L’évolution du point de vue (3 de 3)

Lorsque je regarde celui que j’étais dans la jeune vingtaine, je constate que je ne suis plus du tout la même personne.  En particulier de la façon dont je vois les choses.

 Par exemple :

Détermination romantique hier, harcèlement malvenu aujourd’hui.
De mes 14 à 27 ans, j’avais beaucoup de difficulté à me mettre en couple.  Du moins, avec des filles qui en valaient la peine.  

Ma mentalité à l’époque :  En matière de couple, les filles ne sont que des menteuses, des hypocrites et des connes.  Non mais c’est vrai, quoi!  Regardez-les agir : 

  • Elles disent que c’est l’intérieur qui compte, mais elles ne s’intéressent qu’aux beaux gars. 
  • Elles disent vouloir des Nice Guys mais choisissent des Bad Boys. 
  • Elles disent qu’elles cherchent un gars avec qui elles ont beaucoup en commun, mais quand on a une amie avec qui on est full semblables, elle refuse en nous servant des excuses bidons du genre de « Je ne veux pas gâcher notre amitié. » , ou bien « Ça ne pourrait pas marcher entre nous car nous sommes trop semblables. »

NON MAIS C’EST QUOI, CETTE LOGIQUE DE MERDE?  De un, en me refusant, et en pensant que je suis con au point de gober des excuses aussi tartes, c’est toi qui la gâches, notre amitié.  De deux, tu préfères quoi?  Un gars avec qui tu n’as rien en commun?  Ça explique bien des choses, alors.  Pas surprenant que tu me casses toujours les oreilles à te plaindre de tes différentes relations de couple. 

En tout cas, c’est de deux choses l’une : Ou bien les filles sont juste trop connes pour être capable de faire le bon choix en matière de couple, ce qui signifie que c’est une décision qu’il faut prendre à leur place.  Ou bien elles nous mentent, ce qui fait que nous avons le droit de leur mentir en retour pour les manipuler à sortir avec nous, ou du moins à coucher.  

De toute façon, c’est comme ça que ça marche, hein!?  L’homme ment à la femme pour s’en rapprocher, la femme ment à l’homme pour s’en éloigner.  Je l’ai assez souvent observé pour voir que c’est vrai.

Et avant de nous juger, constatez vous-mêmes : ON N’A PAS LE CHOIX!  C’est ou bien ça, ou bien passer notre vie célibataire.  Au moins, pendant qu’elles sont avec nous, elles ne sont pas avec ceux qu’elles choisissent elles-mêmes, c’est à dire les salauds qui les maltraitent et dont elles se plaignent tant.

Et si ça ne marche toujours pas, alors qu’elle aille se faire foutre, avec ses « On peut toujours rester amis. »  Des amis, j’en ai déjà.  Ce n’est pas une amie que je cherche, c’est une amoureuse ou une amante.

Ma mentalité maintenant :  Si la fille ne s’intéresse pas à moi, peu importe la raison, peu importe si cette raison me semble logique ou non, ça ne change rien au fait qu’elle ne s’intéresse pas à moi.  C’est suffisant pour lâcher prise, oublier et passer à autre chose.  Et il n’y a aucune raison d’être peiné, frustré, ou de ne plus en vouloir en tant qu’amie.

Qu’est-ce qui a changé en moi?  Jusqu’à mes 27 ans, comme bien des incels (célibataires involontaires), je croyais, à force de l’avoir souvent observé, que « Pour séduire les filles, il faut les maltraiter! » 

… Sauf que je ne pouvais pas y croire vraiment.  Parce que, soyons francs, il n’y a aucune logique dans cette affirmation.  Pourtant, je ne pouvais pas nier que c’était exactement ce dont ça avait l’air.  Du moins, à la surface.  Donc, logiquement, si les filles « préfèrent sortir avec ces salauds plutôt qu’avec un bon gars comme moi » il devait bien y avoir une raison.  Il ne me restait plus qu’à trouver laquelle

J’ai donc commencé à observer les gars qui avaient la cote auprès des filles, et je me suis comparé à eux.  Ça m’a permis de constater plusieurs choses sur trois sujets importants:

