Tomber et rebondir pour monter plus haut.

De 1988 à 2008, j’ai travaillé dans le domaine des arts et de la publication. Or, la crise de la presse écrite fit que les contrats se firent de plus en plus rares, et je n’arrivais plus à gagner ma vie convenablement.

Qu’est-ce qu’on fait quand on a passé sa vie à être artiste et que l’on ne sait rien faire d’autre? Simple : On part à zéro, en commençant en bas de l’échelle. C’est ce que j’ai fait.

De 2008 à 2011, je me suis mis à l’activité physique.  Gym, course à pied, vélo, poids et haltères, histoire de perdre du gras et prendre du muscle. C’est que si je dois me recycler dans le travail manuel, il faut que mon physique, dès le premier coup d’oeil, montre à l’employeur potentiel que je suis vaillant.

2011-2013. Je travaille comme homme de ménage pour un garage de bus.
2013-2015. Cette expérience me permet de devenir concierge résident dans un édifice de 22 étages. J’y apprends la menuiserie, la plomberie et l’électricité.
2015. Cette expérience me permet de devenir surintendant résident dans une tour à condos de luxe de 34 étages. Je ne prolonge cependant pas mon premier contrat de six mois, les conditions de travail étant abusives.
2016-2018. Cette expérience me permet de devenir surintendant dans une usine de portes et fenêtres.

Le 15 février 2018, une chute dans un escalier verglacé me brise la vertèbre T5, juste entre les omoplates. Un coup à paralyser un homme pour la vie. Je m’en sors par miracle, mais la douleur m’empêche de travailler. Les médecins me recommandent de huit à dix mois de repos. Au bout de deux mois, l’inactivité commence à me rendre dingo. Et puis, le chômage ne me donne que 50% de mon salaire.  J’ai beau être économe, mon budget est trop serré pour être confortable.

Ma vertèbre ne m’empêche pas de travailler assis.  Je décide donc de me recycler dans le travail de bureau. Je cherche sur Google les pages de grandes compagnies situées à Montréal, et je m’abonne à leurs newslists.  Trois semaines plus tard, j’y apprend qu’une firme ouvre un bureau à Sherbrooke.  Ils recrutent à Montréal car ils n’arrivent pas à trouver le personnel qualifié là-bas. À l’entrevue, je leur explique combien mon ancien boulot de concierge et surintendant avait en commun avec le service à la clientèle et le support technique. Si j’accepte de déménager à Sherbrooke, ils m’embauchent, formation incluse et payée. J’accepte. Donc :

2018-2020. Cette expérience me permet de décrocher un boulot en support technique, payé une fois et demie le salaire minimum.  Mon meilleur revenu à vie.  Le coût de la vie à Sherbrooke est le plus économique du Québec.  Ça me permet de vivre seul dans un 5½, payer mes obligations, et investir l’excédent.

Le 4 janvier 2020, je réalise que n’eut été de mon accident de vertèbre, j’aurais continué à vivre de mon boulot de surintendant. Donc, que si je n’y avais pas été obligé, je n’aurais jamais évolué au-delà de ce travail manuel à salaire modeste. Je me rend compte que je suis en train de faire exactement la même chose ici: Me complaire dans ma zone de confort, stagner au lieu d’évoluer.

Je décide donc d’utiliser mon expérience à La Firme pour monter encore plus haut, et  continuer à améliorer mon sort.

Il y a quelques années, j’ai créé une page nostalgique nommée Autour du Mont-Saint-Hilaire d’autrefois. Et comme son nom l’indique, j’y parle des six municipalités qui entourent la montagne, c’est à dire McMasterville, Beloeil, St-Hilaire, Otterburn Park, St-Jean-Baptiste et Ste-Madeleine. Au moment où j’écris ces lignes, il y a 4 915 abonnés.

Depuis juin 2019, la popularité grandissante de ma page m’a apporté beaucoup de contacts, ainsi que plusieurs contrats et projets.

Marylin Nadeau, Mairesse de St-Jean-Baptiste, m’a contacté afin de m’offrir un contrat pour animer une soirée d’autrefois pour la semaine des ainés.
La Coopérative d’Électricité de St-Jean-Baptiste m’a contacté pour que je leur monte un petit magazine commémoratif pour les 75 ans de la coop.
• Rédaction d’un livre historique et biographique au sujet de Louis Pasquier, le premier directeur de la Raffinerie de Sucre de St-Hilaire, en collaboration avec ses petits-fils, François et Michel Cormier.
• Collaboration avec Sonia et Laurent Bonet, enfants de Jordi Bonet, pour une exposition pour le 40e anniversaire du décès de leur père.
• Pourparlers sur la possibilité de faire une exposition du Mont-Saint-Hilaire d’autrefois au centre culturel de St-Hilaire.
Je suis devenu membre, contributeur et auteur pour la Société d’Histoire et de généalogie de Beloeil / Mont-Saint-Hilaire.
• Je devais même souper chez M. Yves Corriveau, le maire de Mont-Saint-Hilaire, le 10 avril 2020.

Lorsque j’ai quitté St-Hilaire en 1990 à l’âge de 21 ans, c’était en tant que fils du BS du village, méprisé de tous. Et là, grâce à ma page, j’étais maintenant l’historien du citoyen, apprécié de tous. Ceci me décide de revenir dans ma ville d’origine après exactement 30 ans d’exil.

1er février 2020. Je quitte La Firme, je quitte Sherbrooke et je redeviens officiellement hilairemontais. Je travaille sur les contrats et projets mentionnés plus haut, en attendant de décrocher le travail honorable à temps plein qui m’assurera respect et prospérité. Idéalement, je vise un boulot à l’Hôtel de Ville.  Avec tous les bons contacts que je me fais, ça ne devrait être qu’une question de semaines.

Et c’est là qu’arrive le Vendredi 13 mars 2020. Le genre de vendredi 13 qui donne si mauvaise réputation à cette date. Ce fut le début de la pandémie.

Mes contrats:  Annulés.
Mes projets: Annulés.
Mes rencontres:  Annulées.
Mes chances de décrocher un emploi pour la Ville: Annulées.

Puisque j’ai quitté moi-même La Firme à Sherbrooke, il s’agit d’un départ volontaire. Je n’ai donc pas droit aux prestations gouvernementales versées aux salariés qui ont perdu leur emploi à cause de la pandémie. Et voilà comment je me retrouve sans emploi et sans revenus. Je vis de mes économies.  Je vend mes placements.  Et j’ai une excellente marge de crédit.  Mais je ne pourrai pas en vivre éternellement.

Une amie hilairememontaise est téléphoniste pour Urgence Santé. Puisque son travail est un besoin essentiel, elle peut travailler de la maison.  Hélas, elle a quatre problèmes.  De un, elle a un fils handicapé.  De deux, l’école est fermée depuis le 13 mars.  De trois, la pandémie interdit aux grands-parents de faire du babysitting.  Et de quatre, elle est mère célibataire.  Il lui est impossible de travailler tout en s’occupant de son fils.

Elle m’apprend que justement, étant donné sa situation, elle a le droit de demander une subvention afin d’engager une gouvernante pour s’occuper de la maison et de son fils.  J’ai été moi-même père quatre fois, et deux d’entre eux souffraient de troubles du comportement.  Et en tant que concierge, je sais parfaitement tenir maison.  Je saisis l’opportunité au vol.

Je passe une entrevue téléphonique.

Ils vérifient mes antécédents judiciaires.  Tout est Ok.
Ils vérifient mes anciens employeurs.  Tout est Ok.
Ils vérifient mes antécédents médicaux.  Ils découvrent que j’ai été soigné à l’Hôpital Douglas en 2000 pour une dépression.  Celle-ci ayant été causée par deux ans de harcèlement psychologique au travail, la cause ne venait pas de moi.  Donc, je suis un être sain et équilibré.  Ils trouvent cependant dans mon dossier un diagnostic de TDAH.  Problème: Je ne peux pas obtenir le poste si ce n’est pas soigné.

À l’époque, j’avais essayé d’avoir la médication appropriée pour traiter mon problème.  Hélas, lorsque c’est un adulte qui le demande pour lui-même, c’est refusé.  Ça prend un papier d’un médecin de famille, ce que je n’avais pas.  Et toutes mes tentatives pour en obtenir un furent vaines.

Mais cette-fois, c’est différent.  Cette fois, c’est le système de santé qui a besoin de moi.  Alors six jours plus tard, j’avais un médecin de famille, et une prescription de Vyvanse renouvelable pour deux ans.  Comme quoi ça paie, d’être du bon côté du système.

J’ai donc obtenu le boulot.  Et à ma bonne surprise, à 50¢ de plus l’heure que ce que je gagnais à la firme.

Juin 2020. Dans quelques semaines commencent les camps de jour pour enfants handicapés, signifiant que j’allais perdre mon emploi.

Et c’est là qu’arrive le Ministre Legault avec son plan de réforme du système de santé lourdement surtaxé par la Covid-19. On demande 10 000 personnes pour devenir préposés aux bénéficiaires, formation de trois mois gratuite avec une bourse faramineuse, et un contrat de travail garanti d’un an dans un CHSLD, payé le double du salaire minimum.  C’est une opportunité qui ne se présente qu’une seule fois dans une vie.  Une à ne surtout pas laisser passer.

Je me suis inscrit. J’ai passé deux entrevues téléphoniques, puis une en personne.  Je leur ai expliqué que, ayant été support technique et surintendant, je suis habitué à faire du service à la clientèle aussi bien au téléphone qu’en personne. Ayant été père quatre fois ainsi que concierge, je n’ai aucun problème à travailler avec tous les fluides corporels imaginables. Et étant un habitué des gyms, j’ai la force physique et l’endurance dont ils ont besoin.  Qui plus est, mes enfants sont tous adultes et partis, et je suis célibataire.  Je suis donc disponible pour eux 24/7.

Parmi les 70 000 à 90 000 candidatures qu’ils ont reçu (le chiffre varie selon la source), j’ai été l’un des 10 000 à être retenu.

Depuis le 15 juin, je suis en formation. Le 15 juillet, je commence mon stage en CHSLD. Le 15 septembre, je commence mon contrat d’un an, avec possibilité de le renouveler, ou bien de suivre une formation, également gratuite, si je suis intéressé à travailler dans une autre branche du système de santé.

Et, chance inouïe, mon groupe se retrouve avec les meilleures conditions de travail de cette formation.  Alors que la majorité des candidats ne savent pas où ils iront travailler, notre contrat est déjà signé au CHSLD.  Et mieux encore: Là où nous irons travailler, il n’y a pas (encore) de cas de Covid-19.

Ces études, cet emploi et ce revenu s’inscrivent parfaitement dans mon programme d’évolution personnel et professionnel que j’ai amorcé il y a neuf ans.  Car rien de ceci ne me serait arrivé si je n’avais pas décidé, en janvier dernier, de quitter mon emploi et ma ville pour partir à la recherche d’un meilleur sort dans ma ville d’origine.

Il est important de bien planifier sa vie. Cependant, il arrive que même les meilleurs plans se cassent la gueule. Ce fut le cas ici, alors que la pandémie rendit obsolète les domaines dans lesquels j’avais appris à travailler. Mais quand on arrive à se ressaisir, à attraper les opportunités au vol, et que l’on possède la souplesse, la capacité d’adaptation et le désir d’aller plus loin, alors on peut transformer une catastrophe en meilleure chose qui puisse nous arriver. Et le fait de travailler dur pour passer d’artiste à homme de ménage, à concierge, à surintendant et à support technique, ça n’a pas été inutile. Car même si je ne peux plus me trouver du travail dans ces domaines, ça m’a apporté le meilleur atout qui soit : l’expérience.

Une expérience sans laquelle je n’aurais pas pu décrocher la carrière honorable bien rémunérée que j’amorce aujourd’hui.

Avoir de l’ambition -VS- ambitionner

Il y a quelques mois, j’ai publié ici un billet intitulé Les derniers seront les premiers.  Dans celui-ci, j’explique que lorsque l’on prend ce principe au premier degré, et qu’on l’utilise adéquatement, on peut grandement augmenter notre chance d’être choisi, que ce soit pour un emploi, un concours, ou quelques autres situations qui nous mettent en compétition avec d’autres.

