L’autre rupture qui régla tous mes problèmes, 2 de 3 : l’évolution est une route solitaire

On connait tous l’histoire classique de celui ou celle qui rate plusieurs opportunités de faire quelque chose de bien de sa vie, et qui blâme les autres pour ses échecs en les accusant d’être la source de tous ses problèmes. Ceci est ce genre d’histoire.  Voilà pourquoi le sous-titre de ce billet est l’évolution est une route solitaire.  Parce que ce n’est pas une théorie.  C’est un fait vécu.

À ceci près que d’habitude, la personne qui lance le blâme est en situation d’échec.  Tel que vu dans le billet précédent, ce n’est plus mon cas.  J’ai un travail que j’aime, dans lequel je suis compétent, avec un excellent salaire.  Travail qui m’oblige à avoir une auto (gage de réussite dans mon cas personnel) au point où celle-ci et son utilisation me sont partiellement remboursés.  À 54 ans, je commence enfin à vivre la vie normale d’un adulte normal.

D’accord, il a fallu un hasard inouï pour que cette opportunité de travail me tombe dessus. Et sur Facebook Rencontres en plus.  N’empêche que ce travail correspond en tout point à la formation que je suis allé chercher il y a deux an et demi, et à l’expérience que j’ai ensuite acquise dans le domaine.  C’est l’une des rares fois dans ma vie où j’ai vécu le proverbe Aide toi et le Ciel t’aidera

Donc, Pourquoi l’évolution est-elle une route solitaire?
Dans le meilleur des mondes, toute personne doit sa réussite à l’aide que lui a apporté son entourage.  Encouragements, aide financière et matérielle, coup de main, etc.  Du moins, c’est ainsi que ça se passe dans le monde présenté en fiction dans les livres, à la télé, au cinéma. Et aussi par les Beatles avec I’ll get by with a little help from my friends.

Or, dans la réalité, les choses ne se passent que rarement ainsi.  En parcourant certains de mes billets on peut constater que dans les faits, l’entourage est au contraire un obstacle à l’évolution. Par exemple: (Les liens ouvrent un nouvel onglet)

Dans Général Menteurs, le post-scriptum: L’allergie aux changements, je raconte comment la mère de mes enfants, rencontrée alors que je commençais ma vingtaine au bas de l’échelle, a tout fait pour m’empêcher d’évoluer. En voici un extrait:

Quand on part de rien, on est entouré de gens de rien.  Et dans mon cas, « partir de rien », c’était avoir un travail au salaire minimum qui ne demandait pas d’expérience.  Je suis devenu pâtissier dans un Dunkin Donuts.  Pendant les deux ans et demi où j’ai exercé ce métier, j’ai constaté que 80% de mes collègues de travail n’avaient même pas leur secondaire III, et parmi eux la moitié avaient un dossier judiciaire.  Pour eux, travailler au Dunkin, c’était le maximum qu’ils pouvaient atteindre.

Et c’était le cas de Kim.  Alors quand on a commencé à sortir ensemble, elle s’attendait à ce que je sois un gars sans avenir, comme la majorité de nos collègues.  Mais en voyant que j’avais de l’ambition, elle craignait que je m’élève au-dessus d’elle.  Ne pouvant pas elle-même s’élever au-dessus de sa classe d’origine, il lui était donc logique que si je m’élève, je la quitte.  Elle a donc lâché la pilule sans m’en parler, pour me forcer par responsabilité paternelle à rester avec elle, dans les bas-fonds.  Parce qu’il était plus facile pour elle de faire en sorte que les choses restent comme elles le sont, plutôt que d’accepter que ça puisse changer. Même si ce changement était une amélioration. 

Et lorsque je suis retourné aux études, histoire de ne pas élever nos enfants dans la pauvreté, même chose.  Maintenant diplômé, je pouvais aspirer à de meilleurs emplois, donc un meilleur salaire.  Mais au lieu d’accepter que je puisse changer notre vie pour le mieux, elle a préféré tout saboter pour que les choses restent comme elles sont.  Elle aurait pu m’aider à nous construire, elle a préféré me détruire. Et elle l’a fait en me laissant le choix entre cesser les études, ou me faire expulser de la maison par la police sous des accusations mensongères.  J’ai choisi d’évoluer. 

Ne l’acceptant pas, elle passera les deux décennies suivantes à utiliser les enfants et la pension alimentaire pour toujours m’empêcher de m’élever au-dessus des conditions de vie d’un pauvre.  Ce qui fait que même lorsque je gagnais le double du salaire minimum, j’avais encore moins d’argent pour vivre que lorsque j’étais au Dunkin.  Quant à elle, étant sur le BS, son chèque était amputé du montant de ma pension, par conséquent elle continuait de vivre dans la pauvreté à laquelle elle était habituée. 

Et dans Général Menteurs 10e partie: 21 ans plus tard, l’exorcisme, je raconte comment, à l’aube de mes 30 ans, je me fais une amoureuse d’une famille riche. Ça se passe juste au moment où je termine mes études et me trouve un bon emploi qui me rapporte dès le départ le double du salaire minimum. Mon beau-père est un patron très haut placé chez GM, d’où sa fortune. Dans un monde idéal, il aurait été impressionné par mon évolution, et il m’aurait même offert un emploi encore meilleur que celui que j’occupais. Mais lui, en apprenant mes origines de pauvre, il a décidé que je n’étais pas l’homme qu’il faut à sa fille. Afin de me remettre à ma place, il utilise son influence de manière à me faire perdre mon emploi, me prend dans une arnaque qui me ruine financièrement, et me provoquer une dépression. Cette anecdote est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai refusé de me procurer une automobile avant mes 54 ans.

Et comme je dis dans Témoignage d’un ex-gros, 1 de 2, même lorsque tu entreprends quelque chose d’aussi positif à tous les niveaux que de te mettre en forme et perdre du poids, aucune personne de ton entourage ne va t’encourager à atteindre ton but. Dans le meilleur des cas, tu auras droit à une opinion neutre dans le style de « L’important c’est que tu te sentes bien dans ta peau. » Mais sinon, ils tenteront tous te convaincre de rester tel que tu es.

