L’évolution du point de vue (2ème partie)

Lorsque je regarde celui que j’étais dans la jeune vingtaine, je constate que je ne suis plus du tout la même personne.  En particulier de la façon dont je vois les choses.

 Par exemple 

Généreux altruiste à l’époque, dépensier irresponsable aujourd’hui.
Il y a quelques temps, j’ai vu une image-texte qui se promenait sur Facebook.  J’aurais aimé la retrouver pour la montrer dans cet article, mais je n’ai pas réussi.  En gros, ça disait quelque chose dans le sens de :

« Une personne donne 20$ à un itinérant, alors que la seconde donne 10$.  Tout le monde va trouver que le premier est bien plus généreux que le second.  Or, ce que les gens ignorent, c’est que le premier gagne $100 000.00 par année et avait plus de $3000.00 dans son portefeuille, alors que le second est sans emploi, et ce 10$ qu’il a donné, c’est tout ce qu’il avait pour passer sa semaine.  Maintenant que vous savez ça, lequel d’entre eux est VRAIMENT généreux et admirable, hm?  L’homme riche qui ne donne qu’une minuscule partie de son excédent, ou l’homme pauvre qui est prêt à sacrifier son nécessaire pour autrui? Comme quoi il est facile de juger les gens lorsque l’on ne connait rien à leur sujet. »

Ma mentalité à l’époque :  J’étais tout à fait d’accord avec ce texte.  Et pour cause : Il m’était arrivé de mettre la chose en pratique. 

Je ne me souviens plus exactement si j’en ai déjà parlé, mais lorsque j’étais dans la jeune vingtaine, au début des années 90, et que je travaillais au Dunkin Donuts, dès que j’avais payé les dépenses mensuelles incontournables (Loyer, électricité, téléphone et nourriture), il ne me restait que 9$ par mois.  Et malgré tout, si je me faisais aborder par un itinérant, je lui donnais de l’argent.  Il y en a même un qui m’a carrément demandé 40$, pour je ne sais plus quelle raison.  Je suis allé au guichet automatique et je le lui ai donné.  En sachant très bien que ça signifiait que mon chèque de loyer allait rebondir, ce qui m’occasionnerait des frais de 15$.  30$, en fait, lorsque le propriétaire m’exigerait le remboursement de ses propres frais pour ce chèque à fonds insuffisants.  Mais bon, peu m’importait ce don de 40 qui allait m’en coûter 70.  Au moins, j’avais un travail et un toit, et je pouvais manger à ma faim (moins 70$ pour la prochaine épicerie, tout de même), contrairement à ce pauvre homme. Je tirais grande vanité d’être généreux au point d’être capable de me sacrifier de la sorte.

Ma mentalité maintenant :  Je trouve irresponsable, voire carrément imbécile, le gars que j’étais, et la mentalité qui venait avec. 

Qu’est-ce qui a changé en moi?  J’ai commencé à voir les choses avec logique, plutôt qu’avec orgueil. 

Je n’aime pas citer des proverbes, mais il y a une raison pour laquelle on dit que charité bien ordonnée commence par soi-même.   À l’époque du Dunkin, je travaillais fort à un boulot qui était chiant et mal payé.  Je savais que ma survie mensuelle de base me gobait tous mes revenus, sauf 9$.  Et ce 9$ était largement insuffisant pour avoir une vie sociale normale avec des activités normales demandant des dépenses normales.  En quelque part, ça me donnait des complexes d’infériorité.  Ainsi, en me montrant mille fois plus généreux que mes amis qui, eux, avaient un bon travail et de bons revenus, je pouvais au moins m’enfler l’orgueil en me disant que du côté de la générosité en tout cas, j’étais leur supérieur.  Et que moi, au moins, mes dépenses étaient pour aider autrui, et non pour des choses frivoles tels bar, resto ou cinéma.

Autre chose : À l’époque, j’avais des idées de grandeur.  Surtout en matière de logement.  À chaque année, au travail, j’avais une augmentation.  Et à chaque année, je déménageais dans un appartement plus grand, donc plus cher.  C’est que dans ma vision, un grand appartement était un signe de prospérité, de réussite.  Par conséquent, je vivais toujours à la limite de mes moyens.  Déjà là, je démontrais que ma priorité était dans les apparences, plutôt qu’à avoir un budget balancé.  

