Créer le problème par instinct de survie sociale

Ce que l’on apprend en étant enfant et adolescent, ça nous suit toute notre vie : Lire, écrire, calculer… Hélas, ça inclut aussi comment les gens qui nous entourent se comportent avec nous.  Et en général, durant les 20 premières années de notre vie, nous sommes entourés du même groupe de personnes : Familles, amis, voisins, camarades de classe…  Par conséquent, si ces gens nous traitent de façon négative, nous subirons ce traitement durant nos vingt premières années. Et ça, ça laisse des marques toute notre vie.  J’ai trois exemples observés :

EXEMPLE 1 : Dans son enfance et adolescence, Alain n’était pas tellement apprécié de ses pairs. Il faut dire qu’il avait un comportement énervant, et qu’il ne savait pas quand il était de trop, ni quand il imposait sa présence trop longtemps.  Par conséquent, il ne faisait souvent mettre de côté lorsque se planifiait des événements sociaux : Sorties, partys, soirées, fêtes.  Et quand il y était, on lui faisait de plus en plus clairement savoir qu’il était de trop.

Devenu adulte, réfléchi et professionnel dans son attitude, Alain n’en a pas moins conservé l’impression d’être un mal-aimé social. Aussi, au travail et/ou avec ses amis, à chaque fois qu’il y a sorties, partys, soirées, fêtes, deux choses arrivent : Ou bien il décline poliment, prétextant avoir un autre engagement.  Ou bien il participe, mais brièvement, étant toujours le premier à partir.  Il prend bien le temps de saluer tout le monde, de dire qu’il est désolé, qu’il resterait bien mais qu’il a un engagement X.  Dans les deux cas, l’engagement en question n’existe pas.

En retournant chez lui, Alain a un sourire satisfait. Il se dit que tout s’est bien passé, il est resté le temps juste qu’il fallait, tout va bien.  Et, tandis que ses amis et collègues s’amusent, il est chez lui, seul, avec pour toute compagnie que son sentiment du devoir accompli.

Dans sa tête, il est clair que le fait d’être mis à l’écart du groupe, c’est une fatalité. C’était quelque chose d’inévitable, puisque ça a toujours été ainsi.  Mais sans savoir quand ni pourquoi ça arriverait, ça le mettait dans un état d’angoisse.  Alors en agissant ainsi, oui, il est toujours à l’écart du groupe.  Mais là, au moins, il a le contrôle de la situation.  C’est lui qui décide quand et pourquoi il est en marge.

EXEMPLE 2 : Sophie avait toujours eu des conjoints violents verbalement et physiquement. Et là, elle a la chance d’en avoir un qui ne lui fait subir ni l’un ni l’autre.

Alors elle commence multiplier les maladresses dans lequel, toujours accidentellement,  elle accroche son conjoint, le bouscule, le frappe.  Et lorsqu’il a subi une opération à l’appendice, elle qui ne lui avait jamais particulièrement touché le ventre jusque-là, n’arrêtait pas de l’accrocher et le cogner, toujours accidentellement, lui causant des douleurs atroces. Et plus elle causait ces accidents, et plus souvent après-coup elle reculait, horrifiée, en le suppliant de ne pas l’engueuler ou la frapper, car elle avait toujours une bonne excuse, une bonne explication logique, pour expliquer ses maladresses.

Inconsciemment, pour elle, subir la violence conjugale, c’est la norme. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle la subisse de nouveau.  Alors au lieu d’angoisser en se demandant quand et pourquoi ça va arriver, et si elle pourra s’en tirer, eh bien voilà : Elle agit de manière à provoquer la violence verbale et/ou physique de son conjoint.  Et elle le fait de manière à pouvoir lui démontrer qu’il serait abusif de s’en prendre à elle, puisqu’elle peut prouver que c’est toujours un hasard ou un accident.