Le concept est simple :  Lorsque l’on attend à la dernière minute pour se manifester, ça nous donne le charme de la nouveauté, et tous les détails de notre candidature sont encore tout frais dans leur mémoire au moment de prendre une décision.  Ceci peut faire toute la différence entre une candidature rejetée et une approuvée.

En relisant ce billet, j’ai constaté une chose : Dans les quatre exemples que je donne dans lequel ce concept a fonctionné pour moi, il n’y en a qu’un seul dans lequel je l’ai délibérément appliqué.  C’était dans un concours de BD, et ça m’a rapporté mille dollars.  Les trois autres fois, c’était le fait du hasard. J’ai juste constaté par la suite que ça entrait dans cette situation.

Et si je recommençais?  Et si j’appliquais de nouveau ce principe délibérément.  Non pas pour gagner un concours, mais pour améliorer ma carrière et mes finances?

Tout d’abord, petit récapitulatif de mon ascension récente dans le domaine de l’emploi.  Elle se divise en cinq situations :

  1. Il y a huit ans, j’étais artiste et auteur à mon compte et sans emploi.
  2. Il y a sept ans, j’ai commencé au bas de l’échelle en allant faire du ménage dans un garage de bus.
  3. Il y a six ans, cette expérience m’a permis de décrocher un emploi comme concierge résident.
  4. Il y a quatre ans, cette expérience m’a permis de décrocher un emploi comme surintendant.
  5. Il y a deux ans, cette expérience m’a permis de décrocher un travail de bureau pour une grande firme, emploi que j’occupe depuis.

En regardant cette liste, je constate une chose :  La seule raison pour laquelle j’ai passé du 4 au 5, c’est à cause qu’une vilaine chute dans un escalier verglacé m’a fendu une vertèbre, m’interdisant le travail manuel.

Si ça n’avait pas été du fait que j’ai été obligé d’évoluer, j’aurais passé le reste de ma vie comme ça, à vivre modestement d’un travail manuel qui me rapportait de quoi vivre sans avoir à me plaindre, mais sans plus.   Autrement dit, je ne me croyais pas capable de faire mieux.  Dans ma tête, j’avais atteint le sommet de mon potentiel.

Et pourtant, me voilà, depuis presque deux ans, avec un travail assis, à faire du support technique informatique, en gagnant assez pour me permettre de vivre dans un 5½, ne manquer de rien, et faire des placements avec mon excédent.  Le genre de travail et de salaire que je ne m’imaginais pas réussir à obtenir un jour.  Mon échelon supérieur à vie.

Et je réalise soudain que là encore, je n’ai jamais cherché à faire mieux.  Parce que là encore, j’ai l’impression d’avoir atteint mon sommet. J’ai beau vivre une situation qui fait de moi un winner, je constate que je continue d’avoir cette mentalité de loser.  Celle qui démontre que dans le fond, je n’ai pas vraiment confiance en moi, ni en mes capacités.  Il est vrai que les vieilles habitudes ont la vie dure, surtout lorsqu’elles sont mauvaises.  C’est comme l’alcoolisme.  Quand on a ça, on est condamné à devoir faire attention pour le reste de notre vie.  Sinon, sans s’en rendre compte, on y glisse de nouveau.

Eh bien là, ça fait deux ans que je glisse.  Il est temps que je recommence à monter.

Si je suis pour changer de carrière et devoir encore déménager, aussi bien que ça en vaille la peine.  J’ai fait quelques recherches, et j’ai trouvé quelques boulots qui paient de une fois et demi à plus du double de mon salaire actuel.  Je veux dire, tant qu’à ambitionner, let’s go all the way!

Je n’ai pas tout à fait les qualifications demandées.  Mais bon, pourquoi est-ce que je me laisserais arrêter par ça?  Je n’avais pas non plus celles requises pour passer d’artiste à concierge.  Ni pour passer de concierge à surintendant.  Ni pour passer de surintendant à support technique pour une grande firme.  Pourtant, j’y suis arrivé.  Et à chaque fois, je les ai acquises, ces qualifications.

Si je décide à la place des employeurs que je n’ai pas ce qu’il faut pour avoir le travail, alors en effet, je ne l’aurai pas.  Mais ce n’est pas à moi de décider ça.  C’est à eux!

Si j’ose.
Si je fais application.
Si je réécris le même genre de lettre de présentation, originale sans être ridicule, qui m’a aidé à obtenir mon emploi actuel.
Si j’applique ma technique des derniers qui finissent les premiers.
Si j’attends la date de tombée avant d’envoyer ma candidature.
Si j’ai le charme de la nouveauté.
Si mon CV et ma lettre de présentation sont toutes fraîches dans leur mémoire quand viendra le temps de faire un choix.

Ça ne garantit pas que je vais réussir. Mais au moins, ça va me mettre parmi les candidats en tête de course.

Qu’est-ce que j’ai à perdre? Rien!  Ce n’est pas du gambling.  Il n’y a aucun risque d’impliqué.  Si je n’y arrive pas, alors rien ne changera dans ma vie.  J’aurai toujours mon boulot actuel, avec mon salaire actuel, à vivre dans mon appartement actuel.  Mais si je réussis, alors là, je pourrai vivre le même train de vie qui était naturel chez mes baby-boomers de parents, même dans la classe pauvre : Maison, terrain, véhicule.

Afin de ne pas me faire torpiller, je ne dirai évidemment pas ici de quoi il s’agit, ni le poste, ni l’employeur.  J’ai vu trop de gens imprudent s’auto-saboter de cette façon, en vendant la peau de l’ours publiquement.  De toute façon, si ça ne marche pas avec cet employeur-là, eh bien j’essaierai ailleurs, voilà tout.  Et je vais recommencer, tant et aussi longtemps que ça ne fonctionnera pas.

De tous les billets que j’ai écrit durant les onze ans d’existence de ce blog, voici en quoi celui-ci se distingue de la majorité.  C’est l’un des rares où le sujet principal n’est pas une réussite de mon passé, mais bien l’effort que je mets actuellement pour une réussite future.  Une que je pourrais aussi bien ne jamais atteindre.  Mais bon, si tout ce que je risque est mon orgueil, je peux vivre avec ça.

Est-ce que j’ai de l’ambition ou est-ce que j’ambitionne?  Une seule chose saura répondre à cette question, et c’est si je réussis ou non.

(À suivre)

Parfois, c’est juste la faute des autres.

Il y a deux ans, j’écrivais un long statut sur Facebook que je comptais recycler en billet de blog.  Je l’ai ensuite oublié.  Puis, il m’est revenu il y a quelques jours, grâce à leur fonction Vos souvenirs / On this day.  Voici donc la chose dans son intégralité:

Steve Requin
19 août 2016 
Voilà un an que je n’ai plus de dossier judiciaire, certificat de la GRC à l’appui. Également, voilà un an que, depuis la fin de mon dernier contrat à long terme, je suis en chômage.  Cependant, je ne chôme pas (si je puis dire) puisque je me cherche du travail, faisant de 8 à 14 applications par semaine via la page d’Emploi Québec.

Tout ce que j’ai trouvé en un an, ce furent deux jobs temporaires, pour remplacer des travailleurs absents pour vacances. Au moins, la dernière m’a rapporté une belle lettre de recommandation vantant mes mérites.

N’empêche que jamais je n’ai eu autant de difficulté à me trouver un emploi. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai dit à parents et amis: « Ben voyons donc! Quand j’avais un dossier judiciaire et presque pas d’expérience, ça me prenait maximum trois semaines pour trouver un emploi. Maintenant que j’ai full d’expérience et un dossier clean, personne ne veut m’embaucher?  Ça n’a aucun sens! »

Mon père n’a jamais aimé la femme rude qui fut mon patron du 21 septembre 2012 au 21 septembre 2014 .  Aussi, il m’a dit: « Ça doit être c’te (mot d’église) de vieille sacoche-là qui t’mets des bâtons dins roues. À’ t’a jamais apprécié malgré toutte c’que t’as faite pour elle, la vieille (mot d’église). » Mon père a toujours été prompt à soupçonner n’importe qui pour n’importe quoi, alors je m’y attendais de sa part. Mais bon, ce n’est pas ça qui va expliquer mon problème, et encore moins le régler.

Il y a deux semaines, le jour-même où je terminais mon contrat de cinq semaines à la clinique, on m’offre du travail. Un vieux couple italien sont propriétaires d’un édifice à logements et se cherchent un concierge. Ils ont reçu mon CV. La Signora m’appelle. En fait, elle m’appelle « Stéphane Gauthier », ce qui n’est pas du tout mon nom de famille. Je le lui dis. Elle vérifie auprès de son mari, et en effet, son mari lui avait dit d’appeler un autre Stéphane, c’est juste qu’elle a mélangé nos CV.

Et c’est là que son ton change. La Signora me dit, d’une voix sévère et méprisante que les gens comme moi, ça ne se trouve pas de travail. Je lui ai demandé de s’expliquer. Elle me dit que son mari a appelé mes anciens patrons. Et que celle pour qui j’ai travaillé en 2012-2014 lui a dit que j’étais un employé incompétent, pas fiable, paresseux, sans-coeur… Totalement le contraire de l’homme dépeint dans la lettre de recommandation que j’ai eue de la clinique à mon départ.

Je n’en revenais pas. Je ne sais pas ce qui m’a donné le plus grand choc. Le fait que, depuis un an, cette mégère ment à mon sujet dans le but de saboter mes chances de me trouver un emploi auprès de tous ceux à qui j’ai soumis ma candidature. Ou bien le fait que, pour une fois, malgré le fait que son jugement était hâtif et irréfléchi, mon père avait raison.

J’ai réécris mon CV. J’ai enlevé cet emploi. Je suis retourné sur Emploi-Québec. J’ai fait 10 applications avec ce nouveau CV.

… Et à ce jour, j’ai reçu 7 retours d’appels sur ces 10.

SEPT!
EN UNE SEMAINE!!!

La morale de cette histoire: Je sais bien qu’il ne faut pas voir nos problèmes comme étant toujours de la faute des autres. Et en effet, toute personne responsable commence par chercher en soi la source du problème, afin de faire en sorte d’y remédier. N’empêche que ouais, parfois, ça peut vraiment être de la faute des autres.

__________
Rien à rajouter, sinon que j’ai été chanceux sur deux points.  Tout d’abord, que la Signora se trompe de CV.  Et ensuite qu’elle ait possédé le genre de personnalité condescendante qui la pousse à faire la leçon aux autres, ce qui fit qu’elle n’était que trop heureuse de me rapporter les paroles de mon ex-patronne.  Sans ça, qui sait, je serais peut-être encore à me rechercher un emploi aujourd’hui, et à me demander (en vain) qu’est-ce qui ne va pas chez moi.

Et après ça, on dira encore que deux négatifs ne font pas un positif.  Comme quoi la vie n’est pas une équation mathématique.

 

Le jour où tout a basculé (4 de 4)

Mardi 15 mai 2018.  Trois mois, jour pour jour, après la chute dans l’escalier qui m’a rompu une vertèbre et qui m’a mis en arrêt de travail, m’empêchant de reprendre mon boulot de concierge.   

Le téléphone sonne.  Je réponds.  C’est La Firme. L’enquête judiciaire et de crédit est revenue. Tout est Ok.

Je suis embauché. 

Je commence lundi le 28.  À leur nouvelle succursale à Sherbrooke.  J’ai donc moins de deux semaines pour me trouver un appartement et déménager. En attendant, on m’explique tout ce que ça implique, d’être à leur emploi:

  • Trois semaines de formation, payée.
  • Un salaire concurrentiel.  Et en effet, jamais n’ai-je gagné autant.
  • Régime d’assurances collectives.
  • Remboursement de 50 à 80% sur certains frais médicaux, tels (dans mon cas personnel) soins dentaires, prothèses dentaires et orthèses.
  • Régime d’achats d’actions à 3% prélevé de mon salaire, auquel La Firme nous donne un autre 3% en bonus.
  • Prime salariale de déplacement, de 4%.
  • Si j’accepte de travailler de soir ou de nuit, la prime de quart est de 10% de mon salaire.
  • Frais de déménagements remboursés.
  • 50% de rabais sur tout abonnement à un gym de la chaîne Nautilus.
  • Club social et autres activités propres à renforcer les liens entre collègues et patrons.
  • Et ce qui n’est pas négligeable, tel que décrit dans les dépliants, le coût de la vie à Sherbrooke est bien moins élevé qu’à Montréal.

