Témoignage d’un ex-harceleur obsessionnel

Aujourd’hui, une amie partagé son désarroi sur sa page de Facebook.  (Appelons-là Rose, puisque c’est la couleur de ses cheveux.)  Tous les matins, lorsque Rose se rend au travail via transports en commun, il y a un homme qui la suit. Il se place près d’elle, la regarde à la dérobée, se rapproche afin de se placer dans son champs de vision. Il est évident que cet homme a un horaire de travail semblable à Rose, d’où leur utilisation des mêmes transports publics aux mêmes heures. Dans de telles conditions, que la chose se produise à quelques reprises, c’est normal. Sauf que ce manège qu’il lui fait, c’est au quotidien. En fait, ça fait plusieurs mois que ça dure. On ne peut plus parler ici d’une coïncidence.

La réaction de Rose? Elle freake, évidemment. Qui est cet homme? Pourquoi agit-il ainsi? Qu’est-ce qu’il lui veut? Non seulement elle en a marre de cette situation, elle commence à en avoir peur. D’où son statut Facebook où elle en parle. Les réponses de ses contacts sont majoritairement du même avis, soit prendre les devants, aborder l’homme et lui dire de façon claire et précise de cesser d’agir ainsi avec elle, sinon elle devra porter plainte aux autorités pour harcèlement. Les suggestions de la procédure varient selon les personnes : L’un lui propose de l’aborder pour lui dire que quoi qu’il lui veuille, elle n’est pas intéressée.  Un autre dit que le mieux serait de le confronter avec amis témoins et caméra pour tout filmer.  Et un autre lui suggère de juste faire une scène publique en lui hurlant dessus sans ménagement de lui foutre la paix sinon police.  C’est bien joli, mais à quel genre de réaction s’expose t-elle?

J’ai voulu la rassurer en lui écrivant moi-même un commentaire. Or, celui-ci a vite viré en roman. C’est là que j’ai eu l’idée d’en faire ce billet de blog. Car après tout, Rose n’est pas la seule à qui ce genre de situation arrive. Aussi bien que ça serve à tous. Ça va comme suit :

Laisse-moi te rassurer : Il y a 95% de chances pour que ton gars ne soit rien d’autre qu’un grand malaisé. Il n’est probablement pas un maniaque, et encore moins un dangereux. Si je me permets de l’affirmer, c’est que je suis moi-même un ex-stalker dans ce genre-là. Je l’ai été jusqu’à ma mi-vingtaine. Et ce que tu racontes, comment ce gars agis, je l’ai déjà fait.

J’ai toujours été d’un naturel timide, mal à l’aise en société, ne se sentant pas vraiment à ma place, peu importe où j’étais. Et d’après ce que j’ai pu constater, autant par expérience personnelle que par observation chez mes collègues bédéistes, c’est que les gars dans ce genre-là sont tout naturellement attirés par les filles marginales. Voilà pourquoi les geek nerds blancs sont à ce point reconnus pour tripper surtout sur les filles asians, noires, punks, goths… Dans de telles conditions, une fille aux cheveux roses, ça les attire automatiquement.  Elle devient pour eux, comme j’en ai déjà parlé dans un autre billet, la mystérieuse charmeuse.

 Eh oui, ce genre de gars se retrouve beaucoup chez les artistes en général, et les dessinateurs en particulier. Normal! Le dessin est une activité solitaire. On ne devient pas bon là-dedans en étant populaire socialement. Et c’est justement pour pallier à ce manque de vie sociale que l’on se jette dans les arts : Pour se faire voir et admirer via nos oeuvres, pour que ce soit les autres qui viennent à nous.

 Si ce gars est le moindrement comme mes collègues et moi sommes et/ou étions, tu ne risques rien. Son insistance à être près de toi, c’est juste parce qu’il veut t’aborder mais n’osera jamais le faire. Alors il est porté d’instinct à aller se mettre sur ton chemin, dans ton champ de vision, en espérant que quelque chose arrive pour que ce soit toi qui l’aborde. C’est tout!

