commencer ma vie d’adulte avec les revenus d’un adulte.

Pendant de trop longues années, je déplorais le fait que mes responsabilités parentales, et une ex trop hargneuse qui a toujours préféré me détruire que de nous construire, sabotait tous les efforts que je mettais pour me tirer de la merde.  À ce moment-là, on m’a accusé de jouer les pauvres victimes, de préférer blâmer les autres pour mes échecs, de tenter de trouver des excuses à ma lâcheté et ma stupidité, de faire dans la victimisation.  Ah, et n’oublions pas le qualificatif de misogyne, bien sûr, puisque je parlais négativement au sujet d’une femme.

Il y a sept ans, j’étais un dessinateur qui vivait misérablement, car je ne savais rien faire d’autre.  Sans expérience, j’ai commencé tout en bas de l’échelle en faisant du ménage dans un garage de bus.  

Il y a six ans, grâce à cette expérience, je devenais concierge résident dans un édifice à appartements.  

Il y a quatre ans, grâce à cette expérience, je devenais concierge résident dans une tour à condos de luxe.  

Il y a deux ans, grâce à cette expérience, je devenais surintendant dans une manufacture de portes et fenêtres.  

Aujourd’hui, grâce à cette expérience, me voilà employé de bureau pour une grande firme.

C’est terminé pour moi, la vie misérable.  C’est terminé pour moi, le travail manuel. 

En sept ans, j’ai démontré que j’avais raison d’affirmer que, lorsque personne ne se met en travers de ma route, je suis capable de partir de rien pour grimper peu à peu l’échelle sociale.  En sept ans, j’ai réussi à passer de loser misérable à succès prospère.

Le jour où tout a basculé.
Durant ces sept dernières années, le travail manuel m’a sorti de la misère, m’a permis de bien gagner ma vie.  Depuis trois mois, ma vertèbre brisée m’interdit tout travail manuel.  
J’aurais pu voir cet accident comme étant un signe indéniable comme quoi le destin ne cherche qu’à saboter ma vie.  J’aurais pu voir ça comme une raison de baisser les bras.  De me résigner à mon triste sort.

J’ai refusé!

J’ai choisi de voir ça comme un signe comme quoi il était temps que je passe à autre chose.  Non pas juste à autre chose, mais à quelque chose de niveau supérieur. 

Et aujourd’hui, trois mois plus tard, ce que j’ai choisi de voir, j’ai réussi à en faire une réalité.

Sans cet accident dans cet escalier verglacé, je me serais contenté de travailler dur et de continuer de vivre humblement.  Ce jour-là, il n’y a pas que moi qui a basculé.  Ça a été le reste de ma vie, et ce de façon positive.  C’est que lorsque l’on arrive à saisir les opportunités, quand on y met de l’effort et de la détermination, on peut faire en sorte que la vie bascule du bon côté.

On peut déplorer mon manque de modestie.  Peu m’importe!  Ça a été un long et dur parcours.  Je n’ai jamais baissé les bras.  Je me suis rendu là où je suis par mes propres moyens.  J’ai légitimement gagné le droit d’en être fier.

Et je compte bien continuer d’y mettre des efforts, de continuer à apprendre, et de toujours monter plus haut.

Le jour où tout a basculé. (3 de 4)

Je me présente à l’Hotel Delta le mercredi prévu, à midi trente.  Je monte au 3e étage et je me retrouve dans une grande salle d’attente.  Il y a peut-être trente personnes qui sont là, assis sur les chaises, les fauteuils, aux tables.  Et malgré leur nombre, la place n’est occupée qu’au tiers de sa capacité. 

Au bout de la pièce, il y a de grandes portes ouvertes qui amènent dans une autre salle.  Devant ces portes se tient un monsieur en complet-cravate.  Il tient un rouleau de ticket.  Je vais le voir.  Il me donne le billet numéro 128479 en m’expliquant la procédure:

« Assoyez-vous, on va vous appeler par les deux derniers chiffres. »

À peine suis-je assis que je l’entends appeler le 51. Techniquement, ça signifie qu’il y a vingt-huit personnes avant moi.  Cependant, il y a une raison pourquoi je me suis présenté ici à midi trente et non à 13:00 tel que je l’avais originalement planifié.  C’est que comme je m’en doutais, beaucoup de candidats à cet emploi ont déjà un travail, et ils profitent de leur heure de dîner pour venir ici.  Et comme je l’ai prévu, ceux-là finissent par se rendre compte qu’ils n’auront jamais le temps de passer en entrevue avant de devoir retourner au boulot.  Aussi, dans les minutes qui suivent, j’en vois une douzaine qui abandonnent et qui repartent.  C’est autant de gens qui me laissent leur place dans la queue. 

Pour une autre raison, bien m’en pris de m’être présenté plus tôt.  Dans la demie-heure qui a suivie, plus de cinquante personnes sont arrivées après moi, dont un groupe de vingt-six par bus. C’est devant tout ça que j’aurais eu à patienter, si je n’avais pas stratégiquement choisi mon heure d’arrivée.

À 13:00 pile, le portier interpelle le 79, mon ticket.

« Alors vous allez entrer dans cette pièce et vous asseoir à cette table, passer au triage. »

ÉTAPE 1: Le triage.

Il s’agit d’une longue table où sont assises six employées de La Firme, face à cinq candidats.  Je prends place sur la chaise libre.

« Bonjour monsieur!  Première chose: Êtes-vous au courant qu’aujourd’hui, le seul poste que nous offrons, c’est pour notre centre d’appel? »
« Oui, c’est pour ça que je suis ici. »

« Très bien!  Avez-vous apporté votre CV? »
« Oui! Voici mon CV, ma lettre de présentation, et une lettre de recommandation d’un ancien employeur. »
« Ah! Vous êtes venus préparé, vous.  Parfait! »

Elle regarde mon CV.  Je lui vois un air interrogateur au visage.  J’en devine la cause.  Aussi, je lui dis:

« Eh bien oui, je suis un concierge qui veut réorienter sa carrière comme employé de bureau pour une grande firme. »
« Ok! Wow! C’est original.  Qu’est-ce que vous avez comme qualifications? »

« Eh bien, en tant que concierge résident, dès que le bureau de l’administration ferme, les appels sont transférés sur mon cellulaire.  Dès que j’ai un appel, je dois ouvrir un billet sur l’ordinateur pour l’inscrire.  Si je peux régler le problème, je le fais, sinon j’escalade un niveau plus haut, en contactant un professionnel mieux qualifié.  Ensuite, une fois le problème réglé, je dois remplir mon rapport.  Je rappelle le client pour vérifier si tout est Ok, avant de fermer le billet et le classer dans les dossiers réglés.  Je pense que c’est exactement la job d’un centre d’appel? »
« En effet! »
« Eh bien voilà! À ma job, je suis le helpdesk à moi tout seul. »

La madame prend un document.  Elle y écrit mon nom, le joint à mon CV et mes autres paperasses, puis elle se lève.

« Très bien monsieur.  Suivez-moi, je vous amène à l’étape suivante. »

YESSE! J’ai passé.

ÉTAPE 2: Le test de connaissances. 

Elle me conduit dans la grande salle.  Celle-ci est divisée en trois sections: Les chaises pour l’attente, les tables avec ordis pour les tests, et enfin les bureaux individuels des recruteurs.  Elle donne mes documents à une collègue et me fais asseoir en me disant d’attendre que l’on m’appelle.

Dix minutes plus tard, j’entends mon nom.  Je me lève et me dirige vers celle qui m’a appelé.  Elle m’amène à une table de test.  Elle entre mon nom et un numéro de code sur l’écran, avant de me refiler le clavier.

« Oui, alors vous avez ici dix questions.  Répondez à celles que vous pouvez au meilleur de vos connaissances.  Vous avez vingt minutes. »

Alors je commence.  

