Préposés aux Maléficiaires, suite et fin

Ce texte est la suite, et la fin, de ces deux billets:
Préposés aux Maléficiaires, 1 de 5: L’embauche et la désillusion.
Préposés aux Maléficiaires, 2 de 5: L’aprentissage et les premiers abus.

Non, il n’y aura pas cinq parties finalement. La raison est simple: J’en ai ras-le-bol de ressasser de vieilles histoires négatives en détaillant à l’excès chaque situation merdique que j’ai pu voir et/ou vivre. Cette histoire est finie, je veux passer à autre chose.

Mais bon, non seulement vous ai-je promis cette histoire, je devais vous révéler comment j’ai pu m’en tirer, afin que tous ceux qui ont vécu la même situation que moi puissent suivre mon exemple pour continuer de travailler dans ce domaine. Alors voilà le compromis: Je vous résume le tout dans les grandes lignes, et on n’en reparle plus. C’est parti :

Résumé de la situation:
Comme bien des gens au Québec, au printemps de 2020, j’ai entendu l’appel du ministre Legault.  Avec la pandémie qui surcharge notre système de santé, ils avaient besoin de former et d’embaucher 10 000 préposés aux bénéficiaires.  Je me suis porté candidat.  J’ai été choisi.  En juin, j’ai commencé la formation de trois mois, que j’ai réussi diplômé.  Le 21 juillet, j’ai commencé mon stage dans un CHSLD.  Le 11 septembre, j’ai été embauché officiellement.  Et après une probation de 45 jours (45 jours de travail, et non 45 jours de suite), je devais devenir employé syndiqué, avec les mêmes droits et protection que tous les autres travailleurs de la santé. Oui, « devais »… Car on m’a congédié au jour 38 de ma probation.
 

Au CHSLD, même si j’ai tout fait pour être le bon petit employé qui collabore, on m’a fait subir des choses inacceptables. Pas besoin que je vous les décrive, il ne se passe pas une semaine sans que des journaux ne rapportent des témoignages de gens qui sont dans la même situation que moi. Et comme eux, dès que j’ai commencé à porter plainte, on m’a foutu dehors. Sur les 16 embauchés de ma classe, j’étais le 8e de parti en 3 mois. Et d’autres se sont fait mettre à la porte après moi.

Jeudi le 29 octobre. Lors de l’entrevue de débauche (Car oui, le mot débaucher est l’antonyme d’embaucher) la directrice du CHSLD m’a expliqué que, après mure réflexion, il est pour elle évident que je n’ai pas ce qu’il faut pour travailler dans ce milieu. Et elle n’a eu aucun scrupule à me dire que si j’essaye de me faire embaucher dans un autre CHSLD, elle irait me descendre aux yeux des futurs employeurs potentiels qui l’appelleraient. Car, me dit-elle, elle « n’aura d’autre choix que de leur dire ce qu’il y a dans mon dossier. » Et en effet, c’est ce qu’elle a fait lorsque je me suis essayé dans un autre centre du système public. J’ai ainsi perdu treize jours à tenter de me recaser, en vain.

Pour me tirer de cette situation, j’ai renoncé au système public pour m’en aller au privé. J’ai googlé et j’ai trouvé un répertoire de tous les centres d’accueils au Québec, classés par régions. Et à tous, on peut faire application via internet. Voici l’adresse, le lien ouvre un nouvel onglet.

emploienresidence.com/region

Avant de commencer à soumettre ma candidature aux employeurs potentiels, j’ai fait deux ajustement afin d’éviter que mon ex-directrice ne sabote ma carrière: De un, j’ai modifié mon CV et ma lettre de présentation. J’ai parlé de ma formation, mais pas de mon emploi au CHSLD. Et de deux, je sais que les employeurs potentiels vont se demander pourquoi je ne suis pas dans un CHSLD, puisque l’emploi était garanti à la fin de la formation. À eux, je dirai: « Quand j’ai voulu m’inscrire au programme de Legault, il était trop tard. Mais puisqu’il restait une place disponible, j’ai quand même décidé de suivre la formation. Et je l’ai terminé diplômé, du moins avec mon attestation d’études professionnelles. » Si la dernière phrase est vraie, la première est fausse. Mais nier l’existence de mon court passage au CHSLD, c’était la seule solution pour pouvoir travailler dans ce domaine dans lequel j’ai les attestations scolaires qui prouvent que je suis qualifié.

