Sexisme? Oui, mais contre qui?

S’il y a un truc sur lequel la femme se plaint d’être victime d’un préjugé qui la met en désavantage sur l’homme, c’est au sujet de son nombre de partenaires sexuels.  Je ne saurais compter le nombre de fois où j’en ai entendu dire: « Quand un homme a plusieurs partenaires sexuelles, on l’admire.  Quand une femme a plusieurs partenaires sexuels, on la traite de salope. »

À première vue et sans réfléchir, on serait porté à être d’accord.  Pourtant, quand je regarde autour de moi, il me parait évident que la réalité est plutôt inverse.  En fait, non seulement la promiscuité sexuelle féminine est beaucoup plus acceptée que celle des hommes, elle est ou bien excusée, ou bien glorifiée, ou bien on préfère tout simplement la passer sous silence.

Je vous donne un exemple classique:  
Alex et Dominique sont mariés, ou du moins forment un couple officiel.  Après quelques années, Alex est de moins en moins satisfait de la relation.  Dominique n’a plus son charme d’antan, néglige le ménage, ne respecte pas les besoins d’Alex, n’aime ni les amis ni les passe-temps d’Alex, et essaye souvent de se mettre entre eux afin d’avoir le monopole sur le temps libre d’Alex.  Puis, Alex rencontre Chris.  Chris est tout ce qu’Alex voudrait pouvoir trouver en Dominique.  Bientôt, Alex commence à tromper Dominique avec Chris.

Questions: Êtes-vous en accord avec Alex qui fait ce qu’il faut pour obtenir la vie de couple qui lui convient le mieux? Ou bien êtes-vous en désaccord avec Alex qui trompe et abandonne Dominique?
Réponse: Ça dépend du sexe des gens impliqués:

  •  Si c’est un homme nommé Alexandre qui trompe son épouse Dominique avec une femme nommée Christine, alors Alex est un salaud qui mériterait de se faire couper les couilles pour avoir abandonné celle qui a sacrifié sa vie pour lui.
  • S’il s’agit d’une femme nommée Alexandra qui trompe son mari Dominique avec un homme nommé Christian, alors Alex ne fait qu’échapper à un environnement étouffant afin de pouvoir vivre l’amour et la passion qui lui font si cruellement défaut parce que son salaud de mari ne l’apprécie pas à sa juste valeur.

Je n’exagère pas. On voit ça partout:

Dans les films:
Dans Titanic: Cal est dans l’ignorance au sujet de combien Rose se sent emprisonnée dans leur relation.  Au lieu d’en discuter avec Cal pour essayer d’arranger les choses, Rose le trompe avec Jack.  Cent millions de cinéphiles trouvent ça normal et romantique.

Dans Menteur Menteur:  L’avocat joué par Jim Carrey convainc la Cour que sa cliente mariée et mère de famille a été poussée à l’adultère à cause de la négligence de son mari.  Et à la fin du film, lorsque l’avocat a des remords de priver le mari, visiblement un bon père, de la garde de ses enfants, il renverse le jugement.  Mais attention: Il ne le fait pas exposant la femme pour ses mœurs légères, ni en prouvant qu’elle est une profiteuse.  Non, il le fait en se basant sur une technicalité juridique en rapport à son âge.

Dans les sitcoms:
Dans Friends: Quand Ross couche avec une autre femme parce qu’il croit que sa relation avec Rachel est terminée, c’est lui qui est un salaud.  Plus tard, Rachel fait tout pour reconquérir Ross alors qu’il est heureux en couple avec une autre.  Est-ce qu’on trouve que Rachel est une salope?  Non, on trouve juste ça drôle.

Dans les dessins animés:
Dans Family Guy: (Les Griffin en Europe) Loretta est mariée avec Cleveland et est mère de leur enfant.  Loretta fait des avances sexuelles à Quagmire.  Loretta couche avec Quagmire.  Tout le monde condamne Quagmire dont le seul crime fut de ne pas avoir refusé le sexe que lui offrait Loretta.  Quant à Loretta, elle se trouve justifiée d’avoir provoqué l’adultère par le fait que son mari l’ennuie.

Dans Henri pis sa Gang : (Les Rois du Texas en Europe) Nancy a trompé son mari Dan (Dale) pendant une dizaine d’années avec son massothérapeute, John l’amérindien.  Nancy a eu un fils, Joseph, qui est très visiblement de descendance amérindienne. L’humour de la situation vient du fait que Dan ne se rend jamais compte que Nancy le trompe, même lorsqu’il la surprend avec John dans des situations évidentes d’adultère.  Dan croit qu’il est le père biologique de Joseph, et il demeure un mari attentionné, fidèle, et un bon père.