Un client vous appelle parce que sa souris ne fonctionne pas.  Écrivez trois questions que vous lui poseriez.

Pas besoin d’avoir de l’expérience en helpdesk pour y répondre, à celle-là:

  • Est-ce une souris avec ou sans fil?
  • Si elle est sans fil, avez-vous essayé de changer la pile?
  • Si elle est avec fil, pouvez-vous vérifier si elle est bien branchée?
  • Si elle l’est, pouvez-vous essayer de la brancher dans une autre prise? 

Et oups, ça fait quatre questions/réponses.  Pas grave, passons aux suivantes.  Certaines questions sont de connaissances générales de base en informatique.  D’autres demandent une certaine logique.  Je crois que je me débrouille pas si mal pour y répondre.

Rendu à la question 9, eh bien, une chance que l’on a un choix entre quatre réponses, parce que les termes utilisés sont un peu trop techniques pour moi:

Lorsque l’on a un problème avec la fonction PING, de quoi s’agit-il?

La première des quatre réponses proposées est:

L’ordinateur ne reçoit aucun écho en provenance du URL recherché.

Le mot écho en éveille un dans ma mémoire.  Voyez-vous, j’ai toujours été un lecteur de comic books.  Et l’un des personnages, Daredevil, expliquait dans sa toute première aventure qu’il a découvert qu’il avait un sens radar.  Et voyez comment la chose est illustrée:

 
Et après ça, on dira que la BD abrutit le cerveau.

Je choisis donc cette réponse.  Arrive la dixième et dernière question:

Pourquoi avez-vos choisi cette réponse à la question précédente?

M’ouais! Je ne peux tout de même pas leur dire que j’ai lu ça dans un comic de Daredevil.  Aussi, j’écris:

Mon grand-père était Capitaine dans l’armée.  Je sais que PING est le terme utilisé pour décrire un écho sur les radars et les sonars.

Je ne mens pas.   Oui, pépé était Capitaine dans l’armée à Terre-Neuve en 1939-46.  Et oui, grâce à Daredevil, je sais que PING est le terme utilisé pour décrire un écho sur les radars et (probablement) les sonars.  Je n’ai jamais prétendu qu’il y avait un lien entre les deux phrases de ma réponse. 

Mon test terminé, je retourne m’asseoir dans la section d’attente.  Une quinzaine de minutes plus tard, une autre dame m’appelle.

« Bon! Vous avez passé le test avec succès.  Suivez-moi. je vous amène au bureau de Monsieur Painchaud, l’un de nos recruteurs. »

OUAIS! Une autre étape réussie.  Et maintenant:

ÉTAPE 3: L’entrevue.

La dame m’amène dans la section de la salle où il y a huit bureaux de recruteurs dispersés.  Elle me fait asseoir devant un bureau désert. 

« Nous sommes désolés pour l’attente.  Monsieur Painchaud a eu à aller répondre à un appel d’urgence.  Il sera à vous dans quelques minutes. »

Bien!  Ça me laisse le temps de me préparer mentalement à ce qui s’en vient. 

Je jette un oeil sur la pile de dépliants sur le bureau.  J’en prends un.  J’y vois que La Firme se prépare à ouvrir une nouvelle branche dans la ville de Sherbrooke, et ils recherchent activement des candidats pour y combler des postes.  Je m’explique mieux cette soudaine foire d’emploi.  Le dépliant prend bien la peine de donner des chiffres démontrant que la vie sherbrookoise est beaucoup plus économique que la vie montréalaise, comparant le prix moyen des loyers, des maisons et des condos.  Tout pour nous encourager à immigrer, quoi. 

En reposant le dépliant, je porte mon attention sur les bureaux des recruteurs voisins.  J’écoute les questions qu’ils posent aux candidats.

« Si vous étiez chef de votre département, quelles sont les qualités que vous rechercheriez chez vos employés? »

« Vous faites partie d’une l’équipe qui doit gérer des dossiers confidentiels.  Vous constatez que votre chef de bureau utilise l’accès aux comptes pour y soutirer des renseignements qui ne le concerne pas.  Comment réagissez-vous? »

« Une employée vous accuse de harcèlement au travail.  Quels seraient, selon vous, les raisons qui pourraient la pousser à affirme ceci? »

Oh là!  C’est heavy, ces questions-là.   Je dois vraiment m’attendre à tout.  Tandis que je me prépare mentalement à répondre adéquatement à celles-là, voilà Monsieur Painchaud qui arrive, tout en jetant un oeil sur mes paperasses.  Il s’assoit et me serre la main, joyeux, tout sourires.

« Alors Monsieur Johnson.  Bonjour!  Alors c’est vous, ça, le concierge qui veut travailler dans un bureau? » 

Eh bien!  Je vois que mon petit numéro d’entrée a eu l’effet escompté: Me faire remarquer, et attiser leur curiosité.  J’enchaîne avec ma présentation soigneusement préparée:

« Ben oui!  Je suis tombé dans un escalier verglacé le 15 février dernier, et je me suis fracturé une vertèbre, juste entre les omoplates. »
« Ouch! »

« Ça oui!  Ironiquement, puisque la position assise est la plus confortable pour moi, si j’avais eu un travail de bureau, j’aurais pu retourner travailler le lendemain.  Malheureusement, la conciergerie, c’est très physique.  Alors je suis en arrêt de travail depuis ce temps-là.  J’ai droit au chômage de congé de maladie jusqu’à la mi-juin.  Mais là, après deux mois et demi sans travailler, je commence à devenir un peu dingo. »
« Ha! Ha! Je vous comprends! »
« Alors c’est ça!  Quand j’ai su que vous recrutiez des candidats pour votre centre d’appel, je me suis dit qu’il serait temps de réorienter ma carrière. »

Et je lui répète la comparaison entre mon travail et celui d’un centre d’appel, telle que je l’ai déjà récitée au triage.  Il a l’air satisfait.  Il prend son questionnaire et me dit:

« Premièrement, êtes-vous bilingue? »
« Well, my last name is « Johnson », so yeah, I think I might be. »
« Ok! Fa que « Stéphane », c’est pour votre côté québécois, pis « Johnson » c’est pour votre côté anglais? Ha! Ha! »

Quand le recruteur rit de bon coeur, c’est bon signe.  Il poursuit: 

« Alors j’ai ici une liste de dix mises en situations. À chaque question, vous allez me répondre en anglais… »

Mais je vais continuer en français ici pour vous faciliter la lecture.

« Dans la majorité des cas, il n’y a pas vraiment de bonnes ou de mauvaises réponses.  C’est surtout une évaluation de la personnalité, afin de pouvoir vous classer dans le département qui vous convient le mieux. »
« D’accord! »
« Alors première mise en situation:  Un client appelle, vous avez réussi à régler son problème, mais voilà qu’il commence à vous raconter sa fin de semaine.  Que faites vous? »
« Je l’interromps pour lui dire: « Ah, euh, excusez-moi!  Avant que je ferme votre billet, est-ce qu’il y a autre chose à régler, ou bien je peux le fermer? Tout est beau? Alors merci d’avoir fait appel à La Firme.  Bonne journée. »
« Très bien.  Vous avez un client en ligne, et tous vos collègues au niveau supérieur sont occupés.  Que faites-vous? »

La première chose qui me vient en tête est, évidemment, de dire au client de patienter, et de le mettre en attente.  Mais voilà, j’ai l’impression que c’est une question piège.  À voir le genre de questions que j’ai lu et entendu jusqu’à maintenant, pourquoi est-ce qu’il m’en poserait une dont la réponse est aussi simple, aussi évidente?  Ça, ça voudrait dire que c’est plus qu’une question; c’est un test!  