Quatre des quatorze billets de ma série Pas obligé de rester loser expliquent que pour réussir son évolution personnelle, il faut inévitablement se débarrasser de son entourage. Les billets sont :

1e partie: Le mythe du winner où j’explique que le fait d’avoir un winner comme meilleur ami ne te garantit pas de devenir winner toi-même. En fait, c’est l’inverse, puisque son statut de winner fait qu’il s’empare (ou qu’on lui donne) le peu de wins qui te seraient revenus de droit.

Dans la 4e partie: La nécessité de changer d’amis, je démontre que lorsque l’on a des amis, c’est parce que ceux-ci sont confortables avec nous et avec ce que nous sommes.  Hélas pour le loser, ça signifie qu’ils connaissent ton statut de loser, et c’est comme ça qu’ils t’apprécient. C’est le rôle qu’ils t’ont assigné dans le groupe, et toute tentative d’en changer ne fera que les déranger, puisque ça les tirera hors de leur zone de confort.  Leur premier réflexe sera alors de tenter de garder les choses telles qu’ils les ont toujours connues, en te sabotant et en te rabaissant.

Et si j’ai intitulé la 7e partie: Les revoir? Pourquoi pas! Les re-fréquenter? Surtout pas!, c’est parce que j’ai moi-même brièvement re-fréquenté dans un cadre professionnel mon ex-meilleur ami Carl, après plusieurs années d’évolution sociale, éducatrice et professionnelle. Dès le départ, il me re-colle mon ancien surnom de loser, puis s’arrange pour m’en donner la réputation auprès de sa patronne. Et mon travail, bien qu’utilisé, ne m’a jamais été crédité, m’empêchant de grimper les échelons dans le domaine.

Enfin, dans la 13e partie: se tenir loin des autres losers, je démontre que si les winners vont saboter ton évolution afin de t’empêcher de les rejoindre, les losers vont saboter ton évolution dans le but que tu ne les quitte pas. Deux motivations différentes pour un seul but : te garder à ta place.

À force de vivre ce genre de situation, on finit par se rendre compte à quel point les gens qui nous entourent ont le pouvoir de décision sur notre réussite et nos échecs.  Un pouvoir dont ils se sont emparés sans notre consentement, et dont ils usent et abusent sans retenue ni considération. Alors quand je dis que pour évoluer de manière positive il faut se débarrasser de son entourage, c’est qu’il faut VRAIMENT se débarrasser de son entourage pour réussir.

Et ce n’est pas que dans mon cas personnel.  Il y a quelques années, Eric Abramovitz, l’un de nos plus talentueux clarinettistes canadien, a défrayé les manchettes de la Presse mondiale, alors qu’il avait été accepté au conservatoire Colburn à Los Angeles, le plus prestigieux et contingenté en Amérique.  Les étudiants admis dans cet établissement se voient offrir une chambre et reçoivent une bourse d’étude complète ainsi qu’une allocation pour les repas. Sa copine, ne voulant pas qu’il quitte Montréal pour la Californie, s’est fait passer pour lui en déclinant l’offre. 

Voir l‘article complet sur La Presse

Ce n’est que deux ans plus tard qu’Abramovitz, cette fois célibataire, a repassé une audition devant le même professeur qui lui a fait la première offre.  Ce dernier lui a demandé pourquoi il l’avait décliné, et c’est ainsi que la vérité fut mise à jour.

En fait, même être dans un couple harmonieux, ça peut être suffisant pour t’empêcher d’avancer dans la vie. Tel que démontré dans mon billet précédent, si ma relation avec Mégane avait continué, j’aurais fini ma vie en travaillant dans une chaine de production dans un abattoir de dindons, dans un village que je ne pourrais jamais quitter, avec un salaire me rapportant à peine plus que le chômage. En devenant célibataire, ça m’a libéré de toute attache, ce qui m’a permis de partir à l’aventure, décrochant au loin un travail qui me rapporte le triple du salaire minimum. L’amour me gardait pauvre et sans avenir. Le célibat m’a rendu prospère, avec mobilité et avenir. Ça a beau ne pas être politically correct à dire, les faits sont les faits.

Au mois de mai dernier, il a fallu que je me débarrasse de la plus grande source de sabotage de ma vie : mes propres parents. Ça n’a pas été quelque chose de facile à faire. Et ça l’est encore moins d’en parler, car l’un des plus grands tabous social est d’être un enfant ingrat. Mais quelle gratitude puis-je ressentir envers des gens qui ont toujours tout fait pour me faire perdre conjointes, amis, vie sociale, appartements, emplois, santé, argent et réputation?

Vous connaissez peut-être le phénomène des parents hélicoptères. Il s’agit de parents qui supervisent étroitement la vie de leurs enfants, en intervenant sans cesse dans celle-ci. Mais alors que les parents hélicoptères surprotecteurs normaux ont comme but la réussite de leur progéniture, les miens au contraire n’ont toujours eu comme but que de m’isoler et me faire tout perdre, afin que je reste éternellement dépendant d’eux.

Or, pardonnez mon manque de modestie, mais je suis mille fois plus évolué, intelligent et débrouillard que les boomers pauvres et inéduqués qui me servent de parents. Ainsi, la seule manière pour que je puisse dépendre d’eux, ça serait en étant socialement plus bas qu’ils le sont. Dans mon cas personnel, ça signifie, comme je le dis plus haut, perdre conjointe, amis, vie sociale, logis, emploi, santé, argent et réputation. Il n’y a que là qu’ils puissent intervenir en se donnant le beau rôle, celui de bons parents qui aident leur fils unique, en l’hébergeant. Consciemment ou non, ils sont certainement arrivés à cette conclusion. Ça expliquerait pourquoi ils m’ont fait vivre cette situation quatre fois.

Le plus pathétique dans ce comportement, c’est qu’ils ne se rendent probablement même pas compte qu’ils agissent ainsi. Car, désolé encore, ils sont juste trop stupides pour être capables de planifier de si élaborées manœuvres de manipulation. N’empêche que dès qu’ils rencontrent quelqu’un que je côtoie, ils déduisent instinctivement ce qu’ils doivent lui dire afin de s’assurer que cette personne décide désormais de me tenir à l’écart.

