Quand une bonne affaire n’est bonne que pour l’autre partie.

Avec Flavie qui repart en Europe en août pour deux ans, je songe parfois à la possibilité de déménager dans un appartement plus petit. Sûr, mon budget me permet de vivre dans ce 4½ à 635$. En fait, à notre époque où le prix moyen des appartement tourne autour du 200$ la pièce, je dois me considérer chanceux d’en avoir un si grand pour si peu, surtout que c’est loin d’être un taudis. N’empêche que je reste à l’affût des bonnes affaires, sait-on jamais.

Ce matin, on me signale une superbe aubaine: Un 3½ à Verdun, 435$.

Sans Flavie, un 3½ me conviendrait parfaitement.  Et puis, ça me permettrait de retourner à Verdun, cet arrondissement que j’aimais tant, et où j’ai habité de 2004 à 2012.  Tout ça pour 200$ de moins par mois qu’ici.  Je communique avec le proprio.

En fait de proprio, il s’agit d’une coopérative d’habitation, dans laquelle les locataires participent aux travaux contre réduction de loyer. Car en réalité, le loyer est de 698$.

Et qu’est-ce que devenir membre implique? Oh, juste participer à quelques petits travaux communautaires. Vous savez, comme balayer et laver l’escalier intérieur une fois par semaine. Tondre la pelouse au besoin. Pelleter la neige au besoin. Ce genre de truc.

Ok, pas de problème, ce sont déjà des trucs que je faisais de mon propre chef dans mon loyer précédent puisque personne ne foutais rien.

Ah, mais voilà, ils ont déjà les autres locataires pour faire ça. Alors si je veux le privilège d’avoir ce dernier logement vide, je dois avoir de plus grandes habiletés. Telles plomberie, électricité, menuiserie. Vous savez, pour des petits travaux de réparations ici et là.

Pas de problème, il se trouve qu’en tant que concierge de profession, je sais faire tout ça.

Mes habiletés me mettent déjà en position au-dessus des autres locataires.  Par conséquent, je deviendrai automatiquement membre du comité qui gère ces habitations.  Il faut juste que je m’associe à eux. Pour ça, je dois acheter des parts sociales dans l’entreprise. Elles sont 10$.

Bon, un genre de frais d’adhésion, je suppose. 10$, y’a rien là!

Évidemment, en tant que membre du comité de la coopérative, je devrai obligatoirement être présent aux réunions hebdomadaires en soirée, en semaine.

Ceci dit, on me parle déjà d’avancement: D’ici un an, on va me mettre à la tête du comité des locataires du bloc appartement. En fait, ce que ça signifie, c’est qu’en plus d’aller aux réunions hebdomadaires avec le comité, je devrai également présider des réunions de locataires, elles-aussi sur une base hebdomadaire.  Mais pas en même temps.  Non, ce serait une seconde réunion par semaine.

Ah, et tant qu’à voir les locataires à chaque semaine, aussi bien m’assigner la tâche de  récolter les loyers.

Bon! C’est un peu plus prenant que je l’imaginais. Mais hey, si ça me permet de sauver 200$ sur le loyer.

À première vue, il leur semble que je ferais un bon candidat. Ils m’envoient donc le questionnaire de pré-sélection par courriel.  Je l’ouvre. ça commence par une liste des obligations. Et certaines de celles-ci me font quelque peu tiquer.

Votre participation est obligatoire. Vous devrez assister aux assemblées générales et aux réunions de votre comité et occuper une fonction au sein de la coopérative et/ou accomplir toutes les tâches qui vous seront assignées.

J’ai déjà fait ça, signer un contrat de concierge résident dans lequel, en bas d’une liste de tâche banales, ça se terminait par « ainsi que toutes autres tâches qui vous seront assignées. » Et ça a signifiées que les demandes des locataires n’avaient aucune limite, ni de temps ni d’envergure, et que je devais répondre à toutes, 24/7.

À titre de membre, vous devrez acquérir vingt-cinq (25) parts sociales de dix dollars (10$). Les parts sociales sont payables qu’une seule fois et doivent être acquittées au cours de la première année d’adhésion du membre.

Ah bon?  Ce n’est plus 10$ que je dois payer, finalement, mais bien 250$?  Bon, d’accord, je suppose que mon loyer à rabais ne sera rentable qu’à partir du 3e mois.

N’empêche, un boulot dans lequel tu dois payer pour travailler au lieu d’être payé, je n’avais encore jamais vu ça.

Vous devrez souscrire à une assurance habitation.

Euh… c’est pas quelque chose comme de 500$ à 750$ par année, ça?

En plus de votre contrat de membre, vous devrez absolument respecter votre bail.

Parlant de bail, le contrat ne fait nulle mention du moindre coût.  Par contre, dans l’annonce sur Kijiji, ça dit: le loyer au bail est de 698$ par mois mais le rabais de membre permet un coût d’à peine 435$ par mois!