Désolé pour tous les bien-pensants qui considèrent que « le mensonge n’est acceptable en aucune circonstances. » Il se trouve que dans un monde de tricheurs, il n’y a que ceux qui suivent les règles qui ne gagnent jamais. Et puis, ce mensonge-là n’est ni dans le but de porter préjudice à autrui, ni dans le but de m’octroyer quelque chose que je ne mérite pas. C’est au contraire pour éviter que ma carrière subisse un préjudice non-mérité.

Mercredi le 11 novembre, j’ai fait 20 applications en ligne, toutes dans des centres privés où logent beaucoup moins de résidents qu’en CHSLD.

Jeudi le 12 novembre, je reçois cinq rappels. J’ai un rendez-vous en personne pour le lendemain. J’ai deux autres entrevues par téléphone. Et j’ai deux autres entrevues virtuelles via Skype. Ces quatre entrevues se terminent toutes avec eux qui me demandent: « Quand seriez-vous prêt à commencer? », ce qui démontre que je correspond parfaitement au profil de l’employé recherché. À tous, je répond « Le 1er décembre. » C’est que j’ai une préférence pour un centre en particulier, celui où je passerai une entrevue en personne le lendemain. Je tiens à voir s’ils vont m’embaucher, avant de dire oui ailleurs.

Vendredi le 13 novembre, je passe une entrevue en personne au centre où je souhaite travailler.

Samedi le 14 novembre, je suis embauché au centre où je souhaitais travailler. J’ai donc réussi en 3 jours au privé ce que j’ai tenté de faire en vain pendant 13 jours au public. J’ai rappelé les quatre autres pour leur dire que finalement, j’avais accepté un travail ailleurs.

Vendredi le 20 novembre, j’étais rendu à 19 rappels sur les 20 centres où j’avais appliqué. C’est dire à quel point les centres, autant privés que conventionnés que publics, sont en manque de personnel.

Pour un gars qui n’a pas ce qu’il faut pour travailler dans ce milieu, je suis bizarrement très en demande par ce même milieu.

Voici les raisons pourquoi je tenais à travailler à ce centre en particulier:

  • C’est autour du Mont-Saint-Hilaire, donc je reste dans mon coin d’origine.
  • Il n’y a que 18 résidents, contre 120 en CHSLD.
  • Aucun cas lourd, ils sont tous semi-autonomes.
  • Il n’y a que 6 employés, incluant la directrice / proprio.
  • Par conséquent, aucune guerre de gangs possible entre les anciens et les nouveaux, contrairement aux CHSLD.
  • Presque le même salaire qu’au CHSLD.
  • Et la directrice m’a offert ce qui est pour moi l’horaire de rêve : Temps double + temps double + temps simple. Traduction: Je fais mes 37.5 heures par semaine en trois jours. Ça me laisse 4 jours de congés par semaine pour me consacrer à mon art, mes loisirs, mes rendez-vous pour médecins, optométristes, orthésistes, dentistes, etc, sans devoir perdre un jour de travail et de salaire.

Depuis, je travaille dans une ambiance qui est 1000 fois meilleure que le fut mon meilleur jour au CHSLD, et je ne pourrais pas être plus heureux.

Par un heureux hasard, au moment où j’écris ces lignes, voilà deux mois et demi que je suis à l’emploi de cette résidence, soit le même temps que j’ai été employé au CHSLD. Quand j’étais au CHSLD, j’étais, selon la direction, un incompétent, un lunatique, un perdu, un impoli, un frustré, un ignorant, un danger pour les résidents. Bref, le verdict final était que je ne suis pas fait pour cette carrière. Mais depuis que je travaille dans un foyer privé, je suis, selon la direction et les résidents, courtois, poli, professionnel, qui inspire confiance et sécurité, avec une excellente mémoire, qui apprend vite. Bref, leur verdict est que je suis fait pour cette carrière.

Même travail. Deux employeurs. Deux opinions à l’extrême opposé l’une de l’autre.

Alors à tous ceux qui ont suivi le programme de Legault mais qui n’ont pas pu garder leur travail en CHSLD pour une raison X, faites comme moi. Le simple fait que j’ai reçu 19 retours d’appel sur 20, et ce en 9 jours, ça prouve que ce n’est pas l’embauche qui manque.

Lorsque votre environnement porte sur vous un jugement de valeur, et que celui-ci est implacablement négatif, changez d’environnement. Ça vous permettra de découvrir qu’au final, le problème, ce n’était peut-être pas vous.

2 réflexions au sujet de « Préposés aux Maléficiaires, suite et fin »

  1. Tes juste un gros cochon pi un voleur steve ses un gros canard je suis Gabriel sa te dit quelques chose ein je ne t’ai pas aublier je suis même traumatisé par toi espèce de salle chien de poubelle

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s