Vous voulez des exemples? J’en ai cent. J’en ai mille! Mes prétentions de sagesse est un blog dans lequel j’ai écrit plus de 500 billets depuis sa création en avril 2009. Eh bien, je pourrais en créer un autre, que j’intitulerais Un câble d’acier ombilical, dans lequel je raconterais tous les agissements que je leur reproche, et la quantité de texte serait encore plus volumineuse. Et je n’exagère pas. Mais pour l’exemple, je ne vais donner que l’un des plus récents et des plus aberrants : Mon déménagement de Montréal vers Sherbrooke.

Dans ma série de quatre billets Le jour où tout a basculé, j’avais raconté que depuis 2016, j’étais surintendant dans une usine de portes et fenêtres. Jusqu’au 15 février 2018, alors qu’une chute dans un escalier verglacé m’a fendu la vertèbre T5, juste entre les omoplates, m’interdisant tout travail physique pour au moins huit mois. J’aurais pu passer tout ce temps à glander en vivant sur 51% de mon salaire, tel que me l’allouait mon chômage de maladie. J’ai préféré évoluer. Puisque la position assise était la plus confortable pour moi, j’ai décidé de me trouver un travail de bureau. En mai, j’en ai décroché un, à La Firme de Sherbrooke. Car tel que décrit dans le 3e billet, malgré mon CV de concierge, j’ai su les impressionner lors de l’entrevue d’embauche. Mon meilleur emploi et salaire jusque-là.

Ce que je me suis abstenu de préciser dans ces billets, c’est que je réalisais enfin mon vieux rêve. Recommencer ma vie dans une ville inconnue, ce qui me permettrait de prendre ma mesure en partant de rien, et surtout à l’abri de la supervision parentale. Évidemment, il a bien fallu que je leur annonce que je déménageais.

Le lendemain, ma mère m’appelle toute heureuse, pour m’annoncer qu’ils ont remis leur loyer et qu’ils vont me suivre à Sherbrooke. Là-bas, loin de leurs familles et amis, j’allait être leur seule et unique vie sociale. Le rêve de toute une vie venait de se transformer en cauchemar avant même d’avoir commencé.

Mon séjour a débuté avec eux qui se sont imposés chez moi, y habitant pendant les six premières semaines. Dans cette période, ils ont réussi à me mettre en froid avec le concierge en allant plusieurs fois vider la litière à chats dans mon bac de recyclage. Et avec mes voisins d’en dessous, en allant vider le porte-poussière par-dessus mon balcon, sur leur linge propre qui séchait sur la corde. Malgré toute ma patience et mon self-control, je n’arrivais pas toujours à garder mon calme face à cette exaspération que je subissais de manière quotidienne dans mon propre logis.

J’ai pris bien soin de leur trouver un appartement éloigné, à 11 km de là. Afin de prolonger leur séjour chez moi, mon père est allé rencontrer mon propriétaire et il lui proposa ses services pour pas cher, afin de rénover mon appartement. Il a fallu que j’intervienne en disant clairement à mon propriétaire que je paye pour occuper un logement et non un chantier, et que je refuse que soient entrepris de tels travaux pendant que j’y habite. Ça fait six semaines que je suis envahi, ça suffit! De par mon passé de concierge, je suis très au fait des lois de la Régie du Logement (Aujourd’hui le Tribunal Administratif du Logement) Le proprio m’a fait ses excuses. Pour sa défense, mon père lui avait dit mensongèrement que je le savais et que j’étais d’accord.

Malgré mes efforts pour les garder loin de chez moi, qu’est-ce que 11 km quand on a une auto et tout son temps libre parce que retraités? Ils ont continué de m’imposer leur présence partout, comme ils ont toujours eu l’habitude de faire : Chez moi évidemment. Mais aussi à l’épicerie, puisque j’habitais près d’un Maxi. Et aussi à mon gym, où je devais servir de coach à mon père, ce qui ne me laissait pas le temps de m’entrainer. Là encore, faisant obstacle à une facette de mon évolution.

Il était fichu, mon beau plan pour refaire ma vie correctement en repartant à zéro. Comment voulez-vous que je puisse me faire une vie sociale et amoureuse avec mes parents qui me collent au cul?

Ils allaient même m’attendre de leur propre chef dans le parking de mon travail. Et ils s’y présentaient plusieurs heures avant que je termine, ce qui leur permettait d’aller jaser de moi à mes collègues et patrons lorsque ceux-ci sortaient diner ou en pause cigarette. Et c’est comme ça qu’ils ont pourri ma réputation auprès d’eux, ce qui a provoqué mon renvoi en janvier 2020, après un an et neuf mois à cet emploi.

Entretemps, je m’étais fait une copine d’une manière dans laquelle mes parents ne pouvaient pas intervenir. Un an plus tôt, Nathalie, une ancienne camarade d’école de mon Mont-Saint-Hilaire d’origine m’avait retracé sur Facebook, et on est devenus amants, puis couple officiel. Et ceci me donna une issue de secours afin de ne pas redevenir dépendant de mes parents en perdant mon emploi, alors qu’elle et son fils m’invitèrent à aller vivre avec eux.

Durant les cinq mois où nous avons cohabité, il m’est arrivé à quatre reprises de sortir seul pour une ballade à pied. Sur ces quatre fois, avant même que j’ai eu l’occasion de parcourir cent mètres, il y en a trois où j’ai croisé mes parents qui passaient dans le coin. Ils ont toujours prétendu que leur présence en région était à cause de rendez-vous à la ville voisine de Beloeil. Par conséquent, nos rencontres près de chez moi n’étaient que le fruit du hasard. Je veux bien croire qu’en effet, ils ont toujours continué de garder les mêmes cliniques, médecins, pharmaciens. Mais qu’ils se trouvent dans ma ville, sur mon chemin, trois des quatre rares fois où je sors seul, par hasard? Alors qu’ils habitent encore à Sherbrooke, à 130 km de chez moi? C’est un peu gros comme coïncidence, vous ne trouvez pas?

