36 phrases clichés que l’on retrouve dans les profils de tous les sites de rencontres

Il existe deux genres de clichés dans les profils que l’on retrouve dans les réseaux sociaux:

GENRE 1: Ceux auquel on peut répondre afin d’en démontrer l’insignifiance.

J’aime les bons vins.
Premièrement, je doute que quelqu’un aime les mauvais vins. Ensuite, ce cliché est tellement répandu que je vais finir par croire que ces sites ne sont fréquentés que par des alcolos. Ou du moins des diplômés en expertise vinicole, puisqu’ils prétendent tous savoir ce que c’est, un bon vin.

J’aime les bons repas.
Tu aimes manger des trucs qui goûtent bon? Ah ben, ça c’est rare!

Je ne mord pas… Sauf si on le demande LOL.
Ayoye, mes côtes! C’est juste la 4e fois que je la lis cette semaine, celle-là.

J’aime sortir avec mes amis.
Ah ouain? Wow! Moi qui croyais que le monde aimaient faire des sorties avec des gens qui les font chier. Tu m’en apprends.

Je suis bisexuelle.
Avoir embrassé une fille quelconque dans un party alors que t’étais saoule, juste pour le fun d’allumer les gars présents, ça ne fait pas de toi une bi.

Je cherche une fille souriante et bien dans sa peau.
J’imagine mal un gars chercher une air bête full complexée.

Pis moi le monde qui font yink voter des 1/10, tk, si ça vous amuse, mais moi ça m’dérange pas pantoute tellement c’est insignifiant.
En effet, c’est tellement insignifiant pour toi que tu n’en parles même pas dans ton profil. … Oh, wait!?

GENRE 2: Ceux que les gens vont interpréter autrement.

Je suis une personne simple.
Traduction: J’ai zéro personnalité et je suis prêt à m’adapter à la tienne si ça peut m’aider à pogner.

Je suis une épicurienne.
Traduction: Je suis obèse.

J’aime pas les hypocrites.
Traduction: J’ai full de défauts pis ça m’fait chier que le monde le remarque et en parlent entre eux, juste pour vérifier s’ils sont les seuls à les voir et/ou à les subir.

Je vis l’instant présent.
Traduction: Je n’ai aucune ambition et aucun but dans la vie, mais ça parait mieux de faire passer ça comme un esprit libre et bohème.

J’ai l’esprit ouvert, sans préjugés.
Traduction: Je suis tellement désespéré(e) que je prendrais n’importe qui, même si on a zéro point en commun.

Je ne suis pas ici pour _____
Je n’aime pas_____
Si tu es ______, ben passe à une autre fiche.
Traduction: Je ne sais tellement pas moi-même ce que je suis et ce que j’aime que chuis juste capable de pouvoir te dire ce que je ne suis pas et ce que je n’aime pas. Ce qui est ironique parce que généralement, ces fiches-là contiennent aussi la phrase Chus d’même pis j’changerai pas pour personne.

Je suis jeune de coeur.
Traduction: Je suis vieille de corps.

J’ai gardé mon coeur d’enfant.
Traduction: Je suis un immature mal à l’aise dans sa vie d’adulte.

J’aime les plaisirs simples: Vélo, randonnée, etc.
Traduction: Je suis trop pauvre pour me payer les mêmes loisirs que les gens de mon âge.

Je cherche un gars généreux et fidèle.
Traduction: J’veux me faire gâter par un gars qui n’ira pas vérifier si les autres filles sont aussi exigeantes que moi.

J’aime écouter un bon film collé avec mon chum.
Traduction: Je suis cheap, antisociale et préfère ne pas te présenter à mon entourage car je suis aussi jalouse que possessive.

Je suis quelqu’un de très sociable qui cherche à se faire de nouveaux amis.
Traduction: Je suis incapable de me faire des amis dans la vraie vie, c’est pour ça que j’en cherche sur le net.

Ça ne me servirait à rien de me décrire parce qu’on ne peut pas vraiment connaitre qqn via le net.
Traduction: Je suis trop insécure et allergique à la critique pour oser dire en public ce que je suis vraiment.

Ce que je suis? Si tu veux le savoir, écrit-moi.
Traduction: À la réception de ton message privé, si ta photo me plaît, j’irai lire ton profil et je me baserai là-dessus pour te faire accroire qu’on a plein de points communs.

L’essentiel est invisible pour les yeux.
Traduction: Chus grosse pis chus laide pis y’a 9 chance sur 10 que je suis trop inculte pour savoir que cette phrase est tirée des pages de Le Petit Prince.

