Comment j’ai appris que je n’étais pas un humoriste

Le texte qui suit est écrit sous la forme d’un court sketch théâtral.  Il s’inspire cependant d’une anecdote réelle vécue en 1995.

TITRE: L’audition.

PERSONNAGES:

  • LE CANDIDAT. Homme, 26 ans. Candidat à l’audition.
  • LISE RITCHIE: Femme. 40 ans. Directrice du Collège de Comédie du Québec.  Juge de l’audition.
  • DANNY LEMAIRE.  Homme, 45 ans.  Humoriste avec 15 ans de carrière. Juge de l’audition.
  • LE PSYCHOLOGUE. Homme. 50 ans. Psychologue.  Juge de l’audition.

MISE EN SCÈNE:  Sur scène, LE CANDIDAT se tient debout.  À quelques mètres devant lui, il y a une longue table.  Derrière celle-ci sont assis les trois juges, LISE RITCHIE, DANNY LEMAIRE et LE PSYCHOLOGUE.  En arrière plan, il y a le logo et le nom de l’école, COLLÈGE DE COMÉDIE DU QUÉBEC.

La lumière s’allume.  Nous assistons à la fin de l’audition.

LISE RITCHIE
(fade in) … Et dans l’ensemble il y avait effectivement quelques bon punchs.  Mais malheureusement, ce n’est pas le genre de sujet qui est apprécié du public.  Donc, désolé mais on ne peut pas accepter ta candidature pour cette année.

LE CANDIDAT
Je vois!

Le candidat garde le silence quelques secondes.  Il reste là, debout, sans bouger.

LISE RITCHIE
Voilà, c’est tout!  Merci!

LE CANDIDAT
Excusez-moi, mais…  Ben, tant qu’à avoir payé trente dollars pour passer une audition, et l’avoir coulée, j’aurais quelques question, si ça ne vous dérange pas.

LISE RITCHIE
Vas-y!  Mais prends pas trop de temps, t’es pas le seul qu’on doit passer en audition aujourd’hui.

LE CANDIDAT
Ce n’est pas la première fois que je passe une audition. En fait, depuis novembre dernier, celle-ci est la 5e.

DANNY LEMAIRE
Ça fait pas cinq fois que tu passes devant nous autres?

LE CANDIDAT
Non, les fois d’avant, c’était pour des shows amateurs, pour des émissions de télé ou des shows dans des bars-spectacles.

DANNY LEMAIRE
Ah, ok!

LE CANDIDAT
À chaque fois, quand je récite mon monologue, les juges rient, comme vous l’avez fait deux-trois fois tantôt.  Et à chaque fois, comme vous venez de le faire, ma candidature est quand même rejetée. Des fois, on prend le temps de me dire ce que je ne devrais pas faire. Comme vous, qui venez de me dire que mon sujet n’était pas approprié. Sauf que, est-ce que ce ne serait pas beaucoup plus logique, et surtout plus productif, de me dire quoi faire, au lieu de juste vous contenter de me dire quoi ne pas faire? De me dire quel sujet est approprié, ou lieu de juste me dire que mon sujet de l’est pas?

LISE RITCHIE
C’est parce que, ce que tu nous demandes-là, c’est des choses que l’on enseigne à notre école. Pourquoi est-ce que le monde paierait $5 500.00 pour suivre nos cours si on donne tous les trucs gratuitement à ceux qui viennent passer une audition?

DANNY LEMAIRE
Oui, surtout s’ils la coulent. Tsé, on peut pas apprendre à quelqu’un à être drôle. Il l’est ou il l’est pas, point!

LE PSYCHOLOGUE
Notre école a été créée pour aider ceux qui ont le potentiel pour réussir dans ce métier.  Mais si t’en a pas…

LE CANDIDAT
Justement! Je vous ai fait rire, tantôt, oui ou non? Donc en quelque part, je dois bien avoir du potentiel, non? Et si j’en ai, est-ce que c’est pas stupide de le laisser se gâcher, juste parce que j’ignore un truc ou deux?  Par contre, si vous me dites quoi faire, alors je vais m’écrire un numéro convenable, je vais revenir passer une audition, je vais être accepté à votre école.  Et je vais pouvoir vous le donner, votre $5 500.00.  Comme ça, tout le monde y gagnerait. Vous trouvez pas que ce serait plus logique?