Du reste, je n’ai en effet habité chez Nathalie que pendant cinq mois. Soit jusqu’à ce que mes parents, Nathalie et mon beau-fils se rencontrent. Devant moi, mes parents étaient courtois. Mais lorsque l’on m’envoyait chercher des choses à l’épicerie ou au restaurant, ils en profitaient pour raconter les pires vacheries à mon sujet. Entre autres, en se plaignant comme quoi « À Sherbrooke, on faisait tout pour lui, et il nous faisait l’air bête et il nous engueulait. »

En trois petits visites étalées sur deux semaines, mes parents leur ont raconté tellement de merde à mon sujet que mon beau-fils en est venu à me craindre. Quant à Nathalie, face à de telles révélations, elle en arriva à la conclusion que pendant un an et demi, ma personnalité positive, chaleureuse et altruiste n’était qu’une facette. De la manière dont mes parents m’ont dépeint, j’étais une bombe à retardement qui risquait de leur exploser dessus sans préavis à la moindre contrariété. Le défunt mari de Nathalie, le père de son fils, était un homme violent, et ils craignaient par-dessus tout de retomber dans le même genre de situation avec ce même genre d’homme à la maison. Et à quoi s’attendre d’autre d’un fils ingrat de 51 ans qui traite si mal ses propres parents?

Après dix-huit mois de relation harmonieuse et sans histoire, dont les cinq derniers à cohabiter, ni Nathalie ni son fils ne pouvaient endurer l’angoisse que mes parents ont fait naître en eux à mon sujet. Ils m’ont donc jeté à la rue.

21 juin, le premier jour de l’été 2020, à un mois de mes 52 ans. Assis sur ce banc de parc, je contemple la merde qu’est devenue ma vie, en me demandant bien comment est-ce que j’ai pu en arriver là après tous les efforts que j’y ai mis. Encore une fois, cette vie adulte normale j’avais tant travaillé pour me construire venait d’être détruite. Conjointe. Logis. Carrière. Argent. Réputation. J’avais tout perdu. Il m’était déjà arrivé à trois reprises par le passé d’être obligé de repartir ma vie à zéro. Mais là, c’était la première fois que je me retrouvais itinérant. J’avais toujours l’option de retourner vive chez mes parents, comme les fois précédentes. Mais ça aurait signifié abandonner mes cours de formation de préposé aux bénéficiaires, à cause de la distance entre mon école et le logement de mes parents.

Et c’est là, soudainement, que je prends conscience de cette réalité que j’étais jusque-là trop naïf pour remarquer: Ça ferait quatre fois, depuis le début de ma vie adulte, que je suis obligé d’aller retourner vivre chez mes parents. Ce n’est pas normal. Il peut arriver dans la vie de certaines personnes qu’un malheur les y oblige à une occasion. Mais quatre fois? Je répète, CE N’EST PAS NORMAL!

Et c’est là que je réalise enfin que mes parents ont toujours tout fait pour détruire ma vie, de manière à ce que je reste éternellement dépendant d’eux. C’est ce qu’ils ont toujours fait par le passé, et c’est ce qu’ils viennent de refaire. Et si je retourne chez eux de nouveau, je devrai en plus abandonner mes cours de formations de préposé aux bénéficiaires, ce qui m’empêchera définitivement de faire quelque chose de ma vie à partir de ce point.

Ils ont détruit mon passé. Ils ont détruit mon présent. Ils ne détruiront pas mon avenir. Plutôt la rue que de retomber entre leurs mains.

Et c’est ainsi que commencèrent mes 40 jours d’itinérance de l’été de 2020. Ce qui devint l’une des plus positives et fantastiques expériences de ma vie. Une expérience qui m’a enfin permis de prendre ma mesure, sur ma vaillance, ma débrouillardise, et surtout mon esprit aventurier jusque-là sans cesse réprimé. Une expérience qui m’a mis dans la meilleure forme de ma vie, physiquement mais surtout moralement.

N’empêche… Dans les familles normales, les parents vont vanter les qualités de leur progéniture en public, et lui parler en privé de ce qu’ils lui reprochent. Avec eux, ça a toujours été l’inverse. Parce que leur amour pour moi est tellement égoïste, qu’ils sont prêts à tout afin de s’assurer que je ne les quitterai jamais. Et être prêt à tout, dans leur cas, ça signifie faire en sorte que je perde tout ce qui puisse me rendre indépendant d’eux. Ça signifie m’isoler totalement du reste du monde. C’était le cas lorsque j’étais enfant. C’était le cas lorsque j’étais adolescent. C’est encore le cas depuis que je suis adulte. Et c’était toujours le cas à ce moment-là, à l’aube de mes 52 ans.

Mes propres parents. Les gens sur qui nous somme supposés compter toute notre vie pour nous soutenir et nous aider à évoluer. Sous leur façade de bons parents catholiques irréprochables, ils ont passé ma vie à abuser de ma confiance en étant pour moi les plus hypocrites de mes pires ennemis. Ceci est le plus triste constat de ma vie.

J’ai tenté de leur en parler. J’ai même écrit plusieurs textes que je leurs ai remis. Mais ma mère est trop orgueilleuse pour reconnaitre ses torts. Elle a juste passé les textes à la déchiqueteuse. N’empêche que mon message était passé. Aussi, pour les deux années qui ont suivi, j’ai espéré que les choses allaient changer pour le mieux. Mais encore une fois, j’étais trop naïf. On ne peut pas changer du jour au lendemain les mauvaises habitudes que l’on a ancré en soi pendant plus de 50 ans.

Le 3 mai 2022, ma patience ayant atteint ma limite finale, j’ai renié mes parents. Et mon seul regret, c’est de ne pas l’avoir fait il y a trente ans. Mais voilà, je suis un naïf de nature. Juste parce que je suis capable d’évoluer pour le mieux, j’ai toujours stupidement cru que c’était pareil pour tout le monde. Ce qui démontre au fond à quel point je suis modeste, puisqu’à mes yeux je n’avais rien de spécial de le faire. Mais il a bien fallu que je me rende à l’évidence. La majorité des gens sont incapables d’évoluer, et une encore plus grande quantité de gens ne veulent même pas faire l’effort d’essayer. Parce qu’il est beaucoup plus facile de rabaisser les autres plus bas que soi, que de mettre le temps et l’effort de s’élever à leur niveau.