Je ne dois jamais oublier que les grandes compagnies ne veulent pas d’un simple employé qui se contente de faire son travail sans plus.  Ce qui les intéresse, c’est des gens qui ont de l’initiative, qui en font plus que demandé. Aussi:

 » Je vais lui poser des questions, lui demander de me donner le plus de détails possibles au sujet de son problème, et moi je prends des notes.  Comme ça, dès qu’un collègue se libère, je le contacte et lui refile mes notes, avant de lui demander si c’est Ok que je lui transfère le client. »

Le recruteur pose sa feuille de questions sur la table.

« Bon!  Je serais supposé vous faire passer à travers les dix questions.  Mais je pense que j’en ai assez vu.  Depuis le début, j’ai un très bon feeling.  Pas besoin d’aller plus loin. »

Me voilà très agréablement surpris par cette déclaration.

« Ok! Wow! Euh! Merci! Je dois vous avouer que je suis surpris.  Étant concierge, je n’étais pas sûr de trouver ma place ici. »
« Vous savez, ce n’est pas ça que l’on regarde en premier.  Je vous vois aller.  Vous êtes dynamique, vous vous exprimez bien, clairement, dans les deux langues.  Vous avez une excellente attitude.  Et surtout, dès la première minute, on le voit bien, que vous voulez travailler.  C’est ça que La Firme recherche.  Aujourd’hui j’ai vu défiler du monde avec dix ans d’expérience, et même des cadres. Je n’ai pas été impressionné. »

Je pense que je suis en train de me faire embaucher.  Aussi, je lui demande:

« Cool! Alors c’est quoi, la suite? »
« Côté salaire, à quoi est-ce que vous vous attendez? »

J’ai bien fait mes devoirs. 

« Ce matin, avant de partir de chez moi, je suis allé jeter un oeil à la section emploi de votre page web.  J’y ai vu que le salaire d’entrée pour un technicien en centre d’appel est de  [Censuré puisque divulguer son salaire est un tabou social]  Donc je m’attends à ça. »

Sans hésiter, il l’inscrit sur les documents.  Il a une dernière question pour moi.

« Est-ce que vous seriez prêt à déménager? »
« Vous voulez dire, aller à Sherbrooke? »

« Oui! »

Je n’ai pas besoin de plus d’une seconde et demie de réflexion avant d’y répondre.  Il est vrai qu’avec Flavie qui part en Europe pour deux ans…  Et puis, une nouvelle branche qui ouvre?  Des places à prendre?  Les possibilités de prendre de l’avancement et de cimenter ma position sont beaucoup plus accessible là-bas, plutôt qu’ici où ils ont déjà tout leur personnel aux échelons supérieurs.  

« Bah, pourquoi pas?  Je suis célibataire, mes enfants sont tous adultes et partis de la maison, tous à Québec, La Malbaie en Ontario et bientôt en Belgique, ce qui fait que je ne les vois déjà pas anyway.  Quant à ma job en conciergerie, je ne peux plus la faire.  Il n’y a plus rien qui me retient ici.  Alors si c’est là-bas que vous avez besoin de moi, Ok! »

Il me serre la main. 

« Alors toutes mes félicitations.  Vous êtes l’un des rares aujourd’hui que je ne renvoie pas chez lui en lui disant qu’on le rappellera si on à un poste pour lui.  Vous allez passer tout de suite aux ressources humaines.  Allez vous asseoir à côté de la porte, là-bas.  Une représentante va vous faire signer un document qui nous autorise à faire une enquête de crédit et judiciaire à votre sujet. »

OMG! Je me suis rendu à … 

L’ÉTAPE 4: L’inscription aux ressources humaines.

La dame des ressources humaines m’invite à la suivre elle me serre la main, joyeuse et tout sourires.

« Alors Monsieur Johnson.  Bonjour!  Alors c’est vous, ça, le concierge qui veut travailler dans un bureau? » 

Je vois que j’ai vraiment bien fait de me présenter comme tel.  Alors elle me félicite de m’être rendu jusque-là, rajoutant que jusqu’à maintenant il y a en moyenne un candidat d’embauché sur soixante.  Ça explique pourquoi, dans cette grande pièce, il n’y a qu’un seul bureau, et nous y sommes seuls. 

Bon, techniquement, je ne suis pas encore embauché car ils doivent d’abord faire une enquête de sécurité.  Mais de ce côté-là, je n’ai rien à craindre.  Autant côté crédit que judiciaire, je sais que mon dossier est impeccable.  Aussi bien dire que je suis pratiquement dans la place.

À CONCLURE

Le jour où tout a basculé. (1 de 4)

Jeudi 15 février 2018, 06 :30 am. 
Hier, ma fille ainée est partie en Belgique pour un voyage de cinq semaines.  Elle m’a laissé son auto.

Je m’apprête à sortir de chez moi pour aller travailler.  Je mets mon manteau d’hiver.  D’habitude, je mets mon sac à dos, qui contient mon lunch, mes gants, du linge de rechange et plusieurs cahiers de notes.  Mais  ce matin, je m’en vais prendre place sur un siège de conducteur, alors je garde mon sac à la main.

Je sors dans le corridor commun.  Je verrouille la porte.  Je descends les marches.  Puis, je sors dehors.  Je pose un pied sur la première marche. 

Au moment où je lève l’autre pied, je glisse sur la fine couche de verglas invisible qui recouvre l’escalier. Mon corps bascule.  Mon dos percute le coin de la marche du haut avec tellement de violence que je me fracture la 5e vertèbre, juste entre les omoplates.

Tandis que mon corps couché glisse les huit marches, je suis envahi d’une douleur telle que je n’ai jamais vécu avant.  Je constate avec horreur que je ne respire plus.  Ma poitrine, ma cage thoracique, mes poumons, refusent de bouger. 

Je sais très bien que sans respirer, j’en ai pour quelques secondes avant que le manque d’oxygène me fasse perdre conscience.  Aussi, arrivé en bas des marches, d’un suprême effort qui ne fait qu’amplifier ma douleur, je me redresse sur les genoux.  Mon hurlement de douleur n’est qu’interne, car aucun son ne sort de ma gorge. Je me laisse tomber sur le côté, sur le  banc de neige molle.  Envahi par la nausée, je tourne mon visage vers le bas, la bouche ouverte, histoire de ne pas mourir étouffé si jamais je vomis pendant que je suis inconscient. 

Couché là, paralysé par la douleur, l’inconscience que j’appréhendais n’arrive pas.  Je recommence à respirer par petits coups.  La nausée s’estompe.  La douleur reste.  J’entends des pas pressés qui se rapprochent.  C’est un passant qui m’a vu tomber.  Il s’adresse à moi :

« Êtes-vous correct?  Attendez, j’vais vous aider à vous relever. »

Je panique!  La dernière chose que je veux, c’est que ma blessure s’aggrave parce qu’une personne bien intentionnée me déplace alors que je dois rester immobile.  Toujours incapable de parler, je lui fais violemment signe que non de mon bras libre.  Il n’insiste pas.  

J’essaye de parler.  D’une voix faible, cependant audible, j’arrive à lui dire que non, je préfère rester ici, attendre que la douleur passe, avant de tenter de me relever.  Je vais même lui dire que je ne crois pas m’être brisé quoi que ce soit, j’ai juste besoin de quelques minutes pour que le mal passe.  Il insiste un peu, mais je le rassure qu’il peut me laisser là.  S’il y a de quoi, j’ai mon cellulaire de travail sur moi, je peux appeler ma colocataire, l’ambulance, peu importe, ça va aller.  Il me quitte, non sans me souhaiter bonne chance.

Je reste là, immobile, cinq à dix minutes, tandis que la douleur diminue peu à peu. Je repense à ce qui vient de se passer.  À comment ça s’est passé.  À pourquoi ça s’est passé. Point par point.