Tu trouves ça quand même creepy et malaisant? Ben t’es pas la seule, parce que lui aussi! Crois-moi, le gars est parfaitement conscient de son problème, et ça le fait chier. Il aimerait pouvoir aborder les autres comme le font les gens normaux, sans avoir à passer par mille ruses compliquées. Mais voilà, il n’y peut rien. Les gens normaux ne peuvent pas s’imaginer à quel point il est difficile d’être un timide malaisé. Et justement, essaye de te mettre à sa place. Tu passes des semaines, des mois, à espérer un simple échange de paroles banales, un petit quelque chose, n’importe quoi, histoire de voir si vous êtes compatibles. Et là, sans prévenir, brusquement, la personne de tes rêves se retourne et hurle dans ta face DÉCALISSE TABARNAK OU JE TE CRISSE LA POLICE AU CUL POUR HARCÈLEMENT, MAUDIT MALADE MENTAL DANGEREUX!!! Imagine le choc d’être non seulement rejeté sans avoir eu la chance de lui dire un mot ou de poser un geste, mais en plus tu te fais accuser d’avoir envers elle les intentions les plus dégueulasses, intentions que tu n’as en réalité jamais eues. Et comme si ça ne suffisait pas, tu vis ensuite l’injustice de ne pas avoir le droit de lui expliquer, de clairer ton nom et ta réputation, parce que maintenant toute tentative de la contacter sera reçue et traitée comme étant du harcèlement. Je l’ai vécu. Ces sentiments et émotions sont dévastateurs. Je ne souhaite ça à personne. Bon, à part peut-être à mon pire ennemi, mais c’est juste parce que je suis enfoiré et méchant.

Ce que je te conseille de faire? Ce qui aurait marché avec moi à l’époque : Aborde-le et fais-lui passer en douce le message comme quoi il perd son temps à t’espérer. Comment? De la façon la plus banale qui soit : Tu lui demande l’heure. Dès qu’il te la donne, tu le remercie, en expliquant ensuite que si tu n’as pas accès toi-même à l’heure, c’est parce que la pile de ton cellulaire / iPhone / Android / whatever est morte car tu as oublié ton fil chez les parents de ton amoureux après le souper de famille de la veille. Et voilà! Non seulement tu lui as dit ce que tu as à dire, tu épargnes son orgueil car tu lui as évité l’humiliation d’avoir été pris en flagrant délit de t’admirer, et d’avoir été repoussé pour ça.  Il considère alors s’en être tiré à bon compte, et ne nourrira ainsi aucun sentiment négatif envers toi.

À partir de là, c’est de deux choses l’une: Ou bien tu  auras maintenant quelqu’un avec qui faire de la conversation amicale le matin en route vers le boulot, ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Ou bien, plus probable, il va désormais t’éviter et passer à autre chose.  En tout cas, c’est ce que mes collègues bédéistes et moi faisions, à chaque fois que l’on apprenait que la cible de notre attirance était hors de notre atteinte. Et quoi de plus hors d’atteinte qu’une fille qui est officiellement casée au vu et su de toute la famille?

Je ne dis pas que c’est la faute de Rose et qu’elle n’avait qu’à laisser ses cheveux naturels au lieu de les teindre de façon à attirer les harceleurs obsessionnels. Et je ne dis pas non plus que tous les harceleurs silencieux ne sont que des timides inoffensifs. Il y a l’autre 5% qui, en effet, est constitué de véritables dérangés capables d’assassiner l’objet de leur admiration. Je pense à Mark David Chapman au sujet de John Lennon, ou encore Robert J. Bardo envers la comédienne Rebecca Shaeffer. Mais ceux-ci ne représentent qu’un faible pourcentage, et ils n’en sont arrivés à cette extrémité qu’après de longues années d’admirations, dans lesquels ils ont eu le temps de passer de simples fans à carrément fanatiques. Raison de plus pour y couper court le plus tôt possible, et pour le faire de façon à lui faire croire que ce sont les circonstances et non toi qui vous séparent.

Quant à moi, il m’a fallu beaucoup d’introspection et un très long travail sur moi-même pour cesser d’agir comme l’admirateur de Rose. Mais sans vouloir me vanter, ce n’est pas donné à tout le monde car il faut d’abord reconnaître que l’on a ce problème, et ensuite il faut avoir la volonté d’y travailler. Mais bon, au moins, ça aura eu le mérite de me permettre de partager avec vous ce qui se passe dans la tête de la majorité des hommes qui agissent ainsi.

Pour terminer, je vous offre ce que l’on pourrait qualifier de chanson thème de la mentalité du harceleur obsessionnel, Voyeur, de mon  groupe favori des années 90, French B.

_____
Et, ma foi, si vous tenez absolument à aller dès le départ pour l’option policière et/ou légale, voici des adresses utiles au sujet de ce genre de harcèlement au Québec, en France et en Belgique.  Mais dans tous les cas, on va vous dire qu’avant de porter plainte, il faut d’abord lui faire savoir que son comportement vous dérange, car c’est seulement s’il continue ensuite que c’est considéré comme étant du harcèlement.  Donc, dans un cas comme dans l’autre, il vous faut lui parler.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Ces gars à éviter, Fait vécu, Psychologie et comportement social. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s