Flavie, mon ex avec qui j’ai toujours de bons contacts et avec qui on se partage toujours la garde de nos deux chats à l’occasion, me l’a dit elle-même, que depuis que j’ai coupé tout contact avec mes parents, ma vie a pris un tournant positif radical.

Et voilà pourquoi le titre de ce billet s’intitule L’autre rupture qui régla tous mes problèmes, puisqu’il s’agit cette fois de ma relation avec mes parents. Et pour tous les exemples concrets que je donne dans ce billet, je peux me permettre d’affirmer, comme le dit le reste du titre, que le chemin de l’évolution est effectivement une route solitaire. Parce que pour pouvoir enfin évoluer de manière à atteindre une vie normale avec le revenu normal d’un adulte normal, il a fallu que je sois sans parents ni amis ni conjointe pour me retenir. Pour me remettre à ma place. Une place qu’ils ont choisi pour moi et qu’ils ont passé ma vie à m’imposer.

En dénonçant tout ceci, je contreviens à la règle biblique et sociale disant qu’il faut honorer son père et sa mère. Mais dans la réalité, baiser sans protection, ça ne transforme pas automatiquement un enfoiré en figure irréprochable de sainteté. Ça ne fait que lui rajouter le titre de parent. Du reste, si les parents étaient tous irréprochables, la DPJ n’existerait pas, hm!?

C’est bien beau de m’être débarrassé de ceux qui ont toujours saboté ma vie et qui m’ont empêché d’évoluer. Mais ce n’est que la moitié du problème. Je dois maintenant m’assurer de ne pas prendre leur relève en me sabotant moi-même inconsciemment. Aussi, dans le 3e et dernier billet de cette série, j’expliquerai comment je fais en sorte de m’assurer de ne pas perdre cette nouvelle vie, la meilleure que j’ai réussi à me construire jusqu’à maintenant.

Dépenser pour prospérer en 15 étapes

Ça prend de l’argent pour faire de l’argent, que dit le proverbe. Et c’est vrai. J’aurais quand même apprécié apprendre au début de ma vie adulte les quinze règles qui vont suivre. Au pire, avant mes trente ans. Parce que là, à la veille de mes 54, il faudrait que je gagne au moins un ou deux million à la loterie pour pouvoir être capable de les appliquer. Mais bon, apprenons tout de même, qui sait, ça peut toujours servir.

Avant tout, il y a une chose qu’il faut comprendre. C’est une idée qui va sembler étrange pour la plupart d’entre nous, mais ça n’en demeure pas moins un fait: L’argent, ça n’existe pas. Ce n’est qu’un concept social. C’est la raison pour laquelle celui-ci change sans cesse de valeur. C’est la raison pourquoi le prix des actions en bourse ne cesse de fluctuer. C’est la raison pour laquelle le Bitcoin valait $1 il y a dix ans, $68 000 il y a un an, et $17 500 il y a un mois. Et que dire du prix de l’essence. Près de chez moi, en ce jour du 2 juillet 2022, il est à $2.20 le litre. En avril 2020, après un mois et demi de pandémie, je le payais à 73¢. Est-ce que le pétrole est plus difficile à extraire et à raffiner aujourd’hui qu’il l’était il y a deux ans et quart? Non, pourtant!

L’argent, ça s’évapore.
Lorsque tu travailles, tu gagnes un salaire, et le pouvoir d’achat de ce dernier est taxé sur tous les niveaux.

  • Tu paies des frais d’utilisation à chaque fois que tu utilises ta carte bancaire.
  • Tu paies des intérêts quand tu utilises ta carte de crédit.
  • Peu importes ce que tu achètes, tu paies en plus une taxe. Deux taxes, si tu es au Québec.

Tu crois que la solution est simple. Comme le disent nos boomers de (grands-) parents : « Pour ne pas voir notre argent diminuer, on n’a qu’à ne pas y toucher. » Ha! Ha! Elle est bonne, celle-là! Mais mon pauvre ami, tu n’as pas besoin de toucher à ton argent pour le voir s’évaporer. Avant même que tu reçoives ton salaire, on lui a d’abord enlevé…

  • Les cotisations pour la Régie des Rentes du Québec.
  • L’Assurance Emploi.
  • Le Régime Québécois d’Assurance Parentale.
  • L’impôt fédéral.
  • L’impôt provincial.
  • Pour certaines jobs, il y a aussi la cotisation syndicale et/ou le régime d’assurances collectif.

Mais bon, une fois tes dépenses du mois effectuées, tu peux te dire qu’au moins, tu as toujours l’argent qui te reste en banque. Cependant, sur celui-ci, il y a …

  • Les frais mensuels de tenue de compte.
  • La charmante obligation annuelle qu’est la déclaration de revenus, aussi connu comme étant le temps des impôts.
  • Sans oublier l’inflation qui augmente les prix, et qui par le fait même diminue ton pouvoir d’achat.

Alors que tu y touches ou non, ton argent, c’est du sable fin dans une passoire.

Vivre, c’est payer.
Pour la plupart d’entre nous, dès que l’on commence notre vie d’adulte, nos deux priorités sont le logement et le véhicule. Un appartement, c’est une perte, car il faut payer à tant par mois. Une maison l’est encore plus car même si on nous en fait cadeau, elle nous coûte sans cesse de l’argent. Le coût annuel des taxes municipales et scolaires en plus des frais d’entretien et l’électricité, ça va chercher dans les $12 000. Soit un peu plus de la moitié de ce que rapporte le salaire horaire minimum actuellement. Pour une auto, c’est la même chose. On connait tous le cliché qui dit qu’au moment où tu as signé ton contrat d’achats d’une auto, celle-ci perd automatiquement quelques milliers de dollars en valeur. Or, ce n’est pas qu’un cliché. C’est un fait!