On m’a ensuite envoyé mon contrat de travail par courriel.  Je l’ai lu, approuvé, signé et renvoyé.  J’ai reçu un accusé de réception.

Voilà!  Je suis maintenant officiellement un employé de La Firme.  Mon titre est conseiller, mon poste est technicien au centre d’assistance. Et puisque là-bas, tout est à faire, tout est à apprendre, toutes les portes me seront ouvertes pour peu que je montre mon envie de travailler, ma volonté d’apprendre, et mon désir de grimper les échelons. 

Et ceci marque la fin d’une longue (et triste) époque.
Dans deux mois, j’aurai 50 ans.  Là-dessus, de mes 24 à 48 ans, soit la moitié de ma vie à ce moment-là, j’ai vu la majorité de mes revenus se faire détourner en rapport à mes enfants et à leur mère.  Depuis que la cadette a atteint ses 18 ans il y a deux ans, je ne dois plus rien à personne. Aujourd’hui, à la veille de mes 50 ans, je peux enfin envisager une vie professionnelle fructueuse et prospère.  Je peux enfin commencer ma vie d’adulte avec les revenus d’un adulte.

Pendant de trop longues années, je déplorais le fait que mes responsabilités parentales, et une ex trop hargneuse qui a toujours préféré me détruire que de nous construire, sabotait tous les efforts que je mettais pour me tirer de la merde.  À ce moment-là, on m’a accusé de jouer les pauvres victimes, de préférer blâmer les autres pour mes échecs, de tenter de trouver des excuses à ma lâcheté et ma stupidité, de faire dans la victimisation.  Ah, et n’oublions pas le qualificatif de misogyne, bien sûr, puisqu’en parlant de ce problème, je parlais négativement au sujet d’une femme.

Il y a sept ans, j’étais un dessinateur qui vivait misérablement, car je ne savais rien faire d’autre.  Sans expérience, j’ai commencé tout en bas de l’échelle en faisant du ménage dans un garage de bus.  

Il y a six ans, grâce à cette expérience, je devenais concierge résident dans un édifice à appartements.  

Il y a quatre ans, grâce à cette expérience, je devenais concierge résident dans une tour à condos de luxe.  

Il y a deux ans, grâce à cette expérience, je devenais surintendant dans une manufacture de portes et fenêtres.  

Aujourd’hui, grâce à cette expérience, me voilà employé de bureau pour une grande firme.

C’est terminé pour moi, la vie misérable.  C’est terminé pour moi, le travail manuel. 

En sept ans, j’ai démontré que j’avais raison d’affirmer que, lorsque personne ne se met en travers de ma route, je suis capable de partir de rien pour grimper peu à peu l’échelle sociale.  En sept ans, j’ai réussi à passer de loser misérable à succès prospère.

Le jour où tout a basculé.
Durant ces sept dernières années, le travail manuel m’a sorti de la misère, m’a permis de bien gagner ma vie.  Depuis trois mois, ma vertèbre brisée m’interdit tout travail manuel.  
J’aurais pu voir cet accident comme étant un signe indéniable comme quoi le destin ne cherche qu’à saboter ma vie.  J’aurais pu voir ça comme une raison de baisser les bras.  De me résigner à mon triste sort.

J’ai refusé!

J’ai choisi de voir ça comme un signe comme quoi il était temps que je passe à autre chose.  Non pas juste à autre chose, mais à quelque chose de niveau supérieur. 

Et aujourd’hui, trois mois plus tard, ce que j’ai choisi de voir, j’ai réussi à en faire une réalité.

Sans cet accident dans cet escalier verglacé, je me serais contenté de travailler dur et de continuer de vivre humblement.  Ce jour-là, il n’y a pas que moi qui a basculé.  Ça a été le reste de ma vie, et ce de façon positive.  C’est que lorsque l’on arrive à saisir les opportunités, quand on y met de l’effort et de la détermination, on peut faire en sorte que la vie bascule du bon côté.

On peut déplorer mon manque de modestie.  Peu m’importe!  Ça a été un long et dur parcours.  Je n’ai jamais baissé les bras.  Je me suis rendu là où je suis par mes propres moyens.  J’ai légitimement gagné le droit d’en être fier.

Et je compte bien continuer d’y mettre des efforts, de continuer à apprendre, et de toujours monter plus haut.

Le jour où tout a basculé. (3 de 4)

Je me présente à l’Hotel Delta le mercredi prévu, à midi trente.  Je monte au 3e étage et je me retrouve dans une grande salle d’attente.  Il y a peut-être trente personnes qui sont là, assis sur les chaises, les fauteuils, aux tables.  Et malgré leur nombre, la place n’est occupée qu’au tiers de sa capacité. 

Au bout de la pièce, il y a de grandes portes ouvertes qui amènent dans une autre salle.  Devant ces portes se tient un monsieur en complet-cravate.  Il tient un rouleau de ticket.  Je vais le voir.  Il me donne le billet numéro 128479 en m’expliquant la procédure:

« Assoyez-vous, on va vous appeler par les deux derniers chiffres. »

À peine suis-je assis que je l’entends appeler le 51. Techniquement, ça signifie qu’il y a vingt-huit personnes avant moi.  Cependant, il y a une raison pourquoi je me suis présenté ici à midi trente et non à 13:00 tel que je l’avais originalement planifié.  C’est que comme je m’en doutais, beaucoup de candidats à cet emploi ont déjà un travail, et ils profitent de leur heure de dîner pour venir ici.  Et comme je l’ai prévu, ceux-là finissent par se rendre compte qu’ils n’auront jamais le temps de passer en entrevue avant de devoir retourner au boulot.  Aussi, dans les minutes qui suivent, j’en vois une douzaine qui abandonnent et qui repartent.  C’est autant de gens qui me laissent leur place dans la queue. 

Pour une autre raison, bien m’en pris de m’être présenté plus tôt.  Dans la demie-heure qui a suivie, plus de cinquante personnes sont arrivées après moi, dont un groupe de vingt-six par bus. C’est devant tout ça que j’aurais eu à patienter, si je n’avais pas stratégiquement choisi mon heure d’arrivée.

À 13:00 pile, le portier interpelle le 79, mon ticket.

« Alors vous allez entrer dans cette pièce et vous asseoir à cette table, passer au triage. »

ÉTAPE 1: Le triage.

Il s’agit d’une longue table où sont assises six employées de La Firme, face à cinq candidats.  Je prends place sur la chaise libre.  Une employée m’accueille.

« Bonjour monsieur!  Première chose: Êtes-vous au courant qu’aujourd’hui, le seul poste que nous offrons, c’est pour notre centre d’appel? »
« Oui, c’est pour ça que je suis ici. »

« Très bien!  Avez-vous apporté votre CV? »
« Oui! Voici mon CV, ma lettre de présentation, et une lettre de recommandation d’un ancien employeur. »
« Ah! Vous êtes venus préparé, vous.  Parfait! »

Elle regarde mon CV et commence à le lire.  Je lui vois un air interrogateur au visage.  J’en devine la cause.  Aussi, je lui dis:

« Eh bien oui, je suis un concierge qui veut réorienter sa carrière comme employé de bureau pour une grande firme. »
« Ok! Wow! C’est original.  Qu’est-ce que vous avez comme qualifications? »

« Eh bien, en tant que concierge résident, dès que le bureau de l’administration ferme, les appels sont transférés sur mon cellulaire.  Dès que j’ai un appel, je dois ouvrir un billet sur l’ordinateur pour l’inscrire.  Si je peux régler le problème, je le fais, sinon j’escalade un niveau plus haut, en contactant un professionnel mieux qualifié.  Ensuite, une fois le problème réglé, je dois remplir mon rapport.  Je rappelle le client pour vérifier si tout est Ok, avant de fermer le billet et le classer dans les dossiers réglés.  Je pense que c’est exactement la job d’un centre d’appel? »
« En effet! »
« Eh bien voilà! À ma job, je suis le helpdesk à moi tout seul. »

La madame prend un document.  Elle y écrit mon nom, le joint à mon CV et mes autres paperasses, puis elle se lève.

« Très bien monsieur.  Suivez-moi, je vous amène à l’étape suivante. »

YES! J’ai passé.

ÉTAPE 2: Le test de connaissances. 

Elle me conduit dans la grande salle.  Celle-ci est divisée en trois sections: Les chaises pour l’attente, les tables avec ordis pour les tests, et enfin les bureaux individuels des recruteurs.  Elle donne mes documents à une collègue et me fais asseoir en me disant d’attendre que l’on m’appelle.

Dix minutes plus tard, j’entends mon nom.  Je me lève et me dirige vers celle qui m’a appelé.  Elle m’amène à une table de test.  Elle entre mon nom et un numéro de code sur l’écran, avant de me refiler le clavier.

« Oui, alors vous avez ici dix questions.  Répondez à celles que vous pouvez au meilleur de vos connaissances.  Vous avez vingt minutes. »

Alors je commence.  

Un client vous appelle parce que sa souris ne fonctionne pas.  Écrivez trois questions que vous lui poseriez.

Pas besoin d’avoir de l’expérience en helpdesk pour y répondre, à celle-là:

  • Est-ce une souris avec ou sans fil?
  • Si elle est sans fil, avez-vous essayé de changer la pile?
  • Si elle est avec fil, pouvez-vous vérifier si elle est bien branchée?
  • Si elle l’est, pouvez-vous essayer de la brancher dans une autre prise? 

Et oups, ça fait quatre questions/réponses.  Pas grave, passons aux suivantes.  Certaines questions sont de connaissances générales de base en informatique.  D’autres demandent une certaine logique.  Je crois que je me débrouille pas si mal pour y répondre.

Rendu à la question 9, eh bien, une chance que l’on a un choix entre quatre réponses, parce que les termes utilisés sont un peu trop techniques pour moi:

Lorsque l’on a un problème avec la fonction PING, de quoi s’agit-il?

La première des quatre réponses proposées est:

L’ordinateur ne reçoit aucun écho en provenance du URL recherché.

Le mot écho en éveille un dans ma mémoire.  Voyez-vous, j’ai toujours été un lecteur de comic books.  Et l’un des personnages, Daredevil, expliquait dans sa toute première aventure qu’il a découvert qu’il avait un sens radar.  Et voyez comment la chose est illustrée:

 
Et après ça, on dira que la BD abrutit le cerveau.

Je choisis donc cette réponse.  Arrive la dixième et dernière question:

Pourquoi avez-vos choisi cette réponse à la question précédente?

M’ouais! Je ne peux tout de même pas leur dire que j’ai lu ça dans un comic de Daredevil.  Aussi, j’écris:

Mon grand-père était Capitaine dans l’armée.  Je sais que PING est le terme utilisé pour décrire un écho sur les radars et les sonars.

Je ne mens pas!   Oui, Pépé était Capitaine dans l’armée à Terre-Neuve en 1939-46.  Et oui, grâce à Daredevil, je sais que PING est le terme utilisé pour décrire un écho sur les radars et (probablement) les sonars.  Je n’ai jamais prétendu qu’il y avait un lien entre les deux phrases de ma réponse. 

Mon test terminé, je retourne m’asseoir dans la section d’attente.  Une quinzaine de minutes plus tard, une autre dame m’appelle.

« Bon! Vous avez passé le test avec succès.  Suivez-moi. je vous amène au bureau de Monsieur Painchaud, l’un de nos recruteurs. »

OUAIS! Une autre étape réussie.  Et maintenant:

ÉTAPE 3: L’entrevue.

La dame m’amène dans la section de la salle où il y a huit bureaux de recruteurs dispersés.  Elle me fait asseoir devant un bureau désert. 

« Nous sommes désolés pour l’attente.  Monsieur Painchaud a eu à aller répondre à un appel d’urgence.  Il sera à vous dans quelques minutes. »

Ce contretemps peut sembler anodin.  Moi, j’y vois une opportunité pour mieux me préparer à ce qui s’en vient.  Pour ce faire, je porte attention à mon environnement.  