  • En cette saison, il fait encore nuit à cette heure-ci. 
  • Il n’y a aucun lampadaire en face de chez moi. 
  • Cette nuit, il a légèrement verglacé. 
  • Un verglas que je ne pouvais pas voir, étant donné les deux premiers points.
  • D’habitude, je tiens la rampe d’escalier.  Mais cette fois ma main tenait mon sac. 
  • D’habitude, je porte mon sac bien rembourré à mon dos.  Mais cette fois je l’avais à la main.
  • Ces deux derniers points, parce que j’avais l’auto de ma fille.

C’est la combinaison de ces sept circonstances, dont quatre inhabituelles, qui se sont enlignées à la perfection de manière à rendre cet accident aussi imprévisible qu’inévitable.  

J’essaye de me redresser, mais la douleur devient trop intense.  J’ai besoin d’aide.  Je prends le cellulaire et j’appelle Flavie qui, chez nous, dans sa chambre dort.  Au bout de quatre sonneries, je tombe sur sa boite vocale.  Je rappelle plusieurs fois.  Même scénario.  Elle ne se réveille pas. 

Sans autre choix, je me redresse péniblement sous une douleur terrible.  Je prends mon sac à dos et je grimpe précautionneusement les marches verglacées, à quatre pattes, tout en tenant fermement la rampe.  J’entre chez moi.  Je vais au salon et je m’étends péniblement sur le fauteuil.  J’y reste durant une vingtaine de minutes.  Réalisant que malgré le temps qui passe, la douleur ne diminue pas, j’appelle au travail, pour leur signaler mon absence.  La première en un an et demi de travail là.  Je passe la journée couché.

Ce n’est que le lendemain, alors que je suis de nouveau assez fort pour me déplacer, que je me rends à l’hôpital.  Vu ma blessure, je passe en priorité et tout se fait très vite.  Et c’est là que les rayons X montrent la gravité de mon état.  Vertèbre T5 fracturée.  Un coup à paralyser un homme, à le rendre paraplégique pour le restant de ses jours.  Moi qui bénéficie d’une si forte densité osseuse que mon poids dépasse de 20 à 25 lbs quiconque ayant un physique similaire au mien, moi qui croyais mon squelette incassable puisque je ne me suis jamais brisé un seul os de ma vie, ça m’a donné un choc.

Et en même temps, c’est probablement grâce à cette densité osseuse exceptionnelle que je m’en tirerai, après quelques mois de convalescence, sans la moindre séquelle.

Si j’avais eu un travail de bureau, j’aurais pu recommencer à travailler le lundi suivant.  Mais je suis concierge.  Un travail très physique.  Je dois donc cesser le boulot, jusqu’à ce que je m’en remette.  Or, m’en remettre, ça peut prendre de trois à six mois.  Peut-être même huit. 

Voilà qui risque de me poser un problème financier.  Ce n’est pas un accident de travail, donc pas de CSST.  De plus, je n’ai pas d’assurance collective au boulot.  On m’explique alors que, pour peu que j’amène un papier du médecin, je peux demander du chômage de congé de maladie. 

Au bureau du chômage, on me dit que l’on va me verser l’équivalent de 51% de mon salaire actuel.  Et avec mes contributions passées au régime d’assurance chômage, j’ai droit à quinze semaines, soit trois mois et trois semaines. 

Bon! Voyons les choses du bon côté.

  • Je suis économe, alors 51% de mon salaire, + l’apport de Flavie pour la moitié des dépenses, ça va garder mes finances stables.
  • Je me demandais justement si j’arriverais à terminer mon album de BD à temps pour le Festival de BD de Québec qui se tient la première semaine d’avril.   Sans travailler, voilà qui règle la question.
  • Surtout que, constates-je, la position assise est ce qui est de plus confortable pour moi. Alors pour ce qui est de dessiner, tout est Ok.
  • Avoir été bien portant, je n’aurais pu être au Festival de BD que la fin de semaine. Maintenant, je peux y être les cinq jours.
  • On ne se le cachera pas, plus de trois mois et demi de congé payé, ça se prend bien, quand même.
  • Dont les cinq premières semaines en possession d’un véhicule, celui de ma fille.

Si ce n’était de la douleur terrible et omniprésente que même les antidouleurs n’arrivent pas à tout à fait maitriser, ce serait parfait.

Enfin, « parfait », c’est un bien grand mot.  Quand, à 49 ans, on a besoin de nos parents pour faire l’épicerie car on ne peut même plus soulever un sac d’emplettes.  Ou quand on est obligé de laisser toutes les tâches du ménage à notre coloc car on ne peut même plus manœuvrer un balai ou faire la vaisselle…  Disons que c’est difficile pour l’orgueil.

Et ce n’est pas tout.  Terminé, le jogging.  Fini, le gym.  Et ce pour au moins un an.  Moi qui travaille fort depuis un an et demi de manière à être dans ma meilleure forme physique pour mes 50 ans qui arriveront en juillet, c’est un peu dur sur le moral.

Mais bon, tout ce qui ne me tue pas ne fait que me rendre plus déterminé à rattraper le coup par la suite.  Il faut juste que je prenne mon mal en patience. 

D’abord, m’en remettre.  Ensuite, m’y remettre.

À SUIVRE

Ajuster ses résolutions du nouvel an. Ou: Cesser de penser négatif.

À chaque année, c’est la même chose:  On se donne des résolutions dans le style de…

  • Perdre du poids.
  • Se mettre en couple.
  • Avoir un bon travail.
  • Devenir riche.
  • Devenir célèbre. (Si on est artiste)

… et à chaque année, on est déçu de ne pas avoir réussi.  Mais ce n’est pas grave.  Voici la nouvelle année.  Cette fois, c’est dit: On se donne des résolutions dans le style de…

  • Perdre du poids.
  • Se mettre en couple.
  • Avoir un bon travail.
  • Devenir riche.
  • Devenir célèbre.  (Si on est artiste.)

Vous savez ce qui ne va pas dans ces résolutions?  Très simple : Ce ne sont pas des actions.  Ce sont des résultats d’actions. Voilà pourquoi ça ne marchera pas plus cette année que l’année d’avant.

Vous ne voyez pas la différence? D’accord, je précise : Si je vous dis : Perds du poids! Maintenant!  Là! Tout de suite!  Vas-y!  Go! Allez, maigris!  Êtes-vous capable faire ça sur commande? Non, hein!?

Par contre, si je dis :  Fais du jogging!  Vous pouvez vous lever et courir immédiatement.  Si je dis Mange moins et mange mieux.  Vous pouvez vous préparer sur le champ un truc bon pour la santé et n’en manger qu’une portion raisonnable.

Ça parait simple, anodin, voire ridicule comme ajustement.  Pourtant, c’est ce petit changement qui va faire toute la différence. Voyez plutôt: Si votre focus est de perdre 10 kgs / 20 lbs, alors ça prendra 2, 3, 4, 5 mois avant de pouvoir enfin ressentir la satisfaction. D’ici à ce que vous atteigniez votre but, vous risquez de trouver le temps long, ce qui augmente les possibilités d’abandonner en chemin.

Par contre, si votre but est de faire du jogging trois fois par semaine, alors ce sera trois fois par semaine que vous ressentirez la satisfaction de l’avoir atteint, ce but. Focussez sur bien manger, et vous ressentirez en plus cette même satisfaction trois fois par jour.  Non seulement la satisfaction d’avoir atteint son objectif sera quotidienne et multiple, la perte de poids ne deviendra qu’un effet secondaire, un  bonus qui se rajoute à tout le positif que l’on a déjà vécu. Avouez que c’est bien plus encourageant comme ça.