Où est donc la logique de cette dévaluation?
La valeur d’un véhicule repose sur un concept imaginaire : Avant la signature, c’est un véhicule neuf. Après la signature, c’est un véhicule usagé, puisqu’il a (eu) propriétaire. À la seconde même ou un véhicule passe de neuf à usagé, sa valeur marchande tombe automatiquement. Il s’agit pourtant du même véhicule, qui n’a pourtant pas changé d’un atome entre le moment où tu as pris le stylo, et les cinq secondes qu’il t’a fallu pour apposer ta signature. Normal! Une auto, c’est quelque chose de tangible, physique, réel. Par contre, neuf et usagé, sont des concepts imaginaires, et ils n’ont de valeur que celle que veulent leur accorder ceux qui possèdent le véhicule que vous désirez avoir. Si tu veux l’acheter, tu n’as pas le choix, tu dois te plier à cette règle abusive qui te fait payer pour rien, ou bien tu devras t’en passer. En Justice, c’est une pratique illégale qui a un nom: Extorsion. Mais en business, c’est une pratique légale qui porte un tout autre nom: Business.

Financièrement parlant, en société, il y a deux catégories de gens. Il y a ceux qui travaillent pour de l’argent. Ceux-là n’arrivent jamais à en avoir. Et il y a ceux pour qui l’argent travaille pour eux. Ceux-là en reçoivent sans cesse, même en se tournant les pouces.

Mais comment faire pour passer du premier au second? Comment peut-on y arriver si l’on part de rien? Comment faire de l’argent si on n’a pas d’argent puisque ça prend de l’argent pour faire de l’argent?

Ça fait plusieurs années que je me penche sur le sujet, m’intéressant au monde de la finance, des investissements, des placements, et sur les différentes méthodes de faire fructifier ses avoirs. Et surtout, sur l’art d’utiliser le crédit de manière intelligente. À ça, j’y ajoute mes propres expériences qui m’ont apprises quelques vérités que l’on ne nous montre pas dans les tutoriels financiers.

J’ai constaté qu’il existe plusieurs méthodes qui nous amènent à prospérité, et celles-ci comportent toutes diverses variantes pour s’adapter à la situation de chacun. Mais l’une des plus sécuritaires, les plus stables et garanties de fonctionner à long terme est cette méthode en quinze points. Plus on l’applique jeune, plus on est assurés d’y parvenir pendant que l’on peut encore profiter de la vie.

En admettant que l’on part avec un capital de $0.00, ça va comme suit:

ÉTAPE 1: Étudie le marché pour connaitre quelles sont les professions qui paient le plus. 
Et où peut-on trouver cette liste de professions? Mais sur Google, évidemment. Au 21e siècle, nous avons un avantage incroyable que n’ont pas eues les générations précédentes : Nous avons accès à internet, qui contient toute la connaissance de toute l’humanité, aussi bien ancienne qu’actuelle. Peut importe ce que tu veux savoir, Google le sait.  Google sait tout!

ÉTAPE 2: De ces domaines, étudie dans celui qui te convient le mieux.
La vie est trop courte pour se faire chier à une profession que l’on déteste et que l’on ne choisit que pour l’argent. Il faut donc aller vers un domaine qui nous plaît, ou au pire qui nous ennuie pas trop. Mais si tu as une personnalité spartiate, alors va pour le job le plus payant, quel qu’il soit.

À ça, il faut aussi en choisir un dont les études ne vont pas exiger que l’on y consacre la majorité de nos jeunes années en nous endettant pour le reste de notre vie. De deux à cinq ans d’études restent une bonne moyenne.

ÉTAPE 3: Pratique cette profession.
À la fin de tes études, évidemment, le plus tôt possible.

ÉTAPE 4: Vis modestement.
Le piège dans lequel tombent 90% des jeunes professionnels qui démarrent avec un gros salaire, c’est de vouloir immédiatement vivre le prestige de posséder le condo et la bagnole. Pas grave si c’est à crédit, que l’on se dit. Avec notre salaire on peut se le permettre.

Sauf que l’idée ici, c’est de pouvoir se mettre de l’argent de côté pour que cet argent travaille éventuellement pour nous. Comment pourras-tu faire ça si ton salaire part au fur et à mesure dans l’auto, l’essence, l’assurance auto, le prêt hypothécaire, la taxe de bienvenue, les taxes municipales, les taxes scolaires, l’assurance habitation, la cotisation à l’association des propriétaires de condos, l’électricité, l’ameublement, les électroménagers, internet, le téléphone, la nourriture, et ton prêt étudiant? La réponse: JAMAIS! En planifiant de te mettre ces responsabilités sur le dos avant même d’avoir ton premier chèque de paie, tu viens de t’assurer que tu vas passer ta vie d’adulte en tant qu’endetté qui ne fera que payer non-stop.

Prend un petit appartement pas cher. Près de ton travail si possible. Ne mange que rarement au resto. Pas de nourriture livrée non plus. Apprend à cuisiner au lieu d’acheter des produits tout prêts. Cuisine de grandes portions, sépare et congèle. Conditionne-toi à te lever à la première sonnerie. Tu peux te préparer d’avance, chez toi, entre cinq et dix litres de café glacé pour le prix d’un verre de 550 ml. Prépare ton déjeuner d’avance la veille s’il le faut, tu n’auras qu’à le passer au micro-ondes le matin. Juste en faisant ceci, tu dormiras mieux, tu dormiras plus longtemps, tu seras en meilleure forme, tu n’auras pas à partir plus tôt pour faire la file derrière ces milliers de gens qui sont trop lâches pour se préparer à déjeuner. Et non seulement vas-tu sauver beaucoup d’argent, tu vas sauver du temps. Et le temps, c’est de l’argent.

Avec Internet et le téléphone, plus personne n’a besoin de télé câblée de nos jours. Et Youtube déborde de tutoriels pour s’entrainer comme des athlètes sans avoir à aller au gym. Deux autres dépenses inutiles en moins.

ÉTAPE 5: Ne fréquente jamais une personne dépensière compulsive et/ou qui ne pratique aucun métier sérieux et/ou qui cherche à avoir un enfant rapidement. 
Cette personne causera ta ruine. C’est inévitable! Fait vécu et maintes fois observé. Désolé si ce n’est pas politically correct de le dire, mais les faits sont les faits.