Hum… Donc, en parole, (et sur cette annonce qui va bientôt disparaître) ce sera 435$. Mais sur papier, sur le bail à signer, dans la paperasse légale, dans les preuves, ce sera 698?  Et c’est ce bail-là que je devrai absolument respecter?  Voilà qui n’est pas rassurant du tout.  

Et maintenant que j’y pense, habiter si loin de mon travail, je devrai me procurer une passe mensuelle bus-métro. C’est maintenant 83$.

Et qu’en sera-t-il de mon temps libre? Entre le transport en commun pour l’aller-retour au boulot qui va me prendre trois heures en tout par jour, + les deux réunions hebdomadaire de comité, + les travaux qui me seront demandés, est-ce qu’il va me rester du temps pour vivre?  Vous savez, des trucs comme faire mes emplettes, voir ma famille, avoir une vie amoureuse?  

Et maintenant, le coup de grâce:

Le non-respect des obligations peut entraîner la suspension ou l’exclusion d’un membre.

La suspension est une mesure envisageable pour remédier au défaut d’un membre. Cette mesure est assortie de modalités telles que la durée de la suspension et la perte de ses privilèges de membre. Ces modalités sont déterminées par le conseil d’administration (C.A.) et approuvées lors d’une assemblée générale.

L’exclusion entraîne la perte du statut de membre à compter de la date d’exclusion décidée par le C.A. ce qui signifie que le membre demeure locataire de son logement, qu’il paye le loyer au bail et qu’il perd ses privilèges de membre. L’exclusion d’un membre n’affecte pas son bail en cours.

Autrement dit, s’il neige tandis que je suis au boulot, donc que je n’ai pas pu pelleter de la journée au logement avant mon retour en soirée, le comité peut décider que je ne respecte pas mes obligations. Il pourra alors me suspendre ou m’exclure. Et je serai obligé alors de respecter mon bail. Autrement dit, payer le plein loyer de 698$.  Soit 43$ de plus que mon appartement actuel, pour une pièce de moins.

Faisons un petit calcul pour estimer:
435$ de loyer par mois, dans le meilleur des cas.
83$ de passe bus-métro par mois.
600$ en moyenne pour l’assurance habitation = 50$ par mois.
250$ d’achat des part = 20.83$ par mois.

Total: 588$ par mois.  Donc, ce n’est plus 200$ mais bien 47$ de rabais sur mon loyer actuel.

Les réunions du comités, je dois compter quoi, deux heures?  Fois deux réunions, quatre heures par semaine, seize par mois.  L’équivalent de deux jours de travail par mois, sans être payé.

Le transport en commun…  Trois heures par jour, quinze par semaine, soixante par mois.  L’équivalent de sept jours et demi par mois, sans être payé.

9,5 jours au salaire minimum actuel 12$ = 114$ par mois.  Fini le rabais, c’est comme payer 67$ de plus qu’ici pour vivre.  Et encore, je suis généreux, car à mon boulot actuel je gagne plus que le salaire minimum.

Et la-dessus, je n’ai même pas encore compté le temps que me prendront tous les travaux qu’ils me demanderont de faire: Plomberie, électricité, menuiserie, ménage intérieur et extérieur, tondre, pelleter, etc.  Et tout ça pour pas un sou.  Bref, mes conditions de vie seront:

  • Aucun temps libre.
  • Plus petit que mon appartement actuel.
  • Plus cher que mon loyer actuel.

Dire qu’au départ, c’est un 3½ pour 698$, soit 233$ la pièce, alors que la moyenne est autour de 200$. Pendant ce temps-là, à quelques rues de là, sur la 1ère Avenue à Verdun, ma BFF Stéphanie loge un grand 4½ au rez-de-chaussée, petite cour avant, grand balcon arrière, petite remise, cour privée clôturée, pour 700$.    Et sans avoir à travailler pour le proprio et ses locataires.

Et ça se dit « coopérative d’habitations à prix modique. »

Oh, et en passant, si vous avez un bail, regardez les règlements imprimés au verso.  Ça dit clairement que, lorsqu’il s’agit d’un HLM ou d’une coopérative d’habitation, le locataire ne peut contester une hausse de loyer, contrairement aux logements normaux.  Autrement dit, s’ils décident de m’augmenter à 1000$ par mois — Hey, s’ils décident juste de ne pas tenir parole au sujet de leur réduction de 698$ à 435$ —  je n’aurai aucun recours légal.  Je devrai déménager.

… Mais PAS avant le fin de mon bail.  Car je dois respecter mon bail. 

Bref, quand on vous propose une bonne affaire, il ne faut jamais oublier qu’en général, l’affaire sera surtout bonne pour la partie qui la propose.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Dose de Réalité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Quand une bonne affaire n’est bonne que pour l’autre partie.

  1. Si tu paies 50$ d’assurances habitation par mois, change d’assurances au plus vite! Je paie 25 $ par mois pour un condo de 220k dans un quartier chaud de Montréal. Pour le reste, garde ton appart, tu as un très bon prix pour un 4 1/2.

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s