  1.  La beauté :  Je n’étais pas beau, mais le problème véritable était plus profond que ça. C’est que la beauté physique peut être séparée en deux catégories:  La naturelle, et la travaillée.  J’ai connu des gars qui étaient laids du visage, mais que les femmes considéraient néanmoins comme étant beaux.  La raison?  Ces hommes prenaient soin d’eux, étaient sportifs, développaient leur physique.  Bref, juste en les regardant, on voyait qu’ils démontraient de la discipline, de la détermination, du courage face à l’effort, de la confiance en soi.  Et ce genre de comportement, eh bien, c’est sexy.  Moi?  Je n’étais pas beau du visage, et mon physique maigre et négligé ne démontrait aucune vaillance. 
  2. L’argent. Je n’en avais pas, mais le problème véritable était plus profond que ça. D’abord, je n’avais pas ce qu’il faut pour décrocher plus qu’un boulot minable au salaire minimum.  Ensuite, tel que je l’expliquais dans le billet précédent, non seulement je m’arrangeais toujours pour vivre à la limite de mes moyens, je dépensais stupidement, débalançant du coup mon budget, parfois pour des mois.  Je n’étais donc pas le genre de personne avec qui une fille pouvait se sentir en sécurité financière.  Je donnais plutôt l’impression que j’allais être une charge pour elle. 
  3. La carrière / l’avenir / l’ambition.  Mes attentes face à l’avenir étaient quelque peu fantaisistes, puisque je voulais devenir riche et célèbre, à la radio, à la télé, au cinéma, en humour, en théâtre, en publicité…  Mais le problème véritable était plus profond que ça.  Mon focus était sur la récompense de l’effort, plutôt que sur l’effort lui-même.  Je n’avais ni les études ni les connexions pour faire partie de ces univers, je n’avais pas la moindre idée de comment y parvenir, et je savais encore moins comment, où et à qui m’adresser pour l’apprendre.  Un gars de ce genre-là, qui a des attentes irréalistes face à son avenir, ça n’a pas l’air d’avoir les pieds sur terre, ce qui ne sécurise pas une femme.

Constater tout ceci m’a permis de comprendre une chose très importante : Oui, une femme peut avoir une relation avec un gars qui a certains défauts.  Sauf qu’elle ne va jamais choisir un homme à cause de ses défauts.  Elle va le choisir malgré ceux-ci.  Et ça, ça veut dire que ce gars-là possède des qualités qui pèsent beaucoup plus sur la balance que ses défauts.

Et voilà pourquoi aucune fille (sensée) ne voulait de moi.  Je n’avais peut-être aucun des défauts de ces gars-là, mais je n’avais aucune de leurs qualités pour me rattraper non plus.  Ça m’enlevait tout espoir de plaire, ce qui faisait de moi un gars désespéré.  Dans de telles conditions, un gars se croit justifié d’utiliser mensonges et manipulations pour avoir la fille.  Parce que dans sa vision étroite, telles sont les relations entre hommes et femmes : La femme n’est qu’une proie qui s’amuse à fuir l’homme, et c’est à l’homme de la capturer.

Pour la défense du gars que j’étais à l’époque, et de ceux qui pensent comme ça aujourd’hui, il ne faut pas s’étonner de cette mentalité.  C’est à cause que l’on passe notre vie à être bombardés de messages de ce genre.  Par exemple :

  • Dans les contes pour enfants tels La Belle au Bois Dormant ou bien Blanche-Neige, le gars arrive vers la fin, dit à la fille qu’il l’aime, et voilà, elle lui dit oui.  Déjà là, on nous montre que la fille n’a aucune raison, voire aucun droit, de dire non à un gars qui se déclare.  Elle est juste disponible en attendant d’être choisie, voilà tout. 
  • Et dans les deux cas, ces gars ont commencé à être physiques avec elles sans leur demander leur avis, en les embrassant (et peut-être plus, selon versions) alors qu’elles étaient inconscientes. Aussi bien dire qu’elles n’ont aucun droit sur leurs propres corps.
  • Dans les chansons, combien de centaines de milliers d’entre elles ont comme thème « Un jour tu seras mienne »?  Et que dire de ce grand classique des années 80, Every Breath you Take, qui n’est rien de moins qu’un hymne au harcèlement.
  • Dans les films, prenez par exemple ce grand classique de mon adolescence, The Breakfast Club.  Tout le long du film, le voyou insulte la p’tite snob riche, la déprécie, la harcèle sexuellement.  À la fin, tandis qu’il est en isolation, elle va le rejoindre et s’offre à lui de son plein gré.  Dans le même film, le sportif n’adresse pas un mot à la fuckée.  Mais dès que celle-ci change de look et devient belle (Selon le scénario, car peu de spectateurs sont d’accord là-dessus, mais passons) alors là, le sportif la drague.  Et elle aime ça et se laisse faire, malgré le fait qu’ils n’ont rien en commun.
  • Dans les séries télé, si le personnage masculin moche insiste assez longtemps, il finira avec la belle.  Peu importe le nombre de saisons que ça lui prendra, elle sera sienne.  On s’en fout qu’il n’aient rien en commun, ELLE EST BELLE!  C’est tout ce qui compte.  C’était vrai il y a 25 ans dans Family Matters, et c’est encore vrai à notre époque avec The Big Bang Theory.  