Et je ne parle ici que d’une potentielle conjointe. Mais dans les faits, pour les premiers 2-3 ans de ta vie professionnelle, la triste réalité est que tout le monde va te mettre de la pression pour que tu dépenses ton argent. Tes collègues, tes amis, ta famille. Je te garantis que d’ici peu, tu ne sauras plus compter le nombre de fois où tu vas te faire mettre de la pression pour acheter une auto, te payer un condo, où même des sorties de resto-bars à n’en plus finir qui te coûteront de $100 à $300 la soirée. Je peux t’assurer que toute cette pression constante va te mettre dans un état de ras-le-bol à répétition. C’est là qu’il va falloir faire preuve de force de caractère et ne jamais céder. Au bout de quelques mois, ils vont bien finir par voir que ça ne sert à rien d’insister et ils vont se lasser et te foutre la paix sur le sujet. Mais en effet, ça peut prendre jusqu’à 2-3 ans avant que tout le monde l’accepte.

Pourquoi voudriez-vous accepter de vous laisser ruiner par des gens qui manquent à ce point de respect envers vos limites?.

ÉTAPE 6: Paie tes dettes d’études.
Le plus vite possible, à tant par mois.  Pas de paiements mensuels trop cher pour ne pas déséquilibrer ton budget, mais pas trop bas pour éviter de payer le double en intérêts. Trouve le juste équilibre.

ÉTAPE 7: Dès que tes dépenses du mois seront payées, il te restera de l’argent. Va à la banque pour le placer et l’investir. 
Tel que déjà abordé dans le point 10 d’un billet précédent, il est beaucoup plus sécuritaire de faire affaire avec ta banque qu’avec un bureau de conseillers financiers. Même si les placements ne rapportent que peu d’intérêts, il faut quand même y investir.  Car avec les frais bancaires mensuels et l’augmentation du coût de la vie qui diminue le pouvoir d’achat de ton argent, le laisser dans ton compte, c’est le voir s’évaporer.

ÉTAPE 8: Au bout de dix ans à travailler dur, gagner cher et vivre en spartiate, tu devrais avoir récolté au moins un demi-million
Les banques ne prêtent que la somme d’argent équivalente à ce que possède déjà l’emprunteur. Tu as un demi-million? Alors contracte avec eux un prêt hypothécaire d’un demi-million sur dix ans.

ÉTAPE 9: Avec ton million, achète une maison avec terrain.
Posséder et habiter une maison, ça coûte cher. Juste en taxes municipales et scolaires, en assurances et en entretien, tu t’enlignes pour payer $12 000 par an. Et n’oublions pas la taxe de bienvenue de la première année. À ça, rajoute les $60 000 que tu dois donner annuellement pendant dix ans à la banque, soit $600 000, c’est à dire le $500 000 emprunté + $100 000 qui représentent 19.9% d’intérêt. Pour un total de $82 000 annuellement, ou $6834 par mois, juste pour habiter là. Et encore, tu peux te compter chanceux, tu n’as emprunté qu’un demi-million pour te l’acheter car tu en possédais déjà la moitié. Toute autre personne aurait eu à emprunter plus, et rembourser plus. En moyenne, on parle de $120 000 par année.

Cependant, le plan n’a jamais été d’y vivre soi-même. Le but ici est de gagner de l’argent, pas d’en dépenser. Aussi…

ÉTAPE 10: Dès que tu es propriétaire, met immédiatement la maison à louer.
En sachant que de nos jours, un 4½ va chercher dans les $1 000 par mois, et on parle d’un vieux logis moyen à la limite du taudis, une maison avec un terrain trouvera facilement locataire à $6 000 par mois. La maison va donc te rapporter $72 000 par année. Beaucoup de jeunes professionnels sont prêts à payer ça pour la louer, plutôt que de l’acheter à $120 000 par an.

Une fois que tu auras payé les taxes scolaires, les taxes municipales, l’entretien et les assurances, il te reste $60 000 de profit net, soit exactement ce que la banque te demande pour rembourser l’hypothèque. Autrement dit, ta maison ne te coûte plus un sou, elle va se rembourser toute seule pendant les dix prochaines années. Plus vite, si tu augmente le loyer annuellement.

Ça t’a pris dix ans en partant de rien. Mais là, enfin, tu viens de passer dans la seconde catégorie de gens. Tu es dans celle où ton argent travaille pour toi.

ÉTAPE 11: Au bout de ces dix ans de sacrifices, tu es maintenant au summum de ton budget.
Tu as maintenant dix ans d’expérience de travail dans ton domaine. Tu as été augmenté sur une base annuelle. Tu n’as plus besoin d’économiser pour acheter ta maison, elle se paie toute seule. Tu n’as plus besoin de payer ton prêt étudiant, il est remboursé. Plusieurs choix s’offrent maintenant à toi.

  • Vivre moins modestement et commencer à t’accorder un peu de confort.
  • Avoir une relation sérieuse, voire même fonder une famille.
  • Ou bien tu peux continuer sur ta lancée en prolongeant la vie modeste tout en continuant tes investissements, en y ajoutant en plus l’argent que tu mettais jusque-là sur ton prêt étudiant. 

    ÉTAPE 12. Si tu es un homme hétéro, ne te marie surtout pas. 
    Fais tes propres recherches et tu le verras toi-même: Il n’y a aucun avantage social, légal ni financier à se marier quand on est un homme.  Bien au contraire!  50% des mariages finissent en divorce, et 70% des divorces sont initiés par la femme.  Pour une belle cérémonie inutilement coûteuse et un bout de papier sans valeur pour toi, tu joues à pile-ou-face les fruits de toute une vie de travail et de planification financière pourtant intelligente.