A t-on déjà vu une comédie dans laquelle l’humour venait du fait que la femme fidèle, attentionnée et bonne mère ne se rend pas compte que son mari la cocufie?  Jamais!  Ce serait inacceptable.  Pourtant, les tromperies de Nancy sont acceptées aussi bien par les personnages de la série que par les téléspectateurs.

Dans la vraie vie:
Ce n’est un secret pour personne que le Prince Charles et Lady Di furent tous les deux infidèles.  Diana a eu de multiples amants.  Charles, lui, n’a eu qu’une seule amante, Camillia, son seul amour véritable, qu’il finit même par épouser.  Pourtant, dans l’opinion publique, Charles a toujours eu le mauvais rôle là-dedans, tandis que Diana reste pure et sans tache au point que c’est pratiquement une sainte.

Dans les talk shows:
Un psychiatre invité à l’émission de Oprah Winfrey s’est fait huer par les gens en salle lorsqu’il a déclaré que le nombre de femmes infidèles est à peu près semblable à celui des hommes infidèles.  Oui, huer, par le public de Oprah, pourtant reconnu pour être calme et civilisé. Lors de cette émission, Oprah a d’ailleurs parfaitement décrit la mentalité de la société en général au sujet de l’adultère: «Quand l’homme trompe sa femme, c’est de sa faute a lui.  Quand la femme trompe l’homme, c’est de sa faute à lui.»  Deux sexes, deux jugements.

Et la salope, là-dedans?
En conclusion, je dirais que d’après ce que j’ai pu constater autant par observation que par expérience personnelle, il n’y a que deux genres de personnes qui vont qualifier de salope une femme ayant de nombreux partenaires sexuels:

1) Les gens ennuyants et/ou abusifs qui sont incapable de garder un(e) conjoint(e).
2) Les gens qui n’ont pas ce qu’il faut pour quitter un(e) conjoint(e) ennuyant(e) et/ou abusif(ve).

Lorsque l’on constate ces faits, on réalise que ce même si quelques rares frustré(e)s vont la traiter de salope, c’est quand même la femme qui a le beau jeu dans cette situation.

D’ailleurs, allez dans n’importe quel forum hétéro qui a une section sexe, et voyez vous-même : À chaque fois que l’on parle de la sexualité d’un gars, c’est toujours pour s’en plaindre. C’est ou bien un player ou bien un pédo ou bien un agresseur ou bien un tordu ou bien un pervers, ou bien un obsédé ou bien un violeur ou bien c’est un manipulateur ou bien un adultère ou bien un distributeur de MTS parce que c’est bien connu que seuls les gars ne veulent pas le condom ou bien un gars qui pense avec sa queue ou bien un gars qui cherche juste à se vider les couilles ou bien un irresponsable qui met une femme enceinte pour l’abandonner ensuite.  Dans une société où la libido masculine est la source de tous les maux de l’humanité, impossible pour l’homme de trouver grâce dans de telles conditions, même s’il a les meilleures intentions au monde.

Et si un gars a le malheur d’y écrire publiquement qu’il se croit bon amant, tout de suite il se fait huer et rabaisser, se faisant traiter de macho, de vantard et plusieurs qualificatifs qui se résument à menteur. Par contre, qu’une fille se dise bonne amante, on sera intéressé et on lui demandera plus de détails.

Mieux encore :

Une femme bisexuelle, c’est une partenaire fort recherchée au lit, et on envie l’homme qui est en couple officiel avec elle.
Un homme bisexuel, c’est un cochon qui fourre tout c’qui bouge parce que pour lui un trou c’t’un trou, et qui, par conséquent, ne peut pas être fidèle. On plaint la femme qui est en couple avec lui.

Une femme homosexuelle, c’est une lesbienne.
Un homme homosexuel, c’est une moumoune. Une tapette! Un fif!

Une fille cochonne, c’est attirant.
Un gars cochon, c’est repoussant.

Une femme qui se masturbe, c’est une femme sensuelle qui connaît bien son corps et est à l’aise avec sa sexualité.
Un homme qui se masturbe, c’est un loser qui n’a rien pour séduire. Et s’il est déjà en couple, alors c’est ou bien un détraqué sexuel pour qui sa partenaire ne suffit pas, ou bien un crétin qui néglige sexuellement sa blonde parce qu’il préfère se branler.

Alors croyez-moi, mesdemoiselles et mesdames, sa faire traiter de salope une fois de temps en temps par quelques rares personnes frustrées, ce n’est qu’un maigre mauvais côté contre tous les avantages que vos deux chromosomes X vous donnent sur la perception qu’à la société au sujet de la sexualité de la femme contre celle de l’homme.

Ce n’est pas une plainte. C’est une reconnaissance des faits.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Dose de Réalité, Psychologie et comportement social, sexualité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Sexisme? Oui, mais contre qui?

  1. Ping : La Révolution Féministe de 93-2003 « Mes Prétentions de Sagesse

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s