Les trois juges restent silencieux.  Ils se regardent durant quelques secondes.  Après un moment de réflexions où elle regarde tour à tour le candidat et ses deux collègues, Lise Ritchie, finit par leur montrer qu’elle approuve, d’un signe de tête.

LISE RITCHIE
Bon! Qu’est-ce que tu veux savoir?

LE CANDIDAT
Pourquoi est-ce qu’on m’interdit, à moi, de parler d’un sujet que plusieurs humoristes abordent sans problème?

LISE RITCHIE
Précise ta pensée.

LE CANDIDAT
Il y a huit ans, en 1987, avant qu’existe votre école, j’ai passé en entrevue au Club Soda devant Madame Ritchie ici présente, avec un autre monologue au sujet des condoms. Elle m’a dit que le public n’était pas très intéressé par ce sujet, donc qu’il fallait l’éviter.

LISE RITCHIE
En effet!

LE CANDIDAT
Pourtant, à chaque année, je vois toujours au moins un humoriste faire un numéro là-dessus : Claude Meunier, Michel Barrette, Jean-Marc Parent… Même Yvon Deschamps.

LISE RITCHIE
Et c’est pour ça que, huit ans plus tard, tu reviens me présenter un autre monologue qui parle de condoms? Pour venir insinuer que je dis n’importe quoi?

LE CANDIDAT
Euh… Mais non, voyons. C’est juste que, puisque tous les autres humoristes déjà établis en parlent, ça m’a donné l’impression que c’était devenu un sujet acceptable.

LISE RITCHIE
Vraiment!?

LE CANDIDAT
Come on, chus su’l’BS. J’ai pas payé trente dollars l’audition juste pour le fun de venir vous confronter là-dessus. J’essaye juste de comprendre.

LISE RICHIE
Tu l’as dit toi-même : « Humoristes déjà établis ». Quand les gens vont voir un show d’Yvon Deschamps, ils ne vont pas là pour le texte. Ils vont là pour voir Yvon Deschamps, point.

DANNY LEMAIRE
C’est ça! Ils veulent pas le savoir, ils veulent le voir.  Yvon Deschamps, c’est une vedette! Il pourrait passer deux heures à lire sa liste d’épicerie que le monde paierait quand même pour aller à ses shows.  Et justement, il a deux heures à remplir, lui. Il peut se permettre de parler de plusieurs sujets, dont celui-là.

LE PSYCHOLOGUE :
Toi, par contre, personne ne te connait, donc personne n’est intéressé à te voir. Voilà pourquoi, dans ton cas, ce qui est important, c’est de savoir quel public cibler, quels sujets aborder. En arrivant ici tantôt, t’avais pas deux heures à remplir pour un public qui te connais et que t’as déjà conquis. T’avais dix minutes pour te faire valoir à trois personnes qui ne te connaissaient pas. C’était pas le moment de faire un monologue sur ce sujet-là.

LISE RITCHIE
Surtout que toi en plus, ça fait huit ans que tu le sais, que c’est pas un bon sujet pour une audition.

LE PSYCHOLOGUE
Oui, d’ailleurs j’aurais une question.  Deux, en fait.  Parce que ça m’intrigue, cette insistance que tu as à parler des condoms. À qui est-ce que tes numéros s’adressent?

LE CANDIDAT
Mes numéros s’adressent à ceux qui sont intéressés par le genre de sujets dont je parle.

DANNY LEMAIRE
… Ok, wow!

LE PSYCHOLOGUE
En terme de public cible, ça veut dire quoi?  Les retraités? les femmes? Les immigrants?

LE CANDIDAT
Les jeunes.

LE PSYCHOLOGUE
Définis « jeunes ».

LE CANDIDAT
Les adolescents, 14-18 ans.

LE PSYCHOLOGUE
Pourquoi as-tu choisi ce public-là?

