Cette contradiction qui cause tant d’abus.

Je serai bref:

Les parents et la société découragent les enfants, et ce dès leur plus jeune âge, à dénoncer qui que ce soit pour quoi que ce soit.  La preuve: les parents et la société n’hésitent jamais à leur répondre en exprimant à quel point ils méprisent les rapporteurs, les bavasseux, les stools.

Ensuite, ces mêmes parents et cette même société déplorent que tant de gens se laissent abuser sans oser dénoncer les abus dont ils sont victimes.

Parents et société, il faudrait vous brancher. C’est l’un ou c’est l’autre.

Merci!


EDIT, 28 avril (Comme quoi je ne peux jamais m’empêcher d’élaborer)

Plus j’y pense et plus j’en arrive à la conclusion que la majorité des situations d’abus qui existent dans la société trouvent leur origine chez les parents qui ne veulent juste pas prendre leurs responsabilités.

Mise en situation: L’enfant X vient se plaindre à ses parents que l’enfant Y vient de lui faire un tort Z.

Ce que tout bon parent serait supposé faire: User de bon jugement afin de voir si la situation est, au choix:

A) Anodine & enfantine: C’est quand il n’y a pas réellement de cas d’abus, donc que l’enfant X se plaint à tort à cause qu’il est trop susceptible ou égoïste. Par exemple, quand il ne veut pas prêter sa balle de baseball à un cousin en visite sous prétexte qu’elle ne lui appartient pas.
B) Accidentelle: C’est quand l’enfant ne sait pas faire la différence entre un cas d’abus ou un accident. Par exemple, quand le cousin a fait rebondir la balle contre un arbre et que l’enfant l’a ensuite reçue sur la tête.
C) Erronée: C’est quand l’enfant saute aux conclusions trop vite en accusant à tort. Par exemple, ne trouvant pas sa balle de baseball, il accuse immédiatement son cousin pour sa disparition.
D) Vraiment abusive: C’est quand il est véritablement victime d’abus de la part des autres. Par exemple, quand le cousin ne fait rien d’autre avec la balle de baseball que de délibérément la lui lancer au visage.
E) Abusive inversée: C’est quand l’enfant utilise ses parents comme arme contre les autres enfants, en les menaçant sans cesse d’aller leur répéter tout ce que les autres font ou disent, et qui utilise cette menace afin de contrôler ou d’abuser des autres. Par exemple, en menaçant son cousin que si ce dernier touche à la balle, il ira se plaindre contre lui à ses parents, en inventant s’il le faut.

Mais voilà, le parent décide de ne pas prendre ses responsabilités parce que ça lui demanderait un trop grand effort de faire la part des choses. Alors sa réponse: Tout mettre dans le même sac en considérant que toutes les plaintes d’enfants sont anodines, donc qu’il ne veut plus être mêlé à de telles niaiseries. Il répond donc à l’enfant trois choses:

1. Démerde-toi. Tu n’auras aucune assistance et aucun secours de la part des seules personnes au monde qui sont supposées te supporter et te protéger.
2. Personne n’aime les rapporteurs. Tu viens donc de fâcher tes parents contre toi, parce que tu as commis le crime d’être venu demander de l’aide.
3. La seule personne coupable, c’est toi. En effet, la réaction de tes parents te montre qu’être victime d’un crime, C’EST un crime. En fait, être victime est un plus grand crime qu’être l’agresseur.  La preuve: c’est toi et non lui qui subit les reproches.

L’enfant victime grandit alors en voyant qu’il n’aura jamais le moindre respect, ni du côté des agresseurs, ni du côté de ceux qui sont supposés les protéger des agresseurs. Sa vie se limite à quatre options:

  • Accepter d’endurer sa situation de victime.
  • Devoir subir encore pire s’il essaye de s’en tirer.
  • Arriver à la conclusion que dans la vie, il n’y a pas d’entre-deux: On est ou bien abuseur ou bien abusé, et refuser d’être abusé plus longtemps. Ainsi, l’enfant agressé par ses pairs va devenir agressif contre ses pairs. L’enfant victime de violence verbale va devenir violent verbal. L’enfant abusé sexuellement va devenir abuseur sexuel, etc.
  • Si aucune des options précédentes ne lui sont acceptables ou tolérables, il ne lui reste que celle-ci: Le suicide.

Et de son côté, l’enfant agresseur comprend très vite que malgré que la société prétend condamner des gestes comme les siens, dans les faits il n’en est rien.  Au contraire, la société le craint et le respecte, puisque les reproches ne sont jamais adressées à lui. Au contraire, il voit bien que la société est de son bord, encourageant les autres à s’écraser devant lui ou bien se tasser de là pour le laisser passer. Ça fera un adulte dominateur et abusif qui va dominer les autres et en abuser toute sa vie.

Parce que dans tous ces cas, tous ces gens ont une chose en commun: ils s’entendent sur le fait que les abuseurs ont le respect tandis les victimes ont le mépris.

Si les parents prenaient à peine de faire leur travail correctement, l’enfant victime ne le serait pas longtemps. Il apprendrait à avoir confiance et à s’épanouir dans un environnement sécuritaire, dans un sentiment de solidarité et d’appartenance, ce qui en ferait un adulte socialement équilibré. Quant à l’enfant abusif, il ne le serait pas longtemps non plus, en voyant chacune de ses tentatives d’abus tuées dans l’oeuf ou rapidement réprimandées. Il apprendrait à avoir du respect pour ses pairs, ce qui en ferait lui aussi un adulte socialement équilibré.

Mais pour ça, il faudrait que les parents apprennent à prendre leurs responsabilités, au lieu de se foutre de leurs enfants et de refuser de voir à quel point la négligence parentale engendre la société dans laquelle on vit aujourd’hui. Une société qui repose sur la domination en laissant passer les abus.

Vous croyez que j’exagère ou fabule? Pas besoin de sortir dehors pour le constater, vous n’avez qu’à être membre d’un forum.  Les abusifs ne se font pratiquement jamais réprimander. Plains-toi à un modo, il te répondra que le troll a le droit d’être membre, qu’il a le droit d’exercer sa liberté d’expression, et que tant qu’il me brise aucun règlement il n’a aucune raison d’être banni, que lui au moins il met de la vie dans la place, que vous devriez apprendre à vous entendre au lieu de chialer comme des enfants, et que si tu n’es pas content, ma foi, TOI tu es libre de partir.

Comme quoi les conséquences de la négligence parentale, ça se retrouve partout!

Tout le monde veut la paix et l’harmonie, mais personne ne veut faire l’effort de travailler pour l’obtenir. Dans ce temps-là, c’est beaucoup plus facile de faire comme si le problème n’existait pas, et de réprimander ceux qui osent commettre le crime de montrer que oui, le problème existe.

Voilà pourquoi je te dis: Ne te contente pas de dénoncer ceux qui te causent du tort. Dénonce en plus ceux qui, par leur silence et leur inaction, les protègent et les encouragent à abuser de toi. Parce qu’en choisissant de laisser le problème continuer, alors ils ont choisi de faire partie du problème.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Dose de Réalité, Psychologie et comportement social. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Cette contradiction qui cause tant d’abus.

  1. Ping : Milieu scolaire: Pas de pitié pour les faibles! « Mes Prétentions de Sagesse

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s