Pour rester dans le sujet de la perte de poids: 

Il y a un autre truc qui nous décourage toujours un peu au niveau du subconscient : Le mot perdre !  De tous les temps, dans tout ce qu’il entreprend, l’être humain cherche à réussir.  Aussi, le concept de perdre, c’est contre-nature pour lui.  Normal, le mot perdre est associé à un nombre incalculable d’expressions toutes aussi négatives les unes que les autres: Perdre son travail, perdre son argent, perdre sa copine, perdre ses clés, perdre son portefeuille, perdre son chemin, perdre son temps, perdre un match, perdre la partie, perdre la raison, perdre la face, etc.  Dans la vie, il n’y a pas plus grande honte que d’être étiqueté comme étant un loser, un perdant. Voilà pourquoi c’est le qualificatif le plus populaire chez ceux qui dénigrent les autres: Dans une société basée sur la réussite, se faire traiter de perdant, c’est l’insulte suprême.  Alors qu’on le veuille ou non, même s’il est suivi des mots du poids, quand le premier mot de notre but est perdre, il ne faut pas être surpris que ce but soit rarement atteint.  Et quand on échoue à perdre, on est doublement loser.

Et si on focussait plutôt sur gagner? Et si au lieu de guetter notre perte de poids, on constatait plutôt que l’on gagne de bonnes habitudes alimentaires?  Que l’on gagne de bonnes habitudes de vie? Que l’on gagne un meilleur rythme cardiaque? Que l’on gagne des muscles? Que l’on gagne quelques mètres de plus à chaque fois que l’on court? Que l’on gagne de la vitesse?

Mieux encore: Au lieu de compter à rebours, pourquoi ne pas aller de l’avant? Par exemple, pour rester dans le sujet de la course, admettons que votre but est de courir non-stop sur une distance d’au moins 200 mètres.  La majorité vont focusser sur leur fin de course de cette manière: « Plus que cinq mètres… Quatre… Trois… Deux… Un… Zéro! »  Agir ainsi est une erreur, et ce pour trois raisons:

  1. Vous ne gagnez pas de la distance pour arriver vers votre objectif de deux-cent mètres.  Au contraire, vous partez de votre objectif de deux-cent mètres et vous en perdez. Vous partez donc sur une note négative.
  2. Peu importe la distance que vous arriverez à parcourir, que ce soit deux-cent mètres ou vingt kilomètres, compter de cette façon fait qu’au bout du compte, vous arrivez toujours à zéro. Mettre autant d’effort pour toujours être à zéro, ça diminue le sentiment d’accomplissement. Un sentiment que vous gagneriez si, au contraire, vous vous voyiez évoluer, de deux cent mètres à vos débuts à vingt kilomètres quelques mois plus tard.
  3. Zéro, ça vous force à arrêter, et ce même si vous avez l’énergie d’aller plus loin. Normal, vous n’allez quand même pas continuer en disant « Moins un, moins deux, moins trois… » Zéro est donc une limite que vous vous imposez.  Mais si vous comptez à partir de zéro, et que vous arrivez à deux-cent, alors rien ne vous empêche de dépasser vos limites en faisant deux-cent dix, deux cent vingt, deux-cent-cinquante mètres. Il faut reconnaître que ça améliore la performance, et surtout le résultat.


Bref, tout ça pour dire que la meilleure façon d’atteindre ses objectifs, c’est non seulement de savoir choisir l’action plutôt que le résultat de l’action, il faut également agir de façon positive.

Et ça, c’est aussi vrai pour l’amaigrissement que pour n’importe quel autre objectif de vie.

S’entraîner avec sagesse.

Voici à quoi ça ressemble, au bout de six mois, une résolution du nouvel an qui n’est pas abandonnée en cours de route.  À l’aube de mes 49 ans, me voilà dans la meilleure forme de ma vie, et c’est sans la moindre appréhension que je vois arriver la cinquantaine. 

Ce qu’il y a de bien, lorsque l’on fait sans cesse des efforts afin de s’améliorer non-stop, c’est que l’on n’a jamais besoin de ressentir de la nostalgie pour ce que l’on a déjà été.

Bien que l’on voit déjà l’amélioration, je ne suis encore qu’à mi-chemin avant d’atteindre l’objectif que je me suis fixé, c’est à dire atteindre mon plein potentiel personnel de force et d’endurance.  Ensuite, je passerai à l’étape plus relaxe, celui de l’entretien.  C’est à dire passer de l’entrainement intense et régime modéré actuel, à l’entrainement modéré et régime relax.  Prendre mon poids une fois par semaine, et ajuster entrainement et nourriture de la semaine à ce moment-là, pour m’assurer de garder stable la bonne forme.  

Il y a une personne, ex-connaissance à moi, qui avait aussi comme résolution l’amélioration physique pour l’été de 2017.  Et cette personne a échoué en un an ce que j’ai réussi en six mois.  Il faut dire que notre approche de l’entrainement est très différente.  Et c’est en l’observant que j’ai compris pourquoi certaines méthodes fonctionnent alors que d’autres non.  Par exemple, tandis que…

L’AUTRE : Se plaignait sans cesse comme quoi il y avait toujours foule au gym, et que ça lui est un turn-off total.
MOI : Je faisais partie de la foule.  Mieux encore: J’utilisais la foule.  À chaque fois qu’une machine que je voulais était occupée, au lieu d’attendre et/ou de chialer, j’allais à la première machine libre que je voyais.  Machine que, autrement, je n’aurais pas été porté à utiliser.  Ça a diversifié mon entrainement.  Ça a même rajouté à ma routine des exercices que je n’aurais pas découvert autrement.

L’AUTRE : Courait sur les tapis roulants et les elliptiques.  Or, quand on court pour aller nulle-part, faut pas être surpris de ne pas atteindre son but.
MOI : La course, je la faisais deux fois : De chez moi en allant au gym, et ensuite du gym en allant chez moi, ce qui est beaucoup moins ennuyant. D’ailleurs…

L’AUTRE : Recherchait sans cesse une personne pour l’accompagner dans ses exercices, car elle trouvait l’entrainement ennuyant.
MOI : Je ne m’ennuie pas.  Au contraire, le fait d’observer, de penser à chaque exercice, de les planifier, de les diversifier, de me concentrer sur ce que je fais, fait que je n’ai pas besoin d’une personne pour me distraire.  Parce que c’est tout ce que ça ferais, justement: Me distraire de mes exercices, ce qui serait contre-productif.

L’AUTRE : N’utilisait pas ce que le gym pouvait vraiment offrir.
MOI : Car en effet, la course, le cardio, on peut faire ça partout à l’extérieur.  Par contre, les poids, haltères et autres machines à travailler les muscles, on ne peut pas trouver ça dans la rue.  C’est donc là-dessus que je travaille lorsque je vais au gym.

L’AUTRE : Ne faisait que du cardio.
MOI : Je fais de tout: Bras, jambes, poitrine, ventre, dos, muscu, cardio, force, résistance, endurance… Le corps brûle les gras et prend du muscle beaucoup mieux lorsque toutes les parties sont sollicitées, surtout de toutes les façons.  

L’AUTRE : Se vante d’avance de ses résultats à venir.  C’est une très mauvaise idée, car une fois que l’on a conditionné tout notre entourage à attendre nos résultats, ça nous met de la pression.  Ça transforme en corvée obligatoire ce qui aurait dû être une activité volontaire, et ça devient d’autant plus humiliant si on échoue dans nos objectifs.  
MOI : Je suis resté humble et discret.  Ainsi, ma victoire actuelle est une annonce agréable et positive qui prend tout le monde par surprise.  Et si j’avais échoué, alors personne ne l’aurait su.