LE CANDIDAT
Parce que quand j’étais ado, j’ai toujours déploré le fait que nous étions un public totalement ignoré des humoristes.  Enfin, quand je dis ignorés, c’est relatif.  On nous ignorais, sauf quand c’était le temps de nous insulter.  Je pense, par exemple, à Lise Dion et son monologue dans lequel elle fait passer son chum pour un cave et son fils pour un primate. Et aussi Yvon Deschamps, qui utilise les termes mon tarla ou mon grand cave pour parler de son fils.  Aucun humoriste ne s’adresse aux ados.  Pourtant, les ados s’intéressent beaucoup aux humoristes, et ce beaucoup plus que les adultes. C’était peut-être pas l’cas dans votre temps, mais ça l’est maintenant. Je le sais parce que j’en étais un moi-même y’a pas si longtemps.  C’est un public qui a énormément de potentiel, et je trouve ça bête de ne pas l’exploiter. C’est pour ça que je vous ai présenté un numéro sur les angoisses d’aller se procurer des condoms pour la première fois.  Même les adultes peuvent apprécier, puisque l’on est tous un peu nostalgique de nos expériences de jeunesse.

DANNY LEMAIRE
Ah!  Ça explique tout!  Eh bien bravo! Je constate que tu fais exactement tout ce que tu as à faire. … Si ton but est d’être sûr de ne jamais réussir dans le métier.

LE CANDIDAT
Huh?

LISE RITCHIE
Non, ce n’est pas d’hier que les ados s’intéressent au shows d’humour, tu sauras. Ils ont toujours aimé ça et on l’a toujours su.

LE CANDIDAT
Mais alors, pourquoi négliger un si grand public?

DANNY LEMAIRE
Dans la vie, on est ado de 12 à 18 ans.  Sept ans seulement. Avec une population qui meurt en moyenne vers l’âge de 78, ça fait qu’on est adulte pendant cinquante ans. Cinquante divisé par sept, ça donne quelque chose comme sept point un.  Ça veut dire que dans la population, il y a sept fois plus d’adultes que d’ados. Alors même si le pourcentage des ados qui aiment l’humour est plus grand que le pourcentage des adultes, ça ne change rien au fait que dans les chiffres réels, il y a trois ou quatre fois plus de fans chez les adultes que chez les ados.

LISE RITCHIE
Ensuite, c’est qui, d’après toi, ceux qui payent des billets pour aller à un show d’humour? Les ados qui n’ont jamais d’argent?  Ou les adultes qui ont un revenu?

DANNY LEMAIRE
Un petit public sans le sou qui se contente de regarder les shows gratis à la télé, c’est ça que t’appelles « un potentiel à exploiter »?

LE CANDIDAT
Euh…

LISE RITCHIE
Désolé mais c’est pas avec eux autres qu’on va générer des profits. L’humour au Québec, c’est sérieux.  C’est une business de près d’un milliard de dollars. Y’a une raison pour ça! On sait à quel public s’adresser, et on sait ce qui l’intéresse.

DANNY LEMAIRE
R’garde, m’as te proposer un truc: Tu dois te dire que c’est facile pour nous autres de sortir des chiffres que tu ne peux pas vérifier. Alors oublie ce que Lise vient de te dire et regardons ensemble la chose sous un autre angle : Admettons, un instant que nous n’y connaissons rien. Admettons que c’est toi qui a raison, et que oui, les ados sont un public rentable. Et admettons que tu fais une carrière à être leurs voix…

LE CANDIDAT
Oui?

DANNY LEMAIRE
Ton public de 14-18, tu vas l’avoir pendant cinq ans.  Tandis que l’humoriste qui  s’adresse aux adultes, son public va le suivre fidèlement pendant cinquante ans.

LE CANDIDAT
Qu’est-ce que ça change, que les ados vieillissent et deviennent adultes? Les enfants aussi vieillissent, et ils deviennent des ados.  Comme ça, ils prennent la place de la portion du public que je perds.  J’veux dire, à la TV, l’émission Passe-Partout existe depuis 1977, et ça a toujours été une émission pour enfants.  Ils sont pas devenus une émission pour ado puis pour adultes à mesure que leur public vieillissait.

