Comprendre ses mots -VS- écouter ce qu’elle dit.

Ce billet est le second dans la série (Més)aventures sur sites de rencontres.

Après un an de célibat, je me sentais prêt à y mettre fin.  Après tout ce temps, je savais que j’en avais vraiment envie, je savais ce dont j’avais envie, et surtout je savais que ce n’était pas simplement par rebound, par habitude d’être en couple. 

Je me suis inscrit sur l’un des rares site où on peut encore échanger gratuitement.  J’ai rempli ma fiche.  J’ai mis des photos récentes.  J’ai décrit ce que je suis et ce que je cherche.  C’est que je considère très important que ma future associée de vie ait des points en commun avec moi dans ses goûts, ses activités et ses buts.  Parce que bon, entre les séances de baise, il faut bien avoir des choses intéressantes à jaser et à faire.

Je ne crois ni en la drague ni au jeu de la séduction.  La raison est simple: Lorsque l’on a beaucoup de points en commun, des passions communes, des buts similaires, alors on va adorer passer du temps ensemble.  Et s’il y a en plus attirance mutuelle, ben voilà, ça va se faire tout seul.  Dans cette optique, je considère que draguer, c’est essayer, à répétition, de faire naître chez l’autre un sentiment qui n’y est pas.  À la limite, c’est une forme de harcèlement.  

Quant au jeu de la séduction, le terme le dit: C’est un jeu!  Tu joues à te faire passer pour le genre de personne qui l’intéresse.  Autrement dit, excusez mon langage, mais tu n’en as rien à chier de ce qu’elle veut vraiment.  Tu cherches juste à l’avoir, point!  Sauf que, quand on y pense, quand on est prêt à se faire passer pour ce que l’on n’est pas, quand on est prêt à se mettre en couple avec une personne qui n’est pas attirée par ce que l’on est vraiment, il y a un mot pour ça: Désespéré!

Sans oublier que, le jour où le hasard placera sur ta route ton match parfait, tu auras l’air malin, tiens, d’être déjà en couple stable établi avec Miss Mieux-que-rien.

Donc, je parcours les profils, je les lis, je contacte celles chez qui je retrouve les points communs qui me sont importants.  Mais attention, pas de « allo bb », « hey sexy » ou de « ta dlair cochonnelooooooooolllllll »…  Non! Chaque message commence par un Bonjour suivi de son nom.  J’enchaîne en lui disant que je trouve que l’on a plusieurs choses en commun, je lui en fais la liste en expliquant ce qu’il y a de semblable chez moi, et je conclus en l’invitant à visiter mon profil, et à me contacter si ce qu’elle y voir lui convient. 

Ah, et je bookmarke son profil aussi, pour ne pas lui réécrire par erreur dans le futur.  je ne veux pas qu’elle prenne ça pour de l’insistance.   

Certaines ne me répondent pas, d’autres oui.  On jase.  On échange.  Avec le temps, je constate que quand ce n’est pas dû pour fonctionner entre nous, peu importe la raison, alors la conversation ne dépasse pas trois jours.

Puis, cette femme me contacte.  Elle me complimente sur la qualité et la quantité de mon texte de profil.  Et voilà que l’on commence à jaser.  On se trouve encore plus en commun que ce qu’il y a sur nos profils. 

Arrivé à notre 4e jour de correspondance, je la demande en contact Facebook, puisque je n’ai plus de raisons de rester sur ce site.  J’enlève mes photos de profil, j’efface mon texte de présentation et le remplace par le mot « Indisponible. »  Je sais bien que nous ne sommes encore qu’au stade d’un début d’amitié, mais je ne vois juste pas comment je pourrais établir un contact significatif avec une personne si je ne me consacre pas sérieusement à notre relation naissante.

Le 6e jour, je lui propose une rencontre dans un salon de thé.   Le plan de match que je suggère est: On se rencontre, on jase une heure ou deux, puis on se quitte.  Ensuite, chacun chez soi, on se dit franchement si on a envie de se revoir ou non.  Comme ça, lors de cette première rencontre, il n’y aura aucune pression, aucun malaise.  Elle accepte.

On se rend au lieu du rendez-vous, on se reconnaît tout de suite.  C’est elle qui amorce le mouvement de bisous-sur-les-joues, alors je vois que c’est OK pour moi de le faire.  On se rend au salon, on prend place, on commande, et on jase.  La conversation se passe très bien.  Il n’y a pas de temps mort.  La conversation est intéressante, les sujets sont positifs, beaucoup de sourires et de rires. 

Toute bonne chose à une fin, incluant le contenu de la théière.  En sortant, elle me propose un truc.  Elle n’habite pas loin.  Puisque nous avons une fringale tous les deux, on pourrait passer prendre une baguette, du pâté et du fromage, et s’en faire un petit snack chez elle.  Ravi, j’accepte!