L’AUTRE : Son objectif: Perdre 60 lbs / 27 kgs.  Par conséquent, son but était encore très loin.
MOI : Mon objectif: Aller au gym de 2 à 4 fois par semaines, faire 10 exercices, trois sets de 10 répétitions, jamais les mêmes exercices que le jour précédent.  Donc, à tous les jours où je revenais du gym, j’étais satisfait car j’avais atteint mon but.  Donc, tandis que…

L’AUTRE : Met son focus sur la perte de poids, donc sur le résultat de l’exercice…
MOI :  Je mets mon focus sur l’exercice.  Non seulement ça m’apporte la satisfaction quotidienne d’avoir atteint mon but, le résultat sous forme de perte de gras et de gains musculaires ne devient plus qu’un bonus, une prime qui se rajoute agréablement à la satisfaction du travail bien fait.  Par conséquent…

L’AUTRE :  Changeait de succursale, recherchant le gym qui lui conviendrait, sans jamais vraiment le trouver.
MOI :  Je m’adapte! Non mais sérieux, là, le principe de faire de l’exercice, c’est de forcer le corps et l’esprit à s’adapter à des situations qui ne lui sont pas familières, d’où évolution à tous les niveaux.  On va au gym pour chercher le challenge, l’inconfort.  Si tu y vas pour chercher ton petit confort, c’est perdu d’avance.

L’AUTRE : Bon, j’avoue, je ne connais rien de son régime alimentaire.  Tout ce que je peux dire, c’est que pour bien des gens, un régime consiste à manger moins, et à abandonner toute la junk food qui lui faisait tant envie.  Elle se retrouve donc à vivre sur une nourriture qui ne lui est pas familière, à quantité insatisfaisante, et à déprimer au sujet de tous ces mets qu’elle ne pourra plus jamais se permettre.
MOI :  J’ai utilisé une méthode en trois facettes:
– Facette 1: Je ne change pas la quantité de nourriture à laquelle je suis habitué.  Mais bon, au départ, je ne mangeais pas comme un ogre non plus.
– Facette 2: Six jours semaines, que des fruits, des légumes, peu de volaille, presque pas de viande, pas de pain ni ses dérivés.
– Facette 3: Le samedi, je mange tout ce que je veux, la quantité que je veux.  Car en effet, renoncer à la poutine et à la pizza pour toujours, ce serait déprimant.  Il m’est beaucoup plus facile moralement de me dire que samedi s’en vient.

L’AUTRE : Y a renoncé, préférant maintenant nier la réalité, se mentant à soi-même au sujet de son poids, changeant sa mentalité pour adhérer au mouvement Fierté Ronde, criant au FAT SHAMING contre tous ceux qui lui rappellent qu’elle a passé des années à chercher à en perdre.
MOI : Je continue le cardio, la bonne alimentation, la musculation, l’endurance, et, par conséquent, l’évolution positive.

Mais je crois que la plus grande différence, c’est le fait que pour…

L’AUTRE : Les exercices et la bonne alimentation sont un mal nécessaire, une obligation planifiée pour n’être que temporaire, le temps d’atteindre la bonne forme.
MOI : Les exercices et la bonne alimentation sont un bien nécessaire, quelque chose de volontiers, que je planifie bien garder pour le reste de ma vie, pour garder la bonne forme longtemps.

Ceci dit, si ma tendance habituelle se maintient, d’ici quatre ans, j’aurai repris le poids perdu.  Je ne crois pas que ça va arriver.  Mais même si c’est le cas, et alors?  Premièrement, j’aurai toujours les gains musculaires obtenus.  Ensuite, je n’aurai qu’à recommencer, et je réussirai de nouveau, voilà tout.

 


Joignez la page Mes Prétentions de Sagesse sur Facebook.

 

 

Le bon orgueil et le mauvais orgueil

Tout comme le cholestérol, l’orgueil (aussi appelé amour-propre) est quelque chose que la société a un jour étiqueté comme étant indésirable chez l’individu.  Pourtant, de nos jours, tout le monde sait qu’il y a une différence entre le bon et le mauvais cholestérol.  Il en va de même pour l’orgueil: il y a le bon orgueil, et le mauvais orgueil. Voici comment les différencier:

Le Mauvais Orgueil: On va commencer par celui-là puisqu’il est le plus répandu, le plus détesté, donc le plus remarqué.  Le mauvais orgueil, c’est celui qui va faire sans cesse obstacle, non seulement à celui qui le possède, mais également à son entourage.  Voici quelques traits de caractères que l’on retrouve chez les gens qui le possèdent:

  • Un sens de l’auto-importance démesuré.  Il prétend valoir bien plus qu’en réalité, aussi bien aux autres qu’à soi-même.
  • Un désir de toujours rabaisser les autres plus bas que soi.
  • Une tendance à toujours se sentir en compétition, à voir le succès des autres comme étant une atteinte contre nos propre capacités.
  • Ce qui les motivent à mettre de l’effort dans un projet: Dépasser les autres, leur prouver que l’on est meilleurs qu’eux.
  • Une intolérance à toute critique ou remarque négative dirigée contre soi.
  • Une envie constante de toujours remettre à sa place quiconque attirant l’attention.
  • Se sentir constamment insultés, rabaissés et attaqués, même sur des sujets qui ne les concernent pas.
  • Toujours sur la défensive, toujours sur la contre-attaque.
  • Refuser de reconnaître ses propres erreurs.
  • Refuser de s’améliorer sur nos faiblesses et nos torts, puisque ça équivaudrait à admettre nos faiblesses et nos torts.

Le Bon Orgueil, c’est celui qui va permettre d’abattre les obstacle qui se dressent non seulement devant celui qui le possède, mais également devant son entourage.  Voici quelques traits de caractères que l’on retrouve chez les gens qui le possèdent:

  • Un sens de l’auto-importance réaliste.  Il sait ce qu’il vaut, rien de plus, rien de moins, il connait son potentiel, et ne prétend pas autrement.
  • Un désir de toujours se monter plus haut.
  • Une tendance à voir le succès des autres comme étant un bon exemple, un modèle à suivre.
  • Ce qui les motive à mettre de l’effort dans un projet: Se dépasser soi-même, se prouver que l’on peut s’améliorer.
  • Une capacité d’écouter toute critique ou remarque négative dirigée contre soi.
  • Sait faire la différence entre les sujets qui les concernent ou non.
  • Explique ses erreurs, sans les défendre ni y trouver d’excuses.
  • Reconnaît volontiers ses propres erreurs, afin de pouvoir…
  • … s’améliorer sur ses faiblesses et ses torts.

La seule raison pourquoi l’orgueil, bon comme mauvais, est mal vu en société, c’est parce qu’il est étroitement lié à l’égocentrisme et au narcissisme.  Et en effet, dans les deux orgueils, ce qui prédomine, c’est non seulement le Moi, c’est également le désir de ne pas se satisfaire de ce que l’on est.  C’est un besoin de toujours vouloir être plus que notre valeur actuelle.  Or, alors que le bon orgueil pousse les gens à faire des efforts dans ce but, le mauvais orgueil, bien au contraire, prêche l’inaction.  Afin de mieux comprendre, voici une charte montrant comment réagit le bon orgueil et le mauvais orgueil face à la même situation:

Bref, Avoir du bon orgueil, C’est être capable de faire la différence entre une critique pertinente et une qui ne l’est pas, c’est reconnaître volontiers sa propre imperfection, et c’est la volonté de travailler sur soi-même.  Et cela ne peut qu’apporter du positif dans tous les aspects de sa vie, sociale, amoureuse, carrière, financière, santé, etc.

Bref, Avoir du mauvais orgueil, c’est juger impertinentes toutes critiques contre soi, c’est refuser de se croire autrement que parfait, et c’est le refus de travailler sur soi-même.  Et par conséquent, c’est s’assurer de foutre la merde de façon répétitive et perpétuelle dans tous les aspects de sa vie, sociale, amoureuse, carrière, financière, santé, etc.

Un autre aspect non-négligeable entre le bon orgueil et le mauvais, c’est que celui qui fait preuve de mauvais orgueil devient une cible facile pour les manipulateurs.  La raison est simple: Celui qui possède du bon orgueil ne ressent le besoin de se prouver des choses qu’à lui-même.  Par contre, celui qui possède le mauvais orgueil ressent toujours le besoin de se prouver aux autres.  Ainsi, si dans les autres il y a une personne manipulatrice, elle pourra aisément prévoir comment le mauvais orgueilleux va réagir face à certains gestes et à certaines paroles.  À partir de là, la personne qui possède le mauvais orgueil peut se faire manipuler, sans jamais s’en rendre compte, tout en ayant l’impression qu’elle agit de son propre gré.  Et ça, c’est quelque chose que savait parfaitement l’un des plus grand général de guerre de l’Histoire. 