Je jette un oeil sur la pile de dépliants sur le bureau.  J’en prends un.  J’y vois que La Firme se prépare à ouvrir une nouvelle branche dans la ville de Sherbrooke, et ils recherchent activement des candidats pour y combler des postes.  Je m’explique mieux cette soudaine foire d’emploi.  Le dépliant prend bien la peine de donner des chiffres démontrant que la vie sherbrookoise est beaucoup plus économique que la vie montréalaise, comparant le prix moyen des loyers, des maisons et des condos.  Tout pour nous encourager à immigrer, quoi. 

En reposant le dépliant, je porte mon attention sur les bureaux des recruteurs voisins.  J’écoute les questions qu’ils posent aux candidats.

« Si vous étiez chef de votre département, quelles sont les qualités que vous rechercheriez chez vos employés? »

« Vous faites partie d’une l’équipe qui doit gérer des dossiers confidentiels.  Vous constatez que votre chef de bureau utilise l’accès aux comptes pour y soutirer des renseignements qui ne le concerne pas.  Comment réagissez-vous? »

« Une employée vous accuse de harcèlement au travail.  Quels seraient, selon vous, les raisons qui pourraient la pousser à affirme ceci? »

Oh là!  C’est heavy, ces questions-là.   Je dois vraiment m’attendre à tout.  Tandis que je me prépare mentalement à répondre adéquatement à celles-là, voilà Monsieur Painchaud qui arrive, tout en jetant un oeil sur mes paperasses.  Il s’assoit et me serre la main, joyeux, tout sourires.

« Alors Monsieur Johnson.  Bonjour!  Alors c’est vous, ça, le concierge qui veut travailler dans un bureau? » 

Eh bien!  Je vois que mon petit numéro d’entrée a eu l’effet escompté: Me faire remarquer, et attiser leur curiosité.  J’enchaîne avec ma présentation soigneusement préparée:

« Ben oui!  Je suis tombé dans un escalier verglacé le 15 février dernier, et je me suis fracturé une vertèbre, juste entre les omoplates. »
« Ouch! »

« Ça oui!  Ironiquement, puisque la position assise est la plus confortable pour moi, si j’avais eu un travail de bureau, j’aurais pu retourner travailler le lendemain.  Malheureusement, la conciergerie, c’est très physique.  Alors je suis en arrêt de travail depuis ce temps-là.  J’ai droit au chômage de congé de maladie jusqu’à la mi-juin.  Mais là, après deux mois et demi sans travailler, je commence à devenir un peu dingo. »
« Ha! Ha! Je vous comprends! »
« Alors c’est ça!  Quand j’ai su que vous recrutiez des candidats pour votre centre d’appel, je me suis dit qu’il serait temps de réorienter ma carrière. »

Et je lui répète la comparaison entre mon travail de concierge résident avec celui d’un centre d’appel, telle que je l’ai déjà récitée au triage.  Il a l’air satisfait.  Il prend son questionnaire et me dit:

« Premièrement, êtes-vous bilingue? »
« Well, my last name is
« Johnson », so yeah, I think I might be. »
« Ok! Fa que
« Stéphane », c’est pour votre côté québécois, pis « Johnson » c’est pour votre côté anglais? Ha! Ha! »

Quand le recruteur rit de bon coeur, c’est bon signe.  Il poursuit: 

« Alors j’ai ici une liste de dix mises en situations. À chaque question, vous allez me répondre en anglais… »

Mais je vais continuer en français ici pour vous faciliter la lecture.

« Dans la majorité des cas, il n’y a pas vraiment de bonnes ou de mauvaises réponses.  C’est surtout une évaluation de la personnalité, afin de pouvoir vous classer dans le département qui vous convient le mieux. »
« D’accord! »
« Alors première mise en situation:  Un client appelle, vous avez réussi à régler son problème, mais voilà qu’il commence à vous raconter sa fin de semaine.  Que faites vous? »
« Je l’interromps pour lui dire: « Ah, euh, excusez-moi!  Avant que je ferme votre billet, est-ce qu’il y a autre chose à régler, ou bien je peux le fermer? Tout est beau? Alors merci d’avoir fait appel à La Firme.  Bonne journée. »
« Très bien.  Vous avez un client en ligne, et tous vos collègues au niveau supérieur sont occupés.  Que faites-vous? »

La première chose qui me vient en tête est, évidemment, de dire au client de patienter, et de le mettre en attente.  Mais voilà, j’ai l’impression que c’est une question piège.  À voir le genre de questions que j’ai lu et entendu jusqu’à maintenant, pourquoi est-ce qu’il m’en poserait une dont la réponse est aussi simple, aussi évidente?  Ça, ça voudrait dire que c’est plus qu’une question; c’est un test!  

Je ne dois jamais oublier que les grandes compagnies ne veulent pas d’un simple employé qui se contente de faire son travail sans plus.  Ce qui les intéresse, c’est des gens qui ont de l’initiative, qui en font plus que demandé. Aussi:

 » Je vais lui poser des questions, lui demander de me donner le plus de détails possible au sujet de son problème, et moi je prends des notes.  Comme ça, dès qu’un collègue se libère, je le contacte et lui refile mes notes, avant de lui demander si c’est Ok que je lui transfère le client. »

Le recruteur pose sa feuille de questions sur la table et parle de nouveau en français.

« Bon!  Je serais supposé vous faire passer à travers les dix questions.  Mais je pense que j’en ai assez vu.  Depuis le début, j’ai un très bon feeling.  Pas besoin d’aller plus loin. »

Me voilà très agréablement surpris par cette déclaration.

« Ok! Wow! Euh! Merci! Je dois vous avouer que je suis surpris.  Étant concierge, je n’étais pas sûr de trouver ma place ici. »
« Vous savez, ce n’est pas ça que l’on regarde en premier.  Je vous vois aller.  Vous êtes dynamique, vous vous exprimez bien, clairement, dans les deux langues.  Vous avez une excellente attitude.  Et surtout, dès la première minute, on le voit bien, que vous voulez travailler.  C’est ça que La Firme recherche.  Aujourd’hui j’ai vu défiler du monde avec dix ans d’expérience, et même des cadres. Je n’ai pas été impressionné. »

Je pense que je suis en train de me faire embaucher.  Aussi, je lui demande:

« Cool! Alors c’est quoi, la suite? »
« Côté salaire, à quoi est-ce que vous vous attendez? »

J’ai bien fait mes devoirs. 

« Ce matin, avant de partir de chez moi, je suis allé jeter un oeil à la section emploi de votre page web.  J’y ai vu que le salaire d’entrée pour un technicien en centre d’appel est de  [Censuré puisque divulguer son salaire est un tabou social]  Donc je m’attends à ça. »

Sans hésiter, il l’inscrit sur les documents.  Il a une dernière question pour moi.

« Est-ce que vous seriez prêt à déménager? »
« Vous voulez dire, aller à Sherbrooke? »

« Oui! »

Je n’ai pas besoin de plus d’une seconde et demie de réflexion avant d’y répondre.  Il est vrai qu’avec Flavie qui part en Europe pour deux ans…  Et puis, une nouvelle branche qui ouvre?  Des places à prendre?  Les possibilités de prendre de l’avancement et de cimenter ma position sont beaucoup plus accessible là-bas, plutôt qu’ici où ils ont déjà tout leur personnel aux échelons supérieurs.  

« Bah, pourquoi pas?  Je suis célibataire, mes enfants sont tous adultes et partis de la maison, tous à Québec, La Malbaie en Ontario et bientôt en Belgique, ce qui fait que je ne les vois déjà pas anyway.  Quant à ma job en conciergerie, je ne peux plus la faire.  Il n’y a plus rien qui me retient ici.  Alors si c’est là-bas que vous avez besoin de moi, ça me va! »

Il me serre la main. 

« Alors toutes mes félicitations.  Vous êtes l’un des rares aujourd’hui que je ne renvoie pas chez lui en lui disant qu’on le rappellera si on à un poste pour lui.  Vous allez passer tout de suite aux ressources humaines.  Allez vous asseoir à côté de la porte, là-bas.  Une représentante va vous faire signer un document qui nous autorise à faire une enquête de crédit et judiciaire à votre sujet. »

OMG! Je me suis rendu à … 

L’ÉTAPE 4: L’inscription aux ressources humaines.

La dame des ressources humaines m’invite à la suivre elle me serre la main, joyeuse et tout sourires.

« Alors Monsieur Johnson.  Bonjour!  Alors c’est vous, ça, le concierge qui veut travailler dans un bureau? » 

Je vois que j’ai vraiment bien fait de me présenter comme tel.  Alors elle me félicite de m’être rendu jusque-là, rajoutant que jusqu’à maintenant il y a en moyenne un candidat d’embauché sur soixante.  Ça explique pourquoi, dans cette grande pièce, il n’y a qu’un seul bureau, et nous y sommes seuls. 

Bon, techniquement, je ne suis pas encore embauché car ils doivent d’abord faire une enquête de sécurité.  Mais de ce côté-là, je n’ai rien à craindre.  Autant côté crédit que judiciaire, je sais que mon dossier est impeccable.  Aussi bien dire que je suis pratiquement dans la place.

À CONCLURE

Le jour où tout a basculé. (2 de 4)

Avant de continuer, laissez-moi vous raconter un peu mon parcours professionnel.  

Au printemps de 2011, j’ai décidé que j’en avais un peu assez de la vie d’illustrateur dans laquelle il faut toujours s’offrir de manière non-sollicitée, courir après les contrats, ensuite courir pour se faire payer. 

Sans avoir de qualifications, j’ai choisi de commencer en bas de l’échelle: Faire du ménage.  Je suis allé travailler dans un garage de bus. Bon salaire.  Horaire en constants changements.  Beaucoup de remplacements à faire pour cause d’absentéisme. Peu de jours de congés.

Un an et demi plus tard, mon expérience m’a permis de demander, et d’obtenir, un travail de concierge résident dans un édifice de 24 étages.  Là, j’ai eu une formation de base en menuiserie, plomberie et électricité.  Une fin de semaine de congé sur deux, l’autre je suis de garde en cas de pépins.  Une semaine sur deux, je dois rester chez moi après mes heures de travail, de garde 24 h pour les mêmes raisons.  Bon salaire, mais je travaille bien plus pour l’avoir.

Deux autres années plus tard, l’expérience acquise ici m’a m’a permise de demander, et d’obtenir, un travail de surintendant résident dans une tour à condos de luxe de 32 étages à l’Île-des-Soeurs. Cependant, les conditions de travail étaient abusives.  Je devais faire le travail de trois personnes, 24/7, n’avais de congé que le mardi et mercredi de 8:00 à 17:00 seulement, et mon seul vrai jour de congé fut Noël.  Tout ça pour un assez bon salaire, mais si on le divisait par mes heures de travail, je gagnais bien en dessous du salaire minimum.  Aussi, je n’ai pas demandé à ce que mon premier contrat de six mois se renouvelle. 

Je suis donc allé demander, et obtenir, un travail de surintendant dans une manufacture de portes et fenêtres.  Le salaire est un peu moins bon que celui de mon emploi précédent.  Cependant, j’ai un horaire fixe de 40 heures/semaine,  de 7am à 3:30 pm, du lundi au vendredi.  Aucun temps supplémentaire à faire, aucun remplacement.  Enfin, un horaire normal cinq jours semaine, et bien payé.  L’idéal.

Comme je crois l’avoir déjà souligné dans un ancien billet, lorsque tu traverses une mauvaise passe dans ta carrière et tes finances, il y a toujours des gens qui vont te mépriser, en t’accusant de créer toi-même tes propres problèmes et de faire dans la victimisation de soi, t’accusant d’être juste trop lâche pour faire les efforts requis pour améliorer ton sort.  Et le problème avec ces gens, c’est que quand tu prouves le contraire, quand tu montres que tu fais des efforts et que ces efforts portent fruit, alors ça les dérange.  Ça les dérange parce que ça montre à tous qu’ils se trompaient à ton sujet.  À ce moment-là, ils prennent ça comme un affront personnel de ta part, et ils essayent de te saboter, pour te garder dans ta merde, et pour pouvoir continuer de faire semblant d’avoir raison à ton sujet.