La femme n’est pas faite pour être comprise mais bien pour être aimée.
Traduction: Chus petit, chus lette, j’ai rien pour pogner physiquement fa que je joue la carte du romantisme, pis y’a 9 chance sur 10 que je suis trop inculte pour savoir que cette phrase, qui se voulait sarcastique, a été écrite par Oscar Wilde… qui était homosexuel.

Pis si ça te plait pas, passe à une autre fiche.
Traduction: J’ai tellement peu d’estime de soi que je m’attends à me faire flusher. Alors aussi bien faire semblant que c’est voulu.

Mon attitude envers toi dépend de la tienne envers moi.
Ou: Je peux être ta meilleure amie ou bien ta pire ennemie.
Ou: Je serai ton rêve le plus doux ou ton pire cauchemar.
Ou toute autre variante voulant dire la même chose, en y rajoutant parfois des « Il n’en tient qu’à toi. ». « C’est toi qui choisis. » « ¨Ça va dépendre entièrement de toi. », etc.
Traduction: Je suis une passive-agressive.

Je ne perdrai pas mon temps à me décrire…
Ça peut avoir deux significations selon le sexe de la personne.  Si c’est une femme, ça veut dire: Je n’ai ni l’imagination ni la cohérence requise pour écrire un texte à mon sujet. Si c’est un homme, ça veut dire: J’me suis inscrit icite pour me pogner une plote, pas pour perdre mon temps à remplir des fiches.

…personne ne lit les profils anyway.
Traduction: Pour détourner le fait que je suis trop lâche pour prendre le temps d’écrire à mon sujet, je blâme les autres en disant que c’est de leur faute. Car oui, je suis irresponsable en plus.

Je vais là où la vie (ou bien le vent) me pousse.
Traduction: Je suis sans emploi, et/ou j’ai pas d’amis, pas de loisirs, pas de vie, pas rien, alors propose-moi de quoi, je suis sans but et désespéré(e).

Je suis une personne directe qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense.
Traduction: J’aime insulter les autres, alors j’utilise l’excuse de « ne faire rien d’autre que dire la vérité » et/ou « ne faire qu’exercer mon droit à la liberté d’expression » afin de leur chier dessus à loisir.

Je suis une personne amicale et sympathique, mais si tu me cherches tu vas me trouver.
Traduction: Je ne comprends pas pourquoi mais je suis toujours impliqué dans toutes sortes de chicanes, alors aussi bien faire accroire que c’est à la fois voulu ET de la faute des autres.

Je suis sarcastique.
Traduction: Je suis insultante et susceptible. 

Ça a l’air qu’une fille fonceuse qui sait ce qu’à veut, ça fait peur aux gars. LOL
ou: Hostie que les gars sont superficiels, y’a pas yink les barbies dans’ vie.
Ce serait trop difficile pour moi d’accepter le fait que c’est ma personnalité de marde qui fait que je suis célibataire, alors j’aime mieux mettre ça sur la faute des gars ou de mon embonpoint.

Pis les gars, arrêtez donc d’agir en trou de cul en donnant de faux espoirs aux filles.
Traduction: Je suis une dépendante affective qui pense que chaque gars qui lui parle est automatiquement un chum potentiel, et qui frustre ben raide lorsque même le fait de lui montrer mes boules dans les 15 premières minutes ou lui dire que j’aime avaler ne réussit pas à le séduire.

Je ne recherche rien pour l’instant.
Traduction: Je cherche un gars beau, athlétique et riche, et en attendant de le trouver j’veux rien savoir des crapets qui constituent 99% des membres de ce site.

Mieux vaut se taire que de dire des niaiseries

J’ai souvent entendu des choses idiotes dans ma vie. je n’ai pas toujours su si c’était par stupidité, maladresse, bullshit ou en blague. N’empêche que dans tous les cas, c’était des paroles gniochonnes.

UN BON NOM
1978. J’avais 10 ans. Un camarade de classe du nom de Sébastien Lacroix était décédé accidentellement. Notre classe était allé le voir au salon funéraire.
La maitresse: Réjouissez-vous parce que Sébastien est maintenant au paradis. C’est normal puisque son nom est « La Croix ».
Eh ben! Une chance qu’il s’appelait pas « Laflamme ».