Il y a quelques années, j’ai découvert la convention sociale du « Si tu viens, tu couches! » .  Vous savez, cette règle non-écrite (et trop souvent source d’abus) qui dit:  Inviter seul(e), chez soi, une personne du sexe opposé, c’est une invitation au sexe. Et accepter cette invitation, c’est dire oui au sexe.  J’avoue que ça me surprendrait car je n’ai pas ressenti de sa part un quelconque désir charnel envers moi.  Mais bon, si ça arrive, maintenant que je m’y attend, je ne serai pas pris au dépourvu.

Nous faisons les achats, nous entrons chez elle, elle me fait visiter, on passe à table, et on passe une autre heure à jaser tout en mangeant.  Ma première impression semble avoir été la bonne, car rien dans son langage parlé ou corporel ne me lance le moindre signal sexuel.  Je reste neutre, ni déçu ni soulagé, je ne fais que prendre les choses telles qu’elles sont entre nous.

Puis, constatant comme une fatigue dans nos sujets de conversations, je propose que l’on passe à la vaisselle, puis je rentrerai chez moi.  Elle acquiesce, mais décline mon offre pour la vaisselle.  Je n’insiste pas.  Elle s’offre de me raccompagner jusqu’au métro.  En se quittant, nouveaux bisous-joues, elle me dit qu’elle a déjà hâte à la prochaine fois.  Je rentre chez moi, tout heureux.  Puis, je lui écris ceci:

STEVE
De retour chez moi.

Alors, mes impressions sur cette rencontre:
Je te trouve gentille, charmante, intéressante. Et aussi très jolie. Bon, ce n’est pas ce que je regarde en premier chez l’autre (D’où le fait que c’est le premier compliment physique que je te fais en une semaine de correspondance), mais c’est un agréable bonus 🙂

Nos intérêts communs me donnent un genre de sentiment de confort en ta présence.
J’ai envie de te connaitre plus, et j’ai déjà hâte de te revoir.

Et je vais attendre tes impressions avant d’en dire plus

Ses impressions me sont arrivées une heure plus tard:

CLÉO
Bonsoir Steve.
C’est bizarre, j’avais l’impression que toute la semaine on échangeait tous les deux.  Et que là, il n’y avait pas beaucoup de partage.  Peut-être était-ce ma faute?  Y avait-il de la nervosité?  Je n’étais pas super à l’aise, et j’espérais que cela change jusqu’à la dernière seconde car je trouvais qu’on était fait pour s’entendre.

… Et ce n’était pas du tout ce a quoi je m’attendais.

STEVE
Ah bon!?

Je ne sais pas trop quoi dire.

Mais bon, une chose est sûre, je ne veux pas te mettre mal à l’aise. Je vais te laisser le temps et la liberté de faire comme tu le sens. Tu communiques avec moi quand (si?) tu en as envie. Et on ne se reverra que si ça te tente. Je ne veux pas te mettre dans une situation inconfortable.

CLÉO
Je sais, tu es une bonne personne. J’aurais aimé que tu me parles plus de toi… Mais vraiment de toi. Tes goûts, tes rêves, tes espoirs, ce genre de truc. J’avais une vision peut-être un peu trop romantique de notre rencontre. Je m’excuse.

Okay!  C’est vraiment n’importe quoi, ça.  Regardons les faits:

FAIT 1: Non, désolé, il n’y avait aucun malaise, aucune gène entre nous.  Sinon, elle ne m’aurait pas invité chez elle après le thé.  Elle aurait été juste soulagée que le rendez-vous prenne fin.
FAIT 2: Chez elle, tout comme au salon de thé, je me suis comporté en parfait gentleman, en ami platonique totalement irréprochable.  Il est donc impossible qu’elle ait été à l’aise avec moi au salon, et ensuite mal à l’aise chez elle.
FAIT 3: Quand on veut qu’un gars nous parle de ce  qu’il est, on amorce la conversation en ce sens.  Elle n’a eue aucun malaise à me parler de toutes sortes de choses, à amener toutes sortes de sujets, alors pourquoi pas celui-là?
FAIT 4: En une semaine de correspondance, j’ai parlé de moi de cette manière.  Et j’ai les conversations pour le prouver.
FAIT 5: Cette raison qu’elle me donne…  Est-ce que c’est suffisant pour qu’une fille soit déçue d’un gars au point de ne plus vouloir le revoir?

La réponse est non. Ça ne l’est pas! 

Je ne vois qu’une seule façon d’en avoir le coeur net: Lui proposer deux options, et ce de manière non-confrontante:

STEVE
Hum… Tu sais, ce n’est jamais facile de deviner ce que l’autre attend de nous.. Je ne te le reproche pas, ceci dit.   Je sais m’ouvrir aux gens. Je n’ai juste pas l’habitude qu’ils veulent ça de moi aussi vite. Parce que, tu sais, d’habitude, les filles de sites de rencontres veulent surtout que le gars s’intéresse à elles.

