Mon année 2020

Presque à chaque année, je commence une rétrospective de mon année en 2-3-4 parties, et je la laisse inachevée après en avoir publiée la première. Cette année, formule simple: on résume le tout au max dans un seul billet.

JANVIER. J’habite Sherbrooke et travaille en support informatique à La Firme. Ça fait 14 mois que je fréquente une femme du Vieux-Saint-Hilaire, village où j’ai passé mes 21 premières années de vie. Il est donc temps que je passe à l’étape suivante. Je me trouve quelques contrats à St-Hilaire et ses villes voisines, Beloeil et St-Jean-Baptiste en rapport à ma page
Autour du Mont-Saint-Hilaire d’autrefois.

FÉVRIER. Je déménage de Sherbrooke à St-Hilaire, chez ma copine et son fils, un jeune ado. Je loue un locker d’entrepôt à Beloeil pour y mettre la majorité de mes possessions.

MARS. La pandémie annule mes contrats. Mon beau-fils qui a des besoins spéciaux ne va plus à l’école, et la loi interdit aux grands-parents de faire du babysitting. À partir de ce point, nous n’aurons plus jamais de moments seuls en couple.

AVRIL-MAI. Peut-être à cause de tous ces facteurs, ça ne va plus tellement bien dans mon couple. Je répond à l’appel du ministre Legault et suis l’un des heureux élus pour une formation de préposé aux bénéficiaires.


JUIN-JUILLET. Je commence ma formation. Grosse crise de couple. Le premier jour de l’été, elle me jette dehors avec trois heures de préavis. Ainsi commencent quarante jours d’itinérance pour laquelle je ne suis nullement préparé. Je pourrais retourner chez mes parents à St-Hyacinthe, mais… Me faire vivre par papa-maman? Parce que sans logis et sans emploi? Et sans perspective d’avenir parce que je devrais abandonner ma formation de préposés aux bénéficiaires? À 51 ANS? Plutôt la rue, tiens!

Finalement, ça a été une superbe aventure: J’ai squatté l’une des cabines du motel Mont St.Hilaire, abandonné depuis 2017 mais en parfaite condition et toujours meublée. Ça m’a donné le temps de réfléchir sur mes options à court et à long terme.

Je j’y suis resté que trois jours, puisqu’il n’y avait ni eau courante ni électricité. J’ai loué un second locker d’entrepôt où je me suis installé de façon assez confortable, bien que pas tellement légale.

Pour ne pas me faire prendre, j’y ai passé le moins de temps possible. J’ai donc passé tous les jours de l’été dehors, à vélo.

Ça m’a permis de vraiment explorer la région, ça m’a remis en forme, et j’ai perdu 24 lbs.

Je me suis bricolé un trépied pour mon cellulaire, et me suis acheté un laptop. Car sans trop savoir dans quel but, j’ai photographié, filmé et documenté mon expérience du début à la fin.

Si j’avais les moyens techniques, j’en ferais un documentaire ou une courte websérie.

AOÛT-SEPTEMBRE-OCTOBRE. J’ai commencé à travailler au CHSLD à Beloeil, et je me suis loué une chambre dans une maison privée pas trop loin de là. Hélas, les conditions de travail au CHSLD étaient très abusives. Des 16 personnes embauchées que nous étions, 2 ont quitté et 7 se sont fait renvoyer, dont moi, fin octobre.

NOVEMBRE. Après deux semaines sans emploi, je me retrouve une place, cette fois dans une résidence pour personnes âgées, résidence privée, avec 18 résidents. Salaire semblable à celui du CHSLD, mais travail beaucoup moins stressant. Tout le monde est positif et chaleureux, autant les résidents que les collègues que la direction. Horaire de rêve: Je fais mes 38h/semaine en 3 jours. C’est à St-Jean-Baptiste, ce qui fait que je loge toujours autour du Mont-Saint-Hilaire. J’y déménage, logeant à 6 minutes à pied de mon travail.

DÉCEMBRE. Avec mon temps de libre, et profitant du zonage à la fois habitation et commerciale de ma rue, j’enregistre officiellement Autour du Mont-Saint-Hilaire d’autrefois comme entreprise. En 2021, je serai légalement prêt à démarrer les affaires.

Il est difficile de planifier une année en avance. Car lorsque je songe à pareille date l’an passé, jamais je n’aurais imaginé vivre ces cinq différentes vies qui se sont succédées, en tant que sherbrookois, hilairemontais, itinérant, beloeillois et jeanbaptistois. Mais si j’ai appris quelque chose cette année-là, c’est que non seulement je peux survivre à tout, c’est dans les challenges que j’évolue le mieux.

Je vous souhaite à tous bonne année. Je sais que la mienne la sera.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s