C’est exactement ce que j’ai vécu, en passant de sans-emploi habitant un taudis-esque demi sous-sol à Ville-Émard, à surintendant chef d’équipe travaillant et habitant un condo de luxe de l’Île-des-Soeurs, en l’espace de trois ans et demi.  M’en étant vanté sur ce blog et sur mon Facebook, mes patrons et l’administration ont reçu une lettre anonyme racontant les pires choses à mon sujet.  Mais voilà, de un, cette lettre n’avait aucune preuve de ce qu’elle avançait.  Et de deux, mon CV, mon expérience, mes références, toutes étaient positives.  Aussi, l’administration a juste ri en me remettant cette lettre, en me disant que mon succès ne semblait pas plaire à tout le monde.

Aussi, c’est pour cette raison que, lorsque je parle de mon employeur actuel, je n’ai jamais donné son nom, autre que « une manufacture de portes et fenêtres ».   Pour la même raison, lorsque je parlerai d’un certain employeur dans les billets de blog de cette série, je n’en dévoilerai pas le nom.  Je vais seulement dire « La Firme ».  Aussi, tous les noms des endroits concernés, rues, édifices, ville, etc, seront modifiés.

Et maintenant, la suite de Le jour où tout a basculé.

Les premières semaines de convalescence furent pénible.  Douleur constante.  Médicaments et anti-douleurs qui me causaient des problèmes gastriques.  Visites au CLSC aux deux semaines pour prolonger mon congé auprès de mon employeur et du chômage.  Tests à l’hôpital, pour me faire injecter un liquide légèrement radioactif pour un long scan et rayon-X complet.  Bonne chose que, grâce à l’auto de ma fille en voyage, j’étais mobile.  Mais toute bonne chose a une fin.  Au bout de cinq semaines, elle revient de Belgique et reprend son véhicule.  Je deviens donc totalement dépendant de mes parents pour mes déplacements.   

Sans vraiment pouvoir sortir, je trouve à m’occuper.  Je continue et termine mon album de BD.  Flavie partage son Netflix, ce qui me permet de découvrir Friends vingt ans plus tard. Les semaines passent et je prends peu à peu du mieux.  Lentement.  Trop lentement.  Ce qui me semblait d’abord comme étant un congé payé devient de plus en plus pénible pour mon moral.  Plus le temps passe et plus je me sens inutile.  

Au bout de six semaines, la douleur cesse d’être constante.  À huit semaines, je me risque à faire une épicerie.  Transporter les sacs ramène la douleur, que je subis ensuite pendant trois jours. 

À la onzième semaine, je dois me faire une raison.  Il ne me reste plus qu’un mois de chômage.  Je doute que j’aille le temps de redevenir apte au travail d’ici à ce temps-là.  Si je reprends le boulot et que je fais une rechute d’avoir trop forcé trop tôt, that’s it, c’est fini!  Plus de travail, plus de chômage, plus de revenus, plus rien.  Et avec Flavie qui part en Europe pour deux ans à la fin de l’été, et mes parents qui vivent dans un HLM pour retraités, je n’aurai plus nulle-part où aller.  Il ne me restera plus qu’à devenir itinérant.

… Ou, avant d’en arriver là, à trouver un travail de bureau.

Je mets mon CV à jour.  Sur Google, je passe mes journées à chercher des noms de grandes compagnies et de firmes établies à Montréal.  Je vais sur leurs pages web et je consulte leurs offres d’emplois.  Plusieurs ont une mailing list.  Je m’y abonne.  Je ne vois que très peu de postes pour lesquels je suis qualifié.  Je m’y essaye tout de même.  Beaucoup ont un centre d’appel, un service d’aide à la clientèle.  C’est le genre de poste qui demande peu ou pas d’expérience.  Mais d’un autre côté, en général, un centre d’appel, c’est qualifié comme étant entry level, c’est à dire que c’est bon pour avoir un pied dans la place en attendant qu’un poste plus haut placé se libère.  Et ça, ça signifie qu’il faut avoir de l’expérience dans le domaine d’expertise de la dite compagnie.  J’y envoie mon CV à tout hasard.  Mais je me doute bien qu’aux ressources humaines, ils vont juste le regarder, voir que j’ai cinq ans d’expérience en conciergerie, et juste le foutre à la corbeille.

Puis, un jour, je reçois un courriel de la part d’une firme de qui je me suis abonné.  Ils annoncent, pour la semaine suivante, une foire de recrutement.  Ça va se passer un mercredi dans une grande salle de l’Hôtel Delta, de 11:00 à 19:00.  Voilà qui me donnera l’opportunité de rencontrer quelqu’un et de me faire valoir, plutôt que de juste me faire rejeter sur mon CV de concierge. 

Je dois me préparer adéquatement.  Premièrement, il me faut des habits propres.  Inutile de payer entre 150$ et 400$ pour un travail que je n’aurai peut-être pas.  Je vais au Village des Valeurs, et je ressors de là avec une chemise grise et un pantalon noir, le tout pour 28$.  Je ressors du placard mes petits souliers de cuir que je n’ai pas porté depuis trois ans.  Je ne pousse pas la chose à y rajouter une cravate.  Si elle est obligatoire à l’emploi, je la porterai si je suis embauché.  Sinon, pour une entrevue, je risque de donner l’impression que j’essaye trop fort.

Avec mon CV, je joins une lettre de présentation.  Parce que, au nombre de gens qu’ils vont voir, je dois faire en sorte qu’ils se souviennent de moi. 

Je n’ai plus d’imprimante, mais la bibliothèque municipale offre le service d’impression.  Pour 1.50$, j’y imprime ces six feuilles.  Je joins une photocopie de la lettre de recommandation que m’a faite un ancien employeur très satisfait de mes services.

Et surtout, je réfléchis sur la meilleure heure pour m’y rendre.  L’heure où on passe, ça peut paraître anodin.  Mais au contraire, l’art de choisir le bon moment de la journée est  une manoeuvre extrèmement stratégique. Voici pourquoi:

  • Je décide d’éviter l’heure d’ouverture, alors que les recruteurs n’ont pas encore pris le pouls de la foule.  Par conséquent, ils auraient du mal à remarquer ceux qui vont s’en démarquer. 
  • J’évite également l’heure du dîner, où tous les candidats qui ont déjà un emploi vont essayer d’en profiter, en pensant bêtement qu’une heure va leur suffire pour se rendre jusqu’à un représentant des ressources humaines. 
  • Je dois éviter d’y aller après 15:00, alors que les recruteurs vont commencer à être blasés de voir défiler un candidat après l’autre. 
  • Et surtout pas après 16:00, lorsque les gens déjà employés ailleurs vont arriver en masse. 

Aussi, je choisis 13:00.  À cette heure-là, les recruteurs viennent de dîner, ont eu une pause, sont rafraîchis, et ont une bonne idée des candidats dans leur ensemble. 

Pour terminer, je prépare mentalement mon discours de présentation.  Quelque chose d’amusant, mais pas ridicule.  Quelque chose de juste assez original pour que l’on se souvienne de moi, mais pas en tant que personne qui manque de crédibilité.

À SUIVRE

Le jour où tout a basculé. (1 de 4)

Jeudi 15 février 2018, 06 :30 am. 
Hier, ma fille ainée est partie en Belgique pour un voyage de cinq semaines.  Elle m’a laissé son auto.

Je m’apprête à sortir de chez moi pour aller travailler.  Je mets mon manteau d’hiver.  D’habitude, je mets mon sac à dos, qui contient mon lunch, mes gants, du linge de rechange et plusieurs cahiers de notes.  Mais  ce matin, je m’en vais prendre place sur un siège de conducteur, alors je garde mon sac à la main.

Je sors dans le corridor commun.  Je verrouille la porte.  Je descends les marches.  Puis, je sors dehors.  Je pose un pied sur la première marche. 

Au moment où je lève l’autre pied, je glisse sur la fine couche de verglas invisible qui recouvre l’escalier. Mon corps bascule.  Mon dos percute le coin de la marche du haut avec tellement de violence que je me fracture la 5e vertèbre, juste entre les omoplates.

Tandis que mon corps couché glisse les huit marches, je suis envahi d’une douleur telle que je n’ai jamais vécu avant.  Je constate avec horreur que je ne respire plus.  Ma poitrine, ma cage thoracique, mes poumons, refusent de bouger. 

Je sais très bien que sans respirer, j’en ai pour quelques secondes avant que le manque d’oxygène me fasse perdre conscience.  Aussi, arrivé en bas des marches, d’un suprême effort qui ne fait qu’amplifier ma douleur, je me redresse sur les genoux.  Mon hurlement de douleur n’est qu’interne, car aucun son ne sort de ma gorge. Je me laisse tomber sur le côté, sur le  banc de neige molle.  Envahi par la nausée, je tourne mon visage vers le bas, la bouche ouverte, histoire de ne pas mourir étouffé si jamais je vomis pendant que je suis inconscient. 

Couché là, paralysé par la douleur, l’inconscience que j’appréhendais n’arrive pas.  Je recommence à respirer par petits coups.  La nausée s’estompe.  La douleur reste.  J’entends des pas pressés qui se rapprochent.  C’est un passant qui m’a vu tomber.  Il s’adresse à moi :

« Êtes-vous correct?  Attendez, j’vais vous aider à vous relever. »

Je panique!  La dernière chose que je veux, c’est que ma blessure s’aggrave parce qu’une personne bien intentionnée me déplace alors que je dois rester immobile.  Toujours incapable de parler, je lui fais violemment signe que non de mon bras libre.  Il n’insiste pas.  

J’essaye de parler.  D’une voix faible, cependant audible, j’arrive à lui dire que non, je préfère rester ici, attendre que la douleur passe, avant de tenter de me relever.  Je vais même lui dire que je ne crois pas m’être brisé quoi que ce soit, j’ai juste besoin de quelques minutes pour que le mal passe.  Il insiste un peu, mais je le rassure qu’il peut me laisser là.  S’il y a de quoi, j’ai mon cellulaire de travail sur moi, je peux appeler ma colocataire, l’ambulance, peu importe, ça va aller.  Il me quitte, non sans me souhaiter bonne chance.

Je reste là, immobile, cinq à dix minutes, tandis que la douleur diminue peu à peu. Je repense à ce qui vient de se passer.  À comment ça s’est passé.  À pourquoi ça s’est passé. Point par point.

  • En cette saison, il fait encore nuit à cette heure-ci. 
  • Il n’y a aucun lampadaire en face de chez moi. 
  • Cette nuit, il a légèrement verglacé. 
  • Un verglas que je ne pouvais pas voir, étant donné qu’il fait nuit et qu’il n’y a aucun lampadaire.
  • D’habitude, je tiens la rampe d’escalier, ce qui m’aurait empêché de tomber.  Mais cette fois ma main tenait mon sac. 
  • D’habitude, je porte mon sac bien rembourré à mon dos, ce qui aurait protégé mes vertèbres.  Mais cette fois je l’avais à la main.
  • Ces deux derniers points, c’est parce que j’avais l’auto de ma fille.

C’est la combinaison de ces sept circonstances, dont quatre inhabituelles, qui se sont enlignées à la perfection de manière à rendre cet accident aussi imprévisible qu’inévitable.  

J’essaye de me redresser, mais la douleur devient trop intense.  J’ai besoin d’aide.  Je prends le cellulaire et j’appelle Flavie qui, chez nous, dans sa chambre dort.  Au bout de quatre sonneries, je tombe sur sa boite vocale.  Je rappelle plusieurs fois.  Même scénario.  Elle ne se réveille pas. 

Sans autre choix, je me redresse péniblement sous une douleur terrible.  Je prends mon sac à dos et je grimpe précautionneusement les marches verglacées, à quatre pattes, tout en tenant fermement la rampe.  J’entre chez moi.  Je vais au salon et je m’étends péniblement sur le fauteuil.  J’y reste durant une vingtaine de minutes.  Réalisant que malgré le temps qui passe, la douleur ne diminue pas, j’appelle au travail, pour leur signaler mon absence.  La première en un an et demi de travail là.  Je passe la journée couché.