MORT-NÉ
Mon ex (avant que ce soit mon ex) et moi annonçons à mes beaux-parents qu’elle est enceinte.
Beau-père: Ah ben maudit criffe! Vous apportez la mortalité de d’dans’famille.
Selon lui, chaque nouvelle vie demande une mort pour lui faire de la place. Ben oui, logique, c’est pour ça que la population mondiale qui était de 3 milliards quand j’étais petit a doublé depuis. Pfff…

CANADIAN TAYEULE
Entendu au Canadian Tire de Ville-Lasalle, voisin d’un Wal Mart:
Client: Pourquoi les BBQ sont plus chers icite qu’au Wal Mart?
Vendeur: Oh ça, c’est parce que nous, on a un plus grand pouvoir d’achat.
Euh… Ce serait pas plutôt le contraire?

DANS L’ARCHE DE MOÏSE…
Mon père qui utilise tout croche une expression d’origine biblique (J’ai eu une éducation très catholique):
Pôpa: C’te gars-là, y’était connu comme Jonas dans l’poisson.
Moi: Tu veux dire « Comme Barabas dans la passion ».
Pôpa: Y s’appelait pas Jonas, le gars avalé par une baleine dans l’Ancien Testament?
Moi: Oui, mais…
Pôpa: Ben, c’est ça que j’dis!

QU’EST-CE QU’UN NOM APRÈS TOUT?
Hiver 1975. J’avais 7 ans, donc ma mère devais en avoir 29. Mon père met deux gallons d’antigel dans le coffre arrière de l’auto.
Môman: Tu laisses ça dans l’char? T’as pas peur que ça gèle?

DES ZOMBIES ET DES HOMMES BI.
Dans un train Montréal-Ottawa. Un homme dans la jeune vingtaine et fortement efféminé (la longue toge multicolore qu’il portait dans le wagon n’aidait pas), parle de sa troupe de danse avec orgueil, fierté, et moronerie:
Danseur: On vient de trouver un nom pour notre troupe. On s’appelle « Corpus Exhumus »… Ça veut dire « Le Corps qui Exhume » en latin.
C’parce que exhumer un corps, ça veut dire déterrer un cadavre, chose.

Mais ça ne s’arrête pas là:
Interlocuteur: Tu parles le Latin?
Danseur: Oui, j’allais souvent à la messe quand j’étais petit.
La messe a cessé d’être dite en latin vers la fin des années 60, soit bien avant que ce flamboyant paon soit né.

CHERCHEZ (ce que veut) LA FEMME
Mario, 17 ans, explique son incompréhension face au fait que sa blonde vient de le laisser après 2 mois de fréquentation:
Mario: J’ai une job, j’ai de l’argent, j’ai un char… Crisse, quéssé qu’à voula d’plusse?
Hum… que dirais tu de: Un chum qui ne pense pas que les filles sont attirés juste par les char et l’argent?

LA LOQUE À TERRE
Entendu à la première réunion mensuelle entre les locataires du HLM où j’habitais et la gérante de l’immeuble.
Gérante: Ok, alors je vais prendre en note les choses qui ne va pas avec vos logements, un logement à la fois. On va commencer par l’appartement 1. Oui, Chantal. Je t’écoute.
Locataire: Ouain, ben depu qu’chu rentré là y’a 2 mois, ça arrête pas d’sonner chez nous pou’ d’la drogue. C’pass’que l’ancien locataire, c’ta un dealer. Ch’t’écoeuré,là, moé, Crisse! J’veux qu’ça arrête.
Gérante: Euh… C’parce que le propriétaire y peut pas faire grand chose pour ça.
Locataire: Ben là, tabarnak! Pou’quoi qu’on est icite, d’abord?
Il n’y a pas eu de 2e rencontre mensuelle. Je suppose que la gérante a compris ce soir là que ce qui n’allait pas avec les logements, c’était les locataires.

YO, CHU LÀ, TSÉ!
Mon ex (avant que ce soit mon ex), nos quatre enfants et moi nous promenions sur la rue avec nos enfants en poussettes. une mémé venant en sens inverse s’adresse à mon ex au sujet des enfants.
Mémé: Y sont-tu toutte à vous?
Mon ex: Oui!
Mémé: Mon doux! Y sont-tu toutes du même père?
Pis après ça, on dit que c’est les jeunes qui sont impolis.

TROU D’CURÉ
En 1995, Cynthia, une de mes anciennes collègues du Dunkin, est morte d’un accident d’auto. Lors du service funéraire, le curé (ou le prêtre, ou whatever) dit:
Curé: Cynthia, ta mort est une grande victoire car tu nous a quitté alors que tu étais encore pure et…
L’assistance, scandalisé que la mort de Cynthia soit qualifiée de victoire, a carrément hué le prêtre.