LE PSYCHOLOGUE
Ton argument a une logique fallacieuse. Tu n’es pas une émission de télé subventionnée par le ministère de l’éducation du Québec.  Tu es un aspirant humoriste.

LISE RITCHIE
L’affaire, c’est qu’il n’y a pas que le public qui vieillit. T’as quel âge en ce moment?

LE CANDIDAT
26 ans, 27 dans deux semaines!

DANNY LEMAIRE
27…  Ça prend en moyenne trois ou quatre ans à un humoriste talentueux pour se faire remarquer du grand public. À ce moment-là, tu vas être rendu dans la trentaine. Penses-tu vraiment que les ados vont encore se reconnaître en toi?

LE CANDIDAT
Euh…

LE PSYCHOLOGUE
Petite questions comme ça…  Tu disais tantôt que c’était ta  5e entrevue depuis novembre… C’était où et quand, la dernière?

LE CANDIDAT
En avril dernier, au Café Noir, dans le cadre des MardHilarants.

LE PSYCHOLOGUE
Est-ce que c’était le même monologue?

LE CANDIDAT
Non, c’était au sujet des choses que l’on remarque quand on va faire l’épicerie.

LE PSYCHOLOGUE
Rien sur les condoms?

LE CANDIDAT
Non!

LE PSYCHOLOGUE
Et c’était un monologue juste pour les ados?

LE CANDIDAT
Non, c’était grand public.

LE PSYCHOLOGUE
Sans me le réciter, donne-moi donc une idée des sujets que tu y abordais.

LE CANDIDAT
Ben…  Le fait que quand on prends un panier d’épicerie, on pogne toujours celui avec la roue qui tourne mal. La vieille mémère devant toi à la caisse qui insiste pour payer $97.00 d’épicerie avec sa petite monnaie.  La caissière qui pose des questions niaiseuses comme « C’tu pour emporter? »  Les nouveaux sacs d’épicerie plus minces qui pètent dès qu’on met deux boites de conserves dedans.

LE PSYCHOLOGUE
Et ils ne t’ont pas pris?

LE CANDIDAT
Non!

LE PSYCHOLOGUE
Est-ce qu’ils t’ont dit pourquoi?

LE CANDIDAT
Non, il ne m’ont juste pas rappelé.

LISE RITCHIE
Ce qui démontre que ton problème, c’est pas nécessairement le sujet de ton monologue.  Tantôt quand tu nous nous le récitais, on a pu voir que tes problèmes se situaient sur trois niveaux.  Le premier niveau, c’est dans ta présence. T’as pas l’air à l’aise sur scène. Tu es nerveux, tu ne sais pas si tu dois bouger ou rester planté là…  T’as vraiment pas l’air d’être à ta place.  Le second problème est au niveau de ta voix. Tu as un ton de voix qui est bas, monotone.

LE PSYCHOLOGUE
Mais attention; quand on dit « Monotone », c’est dans le sens anglais, mono tone : un seul ton.

LE CANDIDAT
Ah! Je vois!

DANNY LEMAIRE
Est-ce que tu es immigrant, ou est-ce que tes parents le sont?

LE CANDIDAT
Hein? Ben non!

DANNY LEMAIRE
Ok, c’est parce que des fois, on dirait que tu as un accent. T’as pas l’air naturel quand tu parles. Et pas juste quand tu récites ton monologue.  Quand on te pose une question, tes réponses ont l’air d’être des textes récités.  Ou tiens, le « Ah! Je vois! » que tu viens de dire. N’importe qui d’autre aurait juste dit « Ok! » … Toi, je sais pas, on dirait que tu cherches à faire littéraire.

LE PSYCHOLOGUE
Autrement dit, ça parait que dans ta vie, t’as passé plus de temps seul avec des livres qu’avec les autres à faire du social.  Et ça, ça veut dire que tu cherches à devenir humoriste par compensation, parce que tu cherches à avoir l’attention que t’as pas eu plus jeune, et non parce que t’es fait pour ce métier.  La preuve, c’est justement le malaise que tu as à être sur scène. 