Ce n’est que le lendemain, alors que je suis de nouveau assez fort pour me déplacer, que je me rends à l’hôpital.  Vu ma blessure, je passe en priorité et tout se fait très vite.  Et c’est là que les rayons X montrent la gravité de mon état.  Vertèbre T5 fracturée.  Un coup à paralyser un homme, à le rendre paraplégique pour le restant de ses jours.  Moi qui bénéficie d’une si forte densité osseuse que mon poids dépasse de 20 à 25 lbs quiconque ayant un physique similaire au mien, moi qui croyais mon squelette incassable puisque je ne me suis jamais brisé un seul os de ma vie, ça m’a donné un choc.

Et en même temps, c’est probablement grâce à cette densité osseuse exceptionnelle que je m’en tirerai, après quelques mois de convalescence, sans la moindre séquelle.

Si j’avais eu un travail de bureau, j’aurais pu recommencer à travailler le lundi suivant.  Mais je suis concierge.  Un travail très physique.  Je dois donc cesser le boulot, jusqu’à ce que je m’en remette.  Or, m’en remettre, ça peut prendre de trois à six mois.  Peut-être même huit. 

Voilà qui risque de me poser un problème financier.  Ce n’est pas un accident de travail, donc pas de CSST.  De plus, je n’ai pas d’assurance collective au boulot.  On m’explique alors que, pour peu que j’amène un papier du médecin, je peux demander du chômage de congé de maladie. 

Au bureau du chômage, on me dit que l’on va me verser l’équivalent de 51% de mon salaire actuel.  Et avec mes contributions passées au régime d’assurance chômage, j’ai droit à quinze semaines, soit trois mois et trois semaines. 

Bon! Voyons les choses du bon côté.

  • Je suis économe, alors 51% de mon salaire, + l’apport de Flavie pour la moitié des dépenses, ça va garder mes finances stables.
  • Je me demandais justement si j’arriverais à terminer mon album de BD à temps pour le Festival de BD de Québec qui se tient la première semaine d’avril.   Sans travailler, voilà qui règle la question.
  • Surtout que, constates-je, la position assise est ce qui est de plus confortable pour moi. Alors pour ce qui est de dessiner, tout est Ok.
  • Avoir été bien portant, je n’aurais pu être au Festival de BD que la fin de semaine. Maintenant, je peux y être les cinq jours.
  • On ne se le cachera pas, plus de trois mois et demi de congé payé, ça se prend bien, quand même.
  • Dont les cinq premières semaines en possession d’un véhicule, celui de ma fille.

Si ce n’était de la douleur terrible et omniprésente que même les antidouleurs n’arrivent pas à tout à fait maitriser, ce serait parfait.

Enfin, « parfait », c’est un bien grand mot.  Quand, à 49 ans, on a besoin de nos parents pour faire l’épicerie car on ne peut même plus soulever un sac d’emplettes.  Ou quand on est obligé de laisser toutes les tâches du ménage à notre coloc car on ne peut même plus manœuvrer un balai ou faire la vaisselle…  Disons que c’est difficile pour l’orgueil.

Et ce n’est pas tout.  Terminé, le jogging.  Fini, le gym.  Et ce pour au moins un an.  Moi qui travaille fort depuis un an et demi de manière à être dans ma meilleure forme physique pour mes 50 ans qui arriveront en juillet, c’est un peu dur sur le moral.

Mais bon, tout ce qui ne me tue pas ne fait que me rendre plus déterminé à rattraper le coup par la suite.  Il faut juste que je prenne mon mal en patience. 

D’abord, m’en remettre.  Ensuite, m’y remettre.

À SUIVRE

12 raisons pour ne pas occuper trop longtemps un emploi en bas de l’échelle.

Il y a dix-huit ans, en 1999, je travaillais au centre d’appel du service à la clientèle pour Air Canada.  À une époque où le salaire minimum au Québec était $6.90, j’y gagnais $14.00 de l’heure.  C’était un bon moment pour songer à faire des investissements.

Me voici donc à la banque, au bureau de mon conseiller financier.  Après m’avoir posé quelques questions au sujet de mon travail, mon revenu et mes dépenses, celui-ci me demande combien je veux placer par mois.  Je lui donne le montant, qui était le maximum que je pouvais y mettre à ce moment-là.  Celui-ci me répond alors quelque chose je ne m’attendais vraiment pas: « Je vous le déconseille, parce que vous ne garderez pas votre travail longtemps.« 

J’étais choqué.  J’étais insulté.  Moi qui étais fier de lui avoir raconté que, dix ans plus tôt, je travaillais à laver de la vaisselle au resto Le Commensal, travail que j’ai continué tout en retournant aux études, avant de décrocher cet emploi où j’ai commencé à $10.00 de l’heure, et que j’occupe toujours ce poste deux ans plus tard à $14.00.  Moi qui me suis fait un point à lui montrer que je suis travaillant, sérieux, avec la débrouillardise pour m’élever d’un minable travail manuel au salaire minimum à un travail de bureau qui me rapporte plus du double.  Qu’est-ce que c’est, que ces préjugés totalement gratuits à mon égard, comme quoi je serais incapable de garder ma place? Ses insinuations étaient insultantes et injustifiées.  

Il a alors précisé sa pensée en ces termes: « Vous savez, le marché de l’emploi, ce n’est plus comme dans le temps de nos parents.  Eux autres, pouvaient passer toute leur vie au même travail et c’était normal.  Dans ce temps-là, les employés autant que les patrons recherchaient surtout la stabilité, la loyauté.  Ou bien tu restais toujours à la même position, ou bien tu grimpais l’échelle, mais toujours au même endroit.  Mon père a commencé à l’âge de quinze ans à balayer le plancher à la Banque Royale du Canada.  Après ça, la banque lui a donné la formation pour devenir caissier.  Ensuite il est devenu leur comptable.  Vingt ans plus tard, il était gérant, une position qu’il a occupé jusqu’à sa retraite. »

Son histoire était crédible.  Moi-même, ma mère a décroché un travail de caissière à la Banque Canadienne Nationale à l’âge de dix-neuf ans ans, en finissant l’école, malgré le fait qu’elle avait redoublé deux ou trois années.  Et à elle aussi on lui avait éventuellement offert une promotion avec de plus grandes responsabilités.  Par manque de confiance en elle-même, et parce qu’elle ressentait de la sécurité dans son travail routinier, elle a décliné.  Ils l’ont donc laissée à son poste, qu’elle a gardé jusqu’à ce qu’elle se marie et fonde une famille, comme il était coutume à l’époque.     

« Mais de nos jours, ça ne se passe plus comme ça.  Pour chaque position, quand on n’a pas les études, oublie ça, rien à faire pour grimper les échelons.  Soyons francs, téléphoniste, dans une grosse compagnie comme Air Canada, c’est un poste en bas de l’échelle.  Les gens qui y sont engagés, c’est généralement pour avoir un pied dans la place, en attendant que le poste qu’ils convoitent se libère.  Un poste plus haut placé, pour lequel ils sont diplômés. »

Le reste de son explication, ainsi que ce que j’ai pu moi-même observer depuis, lui a donné raison.  Depuis les années 90, non seulement la stabilité n’est plus une qualité recherchée dans le milieu de travail, c’est même un handicap.  Surtout si c’est pour occuper le genre de poste qui entre dans la catégorie Premier travail d’une personne sans expérience.  c’est à dire téléphoniste, plongeur dans un resto, caissière dans un supermarché, et plusieurs autres petite boulots du genre.  Et non seulement est-ce un handicap de carrière, c’en est un social et moral.  Voici les douze raisons:

RAISON 1: Tu es la seule personne stable dans un environnement créé pour être instable.
C’est fou comment, sans pour autant le penser consciemment, on a toujours l’impression que notre nouvel environnement de travail a toujours été le statu quo de la place. Tu es embauché.  Tu apprends à connaitre tes collègues de travail.  Vous vous entendez bien.  Pour toi, ceci est l’univers stable où tu vas passer le reste de tes jours.  Puis, un collègue part occuper de plus hautes fonctions.  Arrive donc le petit nouveau, que tu perçois comme étant l’ovni de la place.  Et étrangement, tu n’es pas vraiment porté à développer d’affinités avec celui-là.  Mais bien vite, tu constates que, un à un, tes premiers collègues font places à de nouveaux.  Un an plus tard, il ne reste plus personne du temps où tu as été embauché.  Tu te sens encore comme le petit nouveau, mais c’est toi qui est l’ancien.  C’est toi, maintenant, l’ovni de la place, car… 

RAISON 2: Tu as de moins en moins d’affinités avec tes collègues.
Au début, le courant passe toujours avec les nouveaux.  Mais après cinq ans sur le marché du travail, le temps a assez passé pour que tu sois totalement décroché des modes, expressions et tendances actuelles que suivent les jeunes qui sortent de l’école.  Ils ont maintenant plus d’affinités entre eux qu’avec toi.  Ce qui fait que plus le temps passe, et plus c’est toi, le vieux con que l’on met de côté.

RAISON 3: Plus tu prends de l’ancienneté, plus ça engendre le mépris.
Normal: De quoi est-ce que ça a l’air, de passer sa vie au bas de l’échelle, à occuper le genre de poste qu’un étudiant occupe  -et quitte-  avant ses vingt ans?  On se fait donc coller l’étiquette de « Pas capable de trouver mieux que ça. »  On a beau se défendre en répliquant « Moi, au moins, je travaille! », cet argument confirme que ta position est tout juste au-dessus des chômeurs, des BS, des parasites et des sans-abris.  Autrement dit, au plus bas du marché du travail, ce qui porte les gens à te juger.  Et même quand ils sont positifs envers toi, c’est encore pire car…  

RAISON 4: Même les encouragements sont décourageants.
Il y a des gens pleins de bonnes intentions, qui vont justement te dire ça:  « Bah, au moins, tu travailles, hein!?  C’est l’important! »   Ils veulent juste t’encourager.  Malheureusement, en disant ça, ils expriment justement le fait qu’à leurs yeux, occuper un tel emploi, c’est quelque chose considéré comme étant décourageant.  C’est suffisant pour donner des complexes.  Et voilà pourquoi… 

RAISON 5: La clientèle fidèle te déprime.
Une cliente régulière a quinze ans, est à l’école secondaire, est célibataire, habite chez ses parents.  Tu as vingt ans, caissière, célibataire, habite seule dans un 3½.
Dix ans plus tard, cette même cliente régulière a vingt-cinq ans, est à l’université et habite un 3½ avec son chum. Tu as trente ans, caissière, célibataire, habite seule dans un 3½.
Encore dix ans plus tard, cette même cliente régulière a trente-cinq ans, est partenaire senior dans un important bureau d’avocats et habite sa propre maison avec son mari et ses deux enfants. Tu as quarante ans, caissière, célibataire, habite seule dans un 3½.
Par conséquent…

RAISON 6: Tu n’as pas l’impression d’évoluer.
C’est un constat qui peut être très déprimant.  Heureusement, ton salaire évolue, lui.  Car plus longtemps tu travailles au même endroit, plus tu accumules les augmentations.  C’est la loi.  Et c’est justement ça le problème suivant, car…

RAISON 7: Tu finis par coûter trop cher.
Admettons qu’une caissière de supermarché occupe ce poste pendant vingt ans.  En 1997, le salaire était $6.80. Tout dépendant de ton employeur, tu as droit à 50¢ d’augmentation à tous les 6 ou 12 mois.  Faisons donc la moyenne, et disons que notre caissière a eu droit à 75¢ annuellement.  Au bout de vingt ans, ça fait $15.00, qui se rajoute à son salaire initial de $6.80, pour un total de $21.80 de l’heure.  Ça représente plus du double du salaire minimum actuel qui est $10.75.  Ça en fait donc l’employée la mieux payée de la place, tout de suite après le gérant (possiblement même au-dessus du gérant), alors qu’elle occupe pourtant le poste le plus en bas de l’échelle.  Et à cause de ça…