C’est ça que la société nous apprend : Pour avoir une fille, il faut insister, voire même se servir sans lui demander son avis.  L’important, c’est se montrer assez déterminé jusqu’à ce que l’on arrive à la faire craquer.

À 27 ans, j’ai réalisé que ce comportement, c’était du harcèlement.  Et que trop souvent, quand une fille dit oui, ce n’est pas parce qu’elle est séduite.  C’est parce qu’elle a peur des conséquences de dire non.  Et avoir une relation sous la contrainte, c’est une agression.  

Puisque je ne voulais pas devenir un harceleur ni un agresseur sexuel, il fallait que j’arrête de leur courir après.  Mais voilà, je ne voulais pas passer le reste de ma vie seul.  Il fallait donc qu’elles arrêtent de me fuir.  Et pour ça, je devais devenir attirant, autant de l’extérieur que de l’intérieur.

Je me suis mis à la musculation pour améliorer mon physique.  Je me suis mis au cardio pour améliorer mon endurance, ma résistance et ma production d’énergie.  Je suis retourné aux études.  J’ai obtenu les connaissances dans divers domaines pour obtenir des emplois.  J’ai eu des emplois successifs, chacun meilleur que le précédent.  J’ai amélioré mon revenu.  J’ai appris à faire un budget et à dépenser intelligemment.  Et voilà comment j’ai commencé à être intéressant aux yeux des femmes.  Ce qui m’a montré que durant tout le temps où elles me fuyaient, le problème n’était pas elles.  C’était moi!

Mieux encore: Avec mes études, mes connaissances, mon expérience grandissante,  j’étais capable de faire quelque chose (voire plusieurs choses) de ma vie.  Par conséquent être en couple a cessé d’avoir une importance démesurée dans ma vie.  Je pouvais trouver ma valeur ailleurs que dans ma capacité de séduire.

J’ai cessé de voir chaque fille qui m’entoure comme étant une conjointe potentielle.  J‘ai cessé de ne les voir que comme des accessoires amoureux/sexuel à la disposition des hommes, à jeter comme un objet brisé lorsqu’elles refusaient de remplir cette fonction avec moi.  Ce qui fait que j’ai commencé à les voir vraiment comme des êtres humains, des égales.  Par conséquent, je n’ai plus jamais ressenti de problème à les avoir dans ma vie comme amies platoniques, puisque j’ai cessé de voir leur amitié comme étant le symbole de mon échec amoureux/sexuel.  

Mieux encore:  Maintenant que j’étais apprécié des femmes, je pouvais arrêter de m’essayer avec n’importe qui, et ne me rapprocher que de celles avec qui j’avais beaucoup en commun.  Celles-là se divisaient en deux catégories: Celles avec qui il n’y avait aucune attirance romantique/sexuelle réciproque, qui devinrent d’excellentes relations d’amitié.  Et celles avec qui il y avait attirance romantique/sexuelle réciproque, qui devinrent d’excellentes relations de couple… Pour (re)devenir d’excellentes relations d’amitié si le couple prenait fin.

Et ce à quoi je ne m’attendais pas: Aux yeux de celles qui furent déçues de ne pas être choisies, c’était maintenant moi  le salaud qui leur faisait de la peine. 

Comme quoi ce que l’on qualifie de bad boy, ça peut être très relatif, finalement.

_____
Y’A LIENS LÀ:
Sur le même thème et/ou mentionné plus haut: 
Le jour où j’ai réalisé qu’Elle a dit OUI par peur des conséquences de dire NON
Une fille qui se plaint que son mec ne pense qu’au sexe, c’est ça qui arrive Quand la libido est notre seul point en commun.
Pour exploiter votre ignorance des femmes, voici  12 illusions fallacieuses qu’essayent de vous vendre les guides de séduction.
J’ai vécu ça, la drague malvenue de la part d’un homme, alors qu’Il se croyait irrésistible.
Bonne chose que j’étais un homme, ce qui fait que je n’ai pas eu à démissionner, contrairement à Ingrid: Cinq jours parmi les loups.
Enfin, si vous avez deux heures à tuer, et que vous êtes curieux de savoir ce qui se passe dans la têtes de certains incels qui mettent une importance démesurée à réussir à être en couple afin de compenser pour une vie de loser sous tous ses aspects, alors voici un petit roman autobio en ligne, dans lequel je raconte l’été de mes 21 ans: Surveiller Nathalie; voyage dans la tête d’un harceleur.

______
Et cet article qui conclut cette trilogie est le 400ième de ce blog en 9 ans et trois mois d’existence. 

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s