LISE RITCHIE
Et le 3e problème, c’est au niveau du contenu de ton texte. Il est négatif. Je veux bien croire que, comme tu disais, les gens sont portés à être nostalgiques de leur jeunesse. Sauf que j’ai jamais vu quelqu’un être nostalgique des moments comme ceux que tu décris dans ton monologue.  Sortir avec une blonde qui a des intentions pas claire.  Se faire menacer par un gardien de sécurité.  Accidenter son vélo à en faire une perte totale.  Abimer le char de son beau-père.

DANNY LEMAIRE
Et surtout, tu décris avec tellement de détails l’épreuve angoissante d’aller acheter des condoms pour la première fois. Y’a personne qui aime se rappeler de ça. À la limite, tout ce que ce bout-là de ton monologue apporte, c’est un sentiment de malaise.

LE PSYCHOLOGUE
D’ailleurs, si Lise le permet, moi je vois un 4e problème, celui-là au niveau de ton attitude et de ta personnalité. Non seulement tu te montres négatif dans ton texte, tu as un côté manipulateur et passif-agressif en personne.

LE CANDIDAT
Hein?  Voyons donc!

LE PSYCHOLOGUE
D’abord, tu veux qu’on te dise quoi faire, en nous demandant « Vous ne trouvez pas que ce serait plus logique et plus productif? » Autrement dit, tu nous laisses deux choix : Ou bien on est d’accord avec toi, ou bien on est illogiques et improductifs.

DANNY LEMAIRE
Exactement! Ou bien on te donne ce que tu veux, même si on t’a dit pourquoi ça nous posait un problème. Ou bien on est des caves incompétents.

LE CANDIDAT
Mais… Mais je faisais juste démontrer la logique de mon argument.

LE PSYCHOLOGUE
Non! Si tu avais dit « Je pense que ce serait plus logique et plus productif», tu nous aurais donné un argument en nous laissant libre d’y réfléchir, puis d’être d’accord ou non. Mais en nous demandant « Vous ne pensez pas que ce serait plus logique et plus productif? », tu nous force à être d’accord tout de suite sans nous laisser le temps de réfléchir.

LISE RITCHIE
C’est de la manipulation, ça!

LE PSYCHOLOGUE
Enfin, tu prétends que tu veux qu’on te dise la marche à suivre pour faire un numéro convenable. Pourtant, c’est quoi la toute première question que tu nous as posée? Est-ce que c’était « Qu’est-ce que je peux faire pour écrire un numéro convenable? » Non, c’était : « Pourquoi est-ce que vous prétendez que mon numéro n’est pas convenable? » Ce n’est pas l’attitude de quelqu’un qui veut s’améliorer. C’est plutôt celle de quelqu’un qui se croit déjà parfait, et qui a du mal à endurer que les autres ne pensent pas la même chose à son sujet.  Tu n’es pas un humoriste. Tu es juste quelqu’un rempli de frustrations contre la société, et qui cherche rien qu’à lui jeter des blâmes. Tu déguises ça en humour, mais ce n’est pas de l’humour, c’est juste de la moquerie. Du sarcasme. Ton but c’est juste de démolir les autres avec l’approbation et l’appui du public. Tu ne veux pas faire rire ton auditoire. Tu veux qu’il te dise « Ouais, t’as raison, le monde que tu dénonces, c’est rien que des caves pis des incompétents. » Bref, tu prends ta revanche.

DANNY LEMAIRE
À la limite, ça pourrait passer. Il y en a qui sont capables de faire ça avec adresse. Mais toi…  Prends juste ta réponse passive-agressive de tantôt, quand on t’a demandé à qui s’adressaient tes monologues: « Mes numéros s’adressent à ceux qui sont intéressés par le genre de sujets dont je parle. »  Belle façon de sous-entendre que tu trouves qu’on pose des questions niaiseuses.