RAISON 8: Ta simple présence dérange tout le monde.
Plus tu travailles longtemps à un endroit, plus il est difficile de garder le secret sur ton salaire.  Surtout s’il est aussi élevé pour un poste si bas.  C’est le genre de chose qui choque le gérant et/ou son comptable, qui en parle à un collègue, qui le répète à d’autres, et c’est ainsi que chaque nouvel employé apprends tôt ou tard que tu gagnes si cher pour faire si peu.  Dans le cas d’une caissière dans un marché d’alimentation, ça t’apportes le ressentiment du boulanger, du boucher, des emballeurs, des étalagistes, des concierges, et bien évidemment des autres caissières qui prennent mal que tu puisses gagner double salaire pour travail égal.  Par conséquent, tout le monde te déteste.  Incluant le gérant qui sait très bien que, pour ce qu’il te paye, il pourrait embaucher deux nouvelles, plus jeunes et plus jolies, qui feront aussi bien que toi après une ou deux semaines d’entrainement.   Ce qui n’aide pas ton cas, c’est que souvent, l’ancienneté te pousse à avoir des comportements qui dérangent.  Par exemple: …

RAISON 9: Tu développes une familiarité qui engendre de mauvaises habitudes.
Parfois, le fait d’occuper un poste depuis très longtemps, ça nous porte à agir comme si la place nous appartenait, et on se permet des gestes et des paroles qui ne sont pas appropriés.  Par exemple, l’été dernier, j’ai eu un contrat temporaire dans une clinique de physiothérapie où je remplaçais les concierges employés permanents pendant leurs semaines de vacances.  Durant mes cinq semaines à cet emploi, 80% du staff et des clients m’ont parlé contre l’un des concierges, qui occupait ce poste depuis dix-neuf ans.  Depuis le temps, non seulement connait-il tout le monde, docteurs autant que patients, il est celui qui a le plus d’ancienneté dans la bâtisse.  Aussi, il se permet de cinq à dix pauses-cigarettes par jour, ce qui représente entre une heure et une heure et demie à être payé sans travailler, il se mêle de toutes les conversations entre réceptionnistes, docteurs et patients, et il va même jusqu’à ouvrir le rideau pour entrer dans les isoloirs pour aller jaser avec les patients pendant leur séance de physio.  Totalement sans-gêne, le gars.  Voilà pourquoi, depuis le début de l’année, il avait reçu deux avertissements de la part de la direction, précisant qu’à la troisième offense, il serait renvoyé.   Bref…

RAISON 10: On cherche la première excuse valable pour te congédier.
Vous vous souvenez de cette caissière de Provigo qui a été congédiée pour avoir dit à un client qu’un fromage était en spécial au Wal Mart? Ça faisait dix-huit ans qu’elle occupait ce poste.  Il y a aussi celle-ci, qui a été congédiée du Mc Donald’s, après avoir payé de sa poche le repas de pompiers qui venaient de combattre un incendie. Mère de deux enfants, qui occupait deux emplois, elle n’avait pas le profil typique d’une caissière de McDo.

Il est vrai que c’est le genre de travail où, si on veut être accepté lorsque l’on n’entre pas dans les critères, il faut s’en démarquer de manière extrême.  Comme madame Go Gwek Eng qui, à 92 ans, est la plus vieille employée de Mc Donald’s au monde.  Juste pour ça, elle est assurée d’occuper cet emploi tout en étant respectée jusqu’à la fin de ses jours.

Ceci dit, quand je parle de première excuse valable pour se débarrasser de toi, j’ai un excellent exemple: Je ne sais pas si ça existe en Europe, mais ici au Québec, il y a des dépliants publicitaires gratuits qui sont accrochés aux boites à lettres, dans un sac en plastique.  Ça s’appelle un Publisac.  En général, ils traînent là, sans que personne ne les ouvre, et se retrouvent aux poubelles ou au recyclage lors du passage suivant du camion de ces derniers.  Bref, c’est plus dérangeant qu’utile.  C’est dire à quel point ça n’a aucune valeur aux yeux des gens.  La raison pourquoi j’en parle?  Parce que j’ai connu une femme dont la familiarité au travail la poussait à faire de plus en plus de commentaires chiants à ses collègues.  La direction a donc sauté à pieds joints sur la première excuse pour s’en débarrasser: Avoir volé un Publisac.  Sûr, c’est une excuse ridicule.  Mais techniquement, le Publisac n’avait pas été livré chez elle, donc techniquement il ne lui appartenait pas, donc techniquement c’était un vol, donc techniquement ça en faisait une excuse valable pour s’en débarrasser.

Et à la lumière de tout ceci, tu constates que… 

RAISON 11:  Plus grand est ton passé, plus angoissant est ton présent, car plus incertain est ton avenir.
Résumons la situation: Tu occupes un travail que n’importe qui pourrait faire, tu gagnes trop cher au goût de tous, tu n’as rien en commun avec tes collègues, tu es méprisé, mis de côté, tu déranges, et tu dois sans cesse marcher sur des oeufs car, pour toutes ces raisons, tu sais trop bien que l’on cherche la moindre excuse pour te congédier.  Tu vis donc dans une angoisse constante, dans un environnement à atmosphère négative.  Et il faut que tu l’endures.  Tu n’as pas le choix, car…

RAISON 12: Il te serait impossible de retrouver un tel emploi, et encore moins à tel salaire.
Trop vieux, payé trop cher, et n’a que ce travail-là à mettre dans son CV.  Quel employeur voudrait de ça?  Et bonne chance pour avoir du chômage si la raison du congédiement donnée par l’employeur tombe dans l’une des catégories qui n’y donnent pas droit.  Et même là, les chèques de chômage ne sont pas éternels.

Et même si, exceptionnellement, on arrive à garder notre poste en évitant tous ces problèmes avec nos collègues et patrons…  Vous en connaissez beaucoup, des commerces qui arrivent à exister pendant plus de vingt ans?  C’est sûr qu’il y en a.  Mais tôt ou tard, parmi ceux qui prennent la place des anciens à la présidence, il y en aura un qui n’aura pas le talent de son prédécesseur pour garder la compagnie prospère.  Ou pire encore: Oui, il l’a…  Mais le marché change, et le produit et service n’a plus sa place, et la compagnie finit par fermer.   

Et c’est ainsi que, pour avoir eu la fierté d’être une personne stable, on se peinture dans un coin, s’écrasant de plus en plus dans le mur du fond du cul-de-sac de notre emploi.  Jusqu’à ce que quelque chose cède: le mur, ou nous.

C’est bien beau d’avoir de vieilles valeurs, telles la stabilité en emploi.  Mais si ces valeurs sont qualifiées de vieilles, c’est généralement parce qu’elles n’ont plus leur place à notre époque moderne où, ce qui était hier décrié comme étant instabilité, est aujourd’hui louangé comme étant évolution

Opportunité d’insulter, ou opportunité d’affaires.

Il y a quelques jours, j’ai reçu sur Facebook la proposition suivante:

Cette proposition me rappelait de bien mauvais souvenirs, comme le démontre cet extrait de mon billet Les 12 malédictions de l’Halloween, alors que j’étais le sujet d’un reportage.

L’émission est tournée dans un bar sur St-Denis. En attendant que tout soit prêt, je jase avec quelques personnes présentes. C’est là que j’en apprends une bonne: À cause de la loi qui interdit de filmer les gens sans leur accord, tous les clients du bar sont des figurants fournis par une agence de casting. Et non seulement ils mangent et boivent gratos, ils sont payés pour être là. Alors entre les figurants payés à ne rien foutre, et l’équipe de Canal D qui sont évidemment tous salariés, je suis le seul à recevoir zéro dollar et zéro sou pour ma participation, malgré le fait que sans moi il n’y aurait pas de reportage, donc aucune raison pour eux d’être ici, et encore moins d’être payés.

Je pense inutile de préciser que je ne voulais pas revivre cette injuste situation.

L’an dernier, j’ai écrit un billet intitulé Être artiste professionnel, sauf en attitude.  Dans celui-ci, je raconte qu’il n’est pas rare que l’on se fasse proposer de travailler gratuitement, ce qui est d’autant plus désagréable, quand on sait que le fruit de notre travail est destiné à amener des revenus à notre employeur potentiel.  Je déplorais également que la première option qui vient en tête à beaucoup de mes collègues, c’est de répondre avec sarcasme, mépris, insulte, pour conclure avec un refus catégorique. 

Surtout que beaucoup d’entre eux mettent ensuite en ligne une reproduction de la discussion, histoire de bien salir publiquement la réputation de l’employeur potentiel.  Aussi, j’avais conclu ce billet en disant ceci:  

Mais quand on est un artiste qui vit d’accumulations de ce genre de petits contrats, on ne peut pas se permettre d’agir de façon à se fermer des portes.  Si, comme lui, le Huffington Post m’avait proposé de reproduire un de mes billets de blog, je leur aurais envoyé mes tarifs. Comme ça, plus tard, s’ils avaient vraiment voulu de mes textes, ils m’auraient recontactés pour négocier une entente de paiement.  Pareil pour le restaurateur qui se cherche un photographe.   Normal, puisqu’à leurs yeux je serais « celui qui accepte sous certaines conditions » et non pas « celui qui lui a dit NON, qui l’a insulté et qui tente de l’humilier publiquement en salissant sa réputation. »

Pratiquant ce que je prêche, voici quelle fut ma réponse à Urbania :

C’est normal d’être à l’affût de toute arnaque et de se méfier au début.  Cependant, on ne peut pas mettre tout le monde dans le même panier.  La personne d’Urbania qui m’a fait cette proposition ne me connait pas.  Elle m’a donc proposée une entrevue, comme si j’étais un citoyen non-auteur.  Elle ne sait pas que je suis capable d’écrire moi-même ce texte.  Elle n’a aucune idée que je charge pour mes textes, mes dessins, mes photos.  Comment aurait-elle pu le savoir avant que je lui dise?  

Ils m’ont fait une proposition.  Je leur ai fait une contre-proposition.  L’Échange fut professionnel et courtois.  Après trente minutes, voici quelle fut leur réponse:

Et voilà!  Plutôt que d’accepter la première proposition pour ensuite chialer que tout le monde a été payé sauf moi alors que sans moi il n’y aurait pas eu d’article, plutôt que de les insulter et m’assurer de me fermer des portes, j’ai transformé cette proposition inacceptable en opportunité d’être publié, d’être payé, et de me faire un bon nom dans le milieu.

Dans le milieu du journalisme, je parle.  Parce que dans le milieu de la conciergerie, je ne suis pas sûr si ça aura le même effet, avec le gif animé qu’ils ont choisi pour me représenter:

_____
Y’A LIENS LÀ:

Urbania.ca
Mon article sur Urbania.  Puisqu’il s’agit d’un article sponsorisé, le défi était de terminer mon texte de façon à le mettre en rapport avec une publicité pour un site de recherche de logements.  Je pense m’en être bien tiré.

Joignez le groupe Facebook des lecteurs de Mes Prétentions de Sagesse.

L’influence de la personnalité sur les relations et conditions de travail.

Bienvenue aux étudiants en Science de Gestion du Lycée Léonard de Vinci.  Le document qui suit présente l’analyse d’une situation professionnelle où différentes réponses fournies à l’employeur modifie sa perception de l’employé.

Il y a trois moments dans la vie où l’on montre sa véritable personnalité:

  • Lorsque enfant, alors que l’on n’a pas encore assimilé les règles de vie en société.
  • Sous l’influence de l’alcool, puisque l’alcool diminue les inhibitions et la retenue.
  • En situation conflictuelle, car rien ne vaut une situation aussi injuste que désagréable pour faire ressortir notre vrai visage.

Dans ce dernier cas, la façon dont ont réagit face à un conflit en milieu de travail aura une influence sur nos relations et conditions de travail. Par exemple :

LA SITUATION : Un concierge travaille dans un édifice à logements. Il est presque à court de sacs poubelle. Il le signale à son patron, puisque c’est ce dernier qui s’occupe de les commander. Le patron, ayant beaucoup de choses à penser dans son travail d’administrateur de building, oublie.

Quelques jours plus tard, au matin, pénurie de sacs. Impossible de faire la tournée des poubelles. Le patron n’étant pas encore arrivé, le concierge remet les poubelles à plus tard et passe à la suite de son travail. Quelques heures plus tard, le patron arrive et, faisant sa ronde matinale, constate que les poubelles n’ont pas été changées. Le patron a horreur de l’incompétence et est prompt à se fâcher.  Alors de voir que la première tâche du matin n’est pas faite, ça le met en rogne.

