Souvenirs de l’Univers Estudiantin. Chapitre 2 : Les profs.

Encore une fois, je me demande à quel point les choses ont changé depuis mes propres expériences estudiantines.


L’AIR BÊTE

On le repère facilement, et ce dès le tout premier cours : C’est celui qui, à la seconde où ça commence, va verrouiller la porte pour interdire l’accès aux retardataires, dit son nom, commence la matière immédiatement, et conclut en vous donnant des devoirs, incluant lecture de quelques chapitres de livres que vous n’avez même pas encore eu de temps de vous procurer. Entretemps, histoire d’égayer la matière, il a bien pris le temps de vous faire la liste des mesures disciplinaires qu’il entend bien appliquer pour les devoirs non-faits, incomplets et en retard. Dans sa classe, la discipline règne car tout fautif est immédiatement expulsé.  Personne ne l’aime et il le sait, même qu’il fait exprès.  Et avec la taxe gouvernementale contre l’échec qui force les étudiants à moins négliger leurs classes, y’en profite, l’estie!


L’ÉTRANGE ÉTRANGER

Originaire d’un pays dont personne n’a jamais entendu parler, il se distingue par son nom imprononçable et son accent à couper à la chain-saw.  Il est plus facile de remplir un rapport d’impôts saoul que d’essayer à-jeun de comprendre ce qu’il dit.


LE ROUILLÉ

Lui, il a probablement été nommé prof lors de la première communion de vos grands-parents.  Il connait tellement sa matière par cœur qu’il la récite machinalement comme un vieux disque en vinyle qui saute.  Pour lui, le temps s’est arrêté il y a belle lurette car tout dans ses gestes, ses paroles et son look en font une relique du passé.


L’AIR BÊTE, VERSION FÉMININE

Celle-là, comme son nom l’indique, est en SPM à longueur d’année. Mais contrairement à son homologue masculin, elle a beaucoup de difficulté à faire régner l’ordre dans sa classe.


LE COMÉDIEN

Avec lui, on s’amuse, peu importe la matière qu’il enseigne.  S’il est prof de Physique, il enseignera le principe de la vélocité en lançant des chaises.  Prof d’Anglais, il ne manquera pas de mimer une phrase pour être certain que vous comprenez bien. Prof d’Histoire, il arrivera déguisé en Jacques Cartier.  Pas l’explorateur; Le pont!


LA FRAICHEMENT SORTIE DE L’UNIVERSITÉ

Puisque c’est sa première année en tant qu’enseignante, ça fait d’elle la plus jeune des profs.  On pourrait croire que ça en fera une personne près de ses étudiants.  Erreur!  Dans son enthousiasme de débutante, elle croit bêtement que tout le monde est à son niveau éducatif et intellectuel. Par conséquent, les explications et devoirs qu’elle donne ne peuvent être compris que par elle-même. Même si elle est une experte dans la matière qu’elle donne, ça n’en fait pas pour autant une experte en communication. Tant et aussi longtemps qu’elle ne s’adaptera pas, plus de la moitié de ses élèves couleront.  Elle foutra ainsi en l’air le temps, l’argent et l’avenir d’une centaine de jeunes par année. … Et ça, c’est SI elle s’adapte un jour, ce qui n’est pas garanti.


LE VAUTOUR

Pour quiconque ressentant un malaise lorsqu’il se sent observé, ce prof représente l’enfer sur terre. Peu importe où on est assis, on a l’impression que son regard est sur nous.  Un seul regard de sa part et on sent qu’il sait si on a compris ou non, si nous avons étudié ou non, ou si son cours nous donne la diarrhée ou non.  Il est particulièrement pénible lors de tests ou d’examens, alors qu’il déambule entre les pupitres en jetant un regard sur ce que l’on écrit, ce qui rend la chose 20 fois plus stressante.


L’EX-JEUNE

Ce prof avait votre âge en 1986, et ça parait car il est encore habillé et coiffé comme si on était en 1986.  Dans ses gestes et paroles, on voit qu’il essaie de montrer qu’il est toujours jeune et à la mode, mais il n’en fait accroire qu’à lui-même car tout le monde se fout bien de sa gueule.  Il est pathétique.


LE BEAU JEUNE HOMME

La première fois qu’on le voit, on croit que c’est un étudiant, mais quelle surprise de le voir s’installer au bureau du prof.  Il est calme, sérieux sans être chiant, et bien qu’il soit à son affaire de façon irréprochable, un tiers des filles de la classe ne diraient pas non à une romance et/ou une baise passionnée avec lui.


LE PROF DE PHILOSOPHIE

Tous les profs de philo portent la barbe.  Même les femmes.


LE CULTIVÉ

Généralement Haïtien ou bien Arabe, il manie pourtant le Français bien mieux que n’importe quel francophone de naissance. C’est avec fierté et la tête haute qu’il tentera de nous inculquer quelques notions de Baudelaire, Racine, Balzac et Molière.  Un brin snob quoi que tolérant, il ne forcera personne à le suivre, considérant que passer ou couler demeure le choix personnel de tout un chacun.