Donc, d’accord, je parlais de moi, mais juste pas des sujets que tu espérais.  Je comprend, et ça peut aisément s’arranger.

Un quart d’heure passe.  Aucune réponse.  Alors je rajoute:

STEVE
… ou peut-être que le courant ne passe juste pas entre nous aussi bien que je le croyais et l’espérais.  Ça arrive.

CLÉO
Peut-être?..
.😢

Bon ben voilà!  À ma proposition de lui donner ce qu’elle demande, aucune réponse.  À ma suggestion que nous ne sommes pas fait l’un pour l’autre, ÇA, par contre, elle y répond immédiatement, et en ce sens.  Ça ne peut pas être plus clair.

Je lui donne donc ce qu’elle espère de moi: Une rupture propre, rapide, sans histoire.  

 STEVE
D’accord. Je ne cacherai pas que je suis un peu déçu. Mais je ne t’en veux pas. Ça ne se contrôle pas, ces choses-là.

Désolé et bonne chance.

Et ce furent là les derniers mots échangés entre nous.

Pourquoi est-ce que j’ai lâché prise aussi facilement?   C’est vrai, j’aurais pu en débattre.  J’aurais pu lui expliquer à quel point son comportement avec moi en me quittant au métro était à l’extrême opposé de celui qu’elle avait maintenant.  J’aurais pu essayer de lui faire prendre conscience d’à quel point son excuse sonnait bidon.  J’aurais pu lui montrer combien la solution était facile: Maintenant qu’elle m’a dit ce qu’elle attendait de moi, alors là je pouvais lui donner.  Je pourrais même lui faire une leçon de morale comme quoi c’est le comportement d’un enfant gâté, ce qu’elle nous fait là.  Hey, je pourrais même la confronter avec un « Ben là si j’te mettais mal à l’aise, pourquoi tu m’as invité chez toi après le salon de thé, d’abord? » , tout en en lui servant la classique « J’essaye juste de comprendre! »

Mais voilà, en faisant ceci, oui, je comprendrais ses mots…  Mais je n’écouterais pas ce qu’elle me dit.

Et ce qu’elle me dit, c’est qu’elle ne veut plus me revoir. 

Oh, elle ne me le dit pas dans ces mots.  N’empêche que, juste à voir son comportement, c’est ça qu’elle me dit vraiment.

J’ai assez d’expérience de la vie et des relations interpersonnelles, vécues ou observées, pour comprendre ce qui vient de se passer.  Pour une raison qu’elle n’ose pas m’avouer, elle veut mettre fin abruptement à notre relation.  Puisqu’il s’agit d’une fille de site de rencontres, et que son attitude a fait un 180° aussi brusque qu’illogique, voici la théorie la plus plausible qui me vient en tête: Après m’avoir laissé au métro, elle a probablement été contactée par un gars qui lui plaisait plus que moi.  Et vu la vitesse à laquelle elle a changé d’idée à mon sujet, il s’agissait sûrement d’un ancien contact pour qui elle avait déjà des désirs et/ou des sentiments.  Avec lui de retour, je suis soudainement de trop, elle doit donc se débarrasser de moi.  

Trop lâche pour me le dire et/ou trop irresponsable pour assumer sa décision, elle essaye de me faire gober que notre séparation, c’est de ma faute.  Or, petit problème, puisque j’ai eu un comportement irréprochable, elle n’a aucune bonne raison à me donner pour se justifier de me repousser.  Elle est donc obligée d’inventer une excuse.  Et une excuse inventée, ça sonne bidon.  Normal, c’est une excuse bidon.

À une certaine époque, j’aurais réagi comme bien des gars.  Je lui aurais demandé des explications.  Mais à quoi est-ce que ça aurait servi?  Ne pas vouloir de moi, ce n’est pas un crime, que je sache.  Alors pourquoi devrait-elle se justifier pour quelque chose qui n’est pas une injustice?   

Peu importe la raison pourquoi elle ne veut pas de moi, le fait est qu’elle ne veut pas de moi.  À partir de là, je n’ai plus la moindre raison de vouloir poursuivre cette relation.  

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Non classé, SÉRIE: (Més)Aventures sur sites de rencontres.. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Comprendre ses mots -VS- écouter ce qu’elle dit.

  1. L’homme propose et la femme dispose mon chum, et malgré tout le blah blah féministe des 50 dernières années, rien de ça n’a changé.

    J’ai cependant malheureusement l’impression qu’avec l’influence des médias sociaux, bien des femmes développent des attentes trop élevées envers les hommes et que cela rend encore plus difficile pour les gars qui n’ont pas été favorisés dans la loterie génétique vont en arracher encore plus, pendant que des femmes bien ordinaires vont vivre leur « high » via des compliments reçus sur les réseaux sociaux de centaines de gars désespérés qui n’auront jamais rien en retour.

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s