Pour une existence saine dans tous les aspects de notre vie, il n’y a pas que la charité bien ordonnée qui commence par soi-même.  L’orgueil, lorsque bien ordonné, peut être le plus puissant de nos alliés.

_____
Joignez le groupe Mes Prétentions de Sagesse sur Facebook.

 

Se remettre en question n’est pas toujours la solution.

Comme dans la majorité de mes textes, les citations sont en rouge vin, le reste est noir.

_____

Été 1988. J’ai 20 ans. Je commence à être publié dans un magazine de musique-jeunesse nommé Wow! à raison d’une page de BD par mois. Je ne porte plus sur terre, je considère que mon talent exceptionnel va faire de moi un millionnaire avant mes 25 ans. En attendant, je ne manque aucune occasion de faire valoir mon talent et ma tête enflée.

Les villes de St-Hilaire, Beloeil, Otterburn Park et McMasterville sont toutes couvertes par le même journal : L’Oeil Régional qui parait une fois par semaine et est distribué gratuitement à toutes les portes.  En le feuilletant, j’y trouve une capsule annonçant un concours organisé par le Comité de Protection du Voisinage de Beloeil. 

Créer quelque chose qui sera officiellement utilisé dans la région?  Par la Ville de Beloeil?  Pendant des années?  En plus du boulot que j’ai déjà à Wow!?  Voilà qui ne peut qu’enrichir mon CV de manière à démontrer à quel point je suis talentueux et professionnel.  Je décide de participer.  

Je n’ai peut-être que vingt-ans-dans-trois-semaines-moins-deux-jours, je suis familier avec le concept du lieu commun.  Puisque les cambriolages et le vandalisme se font surtout la nuit, je devine que la plupart des participants vont leur suggérer un hibou comme mascotte.  Normal; cet animal est nocturne et possède une vision et une ouïe qui sont ultra-performantes.  Et son nom sera probablement un jeu de mots qui ressemble à hibou, dans le style de Hiédebou. (« Il est debout » avec accent québécois.) Bref, il s’agit d’un cliché, d’une réponse commune que vont donner les gens sans imagination.

Généralement, dans un concours ou bien un tirage, il y a une grande part de chance qui influence la victoire.  Dans ce cas-ci, si plusieurs personnes suggèrent un hibou, et que le comité n’a rien reçu de mieux comme concept, alors ils vont faire un tirage au sort entre ceux-là.  À partir de là, le gagnant ne sera pas celui qui aura pondu le meilleur concept, mais bien celui qui aura le plus de chance. Or, j’ai passé ma vie à entendre les gens dire que « La chance, c’est quelque chose que l’on se fait soi-même! »   Aussi, histoire de faire en sorte de mettre toutes les chances de mon côté, je cherche une idée qui va se démarquer par son originalité, tout en étant malgré tout étroitement liée au thème du concours et de l’organisme.  

Au bout d’une heure, je trouve le concept le plus songé et le plus pertinent qui soit : Un castor nommé Jéloeil.  Je prends une feuille blanche et je le dessine.

J’écris ensuite une lettre de présentation dans laquelle j’explique, en trois points, pourquoi mon concept est le meilleur :

  • Son nom est un jeu de mot. Non seulement c’est Beloeil avec un J à la place du B, ça ce prononce «J’ai l’oeil», ce qui signifie qu’il surveille, ce qui cadre très bien avec le programme du Comité de Protection du Voisinage de Beloeil. 
  • Comme les beloeillois, les castors habitent près d’un cours d’eau.  Dans ce cas-ci, la rivière Richelieu. 
  • Les castors comptent toujours au moins un surveillant dans leur communauté. À l’approche d’un danger, le castor martèle le sol de sa queue afin de donner l’alerte aux autres. Là encore, cette attitude correspond avec le programme du Comité de Protection du Voisinage.

Je me retiens très fort de faire un commentaire comme quoi ça pourrait être amusant de voir un résident de Beloeil donner l’alerte en martelant le sol de sa queue.  Je signe ma lettre, j’y joins le dessin, et je poste le tout à l’adresse fournie dans le journal.  Il ne me reste plus qu’à attendre patiemment des nouvelles de ce qui ne peut être que ma victoire.

Trois semaines plus tard, le téléphone sonne. Je réponds. C’est un membre du Comité de Protection du Voisinage de Beloeil, qui me dit:

« Monsieur Johnson?  Nous avons bien reçu votre soumission, et de toutes celles que nous avons eues, elle nous a semblé être la plus intéressante. »
« Euh… Vous voulez-tu dire que j’ai gagné ? C’est moi qui a gagné le concours de mascotte ? »
« Exactement ! Toutes mes félicitations. »

Et voilà!  Je le savais bien qu’aucun autre participant ne pouvait faire compétition contre un concept aussi génial que le mien.  Je manque peut-être de modestie, il reste que c’est ça quand même.

« Avec votre soumission, vous avez juste mis votre nom et votre numéro de téléphone.  J’aurais besoin de votre adresse.  C’est pour vous envoyer les documents officiels concernant votre victoire, ainsi que le contrat au sujet des droits pour le nom et l’image de la mascotte, sans oublier bien sûr votre prix d’une valeur de cinq-cent dollars. »

En 1988, le salaire minimum est de $4.75 de l’heure.  En argent d’aujourd’hui, où il est rendu à $10.75, ce premier prix équivaut à $1 131.58.  Ça vous donne une idée de ce que ça représente comme somme, lorsque l’on a vingt ans et que l’on vit gratuitement chez nos parents.

« WOW!  Je ne me souviens pas qu’il y avait mention de ça dans l’article de l’Oeil Régional. »
« Un oubli!  Ça arrive!  Alors, votre adresse? »
« Bien sûr ! C’est : 14 rue St-Charles, St-Hilaire, J3H 2Z8. »
« D’accord!  Euh… Un instant s’il vous plait, je dois vérifier quelque chose. »

Et il me met en attente.  J’en profite pour aller m’asseoir à ma table de travail.  J’ouvre le premier tiroir et j’en tire la découpure de journal annonçant le concours.  Je la relis, tout fier de moi.  Je rêvasse déjà sur ce que je vais faire de cet argent.   Les possibilités semblent infinies. Ça fait cinq ans que je rêve de me payer un vrai bon système de son pour remplacer le vieux meuble pick-up des années 60 qui prend tant de place dans ma chambre. Ou peut-être pourrais-je me payer des cours de conduite? Il y a justement un voisin qui vend son vieux bazou pour $300.00, il m’en resterait assez pour me payer mon permis de conduire.  Le monsieur du comité revient en ligne.

« Monsieur Johnson? »
« Oui ? »
« Bon, euh… Je suis allé vérifier, et c’est comme je le pensais…  Le concours s’adressait seulement aux résidents de Beloeil. »

Je sens comme un gouffre immense qui s’ouvre sous mes pieds. Je tente de m’accrocher à quelque chose.

« Mais… Mais c’était pas précisé dans l’Oeil Régional, ça. »
« C’est possible, mais je ne pourrais pas le dire. »
« Ben MOI je peux vous le dire, j’ai la découpure de l’article drette sous mes yeux en ce moment-même.  Ça dit que LA POPULATION est invitée à participer.   Nulle-part c’est précisé la population de quelle ville. »
« Un oubli!  Ça arrive!  Je suis désolé. »
« Mais… Mais vous l’avez dit vous-même, que c’est mon concept qui est le meilleur.  Vous ne voulez pas que votre comité soit représenté par le meilleur concept? »
« Ben, comprenez… Le prix est offert par la Ville de Beloeil pour un organisme censé protéger les résidents de Beloeil. On peut pas faire gagner quelqu’un qui n’habite pas à Beloeil. »

En désespoir de cause, je pense vite en cherchant quelqu’un dans mon entourage qui habite Beloeil.  Je songe aussitôt à Gina, la blonde de mon bon copain Carl.  Je propose donc à mon interlocuteur le premier truc qui me passe en tête.