Par conséquent, lorsque j’avais besoin de lunettes, de bottes pour l’hiver, de médicaments ou de toute autre dépense imprévue néanmoins nécessaire, alors là mon budget était débalancé pendant des mois.  Bonne chose que je travaillais dans un Dunkin Donuts.  Ça me permettait de me nourrir sur place deux fois par jour, cinq jours semaine, et même d’amener chez moi les restants de soupe qui devaient être jetées à toutes les huit heures.  Pas vraiment le comportement d’un homme prospère qui a réussi.

Surtout qu’avoir des appartements de plus en plus grand fit que je me suis éventuellement retrouvé avec une pièce vide et inutile, ce qui fait que je payais 100$ par mois en pure perte. (C’était l’époque où les appartements à Montréal étaient encore à 100$ la pièce.)  C’est là que j’ai compris que finalement, non seulement je vivais au-dessus de mes moyens, je vivais au-dessus de mes besoins. 

Je me suis ajusté par la suite, vivant en simplicité ou en colocation.  J’ai même passé plusieurs années à vivre dans des appartements sans avoir de chambre, dormant sur le divan.  Et si aujourd’hui je vis seul dans un 5½ (cette fois avec chambre et lit), c’est que non seulement je peux me le permettre, toutes les pièces ont une fonction.

Pour en revenir au texte au sujet de la générosité du riche contre celle du pauvre : Aujourd’hui, je regarde les faits.  Et les faits sont : Lequel des deux est le plus intelligent, le plus logique et surtout le plus responsable?  Celui qui donne ce qu’il peut se permettre?  Ou celui qui donne ce qu’il ne peut pas se permettre, causant des problèmes à sa survie, occasionnant en plus des frais bancaires à son proprio?  Ce n’est pas le geste d’une personne généreuse, ça.  Ce sont les agissements de celui qui est prêt à poser des gestes irréfléchis juste pour bien paraître, ne serait-ce qu’à ses propres yeux.  Bref, ce sont les gestes d’un loser qui a quelque chose à (se) prouver.

Il y a trois semaines, deux de mes amis ont démarré une campagne de socio-financement.  La raison est qu’ils avaient été victime d’un accident de lessiveuse qui avait inondé leur appartement, occasionnant pour $3000.00 dollars de dégâts à rembourser au propriétaire, chose que leur budget d’artiste ne pouvait pas leur fournir. 

Je n’ai pas une telle somme en banque pour le moment puisque je travaille depuis peu à mon nouveau boulot.  Mais j’ai une assez grande marge de crédit sur ma Visa, que j’aurais pu leur payer la totale d’un seul coup.  J’aurais mis trois mois à la rembourser, et ça n’aurait nullement affecté ma qualité de vie.  Mais voilà, aujourd’hui, je n’ai plus rien à prouver aux autres, et encore moins à moi-même. 

Et surtout, personne ne m’a jamais demandé de prendre sur moi la facture complète.    D’ailleurs, si on me l’avait suggeré, j’aurais refusé.  Alors pourquoi me porterais-je volontaire pour le faire?

J’ai donc fait un don, correspondant à la moyenne des montants fournis par leurs autres donateurs.  Ils ont atteint leur objectif dans les temps voulus.  Ils ont pu rembourser le propriétaire.   Je suis content d’avoir pu aider.  Je n’en tire aucune vanité.  Parce que mon but était d’aider mes amis, et non de me montrer plus généreux que les autres.  Et c’est parfait comme ça pour tout le monde!

Dans la situation actuelle, un grand nombre de personnes ont été heureuses de les aider.  Et dans le cas de mes amis, ça leur a fait un bien fou de voir autant de témoignages d’amour et de solidarité envers eux.  Si j’avais tout payé moi-même, j’aurais empêché ces gens de poser un geste décent, j’aurais empêché mes amis de se savoir autant apprécié par tous, et j’aurais gardé pour moi seul leur reconnaissance.  En fait, ils auraient été obligés d’être reconnaissants, ils n’auraient pas eu le choix. 

Autrement dit, ce geste aurait peut-être été généreux sur le plan monétaire.  Mais sur le plan social et moral, il aurait été fortement égoïste.

_____
Bientôt: Détermination romantique hier, harcèlement malvenu aujourd’hui.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans C'est personnel, Dose de Réalité, Fait vécu, Philosophie personnelle, Psychologie et comportement social. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s