L’ACTION : Le patron convoque son employé et lui dit sèchement que les poubelles ont besoin d’être changées, première chose au matin, et que l’incompétence n’est pas tolérée ici.

À partir d’ici, le concierge peut avoir huit différentes réactions.

RÉACTION 1, la réponse claire : Le concierge dit d’un ton neutre : « Pas d’problème! Dès que je reçois les sacs. » Le patron se rappelle soudain qu’il a oublié d’en acheter. Il dit alors au concierge qu’il s’occupe de voir ce qui ne va pas avec la commande, et le laisse aller continuer son boulot.

Ce que le patron entend : « Pas d’problème! Dès que je reçois les sacs. »

Désormais, son opinion de l’employé est : Un gars qui fait son boulot, rien de plus, rien de moins, pour peu qu’il ait ce dont il a besoin pour le faire.

La conséquence : Le patron commande les sacs, les donne au concierge, celui-ci ramasse les poubelles, voilà, on oublie tout, l’incident est clôt, tout va bien, circulez y’a rien à voir.

RÉACTION 2, la soumission : Le concierge ne dit rien. Il sait très bien que ce n’est pas de sa faute s’il n’a plus de sacs. Il ne sait pas si c’est le patron qui a oublié de faire la commande, ou si celle-ci n’est pas encore arrivée. Mais plutôt que de lui en parler, il se contente de répondre « Oui monsieur! » et repart faire son boulot, sans jamais lui en rappeler la pénurie. Le lendemain le patron constate qu’il y a le double des déchets.  Il explose et demande au concierge pourquoi il n’a toujours pas fait son boulot. Le concierge répond: « Ben, j’attends encore ma commande de sacs. » Le patron réalise qu’il est lui-même la cause du problème, d’avoir oublié de commander les sacs. Il demande au concierge pourquoi il ne lui a pas dit hier. Le concierge lui répond timidement qu’il ne le lui avait pas demandé.

Ce que le patron entend : « Je suis incapable de vous dire ce qui ne va pas dans le travail, alors c’est à vous de penser à tout. Incluant deviner quelles questions me poser, et deviner quand le faire. »

Désormais, son opinion de l’employé est : Un gars qui va faire tout juste ce qu’on lui demande, rien de plus. Techniquement irréprochable, n’empêche que ça signifie qu’on ne peut pas s’y fier en cas de pépin, car il va considérer que tout ce qui est au-delà de sa définition de tâches n’est pas son problème.

La conséquence : Le patron se sent un peu humilié d’avoir insulté l’autre pour sa propre erreur. Mais il considère tout de même que c’était au concierge de le lui rappeler. Il est donc en rogne contre le concierge, qu’il voit désormais comme étant un idiot. Dans le meilleur des cas, ça ne changera rien à ses relations et conditions de travail. Dans le pire des cas, ça peut avoir des conséquences fâcheuses. Tout dépend de la personnalité du patron et à son potentiel de rancune et de mesquinerie. Une chose est certaine, l’employé lui a démontré être du genre à prendre les abus, même ceux non-mérités. Ce comportement n’attire pas le respect, et encore moins les promotions à des postes de pouvoir.

RÉACTION 3, la victimisation passive-agressive : Les choses se passent exactement comme dans la réaction précédente, c’est à dire que le patron engueule l’employé qui ne dit rien.  Mais le lendemain, au moment où le patron demande pourquoi le concierge ne lui a pas dit la veille au sujet des sacs, ce dernier répond avec un air neutre : « Si vous aviez vraiment voulu savoir pourquoi il m’était impossible de ramasser les déchets, vous m’auriez posé la question hier. Mais à ce moment-là, la seule chose qui vous intéressait, c’était de m’engueuler et me traiter d’incompétent. Et puisque ce n’est pas à moi de dire à mon patron comment faire son boulot, je vous ai écouté sans protester. C’est ce que je suis supposé faire, non? »

Ce que le patron entend : « Tu préfères rabaisser les autres sans savoir de quoi tu parles, plutôt que de t’assurer du bon rendement du travail. En plus de ne pas avoir passé la commande des sacs tels que tu étais supposé, donc tu essayes de me blâmer pour ton erreur. Alors, de nous deux, l’incompétent, c’est plutôt toi. Contrairement à moi, qui fait ce qu’il a à faire et respecte les autres. »

Désormais, son opinion de l’employé est : Un passif-agressif qui va faire tout juste ce qu’on lui demande, rien de plus, en attendant chaque occasion de prouver qu’il est le seul de la boite à être compétent, parfait et irréprochable, ce qui est culotté puisqu’il n’est que simple concierge.

La conséquence : Le patron est furieux et en veut à son employé de l’avoir humilié ainsi. Il considère que ce genre d’employé ne mérite ni augmentation ni avancement, et cherchera la première bonne excuse pour le congédier.

RÉACTION 4, les accusations :  L’employé répond alors: « Je vois! Alors c’est comme ça que ça marche, ici? Vous me blâmez moi alors que c’est vous qui n’avez pas passé la commande de sacs? »

Ce que le patron entend : « Vous êtes un salaud qui cherche tellement à harceler ses employés, que vous n’hésitez pas à être malhonnête en créant vous-même le problème, afin de vous donner une excuse pour leur faire des reproches. »

Désormais, son opinion de l’employé est : Un salopard qui cherche à le faire passer pour un être mesquin et abusif, qui aime descendre les autres pour son plaisir personnel.

La conséquence :  Non seulement le patron est-il humilié, il est furieux que cet employé cherche à le dépeindre pire qu’il est. Aucun patron ne peut supporter de se faire humilier de la sorte, surtout par le plus bas employé de la boite.  Aussi, il considère que ce genre d’employé ne mérite ni augmentation ni avancement, et cherchera la première bonne excuse pour le congédier.

RÉACTION 5, la plainte : Le concierge ne dit rien sur le coup.  Mais dès qu’il est sorti du bureau, il raconte à tous ses collègues comment le patron a essayé de le blâmer pour une erreur qu’il a fait lui-même.

Ce que le patron entend : Il entend, via la rumeur qui lui revient aux oreilles, ce que l’employé raconte sur lui.

Désormais, son opinion de l’employé est : Un fauteur de troubles qui cherche à monter tous les employés contre lui.  Un lâche qui préfère parler contre lui dans son dos au lieu de lui dire en face le problème qu’il a avec lui.

La conséquence : Le patron est furieux de voir que cet employé cherche à monter la boite contre lui, et puisque ça met en risque le rendement de la boite, le concierge sera aussitôt congédié.

RÉACTION 6, la colère : Le concierge ne prends pas de se faire blâmer pour l’erreur d’un autre et il ne lui fait pas envoyer dire : « Non mais dis-donc, commence par faire ton propre boulot correctement en les commandant, ces # »/$%?& de sacs. »

Ce que le patron entend : « Ta gueule, pauvre incompétent! »

Désormais, son opinion de l’employé est : Un être brusque, sans manières, impoli.

La conséquence :  Le patron cessera de l’apprécier et risque de lui garder rancune, ce qui va pourrir à coup sûr l’atmosphère de travail.

RÉACTION 7, la confrontation en contre-attaque hautaine : Calmement, le concierge dit  « Bon! » , dépose ce qu’il tient, se tire une chaise et s’assoit face au patron. Puis, posément, d’un air sérieux et paternaliste, il dit :  « D’habitude, quand je passe la commande pour des sacs, ça prend trois jours avant de les recevoir.  Là, tel que supposé, je vous ai signalé la semaine dernière que j’allais bientôt en manquer. Comment se fait-il que je ne les ai pas encore reçus? Est-ce que vous avez passé la commande, tel que je vous l’ai demandé? Non? Je vois!  Comment dites-vous? Pour qui je me prends? Eh bien, je me prends pour un employé qui se fait engueuler et traiter d’incompétent par celui qui a commis l’erreur pour laquelle il se permet de m’insulter. Pourquoi? Est-ce que je devrais me prendre pour autre chose? Non, je ne vous porte pas de jugements, j’essaye juste de comprendre. »

Ce que le patron entend : « Tu es un con, un incompétent, de mauvaise foi, je vaux cent fois mieux que toi, et j’espère que tu as bien appris ta leçon. »

Désormais, son opinion de l’employé est : Un prétentieux qui ne cherche qu’à l’humilier. Un snob à descendre et à écraser. Un loser qui se prend pour meilleur que tout le monde alors qu’il n’est même pas foutu de faire autre chose de sa vie que d’être simple concierge. Une personne à éliminer de son entourage le plus rapidement possible, peu importe comment.

La conséquence : Lorsque la personne devant toi a le pouvoir sur ta réussite ou ton échec, ce n’est jamais une bonne idée de lui montrer qu’elle ne vaut pas mieux que toi. Ou pire encore : Que tu vaux mieux que lui. Surtout pendant qu’il est en train d’encaisser l’humiliation de constater qu’il était dans l’erreur de te blâmer.

RÉACTION 8, la collaboration : Le concierge dit d’un ton intéressé et actif : « Oui, je ne sais pas ce que la compagnie des sacs ont fait de notre commande, mais ils ont l’air de nous avoir oubliés.  Ce serait probablement une bonne idée de les rappeler pour voir ce qui ne va pas.  Vous me direz quand on les auras, que je puisse m’y mettre au plus vite. Merci beaucoup! »

Ce que le patron entend : « J’ai tellement confiance en toi et en ta compétence, que jamais je n’ai pensé que le problème puisse venir de ton bord. Ce sont les autres qui nous posent ce problème. Je suis reconnaissant de ce que vous faites pour moi. Je ne demande qu’à faire mon boulot le mieux possible et je reste dispo pour toute urgence. »

Désormais, son opinion de l’employé est : Un bon employé, un excellent collaborateur, une personne sympathique.

La conséquence : Le patron sait très bien que c’est lui-même qui a commis l’erreur, ici. Aussi, il est heureux de s’en tirer à si bon compte avec son orgueil et sa réputation intacte. Et inconsciemment, puisque cette bonne humeur est associée avec l’image de cet employé, il l’aura toujours en haute estime, surtout s’il continue d’agir ainsi. Et ça, ça attire le respect, la confiance, les avancements, les augmentations et les meilleures conditions de travail.

Il y en a qui, en lisant ceci, se seront reconnus dans l’une des sept premières situations. Ceux-là vont s’en défendre en disant qu’ils ont tout de même eu raison d’agir ainsi, puisque c’est le patron et non l’employé qui est fautif ici.  C’est vrai! En fait, les huit employés ont eu raison d’agir comme ils l’ont fait. Mais là n’est pas la question.

Un patron est un être humain, comme tout le monde, avec les mêmes travers, les mêmes défauts, le même potentiel de faire des erreurs. C’est juste qu’il occupe un poste plus élevé que nous, avec beaucoup plus de responsabilités, de choses à penser, de pression et de stress. Alors d’un côté il a un employé qui est conciliant, responsable, qui lui facilite la tâche, qui épargne son orgueil en l’aidant à corriger son erreur au lieu de l’utiliser pour l’humilier. Bref, un employé qui travaille pour lui et non contre lui. Et de l’autre côté, il en a six qui font le contraire, et un qui est irréprochable mais qui n’apporte rien de plus au boulot que ce qui lui est demandé. Dans de telles conditions, il n’est pas difficile de voir lequel des huit se rend le plus utile, a le plus de potentiel d’attirer le respect, les avancements, les augmentations et les meilleures conditions de travail.

L’harmonie et la réussite au travail, ce n’est pas une question d’avoir raison, surtout quand c’est pour démontrer clairement à la personne qui signe ton chèque de paie que c’est un con. Surtout si c’est vrai. Je n’aime pas citer les proverbes, mais il y a tout de même une raison pourquoi il en existe un qui déconseille de mordre la main qui vous nourrit. Sans pour autant être un lèche-cul, il y a moyen d’établir un respect mutuel entre le patron et l’employé.

Et cette méthode vaut aussi dans n’importe quelle autre relation interpersonnelle.