ARÊTE MOI ÇA!
Un monsieur je-sais-tout qui étale ses connaissances dans le bus à une passagère qui a visiblement hâte de débarquer:
Monsieur: Tsé, c’que les requins y’ont dans l’dos, là, tsé, les éperons. C’est ça. Et les cowboys ont des ailerons aux bottes?

SECRET BIEN CACHÉ
Une fille qui avait parlé contre moi dans son blog, m’y traitant de tous les noms, s’en défend:
La fille: T’avais pas d’affaire à lire mon blog. C’est MON journal intime, ce sont MES pensées secrètes, c’est personnel.
Très intime en effet, juste entre elle, son blog, quelques centaines de lecteurs…

ON NE PEUT PAS L’ÊTRE ET LE FAIRE
Extrait d’une lettre d’une de mes ex, à l’époque ou on sortait encore ensemble, qu’elle m’avait écrite après un an et demi de fréquentation:
Elle: J’ai remarqué depuis quelques temps que tu as une attirance de plus en plus forte pour moi et que tes désirs sont de plus en plus précis […] Je sais bien qu’une fois ne suffira pas. À la longue, l’amour qui nous unis disparaitra afin de faire place au plaisir charnel. […] Quand tu as usé de tous les mots, et que tu as tout fait avec l’autre, que reste-il encore à dire ou à faire de plus avec?
Pour sa défense, elle avait 17 ans (et moi 19) et j’étais son premier chum. Je veux bien croire qu’on puisse avoir peur de passer à l’étape suivante quand on n’a jamais fait ça, n’empêche que son « que reste-il encore à dire ou à faire de plus avec? » contredit royalement son « Je sais bien qu’une fois ne suffira pas ».

VICTOIRE, NOUS PERDONS
Lors des élections cette année-là, je travaillais pour le député de ma région. le soir des élections, lui et son parti furent défaits. Son discours de fin de soirée:
Député: Nous formons désormais l’opposition officielle, ce qui signifie que cette élection est pour nous une grande victoire.
Heille, le cave! C’est pas une victoire, ça. T’AS PERDU! Bonne chose, d’ailleurs. Parce que franchement, est-ce que je veux, comme député, d’un gars incapable de regarder la réalité en face? Issh!

ESPRIT OUVERTEMENT FERMÉ
Lu sur un forum à l’époque du scandale Guy Cloutier VS Nathalie Simard.
Forumienne: Le fait qu’il a plaidé coupable, ça ne veut pas dire qu’il l’a vraiment fait. Les faits ne constituent pas nécéssairement une preuve.
Ouain, elle a de l’avenir en tant qu’avocate, elle. Remarque, tant qu’elle défend les violeurs, ce n’est pas avec des arguments aussi retardés qu’elle va les garder libre,ce qui est une bonne chose.

ESPRIT FERMEMENT OUVERT
Avez-vous déjà remarqué que plus une personne se dit ouverte d’esprit, et plus elle est fermée à l’idée que vous puissiez être en désaccord avec ses convictions? Lors de mon retour aux études à 28 ans, mon amie Océane m’en a fait la démonstration:
Océane: Tu vois, je suis très ouverte d’esprit en matière de sexualité. Je considère qu’on est tout bi à un certain niveau, parce que l’on a tous eu nos premières expériences d’explorations sexuelles avec un membre du même sexe dans notre jeunesse, que ce soit avec de la parenté ou du voisinage.
Moi: Pas moi. J’ai passé ma jeunesse à toujours être le seul garçon dans mon groupe d’age dans ma famille et dans mon quartier. En plus, je n’ai jamais sorti avec autre chose que des filles, je suis père de 3 enfants, y’en a un 4e en chemin, et la seule fois où je me suis retrouvé en compagnie d’un gars tout nu dans ma vie, c’était pendant un party avec 2 autres couples, et leur présence me mettait mal à l’aise au point ou j’avais des problèmes d’érections. En plus, la simple idée de me faire toucher sexuellement avec un gars est suffisante pour me donner des haute-le-coeur. Tu vois ben que je ne peux pas être bi.
Océane: Pis? ça prouve rien, ça!
Coudonc, ça lui prend quoi?