L’ARTISTE FRUSTRÉ(E)

Les anglais disent “Those who can, do.  Those who can’t, teach.” , ce qui signifie que ceux qui ont du talent réussissent dans leur domaine, tandis que les autres sont tout juste assez bons pour en devenir profs.  L’option Arts et Lettres en particulier regorge de ces losers d’ex-artistes n’ayant jamais réussi à se faire connaître.  Leurs frustrations se transforment souvent en jalousie haineuse face aux étudiants qui se montrent vraiment talentueux. Aussi, rien ne leur est plus jouissif que de les faire couler, ce qui est particulièrement facile en Arts puisque la note n’est jamais rien d’autre qu’une opinion, contrairement en mathématique ou elle est un fait incontestable.  Pas surprenant que 99% des étudiants en Arts et Lettres finissent plongeur Au restaurant Pierrette Patates.


LE CULTIVÉ QUÉBÉCOIS

Lui, la culture d’icite, y connait ça! Il parle québécois, il s’habille québécois, il mange québécois et il fume québécois. Il considère que sa mission divine et sacrée est de nous introduire aux racines de nos souches. En une seule session, il saura vous faire passer à travers les œuvres complètes de Michel Tremblay, Victor Lévy-Beaulieu, Réjean Ducharme et Yves Thériault.  … Même s’il est prof de maths.


LE RÉPUGNANT

Ce n’est pas qu’il soit particulièrement laid, c’est juste que de la façon dont il s’arrange, il a toujours l’air négligé.  Il est mal coiffé, mal rasé, mal habillé, semble affectionner le brun comme couleur primaire du contenu de son placard.  Les dessous de bras de ses chandails et chemises sont souvent tachés de cernes de transpiration.  Même lorsqu’il est propre, on a l’impression que ça pue l’tabarnak quand il est là.  On se sent sale, juste d’avoir été touché par son regard.


LE ON-S’EN-BRANLE-SOLIDE

Lui, on va à ses cours uniquement parce que… Euh… En fait, on n’en a aucune idée.  Probablement juste parce que c’est sur notre horaire.  Lorsqu’il parle, personne ne l’écoute.  On préfère lire, gribouiller, jouer aux cartes, texter, sexter… On ne peut pas dire que le chaos règne dans sa classe, seulement l’indifférence totale.


LE MOULIN À PAROLES

Croisez un cocaïnomane avec un syndrome de déficit d’attention et vous aurez ce prof. Il est capable d’enchainer d’un seul souffle plusieurs aspects de sa matière avec 8624 autres qui n’ont aucun rapport.  Ses explications n’en finissent plus car il s’interrompt sans cesse afin de raconter une anecdote que lui a rappelé un mot qu’il vient de dire.  Lorsque tu finis enfin par obtenir une réponse de sa part, tu n’es pas plus avancé car tu ne te souviens même plus de la question.


Eh voilà! J’en ai oublié?

En fait, oui, J’en ai délibérément oublié un: LE NÉO-SÉDUCTEUR. C’était le prof masculin qui passait sans cesse de petites remarques séductrices, « à la blague », disait-il, à ses étudiantes en général, ayant au moins une cible favorite dans chaque groupe.  Ce prof a tout simplement cessé d’exister au début des années 90, alors que les plaintes contre harcèlement ont obligé le ministère de l’éducation à resserrer la discipline envers son personnel enseignant en matière de comportement acceptable ou non. Mais bon, je parie qu’il y en a qui ont continué quand même à s’essayer une fois de temps en temps.

BIENTÔT: La cafétéria.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Divertissement, Fait vécu, Psychologie et comportement social, SÉRIE: Souvenirs de l'Univers Estudiantin. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Souvenirs de l’Univers Estudiantin. Chapitre 2 : Les profs.

  1. Gaston dit :

    Eh boy… On dirait que tu décris les profs que j’ai eu au secondaire, au Cegep et à l’Université, je peux même mettre un nom à presque chaque dessin.

    Bref, une constante dans l’univers;-).

    Woody Allen a dit: “Those who can do, do. Those who can’t do, teach and Those who can’t, teach, teach gym”

    J'aime

  2. Mdr ! Pourquoi il n’y a pas la photo du beau jeune homme ? 😉

    J'aime

    • Steve Requin dit :

      Parce que, en tant qu’homme de 45 ans, ma vision de ce qu’est « un beau jeune homme » n’a probablement rien à voir avec ce que les filles de 17 à 22 ans considèrent comme beau.

      … ça, et le fait que c’était un ajout de dernière minute dans ce texte.

      J'aime

  3. Tony dit :

    Je confirme qu’il y avait encore des traces de néo-séducteurs dans la seconde moitié des années 2000. Outre le fait qu’ils n’allaient pas assez loin pour avoir une plainte, ils n’étaient plus néo, car avaient de 15 à 30 ans de métier.

    J'aime

  4. Ping : L’origine de Mes Prétentions de Sagesse | Mes Prétentions de Sagesse

  5. Ping : Les 52 listes de ce blog. | Mes Prétentions de Sagesse

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s