Le jour où tout a basculé (4 de 4)

Mardi 15 mai 2018.  Trois mois, jour pour jour, après la chute dans l’escalier qui m’a rompu une vertèbre et qui m’a mis en arrêt de travail, m’empêchant de reprendre mon boulot de concierge.   

Le téléphone sonne.  Je réponds.  C’est La Firme. L’enquête judiciaire et de crédit est revenue. Tout est Ok.

Je suis embauché. 

Je commence lundi le 28.  À leur nouvelle succursale à Sherbrooke.  J’ai donc moins de deux semaines pour me trouver un appartement et déménager. En attendant, on m’explique tout ce que ça implique, d’être à leur emploi:

  • Trois semaines de formation, payée.
  • Un salaire concurrentiel.  Et en effet, jamais n’ai-je gagné autant.
  • Régime d’assurances collectives.
  • Remboursement de 50 à 80% sur certains frais médicaux, tels (dans mon cas personnel) soins dentaires, prothèses dentaires et orthèses.
  • Régime d’achats d’actions à 3% prélevé de mon salaire, auquel La Firme nous donne un autre 3% en bonus.
  • Prime salariale de déplacement, de 4%.
  • Si j’accepte de travailler de soir ou de nuit, la prime de quart est de 10% de mon salaire.
  • Frais de déménagements remboursés.
  • 50% de rabais sur tout abonnement à un gym de la chaîne Nautilus.
  • Club social et autres activités propres à renforcer les liens entre collègues et patrons.
  • Et ce qui n’est pas négligeable, tel que décrit dans les dépliants, le coût de la vie à Sherbrooke est bien moins élevé qu’à Montréal.

On m’a ensuite envoyé mon contrat de travail par courriel.  Je l’ai lu, approuvé, signé et renvoyé.  J’ai reçu un accusé de réception.

Voilà!  Je suis maintenant officiellement un employé de La Firme.  Mon titre est conseiller, mon poste est technicien au centre d’assistance. Et puisque là-bas, tout est à faire, tout est à apprendre, toutes les portes me seront ouvertes pour peu que je montre mon envie de travailler, ma volonté d’apprendre, et mon désir de grimper les échelons. 

Et ceci marque la fin d’une longue (et triste) époque.
Dans deux mois, j’aurai 50 ans.  Là-dessus, de mes 24 à 48 ans, soit la moitié de ma vie à ce moment-là, j’ai vu la majorité de mes revenus se faire détourner en rapport à mes enfants et à leur mère.  Depuis que la cadette a atteint ses 18 ans il y a deux ans, je ne dois plus rien à personne. Aujourd’hui, à la veille de mes 50 ans, je peux enfin envisager une vie professionnelle fructueuse et prospère.  Je peux enfin commencer ma vie d’adulte avec les revenus d’un adulte.

Pendant de trop longues années, je déplorais le fait que mes responsabilités parentales, et une ex trop hargneuse qui a toujours préféré me détruire que de nous construire, sabotait tous les efforts que je mettais pour me tirer de la merde.  À ce moment-là, on m’a accusé de jouer les pauvres victimes, de préférer blâmer les autres pour mes échecs, de tenter de trouver des excuses à ma lâcheté et ma stupidité, de faire dans la victimisation.  Ah, et n’oublions pas le qualificatif de misogyne, bien sûr, puisque je parlais négativement au sujet d’une femme.

Il y a sept ans, j’étais un dessinateur qui vivait misérablement, car je ne savais rien faire d’autre.  Sans expérience, j’ai commencé tout en bas de l’échelle en faisant du ménage dans un garage de bus.  

Il y a six ans, grâce à cette expérience, je devenais concierge résident dans un édifice à appartements.  

Il y a quatre ans, grâce à cette expérience, je devenais concierge résident dans une tour à condos de luxe.  

Il y a deux ans, grâce à cette expérience, je devenais surintendant dans une manufacture de portes et fenêtres.  

Aujourd’hui, grâce à cette expérience, me voilà employé de bureau pour une grande firme.

C’est terminé pour moi, la vie misérable.  C’est terminé pour moi, le travail manuel. 

En sept ans, j’ai démontré que j’avais raison d’affirmer que, lorsque personne ne se met en travers de ma route, je suis capable de partir de rien pour grimper peu à peu l’échelle sociale.  En sept ans, j’ai réussi à passer de loser misérable à succès prospère.

Le jour où tout a basculé.
Durant ces sept dernières années, le travail manuel m’a sorti de la misère, m’a permis de bien gagner ma vie.  Depuis trois mois, ma vertèbre brisée m’interdit tout travail manuel.  
J’aurais pu voir cet accident comme étant un signe indéniable comme quoi le destin ne cherche qu’à saboter ma vie.  J’aurais pu voir ça comme une raison de baisser les bras.  De me résigner à mon triste sort.

J’ai refusé!

J’ai choisi de voir ça comme un signe comme quoi il était temps que je passe à autre chose.  Non pas juste à autre chose, mais à quelque chose de niveau supérieur. 

Et aujourd’hui, trois mois plus tard, ce que j’ai choisi de voir, j’ai réussi à en faire une réalité.

Sans cet accident dans cet escalier verglacé, je me serais contenté de travailler dur et de continuer de vivre humblement.  Ce jour-là, il n’y a pas que moi qui a basculé.  Ça a été le reste de ma vie, et ce de façon positive.  C’est que lorsque l’on arrive à saisir les opportunités, quand on y met de l’effort et de la détermination, on peut faire en sorte que la vie bascule du bon côté.

On peut déplorer mon manque de modestie.  Peu m’importe!  Ça a été un long et dur parcours.  Je n’ai jamais baissé les bras.  Je me suis rendu là où je suis par mes propres moyens.  J’ai légitimement gagné le droit d’en être fier.

Et je compte bien continuer d’y mettre des efforts, de continuer à apprendre, et de toujours monter plus haut.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Fait vécu, Recherche d'emploi, Succès et Échec. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s