LE PSYCHOLOGUE
Exactement! En passant devant nous-autres, tu le sais, que ton avenir en tant qu’humoriste dépend de l’impression que l’on va avoir de toi.  Mais malgré ça, ton désir de confrontation est tellement grand qu’au lieu de t’arranger pour mettre ton public de ton bord, tu le prends pour cible. Prends juste tantôt : Au lieu de dire à Lise que tu as passé devant elle avec un autre monologue sur les condoms il y a huit ans, tu t’es adressé à Danny et moi en disant « J’ai passé en entrevue au Club Soda devant Madame Richie ici présente. »  Tu essayais de nous prendre à témoin contre elle. 

DANNY LEMAIRE
C’est vrai que ça sonnait comme: « La madame a’ m’a dit y’a huit ans que ça s’faisait pas, de parler de condoms, mais des vrais grands professionnels de l’humour le font, fa que n’est-ce pas, messieurs, qu’elle ne connait rien au métier? »

LISE RITCHIE
Autrement dit: « Pour qui qu’à s’prend, elle, d’occuper le poste de directrice d’une école d’humour quand à’ sait même pas ce qui se fait en humour!? »

LE CANDIDAT
Mais je… Ça… Jamais je n’ai…

LE PSYCHOLOGUE
Tu aurais pu nous présenter un numéro sur mille autres sujets. Tu l’as dit toi-même: À ton audition au Café Noir, tu avais un sujet grand public.  Mais quand tu as su qu’ici, tu allais repasser devant celle qui t’a refusé un monologue sur les condoms il y a huit ans, quel sujet est-ce que tu as choisi de lui présenter?  Le seul que tu savais, par expérience, qui n’allait pas lui plaire.

DANNY LEMAIRE
C’était le seul sujet qui te donnait l’opportunité de pouvoir prendre ta revanche, en lui donnant une leçon, comme quoi c’était toi et non elle qui avait raison ces huit dernières années.

LISE RITCHIE
Voilà!

LE CANDIDAT
Mais voyons, je… Mes intentions n’étaient pas de… Bon, écoutez… Je comprends bien ce que vous me dites, et je comprends pourquoi ça peut avoir l’air de ça.  Mais c’est un hasard.  C’est pas quelque chose que j’ai fait délibérément.

LE PSYCHOLOGUE
Il est tout à fait possible que tu ne te rendes pas compte que tu agis ainsi. Sauf que, tu agis ainsi quand même.  ça veut dire que ça se passe dans ton subconscient. Donc, que ça fait partie de ta personnalité.  Et si c’est ça, ta personnalité naturelle, alors tu perds ton temps à passer des auditions en humour.

DANNY LEMAIRE
Que ce soit acheter des condoms ou faire l’épicerie, tu mets le focus sur tout ce qui peut y avoir de négatif là-dedans.  J’ai l’impression que si on te demandais d’écrire un monologue sur le Jardin Botanique de Montréal, au lieu de trouver un angle comique sur les couleurs des fleurs, leurs formes ou leur noms, tu parlerais de l’odeur du fumier.  C’est pas de l’humour. C’est du chialage. Le public va voir des shows d’humour pour oublier leur tracas quotidien.  Pas pour se faire rappeler avec insistance que tout ce qu’ils vivent possède un côté merdique. 

LE PSYCHOLOGUE
Ce que tu es, ce n’est pas un humoriste. C’est un revanchard.  Ça fait dix ans que t’es pu un ado que t’es encore obsédé par l’idée de dénoncer le fait que deux humoristes se sont déjà moqués des jeunes.  Ça fait huit ans que Lise a osé te dire que tu faisais erreur en parlant de condoms, que t’es encore obsédé par l’idée de lui prouver qu’elle a tort. Alors quand tu dis « Pensez-vous que j’irais payer trente dollars pour vous confronter alors que je suis sur le BS? », eh bien…

LISE RITCHIE
Oui!

DANNY LEMAIRE
Oui!

LE PSYCHOLOGUE
Oui!  Tout, dans ton attitude, le démontre. 

LISE RITCHIE
Non mais sérieusement, là… Est-ce qu’un gars qui aurait vraiment ce qu’il faut pour devenir humoriste passerait huit ans à couler ses auditions, peu importe devant qui il se présente, et peu importe le sujet de son monologue? 