« Écoutez! Si c’est ça le problème, j’ai une solution: J’ai une amie, Gina Desbiens, qui habite Beloeil.  Je peux m’arranger avec elle pour faire passer que c’est son concept, comme ça je… »
« Gina Desbiens?  Vous parlez de la fille de Jacques Desbiens? »
« Euh, oui!  Vous la connaissez? »
« C’est la fille de mon boss!  Jacques Desbiens, c’est le président du Comité de Protection du Voisinage de Beloeil. »   

La mâchoire m’en tombe. Je savais déjà que le père de Gina travaillait pour la Ville de Beloeil.  N’empêche, quelle coïncidence extraordinaire, pour ne pas dire extraordinairement chiante, qu’il dirige justement le comité qui organise ce concours.  Et comme dans tous les concours, la Loi interdit aux employés  de ceux qui l’organisent, ainsi que les membres de leurs familles, d’y participer.  Alors la fille du président du comité, pensez-donc.  

Me voilà donc à court d’options.  Impossible pour moi de rattraper le coup.  Le monsieur me salue et raccroche. Après m’être fait miroiter gloire et richesse, je n’aurai pas de mascotte à mon nom, rien à ajouter à mon CV.  Quant au chèque de $500.00, il m’est passé sous le nez tellement vite que je n’ai même pas eu le temps de le voir, encore moins de le toucher.

Je songe un instant à avoir recours aux services d’un avocat.  Techniquement, puisqu’il n’était fait mention nulle-part que le concours était fermé pour les non-résidents de Beloeil, ils n’avaient aucune raison légale de revenir sur leur décision et me refuser mon prix.  Aussi, il y a de grandes chances que la Cour les force à se rétracter, afin qu’ils me redonnent la victoire et les prix qui me reviennent de droit.  

Mais voilà, est-ce que je veux me brouiller avec mes amis?  Parce que ça m’étonnerait que Carl, Gina et le reste de la gang approuvent que je poursuive en Justice le père de Gina.  Et puisque, pour se défendre, le père de Gina va évoquer que la faute est à l’Oeil Régional pour avoir négligé de préciser cette information, alors les dirigeants de ce journal vont évidemment être contacté.  Ils vont certainement prendre en ombrage le fait que, à cause de moi, ils passent comme étant responsables de cette poursuite.  Je vais donc me mettre ce journal à dos.  Ils ne manqueront certainement pas d’en parler dans leurs pages en me donnant le mauvais rôle.  Est-ce que je veux vraiment prendre le risque qu’ils gâchent ma réputation dans ma propre ville ainsi que dans toutes les villes de la région?  Que je gagne ou que je perds, ce sont eux qui en contrôleront l’information.  Alors aux yeux du public, je resterai un loser.  

Et surtout:  Pour qu’un juge me donne raison, encore faut-il que je puisse prouver que je suis bien le gagnant original.  Elle est où, ma preuve?  Ce n’est pas comme si j’avais enregistré la conversation téléphonique.  S’ils nient, ça finit là, j’ai zéro recours.

Et puis d’abord, où est-ce que je vais le prendre, l’argent pour me le payer, l’avocat?  Il va certainement me coûter les $500.00 que je cherche à récupérer, sinon plus.  Bon, si je gagne, je suppose que la partie perdante va payer mes frais de cour.  Mais sans preuve, comment puis-je gagner?

Là encore, me voilà à court d’options.  Là encore, impossible pour moi de rattraper le coup.  Aussi injuste que soit la situation, je n’ai pas le choix.  Je suis obligé de l’accepter et de fermer ma gueule.

Un mois et demi plus tard, en lisant l’Oeil Régional, j’y vois un article au sujet du Comité de Protection du Voisinage de la Ville de Beloeil.   Le gagnant du concours, un résident de Beloeil, y pose fièrement auprès d’un poster de sa mascotte… Un hibou nommé Yvoitou.

Hum!?  Aucune mention d’un chèque de $500.00?  Et c’est quoi, ce premier prix sous forme d’un système d’alarme?  Je réalise que ça voudrait dire qu’il n’avait jamais été question d’un prix en argent.  Lorsque le monsieur m’a dit que j’avais remporté le premier prix d’une valeur de $500.00, il voulait dire que le système d’alarme coûtait $500.00.  Raison de plus de ne pas insister pour faire valoir mes droits.  N’empêche, c’est chiant quand même. 

Le lendemain, un lundi, tel qu’annoncé dans cet article, je reçois une lettre me disant que pour ma participation au concours, je me suis mérité un T-Shirt Yvoitou, ainsi qu’une promenade dans les rues de Beloeil en tant que passager dans une auto de police. (Faut pas s’étonner de ce prix de rednecks.  C’était Beloeil dans les années 80.)  Je ne pense pas surprendre grand’ monde en disant que je ne suis jamais allé réclamer mes prix.  C’est déjà bien assez frustrant de m’être fait enlever ma victoire, je ne vais certainement pas m’humilier davantage en arborant ce T-shirt qui ne serait pour moi que le symbole de mon loserisme.

J’ai mis vingt ans à tirer une leçon profitable de cette mésaventure.  Et cette leçon,  je la disais déjà en 2010 dans mon billet Les Trois Raisons Possibles de l’Échec:

Désolé pour tous les bien-pensants qui nous font la morale avec leur réponse universelle comme quoi tout est de notre responsabilité.  Mais non, les échecs ne s’expliquent pas tous par une seule et unique raison. La réalité, c’est que l’échec peut être dû à une, deux ou bien les trois raisons suivantes.

  • Ta propre faute: Un abandon, de mauvaise décisions, de la négligence, une gaffe, créer des tensions, avoir choisi un projet irréaliste ou hors de sa portée, etc. Consciemment ou non, beaucoup de gens se sabotent eux-mêmes.
  • La faute des autres: Il est très rare que l’on n’ait à compter sur personne d’autre que nous-mêmes pour réussir. Et quand celui qui a le pouvoir d’en faire une réussite ou un échec décide que ce sera un échec, alors rien à faire, ce sera un échec. Et ça, c’est sans compter ceux qui vont délibérément te saboter.
  • Le hasard. Il arrive que des hasards malheureux et imprévus se produisent et ont comme conséquence de saboter ton projet. Une panne. Un problème de santé. Un accident. Ce sont des choses qui arrivent sans que rien ni personne ne puissent les prévenir, les contrôler ou les contourner.

Parce que quand on commence à croire que tout ce qui nous arrive, sans aucune exception, est toujours de notre faute, on finit par perdre contact avec la réalité.

Lorsque c’est le hasard qui te sabote, comme ce fut le cas avec mon concours de mascotte, ça ne sert à rien d’essayer de se remettre en question.  J’avais tout ce qu’il fallait pour gagner.  La preuve, j’avais gagné.  Le fait que je n’habitais pas la bonne ville, et le fait que ma seule amie de Beloeil était la fille de l’organisateur du concours, ça n’avait rien à voir avec mes faits, gestes, talents, décisions ou autre.  C’était juste le hasard.  Ce qui démontre que ceux qui affirment que « La chance, c’est quelque chose que l’on se fait soi-même! » ne savent pas, et n’ont jamais su, de quoi ils parlent.

La seule leçon que l’on puisse tirer d’un fait du hasard, c’est qu’il n’y a aucune leçon à tirer d’un fait du hasard.