PSYCHOSE TOUJOURS
Durant la seconde moitié des années 90, mon ex (qui avait la garde de nos 4 enfants) et moi habitions le même quartier, à une seule rue de distance. J’étais pratiquement son voisin. La psy d’un de mes enfants me montre un dessin qu’il a fait. Il s’agit d’un plan du quartier où nous habitons.
Psy: Comme vous voyez monsieur, Hugo a dit « Ici, c’est là où on habite, et ici c’est l’appartement de papa. » Ça démontre qu’il trouve que vous êtes trop loin de lui.
Moi: Euh… c’est parce que ce dessin représente très exactement notre quartier, et ce quasiment à l’échelle. Il habite vraiment ici avec sa mère, et j’habite vraiment là, la rue d’à côté.
Psy: Ce n’est pas physiquement qu’il vous sent loin, monsieur. C’est émotionnellement.
Moi: Il vous a dit ça?
Psy: Il n’a pas eu besoin de le dire en paroles. Son dessins est très clair.
… C’est parce que toutes les études psychologiques et psychiatriques vous diront que les enfants de 6 ans ne font pas dans le symbolisme. C’est seulement à l’adolescence qu’ils entrent dans cette phase-là.

PSYCHOSE TOUJOURS II
Une autre année, une autre psy.
Psy: Bon, là j’vais vous dire quelque chose que vous allez vraiment pas aimer
Moi: Et comment est-ce que vous savez ça?
Psy: Je suis parfaitement capable de lire le langage corporel. Je sais très bien ce qui se passe dans votre tête.
Moi: Wow! Vous devez vraiment être une bonne psy, pour être capable de savoir que je ne vais pas aimer ce que vous allez dire, et ce avant même que vous m’ayez dit de quoi il s’agissait.
Psy: Monsieur…
Moi: J’veux dire, sérieux, là, c’est pu d’la psychologie là, c’est carrément de la télépathie.
Psy: Je l’savais que vous réagireriez comme ça!
Moi: Wow! Télépathe et clairvoyante. Les services sociaux sont vraiment chanceux de pouvoir compter sur les services de gens comme ça.
Je suis devenu baveux avec le temps, mais que voulez-vous, je suis allergique à la bullshit. Surtout de la part de gens qui sont supposés être plus intelligents que moi.

NAISSANCE MYSTÈRE
C’est immanquable, à chaque fois que j’essaye de lire en paix pendant que je voyage, faut toujours qu’une personne à la retraite me fasse la conversation. Si au moins c’était de la conversation intelligente.
Mémé: Où est-ce que vous allez comme ça?
Moi: Visiter mon ex et nos quatre enfants.
Mémé: Vous en avez quatre? Combien de garçons?
Moi: Deux.
Mémé: Pis combien de filles?
Ben là, juste une, tsé!  Mon ex a inexplicablement accouché d’un canard à un moment donné.

UN ÉCHANGE MERDIQUE
André, un gars avec qui je me tenais au secondaire.  On s’arrête au McDo après avoir passé l’après-midi à parcourir les boutiques du coin.
André: C’est niaiseux, ton affaire. Tu viens de vendre ta collection de BD Archie au magasin de livres usagés, pis avec c’t’argent-là tu t’achètes du McDo. Pis demain, quand tu vas aller chier, il te restera pu rien. Fait que finalement, t’as vendu tes livres pour t’acheter de la marde.
… Kess’tu veux répondre d’intelligent à ça!?

CONclusion
Mais je pense que l’une des paroles les plus gniochonne que j’ai entendu de ma vie, et c’en est une que j’entends souvent, c’est de la part de gens qui lisent mes textes online.  Cette parole, c’est:
Hostie que t’as du temps à perdre!
Lorsqu’un hockeyeur professionnel s’entraîne à jouer au hockey entre les saisons, est-ce qu’on dit de lui « Hostie que t’as du temps à perdre »?
Lorsqu’un cuisinier professionnel essaye de nouvelles recettes chez lui entre ses shifts, est-ce qu’on dit de lui « Hostie que t’as du temps à perdre »?
Lorsqu’un illustrateur professionnel raffine son art en dessinant entre deux contrats, est-ce qu’on dit de lui « Hostie que t’as du temps à perdre »?
Lorsqu’un culturiste professionnel passe ses journées au gym à soulever des poids en dehors de la saison de compétition, est-ce qu’on dit de lui « Hostie que t’as du temps à perdre »?

Alors faut être gniochon, mais surtout ignorant en tabarnak, pour dire d’un auteur professionnel « Hostie que t’as du temps à perdre » lorsqu’il écrit.

Sérieux, là!