Donc, en agissant ainsi, oui, elle vit toujours dans la crainte de subir de la violence verbale et/ou physique. Mais là, au moins, elle a le contrôle.  C’est elle qui décide quand et pour quelle raison elle devrait la subir, et elle a toujours la bonne excuse pour s’en tirer.

EXEMPLE 3 : Dans son enfance, Julia était sans cesse critiquée sur tout.  Et quand les gens ne trouvaient pas de bonnes raisons de la critiquer, ils en inventaient.  Et dans ce dernier ça, ça lui posait un soucis de taille : Comment régler un problème lorsque le dit problème n’existe pas?  Ça la mettait dans une situation cul-de-sac angoissante.

Devenue adulte, Julia s’est inscrite au gym de son quartier. Et au gym, le règlement est clair sur le fait qu’il faut porter ou bien des shorts ou bien des pantalons de gym en coton ouatés.  Surtout pas de jeans.

Dans une boutique de vêtements de sport, Julia n’arrive pas à faire son choix. Le règlement a beau être clair, elle angoisse.  Ayant toujours été critiquée sur tout, souvent sans raison valable, elle s’attend d’instinct à être critiquée sur ses vêtements de gym.  Elle a peur de se faire dire qu’elle ne porte pas le bon genre de shorts.  Aussi, peu importe ce qu’elle regarde, elle n’arrive pas à faire son choix.

Puis, quelque chose attire son attention : Des pantalons de gym en coton ouatés, imprimés en trompe l’œil en paire de jeans. Elle les prend immédiatement.

Pourquoi? C’est que, inconsciemment, elle avait l’impression qu’elle avait deux choix :

  1. S’habiller comme tout le monde, et être totalement désemparée si jamais on lui dit que ses vêtements ne sont pas conformes.
  2. Ou s’habiller en pantalons de gym en motif jeans. Comme ça, quand les employés viendront lui dire que ses vêtements ne sont pas conformes, elle ne sera pas désemparée : Elle pourra leur prouver que, au contraire, elle porte un pantalon en coton ouaté imprimé, donc exactement ce que permet le règlement.

Dans le premier cas, si les réprimandes lui arrivent, elle n’a aucun contrôle là-dessus, et ne pourra pas trouver de solution. Mais dans le second cas, elle s’arrange pour contrôler la situation : Elle provoque la réprimande, elle la dirige sur un détail, détail qu’elle peut prouver comme étant faux

Dans sa tête, le fait qu’elle allait être critiquée sur son linge, c’était une fatalité. Ça allait arriver.  Le mieux qu’elle pouvait faire pour contrôler son angoisse, c’était de contrôler la situation de réprimande de A à Z.  En portant ces pantalons, elle n’a pas à se demander si elle va être réprimandée.  Elle sait qu’elle va l’être.  Elle n’a pas à se demander sur quel sujet elle le sera.  Elle sait sur quel sujet.  Elle n’a pas à se demander ce qu’elle pourrait dire pour sa défense.  Elle sait quoi dire.  Impossible pour elle d’être prise au dépourvu.  Elle peut maintenant profiter du gym en toute tranquillité d’esprit.

On peut comprendre que ces gens ont développé le réflexe d’agir ainsi par instinct de survie sociale. N’empêche que ces gens provoquent eux-mêmes le problème qu’ils cherchent à éviter.

  • Le gars qui craint de se faire mettre de côté se met lui-même de côté.
  • La femme qui craint la violence conjugale provoque elle-même la violence conjugale.
  • La fille qui craint de se faire réprimander pour son linge de gym s’arrange pour se faire réprimander pour son linge de gym.

On pourrait croire que ces gens se complaisent dans leurs malheurs, puisqu’ils ne font que les provoquer. Hélas, dans les faits, le problème, est bien plus profound que ça.  C’est qu’il est difficile de vivre en harmonie quand on a seulement appris à survivre dans la discorde.

Une réflexion au sujet de « Créer le problème par instinct de survie sociale »

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s