    ÉTAPE 13. Dix ans après avoir acheté ta maison et vingt ans après avoir commencé ta carrière, tu as de nouveau un demi-million en investissements.
    En fait, si tu as continué à vivre comme un pauvre en investissant tes augmentations de revenus + l’argent que tu donnais jadis en prêt étudiant, tu auras probablement plus. Quelque chose entre ¾ de million et un million complet.  Ton prêt hypothécaire s’est remboursé tout seul. Ta propriété vaut maintenant $2 millions de dollars à cause de la hausse de la valeur du marché immobilier.  Une personne qui voudrait en acheter une semblable devra obtenir une hypothèque sur 20, 25 ou 30 ans, au bout duquel il devra rembourser le double, soit $4 millions.  Mais toi, en l’achetant intelligemment, tu l’as eu pour $500 000, soit huit fois moins. Et à partir de maintenant, elle te rapporte $100 000 par an, puisque tu as augmenté peu à peu le loyer à chaque année. Donc, encore cinq ans et elle se sera remboursée au complet. Quatre, si tu continues d’augmenter.

Tandis que la majorité des propriétaires vont prendre un prêt habitation qu’ils devront payer pendant 20, 25, 30 ans, toi tu as une maison qui ne t’aura pas coûtée un sou car elle se sera remboursée au complet, toute seule, en moins de 15 ans.

ÉTAPE 14. As-tu besoin d’un véhicule?  Si oui, n’achète pas, loue!
Tel qu’expliqué plus haut, à partir du moment où tu l’achètes, la valeur du véhicule ne fait que tomber. Inversement, les frais d’entretien ne font qu’augmenter à mesure que le besoin de réparations se fait de plus en plus fréquent.  Alors si tu as une auto, vend-là.  Va au concessionnaire et loues-en une neuve sur trois ans.  Tu n’auras plus jamais à te soucier de l’entretien puisque c’est le concessionnaire qui s’occupe de tout. Tu l’échangeras contre un modèle tout neuf avant-même que les premières avaries n’y apparaissent.  Et puisqu’il appartient toujours au concessionnaire et que son but est de le revendre au meilleur prix dans trois ans, tu es assuré qu’il ne va pas te refiler un citron. Il y va de son propre intérêt. Et le tout, auto, immatriculation, assurances, entretien, essence, ne te coûtera au gros maximum que le tiers de ce que te rapporte ta maison en loyer. 

Autrement dit, quinze ans après son achat et pour le reste de tes jours, ta maison gratuite te fournira l’appartement gratuit, la nourriture gratuite, et tu rouleras toujours dans un char neuf gratuit. Et pendant ce temps-là, ceux qui te mettaient de la pression il y a quinze ans pour que tu dépenses ton argent à mesure sont TOUS esclaves de leurs dettes, qu’ils n’auront probablement même pas fini de rembourser lorsqu’ils seront rendus à l’âge de la retraite.

ÉTAPE 15. Tu as maintenant la liberté de pouvoir choisir ce que tu vas faire du reste de ta vie.
Admettons que tu as commencé tes études à 20 ans et commencé à travailler à 25, tu as maintenant entre 40 et 45 ans et tu vaux environ $3 millions. Si en plus tu as pris soin de ta santé, de ta forme et de ton alimentation, tu peux pleinement profiter de ta jeunesse adulte en prenant ta retraite 20-25 ans avant tout le monde. Car en effet, à partir de ce point, tu peux vivre confortablement mais sans excès avec les $66 000 annuels (si on enlève les dépenses du véhicule) que te rapportent ta maison + tes placements. Ou alors tu continues de pratiquer ton métier et tu continues de prospérer en y ajoutant ton salaire.  Ou alors tu continues d’appliquer ce principe en achetant une seconde maison et la mettre à louer. Hey, tu peux même continuer de travailler, expulser ton locataire et vivre avec zéro dette dans ta maison qui, en se remboursant toute seule en 14-15 ans, ne t’a pas coûté un sou. Ou, le meilleur des deux mondes, habiter une seconde maison qui sera payée par le loyer de la première. C’est la beauté de la chose : rendu à ce point-ci de ta vie, tu as le choix!

Et ceci, si tu as des enfants, te permet de leur assurer une fortune générationnelle. Car non seulement vont-ils hériter de la maison en tant que source de revenus, ils vont également hériter de ton exemple, de ton savoir-faire, pour que leur argent travaille pour eux et non l’inverse.

Il y en a qui vont dire qu’au lieu d’acheter une maison, mieux vaudrait acheter un duplex, triplex, quadruplex ou un bloc-appartements de 10, 20, 40 logements. Les revenus n’en seront que plus grands. En théorie, c’est vrai! Mais j’ai été concierge et surintendant assez longtemps pour savoir qu’un locataire = un problème, vingt locataires = vingt problèmes, quarante locataires = quarante problèmes… Plus on a de locataires, plus grandes sont les possibilités de devoir faire face aux loyers non-payés, aux accidents, aux dégâts d’eau, à la négligence, aux incendies, aux punaises de lit… On passe alors tout notre temps et une bonne partie de notre revenu à devoir s’en occuper, ou alors à devoir embaucher des gérants d’immeubles et des concierges. C’est juste trop compliqué pour moi. Au moins, en louant une maison d’un million de dollars, je sais que j’ai affaire à une personne sérieuse qui gagne très bien sa vie. En général, ce ne sont pas ces gens-là qui vont causer des problèmes. J’échange donc un revenu potentiellement immense pour un revenu somme toute assez bon et la tranquillité d’esprit. Mais ça, c’est mon choix personnel.

L’important, c’est que rendu à ce point, et pour le reste de notre vie, on fait partie des gens pour qui l’argent travaille, plutôt que des gens qui travaillent pour l’argent. C’est surtout d’être capable de comprendre que le fait de valoir trois millions ne veut pas dire posséder trois millions de dollars comptant et vivre en dépensant cet argent. Parce que faire ceci, c’est s’assurer qu’au bout d’une période allant de trois à sept ans, il ne nous restera plus rien. Non seulement aura-t-on échangé le confort à long terme pour une vie de millionnaire à court terme, on aura détruit notre source de revenus, et on aura saboté pour de bon nos chances de pouvoir refaire fortune un jour.

En conclusion, mieux vaut l’argent qui travaille pour nous, que de travailler pour l’argent. Car comme le dit le proverbe : L’argent est un bon serviteur mais un mauvais maître.