LE PSYCHOLOGUE
Et ça, tu le sais très bien au fond.  C’est probablement pour ça que, inconsciemment, tu es porté à choisir les ados comme public, même si plus le temps passe et moins c’est logique pour toi de le faire.  Puisque aucun autre humoriste ne va s’adresser à eux, tu le sais bien que tu n’aurais pas de compétition.  Mais voilà, à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

LISE RITCHIE
Autrement dit, tu deviendrais leur idole non pas par mérite, mais bien par facilité.  

DANNY LEMAIRE
Par monopole.  Parce qu’ils n’auraient aucun autre choix.

LE PSYCHOLOGUE
Et c’est ça qui te rassure.  Mais voilà, puisque nous autres, les gros méchants qui contrôlent la business de l’humour, on ne veut pas te permettre de t’adresser à un public qui représente un cul-de-sac financier, tu te mets en position de jouer au Messie: Tu es venu ici pour sauver les ados.  On ne te le permet pas.  On te crucifie.  Et on va même le faire, non pas en payent trente deniers, mais en te les chargeant alors que tu ne travaille même pas.  Ça te donne le statut de martyr.  Ça te rend noble. 

LISE RITCHIE
Mais surtout, ça te permet de nous blâmer pour tes huit ans d’échecs.  Ça te permet de te faire accroire que si tu n’as pas encore percé dans le milieu, c’est à cause qu’on a mauvaise foi.  Et par conséquent, ça te permet de pouvoir te nier à toi-même le fait que tu n’as pas ce qu’il faut pour devenir un humoriste.  Et que, franchement, tu ne l’as jamais eu.

Pendant quelques secondes, tout le monde est silencieux.  Puis, la mine basse, le candidat soupire.  Il tourne doucement les talons et se dirige vers la porte de sortie.  Il s’arrête en entendant les juges s’adresser à lui.

LISE RITCHIE
Excuse notre franchise. Mais comme comme tu l’as dit si bien, tu as payé trente dollars pour avoir des réponses. Et bien voilà!  J’espère que t’en as eu pour ton argent.

LE PSYCHOLOGUE
Écoute… Rentre chez toi, fais le ménage dans ta vie, règle tes problèmes.  Après ça, tu verras si tu as vraiment le goût de la scène et de l’humour.

LISE RITCHIE
Si c’est oui, écris un autre monologue et reviens nous voir aux prochaines auditions dans un an.

DANNY LEMAIRE
Sinon, si c’était vraiment rien qu’une façon pour toi de tenter de prendre ta revanche sur les injustices que tu as vécues, ou que ton ego te fais croire que tu as vécues…

LE PSYCHOLOGUE
Ou si c’est juste une tentative pour devenir riche et célèbre et adulé sans y mettre d’efforts et sans l’avoir mérité…

DANNY LEMAIRE
Alors cesse de perdre ton argent.  Et cesse de nous faire perdre notre temps.

Le candidat reste silencieux.  Puis, il hoche la tête, semblant démontrer qu’il a compris.  Puis il quitte la pièce.

LISE RITCHIE
Suivant!

Lumière fade-out.

RIDEAU!

_______________

Et voilà comment une simple audition à trente dollars a su m’en apprendre plus sur moi-même que n’aurait pu le faire une série de rencontres thérapeutiques.  Ne serait-ce que pour la simple et bonne raison que pour aller suivre une thérapie, il aurait d’abord fallu que je sache que j’avais un problème de personnalité et de comportement.  Et avant cette rencontre, je l’ignorais.  Bref, cette expérience est l’une des nombreuses raisons pourquoi je considère que 1995 fut l’année de ma seconde naissance.  Ce qui me donnerait vingt ans d’âge cette année, chose qui n’est pas pour me déplaire.

_____

Post Scrotum: Non pas que ça ait une importance dans l’histoire que vous venez de lire, mais si vous êtes curieux, voici mon monologue au sujet des condoms, ou du moins une version réécrite en récit.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Dose de Réalité, Fait vécu, Psychologie et comportement social, Succès et Échec. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Comment j’ai appris que je n’étais pas un humoriste

  1. Ping : Provoquer la haine comme excuse préventive. | Mes Prétentions de Sagesse

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s